La France de ferme en ferme 2018

De Ferme en Ferme ® revient les 28 et 29 avril 2018 !  Cette année encore, plus de 600 fermes ouvriront leurs portes au public sur 22 départements.

Résultat de recherche d'images pour "l'hérault de ferme en ferme"

De ferme en ferme ® est un événement porté par le Réseau CIVAM qui se déroule chaque année le dernier week-end d'avril. Les fermes participantes, engagées dans une démarche d’Agriculture Durable, ouvrent leurs portes au grand public. Les agriculteurs-trices vous feront découvrir leurs fermes, leurs activités et déguster leurs produits.

Venez suivre l’épouvantail, cette sympathique mascotte, qui vous amène sans encombre jusqu’aux fermes ouvertes et accueillantes. En savoir +

Cet événement se déroule chaque année le dernier week-end d'avril. Les fermes participantes, engagées dans une démarche d’Agriculture Durable, ouvrent leurs portes au grand public. C’est l’occasion de découvrir leur métier, leurs savoir-faire et leurs pratiques agricoles au travers de visites guidées et de dégustations !

Les paysans participants souhaitent ainsi communiquer, dans un esprit de vérité, sur leur métier et leur passion à des visiteurs souvent extérieurs au monde agricole.

De Ferme en Ferme, c'est une démarche collective tournée vers la qualité, la transparence sur les produits et les prestations agricoles, dans le désir de communiquer et de transmettre une certaine conception de l'agriculture.

L’objectif est de :
- promouvoir les métiers de l’agriculteur sur la base des indicateurs de l’agriculture durable : économiquement viable, socialement vivable et équitable, écologiquement saine
- promouvoir les savoir-faire et les productions dans une démarche de qualité
- favoriser les démarches collectives qui s’inscrivent sur un territoire
- générer des rencontres et des échanges (lien ville-campagne)
- professionnaliser les agriculteurs à l'accueil du public par la formation.

Dans l'Hérault :

7 CIRCUITS

37 PARTICIPANTS

Prospections amphibiens du groupe “jeunes naturalistes LPO”

Dimanche 18 février le groupe Jeunes Naturalistes LPO Hérault s’est rendu dans le cœur d'Hérault afin de prospecter la présence d’amphibiens dans les zones humides temporaires méditerranéennes.

Ces mares typiques du nord de la Méditerranée proposent une grande richesse en biodiversité. Les amphibiens s'y reproduisent dès le mois de février, période où on peut apercevoir les premières pontes ou les premiers stades larvaires pour les plus avancés.

Pour lire la suite du texte : http://herault.lpo.fr/retour-prospections-amphibiens-groupe-jeunes-naturalistes-lpo/

Mélanie Mor et Delphine Miquel sont les e-gazelles d’Occitanie

LES E-GAZELLES D’OCCITANIE SERONT L’EQUIPAGE 502 LORS DE LA 28ème EDITION DU RALLYE AICHA DES GAZELLES DANS LA CATEGORIE « E-GAZELLE »

egaze22Capture


Mélanie MOR et Delphine MIQUEL sont les e-gazelles d’Occitanie. Collègues de travail au sein de la SEM LANGUEDOC ROUSSILLON AMENAGEMENT, elles ont décidé de participer à la 28ème édition du Rallye Aicha des gazelles du Maroc dans la catégorie « E-gazelle » (véhicules électriques). 
C’est à bord d’une bluesummer qu’elles seront sur la ligne de départ (Equipage 502).

egaz28Capture

Seulement 5 équipages seront engagés pour cette première édition pour la catégorie électrique E-gazelle. 

Le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc c’est... un concept unique depuis 1990 :egaz56Capture 
- Le seul Rallye-Raid hors-piste 100% féminin au monde (300 femmes de nationalités 
différentes). Un événement éco-citoyen et responsable 
▪ Un objectif : faire le moins de kms possible à l’aide d’une carte et d’une boussole. 
La vitesse n’est pas un critère de classement 
▪ Compensation de toutes ses émissions de CO2 auprès de l'association de Yann 
Arthus Bertrand : Action Carbone solidaire 
▪ Respect d’une Charte de Responsabilité Sociétale et Environnementale ▪ Réalisation d’un bilan environnemental annuel ▪ Le seul rallye raid certifié ISO 14001

Lancement privilégié de la catégorie E-gazelle : le 17 mars 2018 à 11h devant le Palais Princier de Monaco avec à 11h00 départ de la catégorie E-Gazelle de cette nouvelle édition du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc en présence de son Altesse Sérénissime Le Prince Albert II et de nombreux journalistes.

egazCapture


- Départ officiel : le 17 mars 2018 à 15h Nice sur la promenade des Anglais. Cette journée est ouverte au public à partir de 10h.


