Nicolas Michel, nouveau président des Vignerons Montagnac Domitienne, vous présente son vin préféré.

 

Peut être une image de 1 personne, position debout et plein air
 
Loin du protocole et des honneurs dus à son rang, c’est bien au milieu de ses vignes, en toute simplicité, que l’on peut rencontrer Nicolas, le nouveau président de notre cave coopérative ! Vigneron passionné et amoureux de son terroir, il est à la tête d’une belle exploitation familiale de 70 ha avec un encépagement varié (merlot, cabernet, chardonnay, syrah, grenache et cinsault).
 
 
Son vin favori est le Chapelle Saint Roch et voici pourquoi :
Cépages :
Syrah, Cabernet, Carignan
Terroir :
Ce vin fait référence à la Chapelle Saint Roch de Tourbes, village en coteaux et aux portes de Pézenas.
Nez :
Nez de pruneaux avec des nuances de cuir
En bouche :
Vin soyeux et élégant aux tanins fondus et une finale épicée.
Accords mets et vins :
Viande d’agneau, entrecôte, salé aux lentilles...
Et vous, que diriez-vous d'une petite Chapelle pour votre grillade du week-end ?
À retrouver dans nos caveaux de Montagnac, Tourbes et Cournonsec

De belles autos et de belles mécaniques à Cournonsec ce 26 Juin

 

La cave coopérative Montagnac- Domitienne avait organisé un rassemblement festif d’anciennes voitures autour du caveau Les Vignerons Montagnac Domitienne, à Cournonsec. Cette journée se voulait surtout un moment de fête pour les propriétaires de véhicules anciens sur le Parking du Caveau adapté à ce genre de manifestation avec ses 2000m2pierreIMG_20210626_114816

De 10h à 14 h plus d'une quarantaine de véhicules anciens, des 2 CV aux Alpines Renault, des 4 CV aux Simcas et Dauphines, étaient exposés. Tandis que les passionnés échangeaient leurs avis, les visiteurs admiraient les intérieurs et les moteurs, d'un autre temps, après avoir inspecté les carrosseries.

A 14h Pour ceux qui étaient tentés une petite balade sur les belles routes de la Gardiole était possible...

Mais entre les deux l'on pouvait se restaurer soit avec un  pique-nique sorti de la malle soit à partir d'un traiteur présent qui proposait des produits frais

 Et si plusieurs clubs de la région étaient représentés comme Plaisir Auto Rétro (généraliste à Juvignac), Rétro Rally 34 (Cournonterral) et bien sûr le 2cv club de l’Hérault, d'autres ont participé à titre individuel  sachant qu'avec une petite animation musicale, une bouteille de Picpoul offerte par équipage auto en plus de la dégustation possible de tous les vins pour les amateurs de véhicules anciens c'était une occasion à ne pas rater.pierreIMG_20210626_114446

Une belle journée sous un beau soleil pas trop agressif. Du bonheur et du plaisir à Montagnac Domitienne entre mécanique et oenologie...

Belles autos et belles mécaniques à Cournonsec le 26 Juin

Belles autos et belles mécaniques à Cournonsec le 26 Juinbandeaux 26

Les Vignerons Montagnac Domitienne médaillés !

Après trois jours de dégustation dans des conditions sanitaires drastiques, qui ont vu 2 749 échantillons passés au crible (une progression spectaculaire par rapport aux années précédentes), l’édition 2021 du Concours des vins “Terre de Vins” a rendu son verdict : Chapelle St Roch 2020 Médaille d’Argent avec une note de 85/100 !!!!!

cave-picpoul-de-pinet.com (1)
Retrouvez Chapelle dans les 3 Caveaux de vente de Cournonsec, Montagnac et Tourbes mais aussi sur notre nouvelle boutique en ligne :
https://www.cave-picpoul-de-pinet.com/nos-icones/27-chapelles-st-r

Les vignerons de Montagnac-Domitienne fortement impactés par la gelée noire

 

souchIMG_20210420_174532Les gelées printanières, comme celles que la France a subi ces derniers jours, "arrivent" assez couramment. Mais elles peuvent causer d'importants dégâts, notamment en arboriculture ou en viticulture, selon la période à laquelle elles se produisent et selon les cultures, avec des pertes partielles de plus de 50 % des récoltes.

C'est au printemps que les épisodes de gels sont les plus dangereux car à cette période les cultures sont à un stade plus avancé...

"Les seuils de sensibilité au gel vont varier selon les cultures considérées, les variétés, mais aussi leur stade de développement. À titre d'exemple, certaines cultures peuvent très bien résister aux fortes gelées de janvier-février parce qu'elles sont en dormance/repos végétatif, mais subir des dégâts lors d'épisodes de gel beaucoup plus légers, en termes de température mesurée, une fois en phase de débourrement et lorsque les bourgeons sont alors bien plus fragiles."Selon FranceInfo.

Hors, au mois de mars les température sont montées assez haut sur toute la France ce qui a accéléré la phase de sortie des bourgeons.

Certains s'attendaient à des gelées blanches, d'autres pensaient passer à travers,  mais peu d'agriculteurs auraient imaginé une gelée "Noire" aussi intense sur tout le territoire français.

Il semble suivant Météo France que  deux coulées d’air polaire arctique se soient succédées durant la première quinzaine d’avril (les 5, 6 puis les 11, 12 avril) en entretenant une ambiance bien fraîche sur le pays. Ces masses d’air polaires ont permis ensuite aux gelées de se multiplier sur la France en raison d’un air plutôt sec favorisant des nuits dégagées avec un fort refroidissement par rayonnement nocturne. Les gelées ont eu lieu pratiquement partout atteignant parfois des niveaux record et n’ont globalement épargné que certaines portions du littoral ouest (Mer du nord, Manche , Atlantique) et surtout méditerranéen.

