L’économie du partage : nouvelles perspectives

 L’économie de partage renforce le lien social, rentabilise les équipements, réduit le gaspillage et préserve l’environnement. Elle bouscule ainsi de nombreux secteurs d’activités et induit de nouveaux comportements. D’alternatifs, les entrepreneurs de l’économie du partage sont toutefois devenus de vrais hommes ou femmes d’affaires. Avec une croissance annuelle à deux chiffres, le poids de l’économie du partage devrait dépasser les 500 milliards d’euros d’ici 2025.

Dans les premiers temps d’internet, les chercheurs ont pris l’habitude de mettre en ligne, gratuitement, à disposition de leurs collègues scientifiques les résultats de leurs travaux. Cela a permis d’accélérer l’innovation et a entrainé un mouvement de partage des savoirs dont Wikipédia est aujourd’hui l’illustration pour le grand public.

Le modèle économique de Wikipedia repose sur la générosité des utilisateurs. Chaque année, l'organisation sans but lucratif Wikimedia Foundation mène avec succès une levée de fonds pour financer la célèbre encyclopédie libre, sans publicité et gratuite. Le soutien du public est tel que Wikimedia foundation dispose aujourd’hui de 92 millions de dollars de fonds propres, de quoi s’assurer un filet de sécurité pour poursuivre son développement.

La terrible canicule qui tue 15.000 personnes en France, lors de l’été 2003, révèle l’isolement voire de l’abandon de certaines personnes âgées. Parallèlement, de nombreux jeunes rencontrent des difficultés pour se loger en ville. Ce double constat conduit à la création de l’association « Un Toit 2 Générations » qui se fixe l’objectif de promouvoir le développement de l’habitat intergénérationnel en organisant le partage du logement d’une personne âgée vivant seule et d’un jeune à la recherche d’un logement à moindre coût. Aujourd’hui plusieurs centaines de personnes participent à cette expérience de vie enrichissante et originale qui contribue à la prévention de l’isolement des personnes âgées et favorise l’émergence d’une offre nouvelle de logements solidaires pour les jeunes.

Pour continuer : http://futuroscopie.org/index.php/economie/158-l-economie-du-partage-ouvre-de-nouvelles-perspectives

Le préfet lance aux cotés du maire de Montpellier "la Fabrique à Entreprendre

"La Fabrique à entreprendre" de la Mosson aide à la création ou à la reprise d'entreprises, à lutter contre le chômage, accompagner l'émergence de projets et mettre en lumière des "pépites" en quartier politique de la ville.


C'est la première Fabrique à Entreprendre en Région Occitanie et constitue un guichet unique sur le quartier de la Mosson à Montpellier. Elle a pour objectif de guider les créateurs /repreneurs d'entreprises de la Mosson, de dynamiser l'initiative économique et de stimuler la culture entrepreneuriale.

C'est la première Fabrique à Entreprendre en Région Occitanie et constitue un guichet unique sur le quartier de la Mosson. Elle a pour objectif de guider les créateurs /repreneurs d'entreprises de la Mosson, de dynamiser l'initiative économique et de stimuler la culture entrepreneuriale. Dans sa phase expérimentale (2018-2020), la « Fabrique à entreprendre » s’adresse prioritairement aux habitants du quartier de la Mosson, porteurs de projet qui souhaitent créer sur le territoire de la Mosson, entrepreneurs déjà installés.

L’ambition est d’augmenter le nombre de porteurs de projets accompagnés, d’entreprises créées et de favoriser leur pérennité. Elle pourra accueillir jusqu’à 350 porteurs de projet par an.

Tél : 07.89.31.97.13

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La pollution numérique, réduisez la vôtre

L’impact environnemental du numérique est un champ de recherches qui vise à évaluer l'effet des technologies de l'information et de la communication sur l'environnement.

Certains désignent comme « pollution numérique » les conséquences environnementales négatives de la numérisation, incluant, pour certains, la pollution électromagnétique et les usages parasites de l'informatique comme le spam. Ces conséquences négatives proviennent de la consommation d'électricité non négligeable des systèmes, de l'usage de matières premières pour la construction des appareils, et de leur destruction après leur remplacement.

