Du « low cost » au local

Grâce aux compagnies aériennes à bas coût de nombreux français ont la possibilité de connaître d’autres horizons et d’autres cultures. Il faut s’en réjouir. Mais derrière les cartes postales le tourisme de masse planétaire a aussi ses effets pervers : dégâts pour l’environnement, pillage des ressources naturelles, travail des enfants, tourisme sexuel, etc.
Alors certes il faut voir du pays mais commençons par le nôtre.
Le Conseil Régional lance actuellement une nouvelle campagne pour promouvoir les richesses touristiques de notre région. Plus proche de nous encore le Département de l’Hérault soutient le développement d’un réseau de grands sites et de sites majeurs, d’un tourisme vigneron, et d’une gamme complète de loisirs de nature dans le cadre d’un Tourisme durable. Le Département soutient également l’hébergement touristique et agit en faveur de la qualité, reconnue par des labels.
Ces initiatives au bénéfice d’un tourisme de proximité doivent être saluées. Redécouvrir notre région, son patrimoine architectural, ses paysages et sa nature, sa gastronomie et sa culture est une aventure que nous pouvons renouveler sans cesse.
Il n’est pas nécessaire de courir à l’autre bout du monde pour trouver la beauté et le bonheur. Il y a mieux à faire : privilégier la richesse accessible et saine de notre terroir.  Aux bas coûts illusoires des « tour operators », préférons le local  au low cost...

» lire l'édito complet

Petru Guelfucci à Montpellier

Né à Sermanu, petit village de Haute Corse, Petru Guelfucci est issu d'une famille de chanteurs et musiciens. A 14 ans il se produit déjà, dans des veillées et des animations, avec le groupe folklorique "A Manella".

A 18 ans, il rencontre un des principaux acteurs du mouvement culturel corse des années 1970 et rejoint un ensemble de jeunes Corses enthousiastes et désirant sauvegarder leur patrimoine; ainsi va naître le groupe Canta u populu corsuqui, dans ses chansons, ravivera la flamme nationaliste
Petru Guelfucci, figure emblématique du renouveau de la polyphonie corse, quitte, en 1981, le groupe Canta u populu corsu,après s'être produit pendant 6 ans avec lui et se lance en 1987 dans une carrière en solo.
Son 1er disque Isula remporte un très grand succès: de magnifiques textes traduisant son amour pour son île, une voix hors du commun à la modulation unique appelée riucade. D'autres albums suivent qui confirment la qualité de ce chanteur dont Gilbert Bécaud disait en 1999...

» Musique

Le monde en 2050

Quelles opportunités pour l'économie régionale ?

Le centre de gravité de l’économie mondiale devrait se déplacer vers les économies émergentes. Dans le même temps le développement des marchés émergents est créateur de nombreuses opportunités pour les entreprises françaises.

Ne pas s’intéresser à ces marchés émergents, c’est se priver de l’essentiel de la croissance économique que le monde devrait connaître entre aujourd'hui et 2050. C’est particulièrement vrai pour notre région dont les deux secteurs phares sont l’agriculture-agroalimentaire avec ses indéniables atouts à l’export et le tourisme avec ses 38.000 entreprises prêtes à défendre la destination Occitanie, Pyrénées-Méditerranée dans le monde entier. ..

» Economie

AGORA DU CRÈS

Après deux ans de construction, l'Agora du Crès fut inaugurée à l'occasion d'une après-midi "portes ouvertes". Lieu de rassemblement politique, mercantile et social, l'agora de la Grèce antique a donné son nom à cet espace pour servir la scène artistique régionale.
Les Cressois se pressaient nombreux dans le hall et sur le parvis. Le nouvel espace évoque un temple grec, d'une superficie de 1300 m2 dont la couverture est maintenue par 9 énormes mégalithes de granit pesant chacun 19 tonnes. Un vaste hall d'accueil conduit à la salle de spectacle en forme d'oeuf pouvant accueillir 250 personnes. L'ensemble est doté d'une acoustique excellente qui permettra une belle programmation pluridisciplinaire.
Monsieur Gabriel Lucas de Leyssac, Directeur artistique de l'Agora mais aussi du Kiasma à Castelnau-le-Lez qui sera inauguré en Juin 2017, a concocté une programmation riche dans ces 2 salles pour cette saison 2017...

» page Echos/Le Crès

LE PRÉFET À LA CGI

Société de service informatique, CGI est un groupe démarré il y a 40 ans au Canada et 5ème acteur mondial indépendant en technologie de l'information. Elle compte 22 sites d'implantation répartis en France, au Maroc, au Luxembourg et offre un large portefeuille de services en informatique, management, développement et maintenance d' applications informatiques et aide à l'intégration numérique des grands comptes. Elle conseille l'industrie, les transports, les médias, les écoles.
Le site montpelliérain installé à Castelnau-le-Lez est un centre d'excellence dont l'objectif - comme celui de Toulouse - est d'aider les organismes publics et entreprises à maîtriser les dernières innovations en matière de cyber sécurité, big data...
1000 salariés travaillent en Occitanie dont 350 à Montpellier et cette société en pleine croissance prévoit une embauche de 68 salariés supplémentaires en 2017 à Castelnau-le-Lez...

 suite en page Echos/Castelnau-le-Lez

ROBUSTA 1 B DERNIER NÉ DE L'UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER

Après Robusta 1 lancé en 2012 depuis Kourou en Guyane, étudiants et chercheurs montpelliérains  travaillent sur un nouveau nanosatellite avec de nombreux débouchés pour les étudiants, tandis qu'au même moment, des entreprises aéronautiques toulousaines viennent s'implanter sur le campus Saint-Priest, Centre Spatial Universitaire de Montpellier soutenu par la Fondation Van Allen qui finance la formation des étudiants.
Robusta 1 B, un minuscule boîtier bourré de composants et de hautes technologies, à l'abri des poussières dans une salle blanche, est prêt à être envoyé en orbite autour de la terre. Le nanosatellite doit décoller en février 2017...

» Suite en page Sciences

RÉTROSPECTIVE D'UN PEINTRE MONTPELLIÉRAIN FRANÇOIS ROUAN

A partir du 4 février 2017, le musée Fabre de Montpellier honore un de ses enfants qui n'avait jamais fait l'objet d'une rétrospective dans sa ville natale.
En effet, l'exposition "François Rouan, Tressages, 1966-2016" va mettre en valeur le travail de peinture de l'artiste né à Montpellier en 1943. Mené depuis le milieu des années 60, ce travail exigeant, jouant tantôt d’une monochromie presque austère, tantôt d’une exubérance colorée et baroque, déploie les différentes modalités d’une technique inventée dès 1965 : le tressage.
L’exposition retracera ces quelques cinquante années de peinture avec une sélection très serrée : une cinquantaine de tableaux seulement, choisis parmi les plus importants, pour jalonner ces cinq dizaines d’années, de 1966 à 2016..

 » suite en page Beaux-Arts/Expos

la place de la Comédie vers 1840

Voici un des plus anciens clichés photographiques de Montpellier. A l’exception d’une photo datée du 18 octobre 1839, prise par un opticien de la ville, M. Philippe, il n’en existe pas de plus vieux. Ainsi, Montpellier rejoint Paris, dont la plus ancienne photographie connue, boulevard du Temple, date de 1839.
Fabrice Bertrand remet le cliché en lumière pour honorer la mémoire de Roland Jolivet, auteur et savoureux conteur de l’histoire locale, disparu il y a un an, qui l’avait présenté dans un de ses ouvrages, "Montpellier Secrète et Dévoilée" . Le brillant érudit montpelliérain en décrit les grandes lignes, en cours d'étude: la statue des Trois Grâces, alors plus proche du théâtre et sans son œuf...

 » Patrimoine
Histoire de Montpellier

MUSÉE ALBERT DUBOUT JUSQU'AU 30 MARS 2017

Le bâtiment la Redoute de Ballestras construite pierre par pierre par les compagnons du Devoir au XVIIe abrite le musée construit sur une presqu'île dès 1992.
Durant plusieurs décennies, Albert Dubout, le dessinateur humoriste et caricaturiste amoureux des chats a mis en scène sous ses traits de crayon incisifs la vie des Palavasiens dont il faisait partie. Fort d'avoir immortalisé la vie quotidienne des gens qui fréquentaient la station balnéaire de Palavas les Flots, ses affiches et autres supports qui placent les gens du sud dans des situations cocasses, le petit train à vapeur, les allées et venues à la plage, tout est prétexte à sourire...

» Suite en page Culture

Le leader européen de l’isolation électrotechnique est héraultais

La SEG, entreprise de taille moyenne basée à Poussan, innove depuis 60 ans. Toujours pionnière sur son secteur avec un process qui allie respect de l’environnement et économie d’énergie, elle a aujourd'hui une ambition mondiale.

Peu connue du grand public, La SEG Diélectriques, dite "l’usine rouge", entreprise de Poussan, est le leader français de la fabrication de produits diélectriques qui sont au cœur d’innombrables produits.
Ces isolants, résines d’imprégnation, vernis de protection et autres résines protègent nombre de parties des véhicules, se retrouvent dans des applications marines, aéronautiques et spatiales, dans les transformateurs des éoliennes, voire dans les moteurs d’équipements électroménagers...

Economie

l'Hérault fait son entrée au Salon de l'agriculture

Le Département de l’Hérault s’expose pour la première fois au Salon International de l’Agriculture à Paris, du 25 février au 5 mars, aux côtés de la Chambre d’Agriculture et d’Hérault Tourisme qui s’associent à la manifestation. Un événement de taille, pour soutenir et valoriser les filières viticoles et agricole, et vanter les spécificités et la qualité de nos produits du terroir ainsi que l’offre oenotouristique. Rendez-vous Hall 3 – B126.
Deux filières en devenir, les plantes aromatiques-médicinales et la spiruline, seront mises à l’honneur sur le stand Hérault...

 » Echos/Hérault

Le Languedoc viticole, ce « nouveau monde du vieux monde »

En ce début d’année, qui voit les événements professionnels se multiplier jusqu’à l’ouverture du Salon International de l’Agriculture, le terme de terroir s’affiche partout.L’américaine Christie Canterbury, Master of Wine, en dessine les contours, pose son regard sur les vins qu’il engendre et sur les vignerons qui l’expriment depuis trente ans. Dans une plongée au cœur des AOP Languedoc à l’occasion d’une master class à Montpellier, elle analyse des raisons de leur renommée à l’international. Son point de vue distancié projette notre région, loin des tensions et de la morosité économique ambiante, comme « un nouveau monde du vieux monde ».
Sorti des arrachages massifs du vignoble en vins de table, le Languedoc ne possédait pas d’AOP au début des années 1980...

» Terroirs / Vigne

Facebook

Suivez-nous !

Twitter

Suivez-nous !

L'infolettre, c'est gratuit