Sauf durant la nuit du 7 au 8 avril  2021 sur l'Hérault où des températures sont descendues au-dessous de -5°.

Les agriculteurs connaissent bien ce fléau et, pour certains, sont assurés et/ou équipés pour lutter contre les températures négatives sur leurs parcelles.


"On parle de lutte indirecte quand l'agriculteur met en place des stratégies d'évitement et pratiques culturales pour ne pas confronter ses cultures aux gelées pendant les phases où elles sont le plus sensibles (décalage des semis, adaptations des variétés, …). Cette technique n’est pas toujours applicable dans les vergers et pour les vignes notamment.
La lutte directe consiste à déployer des moyens de protection, de brassage de l'air, de chauffage, ou d'aspersion des cultures..."

Oui, mais ces techniques sont assez onéreuses et dans le secteur qui nous concerne, les revenus ne sont pas suffisants pour envisager chez les viticulteurs des dépenses pour le gel. De toute façon, les températures étaient bien trop basses et à 6 h AM, ce fut une gelée noire, avec des petites feuilles, des bourgeons et des petites poussent qui furent brûlées par le froid, et donc qui ont noirci. Si la gelée blanche est moins agressive (gelée de rayonnement), cette gelée noire a même impacté des parcelles pourtant réputées à l'abri...(-4;-5°)

Pour les secteurs qui concernent la Cave Montagnac-Domitienne, Frédéric Clérissi, Technicien "Amont" de la structure nous précise que  85% des parcelles viticoles ont été touchées et au niveau des bourgeons pratiquement entre 90 et 100%...

"Cela va impliquer une perte de récolte évaluée pour la cave Montagnac-Domitienne à 110 /115  000  HL, soit les 2/3 d'une récolte moyenne. (170 000 HL)"

Une catastrophe souchIMG_20210418_173207

Toutefois, il semble qu'il reste un peu de potentiel pour 2021, avec une seconde sortie de la végétation qui ne devrait pas être trop fructifère, mais pour évaluer celle-ci il faudra attendre fin avril.

Question assurances il faut savoir que seulement 16% des exploitations agricoles seraient assurées dans l'Hérault. Pour toutes les autres les mois à venir seront très compliqués et fonction des décisions à venir de l'ETAT. Celles qui sont assurées auront des indemnités (franchise de 30%), sachant qu'en général les exploitants ont souscrits des contrats socles, financés à 60% par l'Europe  pour le gel, la grêle, les événements climatiques...

Pour l'instant, mis à part de "ne pas tomber les bouts,morts", il faut attendre, assurer une bonne protection de ce qui va pousser pour que les souches ne souffrent pas trop cette année en se préservant pour 2022. Eventuellement, en mai, au moment de la floraison les viticulteurs pourront utiliser des stimulateurs de croissance.

Et du côté financier chacun va gérer comme il peut :

 

Le Premier Ministre lors de sa venue à Montagnac, à la cave coopérative a annoncé une série de mesures qui représentent une mobilisation estimée à près de 1 milliard d’euros. Au programme : exonération des cotisations sociales et patronales, dégrèvement de la TFNB, recours possible au chômage partiel, accès exceptionnel au régime des calamités agricoles pour les viticulteurs, etc.

La Fédération Française des Assurances a annoncé le 15 avril 2021 des mesures pour les agriculteurs assurés, et notamment un étalement des cotisations, et le versement rapide des indemnisations. Les assureurs préconisent également une réforme du régime des couvertures des risques agricoles.
La Région, le Département,les Agglos et les communes se sont mobilisés et s'adapteront aux décisions finales prises par le Gouvernement.
Car il faut savoir que même si le système de calamités agricole sa été enclenché, en principe, pour la vigne cela ne concerne pas la récolte mais uniquement les souches... Car les viticulteurs peuvent assurer leurs vignes, tandis que (par exemple) les arboriculteurs ne peuvent assurer leurs cultures.souchIMG_20210420_175746
 
Qu'en sera-t-il du fonds de solidarité ? C'est le Gouvernement qui est aux commandes pour peut-être l'ouvrir exceptionnellement cette fois en sachant qu'il y a un problème d'éthique, les aides devant être distribuées d'une façon égalitaire...
 
Et si 1 milliard a été proposé par le 1er Ministre, à Montagnac, l'on estime pour la viticulture française des pertes à hauteur de 3 milliards et pour l'agriculture française, entre 4 et 5 milliards
Les dernières mesures prises par le Gouvernement :
 
(Rien d'officiel à priori, mais il serait envisagé outre, les mesures citées plus haut, de faire rentrer la viticulture en "calamités agricoles" avec un déplafonnement à 40%, et la mise en place du Fonds de solidarité ? A suivre et à vérifier...
 
Toutefois, il ne faut pas éluder la multiplication de ces gelées qui avec les modifications du climat risquent d'être récurrentes...
Pour le long terme des idées apparaissent comme, pour les assurances, le fait que tous les vignerons assurent leurs vignes pour que les primes puissent ainsi être moins onéreuses ?... Cela suffira-t-il ?
 
Et pour ne pas faciliter les choses, la sécheresse pourrait être de la partie en 2021.
Les terroirs de l'Hérault sont déjà en déficit hydrique. Si pour cette année, suite à la gelée noire, il y aura peu de charge en raisins, les modifications météorologiques liées aux changements climatiques sont à prendre en compte pour que dans notre région le monde viticole puisse se projeter dans un avenir meilleur...