Il faut savoir que la révolution internet ne fait que commencer.

La barre des 50% de la population mondiale ayant accès à l’internet a été franchie en 2018. Au rythme actuel, le monde comptera bientôt 5 milliards d’internautes dont 4 milliards seront actifs sur les réseaux sociaux. Le taux de pénétration dépasse déjà 80% en Europe et s’en approche en Amérique. En Afrique il atteint maintenant les 40% avec la plus forte croissance annuelle du monde grâce à des startups qui font bouger le continent. Ainsi, à Nairobi, loin de la Silicon Valley, une entreprise kenyane du secteur de l’économie sociale et solidaire, Ushahidi[1], développe la BRCK (la « brique » ), petit boitier électronique qui permet avec une seule carte SIM de raccorder 20 appareils à la fois à un réseau 3G, 4G ou Wifi en s’adaptant à l’infrastructure locale.

L’internet est devenu « mobile » et sur tous les continents le smartphone est à présent le principal moyen utilisé pour se connecter au web. On passe près de 5 heures par jour sur l’internet dont plus d’une heure sur les réseaux sociaux. En quelques années, l’internet a considérablement changé nos modes de vie et la société. La toile est déjà devenue un lieu de rencontre, un lieu d’échange, un centre d’achat et une source d’information incontournable mais ce n’est que le début d’une révolution plus profonde encore.

Entrepreneuriat au féminin

Des parcours professionnels, leur cheminement, les joies et les difficultés au sein de leurs entreprises respectives, autant de témoignages de la 1ère édition montpelliéraine de ELLE Active, « le Forum qui booste les femmes actives » sur le campus de Montpellier Business School ce 8 novembre 2018. 

 Prendre des risques, aller vers l’inconnu, préférer le mouvement à l’immobilisme, retrouver du sens, sont-elles prêtes à changer et embarquer les autres ? Sur quels soutiens des pouvoirs publics, des entreprises et de la société en général peuvent-elles compter ?

Pour tenter de répondre à ces questions, les participant(e)s pourront échanger et profiter des meilleur(e)s spécialistes à travers un après-midi d’échanges agrémenté d’interviews, de débats et de témoignages. 

Parmi les invité(e)s spécialistes, ont témoigné l’entrepreneure à succès Rachel Delacour, Eléonore Quarré, Directrice d’études au département opinion et politique chez Opinion Way, Dr Annabelle Jaouen, Professeure à Montpellier Business School, Stéphane Reboud, Vice President, Office of EMEA President & Strategically Aligned Business chez Dell, Clara Kabous, consultante cybersécurité chez Orange, Louise Joly, directrice de l’école IA Microsoft, ou encore l’actrice Mélanie Maudran (Un si grand soleil).

Présidente de la région Occitanie, Carole Delga était également présente pour témoigner et conclure les débats en fin d’après-midi.

S'implanter en zones de revitalisation rurale (ZRR), quels avantages ?

Envie de quitter la ville pour implanter votre activité à la campagne ? Si vous vous installez dans une zone de revitalisation rurale (ZRR), vous pouvez bénéficier d'un régime temporaire d'exonérations fiscales et d'exonérations de cotisations sociales sous certaines conditions. Explications.

© Phovoir.fr

Les zones de revitalisation rurale qu’est-ce que c’est ?

Créées par la loi d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire du 4 février 1995, les zones de revitalisation rurale (ZRR) regroupent à l'échelle nationale un ensemble de communes reconnues comme fragiles sur le plan socio-économique. Afin de favoriser le développement de ces territoires ruraux, des aides fiscales et sociales soutiennent la création ou la reprise d'entreprise.

>> Consultez la liste des ZRR

À savoir

Si votre entreprise est située dans une zone qui a cessé d’être classée ZRR au 1er juillet 2017, vous pouvez continuer à bénéficier provisoirement des effets de ce dispositif dans le cadre de son prolongement jusqu’au 30 juin 2020.

Lire aussi : Exonérations d’impôts locaux dans les quartiers prioritaires, comment ça marche ?

De quelles exonérations pourriez-vous bénéficier ?

Sous réserve de remplir certaines conditions liées notamment à l’effectif et à la nature de l’activité de l'entreprise, vous pouvez bénéficier temporairement :

Attention

Si vous envisagez d'installer votre entreprise en ZRR, vous devez impérativement y effectuer son implantation au plus tard le 31 décembre 2020.

Lire aussi : Professionnels : les nouveautés fiscales en 2018 | Financement : retrouvez toutes les aides publiques sur le site Aides-entreprises.fr I Entreprises : les financements européens auxquels vous pouvez avoir droit

Le détail des dispositifs d'exonération d'impôts et de charge sociales en ZRR : https://www.economie.gouv.fr/entreprises/zone-revitalisation-rurale-zrr-avantages-impots?xtor=ES-49-[BIE_132_20180927_NonExpertsComptables]-20180927-[https://www.economie.gouv.fr/entreprises/zone-revitalisation-rurale-zrr-avantages-impots]-288515

Un bel été pour la destination Hérault

Selon  Tourisme Hérault : ce fut un bel été pour la destination Hérault. . .

Septembre, c’est la rentrée, mais pour la destination Hérault c’est aussi l’été indien et les vacances qui continuent, avec plus de 3 millions de nuitées touristiques attendues !

Hérault, La Grande Motte, Port, Bateaux

 

"Et les professionnels héraultais ont le sourire, car le niveau des réservations pour septembre est très prometteur ! Ils comptent bien conforter les bons résultats du mois d’aout, où soleil et chaleur ont boosté la fréquentation !"

Pour l’hôtellerie héraultaise, 2018 est un excellent cru, qui conjugue augmentation des taux d’occupation et hausse du chiffres d’affaires !

Montpellier a accueilli 6 congrès internationaux durant l’été, ce qui a permis aux établissements hôteliers de bénéficier de l’arrivée de clientèles lointaines américaines et asiatiques, en plus des séjours des vacanciers ! Pour les autres modes d’hébergement, résidences de tourisme, campings ou villages de vacances, le bilan est aussi positif, avec un chiffre d’affaires supérieur à celui d’août 2017 pour 4 établissements sur 10 !

Les professionnels témoignent d’un bon niveau de fréquentation française et d’une progression des clientèles traditionnelles, notamment allemandes et néerlandaises. Si l’effet « Coupe du Monde » s’est bien sûr fait sentir en Hérault comme ailleurs, retardant les arrivées en juillet, le cœur de saison s’est prolongé jusqu’à la fin du mois d’août .

A noter que le département de l’Hérault comptabilise chaque année 14 millions de nuitées sur le mois d’août !

Seules les agences immobilières ont affiché des résultats globalement en recul sur l’ensemble de la saison. Concernant les activités, la chaleur a été bénéfique aux consommations en terrasse ou au bord de l’eau, ce qui a dynamisé le chiffre d’affaires des restaurants et des plages privées, très satisfaits de leur activité estivale !

La canicule semble à l’inverse avoir ralenti la pratique des activités de pleine nature . Les professionnels des loisirs sportifs et culturels espèrent un regain d’activité sur les weekends de septembre, avec pour point culminant les traditionnelles journées du patrimoine.

La montée de l’économie collaborative

L’internet a favorisé l’émergence d’une économie collaborative entre personnes qui s’organisent entre elles pour mener un projet en commun, comme par exemple la création d’un logiciel libre, ou gérer une activité sur une base coopérative.

Ainsi, dans le sud de la France, des journalistes indépendants se sont organisés pour lancer le réseau Oc-infos, un concept très original et innovant qui renouvèle sur l’internet la presse quotidienne régionale en Occitanie. Sur les communes d’une collectivité territoriale, des correspondants collectent l’information hyper locale et nourrissent eux-mêmes, en continu, 24h/24, l’édition numérique du journal du territoire.

Des rubriques sur le patrimoine, la culture, l’environnement… sont partagées par toutes les éditions et contribuent à donner la cohérence à l’ensemble. C’est l’addition des informations locales qui fait sens et nourrit la ligne éditoriale. Le succès d’audience est tel que le réseau, parti de Sète la ville de Brassens et de Paul Valéry, maille peu à peu une zone de plus en plus vaste : Montpellier, Béziers, Agde, etc.
Cette économie collaborative se fonde sur des valeurs communes, entre égaux qui définissent leurs propres règles d’organisation et de partage. Le numérique redonne ainsi un nouvel élan à l’esprit des coopératives, comme les jardins partagés ont récemment redonné un coup de jeunesse aux prés communaux dont l’origine remonte au néolithique.

» lire la suite sur http://futuroscopie.org/index.php/economie

Travail : profondes mutations en vue

Dans les prochaines décennies la globalisation de l’économie planétaire aura des conséquences de plus en plus visibles sur le marché du travail.

Les entreprises maintiendront de moins en moins une organisation figée avec des salariés en contrat à durée indéterminée. Elles fonctionneront selon une logique de projets, au niveau local et au niveau international.

Pour un travail donné, une entreprise cherchera les meilleures compétences pour constituer l’équipe qui mènera à bien le projet, pour quelques mois ou pour plusieurs années. 

Pour certains métiers du savoir, les nouveaux outils numériques de communication et de travail collaboratifs permettront d’organiser le travail via l’internet, gommant ainsi les contraintes de fuseaux horaires et de géographie. Les jeunes d’Afrique et d’Asie, de plus en plus nombreux et surtout de mieux en mieux éduqués devraient être en mesure de tirer profit des ces évolutions et de s’insérer dans les équipes travaillant en ligne.

Pour aller plus loin : http://futuroscopie.org/index.php/economie/157-le-marche-du-travail-va-connaitre-de-profondes-mutations

À propos du réseau Les 3 Grâces©

Les 3 Grâces met en réseau les commerçants et artisans indépendants de l’Hérault pour les accompagner et les valoriser auprès de leurs consom’acteurs. Qu’ont-il de plus que les autres ? Les commerçants qui sont accompagnés répondent à une charte qualité qui s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. Ils travaillent majoritairement en circuit court et en local (ou Made in France) et sélectionnent leurs produits pour leur qualité. Comment les reconnaître ? Tous les commerçants du réseau sont identifiables grâce à ce macaron de porte, gage de qualité de leurs produits, de leur démarche responsable, mais aussi de leur accueil chaleureux. Les retrouver sur la liste de nos bonnes adresses du webzine, ainsi que leurs articles dédiés : http://www.les3graces.fr/webzine/

grac

"Les 3 Grâces est un réseau coopératif, multi-filières (artisanat d’art, production alimentaire, vente au détail), de commerçants indépendants de proximité, dans l’Hérault.  Parce que les problématiques d’isolement nuisent à leur pérennité, les commerçants indépendants ont besoin de solutions socialement innovantes pour répondre à leurs problématiques. Côté consommateurs, nous avons tous besoin de rencontres et il n’est pas dans l’intérêt collectif d’aller vers l’uniformisation des centres-villes."

www.les3graces.fr/webzine/

Les missions : 

● Accompagner les commerçants dans leurs problématiques au quotidien  
● Mutualiser les actions pour valoriser les commerçants auprès de leurs consommateurs

 Finalités :

● Accélérateur de commerce indépendant  
● Créateur de lien durable entre les différents acteurs du commerce indépendant  
● Développeur de proximité humaine et marchande. 

L’homme et la machine deviennent partenaires

Dans la Grèce antique, le prix d’achat moyen d’un esclave était de 150 drachmes, environ 500 € soit le prix d’Alpha 1 S le robot compagnon humanoïde conçu pour l’éducation et le divertissement par UBbtech et que l’on peut acheter chez Amazon.

Il y a beaucoup de fantasmes autour des robots. Un robot n’est qu’une machine conçue pour accomplir automatiquement des tâches en imitant ou reproduisant, dans un domaine précis, des actions humaines.

Les robots ne datent pas d’aujourd’hui. Cela fait déjà longtemps qu’ils travaillent sur les chaînes de montages des constructeurs automobiles, qu’ils remplacent les hommes pour les opérations dans les zones dangereuse des centrales nucléaires ou qu’ils exécutent des tâches répétitives dans de nombreux secteurs industriels.

La nouveauté, ce sont les nouvelles fonctionnalités que ces robots acquièrent avec le numérique et les nouvelles technologiques.

En savoir plus sur : http://futuroscopie.org/index.php/economie