1ère rencontre autour de la Grande école du numérique et de l'Ecole régionale du numérique en Occitanie

Retour à la page d'accueilLundi 16 octobre 2017, 14h30 - ADRAR Formation à Ramonville (2 rue Irène Joliot Curie, Parc Technologique du Canal)

Deux ans après le lancement de la Grande Ecole du Numérique et de l'Ecole régionale du numérique, l'Etat et la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée organisent une première rencontre autour des formations au numérique, le lundi 16 octobre à 14h30, dans les locaux de l'Adrar à Ramonville (31).

D'ici 2020, 90% des métiers nécessiteront des connaissances numériques. Pour répondre aux besoins en compétences dans ce secteur à fort potentiel d'emploi, l'Etat et la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée se sont mobilisés pour proposer, sur le territoire régional, une offre de formations innovantes et de proximité au numérique.

La Grande Ecole du numérique a été lancée officiellement par le Gouvernement en septembre 2015, afin d'offrir aux publics peu ou pas qualifiées des formations au numérique. La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a souhaité s'inscrire très rapidement dans cette dynamique en créant sur son territoire l'Ecole régionale du numérique. Deux ans après, Occitanie est une région en pointe avec 73 formations au numérique labellisées par la Région et l'Etat.

Afin de présenter ce réseau de formations, leur complémentarité et les premiers résultats d'insertion, l'Etat et la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée organisent le lundi 16 octobre, à partir de 14h30, une après-midi de rencontres et d'échanges.
Pascal Mailhos, Préfet de la région Occitanie, Préfet de la Haute-Garonne et Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ouvriront cette rencontre, en présence de Samia Ghozlane, directrice de la Grande Ecole du Numérique. Des stagiaires, des entreprises et des organismes de formations seront également présents pour témoigner de leurs expériences. Les échanges seront suivis d'un parcours découverte au sein du Pôle numérique de l'Adrar, guidé et animé par des stagiaires et formateurs.

Merci de confirmer votre présence à l'adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Jean-Guy Majourel quitte EDF

 

Jean-Guy Majourel

Né à Sète où il a passé toute son enfance, Jean-Guy Majourel, obtient son bac, section C, en 1975 au lycée Paul-Valéry. L’aboutissement logique d’un cursus scolaire qui lui laissera une tendresse particulière pour cet établissement un peu spécial, où les élèves Georges Brassens et Henri Colpi ont découvert l’amitié, l’inspiration et la poésie et dont Pierre-Jean Vaillard disait « qu’il n’en existe pas en France de plus ingénieusement conçu pour le développement de la paresse ».
Jean-Guy Majourel, lui, n’a pas de temps pour la paresse. Famille modeste, père récemment retraité... son sens des responsabilités le conduit à s’engager dans une filière d’études courtes pour accéder rapidement au monde du travail. Il choisit une formation de deux ans à Lyon au sein du groupe EDF d’où il sort en 1977 électrotechnicien. Il exerce ensuite à Béziers et Montpellier. En 1981, il entreprend 3 ans d’études à l’école supérieure d’EDF à Paris et obtient la qualification d’ingénieur. De 1985 à 2001, il parcourt le Sud de la France et gravit tous les échelons. Il est promu en 2014 directeur délégué régional Languedoc-Roussillon. Une carrière exemplaire, qui lui vaut d’être nommé délégué adjoint d'EDF pour la grande région Occitanie en 2016 lors de la fusion entre le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

Dirigeant d'entreprise à la trajectoire remarquable, homme d'écoute et de consensus, Jean-Guy Majourel préside avec efficacité le Conseil de Développement de Sète Agglopôle Méditerranée - "Archipel de Thau"


   

Vendredi soir, 6 octobre, Jean-Guy Majourel, nommé directeur régional d'EDF pour le Languedoc-Roussillon en 2014, puis promu en 2016 directeur délégué régional adjoint d'EDF pour l'ensemble de l'Occitanie, avait convié ses amis, ses collègues et un certain nombre de personnalités au musée Fabre de Montpellier à l'occasion de son départ d'EDF pour une nouvelle carrière de... retraité actif.
Ce sétois au parcours brillant (voir encadré ci-contre) est en effet également Président du Conseil de Développement de Sète Agglopôle Méditerranée. François Commeinhes, Maire de Sète et Président de l'agglomération du bassin de Thau avait d'ailleurs tenu à être présent pour l'occasion. Parmi les personnalités invitées on notait aussi Andre Deljarry, le Président de la CCI Hérault. Au total une centaine de personnes était réunie dans la cour d'honneur du musée Fabre pour ce dirigeant aux qualités humaines reconnues.

de gauche à droite : Jean-Guy Majourel, André Deljarry, François Commeinhes

Gilles Capy, directeur délégué régional EDF Occitanie, basé à Toulouse a rappelé les grandes étapes de la carrière de Jean-Guy Majourel avec entre autres les derniers dossiers aux enjeux majeurs qu'il a traité dans les domaines de la transition énergétique et du nucléaire dans le Gard rhodanien. Gilles Capy a par ailleurs donné la nouvelle organisation d'EDF sur le territoire régional  qui compte quelque 9.000 salariés et précisé le rôle de Virginie Monnier-Mangue qui va succéder à jean-Guy Majourel.

Jean-Guy Majourel dans son allocution a remercié tous les invités présents et rendu hommage avec émotion à sa femme et à ses enfants. Il a conclu en soulignant  l'importance du travail collectif, des échanges, du partage et de tenir le rythme. "Il faut accélérer à la fin du virage" rappelle cet homme d'action. Nul doute qu'il le fasse de nouveau à Sète.
 A l'issue de la cérémonie les invités ont pu visiter  la belle exposition proposée actuellement par le musée Fabre : Francis Bacon/Bruce Nauman - Face à Face.

Pernod Ricard va fermer son site de Bessan en 2018

Le groupe Pernod-Ricard vient d'annoncer jeudi 5 octobre qu'il va fermer son unité de Bessan à la fin de l'année 2018 et qu'il va transférer ses activités bessanaises sur les sites de Marseille, Bordeaux, Lille et Thuir. Une opération d'optimisation de la gestion industrielle prévue dans son plan de développement stratégique.

Actuellement 30 personnes travaillent à Bessan pour Pernod-Ricard dont les comptes du dernier exercice font apparaître un chiffre d'affaires de 9,01 milliards d'euros en croissance de 4% . Pour cette même année, le bénéfice net a été de 1,393 milliards, en croissance de 13% par rapport à l'année précédente. Les bons résultats ont permis une réduction de 865 M€ de la dette nette du groupe qui s'élève encore à 7.851 M€.

Stéphane Pépin-Bonet, n'a pas caché sa déception aux deux membres dirigeants du groupe venus lui annoncer la mauvaise nouvelle pour sa commune. Il note aussi sur sa page Facebook, qu'en qualité de maire et avec l’ensemble de ses partenaires (Etat, Agglomération…), il est à la disposition du personnel de l’entreprise qui vit inévitablement des moments difficiles. Le Maire assure qu'il restera "très attentif à l'avenir social des salariés, comme à celui du site lui-même, placé au centre de Bessan et qui méritera l’attention de tous."

 

Pernod Ricard

Pernod Ricard est le n° 2 mondial des Vins et Spiritueux, avec un chiffre d’affaires consolidé de 9.010 millions d’euros. Né en 1975 du rapprochement de Ricard et Pernod, le Groupe s’est développé tant par croissance interne que par acquisitions : Seagram (2001), Allied Domecq (2005) et Vin&Sprit (2008). Pernod Ricard possède l’un des portefeuilles de marques les plus prestigieux du secteur : la vodka Absolut, le pastis Ricard, les Scotch Whiskies Ballantine’s, Chivas Regal, Royal Salute et The Glenlivet, l’Irish Whiskey Jameson, le cognac Martell, le rhum Havana Club, le gin Beefeater, la liqueur Malibu, les champagnes Mumm et Perrier-Jouët ainsi que les vins Jacob’s Creek, Brancott Estate, Campo Viejo et Kenwood.
Le Groupe compte environ 18.500 collaborateurs et s’appuie sur une organisation décentralisée, composée de 6 Sociétés de Marques et 86 Sociétés de Marché présentes sur chaque marché clé.

 

développement du terminal à conteneurs du port de Sète.

Carole Delga et le PDG de P&O lancent un appel aux acteurs économiques du territoire

Conteneur 1

 

Malgré un contexte économique tendu, le Port de Sète-Frontignan a vu son activité progresser significativement ces deux dernières années, avec une augmentation de 12 % du chiffre d'affaire et de 17% de son trafic.

