Philippe Saurel votera Macron

Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole a appelé, ce jeudi 27 avril, au cours d’un point presse, à faire barrage au Front National au 2ème tour de l’élection présidentielle 2017 

Philippe SAUREL : NON au Front National ! 

 "Le Front National continue sa progression avec 3 millions de voix supplémentaires. Je ne peux pas me résoudre à voir l’extrême droite aux portes du pouvoir. Leurs valeurs antirépublicaines prônent l’exclusion, la négation, la haine. Le socle français repose au contraire sur trois valeurs républicaines fondamentales : liberté, égalité, fraternité. Ces valeurs doivent être défendues haut et fort !

 Un nouveau rapport de force politique s’est installé dans notre pays : le peuple français a choisi un candidat hors parti politique en tête pour le second tour de l’élection présidentielle. Nous vivons aujourd’hui une véritable transformation, où les partis politiques n’ont plus l’adhésion des citoyens comme je l’ai indiqué dans mon livre « Réparer la République ». Les résultats du 1er tour, avec Emmanuel Macron en tête, confirment l’expérience réussie à Montpellier : celle de laboratoire politique en dehors de tous partis politiques et fondée sur une liste citoyenne.

 J’en appelle à rejoindre le plus largement le candidat Emmanuel Macron pour défendre nos principes républicains. Montpellier a toujours été une terre de résistance, une terre atypique, marquée à gauche dans son ensemble. Ici, nous résistons avec, au 1er tour, un Front National en recul. Nous devons continuer à nous battre et voter massivement pour que la démocratie l’emporte ! "

"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaitre, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres." - Antonio Gramsci (1981-1937)

Philippe Saurel

 

Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

Carole Delga obtient un engagement important de l'Etat pour la réalisation du projet

Alain Vidalies, secrétaire d'Etat en charge des transports, de la mer et de la pêche, valide le principe de réalisation, en deux phases, de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP).

La première étape concernera la liaison mixte fret et voyageurs entre Montpellier et Béziers, la desserte de Béziers ayant vocation à être assurée par sa gare centre. L'enquête publique se tiendra dès le premier semestre 2018.

L'actualisation du classement en Projet d'intérêt général (PIG) de l'ensemble du tracé permet la sanctuarisation de la totalité de la ligne nouvelle jusqu'à Perpignan.
Le Gouvernement a également commandé à l'Inspection générale des finances et au Conseil général de l'environnement et du développement durable une mission exploratoire visant à préciser, pour l'été 2017, les modalités de financements de cette première phase et la répartition entre les partenaires.
"Cette décision ministérielle est un signe fort en faveur de la poursuite de ce projet ambitieux pour l'arc littoral dans une logique de desserte européenne. Le choix de phaser va permettre d'accélérer la réalisation de la ligne, d'abord jusqu'à Béziers puis à Perpignan ", a souligné Carole Delga.
Carole Delga et Pascal Mailhos, préfet de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ont adressé la semaine dernière un courrier à ce sujet à l'ensemble des présidents des collectivités concernées.

Plan Littoral 21 : premières mesures soutenues par la Région

Crédits photos : Région Occitanie / Pyrénées - Méditerranée

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a dévoilé aujourd'hui à la Grande-Motte la liste des premiers projets retenus pour bénéficier des aides mobilisées dans le cadre du Plan Littoral 21 par la Région, l'Etat et la Caisse des dépôts et consignations.

« Plus d'un milliard d'euros, dont 218,5 M€ de l'État et 300 M€ de la Région, et un seul objectif : intervenir de manière positive et concrète, sur le moyen et le long terme, en faveur du littoral et de la croissance de l'économie bleue dans la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée », telle est l'ambition du Plan Littoral 21 rappelée aujourd'hui par Carole Delga. « Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est la seule région française à adopter une approche intégrée, cohérente et durable des politiques maritimes et littorales. Ce principe de cohérence et de cohésion sera désormais notre guide pour tout futur aménagement de notre littoral, du Gard aux Pyrénées-Orientales ».

A l'occasion d'une session extraordinaire du Parlement de la Mer au cours de laquelle Elisabeth et Christian de Portzamparc ont présenté leur rapport final, commandé par le Premier ministre Manuel Valls en juillet 2016, Carole Delga a annoncé son intention de débloquer les financements prévus avant la fin de l'année pour permettre aux premiers projets mûrs de voir le jour rapidement.

