Parole

Lire et écrire sont indispensables pour survivre dans nos sociétés mais aujourd’hui savoir parler est devenu tout aussi important que savoir écrire. La maîtrise de la parole est une compétence de plus en plus recherchée par les entreprises. Avec la réforme du bac prévue pour 2021, l’éducation nationale, elle-même, annonce le retour en grâce de l’éloquence et de l’expression orale.
Les nouvelles technologies transforment la communication entre les humains. Les smartphones et des applications comme FaceTime et SnapChat multiplient les occasions de communiquer oralement. Sur l’internet, l’audience des vidéos de conférences riches de contenu ne cesse de croitre et les youtubers redonnent de la modernité à la rhétorique. A la télévision, les débats font de nouveau recette et les émissions où la parlotte est reine se multiplient. Même les objets deviennent « intelligents » se mettent à parler. Le digital nous mène peu à peu au vocal.

Platon, il y a 25 siècles, expliquait pourquoi Socrate n’écrivait pas : l’écrit transmet une pensée limitée, figée, morte pour ainsi dire. Sans la parole pour l’exprimer et l’expliciter, la pensée perd avec l’écrit sa profondeur et ses nuances. Le savoir, disait-il, contrairement à l’information n’existe pas en dehors de l’homme. L’écrit ne permet pas le dialogue. Il ne peut répondre aux objections ni adapter les arguments en fonction des réactions de l’interlocuteur. Pour Socrate, rien ne remplaçait la parole et c’est pourquoi son enseignement était uniquement oral. Seul le débat public et le contact direct entre personnes pouvaient permettre de confronter les idées et de conduire à de véritables échanges.

Socrate craignait d’ailleurs que l’écriture n’ait un autre effet pervers : celui d’amoindrir la mémoire. De fait, en utilisant l’écriture, on perd l’habitude de mémoriser et on s’appuie sur un support externe pour retrouver la connaissance ou les traces des expériences passées. L’écriture peut aussi, en quelque sorte, affaiblir le cerveau. Une critique reprise, après l’invention de l’imprimerie, par les clercs à l’instar de Girolamo Squarciafico qui déclarait, en 1477, que « l’abondance des livres détournait les hommes de l’étude ».

Platon, citant Socrate, expliquait aussi pourquoi nul homme sage ne devrait se risquer à écrire sur des questions sérieuses et livrer ainsi sa réflexion à l'envie et à l'incompréhension des autres. Il nous mettait en garde sur le risque de laisser tomber l’écrit « dans les mains du premier venu qui pourra le fausser et le triturer en tous sens ». Il ne parlait pas encore des « fake news » ni de l’interprétation dangereuse de textes religieux sortis du contexte de leur époque mais il le pressentait.

Dans la Grèce antique, l’écrit était d’ailleurs encore balbutiant et la mémoire était la seule façon de s’approprier le savoir. L’Iliade, le poème épique attribué à Homère, se transmettait ainsi oralement de génération en génération.

Comme le remarque le linguiste Walter Ong, si parler est naturel, écrire l’est beaucoup moins. Quelle que soit leur culture, les hommes parlent. La parole est essentielle au lien social. Ecrire est déjà plus intellectuel, plus abstrait. L’écriture avec ses idéogrammes ou ses alphabets est une technologie, une invention dont le support a évolué au fil des siècles: la pierre et le silex pour l’homme préhistorique, le papyrus pour le scribe égyptien, le papier pour le typographe ou divers supports magnétiques pour l’informaticien d’aujourd’hui. 
Quelle que soit la technique utilisée, la transmission écrite du savoir est plus difficile et moins abordable au plus grand nombre que la transmission orale. Avec l’évolution vocale du numérique, l’écrit ne va pas disparaître, il continuera de faire progresser l’humanité mais l’univers interactif et chaleureux des cultures orales reprendra de l’importance. L’écrit ne sera plus le seul pour enregistrer le savoir et les idées. La parole redeviendra le moyen premier de la communication. Les Héraultais, dont le parler vivant et coloré est bien connu, ne s’en plaindront pas.

Jacques Carles

Réformer l’école ?

Imaginons un hôpital spécialisé pour les personnes en bonne santé. Les technocrates chargés de l’évaluation du système de soins le donnerait en exemple : très faible taux de mortalité, coût des médicaments maîtrisé et excellente note pour la satisfaction de la clientèle.

Notre système éducatif se rapproche de cet hôpital. Il est très performant pour les enfants déjà bien dotés par la nature ou par le milieu social dans lequel ils vivent. Les enseignants s’occupent d’abord des enfants sans problème. Les belles écoles et les infrastructures modernes se trouvent en priorité dans les beaux quartiers des métropoles. Malheur aux enfants dont l’intelligence ne correspond pas aux critères étroits définis par l’éducation nationale, malheur à ceux qui sont différents, malheur à ceux qui vivent dans les banlieues ou les zones rurales. L'éducation nationale a bien prévu ces derniers temps de corriger cette situation mais les moyens techniques et humains mis en œuvre ne permettent que des aides ponctuelles. Celles-ci ne sont pas inscrites dans un cadre d'objectif général pour permettre à chacun d'aller le plus loin possible en fonction de ses capacités.

Depuis les lois scolaires de Jules Ferry de 1880, le système français a donc globalement peu évolué malgré les nombreuses réformes que n’ont pas manqué de faire presque tous les ministres de l’éducation nationale. Le monde, par contre, a beaucoup changé depuis plus d’un siècle. Tout ne s’apprend plus à l’école et il est devenu clair qu’il existe de multiples formes d’intelligence. De même avoir un diplôme et être instruit ne veut pas forcément dire être intelligent.

Dans le nouveau contexte du 21ème siècle, la performance du système éducatif français diminue au fil des ans comme l’indique le classement international PISA (*).
Pour la lecture la France arrive en 19ème position, pour les sciences et les mathématiques, le résultat est pire encore : la France arrive en 26ème position loin derrière les pays asiatiques (Singapour, Japon, Chine, etc.) ou les pays d’Europe du Nord (Finlande, Estonie, Norvège, etc.). Plus grave encore, les inégalités d’éducation se creusent en France de façon très inquiétante pour la cohésion sociale.

Tous ces pays qui nous dépassent ont des systèmes scolaires différents et aucune martingale magique n’explique leurs performances. Par contre tous ces pays partagent quelques principes et quelques caractéristiques :

  • L’éducation est une valeur fondamentale de la culture nationale et constitue le levier du développement économique du pays. L’éducation n’est pas qu’une priorité de communication : elle s’exprime concrètement par la grande considération accordée aux enseignants, les salaires qui leur sont versés et la très forte sélectivité de leur recrutement, contreparties du haut degré d’implication et de compétence que les citoyens exigent d’eux.
  • L’enseignement public montre la voie. Il est la référence. Il innove et constitue le premier choix des parents. Le privé sert uniquement de complément. En Finlande le privé est même pratiquement inexistant : il n’accueille que 3% des élèves.
  • Aucun enfant n’est abandonné par le système d’éducation. Les élèves qui éprouvent des difficultés reçoivent très tôt, de la part des enseignants et de leurs assistants, l’attention nécessaire pour atteindre le niveau attendu pour leur âge. Au besoin des moyens supplémentaires sont mis en place pour y parvenir.
  • Le haut niveau et les études supérieures concernent autant les filières d’enseignement général que les filières professionnelles, y compris pour les métiers de l’artisanat
  • Le savoir-faire et l’expérience de terrain des enseignants locaux sont privilégiés pour la définition des méthodes et des contenus. Le personnel des administrations centrales, peu nombreux, est chargé essentiellement de fixer les référentiels nationaux et de régler les problèmes d’intendance ou d’allocation de moyens.

Ces traits communs aux systèmes éducatifs performants dans le monde montrent que ce ne sont pas seulement les méthodes qui sont importantes. Les notions d’équité, de solidarité et d’exigence qui sous-tendent la politique éducative sont tout aussi fondamentales. C’est en donnant réellement et concrètement des chances égales à chacun de réussir sa vie que le système éducatif contribue à la réussite d’un pays. Ce n’est donc pas d’une nouvelle réforme de l’éducation dont la France à besoin mais d’une refonte plus en profondeur de la société française et de ses valeurs, dans le cadre d’une ambition collective qui reste encore à exprimer clairement.

Jacques Carles et Jean-Marie Philipon

______________________________

[*] PISA  :  Programme for International Student Assessment (programme international pour le suivi des acquis des élèves).

 

» Anciens éditos

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon