Expo héraultaise du 2 au 10 décembre

Chapelle de Baillarguet à Montferrier-sur-Lez
Photographies sur les milieux humides de nos étangs

L'un capture la lumière de nos étangs, l'autre les oiseaux qui se posent sur les lagunes de l'Hérault, le Mézois Frédéric Guirado expose au côté du Montpelliérain Dominique Migliani, spécialiste de la photographie animalière.

Une exposition photographique de grande qualité à voir les week-ends du 2 au 10 décembre 2017. Vernissage le samedi 2 décembre à 17h.

Concert caritatif de LARMM contre le cancer

Eglise Saint-Etienne de Montferrier-le-Lez
Samedi 11 novembre 2017 à 20h30

L'Ensemble vocal de l'Ecusson se produira sous la direction de Simon Juan dans un répertoire s'étendant de la Renaissance aux compositeurs contemporains. Au programme : Thomas Tallis, JohnTaverner, Anton Bruckner, Arvo Pärt, Philip Glass dans des œuvres essentiellement religieuses.

Née en 2006 d’une rencontre entre médecins et musiciens, l'association LARMM  - Lutte Aide Recherche Maladie Musique - organise des concerts de musique classique où se produisent des médecins et des musiciens professionnels au service de la recherche et de l’aide aux malades atteints de cancer. En effet, elle s'attache à réunir des fonds pour soutenir différentes associations aidant au bien être des patients ateints du cancer. Précédemment, l'association a soutenu La Clé, Etincelle, Croq' la Vie, Crersi, Oncodéfi et plus récemment Hypnoval.

Nombre des musiciens professionnels, musiciens amateurs éclairés et médecins musiciens, qui les soutiennent depuis la création de l'association, se retrouveront lors d’un grand concert le samedi 11 novembre à 17h30 à l'Eglise Saint-Etienne de Montferrier-le-Lez, à 15 mn au nord de Montpellier.

La recette de ce concert organisé en partenariat avec la ville de Montferrier-le-Lez et reversée aux associations d'aide et de recherche sur le cancer permettra d'aider les patients sur leur prise en charge et à leur bien-être avant, pendant et après le traitement.

Prix des places : 15 euros. 
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Le Lez subaquatique

Exposition Photos organisée par Mathieu Foulquié et Les Amis de la chapelle de Baillarguet

L’image contient peut-être : texte

Les amis de la Chapelle de Baillarguet est une association, située à Montferrier-sur-Lez, dont l'objectif est d’animer et de valoriser ce site. Depuis 2011, son activité principale est la valorisation du patrimoine naturel, historique et économique de la Vallée du Lez..
Elle a fait appel à Mathieu Foulquié Photographie pour proposer une exposition et faire découvrir au public Le Lez Subaquatique
Une première exposition où le photographe va dévoiler un point de vue original sur les paysages et les espèces subaquatiques de ce fleuve singulier, depuis sa source jusqu’à Montpellier.
De l’iconique Chabot du Lez à un célèbre couple de crapauds impudiques, en passant par des prises de vues en mode « mi-air mi-eau » illustrant la ripisylve et le patrimoine de ses rives, (re)découvrez le Lez du point de vue de l'homme-grenouille.
La valorisation par l’image d’un milieu aquatique urbain et péri-urbain, au cœur d’une métropole méditerranéenne, reliant la garrigue à la Méditerranée.

Exposition photographique du 14 au 22 octobre 2017
Uniquement les week-ends de 15h à 18h30
ENTRÉE LIBRE

 

Le Lez capté par le photographe Mathieu Foulquié

L'association Les amis de Baillarguet vous convie à venir découvrir les richesses insoupçonnées du Lez avec la magnifique exposition de photographies de Mathieu Foulquié.

"Le Lez subaquatique"dans la Chapelle de Baillarguet à Montferrier sur Lez
Vernissage le 14 octobre à 17h30
Ouverture le week-end du 14 au 22 octobre de 15h à 18h30.


L'enfance de Jean-Claude Carrière par Gilles Buonomo

En cette belle fin d'après-midi d'automne, vendredi 6 octobre, les amateurs de belles lettres et des temps "anciens" avaient rendez-vous à Montferrier pour entendre parler du Vin bourru de J.C. Carrière.

Dans le petit espace d'accueil de la bibliothèque, d'anciennes salles de classe, se pressaient près d'une trentaine de personnes autour d'une installation scénique minimale. Mais ce cadre intimiste convenait parfaitement au but du comédien Gilles Buonomo : partager ses liens d'amitié et son admiration pour Jean-Claude Carrière, nous faire pénétrer dans l'intimité de cet immense personnage. Devant un grand rideau noir, se jouant d'un décor rustique, table et chaise en bois, "assetadou" de pêcheur, mimant une petite collation "campagnarde", l'acteur de la Cie Itinéraire bis fit de quelques souvenirs de l'auteur un véritable spectacle que M. le maire a honoré de sa présence.

J.C. Carrière est né, en fait, un 17 septembre en pleine période des vendanges à Colombières-sur-Orb (non loin de Lamalou-les-Bains), en 1931. Avec son talent, M. Buonomo fit revivre une époque que les plus anciens des spectateurs ont connue, quand la micheline s'arrêtait deux fois par jour à toutes les gares. Quand l'almanach Vermot tenait lieu de bibliothèque, quand on ne connaissait pas le régime végétarien, mais où l'on tuait le cochon, les volailles, pratiques familières à toute la famille. L'on pratiquait le recyclage avant l'heure car on avait peu de choses qui devaient servir longtemps. Les enfants "descendaient à la rivière", si pure que l'on pouvait en boire l'eau, ou allaient garder les chèvres dans les châtaigneraies. Adolescents, ils fréquenteront les bals de village, un moment de grâce dans le spectacle.

Et certains personnages - les pittoresques frères Libes que l'on ne voyait jamais ensemble quand il faisait froid car ils n'avaient qu'un manteau et un seul vélo - dont de plus jeunes ont pu entendre parler : il y avait, entre autres, un habitant de Colombières venu spécialement. Jeu avec l'assistance autour des mots d'occitan, ou pour évoquer malicieusement un cueilleur de champignon interpellé sur leur éventuelle sortie. M. Buonomo seul en scène nous tint sous le charme pendant une heure, grâce à des moments de pure poésie quand l'auteur raconte la "légende" des étoiles, attribuées, d'après la mère, aux étincelles des bûches de châtaignier brûlant en permanence dans la cheminée. Ou à des histoires plus truculentes de la vie à Colombières, telle que celle du curé qui aimait - peut-être un peu trop-  certaines paroissiennes.

Une excellente invitation à lire le livre, même si l'on n'est pas originaire des Hauts cantons. Et pendant le pot de l'amitié, les personnes âgées se souvenaient avec émotion de leur jeunesse, si différente de la vie actuelle.

Roselynelb

Journées du patrimoine à Baillarguet

Exposition "Images du Lez au fil des siècles" dans la Chapelle de Baillarguet à Montferrier sur Lez
Ouverte les 16 et 17 septembre 2017 de 15h à 19h
Visite guidée à 16h

Pour ces Journées du Patrimoine, Les Amis de la Chapelle de Baillarguet poursuivent leur présentation des paysages du Lez grâce aux reproductions de dessins, d'aquarelles des peintres du XIXème siècle qui ont fréquenté et peint cette vallée : JB Corot, F. Bazille, JM Amelin, JB Laurens.


Des cartes postales et des photos du début du XXème siècle montreront aussi les nombreuses activités de loisirs qui se déroulaient sur les berges du Lez tels que les promenades en barque, les guinguettes, les fêtes ou pique-nique.


Enfin, des photographes d'aujourd'hui montreront comment le Lez peut passer d'un petit fleuve paisible à un déchaînement de flots tumultueux dévastant tout sur son passage! 

Chapelle de Baillarguet
Chemin de Notre Dame de Baillarguet, 34980 Montferrier

Chapelle de Baillarguet

Vernissage de l'exposition-rétrospective de Madeleine Roose-Lafontaine " L'espérance"

Le samedi 1er juillet à 17h30, Chapelle de Baillarguet (Montferrier sur Lez)
Cette exposition sera ouverte du 1er au 9 juillet de 15h à 18h30
Le vendredi, samedi et dimanche ou sur RV au 06 49 19 41 98

Une fête au château de Montferrier

De nombreux artistes résident à Montferrier-sur-Lez. Vendredi 5 mai, sous les voûtes d'arêtes des anciennes caves du château, a eu lieu le vernissage de l'exposition des œuvres de deux artistes peintres montferriéraines : Françoise Lauriol et Jeanine Tardy Monney.


discours de M. le maire remerciant les deux exposantes, à gauche Mme Auriol, au centre Mme Tardy, l'adjointe à la commission culture à droite

Monsieur le maire en tête, tout un petit monde d'artistes, de proches, d'amis a pu apprécier les productions des deux plasticiennes qui ont "espanté" le premier magistrat de la commune.