« Je souhaite que le Plan Littoral 21 soit le fer de lance d'une approche innovante. Nous allons notamment soutenir des expérimentations telles que la création d'une zone d'hébergement flottant en partenariat avec les ports de plaisance et l'industrie nautique régionale, ou l'installation de haltes éphémères TER pour accéder aux plages en période estivale. La Région va s'impliquer pour la reconquête de sites dégradés afin d'optimiser la gestion du foncier, mais aussi en faveur d'une évolution réglementaire pour le développement portuaire des ports décentralisés », a révélé Carole Delga.

La Région en action pour son littoral, les premières annonces

  • Un comité « Urbanisme » dédié sera réuni pour définir la charte architecturale, urbanistique et paysagère
  • Une liaison voie verte littorale à l'étude : il s'agirait de relier le littoral, du Grau du Roi à Cerbère par des modes de déplacements doux. Véritable trait d'union que les citoyens pourront parcourir à pied ou en vélo, l'objectif est d'arriver à l'interconnexion des voies de circulation douce le long de la côte, avec un réseau de transport maritime et lagunaire, à partir des nombreux ports du littoral
  • La Région, avec le soutien de l'Etat et de la CDC, répondra à l'Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI) lancé par le Commissariat Général à l'Investissement, en choisissant le littoral comme territoire de référence pour l'Occitanie, dans le but d'obtenir 40 M€ supplémentaires pour le Plan Littoral 21.
  • Des projets soutenus dans le cadre du Plan Littoral 21 :
    - Le concept « Ville et Port » à la Grande Motte
    - La création par le CEM d'une structure spécialisée dans les bateaux à « foils »
    - La création d'une Zone Economique Nautique (ZEN) à Mauguio
    - L'aménagement du cœur de la station touristique de Cap d'Agde
    - La construction d'un nouvel équipement touristique (aquarium et espace commercial) sur le Port de Canet-en-Roussillon
    - Le Terminal passager du port de Sète-Frontignan
    - L'extension du port de Port La Nouvelle
    - L'aménagement du lido de Frontignan
    - La requalification de la station et du port Barberousse à Gruissan
    - La mise en valeur du phare de l'Espiguette au Grau-du-Roi

» télécharger le dossier pour en savoir plus

Balaruc-les-Bains labellisée "destination pour tous"

Seule ville du Grand Sud à obtenir ce label et la troisième en France après Bordeaux et Amiens.

Balaruc-les-Bains labellisées Destination pour Tous

Balaruc-les-Bains multiplie les initiatives afin de proposer une offre touristique de qualité pour l'accueil de tous les publics et mène depuis plusieurs années des actions en faveur des personnes en situation de handicap. En 2011 elle avait été désignée «site pilote» pour la mise en œuvre de la marque "destination pour tous" . Aujourd’hui, elle est la seule ville du Grand Sud à obtenir ce label et la troisième en France après Bordeaux et Amiens.
Cette marque, créée par les Ministères du Tourisme, des solidarités et de la cohésion sociale, est attribuée pour 5 ans aux territoires qui, ayant développé l'accessibilité pour au moins deux des quatre familles de handicap (auditif, mental, moteur et visuel), s'engagent à élargir leur offre touristique et proposer de nouvelles prestations accessibles.
La candidature balarucoise s’est appuyée sur quelques sites publics et privés, aujourd’hui labellisés «Tourisme et Handicap» ; de nouveaux équipements touristiques prétendront à l’obtention de cette marque en 2017 et l'’Office de Tourisme balarucois entend concentrer ses efforts d’accompagnement sur eux.
Des actions ont déjà été engagées : les agents d’accueil des sites municipaux, de l’Office de Tourisme et des Thermes (soit plus de 40 personnes) ont bénéficié d’une formation de grande ampleur à l’accueil des personnes en situation de handicap. D’autres investissements sont également prévus : l’Office de Tourisme va se doter d’une plateforme informatique pour faciliter la communication avec les mal-entendants ; de même, des signalétiques spécifiques vont être installées au sein des campings municipaux. Balaruc-les-Bains souhaite élargir le territoire de cette marque.
Pour Pierre Lary, directeur de l’Office de Tourisme de Balaruc-les-Bains, cette démarche pourrait également être déployée à l’échelle du Pays de Thau puisque d’autres stations engagent déjà des démarches similaires et complémentaires à l’offre balarucoise … pour une véritable destination touristique accessible. 

Une rencontre intergénérationnelle à l’EHPAD Malbosc

Mercredi 5 avril, un groupe d’étudiants en troisième année à Montpellier Business School a organisé un concert à l’EHPAD Malbosc. Trois membres de l’association musicale de l’école, Larsen, ont assuré le show pour le plus grand bonheur des résidents de la maison de retraite. Ils ont pu profiter aussi bien des chansons mythiques du répertoire français que des chansons plus contemporaines. Les résidents ont particulièrement apprécié « La Bohème » de Charles Aznavour, « Padam Padam » d’Edith Piaf mais également « Rolling in the Deep » d’Adèle et quelques morceaux de jazz interprétés à la guitare.  Ce projet culturel intergénérationnel a permis aux étudiants de partager un moment de convivialité avec les résidents. Le concert s’est suivi d’un goûter élaboré le matin même par un groupe de résidents. De beaux moments musicaux qui ont, à coup sûr, permis d’offrir quelques instants d’évasion aux résidents de l’EHPAD Malbosc.

Le pont Youri Gagarine entre Odysseum et Lattes

Le pont Youri Gagarine va faciliter le lien entre Odysseum, l’avenue Georges Frêche et Lattes

Dans le quartier nouvellement baptisé Cambacérès, le Pont Youri Gagarine, reliant du Nord au Sud les communes de Montpellier et de Lattes, s’ouvre à la circulation.

L'ouvrage d'art dont la finalisation marque une étape importante dans les chantiers du Contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM) et du déplacement de l’A9 qui prendront fin tous deux en 2017 fut inauguré en présence de, Philippe Saurel, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Salvador Nunez, Directeur d’opérations Vinci Autoroutes et Thierry Parizot, Directeur général d’OC’VIA.

L’ouverture du Pont Youri Gagarine, accélérée sous l’impulsion de Philippe Saurel, témoigne également d’une avancée significative au cœur du quartier Cambacérès, qui accueillera la future gare Sud de France, le bâtiment dédié à la French Tech ou encore le futur complexe sportif.

Un partenariat Oc’Via et VINCI Autoroutes

Il constitue un véritable axe de désenclavement au cœur d’un quartier en fort développement. Dessiné par les architectes Alain Spielmann et Jean-Pierre Duval, il enjambe les 6 voies de la future LGV ainsi que les 6 voies de la nouvelle autoroute A9. Sa construction, qui s’est déroulée de juin 2014 à août 2015, est le fruit d’une étroite coopération entre les deux maîtres d’ouvrages, Vinci Autoroutes et Oc’Via, et leurs entreprises.

Oc’Via et VINCI Autoroutes ont chacun réalisé l’ouvrage de franchissement de leur propre infrastructure ; l’ouvrage intermédiaire a été construit par VINCI Autoroutes, avec un co-financement d’Oc’Via Construction à 50/50.

Le député Assaf défend son bilan et entre en campagne

Ce lundi 27 mars, Christian Assaf, député de la  8ème circonscription de l’Hérault tenait deux conférences de presse, l’une au petit matin à Montpellier  et l’autre l’après-midi à Frontignan. Une occasion pour faire le bilan de son action depuis 2012 et de donner les grandes lignes de son programme pour les prochaines législatives lors desquelles il briguera un second mandat. Un programme qu'il défendra aux côtés de sa suppléante, la conseillère municipale de Frontignan Kelvine Gouvernayre.

Le député Christian Assaf et sa suppléante Kelvine Gouvernayre.

"Continuer à se battre, encore et encore pour gagner les équipements publics, les infrastructures économiques, les réseaux de transports, les préservations environnementales que l’on doit à ce territoire et à ses 130 000 habitants"
Christian Assaf.
 

Christian Assaf

Christian Assaf

Né le 1er septembre 1972 à Nîmes.

Au cours de ses études en sciences économiques à l'Université Montpellier I, il devient militant associatif et syndical.

Il rencontre Georges Frêche qui lui propose d'intégrer son cabinet où il est successivement chargé de mission, chef puis directeur.
En 2004, Christian Assaf dirige la campagne de la liste de gauche conduite par Georges Frêche en vue des élections régionales.
Après la victoire, Christian Assaf dirige le cabinet de Georges Frêche à la Région Languedoc-Roussillon avant de démissionner, en 2007, pour cause de divergences politiques avec le Président de Région.

Il se forge alors une expérience professionnelle de deux ans au sein de la société BRL, chargée d'une mission générale de maîtrise de l'eau.

En 2009, il rejoint le cabinet d'Hélène Mandroux, maire de Montpellier, d’abord aux fonctions de médiateur puis de directeur de cabinet. En 2010, il codirige la campagne d'Hélène Mandroux pour les élections régionales, cette dernière ayant répondu positivement à la demande de Martine Aubry.

En 2012, il se présente aux élections législatives pour la 8e circonscription de l'Hérault, nouvellement créée à la suite du redécoupage des circonscriptions en 2010. Avec 36,1% des suffrages exprimés, il arrive en tête du premier tour, devant le candidat UMP Arnaud Julien. À l'issue du second tour, il est élu député avec 55,24%.

Christian Assaf est également conseiller régional d’Occitanie depuis les élections de 2015.

 

 

8ème circonscription de l’Hérault

 



cliquez sur l'image pour lire la vidéo

   

 Un député de terrain

Christian Assaf est le député d’une circonscription créée en 2012 dans le but d’obtenir une représentation populaire plus équilibrée dans chacune des circonscriptions de l’Hérault. Elle regroupe des territoires différents depuis le canton urbain de Montpellier X au nord jusqu‘au littoral et au bassin de Thau au sud en passant par la plaine péri-urbaine de Pignan et le massif de la Gardiole.

Son premier objectif a été de créer des complémentarités et des synergies entre des territoires qui n’avaient pas l’habitude de vivre ensemble et qui étaient parfois délaissés par leur député du fait de leur éloignement géographique. « Frontignan voyait peu son député agathois Gilles d’Ettore tout comme Pignan voyait peu son député lodévois Robert Lecou » aime à rappeler Christian Assaf.

A ceux qui s’étonne de le voir entrer en campagne aussi tôt, il répond qu’il n’a pas l’impression d’avoir débuté la campagne mais plutôt  qu’il a toujours été en campagne en tenant notamment quelque 150 permanences, durant son mandat, sur toutes les communes de sa circonscription. Pendant 5 ans il est allé sur le terrain à la rencontre des élus et de ceux qui font la vie de ce territoire.

Ce travail lui a d’ailleurs permis de donner du corps à ce territoire et un certain nombre de dossiers ont enfin pu aboutir. Mais constate Christian Assaf malgré les efforts des maires pour accueillir plus de 10.000 habitants par an dans le seul département de l’Hérault, force est de constater que l’ouest de Montpellier et de sa métropole est délaissé.

 Conséquence directe des bouchons de plus en plus importants, des enfants fatigués par des heures de transport scolaire, des zones d’activité toujours à créer, une pollution croissante à endiguer et des paysages à l’abandon qu’il faut protéger. « Depuis cinq ans je fais avancer ces dossiers, mais il faut se battre encore et encore pour que ce territoire soit reconnu et ses habitants enfin respectés »

Résorber les bouchons

Que vous habitiez Pignan, Cournonsec, Cournonterral, Saussan ou Fabrègues, vous mettez environ une heure pour rejoindre votre domicile ou Montpellier. Pour Christian Assaf la solution passe par une réelle alternative de transport en commun pour désengorger la route. Suite à sa demande, le conseil régional d’Occitanie a voté le principe du financement de la ligne 5. Il est également intervenu auprès du secrétaire d’Etat aux transports pour que le contournement ouest de Montpellier puisse être enfin réalisé. Au-delà le député souhaite un véritable réseau interconnecté entre tram, tram express régional, voies ferrées et pistes cyclables.  Parallèlement, la ligne 5 de tramways promise devra être pensée et réalisée en un seul tenant, puis il faudra prolonger la ligne 2 de Saint Jean de Védas à Fabrègues et au-delà (Cournonsec, Cournonterral) et mettre en place un véritable tram express régional au départ de Frontignan pour aller vers Cournonterral via Balaruc.

Construire un lycée entre Sète et Montpellier

Les temps de trajet pour les lycéens de Vic-le-Gardiole,  de Mireval ou de Balaruc qui se rendent tous les jours à Sète est de plus de 1h aller-retour. Pour certains élèves de l’ouest montpelliérain qui vont au lycée à Montpellier, ce temps peut monter jusqu’à 2h30 par jour. Christian Assaf est donc particulièrement satisfait de voir  qu’il a réussi à convaincre le Conseil Régional de voter le principe de la construction d’un nouveau lycée don tles travaux pourraient commencer en 2019. Reste définir son emplacement exact entre Cournonterral, Cournonsec et Fabrègues. « Il concrétise le principe d’égalité des chances sur notre territoire oublié » se félicite le député.

