Festival du ukulele à Grabels

Dans le parc du château de Grabels, la petite guitare montée à quatre cordes retentira avec sa sonorité si particulière à l'occasion de la troisième édition de son festival né dans le sud de la France. Un festival né à Grabels qui renaîtra ce samedi 15 avril 2017 en présence de trente-huit musiciens et autant de performances attendues de 15h à minuit. Au programme, la musique traditionnelle polysénienne, mais aussi des reprises des Beatles, des thèmes musicaux aux styles différents, toute génération confondue, qui font le creuset de ce festival.

 

 c'est promis, le bœuf avec tous les amoureux de la guitare hawaïenne sur la scène ouverte

Trois formations sont invitées à la demande du groupe local Olaketal, certaines venant de Paris, une autre de Montpellier :  Obsolète Social Club de Paris, Hawaii Safari de Montpellier, Hey Pretty de Paris.

Les débutants ne seront pas oubliés puisqu'un atelier leur est destiné. Pour les plus aguerris, une master class de slide guitar est lancée et pour participer à la scène ouverte, il suffit dans les deux cas de s'inscrire  auprès de  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Soirée en Chansons " Hommage à Guy Béart "

Dans le cadre du Printemps des Poètes, nous avons le plaisir de présenter à Grabels, Salle de la Gerbe, Le Vendredi 3 Mars 2017, à 20h 30, un hommage en chansons à Guy Béart.

C'est en entrée libre, avec une participation libre au chapeau au profit d'une association d'aide en Haïti...

Histoires de crues

« Histoire de crues »
15 ans d’inondations sur le bassin versant du Lez

Hall de la Maison Commune - 1 place J. Jaurès
Du 24 janvier au 27 février 2017

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation du grand public au risque d'inondation, le SYBLE propose une exposition itinérante de 50 photographies présentant les crues et ses conséquences dans une mise en scène qui évoque un cours d'eau. A visiter à Grabels.
Ce dispositif artistique, proche du land art, créé et réalisé par le scénographe et plasticien Nicolas Gal, met en valeur les images fortes des inondations et guide le regard et la déambulation des visiteurs. Au sol, un lit de rivière, symbolisé par des galets, sructure et met en relation les photos. Celles-ci sont suspendues à des potences dont les angles, la taille et la hauteur des photos créent une ligne évoquant une ondulation aquatique. Ces potences laissent voir des traces de crues qu'atteste la présence de rouille sur 1mètre.

Enfin, 4 sculptures évoquent les éléments constituant une rivière (eau, minéral, lumière, végéral) et encadrent les angles des salles accueillant cette exposition.

Cette exposition qui retrace en images les inondations qui ont marqué notre territoire, comme un témoignage, a été réalisée grâce à des photographies collectées prises par des amateurs, des victimes d'inondation, des artistes, des élus et techniciens des communes et intercommunalités.

Une invitation à se plonger dans l'Histoire des crues du bassin versant du Lez.

Hall de la Maison Commune - 1 place J. Jaurès
Du 24 janvier au 27 février 2017

Horaires d'ouverture :

Du lundi au jeudi : 8h30-13h/ 14h-17h30

Vendredi : 8h30/13h/ 14h-16h30

Vernissage le 31 janvier à 18h

Après les inondations de 2014, des démolitions à prévoir

Le fautif : le Moulin de la Grave qui noya le bas du village en 2014 sera détruit en septembre. Situé à la confluence de l'affluent du Rieumassel et de La Mosson, il a retenu l'écoulement des pluies et des cours d'eau devenus des torrents lors des inondations qui ont marqué la journée du 6 octobre 2014, frappé tragiquement les habitants de Grabels et transformé Grabels ravagé par les eaux en crue.


Souvenons-nous : 32 hélitreuillages en pleine nuit, 300 personnes placées en sécurité, une centaine de maisons inondées, des rues dévastées, des voitures traînées sur des centaines de mètres et accrochées dans les arbres... un bilan matériel lourd pour la petite commune héraultaise la plongeant dans la désolation pendant l'un des 8 épisodes cévenols le plus violent de cet automne-là .
A la demande du vice-président de la métropole René Revol maire de Grabels dont la commune a la responsabilité de la sécurité civile, les services de l'Etat et de la métropole de Montpellier se sont déplacés sur le terrain ce vendredi 26 août 2016.

Rappelons que de tout temps, cet édifice a connu la vindicte de ses habitants qui accusaient la retenue d'eau de son moulin de favoriser les maladies et les épidémies. Mais le nettoyage des berges souvent privées, le ruissellement urbain et le débordement des cours d'eau n'étaient pas mis en cause.

Le Bassin de rétention G

Le plus grand bassin, sur le lieu dit « de l'Arbre blanc», mérite une attention particulière du fait de sa proximité avec les zones habitées. Montpellier Méditerranée Métropole, en tant que gestionnaire du barrage du bassin G  situé sur le territoire de la commune de Grabels, a réalisé cet été des travaux à hauteur de 180 000€ de confortement de l’ouvrage qui présentait une fissure. Le dossier, qui prend en charge l'extension de la capacité du bassin devenu insuffisant, suit son cours et sera examiné à Lyon en octobre, ce qui ne rassure pas le collectif des sinistrés, à quelques semaines des prochains épisodes cévenols.