 
 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Jean Claude Gayssot, président de l'EPR Port Sud de France, ont rencontré ce matin M. Sultan Ahmed Bin Sulayem, Président Directeur Général de DP World, 2ème acteur mondial de l'activité d'exploitant de terminaux conteneurs, dont la filiale P&O Ports a été choisie pour assurer la gestion et le développement du terminal à conteneurs du port de Sète.

J.C Gayssot,  Sultan Ahmed Bin Sulayem, C. Delga, D. Codorniou

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, le Port de Sète-Frontignan et P&O ont parlé d'une seule voix pour porter leur ambition commune, positionner Sète-Frontignan en tant que un port méditerranéen de référence :
« Depuis 10 ans, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a investi 154 M€ dans le port de Sète-Frontignan pour moderniser les infrastructures et outils portuaires et accompagner les opérateurs privés à s'y installer. Ces efforts portent aujourd'hui leurs fruits avec l'arrivée de ce nouvel acteur de renommée internationale. C'est une très bonne nouvelle pour Sète, la Région et pour tous les acteurs économiques qui vont bénéficier d'une offre logistique élargie », a déclaré la présidente Carole Delga.
Pour M. Sultan Ahmed Bin Sulayem, PDG de DP World, « le Port de Sète a le potentiel de se transformer en un important centre logistique et de négoce pour la région et notre expérience nous a montré l'importance des liaisons multimodales pour réaliser cet objectif. Avec la zone logistique, les liaisons ferroviaires et routières ainsi que notre investissement dans l'infrastructure portuaire, le sud-est de la France devrait devenir un lieu important dans la région et la Méditerranée ».
« En facilitant les échanges commerciaux du pays avec le reste du monde, ce terminal renforcera l'attractivité de notre territoire, qui profitera à tous », a souligné quant-à-lui Jean Claude Gayssot, président de l'EPR Port Sud de France. En présence de nombreux chargeurs, la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée Carole Delga a également souhaité lancer un grand appel aux acteurs économiques du territoire : « Pour être à la hauteur de nos ambitions maritimes, le jeu collectif sera le seul efficace. C'est la raison pour laquelle je souhaite lancer un grand appel à toutes les forces économiques de notre Région. Des Pyrénées à la Méditerranée, les entreprises de notre territoire doivent s'approprier les infrastructures de nos ports régionaux ! Que ce soit pour l'import ou l'export, l'intermodalité y offre de vraies perspectives d'optimisation et de développement ».

Des entreprises de l'Hérault consacrées à Sète

Hier au soir, au théâtre Molière, se déroulait la soirée de la quatrième édition  des Master de la Lettre M, un hebdomadaire consacré aux entreprises de la région Occitanie.

Cinq conditions étaient requises afin de faire partie des entreprises «masterisables » : - avoir son siège en Occitanie , être rentable, en croissance - employer au moins vingt salariés  et  ne pas avoir été lauréat lors des trois années précédentes.

La soirée prévue à 18h30 ne commença que trois quarts d’heure plus tard dans une mise en scène entre cérémonie des Césars et sortie du dernier James Bond ou  du dernier IPhone.

Nul doute que ce  cérémonial était ce qu'il souhaitait être "branché" , dynamique, à l’image des entreprises qui ont été récompensées . Elles sont douze à avoir décroché le prix remis chaque fois par un partenaire différent.

 

Pour le premier, celui du Master de l’innovation technologique, il s’agissait du nouvellement né Sète agropole méditerranée- archipel de Thau. Son président, François Commeinhes,  ne put échapper  à cette question devenue rituelle ces jours-ci : "qu'est ce que ça veut dire au juste?"  . Mais celui qui a finalement choisi la fonction  de maire plutôt que celle   de sénateur (on n’a jamais su s’il préférait "se couper les bras ou les jambes …" ) fit preuve de patience et répondit aussi clairement que possible avant de remettre le master à Outremer yachting, un fabricant héraultais de catamarans qui vient de racheter l’Américain Gun Boat.

S’ensuivit la remise des onze autres masters,  toujours dans une ambiance mêlant sans complexe , soirée "jet seteuse"  électro, composium de la Sillicone Valley, et Théâtre ( décor oblige ) , avec vidéo des entreprises récompensées , bref discours "punchy"  du partenaire et du lauréat , poignets de mains gaillardes , beaux sourires, flashes. Dans l’ordre furent donc remis le Master de la création d’emploi à l’entreprise Septeo – solutions logicielles métiers et services (PDG Philipe Rivière),

Le Master des ressources humaines à Arkolia énergie- l’électricité verte en croissance - (président   Laurent Bonhomme),

Le Master de l’économie sociale et solidaire aux Compagnons de Magueloneune action sociale diversifiée- (président  Bernard Azéma),

Le Master de la Culture client à Matooma – objets connectés(Président  Frédéric Salles),

Le Master exportation à Smoove – vélo en libre-service(président  Laurent Mercat),

Le Master de la croissance à Osmozis – des campings connectés (dirigeants : PDG   Gérard Tremblay, DG  Yves Boulot DG),

Le Master rentabilité à Web Libre consulting – Solutions digitales pour le commerce, (PDG  Mamadou Diouf),

Le master de l’innovation managériale à EstebanParfumeur d’intérieur- ( PDG Dominique Alison  ),

Le Master entreprise de taille intermédiaire à Sotranasa – Réseaux télécom, énergie et EnR- (Gérant, Jean Pierre Navarro),

Le Master coup de cœur à Ecia - Bureau d’étude dans le nucléaire-  (DG  Pascal Morel).

Enfin le Master régional fut remis pour une deuxième fois à Laurent Mercat qui avec smoove, le V-lib qu’utilise déjà les parisiens, mais également les chicagoans, les moscovites, les marrakchis, vient de conquérir le marché de Barcelone. Preuve s’il en est que ça roule plutôt bien pour les entreprises d’Occitanie !!!

Le transport, une filière qui tient la route

5 840 entreprises et 49 191 emplois dépendent du transport routier et de ses activités auxiliaires en Occitanie. Les conducteurs constituent la part majeure de ces emplois, occupés désormais à 18 % par des femmes.

Ça roule pour le transport régional : telle pourrait être la conclusion des dernières études réalisées sur le sujet. Occupant 49 191 salariés au sein de 5 840 établissements (dont 44 % de patrons artisans), la région Occitanie a, en 2015, vu croître de 1 260 le nombre de salariés du secteur (soit une progression de 3 %) selon le dernier rapport de l'Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL).

Ainsi, "la région Occitanie est la seule région de France qui a une croissance des effectifs dans l’activité marchandises de +1 % alors qu’elle est nulle au plan national", note ce rapport. En outre, 7 salariés sur 10 sont des conducteurs (soit 35 000 au total) et la branche compte dorénavant près de 9 000 femmes en région, soit 18 % des effectifs. Si l'emploi salarié progresse, le nombre d'entreprises, lui, est en recul (-4,6 % en 5 ans). L’explication est double : face aux difficultés rencontrées par les acteurs de la filière, on constate une tendance à la concentration des entreprises et, hélas, à la disparition des plus fragiles. "71 % des défaillances sont dues à des cessations d’activité, 19 % à des liquidations judiciaires (ceci a concerné 402 salariés) et 12 % des défaillances sont dues à des redressements judiciaires (soit 546 salariés concernés)", précise l'OFTL. Dans sa dernière étude, l'Observatoire avance que les employeurs interrogés envisageaient une augmentation de 8 % de leurs effectifs durant l'année 2016. Et Françoise Gleyze, déléguée régionale de la Fédération des transports routier (FNTR) de compléter : "La filière manque aujourd'hui cruellement de chauffeurs routiers. L'offre d'emploi est plus forte que la demande." Le transport routier, comme la restauration, l’industrie ou l’informatique, fait donc désormais partie de ce que l’on appelle les métiers en tensions, qui n’arrivent pas à pourvoir les postes créés par leur développement.

source : CCI Occitanie

CCI Hérault : Attitude 100 % au coeur de l'éco

La CCI Hérault dévoile sa feuille de route 2017-2021.
André Deljarry, le président de la CCI et son équipe, dont l'ambition est de booster l'économie de tout le territoire héraultais, ont tenu à présenter un plan très structuré, volontariste et véritablement stratégique, aux chefs d'entreprise et responsables économiques réunis à Montpellier ce mercredi 13 septembre après l'avoir fait le matin même à Béziers puis à Sète.

cciDSC_0005 (41)

Cette “feuille de route”, intitulée “Attitude 100 % au cœur de l'éco”, repose sur sept leviers identifiés et longuement analysés par les trente groupes de travail constitués pour y associer les actions à mettre en oeuvre...

CCI 54Capture

 

Les 7 leviers d'actions prioritaires

  1. Stimuler l’entrepreneuriat et le développement du business des entreprises
  2. Innover et rechercher tous les potentiels de développement de filières
  3. Développer l’attractivité des territoires, les infrastructures et le tourisme
  4. Agir pour le Commerce et la dynamisation des centres-villes
  5. Agir pour l’Industrie du futur
  6. Agir sur le capital humain et la Formation
  7. Accélérer la transformation de la CCI Hérault en jouant la proximité client multicanal.

"L’Hérault est un département attractif avec plus de 61 000 entreprises inscrites au RCS et 5 000 créations d’entreprise par an. Notre vision est de conforter l’écosystème dans lequel les entreprises installées se développent, nouent des partenariats, co-construisent de la richesse et de l‘emploi. Elle consiste aussi à attirer les talents extérieurs et les créateurs d’entreprise. C'est un plan qui est fait par les entreprises pour les entreprises ."

Autour de ces 6 groupes projets structurants, avec Matthieu Ourliac et Florent Tarbouriech, Présidents des délégations de Béziers et de Sète, tous les groupes ont travaillé, pilotés par André Deljarry, Président.

C'est ainsi que la feuille de route stratégique est résolument orientée vers la confiance en l’avenir du territoire en accroissant le potentiel de la CCI Hérault tout en en étant présents sur tous les territoires (avec aide du numérique), en innovant dans l’offre de service aux entreprise et en lançant « CCI store plateforme de services en ligne CCI », mais aussi en fédérant des partenariats fertiles avec l’Etat, les Collectivités et les ccteurs économiques. 

cciDSC_0004 (41)

6 objectifs pour les années à venir :

  • Installer les fondations solides de la CCI Hérault pour lui permettre de s’engager dans l’avenir : début de mandat rénovation des sites et fin de mandat livraison du campus MBS.
  • Faciliter la vie des entreprises par un service performant et une offre de proximité multi canal (terrain, web, rencontres partenariales).
  • Accompagner les mutations des secteurs du commerce et des services et développer les industries de l’Hérault et accompagner les dirigeants vers « l’Industrie du futur ».
  • Travailler la destination touristique Hérault en partenariat avec les acteurs.
  • Renouveler l’offre de formation aux entreprises et aux jeunes, notamment par l’Apprentissage tandis que le plan d’action stratégique « ATTITUDE 100% AU CŒUR DE L’ÉCO » qui en découle s’attache à :  ÊTRE EN PROXIMITÉ des entreprises.
  • Innover dans l’offre de service aux entreprises, lancer « CCI store plateforme de services en ligne CCI »
  • Fédérer et nouer des partenariats fertiles avec l’Etat, les Collectivités et les Acteurs économiques.

André Deljarry : "Les missions de la CCI s’articulent autour de trois métiers : l’appui aux entreprises, l’appui au territoire, la Formation des jeunes et des salariés "Dans l'Hérault, tout chef d’entreprise peut entreprendre librement avec succès, dans un écosystème porteur. Pour cela je m’engage aux côtés de l’ensemble des membres élus et des équipes de la CCI à transformer la CCI Hérault pour la placer au coeur de l’économie du territoire, avec la CCI Occitanie. d’hisser notre département en “haut du tableau des territoires attractifs” au coeur de l’Occitanie et de l’Europe....
Bâtir des fondations solides pour la CCI Hérault avec le Campus MBS, futur épicentre économique ». En ouverture de mandat investissement dans les bâtiments CCI Héraut sur Béziers : présence en centre-ville, modernisation du Parc des expositions et modernisation des bâtiments des services aux entreprises et de l’établissement Sud Formation. En fin de mandat : livraison du campus MBS , véritable pôle innovant regroupant les services aux entreprises de la CCI Hérault, l’antenne de la CCI Occitanie et Sud Formation
."

Un projet ambitieux assurant un service public d’excellence et performant, en étant apporteur d’idées, fédérateur, créatif et innovant; en signant des partenariats avec l’ensemble des collectivités et des acteurs économiques. Mais aussi en soutenant la croissance des flux de passagers des aéroports de Béziers et de Montpellier, en proposant un rapprochement des deux plateformes, en développant l’activité économique autour du Port de Sète. Enfin, en agissant pour le commerce des centres-villes.