Les tableaux de Françoise Lauriol, présente dans le village depuis 1963, sont d'inspiration éclectique. Elle qui a connu, avant la vallée du Lez, le sud du Massif central présentait des vues bienvenues du Levézou ou des monts de la Lozère. Et c'est la même justesse des coloris et plus encore du rendu de la lumière que l'on retrouve dans les œuvres d'inspiration maritime. Sa vague déferlante a une étonnante présence. Et l'éclat des voiles d'une embarcation à sec sur une grève capte le regard d'autant que l'ensemble est bien composé, bien équilibré. Peut-être le début d'une démarche pour celle qui "cherche encore sa voie", après avoir été impressionnée par les plus grands, de Rembrandt à De Staël. Mais cela passe aussi par une meilleure maîtrise technique. Elle est donc en quête de donner plus de justesse aux mouvements ou de vigueur aux traits. Garrigues et pic Saint Loup offrent de beaux sujets d'études et lumière et clarté sont bien captées. La voie semble ouverte.

Bien différente est l'inspiration de Jeanine Tardy. Cette ex enseignante d'arts plastiques est bien à Montferrier depuis 23 ans, mais a connu la haute montagne. Elle y randonnait fréquemment avec son mari quand ils habitaient Grenoble. Et l'ancienne élève des Beaux arts de Paris sait rendre la puissante présence des masses montagneuses : hautes masses : masses dentelées, pics aigus. Et une très alpine aiguille d'un jet effilé comme jaillie du sol retenait les regards. Mais les yeux s'emplissaient aussi des buées, vapeurs et nuages couvrant un lac de montagne ou des cristallisations scintillantes de quelque nuée d'altitude. La montagne peut être inquiétante comme le montre dans l'un des tableaux un noir nuage d'orage contrastant avec d'autres plus ouatés, clairs et ocres. Une œuvre présentait des notations inattendues quand des nébulosités claires se hissent au plus haut du ciel, ombelle cotonneuse dominant un fond au camaïeu gris-bleu. Puis, par le travail sur les formes et la couleur, l'impression se fait plus abstraite. De cet élan vers le ciel et le jeu des nuages à l'abstraction pure, il n'y avait qu'un pas que cette artiste franchit de temps en temps pour notre plus grand bonheur.

Souhaitons que le public ait profité des jours de congé qui s'annonçaient pour goûter ces œuvres et percevoir les échos "versaillais" du château, très remanié au XVIIIème siècle quand le marquis de Montferrier était un personnage important en Languedoc et y donnait de si belles fêtes.

Légende du musée Fabre

Au château de Montferrier, lors du vernissage du 5 mai, M. le maire nous a confié une version de la fondation du musée Fabre : il était une fois, dans les cuisines du château, un marmiton que le marquis de Montferrier remarqua et "poussa à Paris". Il y apprit tout ce qu'un peintre accompli doit savoir. Quand il se maria, ce fut avec une comtesse italienne très férue de Beaux Arts. Alors, ils peignirent à Rome, Florence et ailleurs dans la péninsule. Le couple s'en revint en Languedoc riche de notations, chargé d'œuvres. Il en fit don à la ville de Montpellier. Le petit marmiton du marquis s'appelait François Xavier Fabre. Et ainsi naquit le musée Fabre…

R&H

Un suspect identifié dans l'entourage de la maison de retraite de Montferrier

Les enquêteurs ont retrouvé dans une voiture une arme de type Airsoft, ce vendredi 25 novembre 2016. Après le meurtre d'une employée dans une maison de retraite à Montferrier-sur-Lez, ce jeudi soir, un suspect a été identifié, la "piste locale" est identifiée. Les explications du procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret.

source : TV Sud, partenaire de Montpellier-infos