Créer de l’emploi au-delà de Montpellier

Aujourd’hui les pôles d’activité sont concentré sur Montpellier ce qui empêche les personnes en difficultés, classes moyennes, jeunes sans véhicule de travailler à proximité de leur habitation. Christian Assaf veut créer deux zones d’activités économiques, l’une à vocation artisanale implantée à Fabrègues et une autre à Mireval tournée vers les énergies renouvelables.

Dépolluer les friches industrielles de l’ex-Mobil à Frontignan

En abandonnant son activité, le groupe Exxon-Mobil a laissé derrière elle une zone industrielle polluée. Il doit en assumer la dépollution (voir notre article sur Thau-infos). En tant que député Christian Assaf  a agi aux cotés des citoyens qui se sont mobilisés  et soutenu l’engagement des élus dont Pierre Bouldoire.  « Le rapport de force s’est inversé » affirme Christian Assaf mais il concède aussi que les premières victoires obtenues ne sont pas suffisantes : « il faudra obtenir de nouvelles avancées et penser le futur de ce site, y installer la nouvelle gare, une zone économique et de nouveaux espaces de loisirs. » S’il est élu Christian Assaf devrait obtenir l’appui de la Région pour faciliter la concrétisation de ces projets.

 Préserver la Gardiole

Quand les espaces naturels ne sont pas préservés, ils sont à la merci du pire. Comme le littoral et les zones humides livrées au béton, le massif de la Gardiole n’échappe pas aux menaces. Certains ont même envisagé d’y créer une décharge et seule la détermination des populations et des élus a permis de repousser ce projet irresponsable. Christian Assaf souhaite œuvrer pour un autre projet :  créer un grand Parc Naturel Régional de la Gardiole englobant les zones humides de Frontignan et de Vic.

Libre de penser

  Christian Assaf lance sa campagne pour les législatives dans un contexte particuliers avec une élection présidentielle assez exceptionnelle dans le sens où le président sortant a fait le choix de ne pas se représenter et où le débat démocratique, projet contre projet, laisse la place aux les affaires des uns et des autres.
Dans ce climat délétère, Christian Assaf rappelle volontiers que le rôle d'un député c'est d'abord de légiférer et de de contrôler l'action du gouvernement. A ce titre, bien que député socialiste, il n'en exprime pas moins son désaccord avec  le gouvernement sur la loi travail, le CICE ou encore la déchéance de nationalité. "Sur le CICE, je me suis opposé à mon propre camp, on m’a qualifié de frondeur, mais je n’ai rien en commun avec certains frondeurs, ni sur mon parcours politique, ni sur les convictions qui sont les miennes" explique Christian Assaf avant de préciser qu'il est un député libre, fidèle à ses valeurs, à son parti. Il n'est pas "membre d’un clan de supporters", il est "un représentant du peuple et de cette circonscription, fidèle à ce territoire et fidèle à ses engagements".

Christian Assaf, qui soutient Benoît Hamon,  conclut en présentant Kelvine Gouvernayre: " vous avez devant vous deux candidats, fidèles à leur famille politique qui entendent mener une campagne pour défendre leurs idées et non pour se mettre dans le sillage d'un candidat au vu de ses performances supposées à la prochaine élection présidentielle".

 

Kelvine Gouvernayre

Née à Venissieux, Kelvine Gouvernayre est une battante qui a le sens du terrain et l’intelligence du cœur.
C’est aussi une tête bien faite. Après d’une maîtrise en ingénierie touristique et culturelle obtenue à l’Université de Lille elle décroche, à l’Université d’Avignon, un DESS (diplôme d'études supérieures spécialisées) Tourisme, culture et développement local. Un peu plus tard, le CNAM (Conservatoire Nationale des Arts et Métiers) lui décerne le titre d’entrepreneur de petite entreprise. Kelvine Gouvernayre parle par ailleurs parfaitement l’anglais (Education first – International english school de Londres) et très bien l’espagnol.

Après avoir été responsable de communication chez Pradeo, une start-up montpelliéraine qui se développe dans les hautes technologies, elle a pour projet de  créer Mademoiselle Kakie, sa propre auto-entreprise autour du concept "événement, mode et beauté à domicile".

