Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Prime à la conversion : comment en bénéficier ?

 

Afin d’encourager les citoyens à acheter une voiture plus propre, une prime à la conversion (à la casse) a été mise en place. Cette dernière est versée, sous condition, lors de l'achat ou de la location d'un véhicule peu polluant si, dans le même temps, le véhicule mis à la casse est un ancien véhicule diesel ou essence. Mais qui peut la demander ? Comment fonctionne-t-elle précisément ? Toutes les réponses.

Dans le cadre du Plan de relance de l'économie et dans la continuité du Plan de soutien à la filière automobile, de nouvelles modalités de la prime à la conversion sont entrées en vigueur le 3 août 2020. Elles concernent les véhicules neufs commandés et facturés à compter du 03/08/2020 et les véhicules d'occasion cédés à compter du 03/08/2020.

Retrouvez les règles en vigueur du 3 août 2020 au 30 juin 2021 inclus. De nouvelles règles s'appliqueront à partir du 1er juillet 2021.

Qui peut demander la prime à la conversion ?

Pour bénéficier de la prime à la conversion, il faut plusieurs conditions :

  • être majeur
  • être domicilié en France
  • mettre en destruction un véhicule ancien
  • acheter un véhicule peu polluant
  • avoir un revenu fiscal de référence par part inférieur ou égal à 13 489 € (avis d'impôt 2019 sur les revenus 2018). Toutefois, dans le cas ou le véhicule acheté est électrique ou hybride rechargeable, la prime reste valable même en cas de dépassement de ce seuil).

Lire aussi : Achat d’un véhicule neuf : Renforcement du bonus écologique

Comment bénéficier de la prime à la conversion lorsque le revenu fiscal de référence est inférieur ou égal à 13 489 € par part ?

Le type de véhicule à mettre à la casse

L’obtention de la prime à la conversion est conditionnée par la mise en destruction d’un véhicule respectant les critères suivants. Le véhicule doit :

  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE)
  • avoir fait l'objet d'une 1ere immatriculation :
    • avant janvier 2006 pour un véhicule essence
    • avant janvier 2011 pour un véhicule diesel
  • appartenir au bénéficiaire de la prime depuis au moins 1 an
  • être immatriculé en France dans une série normale ou avec un numéro d'immatriculation définitif
  • ne pas être gagé
  • s'agissant d'un véhicule endommagé : il être assuré depuis au moins 1 an à la date de sa remise pour destruction ou à la date de facturation du véhicule acquis ou loué
  • être remis pour destruction, dans les 3 mois précédant ou les 6 mois suivant la facturation du véhicule neuf à un centre « véhicules hors d'usage » (VHU) agréé ou à une installation agréée de dépollution et de démontage de véhicules hors d'usage.

Le type de véhicule à acheter ou à louer

Si le véhicule détruit répond aux critères énoncés dans le point précédent, la prime à la conversion pourra être versée à condition que le véhicule acheté ou loué réponde aux critères suivants. Le véhicule doit :

  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE) électrique (dont le taux d'émission de CO2 est de 20g/km au plus)
  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE) hybride rechargeable (dont le taux d'émission de CO2 est de 50g/km au plus)
  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE) dont le taux d'émission de CO2 est compris entre 51g et 137g/km, classé électrique, ou Crit'air 1, ou Crit'air 2. Le véhicule Crit'air2 doit être immatriculé après le 1er septembre 2019. Le seuil de 137 g/km est remplacé par le seuil de 109 g/km pour les VP ou CTTE lorsqu'ils sont immatriculés avant mars 2020 ou immatriculés à l'étranger avant d'être immatriculés en France et pour les véhicules accessibles en fauteuil roulant.

Par ailleurs, le véhicule doit également remplir les conditions suivantes :

  • être acheté ou loué (avec option d'achat ou pour une durée d'au moins 2 ans)
  • avoir un coût d'acquisition inférieur ou égal à 60 000 € TTC. Pour les modèles éligibles à l'achat et classés Crit'Air 1 (taux de CO2 de moins de 137 g/km selon la norme WLTP) ou Crit'Air 2 (immatriculé pour la 1ère fois après le 1er septembre 2019), le coût d'achat doit être de 50 000 € maximum.
  • être immatriculé en France avec un numéro définitif
  • ne pas être considéré comme un véhicule endommagé
  • ne pas être vendu dans les 6 mois suivant son achat ni avant d'avoir parcouru au moins 6 000 km.

Les 2 roues et 3 roues aussi concernés

Le véhicule acheté ou loué peut également être un 2 roues, 3 roues ou quadricycle électrique :

  • sans batterie au plomb
  • dont la puissance maximale nette du moteur est au moins égale à 2 ou 3 kW (selon la norme européenne applicable)
  • il ne doit pas être vendu l'année suivant sa 1ère immatriculation ni avant d'avoir parcouru au moins 2 000 km.

Comment bénéficier de la prime à la conversion lorsque le revenu fiscal de référence est supérieur ou égal à 13 489 € par part ?

Le type de véhicule à mettre à la casse

L’obtention de la prime à la conversion reste possible même lorsque le revenu fiscal de référence est supérieur ou égal à 13 489 € par part, mais à condition que le véhicule acheté ou loué soit un véhicule électrique, donc très peu polluant.

Le véhicule détruit, doit lui répondre aux critères suivants :

  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE)
  • avoir fait l'objet d'une 1ere immatriculation avant janvier 2006 pour un véhicule essence, avant janvier 2011 pour un véhicule diesel
  • appartenir au bénéficiaire de la prime depuis au moins 1 an
  • être immatriculé en France dans une série normale ou avec un numéro d'immatriculation définitif
  • ne pas être gagé
  • s'agissant d'un véhicule endommagé : il être assuré depuis au moins 1 an à la date de sa remise pour destruction ou à la date de facturation du véhicule acquis ou loué
  • être remis pour destruction, dans les 3 mois précédant ou les 6 mois suivant la facturation du véhicule neuf à un centre « véhicules hors d'usage » (VHU) agréé ou à une installation agréée de dépollution et de démontage de véhicules hors d'usage.

Le type de véhicule à acheter ou à louer

Si le véhicule détruit répond aux critères énoncés dans le point précédent, la prime à la conversion pourra être versée à condition que le véhicule acheté ou loué soit un véhicule électrique, et plus précisément qu'il réponde aux critères suivants. Le véhicule doit :

  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE) électrique (dont le taux d'émission de CO2 est de 20 g/km au plus)
  • être une voiture particulière (VP) ou une camionnette (CTTE) hybride rechargeable (avec un taux d'émission de CO2 ⩽ 50g/km).

Par ailleurs, le véhicule doit également remplir les conditions suivantes :

  • être acheté ou loué (avec option d'achat ou pour une durée d'au moins 2 ans)
  • avoir un coût d'acquisition inférieur ou égal à 60 000 € TTC
  • être immatriculé en France avec un numéro définitif
  • ne pas être considéré comme un véhicule endommagé
  • ne pas être vendu dans les 6 mois suivant son achat ni avant d'avoir parcouru au moins 6 000 km.

Les 2 roues, 3 roues et quadricycle électriques aussi concernés

Le véhicule acheté ou pris en location peut aussi être un 2 roues, 3 roues ou quadricycle électrique :

  • sans batterie au plomb
  • dont la puissance maximale nette du moteur est au moins égale à 2 ou 3 kW (selon la norme européenne applicable)
  • il ne doit pas être vendu l'année suivant sa 1ère immatriculation ni avant d'avoir parcouru au moins 2 000 km.

Quel est le montant de la prime à la conversion ?

Le montant de la prime à la conversion peut varier entre 100 € et 5000 € en fonction du type de véhicule acheté ou loué et de la situation du demandeur (ménages très modestes et « gros rouleurs », ménages modestes dont le RFR est inférieur ou égal à 13 489 €, autres ménages).

Consultez le barème de la prime à la conversion [PDF - 520,92 Ko]

La prime à la conversion également cumulable, sous condition, avec le bonus écologique, ce qui peut permettre dans certains cas de toucher jusqu'à 11 000 € (prime + bonus).

Pour avoir une idée plus précise du montant de prime dont vous pourriez bénéficier, vous pouvez utiliser le simulateur du ministère de la Transition écologique et solidaire en cliquant sur le lien suivant :

Estimez le montant de votre prime à la conversion

Quelles sont les démarches pour obtenir la prime à la conversion ?

Pour faire votre demande de prime à la conversion, connectez-vous directement au téléservice du ministère de la Transition écologique et solidaire :

Accédez au téléservice

1ere MARCHE POUR LE CLIMAT ce DIMANCHE 28 MARS

Montpellier : 1 ère Marche pour le climat de 2021 le 28 mars L’association « Témoins au bout du monde » lance un appel à la mobilisation pour la Marche déclarée en Préfecture du 28 mars 2021.
Départ à 14 h, place de l’Europe, dispersion Esplanade Charles de Gaulle 17 h. 15, dans le cadre des mesures sanitaires en vigueur.

POURQUOI?

46, 4 degrés dans Montpellier au cours de l’été 2018, on avait l’impression de passer sur un grill ! Le réchauffement climatique et ses conséquences s’accentue : décès prématurés, risques de nouvelles pandémies zoonoses ou consécutives à la fonte du permafrost, sécheresse, disparition de la biodiversité, des plages comme celle des Aresquiers… Se mobiliser est une urgence vitale ! Rien n’arrêtera la circulation intercontinentale des masses d’air surchauffées.
A la Mairie et à la Métropole : oubliées les promesses de compagnes de Manu Reynaud (EELV : ZERO BETON) et de Michaël Delafosse, le maire, avec l’artificialisation des terres sur le domaine de Verchant, la construction du Stade de foot avec casino, centre commercial ruinant les commerces du centre ville et le cadeau de 264.000 euros à l’afficheur DECAUX…

Globalement, la tempérance de notre climat dépend de la réduction de la déforestation de l’Amazonie (+ 20 % en deux ans) qui accentue la production de gaz à effet de serre. Les bénéficiaires de cette dévastation au Brésil sont l’agrobusiness avec l’élevage intensif et la production du soja que nous importons massivement pour nourrir nos animaux de ferme. Total a été autorisé à importer d’Indonésie 650.000 tonnes d’huile de palme qui arrivent à la raffinerie de la Mède pour fabriquer des agro carburants, alors que l’étude d’impact présentée en dissimulait les conséquences sur le climat et la déforestation. (Greenpeace a déposé un recours devant les Tribunaux).

Face à la poursuite de l’accaparement des terres forestières des amérindiens encore victimes d’un « génocide » le cacique Raoni a déposé une plainte pour crime contre l’humanité.

Nous soutenons cette plainte. Que fait-on en France ? Après le faux Débat National du président M. Macron, la condamnation du gouvernement reconnu coupable d’inaction climatique, hier encore les membres de la Convention citoyenne sur le climat lui ont décerné après le vote de la Loi éponyme, la note de 2,5/ 10 ! C’est dire, si les mesures envisagées sont loin des objectifs fixés par le GIEC et par Monsieur Macron lui-même lors de la COP 21. Le crime d’ »écocide » vient d’être considéré par L’Assemblé Nationale comme un simple délit (1) Des pratiques de l’ancien monde. Qu’il est mal conseillé le Président !

Après ce petit inventaire non exhaustif : comment ne pas prendre notre destin en mains ! Écologistes sincères et a partisans, formez des collectifs et présentez vous à toutes les élections avenir en dehors des consignes partisanes!
Relayer et apportez votre aide aux actions allant du global au local de : « Témoins au bout du monde » qui n’a jamais reçu la moindre subvention. Une page Facebook.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Blog : http://christianpuechwordpress.com

Montpellier : fin du forfait de post-stationnement minoré lundi 15 mars

Concrètement, les montants du forfait de post-stationnement seront désormais de 17€ en zone verte (longue durée limitée à 9 heures) et de 33€ pour les zones orange (moyenne durée limitée à 7 heures) et jaune (courte durée limitée à 5 heures).


Trois ans après la mise en place de la réforme de la dépénalisation du stationnement sur voirie, la Ville de Montpellier a constaté que le nombre de Forfait de Post-Stationnement émis était en augmentation. La tarification actuelle n’est donc pas assez incitative et n’entraîne pas l’évolution des comportements, permettant un partage de l’espace public au profit de tous les usagers. Ainsi, lors du conseil municipal du 8 février dernier, a été décidé la suppression du Forfait de Post-Stationnement minoré (paiement sous 4 jours). Cette mesure prendra effet au 15 mars 2021 et les contrôles seront renforcés progressivement.
 
Carte stationnement.jpg

Il est important de noter, qu’à partir du 15 avril 2021, il n’y aura plus d’avis d’information apposé sur les pare-brises des véhicules. L’avis indiquant les modalités de paiement sera directement envoyé par l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions (ANTAI) par courrier, à l’adresse figurant sur la carte grise du véhicule de l’automobiliste. 


Cette mesure n’a pas d’impact pour les usagers en règle, elle ne concerne que les personnes qui ont dépassé le temps de stationnement ou ne l’ont pas réglé.

 

Inauguration du bâtiment du MIT à la Colombière

Ouverture d'un nouveau bâtiment des maladies infectieuses et tropicales à Montpellier dès le 2 février 2021


Le 21 janvier dernier, se déroulait l'inauguration du nouveau bâtiment du Service des Maladies infectieuses et Tropicales en présence du Maire M. Michaël Delafosse, le Professeur Jacques Reynes* médecin coordinateur de ce service, le Professeur Vincent Le Moing, le Dr David Morquin – M. Thomas Le Ludec Directeur général du CHU, et le Pr Patrice Taourel, Président de la CME (Commission Médicale d’établissement du CHRU de Montpellier).

C'est un tout en un, implanté en sein de l'hôpital La Colombière. Attendu depuis une vingtaine d'année, le coût des travaux s'élève à 10 millions d'euros pour une superficie de 3000 mètres carrés avec la possibilité d'extension sans bloquer le fonctionnement. Il a été conçu afin d'assurer 18 500 consultations par an, et 7000 journées d'hospitalisations.

Historiquement, ce service était situé dans le pavillon Pasteur de l'hôpital Saint Eloi, après les années 70, seules les hospitalisations y sont restées, les consultations et la recherche clinique ont été déplacées à l'hôpital Gui de Chauliac.

Dès son ouverture officielle, le 2 février, ce nouveau bâtiment va donc réunir les trois secteurs les consultations, l'hospitalisation,  et la recherche répartis sur trois niveaux :

Le rez-de chaussée est consacré aux admissions, aux consultations et aux prélèvements, ainsi qu'au dépistage et à la vaccination pour les voyageurs, dont le parcours est tracé afin d'éviter de rentrer dans les lieux.

L'hospitalisation est située au premier étage, avec 23 lits dont deux pour les maladies hautement contagieuses et un pour l'hospitalisation de jour. Un système spécifique de traitement de l'air est prévu, ainsi que des sas pour que les soignants puissent porter des habits de protection avant de rentrer dans la chambre.

Le second étage est réservé à la recherche médicale  et au COREVIH d'Occitanie (Comité de Coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le VIH). Équipé  de deux salles l'une pour les réunions collégiales et l'autre pour les visio-conférence.

Les maladies contaminantes exigent une gestion particulière, car elles peuvent être hautement infectieuses précise le Pr Reynes. Cette structure comporte des pièces avec un niveau de sécurité renforcée, avec un espace dédié à la recherche, à la pédagogie et à la prévention. Ici on ne compte pas ses heures pour la prise en charge des patients.

Le Maire M. Delafosse exprime toute sa gratitude envers l'équipe, et reconnaît que l'hôpital est une force remarquable. La Mairie sera toujours à côté du centre hospitalier universitaire. D'ailleurs, le directeur de l'hôpital M. Le Ludec est invité au prochain conseil municipal afin de présenter le livre blanc qui représente la feuille de route pour les dix ans à venir. 

 *Professeur Jacques Reynes, médecin-coordinateur du département des maladies infectieuses et tropicales récemment médaillé Chevalier de la Légion d'honneur pour son investissement dans la lutte contre la pandémie Journal Officiel du 1er janvier 2021

Coronavirus: le centre de vaccination des pompiers de l'hérault

 

 Centre de vaccination de vailhauquès sur le site de l'état major départemental des pompiers de l'Hérault

 

 

 

 

 

 

SALLE D'ATTENTE POST VACCINATION 

 

 

   

 

 
Le SDIS - Service Départemental d'Incendie et de Secours est situé dans la commune de Vailhauquès à 18km de Montpellier.

Depuis le samedi 16 janvier, le centre de vaccinodrome des sapeurs-pompiers installé sur le site de l’Etat-Major est totalement opérationnel et prêt à accueillir le public.

Les rendez-vous peuvent être pris directement sur le site

www.doctolib.fr

Le personnel du Service de santé des sapeurs-pompiers prend en charge les volontaires à la vaccination dans le strict respect des gestes barrières.

Environ 150 médecins, 200 infirmiers et des centaines de sapeurs-pompiers seront mobilisés durant cette phase de vaccination.

L'organisation est absolument parfaite.
Les gens sont accueillis à l'heure précise sous une tente où ils doivent remplir un questionnaire médical puis dirigés à l'intérieur du vaccinodrome où ils sont reçus dans un box privé par un médecin anesthesiste qui les renseigne parfaitement sur cette vaccination après quoi ils sont conduits dans un autre box privé également où un infirmier pratique l'injection du produit.

Le patient est alors accompagné dans une salle où il patiente sous l'œil attentif du personnel encadrant qui s'assure qu'aucun effet secondaire ne nécessite son intervention.
Il est autorisé à quitter les lieux au bout de 20mn.


Il est à noter que cette parfaite organisation , l'accueil sympathique et chaleureux de tous les pompiers quel que soit leur grade ou leur fonction permet de passer cette étape en toute quiétude. 
 
 MT. Nègre
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

L’Extracteur d’innovation : une « Start-Up » au sein du CHU de Montpellier

Le 17 décembre à l'hôpital la Colombière était présentée la deuxième version de l'extracteur d'innovation avec le Pr Taourel, le Pr Auge, M. Monthubert M. Le Ludec, le Pr Costalat, Dr Gireaudeau, Mme Elodie Brun-Mandon conseillère municipale représentant M. Delafosse Michaël Maire de Montpellier. 
Un concept venant des Etats-Unis, inauguré à Montpellier en janvier 2017 par la volonté de deux médecins le Pr. Vincent Costalat et le Dr Nicolas Giraudeau.

en conférence de presse le 17 décembre 2020, présentation de l'extracteur d’innovation nouvelle version dans la Salle du Conseil de Surveillance

Emergence des innovations créées en interne par tous les personnels hospitaliers

Avec le soutien du CHU et de sa Direction "Recherche et Innovation", des tutelles la Métropole de Montpellier et par la suite la Région Occitanie, l’extracteur d’innovation est accessible au personnel hospitalier souhaitant devenir auto-entrepreneur tout en gardant son poste de travail. Ainsi, chaque professionnel de par son savoir-faire, son expérience peut être porteur d'une idée novatrice et devenir auto entrepreneur. Dans le but d’améliorer les plateaux techniques, de développer des outils de prévention, comme des applications et améliorer la prise en charge des patients.

Seul ou en équipe, il peut solliciter l'extracteur d'innovation pour avoir des réponses à la faisabilité de son projet. S’il s’avère pertinent un porteur de projet est désigné pour effectuer toutes les démarches nécessaires. Il vous accompagne à toutes les étapes, de la création, au brevet jusqu'à son développement. Avec un regard bienveillant, il planifiera les réunions de travail selon le temps libre.

Comme une start-up au sein de l'hôpital, l'extracteur d'innovation génère de l'attractivité pour le centre hospitalier. Il créé de l'emploi, de la richesse et améliore le service médical rendu aux usagers du système de santé. Ces premiers budgets ont permis l’instruction de près de 80 soumissions de projets et la création de 4 start-up.

En 2020, avec la participation de la région Occitanie pendant 3 ans à hauteur de 250 000 euros annuels, l’extracteur d’innovation va pouvoir élargir son champ d’action et aider de nouveaux projets à voir le jour.

Avec le soutien des tutelles depuis 3 ans, dans sa nouvelle version, ce concept va pouvoir élargir son champ d’action sur le territoire et soutenir de nouveaux porteurs de projets.
L'extracteur d'innovation est un concept ambitieux valorisant le personnel hospitalier et contribue à rendre l’hôpital plus attractif.

Il rejoint la dynamique de la Med Vallée, pôle économique autour de la santé, du bien-être, de l’alimentation et de l’environnement porté par la Métropole.

Plus d’infos : https://www.chu-montpellier.fr

Top départ de la vaccination contre la COVID dans l’Hérault et l’Occitanie !

Mardi 19 janvier dernier, visite du centre de vaccination municipal contre la covid-19 au centre-ville de Montpellier en présence du Maire M. Michael Delafosse, de plusieurs élus dont le Pr Charles Sultan, Mme Elodie Brun-Mandon, du Préfet de l'Hérault  M. Jacques Witkowski, et du directeur de l'Agence Régionale de Santé ARS  M. Pierre Ricordeau. 

Cette campagne vaccinale a démarré depuis le 4 janvier, elle concerne pour l'instant les personnes de plus de 75 ans, et certaines pathologies dont les cancers. Au total, 150 000 personnes sont concernées,  à terme il y a plus d'un million de personnes à vacciner sur le territoire.

 

« La Covid tue !, rappelle le Préfet de l'Hérault, hier 728 décès dans le département  avec une reprise des hospitalisations, ce sont des chiffres qui ne baissent pas depuis trois mois. De plus avec ce virus, il y a des séquelles, et pas seulement chez les personnes âgées. ». 

L'ARS l'assure, cette campagne va monter en puissance, dès jeudi, vingt-quatre centres de vaccinations seront opérationnels. Il faut remercier la communauté médicale très mobilisée, impliquée depuis le début de l’épidémie et toujours présente. 

En lien avec le Préfet et l'ARS et les collectivités territoriales pour assurer la logistique, la ville de Montpellier et la Métropole ont pris plusieurs dispositions. Actuellement, le Centre Communal d'Actions Sociales rappelle tous les aînés pour les accompagner à la vaccination. 

L'implication de tous est indispensable pour sortir de cette crise sanitaire le plus tôt possible. « Tous ensemble restons mobilisés, tout en gardant les gestes barrières Masque - Main - Mètre », insiste le Maire M. Delafosse. « La Ville et la Métropole de Montpellier souhaitent accompagner les autorités sanitaires pour déployer la campagne de vaccination sur notre territoire. C’est pour cette raison que nous avons proposé la mise à disposition du centre de vaccination municipal. Nous sommes prêts à mettre les moyens dont nous disposons au service de la lutte contre la pandémie de la COVID-19. Cette crise sanitaire a des conséquences économiques, sociales et psychologiques considérables. Il est urgent d'agir, d'unir nos forces, vite. ». 

Infos pratiques

Maladies et infections Sexuellement Transmissibles au Polygone de Montpellier

Un des principaux outils de prévention des Maladies et Infections Sexuellement Transmissibles (MST-IST) reste le dépistage. A Montpellier, le Centre Gratuit d'Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) permet de se faire dépister gratuitement et anonymement. Situé depuis plus de 25 ans au sein de l’hôpital Saint Eloi, sur le site du CHU de Montpellier, le CeGIDD a déménagé, depuis l’été 2020, dans des locaux neufs et mieux adaptés à son activité. Ce nouveau lieu, plus grand, moderne, et situé en centre-ville de Montpellier, est plus facilement accessible et adapté aux personnes qui souhaitent faire un dépistage ou une consultation.

 Infos pratiques

Dans le contexte sanitaire actuel, le CeGIDD accueille le public uniquement sur rendez-vous au : 04 67 33 69 50.

Adresse : Bureaux du Polygone, 4ème étage, 265 avenue des Etats du Languedoc, Montpellier

Horaires d’ouverture : Lundi, mardi, mercredi et vendredi : 9h à 16h30 et jeudi : 9h à 19h.

 Il est obligatoire de venir en portant un masque, de ne pas venir accompagné et, en cas de symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires…), de contacter le service qui reprogrammera, le cas échéant, le rendez-vous.

 Les activités du CeGIDD

Le CeGIDD propose gratuitement :

 -le dépistage du VIH/SIDA et des hépatites virales

-le dépistage et le traitement des IST (Infections Sexuellement Transmissibles)

-la vaccination contre les maladies en lien avec la sexualité (Papillomavirus, Hépatites virales A et B)

-des consultations de PrEP (prévention médicamenteuse du VIH/SIDA)

 L’équipe du CeGIDD

L’équipe du CeGIDD se compose de médecins infectiologues généralistes, d’un dermatologue, d’un gynécologue, d’infirmiers, de secrétaires et d’une psychologue.

 Ces nouveaux locaux, plus spacieux et accessibles, permettent de renforcer le lien étroit avec les associations de lutte contre le SIDA.

 Quelques chiffres

Avec plus de 15 000 consultations par an, un nombre en constante augmentation, ce déménagement est devenu nécessaire afin de pouvoir recevoir un plus grand nombre de personnes.

 Les dépistages et les traitements d’IST représentent une part importante de l’activité du centre. De plus, les consultations de PrEP (prévention médicamenteuse du VIH) sont en hausse également avec actuellement environ 800 personnes suivies

Hommage aux équipes du CHU de Montpellier sans leurs masques

Depuis le 15 décembre, le Fonds de dotation Guilhem et le CHU de Montpellier ont lancé dans l'espace public l’exposition photographique – Mur des donateurs : #Derrierelesmasques. 


hommage aux soignants et aux donateurs sur les grilles de la Colombière avenue Charles Flahaut mais aussi à Lapeyronie et Gui de Chauliac

Cette exposition a pris place sur les grilles qui font l’enceinte du CHU de Montpellier, devant les grilles de l’entrée piétonne de l’hôpital la Colombière, et se tiendra jusqu'au début du mois de février 2021.