Un projet ambitieux qui motivent tous les membres de la CCI Hérault prêts à relever bon nombre de défis pour atteindre les objectifs définis.

» en savoir plus sur Attitude 100 % au cœur de l'éco”, et sur les actions prioritaires de chacun des leviers : cliquez ici

La hausse de l’emploi régional boostée par l’intérim

+12,8 % : l'emploi intérimaire en forte progression depuis un an

Workers 04Cette progression, supérieure à celle constatée au niveau national, est notamment tirée par les Pyrénées-Orientales, département d’Occitanie le plus favorablement impacté par la progression de cet indicateur économique annonciateur de croissance. 

L’accélération de l’intérim est nette en juillet 2017 (+12,8% par rapport à juillet 2016) et renforce le rythme déjà soutenu depuis le début de l’année. Sur les 7 premiers mois, le travail temporaire progresse ainsi de +8% et continue de contribuer à l’amélioration du marché de l’emploi. Ce sont en effet 45 000 emplois en équivalent temps plein supplémentaires qui ont été créés, par rapport à la même période en 2016. Les effectifs intérimaires progressent dans tous les secteurs, avec en tête les transports et l’industrie. Les services continuent de concentrer un emploi intérimaire sur deux. 

Au niveau géographique, nos départements affichent leurs disparités. Ainsi, les Pyrénées-Orientales, par ailleurs département de France Métropolitaine le plus touché par le chômage (14,8 % au premier trimestre 2017, selon l'Insee) est le territoire où la reprise des contrats d'intérim est la plus marquée sur cette période avec une hausse de 36,7 % des effectifs. À l’inverse, les départements de l'Hérault (-5,6 %), de l'Aveyron (10,1 %) et du Tarn-et-Garonne (-10 %) voient leur nombre de contrats intérimaires baisser, à contre-courant du marché régional.

Selon Prism'Emploi, les effectifs intérimaires progressent davantage chez les ouvriers qualifiés (+11,0 %), que chez les ouvriers non qualifiés (+10,4 %), les cadres et professions intermédiaires (+10,0 %) et, de façon plus marquée, que chez les employés (+0,9 %) dans notre région. Ainsi, 37,7 % des contrats intérimaires signés dans la région Occitanie le sont en faveur d'ouvriers qualifiés contre 34 % pour les ouvriers non-qualifiés ; 15 % pour les cadres et professions intermédiaires ; et 13,4 % d'employés. Côté secteur d'activité, c'est l'industrie qui s'avère le plus dynamique en termes d'emploi intérimaire (43,6 %) devant le BTP (18,7 %) et les services (16,6 %).

Des économies d'énergie accessibles à toutes les entreprises

Anticiper la hausse du coût de l’énergie en maîtrisant sa consommation énergétique, c’est prendre un avantage concurrentiel et participer à l’effort nécessaire face au changement climatique.

Capture

Dans le cadre du programme CCI Innovation, la CCI Hérault vous propose de découvrir les solutions pour réduire vos factures d'énergie (éclairage, moteur, air comprimé, chauffage, climatisation etc).

MONTPELLIER - mardi 19 septembre 2017 de 8h30 à 10h30

CCI Entreprises - Zone Aéroportuaire Montpellier Méditerranée, Mauguio

BEZIERS - mardi 26 septembre 2017 de 8h30 à 10h30

Sud Formation Béziers, rue Chiclana à Béziers

La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire

Partagez cette invitation à un ami ou un collaborateur :   Voir le programme détaillé

PROGRAMME  : Contexte énergétique Pistes d’actions d’économie d’énergie en entreprise Comment financer les investissements pour maîtriser l’énergie ? Former un réfèrent Energie dans mon entreprise avec le parcours DEREFEI de l’ADEME.

Sportup Summit

LR SET, en partenariat avec la Région Occitanie, organise la seconde édition du Sportup Summit, concours de startups et d’idées dédié à la filière sportive. Il se déroulera du 21 au 23 Septembre prochain à la Cité d’excellence sportive du CREPS de Font-Romeu. 

A la clé de cet appel à projets, 30 places pour un concours mais aussi, des ateliers et des conférences permettant des temps de rencontres et d’échanges autour des thématiques du sport, de l’innovation et de l’économie.
Cette année encore, le Sportup Summit met les participants à l’épreuve avec un programme intense enchaînant temps d'accompagnement, préparation physique, pitchs, ateliers thématiques, rencontres et échanges entre acteurs ! 
Un programme qui reposera aussi sur des méthodes qui permettent d’allier les valeurs de solidarité, de cohésion à la nécessité de performance pour la construction d’un projet porteur de développement économique en Région. 
Pour les 30 candidats sélectionnés ce sera une immersion totale dans l’univers du sport et de l’entrepreneuriat pour une expérience sans équivalent : deux jours uniques d’accélération au contact des meilleurs de leurs domaines.

» en savoir plus

 

L'édition 2016 du Sportup Summit a rencontré un vif succès !

Une start-up surfe sur le renouveau de la vente à domicile

Plébiscitée par la génération de l'internet et des réseaux sociaux, la vente directe à domicile est en plein renouveau. Ils sont en effet de plus en plus nombreux ceux qui ne se contentent plus des super-marchés standardisés et qui déplorent l'absence de chaleur humaine de la vente en ligne. Une toute nouvelle start-up a donc eu l'idée de faciliter encore davantage l'essor de la vente à domicile en créant ERVAD, une plateforme internet innovante qui met en relation les acheteurs et les vendeurs.

 

 La vente à domicile en plein essor

Après une éclipse relative, la vente à domicile fait un retour en force. Mais fini le temps des réunions désuètes de grand-maman pour présenter les tupperwares. Aujourd’hui la vente a domicile concerne d’innombrables produits : les cafés, la lingerie, les produits bio, les bijoux, les vins, les arts ménagers, les jeux, la mode pour enfants... et même les sex-toys dont les ventes ont connu une croissance de 54% l’an dernier.

Le shopping à la maison séduit la génération d’internet et des réseaux sociaux à la recherche de convivialité et nouvelles façons d’acheter.

Selon la Fédération de la vente Directe (FVD), le secteur représentait en 2015 un chiffre d'affaires de 4,140 milliards d’euros et faisait travailler 640.215 personnes  sans compter les 63.000 emplois indirects dans les fonctions supports, la recherche et le développement, la production et la sous-traitance.
La Vente Directe recrute chaque année quelque 15 à 20.000 commerciaux à temps partiel ou à temps plein. Entre 2010 et 2015, la profession de la Vente Directe a créé 103.000 emplois nouveaux avec le soutien du ministère en charge de l'emploi et de Pôle emploi.

Le secteur prouve sa légitimité et sa vitalité dans un contexte économique où la souplesse et le travail à temps partiel ou choisi semblent une des réponses adaptées à la société actuelle.
Très prisée par les femmes qui représentent 80 % des vendeurs à domicile, le secteur offre aussi une opportunité pour obtenir des revenus complémentaires ou générer son emploi en prenant en compte les contraintes de la vie de famille. 

En Europe la Vente Directe c’est 14,5 millions de vendeurs avec un Chiffre d’Affaires de 28 milliards d’Euros.

Dans le monde la Vente Directe c'est 103 millions de vendeurs avec un chiffre d’affaires de 183 milliards d'euros.

 

   

L'équipe d'ERVAD est emmenée par Julie Thomazeau à l'origine du concept et deux autres compères, Etienne Malard et Marc Salnel. Ces jeunes entrepreneurs, dont deux sont issus de Montpellier Business School, ont déjà ouvert leur plateforme à Bordeaux et Toulouse. Un quatrième mousquetaire devrait rejoindre très prochainement cette fine équipe, le sétois Thomas Plazanet. Leur objectif est de mailler un territoire de plus en plus vaste si les premiers résultats sont là pour confirmer la validité du concept.

Pour l'acheteur, ERVAD est un service gratuit et facile qui permet de trouver les ventes organisées par des professionnels pour découvrir de nouveaux produits dans un tas de domaines, faire de nouvelles rencontres et profiter d’un moment convivial. En quelques clics, il est ainsi possible de trouver un produit et une réunion de vente où réserver votre place. Il est ensuite possible de laisser un avis et de faire partager votre expérience.

L'acheteur

Pour le vendeur, ERVAD permet de rentrer en contact et de fidéliser de nouveaux clients. Le service n'est payant que si au moins un client répond à l'annonce. Le risque est donc nul. Il suffit de mettre en ligne votre réunion, d'accepter les demandes de réservations et bien sûr à vous ensuite de de faire découvrir vos produits

Le vendeur

» pour en savoir plus : ervad.com