Kelvine Gouvernayre est conseillère municipale à Frontignan depuis 2014, déléguée à l’économie au commerce, à l’artisanat et à l’oenotourisme. Elle est aussi conseillère comunautaire de la communauté d’agglomération du bassin de Thau (CABT).

 

Politique agroécologique et alimentaire récompensée

La Politique Alimentaire Territoriale de Montpellier Méditerranée Métropole, lauréate du Programme National pour l'Alimentation

Hier, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture, Isabelle Touzard, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, Déléguée à l’agro-écologie et à l’alimentation, a reçu par Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, un prix pour le projet alimentaire de territoire porté par la Métropole suite à l’appel à projets 2016-2017 du Programme National pour l’Alimentation (PNA). En étant lauréate de cet appel à projets et grâce à l'aide financière de 50 000 €, la Métropole de Montpellier pourra ainsi déployer sa politique agroécologique et alimentaire, notamment par la mise en place d'une plateforme collaborative et la création d'un guide des points de vente des produits locaux.

L’appel à projet
En octobre 2014, s’appuyant sur la Loi d’avenir pour l’agriculture, le Ministère de l’agriculture a réaffirmé la nécessité de renforcer l’ancrage territorial de l’alimentation, faisant de cette question un axe prioritaire du Programme National pour l’Alimentation (PNA), aux côtés de la justice sociale, de l’éducation alimentaire des jeunes et de la lutte contre le gaspillage. Dans ce cadre, un appel à projets a été lancé à l'automne dernier visant à soutenir des initiatives exemplaires ou démultipliables s’inscrivant dans ces axes prioritaires.

Montpellier Méditerranée Métropole, lauréate de l’appel à projets PNA
Montpellier Méditerranée Métropole est lauréate de cet appel à projets. Son dossier fait partie des 47 Projets Alimentaires de Territoire (PAT) retenus. Au total, ont été comptabilisés 423 candidats à l'échelle nationale dont 53 candidats en Occitanie (4 dossiers retenus en Occitanie).
L’aide financière accordée de 50 000€, permettra de cofinancer à 50% un poste de chargé d'animation du « projet alimentaire territorial » pendant deux ans, de façon à poursuivre le déploiement de la politique agroécologique et alimentaire de la Métropole, et plus précisément :
- de donner à voir les initiatives existantes (citoyennes, professionnelles, scientifiques…) en matière d’agroécologie et d’alimentation,
- de consolider la gouvernance collaborative territoriale via une prospective alimentaire et l’élaboration d’un dispositif de suivi évaluatif,
- de reterritorialiser progressivement notre alimentation en connectant mieux l'offre et la demande alimentaires territoriales.
Informations complémentaires

Plan Littoral 21 : Une nouvelle ambition pour la Région

 Près d’1 milliard d’euros pour le littoral de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Ce 10 mars, à l'Hôtel de région de Montpellier, Bernard CAZENEUVE Premier ministre et Carole DELGA, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, en présence de la Caisse des Dépôts et Consignation, ont engagé aujourd'hui le Plan Littoral 21, en signant un accord-cadre entérinant les financements et les trois grandes orientations stratégiques partagées.

Crédit photo : Région Occitanie / Pyrénées - Méditerranée.

 

Le Livre bleu de la Méditerranée s’écrit aujourd’hui

Avec 220 km de rivages, un parc naturel marin de 4 000 km², 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance et 3 ports de commerce, la région Occitanie / Pyrénées- Méditerranée dispose de formidables atouts. 10 millions de visiteurs y sont accueillis chaque année.

Facteur d’attractivité et de développement économique, la Méditerranée est aussi un marqueur social et culturel essentiel pour la nouvelle Région et ses 5,7 millions d’habitants.

Cinquante ans après la Mission Racine, qui a transformé en profondeur le rapport des populations à la mer, nous devons désormais relever un autre défi majeur : donner un nouvel élan à l’économie maritime, en façonnant le littoral du XXI è siècle.

C’est l’objectif du Plan Littoral 21 que l’État, la Région et la Caisse des Dépôts ont conjointement élaboré, en concertation avec les collectivités locales, les acteurs de l’économie régionale et le Parlement de la Mer.