Une autre manière d'applaudir les soignants sans leur masque ni charlotte

Au plus fort de la crise en mars et avril derniers et afin d’humaniser les soins et de mettre en avant l'engagement des femmes et des hommes qui œuvrent au quotidien face à la COVID-19, le photographe montpelliérain portraitiste Cédric Matet a réalisé plus de 200 portraits des agents du CHU des services de réanimation médicale, du Samu, des Urgences, de l'Imagerie médicale, des Maladies infectieuses et tropicales et celui de médecine intensive, sollicitant ainsi 6 services, une façon de remercier l’ensemble des équipes du CHU de Montpellier mais aussi tous les donateurs qui les ont soutenus, lors de la première vague.

Plusieurs panneaux présentent ainsi le nom de chaque mécène afin de les remercier pour leur grande générosité.

En effet, lors de la première vague, les équipes du CHU de Montpellier ont été touchées par ce véritable élan de solidarité :

-          180 000 euros ont été récoltés pour soutenir les hospitaliers du CHU de Montpellier,

-          77 tablettes numériques ont été offertes pour rompre l’isolement des patients,

-          1000 roses blanches ont été données aux hospitaliers à l’occasion du 1er mai,

-          Près de 4000 œufs en chocolat et plus de 7500 unités alimentaires (repas/boissons/confiseries) ont été distribués,

-          Plus de 500 séjours/vacances ont été offerts aux hospitaliers,

-          Et plus de 103 donateurs ont proposé du matériel médical comme des gels hydroalcooliques, des blouses, des gants, des visières et plus de 200 000 masques.

Ces dons ont permis de soutenir les équipes du CHU de Montpellier, c’est pourquoi, le Fonds Guilhem et les équipes du CHU de Montpellier ont souhaité remercier l’ensemble des donateurs pour leur générosité !

Montpellier : un siège du Comité pour les climats scolaires et sportifs à l'échelle mondiale

Inauguration du siège international du Comité des climats scolaires et sportifs, associé aux statuts consultatifs des Nations Unies, qui prend place à la Maison des Relations Internationales sur l'esplanade de Montpellier.

Ce vendredi 18 décembre 2020, Michaël Delafosse aux côtés de Clare Hart, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole déléguée au Rayonnement International et à la Coopération européenne, et de Jacky Pamart, Président de l'organisation non gouvernementale, Campus des Médiateurs ont inauguré le siège international du Comité des climats scolaires et sportifs.

« Dans la priorité donnée à l'éducation par la municipalité pendant son mandat, ce comité viendra notamment travailler, en partage d'expérience avec notre réseau de villes jumelles, à formuler des propositions concrètes pour lutter contre le harcèlement scolaire. », a déclaré Michaël Delafosse,  Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole.

 
Crédit : Ville de Montpellier

Montpellier, Ville amie des enfants,  labellisée depuis 2017 par l'UNICEF

Aujourd'hui, Montpellier devient le siège du Comité des climats scolaires et sportifs, mobilisation de la société civile née à l'initiative de l'ONG "Campus des Médiateurs", affiliée aux Nations-Unies depuis 2017. L'objectif porté est d'agir contre les violences scolaires et les cyberviolences, d'éclairer les états-membres sur ces sujets et de sceller leur engagement au travers d'une convention internationale. Montpellier, labellisée depuis 2017 par l'UNICEF, Ville amie des enfants, compte rassembler ses villes jumelles sur cette thématique et contribuer ainsi à la création de 14 commissariats.

Un pas de plus pour Montpellier, déjà très investie pour le bien-être des enfants à travers une série d'actions sur des thématiques variées : la découverte du langage, l'éveil à la culture et à l'art, la santé, l'alimentation ou encore la citoyenneté avec le Conseil municipal des enfants. Par ailleurs, un vaste plan de sensibilisation des parents, des enfants, de l'ensemble des acteurs de la communauté éducative, aux problématiques de harcèlement scolaire et de bien-être à l'école, est à l'étude, et verra le jour au cours de ce mandat.