- Samedi 18 mars 2018 : verre de l’amitié à bord du chalutier / musée le Louis Nocca 
puis embarquement à la gare Maritime de Sète à 16h direction Tanger au Maroc.

- Dimanche 21 mars 2018 : prologue du rallye à Erfoud.

- Du 22 au 29 mars 2018 : les étapes du Rallye vont s'enchaîner.

Le parcours est en cours de finalisation par les organisateurs.

Vous pourrez suivre notre progression sur 
le site du rallye (www.rallyeaichadesgazelles.com).

Le direct sera disponible du 22 au 29 mars 2018. Les e-gazelles d’Occitanie sont l’équipage 502 
- 30 mars 2018 : transfert vers Essaouira pour la journée de clôture qui se tiendra le 
31 mars 2018.

Pour Contacter, suivre les e-gazelles d’Occitanie : DELPHINE MIQUEL 06 33 74 15 97 et MELANIE MOR 06 33 24 89 93 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

@egazelles 
"Le 14 avril 2018, les e-gazelles d’Occitanie sont invitées au Salon des Mobilités Electriques qui se tiendra à Montpellier sur le parvis de l’hôtel de Ville. Elles animeront une conférence intitulée « Ne nous privons pas de désert » http://www.salonelectricmobility.com/ "

 Retrouvez-les pour le départ de Sète le samedi 18 mars 2018, à bord du Louis Nocca de 13 h 30 à 15 h 30.

egazrCapture

En septembre, La LPO Hérault a rejoint le réseau « Sentinelles de la Mer »

Avec son outil d'inventaire participatif de la faune visionature, la LPO Hérault participe à l'implication des citoyens dans la connaissance et la protection du milieu marin.

Sur le littoral de la région Occitanie et en mer, un site internet faune-lr.org et une application mobile Naturalist permettent à tous de transmettre des observations de mammifères marins, cétacés, oiseaux et tortues de mer

. C'est donc naturellement que la LPO a rejoint le projet "sentinelle de la mer Occitanie" (coordonné par le réseau CPIE Bassin de Thau), un portail regroupant des projets de sciences participatives sur le littoral, en lagune ou en mer.

Les observations de poissons, méduses, oiseaux, mammifères marins, tortues ou encore déchets peuvent être transmises aux scientifiques afin de mieux connaître la richesse de notre territoire, les menaces qui pèse sur elle et mieux la protéger. Retrouvez le programme Visionature de la LPO et les programmes des autres partenaires du projet "sentinelles de la mer" sur le site : : https://www.sentinellesdelamer-occitanie.fr/

En collectant des données, des observations, des informations sur le terrain, vous apportez votre contribution à des programmes scientifiques et participez à une meilleure connaissance et préservation de la biodiversité.

Ces données servent également aux collectivités et aux gestionnaires d’espaces naturels pour la mise en place de plans de gestion sur une espèce, une pollution, une dégradation du paysage, etc.. Sentinelles de la mer Occitanie - coordonné par le CPIE Bassin de Thau depuis sa création en 2015 - est un réseau qui réunit des porteurs de programmes de sciences participatives mer et littoral en région Occitanie.

Le réseau propose aux citoyens de contribuer à la science et à la préservation des milieux, à travers à une quinzaine de programmes en mer, lagunes et littoral. Il permet ainsi de donner une meilleure visibilité aux projets existants, d’optimiser les observations et de fédérer une véritable communauté d’observateurs au niveau régional. 1 Contexte historique Fort de son expérience de coordination et relais de programmes de sciences participatives ((Hippo-THAU, MedObs Sub, BioLit) sur son territoire, et compte tenu de l’implication citoyenne pour ce type d’actions, le CPIE Bassin de Thau a initié le réseau en 2015.

Ainsi différents acteurs ont été sollicité (scientifiques, gestionnaires, collectivités, porteurs de programmes et observateurs) et ont répondu présents pour participer à la concertation proposée par le CPIE, donnant naissance aux Sentinelles de la mer Occitanie.

 À quoi sert-il ?

Des objectifs écologiques et de gestion : Des objectifs pédagogiques : Le réseau des Sentinelles de la mer Occitanie

- Servir d’appui aux programmes de sciences participatives existants pour mieux mobiliser les publics et optimiser les observations ; 
- Impliquer les gestionnaires et les scientifiques pour mieux cibler les actions de terrain, à des fins de gestion, de protection et de valorisation des espèces ; 
- Fédérer une communauté d’acteurs impliqués dans la préservation des milieux marins et littoraux.
- Impliquer tous les usagers de la mer dans une dynamique en faveur des sciences participatives ; 
- Apporter des connaissances (territoire, biodiversité, etc.) à l’observateur ;
- Sensibiliser le public au respect et à la sauvegarde du patrimoine naturel marin et littoral.

Pour devenir sentinelle et soutenir le réseau, rendez-vous sur le site https://www.sentinellesdelamer-occitanie.fr/

Vous recevrez les actualités du réseau !

Les observations peuvent se faire en autonomie sur votre temps libre, ou de manière encadrée à l’occasion de sorties organisées. Pour certains programmes, des formations particulières sont nécessaires et sont proposées par le réseau pour améliorer vos compétences.

Consultez l’agenda des sorties dans la rubrique AGENDA. 

Comment saisir son observation ? Vous avez vu quelque chose et vous voulez le signaler ? Rendez-vous sur https://www.sentinellesdelamer-occitanie.fr/ et laissez-vous guider vers les programmes adaptés à vos observations.

Le CPIE Bassin de Thau est un réseau associatif qui a pour objet la valorisation, le développement concerté et la promotion des initiatives dans le domaine de l’environnement et du développement durable. Au sein des actions du CPIE BT, le pôle mer & littoral anime le réseau des Sentinelles de la Mer Occitanie.

Mars 2018 : agenda de la LPO

 

- Lundi 5 : "Voyage dans le monde des oiseaux", conférence dans le cadre des rencontres bimestrielles du Groupe Local LPO "Biterrois" et de la Journée Mondiale de la Vie Sauvage, à Béziers

- Jeudi 15 : "Le suivi GPS des Aigles royaux", conférence dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO "Haute Vallée de l'Orb", à Bédarieux - Samedi 17 : "Suivi des Pies-grièches", formation réservée aux bénévoles souhaitant s'investir dans le programme, à Villeveyrac

- Lundi 20 : "Yeusaie et changements climatiques", visite exceptionnelle du site expérimental du CEFE CNRS dans le cadre de la Journée Internationale des Forêts, à Puéchabon

- Samedi 24 : "Des plantes pour la petite faune", atelier au Refuge LPO du parc Clémenceau dans le cadre de la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides, à Montpellier

- Dimanche 25 :  "Primavera 2018", Stand LPO, à Montpellier  "Oiseaux chanteurs des ripisylves", sortie d'initiation à la reconnaissance des chants d'oiseaux, à Canet - Mardi 27, mercredi 28, jeudi 29 et dimanche

01/04 : "Escale à Sète", stand d'animations sur le littoral et les oiseaux marins, à Sète

- Vendredi 30 : "Hirondelles et Martinets", présentation dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO "Grand Montpellier".

Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur : herault.lpo.fr/agenda/

La directive-cadre sur l’eau vise le bon état des eaux

Les ressources en eau souterraine, communément nommées nappes phréatiques, se renouvellent par l’infiltration des eaux de pluie. La directive-cadre sur l’eau vise le bon état des eaux. Pour protéger ces ressources limitées, il faut à la fois la protéger des pollutions et limiter ses usages.

Gouttes d'eau

La protection des eaux souterraines constitue une priorité de la politique environnementale française et de l’Union européenne (UE) pour quatre raisons majeures :

  • les eaux souterraines sont très utilisées pour l’alimentation en eau potable, pour l’industrie et pour l’agriculture, leur pollution peut être dangereuse pour la santé humaine et pour le bon déroulement des activités économiques ;
  • les eaux souterraines fournissent le débit de base de nombreux fleuves (elles peuvent représenter jusqu’à 90 % du débit de certains cours d’eau) et peuvent influencer la qualité des eaux de surface ;
  • si elles sont contaminées, le bon état des eaux souterraines est difficile à retrouver et les conséquences peuvent se prolonger pendant des décennies ;
  • elles servent de tampon en période de sécheresse et sont essentielles pour conserver les zones humides.

La directive-cadre sur l'eau a imposé de découper le territoire national en masses d’eau souterraine. L’état d’une masse d’eau souterraine est déterminé par la plus mauvaise valeur de son état quantitatif et de son état chimique.

Sur le plan quantitatif, une masse d’eau souterraine est en bon état lorsque les volumes prélevés dans la nappe ne dépassent pas la capacité de renouvellement de la ressource et préservent l’alimentation en eau des écosystèmes de surface. Sur le plan qualitatif (état chimique), les déclassement des masses d’eau souterraine sont principalement dus aux nitrates et pesticides d’origine agricole. Une eau souterraine est en bon état lorsque son état quantitatif et son état chimique sont au minimum bons.

État qualitatif des eaux souterraines en France sur le site internet Eau FranceÉtat chimique des eaux souterraines en France sur le site internet Eau FranceL’eau et les milieux aquatiques - Chiffres clés - Édition 2016

Réouverture du MOOC Botanique de Tela Botanica

Les inscriptions au MOOC 2018 sont ouvertes. Début du cours le 19 mars.

En 2016 vous avez été plus de 33 500 personnes, de tous niveaux et dans toute la francophonie, à suivre le MOOC Botanique “Apprendre à connaître les plantes”. Cette formation vous ré-ouvre ses portes : inscrivez-vous dès maintenant et ne ratez pas le début le 19 mars 2018 !

Pour s'inscrire, rendez-vous sur la plateforme MOOC de Tela Botanica : https://mooc.tela-botanica.org/

Ce MOOC est entièrement gratuit et accessible à tous.

Découvrez le teaser en vidéo
 

L'observatoire d’odeurs du bassin de Thau

A Sète, un observatoire d’odeurs consiste en un panel de riverains bénévoles, appelés « Nez », qui renseignent en continu la présence ou l’absence d’odeurs à leur domicile, et, en cas de gêne, les caractéristiques de l’odeur ressentie (durée, intensité, ressemblance…).

Fin 2015, en réponse aux fortes attentes locales concernant la problématique des odeurs générées par plusieurs industries autour du Bassin de Thau et pouvant occasionner une gêne et des interrogations chez les populations riveraines, un Observatoire d’odeurs avait été , mis en place pour une durée initiale de 3 ans. 

Usine,usine,sunset,outdoors

Dans le cadre de sa compétence relative à la lutte contre les pollutions de l’air, Thau agglo était adhérente de l’association AIR Languedoc-Roussillon (AIR LR), organisme agréé par l’État pour la mise en œuvre de la surveillance de la qualité de l’air et la diffusion de l’information de la Région. Créé en partenariat avec SCORI, SAIPOL, TIMAC-AGRO et ANGIBAUDL (Thau agglo participait à hauteur de 7040 € HT par an, cet Observatoire a pour objectifs de :

    • constituer un suivi « rationnel » des odeurs, afin de connaitre l’évolution des nuisances observées
    • assurer une meilleure identification des sources odorantes et des conditions sous lesquelles elles sont ressenties
    • permettre aux différents « intervenants » (industriels, associations, administrations, collectivités, riverains…) de rester en contact, de faciliter les relations et de mettre en évidence des progrès. 

Un panel de riverains fournit quotidiennement des observations sur la gêne olfactive ressentie à partir des fiches standards mises en place par AIR-LR. Chaque « Nez » a également la possibilité de saisir directement ses « observations olfactives » sur un site Extranet. Ces « Nez » remplissent les grilles depuis leur domicile.

Ce travail de récolte d’information permet notamment de dresser une cartographie de perception des odeurs, d’établir des statistiques sur les lieux, les fréquences et les heures d’occurrence maximale des odeurs, de rechercher des liens éventuels entre les nuisances ressenties et les fonctionnements des sites industriels, ainsi que les autres sources d’odeurs de la zone d’étude…

Le 1er janvier 2016, un nouvel Observatoire d’odeurs a donc été mis en place autour du bassin industriel de Thau, en partenariat avec les collectivités locales Thau Agglomération, Mairie de Frontignan et Mairie de Sète, l’association Action Risque Zéro Frontignan (ARZF) et les industriels Angibaud et Spécialités, SAIPOL, SCORI, SETOM et TIMAC Agro

Toute personne intéressée pour intégrer l’Observatoire d’odeurs du Bassin de Thau peut contacter AIR LR au : 04 67 15 96 60 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Pour en savoir plus : https://www.air-lr.org/un-nouvel-observatoire-dodeurs-autour-du-bassin-industriel-de-thau/

Et pour les résultats de  : https://www.air-lr.org/wp-content/uploads/Resume-Thau-Odeurs-2016.pdf

Plan national d'actions 2018-2023 sur le loup et les activités d'élevage

Une concertation a été menée à l’automne 2017 auprès des représentants des éleveurs, des ONG et des élus locaux.

Depuis le 8 janvier 2018, ce plan a été soumis à la consultation publique et a recueilli plus de 5700 contributions.

Plusieurs éléments issus de la concertation du public et des acteurs ont été intégrés dans la version actualisée de ce plan.

Wolf,wolf,wolves,Bialowieza

Accéder au plan : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018.02.19_dp%20plan%20loup_0.pdf

Plan national d'actions 2018-2023 sur le loup et les activités d'élevage (format - 3.39 Mo) 

Le plan loup prévoit la mise en place d’une série de mesures d’accompagnement des éleveurs confrontés à la prédation et un renforcement de l’aide au pastoralisme.

  "Le plan loup a pour objectif d’élaborer une nouvelle méthode de gestion de l’espèce, fondée sur une meilleure connaissance de l’espèce et de ses modes de vies, pour mieux la protéger et permettre également la protection des troupeaux et des éleveurs." Selon le Gouvernement.

Il se traduit pour le Gouvernement par les évolutions méthodologiques suivantes : 

  • une meilleure intégration des données et connaissances scientifiques afin de mieux appréhender la population de loups en France et gérer les effets de sa présence ;
  • la mise en place d’un dispositif pluriannuel de gestion de l’espèce qui permet d’avoir une vision à long terme ; 
  • la responsabilisation du préfet coordonnateur et des préfets de département permettant une réponse territoriale adaptée aux situations vécues par les éleveurs ; 
  • la révision de la gouvernance du plan loup avec l’intégration d’élus des territoires concernés.

Plan d’actions sur les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides

Lancement de la concertation sur les propositions de plan d’actions sur les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides

Conformément aux annonces du Premier ministre lors de la clôture des Etats généraux de l’alimentation, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le ministère de la transition écologique et solidaire, le ministère des solidarités et de la santé et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation lancent une concertation sur le projet de feuille de route gouvernementale sur les produits phytopharmaceutiques, en vue de la finaliser avant la fin du premier trimestre 2018.

Quatre priorités sont identifiées : 

1. Diminuer rapidement l’utilisation des substances les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement.
2. Structurer et renforcer la recherche sur les impacts des produits phytopharmaceutiques sur la santé en soutien du renforcement de la protection des populations.
3. Accompagner la recherche d’alternatives et la mise en œuvre de ces solutions par les agriculteurs.
4. Renforcer le plan Ecophyto 2, améliorer sa gouvernance et son fonctionnement.

fruits

Le document annexé reprend les principales actions correspondant à ces priorités. Certaines actions sont déjà engagées (mobilisation au niveau européen, proposition législative relative à la séparation des activités de vente et de conseil) ou seront mises en œuvre sans délai (approfondissement des expertises sanitaires). Ces actions tiendront compte de la spécificité des outre-mer et s'appliqueront à ces territoires.

La concertation sera menée sur ces bases en prenant appui sur le programme Ecophyto, qui sera revu et adapté en conséquence. Des consultations seront initiées rapidement avec les parties prenantes par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le ministère de la transition écologique et solidaire, le ministère des solidarités et de la santé et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, afin de prendre en compte l'ensemble des préoccupations. 
Propositions de plan d’actions sur les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides
Priorité 1 – Diminuer rapidement l’utilisation des substances les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement. Il est proposé de reprendre le calendrier proposé par la mission CGAAER-IGAS-CGEDD.

La France s’opposera au renouvellement ou à la prolongation des substances les plus préoccupantes au niveau européen. Les ministères saisiront l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) pour arrêter, le cas échéant, les mesures de gestion nécessaires (retrait d’autorisation de mise en marché, restriction d’usages) et des études complémentaires. 
Le glyphosate s’inscrira dans cette approche, nationale et européenne et fera l’objet de nouvelles études, y compris des études toxicologiques expérimentales, dont le résultat sera attendu d’ici 3 ans.

Pour voir les propositions d'action et les documents qui sont accessibles en ligne :

http://ecologique-solidaire.gouv.fr/

http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article642

http://agriculture.gouv.fr/

http://enseignementsup-recherche.gouv.fr/