Ensemble, nous souhaitons proposer une vision stratégique et prospective du littoral en déployant sans attendre de nouveaux moyens pour aménager durablement la côte, moderniser les infrastructures portuaires et touristiques, faire monter en gamme l’hébergement et construire un littoral à énergie positive.

En accueillant le Premier Ministre et en signant aujourd’hui l’accord-cadre du Plan littoral 21, nous écrivons une nouvelle page du « Livre bleu » d’Occitanie / Pyrénées-Méditerranée avec l’enjeu fondamental de transmettre aux générations futures la richesse patrimoniale que constituent les ports, les plages, le littoral ou encore le parc naturel marin de notre magnifique Région.

Carole Delga
Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

 

 

Un peu d’histoire : la Mission Racine

Il y a plus d’un demi-siècle, en 1963, un projet exceptionnel par son envergure et par les moyens financiers engagés, a façonné le littoral de la région tel que nous le connaissons aujourd’hui. Afin de capter sur le territoire les flux touristiques à destination de l’Espagne, l’Etat décide en effet, dans le cadre de la Mission Racine, la création ex nihilo de six stations balnéaires : Port-Camargue, La Grande-Motte, le Cap d’Agde, Gruissan, Port- Leucate et Saint-Cyprien. 

   

Lancé en juillet 2016, plus de cinquante ans après la Mission Racine, la réflexion sur le Littoral 21 entend favoriser l'économie bleue et verte notamment l'économie touristique, la protection du cordon littoral, le développement des ports et le soutien aux énergies marines renouvelables. Il prend en compte notamment le réchauffement climatique, la transition écologique, la diversification et les nouveaux besoins des populations permanentes et saisonnières.

L'objectif : définir et mettre en œuvre un nouveau modèle de développement littoral et maritime pour la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.
 « L'enjeu du Plan Littoral 21 dépasse largement la seule question du tourisme et de la requalification des stations « Racine ». Ce nouveau Plan replace le littoral dans son époque, afin de définir un modèle de développement inclusif, adapté au changement climatique et à la croissance démographique et permettant au territoire d'être un moteur de la croissance économique. Grâce au soutien de l'Etat et de la Caisse des Dépôts, la Région peut maintenant assurer le lancement et surtout la mise en œuvre concrète du Plan», a affirmé Carole Delga.

« La mobilisation de la Caisse des Dépôts est déjà pleine et entière sur le littoral régional. Elle se poursuivra et s'amplifiera dans le cadre du Plan Littoral 21, aux côtés de l'Etat et de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée», a déclaré Marc Abadie.

 « Votre Plan littoral 21 est un projet exemplaire, associant développement durable, prospérité économique et solidarité territoriale. Un projet d'ouverture sur le monde, la mer bien sûr mais aussi l'Espagne et la région voisine de Catalogne. Un projet qui devra nous inspirer pour le futur de l'Europe et de la France» a conclu Bernard Cazeneuve.

Sur la période 2017-2020, l'investissement  total prévisionnel du Plan Littoral 21 est estimé à près  d'1 milliard d'euros, dont 300 M€ de la Région (triplement des crédits par rapport à la période précédente) et plus de 200 M€ de l'Etat auxquels il faut ajouter 180 M€ déjà inscrits au Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020.

La Caisse des Dépôts mobilisera l'ensemble du panel de ses financements et compétences, y compris le Fonds France Développement Tourisme, ainsi que du réseau des filiales du Groupe.

Une centaine de projets portés par les collectivités locales et les chambres consulaires ont été recensés. En complément, des appels à projets portés par des entreprises et des laboratoires de recherche de toute la Région vont être lancés. Le projet fera l'objet d'une concertation avec l'ensemble des parties prenantes, avec une place spécifique réservée au Parlement de la Mer.

Trois orientations stratégiques ont été définies pour le Plan Littoral 21 :

  1. Pour une vitrine française de la résilience écologique et de la valorisation patrimoniale
  2. Pour une économie innovante qui irrigue tout le territoire
  3. Pour un littoral symbole d'attractivité, d'accueil et de vivre ensemble
 

