Retour sur l'expo Notes sur l'asphalte

23 200 personnes ont visité l'exposition "notes sur l'asphalte. Une amérique mobile et précaire, 1950-1990" qui était présentée au pavillon populaire du 8 février au 16 avril dernier

Equipement municipal d'art dédié aux expositions photographiques, le Pavillon Populaire s'impose au fil des années comme un espace d'art photographique incontournable dans l'Hexagone. Les visiteurs qui en franchissent les portes sont toujours plus nombreux, comme en atteste le succès de l'exposition "Notes sur l'asphalte. Une Amérique mobile et précaire, 1950-1990". 23 200 visiteurs ont poussé les portes du Pavillon Populaire pour découvrir les travaux des six chercheurs américains autour de la photographie dite vernaculaire. Familles, étudiants ou encore publics en situation de handicap, près de 2 000 personnes ont bénéficié des visites commentées gratuites pilotées par le pôle médiation. Pour poursuivre la saison américaine, deux nouvelles expositions sont accueillies au Pavillon Populaire d'ici la fin de l'année.

Exposition "William Gedney, Only the Lonely (1955-1984)", à découvrir du 28 juin au 17 septembre 2017
Après l'exposition "Notes sur l'asphalte. Une Amérique mobile et précaire, 1950-1990", le Pavillon Populaire poursuit sa saison consacrée à la photographie américaine et accueille cet été, du 28 juin au 17 septembre 2017, sous le commissariat de Gilles Mora, les oeuvres de William Gedney dans une exposition inédite intitulée "Only the Lonely". Cette première rétrospective d'envergure consacrée à un grand artiste dont l'oeuvre est encore trop méconnue en Europe comme aux Etats-Unis, sera réalisée à partir des archives de la bibliothèque Rubenstein Rare Book & Manuscript de l'Université de Duke, en Caroline du Nord. 

A l'automne, du 18 octobre 2017 au 8 janvier 2018, exposition "The Black Trilogy, 1970-1974" du photographe Ralph Gibson
Enfin, pour clôturer la saison américaine, l'espace d'art photographique accueillera du 18 octobre 2017 au 8 janvier 2018 l'exposition "The Black Trilogy, 1970-1974" de Ralph Gibson. Là encore, le directeur artistique du Pavillon Populaire a fait un choix audacieux. L'ensemble des tirages constituant l'intégralité de "La Trilogie" ainsi que des maquettes et des documents divers accompagnant la genèse de cette oeuvre majeure seront présentés pour la première fois.

Informations pratiques
Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle
Téléphone : 04 67 66 13 46
Ouvert du mardi au dimanche
De 10h à 13h et de 14h à 18h l'hiver, et de 11h à 13h puis de 14h à 19h, l'été. 

« Photomatic » de Cyril Hatt

Du 6 mai 2017 au 10 juin 2017 au N°5 GALERIE
Exposition présentée dans le cadre du parcours Hors les murs des Boutographies 2017

Cyril Hatt développe une pratique de la sculpture singulière pour laquelle la photographie se fait volume. Il
recrée, à leur échelle et en trois dimensions, les objets photographiés (sous tous leurs angles) en utilisant le tirage papier comme matériau. Il lui fait subir une série de détournement, d’altérations et de montages en opérant volontairement avec des moyens simples, aussi peu technologiques que possible. Paradoxalement bricolé et sophistiqué, le résultat est particulièrement troublant. Les pièces ainsi reconstituées en ont le caractère à la fois hyperréaliste, trompeur et virtuel. Cyril Hatt joue avec notre perception du volume et bouscule nos pensées sur la réalité, l’image, la perception, la représentation.

« La stéréophotographie est un précédé qui permet de créer l’illusion du relief en superposant deux
photographies prises d’un même objet ou lieu, mais à partir de points de vue légèrement différents, recréant la distance entre les deux yeux. C’est de centaines de points de vue qu’à besoin Cyril Hatt pour recréer le relief sans passer par l’illusion d’optique.
Si l’on y regarde de plus près, l’illusion ne tient pas : tous les objets qui voudront bien se laisser prendre aux ambiguïtés photographiques de Cyril Hatt, sont non pas des reconstitutions mais des fantômes. Creux,
vides, hâtivement collés avec les moyens du bord, ce sont à plus d’un titre, des illusions. Illusion de l’image, illusion du relief, tentation illusoire de posséder le corps et l‘âme de l’image. Avec des moyens techniques sommaires et une patience à toute épreuve, Cyril Hatt reconstitue, souvent dans l’à peu prés causé par le calage des images, ce qui est tombé devant son objectif. Objets courants, tentation moderne, outils obligés, tout y passe. Pour dire que tout objet (même de consommation) est illusion ? Il rejoindrait alors l’ordre symbolique de la nature morte des seizième et dix-septième siècle. Un monde silencieux, une vie en attente.
Observation et patience lui permettent donc de reconstituer des formes humbles où usage et usure se rejoignent. Ici mobylettes, voitures, appareils électriques et outils ménagers, paires de chaussures ou appareils photographiques ne sont plus pris dans la mode ou la tentation. En les privant de leur séduction, en les remontant comme des puzzles, en fragilisant tout ce qui faisait leur valeur marchande, Cyril Hatt les fait passer en contrebande du côté de l’art. » (extrait du texte De natura rerum de François Bazzoli)

« Photomatic » de Cyril Hatt
Du 6 mai 2017 au 10 juin 2017
Du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 18h30
Vernissage le mardi 9 mai de 17h à 20h
N°5 GALERIE - 5 rue Sainte Anne, 34000 Montpellier - 09 81 05 39 75
https://numero5galerie.wordpress.com/
https://www.facebook.com/numero5galerie?ref=hl

Les Boutographies

Festival de la photographie - Boutographies 2017
Sous la direction de Monsieur Philippe Saurel, maire de Montpellier, Peter Vass, Président de l'association Grain d'image, Président des Boutographes,et d'autres personnalités, Mardi 18 avril s'est tenue, à l'Hôtel de Ville de Montpellier, une conférence de presse destinée à faire connaître le programme des prochaines Rencontres photographiques de Montpellier.
Dédié à la jeune photographie européenne, ce festival va se dérouler durant 3 semaines à Montpellier et proposer des expositions, des rencontres, des lectures, des projections, des ateliers, des conférences dans différents lieux et galeries de la ville.
Ce festival, initié il y a 16 ans par un groupe d'amoureux de la photographie,s'est considérablement développé et atteint aujourd'hui une grande renommée en France et à l'étranger.La programmation 2017, riche et très variée présente les usages talentueux de la photographie à travers d'innombrables clichés dont la beauté, le travail, la recherche, la construction offrent une maîtrise parfaite de cet art. Dans cette sélection 2017, le Proche et Moyen Orient sont très présents et ces regards différents associés à ceux plus connus d'ici apportent à cette rencontre une diversité et une richesse incontestables.
Le programme est varié et les expositions se dérouleront sur plusieurs sites : l'inauguration officielle aura lieu au Pavillon Populaire- Esplanade Charles de Gaulle- le samedi 6 mai à 11h.
Du Pavillon Populaire au Musée Fabre, de la Panacée au Carré Sainte Anne, de l'Espace Saint Ravy à l'Espace Dominique Bagouet, en passant par le Gazette Café, Montpellier va permettre à chacun de s'émerveiller devant les oeuvres des 11 talentueux artistes sélectionnés pour cette édition, de découvrir leur travail.
Pour venir à ces rencontres, pour loger à moindre coût sur place, un dossier très précis et regorgeant d'indications précieuses est consultable ici:

www.boutographies.com

60 ans de photos argentiques avec Robert Pialoux

Le photographe Robert Pialoux longtemps Responsable du service photographique du Centre départemental d'études pédagogiques de Bourges dès 1984 se revendique « artisan de la photographie : perfectionniste, exigeant mais aussi modeste et pudique ».

Robert Pialoux présente au centre culturel Béranger de Frédol à Villeneuve-lès-Maguelone un panel restreint de photos témoignages - reportages, des portraits et des photos d’art de sa création, exclusivement en argentique noir et blanc, Leica en main.

Sa maîtrise du travail de laboratoire lui a valu de collaborer aux œuvres de grands photographes tels que « Doisneau » ou « Jean Suquet » prix NIEPCE.

Du 13 avril au 20 mai, exposition de Robert Pialoux
Galerie centre culturel Bérenger de Frédol
Villeneuve-lès-Maguelone

Vernissage, le vendredi 14 avril à 18h.

L'exposition "Persistances" de la montpelliéraine Leslie Verdet

Espace Saint-Ravy, Du 25 Mars au 16 Avril 2017

En attendant l'annonce en avril de la sélection des onze artistes ou collectifs qui exposeront à l’Espace Saint-Ravy en 2017-2018, la salle municipale dédiée à la création émergente poursuit son cycle d’expositions. Ce sont les photographies de Leslie Verdet, jeune montpelliéraine de 29 ans, diplômée de l’École Nationale Supérieure de Photographie d’Arles, qui seront dévoilées au public du 25 mars au 16 avril 2017.
Un vernissage de l'exposition est prévu le vendredi 24 mars 2017 à 18h30.

L'exposition "Persistances" ou une errance dans le temps et l'espace
Cette exposition "Persistances évoque le "passage", cet étonnement de l'instant : voir, rencontrer, laisser derrière nous, comme sur une route le paysage défile, ce que nous ne verrons plus jamais, une interrogation lancinante de la présence et de la disparition" explique Leslie Verdet.
L'exposition donne à voir des visages, des paysages urbanisés ou naturels, des détails : des instants de vie saisis comme dans un journal de bord, à Venise, Arles, Paris ou encore Edimbourg.
Les photographies de Leslie Verdet, exclusivement en noir et blanc, qui seront exposées à l'Espace Saint-Ravy fonctionnent toutes par séries. "Une image ne va pas sans se couler dans celle qui la suit et la précède", explique la photographe.
Un univers onirique fait de détails, de "persistances", à découvrir jusqu'au dimanche 16 avril 2017.

Expo photos : "Le corps et la danse"

Un mariage sur les formes du corps avec le graphisme, par Michel Dumergue

Du 13 mars au 13 mai, la Communauté d'agglomération du bassin de Thau ouvre toutes ses médiathèques aux artistes autour du thème "Corps en mouvement". C'est donc tout naturellement que les responsables de la médiathèque de Marseillan "La Fabrique" ont invité le photographe marseillanais, Michel Dumergue. Photographe sportif depuis de nombreuses années, Michel travaillait justement depuis 2 ans sur les danseuses et danseurs : " Ma série de photos est une recherche et un mariage sur les formes du corps avec le graphisme. En associant le nu artistique à des formes graphiques, j’ai essayé de dégager une harmonie, de la sensualité, des émotions et de la douceur. J'ai commencé ce projet il y a 2 ans. C’est aussi un hommage à ces danseuses et danseurs qui travaillent dur, qui mettent leur corps à rude épreuve, pour offrir un spectacle merveilleux. Dans la plupart des spectacles de danses, leurs corps sont habillés, et j’ai voulu montrer justement leurs nudités, leurs beautés cachées, leurs magnifiques corps qui reflètent les heures, les jours et les années de travail. J’ai une profonde admiration pour ces personnes, qui m’ont beaucoup apporté dans mes séances de prises de vues, dont certaines n’avaient jamais posé nues. Elles se sont investies à 200% dans mon projet, encore une fois elles ont montré une motivation exceptionnelle."

Chez Michel Dumergue, la nudité reste le symbole d’une forme de pureté. Mais ce symbole se tord, s’étire et nous emmène dans un monde onirique. Au mystère de la présence du nu répond l'énigme du lieu où il se retrouve. Michel Dumergue ouvre une porte dans laquelle s’engouffre un vent de poésie. Photographe réputé dans l’univers du sport, Michel nous démontre qu’il est devenu en quelques années un véritable artiste avec des créations très personnelles qui renversent les standards du nu.

C'est une trentaine de photos noir et blanc que l'on peut découvrir à la médiathèque de Marseillan, du 17 mars au 11 avril.
Site : http://www.micheldumergue.fr

Vernissage de l'expo "Les Thermes"

28 janvier - 18 mars 2017, du mercredi au samedi de 15h à 19h

La galerie Annie Gabrielli a plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition "Les Thermes" en présence de l'artiste.

La photographe française Muriel Bordier réalise des mises en scènes numériques de petits personnages perdus dans des espaces contemporains géants idéalisés comme des lieux de travail, des musées ou dans cette série des « Thermes » et des piscines.
Tout l’intérêt de ses images réside dans l’individualité des gestes de chaque personnage et des situations pleines d’humour qui se révèlent dans les détails.
Cliquez ici à aller son site pour pouvoir zoomer dans les images.

Galerie Annie Gabrielli
33 avenue François Delmas (av. de Nîmes)
34000 Montpellier
Tél. 06 71 28 53 24
Entrée libre - Ouvert du mercredi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous 7/7 jours.

festival "printemps des photographes" à Sète

Le Printemps des Photographes # 3... A chacun son « Odyssée » !

La 3ème édition de cet événement photographique prend sa place dans le paysage culturel sétois du 24 mai au 11 juin, en s’intégrant dans le cœur de ville pour offrir une nouvelle série d'expositions photographiques personnelles de haut niveau.

Le « Printemps des Photographes », organisé en 2016 par l'association « Collectif Images », a rencontré un vif succès public en offrant aux très nombreux visiteurs une vingtaine d'expositions photographiques de grande qualité dans différents lieux, le long du Canal Royal de Sète, en centre ville.

Le thème proposé cette année est « ODYSSEES », clin d’oeil à Ulysse et à la Méditerranée. Thème qui a été décliné de bien des façons par les photographes sélectionnés, chacun ayant interprété le thème avec sa vision et sa sensibilité, de l' approche documentaire à la vision onirique !

Les 18 photographes retenus parmi les nombreux dossiers reçus, vivant pour la plupart dans le « Grand Sud », ont séduit le jury autant pour l’originalité de leur point de vue et leur esprit créatif que pour la variété des sujets et la qualité photographique de leur travail. Les voici : Bernard Christelle, Blanc Eric, Cohen Cathy, Corbier Claude, Costan Emmanuel, Débit de Beau, Devis Chloé, Dubos Laure, José Almendra Elysabeth, Gallet Jean-Claude, Girondel Thomas, Guilmain William, Lange Gilles, Lecomte Vincent, Pepy Guillaume, Reynes Jean, Tribondeau Bernard, Vezon Thierry.

Parallèlement aux expositions, tout au long du festival, sont proposés : soirées festives avec présentations de toutes les « Odyssées », conférences, projections, marathon photo... De belles occasions de rencontres et partages autour de l'art photographique.

Pour rendre agréable une déambulation sur un parcours plein de surprises et une découverte du centre ville, des plans avec les lieux d'exposition sont distribués gratuitement. Dans la plupart des lieux, les auteurs photographes sont présents et vous accueillent, notamment les week-ends.

Conçu et animé par une équipe de bénévoles motivés, le « Printemps des Photographes » s’adresse aux professionnels, aux amateurs et au grand public de la photographie . Vous êtes invités à venir nombreux découvrir ces « Odyssées » qui vous feront voyager dans la réalité et la poésie de l'image autant que dans le cœur et l'esprit de celles et ceux qui la créent.

Contacts : Catherine Colas : 06 22 26 25 13 ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Serge Tribouillois : 06 84 86 78 18 ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La photographie documentaire des Etats-Unis au Pavillon populaire

Le pavillon populaire propose à ses visiteurs un voyage au coeur de l'Amérique des années 50 aux années 90 au travers des archives et des travaux de six chercheurs de Notes sur l'asphalte : John Brinckerhoff Jackson, Allan Jacobs  ou encore Chester Liebs. 

Dans la seconde moitié du XXI ème siècle des architectes, géographes ou urbanistes sont partis sur les routes des Etats-Unis pour immortaliser et archiver leur visuel pour des recherches universitaires. En résulte des milliers de prise de vues d'espaces publiques et de la vie quotidienne dont une centaine est ici enfin  et pour la première fois exposée.


Cette photographie "vernaculaire"  fige avec une authenticité poignante les clichés et délices d'une époque révolue. Défilent ainsi les paysages surannés des motels, festivités et embouteillage de limousines américaines.

Un diaporama des travaux de Lowenthal vient compléter l'exposition.

Pavillon populaire, esplanade Charles de Gaulle, Montpellier
Du 08 février au 1 avril 2017
De 10h à 13h et de 14h à 18h 
Tous les jours sauf le lundi
Entrée libre

Simon Bacle

Retour sur l'expo Louise Dahl-Wolfe au Pavillon Populaire

Près de 25 000 visiteurs ont découvert Louise Dahl-Wolfe au Pavillon Populaire de Montpellier


Ce sont près de 25 000 visiteurs qui se sont rendus au Pavillon Populaire depuis le 19 octobre dernier afin de découvrir les œuvres de l’américaine Louise Dahl-Wolfe, considérée comme l’une des pionnières de la photographie moderne de mode. 120 oeuvres y étaient présentées : photographies de mode en noir et blanc ou en couleur, natures mortes, portraits de célébrités ou encore couvertures originales du célèbre magazine Harper’s Bazaar. Autant d'oeuvres qui abordaient les différents temps forts qui ont rythmé la carrière artistique de Louise Dahl-Wolfe. C'est un succès pour cette exposition qui clôture le cycle 2016 du Pavillon Populaire consacré aux femmes photographes.

Remise des prix d'ExploraThau

Le Syndicat mixte du bassin de Thau (SMBT) a donné rendez-vous au public samedi 7 janvier au Jardin Antique Méditerranéen (JAM) à Balaruc-les-Bains pour remettre les prix de la 5ème édition d'Explorathau, le concours de photographie qu'il organise chaque année pour mettre en valeur les richesses du territoire et sensibiliser le public à la nécessité de préserver son environnement. C'est également dans ce jardin remarquable que les 14 plus belles photos de cette édition seront exposées lors sa réouverture en mars prochain.
Au coté de François Commeinhes, on notait la présence, entre autres, de Gérard Canovas, le maire de Balaruc-les-bains, d'Yves Michel, le maire de Marseillan et de Jacques Adgé le maire de Poussan ainsi que celle de Laurent Fabre le directeur du JAM et d'André Cervera, artiste-peintre de renom et parrain de la 5ème édition du concours.

 

Devenant au fil des éditions le rendez-vous photographique de la rentrée, Explorathau a déjà rassemblé plus de 600 photographes amateurs et professionnels.

Cette année encore le territoire de Thau fait rêver et les participants ont présenté de très beaux clichés dans les cinq catégories proposées. Des paysages enchanteurs aux espèces fantastiques, les clichés de cette édition ont séduit les membres du jury qui ont eu la lourde tâche de sélectionner les 7 photographies gagnantes. Le vainqueur du prix des internautes a, quant à lui, été désigné par 171 voix.

C'est sous un soleil vivifiant qui donnait à donnait tout son éclat à ce magnifique jardin méditerranéen et, après un mot d'accueil de Gérard Canovas, maire de Balaruc-les-Bains, que François Commeinhes, président du Syndicat mixte du bassin de Thau, a salué le travail de tous les photographes et ouvert cette cérémonie de remise des prix aux 7 photographes gagnants dans chacune des catégories.

 

  

Prix des internautes :
Jean-Christophe Auguet pour la photo "Au bout du chemin"

Prix "hippocampe d’argent"
(un lauréat dans chaque catégorie)

  • Catégorie "envolées majestueuses"
    Didier Mur pour la photo "Transparence"

  • Catégorie "1001 secrets des rivières de Thau"
    Florian Ambrosino pour la photo "La Vène d’Or"

  • Catégorie "monde fantastique de la lagune de Thau"
    Jean-Claude Gallet pour la photo "Lagune miroir"

  • Catégorie "Plaines enchantées"
    Didier Mur pour la photo "Les blés de Bellevue"

  • Catégorie "zones humides féériques"
    Florian Ambrosino pour la photo "Miroir merveilleux"

Prix "hippocampe d’or"
(lauréat toutes catégories confondues)
Ludovic Giffard pour la photo "Salines de Sète à sec"

Prix des internautes :
Jury : André Cervera
Prix attribué à Jean-Christophe Auguet pour la photo "Au bout du chemin"

Prix "hippocampe d’argent"
(un lauréat dans chaque catégorie)

  • Catégorie "envolées majestueuses" Jury : Yves Michel
    Prix attribué à Didier Mur pour la photo "Transparence" –
  • Catégorie "1001 secrets des rivières de Thau"
    Jury : Gérard Canovas
    Prix attribué à Florian Ambrosino pour la photo "La Vène d’Or"
  • Catégorie "monde fantastique de la lagune de Thau"
    Jury : Stéphane Martinez
    Prix attribué à Jean-Claude Gallet pour la photo "Lagune miroir"
  • Catégorie "Plaines enchantées"
    Jury : Laurent Fabre
    prix attribué à Didier Mur pour la photo "Les blés de Bellevue"
  • Catégorie "zones humides féériques"
    Jury : André Cervera
    Prix attribué à Florian Ambrosino pour la photo "Miroir merveilleux"

Prix "hippocampe d’or"
(lauréat toutes catégories confondues)
Jury : François Commeinhes
Prix attribué à Ludovic Giffard pour la photo "Salines de Sète à sec"

L'arbre à vœux d'André Cervera

Après la remise des prix, Laurent Fabre, Directeur du JAM, et André Cervera, parrain de l'événement, ont présenté l'arbre à vœux d'André Cervera placé au cœur du Jardin Antique Méditerranéen. Invité par l'artiste, les participants ont alors copieusement rempli les branches de cet arbre de rubans colorés, sans oublier de faire un vœu (Aujourd'hui en Chine, hier en Inde, avant-hier en Afrique et parfois autour du Bassin de Thau, André Cervera est un peintre en mouvement, artiste contemporain de renom, parrain de ce cinquième concours ExploraThau)

Pour terminer cette belle journée, sur la terrasse du jardin, avec une superbe vue sur l'Etang de Thau, les convives ont pu rencontrer les participants, admirer les photos et les commenter avec eux avant de se réchauffer en dégustant une succulente soupe aux champigons et en trinquant à l'amitié. Un moment extraordinaire !

Annick Pratlong