Le concours Pocket films « Montpellier pour l'égalité ! »

Le concours « Montpellier pour l'égalité ! » invite les 16-25 ans et les associations de Montpellier à tourner, seul-e ou en équipe, un film court (Pocket Film, 3 minutes maximum) avec les outils numériques dont chacun dispose (smartphone ou tablette par exemple) afin de mettre en scène des propositions qui feront avancer l’égalité entre les femmes et les hommes.

Description du concours Pocket Films

Le concours invite les 16-25 ans, les associations de Montpellier et les entreprises du territoire à tourner, seul-e ou en équipe, un film court.

Pour vous aider dans la création de votre Pocket film, consultez les sites ci-dessous :

Matilda, plate-forme collaborative en ligne de l’Education Nationale sur les thématiques de l'égalité entre les sexes

Maison des adolescents 34, lieu ressource et prévention santé pour les adolescents, les parents et les professionnels

Télécharger le réglement 2022

Exposition "Les boutographies - édition 2021"

Ville de Montpellier :
 
Du 19 au 30 mai 2021, le Pavillon Populaire accueillera les Boutographies pour une double exposition gratuite, présentant la sélection de projets photographiques opérée par l’association Grain d’image.

Exposition "Les boutographies - édition 2021"Voir l'image en grand

Le Festival des Boutographies affiche cette année une très belle programmation à l’occasion de son vingtième anniversaire. Initié en 2001 par un groupe de passionnés de photographie, ce festival a acquis au fil des ans une solide renommée en France et à l’étranger. Tout au long de ces 20 années, plus de 474 photographes et 34 pays y ont été présentés et représentés, comme autant d’ouvertures sur des cultures et des imaginaires chaque fois singuliers. 

Du 19 au 30 mai 2021, le Pavillon Populaire accueillera les Boutographies pour une double exposition gratuite, présentant la sélection de projets photographiques opérée par l’association Grain d’image au titre de l’appel à projets de l’année 2021, ainsi que celle de l’année 2020, qui n’avait pu être présentée pour cause de crise sanitaire. 

Pour cette édition 2021, le festival Les Boutographies s'expose également hors les murs du 8/5/21 au 30/9/21 (entrée gratuite) : à Tropisme, à l’Artesan, à la Maison de Heidelberg, à Pierres Vives, au Bar à Photos, à l’hôtel Mercure Montpellier Centre, ainsi qu’à l’Office de Tourisme de Montpellier Méditerranée Métropole.

Plus d'infos

Exposition : Raphaël Decavèle expose "Les Abysmes de Valmagne"

Du 1er Juillet au 30 Septembre 2021 : Une exposition inédite d’un artiste d’Occitanie, ancien ostréiculteur qui photographie l’abbaye et ses détails endormis : Raphaël Decavèle.
 
GRATUIT

Valmagne se révèle, telle qu’elle était, est, sera et restera : peuplée d’âmes.
 
 
Le mot du photographe :
 
"Résident informel de passage, l’objet de mon projet est de réaliser un travail raisonné sur l’Abbaye,ses jardins, son église et son cloître.
Photographier l’Abbaye de Valmagne n’est pas un acte anodin si l’on accepte de se laisser emporter par l’attraction du lieu ; et de se laisser guider par ceux qui l’habitent. Un voyage étrange et surprenant à la rencontre des âmes perdues et de celles qui demeurent.
Leur présence se manifeste discrètement ,dans la douceur et l’apaisement du lever au coucher du soleil, notamment à travers les mouvements d’ombres et de lumières qui se déplacent lentement dans toute l’Abbaye et qui changent de physionomie chaque jour en fonction de l’inclinaison du soleil. La Cathédrale des Vignes est là, bien vivante, lorsque nous ne sommes que de passage.
Cette exposition, «Les Abysmes de Valmagne», est la représentation de ce lieu plein de Vies chargé d’Histoire, et le reflet des âmes qui l’habitent. L’empreinte de ses douceurs et de ses violences vécues dans le silence. Ma déambulation à la recherche de ses secrets et de ses trésors bien cachés."

Hommage aux équipes du CHU de Montpellier sans leurs masques

Depuis le 15 décembre, le Fonds de dotation Guilhem et le CHU de Montpellier ont lancé dans l'espace public l’exposition photographique – Mur des donateurs : #Derrierelesmasques. 


hommage aux soignants et aux donateurs sur les grilles de la Colombière avenue Charles Flahaut mais aussi à Lapeyronie et Gui de Chauliac

Cette exposition a pris place sur les grilles qui font l’enceinte du CHU de Montpellier, devant les grilles de l’entrée piétonne de l’hôpital la Colombière, et se tiendra jusqu'au début du mois de février 2021.

Une autre manière d'applaudir les soignants sans leur masque ni charlotte

Au plus fort de la crise en mars et avril derniers et afin d’humaniser les soins et de mettre en avant l'engagement des femmes et des hommes qui œuvrent au quotidien face à la COVID-19, le photographe montpelliérain portraitiste Cédric Matet a réalisé plus de 200 portraits des agents du CHU des services de réanimation médicale, du Samu, des Urgences, de l'Imagerie médicale, des Maladies infectieuses et tropicales et celui de médecine intensive, sollicitant ainsi 6 services, une façon de remercier l’ensemble des équipes du CHU de Montpellier mais aussi tous les donateurs qui les ont soutenus, lors de la première vague.

Plusieurs panneaux présentent ainsi le nom de chaque mécène afin de les remercier pour leur grande générosité.

En effet, lors de la première vague, les équipes du CHU de Montpellier ont été touchées par ce véritable élan de solidarité :

-          180 000 euros ont été récoltés pour soutenir les hospitaliers du CHU de Montpellier,

-          77 tablettes numériques ont été offertes pour rompre l’isolement des patients,

-          1000 roses blanches ont été données aux hospitaliers à l’occasion du 1er mai,

-          Près de 4000 œufs en chocolat et plus de 7500 unités alimentaires (repas/boissons/confiseries) ont été distribués,

-          Plus de 500 séjours/vacances ont été offerts aux hospitaliers,

-          Et plus de 103 donateurs ont proposé du matériel médical comme des gels hydroalcooliques, des blouses, des gants, des visières et plus de 200 000 masques.

Ces dons ont permis de soutenir les équipes du CHU de Montpellier, c’est pourquoi, le Fonds Guilhem et les équipes du CHU de Montpellier ont souhaité remercier l’ensemble des donateurs pour leur générosité !

Montpellier : une expo de grande qualité sur les photographes de New York

Le  Pavillon populaire et son commissaire Gilles Mora, toujours dans l'excellence, présente une exposition inédite en Europe jusqu'au 10 janvier 2021. Photos de rue, photos humanistes - l'humain est présent - d'un mouvement né à New York se côtoient dans "THE NEW YORK SCHOOL SHOW. Les photographes de l'Ecole de New York, 1935-1965".

Deux générations de photographes dans une scénographie bien affichée (1935-1948) - (fin des années 40-1969)

D'emblée, le visiteur croise de petits formats en noir et blanc le plus souvent, et perçoit rapidement une grande liberté dans le choix des prises de vue. Le sujet urbain des tirages d'époque est souvent excentré, parfois un flou occupe le support, émergence d'une recherche exploratoire qui éloigne l'artiste des codes traditionnels... la photographie documentaire de l'école de New York est née, un mouvement est né. 

 "De Bruce Davidson à Louis Faurer, en passant par Robert Frank ou Saul Leiter, Don Donaghy, David Vestal et nombre d'entre eux, ces photographes impulsent une liberté de prise de vue nouvelle et une stylistique de la photographie de rue qui viendront radicalement changer l’approche documentaire des faits sociaux, tablant sur une nouvelle vision subjective du décor urbain, à mille lieues de l’École humaniste européenne", ville de Montpellier.

Une expo à voir absolument.

Bruce Davidson, 1959/ Magnum photos, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York

Pavillon populaire

Esplanade Charles de Gaulle — 34000 Montpellier
04 67 66 13 46

Horaires d'ouverture
Du mardi au dimanche (sauf 25 décembre, 1er janvier) 
De 10h à 13h et de 14h à 18h.

Expositions de photographies sur l'Abbaye de Valmagne

Du 21 Mai au 03 Septembre 2020, découvrez dans le cloître une exposition de photographies sur l’abbaye “Le lieu dans le lieu”, signée Raphaël Decavèle et Paul Maurer.

Accès à l’exposition avec la visite de l’abbaye qui rouvre depuis le 21 mai.

Abbaye Sainte-Marie de Valmagne à Villeveyrac 

Tél : 04 67 78 47 32

Grande rétrospective de Jean-Philippe Charbonnier au Pavillon Populaire

 "Raconter l'autre et l'ailleurs -1944 - 1983 " - prolongée jusqu'au 28 août 2020 au Pavillon Populaire de Montpellier

Depuis le 5 février dernier, le Pavillon Populaire - espace d'art photographique de la ville de Montpellier - a ouvert ses portes sur une rétrospective concernant " un des grands oubliés de la photographie humaniste française", Jean-Philippe Charbonnier (1921 - 2004).


Dans le sillage de Robert Doisneau et du courant photographique du milieu du XXe siècle, Jean-Philippe Charbonnier attire les foules, à titre d'exemple, plus de 1000 visiteurs ont été séduits par le huitième art le week-end dernier. Ce n'est rien d'exceptionnel quand on parcourt ce bel espace muséal organisé en thématiques géographiques ou sociales placé sous le commissariat d'Emmanuelle de l'Ecotais et la direction artistique de Gilles Mora.

Plus de deux cents clichés sélectionnés  à partir de 11 500 négatifs de planches de contact

Globe-trotter infatigable, il a parcouru différents continents au service du mensuel illustré français "Réalités", revue de luxe format tabloïd la plus influente en Europe depuis 1946 qui sera dissoute en 1978 dont il fut reporter salarié permanent de 1950 à 1974. Tout comme le photographe Édouard Boubat (1923 - 1999) recruté dans l'agence "Réalités", pendant 24 ans, Jean-Philippe Charbonnier a construit une œuvre témoin d'un temps passé sur l'état réel de la France dans ces deux décennies ; mais aussi, à la faveur d'un tour du monde en 1955, il saisit les territoires, équipé de deux appareils, l'un pour la couleur, l'autre destiné au noir et blanc, de l’Alaska à l’île de Sein, de New-York à Kyoto, du désert du Sahara au mythe américain des supermarchés américains ou la ségrégation raciale en Alabama comme son homologue le reporter photographe Raymond Depardon, point commun que l'on retrouvera dans les huis clos des emprisonnés en hôpitaux psychiatriques français "Bons pour l'asile : toute la vérité sur la façon dont on traite, en France, les maladies mentales", reportage publié en 1955 avec un texte d'Hervé Bazin.

un des reportages les plus puissants de Charbonnier, après six semaines de séjours dans différents hôpitaux psychiatriques de France de Sainte-Anne et Maison Blanche à Paris ou à Poitiers en 1955

Des grandes villes mondiales aux quartiers populaires parisiens, un impact sociologique

Eloigné des contingences du reportage événementiel, Charbonnier saisit des sujets-personnages communs pour nous livrer aujourd'hui encore sa perception de l'humanité. En installant une complicité avec les enfants au moyen d'une grimace, c'était sa porte d'entrée pour approcher l'intimité des gens d'alors, des familles - les mal logés - de l'ex-Courneuve ou Clichy représentés comme dans des tableaux, les mineurs du nord de la France se lavant dans une bassine, les bidonvilles de la banlieue parisienne se retrouvent en photographies, signes d'un autre temps dans une approche de la vie "cadence-décadence" pendant la période des Trente Glorieuses. 

"Le scandale des mal-logés", porte de Clichy, Paris, 1952 - épreuve gélatine argentique, tirage moderne - Jean-Philippe Charbonnier 

Une grande rétrospective qui devrait conforter l'engouement du public pour la photographie au même titre que les précédentes expositions de qualité telles que celle d'Andy Summers qui s'était tenue l'an passé  au Pavillon Populaire avec son record de 37 422 visiteurs l De quoi patienter avant l'exposition d'été 2020 consacrée à l'école de New York.

Arrêt de bus à Montgomery, Alabama, Etats-Unis, 1962 - épreuve gélatine argentique d'époque - Jean-Philippe Charbonnier

Pavillon Populaire - Esplanade Charles-de-Gaulle à Montpellier

Entrée libre du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h

Visites guidées gratuites  hebdomadaires :

Tous les mardis, tous les mercredis ( en famille), tous les vendredis  à 16h - Tous les samedis et dimanches à 11h, les samedis à 14h et 16h.
Réservation par e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Maison de l'Image Documentaire : bientôt « Le chant du cygne » d'Andrea Olga Mantovani

Andrea Olga Mantovani

Le chant du cygne

Exposition 17 janvier > 11 avril 2020

L'équipe de l'association CéTàVOIR est heureuse de vous présenter la prochaine exposition photographique à la Maison de l'Image Documentaire à Sète :

« Le chant du cygne » d'Andrea Olga MANTOVANI  

Géographe de formation, Andrea Olga Mantovani a travaillé durant 6 ans en Europe sur des problématiques environnementales et sociales et se consacre dès 2015 à la photographie. Durant plusieurs mois, la photographe a exploré la forêt millénaire de Bialowieza, dans la partie orientale de la Pologne, en cherchant à saisir les tenants et les enjeux du conflit qui s'y déroule. En effet, la plus ancienne forêt naturelle d'Europe, est, depuis le début de l'année 2016, le théâtre du plus important conflit environnemental du continent. Dans son approche, elle alterne des images de paysage célébrant la force et la beauté d'une nature immuable et des photographies plus allégoriques.

Télécharger le dossier

monsaiCapture

La Maison de l'Image Documentaire est soutenue par la Drac Occitanie, la Région Occitanie / Pyrénées - Méditerranée, l'Académie de Montpellier, le Conseil départemental de l'Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée et la Ville de Sète.CéTàVOIR - La MID est agréée par le Ministère de l'Éducation Nationale.

Copyright © 2019 Maison de l'Image Documentaire, All rights reserved

Maison de l'Image Documentaire
17 rue Lacan 34200 
Sète

Montpellier - Exposition "Peuples autochtones : odes à la nature" par Christian Puech

La ville de Montpellier organise une exposition photographique à ne pas manquer : « Peuples autochtones : odes à la nature ».  Les photographies ont été prises par Christian Puech,  qui est également le commissaire de l'exposition.  Cette exposition aura lieu  du 20 janvier au 14 février  2020 à l’Hôtel de ville de Montpellier. Entrée gratuite.

Lors du vernissage, le  20 janvier à 18 heures, aura lieu une causerie-débats avec le photographe-explorateur. 
Les 62 photographies exposées illustrent le mode de vie des Huaorani et Guarani d’Amazonie équatorienne  et brésilienne, les Afar et Bedja d’Afrique de l’ouest, les Vezo  pêcheurs nomades de  Madagascar, les Mayas du Guatemala et les Spiti Bhotia sur le toit du monde dans l’Himalaya.

L’exposition met en lumière la majestueuse beauté des lieux où vivent  ces peuples.  Elle montre également les particularités des modes de vies  durables des peuples autochtones représentés en matière  d’alimentation biologique, d’agro-foresterie, de  médecine douce et ayurvédique, de gérontologie ainsi que de gestion des ressources et  déchets…
 
L’explorateur Christian Puech souhaite sensibiliser le public sur les modes de vie durables de ces peuples et le respect de  leurs droits. La photographie de l’affiche de l’exposition représente Kampèré, un cacique indien Huaorani  d’Amazonie équatorienne, lequel dispose de plus de facilité à  communiquer avec les oiseaux de la canopée qu’avec les pétroliers qui forent et empoisonnent impunément depuis un demi-siècle la terre, l’eau douce, les poissons et l’air qui permettaient à sa communauté de survivre.
 
Le spectre des catastrophes environnementales  hante  l’année  dans laquelle  nous entrons.  Une partie de l’Amazonie brésilienne et de l'Australie sont partie en fumée cette dernière année et la canicule semble devenir de plus en plus courante dans tous les pays du monde. 

autochCapture
 
Cette exposition permet d’accentuer la  prise de  conscience de la beauté et de la diversité de notre planète. Elle est une invitation à en prendre soin.
 
Venez nombreux découvrir l'exposition et rencontrer le photographe-explorateur.
 
Informations pratiques :
 
Exposition du 20 janvier au 14 février 2020 à l'Hôtel de Montpellier. 
Horaires d'ouverture: du lundi au vendredi de 9 h à 17 h 30
Vernissage lundi 20 janvier à 18 heures.

Jeu-concours photo régional "Regards croisés sur l’eau"

Le concours photo régional « Regards croisés sur l’Eau » est ouvert du 1er janvier au 15 février.

Il invite les citoyens d’Occitanie à exprimer leur relation et leur attachement à notre bien le plus précieux qu’est l’eau au travers de photographies. En privilégiant une approche artistique et esthétique, les participants immortalisent leur vision de l’importance de l’eau pour l’homme.

Les photographies constitueront des regards subjectifs illustrant la diversité des usages, des activités liés à cet élément mais également sa valeur esthétique et contemplative intrinsèque.

Les participants au concours sont invités à prendre dûment connaissance du règlement ci-dessous avant de compléter le formulaire.