Une économie maritime de poids : chiffres clés 2017

  • Tourisme : 8 millions de touristes par an, 20 stations touristiques, 30 000 chambres d’hôtes, 800 campings
  • Pêche et conchyliculture : 1 ère flottille de pêche de Méditerranée, 5 ports de pêche, 70 points de débarquement, 11 prud’homies de pêcheurs, 95% de la production halieutique en Méditerranée française, 10% de la production conchylicole nationale avec 530 exploitations (Thau et Leucate)
  • Nautisme : 1790 entreprises, 6600 emplois Région dans le top 10 mondial des destinations des sports de glisse, 1 ère région de France pour le Kitesurf (15000 pratiquants, 120 acteurs économiques, 1000 emplois)
  • Formation : 75 établissements et 150 formations aux métiers de la mer, 2 lycées de la mer à Sète et Canet-en-Roussillon • Commerce : 3 ports de commerce : Sète, Port La Nouvelle, Port-Vendres
  • Energies Marines Renouvelables : deux projets de fermes pilotes d’éoliennes flottantes installées d’ici 2020-2021 à Gruissan et à Leucate Barcarès) : 350 emplois créés pour les fermes pilotes, environ 3000 emplois créés pour la construction des fermes commerciales à l’horizon 2025.
 

» télécharger ici le discours intégral du premier ministre

Patrick Vignal : la Camargue toujours en course

Patrick Vignal, le député de la 9ème circonscription de l'Hérault, a profité de la venue à Montpellier du premier ministre Bernard Cazeneuve à l'occasion du lancement du plan Littoral 21 pour obtenir son soutien dans la démarche qu'il a entreprise pour obtenir le classement de la course camarguaise et de ses traditions au Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.
Le député avait déjà présenté à l'Assemblée nationale le 22 novembre 2016 son Livre Blanc "La Camargue en Course" pour défendre son projet.  Un document qui explique pourquoi la Camargue et la Petite Camargue ne seraient plus ce qu'elles sont si la course camarguaise et ses traditions disparaissaient.
Obtenir ce classement sera malgré tout difficile car deux demandes ont déjà été formulées auprès de l’Unesco et n’ont pas abouti. Malgré tout, Patrick Vignal reste confiant, il compte sur le soutien du plus grand nombre pour ce projet qui dépasse les clivages politiques et qui vise à protéger les traditions qui font l'identité et la fierté de la Camargue. Le gros travail de documentation réalisé par le député pour élaborer un argumentaire sérieux et charpenté peut cette fois convaincre l'UNESCO de la pertinence de ce classement . Affaire à suivre donc.

 

Qu’est-ce que le patrimoine culturel immatériel ?

Ce que l’on entend par « patrimoine culturel » a changé de manière considérable au cours des dernières décennies, en partie du fait des instruments élaborés par l’UNESCO. Le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments et aux collections d’objets. Il comprend également les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel. Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie. .

 

Le bâtiment du Centre spatial universitaire inauguré

 

attente-lancement-bd-rect

Robusta 1B,
bientôt 2ème nanosatellite français en orbite

Lancement prévu fin avril 2017 depuis l'Inde.

  • Type de nanosatellite : CubeSat 1Unité
  • Co-financement Fondation Van Allen – CNES, dans le cadre du projet Janus du CNES
  • Financement de stages étudiants par la Fondation Van Allen
  • Durée de développement : 4 ans. Démarrage en 2012 – Prêt à être lancé en 2015
  • Nombre d’étudiants impliqués : 50
  • Mission :
    valider une norme de test aux radiations et un nouveau bus de communication

Robusta : petit mais costaud !

   

La Région a investi 2,5 M€ dans le bâtiment du CSU qui a été inauguré ce 7 mars à Montpellier

Le Centre spatial universitaire (CSU), créé en juillet 2011 par l'université de Montpellier (UM), a été inauguré ce matin en présence de la conseillère régionale Marie-Thérèse Mercier représentant Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Parce que les nanosatellites s'imposent de plus en plus comme des outils stratégiques pour de nombreux acteurs économiques, la Région s'est fortement impliquée dans ce programme. Elle a investi 2,5 M€ pour la construction d'un bâtiment de 2 100m2, conçu comme un véritable écosystème d'innovation. Marie-Thérèse Mercier a souligné « la complémentarité entre le CSU de Montpellier, spécialisé dans les nanosatellites, et celui de Toulouse créé en octobre dernier par l'Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace (ISAE). Ces deux établissements vont nouer un partenariat fort notamment autour de la formation des étudiants en vue du développement des nanosatellites.

Le CESU montpelliérain lancera fin avril son nanosatellite Robusta 1B depuis l'Inde ».

En 2017, la Région consacre un budget de plus de 107,7 M€ à l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon