Feuille de route de l’État 2018

Pierre Pouëssel, préfet de l'Hérault, a réuni ce jour samedi 16 décembre les sous-préfets, les directeurs des services de l’État du département, dont ceux des services de l’Éducation nationale, de l'Agence régionale de santé, et les délégués du préfet à l'occasion d'un séminaire de travail qui s'est déroulé à Villeveyrac.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

Ce séminaire avait pour objectif d'enrichir et valider la feuille de route de l’État dans le département pour 2018. Structurée autour de 3 axes majeurs que sont la cohésion sociale, le développement économique et l'emploi ainsi que le développement durable et équilibré des territoires, cette feuille de route a pour vocation de présenter les politiques de l’État dans le département de l'Hérault pour l'année 2018 autour d'actions concrètes qui seront mises en œuvre dans les mois à venir. 

Document "vivant" tout au long de l'année, la feuille de route 2018 fera prochainement l'objet d'une communication auprès du grand public mais également des partenaires institutionnels. Elle sera présentée accompagnée d'un bilan des actions menées en 2017 notamment à l'occasion d'un point presse.

Rentrée 2018 : portables interdits à l’école et au collège

"Les portables seront interdits à l’école et au collège dès la rentrée 2018." C’était l’une des propositions de campagne d’Emmanuel Macron lors de la Présidentielle qu'il veut réaliser.

Le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a confirmé les intentions du gouvernement.

L’article L511 du 12 juillet 2010 du code de l’éducation précise que « dans les écoles maternelles, les écoles, les collèges, l’utilisation durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d’un téléphone mobile, est interdite ». Actuellement, les élèves n’ont pas le droit d’utiliser leur téléphone en classe. A partir de la rentrée 2018, cette interdiction sera étendue à la totalité de l’établissement (couloirs, préaux, cours, cantine etc.).

Et il a précisé : "Nous sommes en train de travailler sur cette question pour les modalités." a précisé le Ministre en début de semaine.

Bitcoin, vous avez dit bitcoin?

Coins (Pi?ces de monnaie)Alors que la valeur du bitcoin connaît ces dernières semaines une très forte augmentation ayant notamment conduit l'Autorité des marchés financiers (AMF) à mettre en garde les épargnants, détenteurs de cette cryptomonnaie, savez-vous en quoi consiste vraiment cette « monnaie virtuelle » ?

Tout d'abord, il faut savoir que le bitcoin fonctionne sur un réseau en ligne sans intermédiaire. Il ne bénéficie pas d'un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales (euro, dollar, yuan, yen, livre sterling, rouble...). Il s'achète et se vend uniquement sur internet et n'a pas d'équivalent en pièces ou en billets, c'est une série de données numériques. Il peut être conservé sur un ordinateur, une clé USB, un téléphone...

Par ailleurs, l'AMF précise qu'en l'état actuel du droit, les bitcoins ne peuvent :

  • ni être qualifiés de monnaie ;
  • ni être considérés comme des moyens de paiement au sens juridique du terme.

Ils ne sont donc pas assujettis au cadre réglementaire qui s'applique aux moyens de paiement traditionnels.

  Rappel :

Le bitcoin repose sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées plus connu sous le nom de blockchain.

Poupées et robots « connectés » : oui mais...

Vous souhaitez offrir pour Noël une poupée ou un robot « connecté » qui répond aux questions posées par les enfants ? Oui mais savez-vous qu'au cours de contrôles réalisés en 2017, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a constaté que certains jouets « connectés » collectaient des informations personnelles sur les enfants et leur entourage ?

Robot Clique

Suite à ces contrôles, la Cnil a demandé à la société qui proposait ces jouets « connectés » de procéder à leur sécurisation.

La Cnil avait en effet constaté :

  • le non-respect de la vie privée (enregistrement des conversations échangées entre l'enfant et le jouet, possibilité de communiquer avec l'enfant situé à proximité du jouet, par exemple) ;
  • le défaut d'information des utilisateurs des jouets (ils ne sont pas informés du fait que le constructeur de jouets transfère les contenus de conversation auprès d'un prestataire de service situé en dehors de l'Union européenne).

Les jouets « connectés », équipés d'un microphone et d'un haut parleur, étaient reliés à une application mobile téléchargeable sur téléphone portable ou sur tablette. Lorsque l'enfant posait une question au jouet, la réponse donnée par la poupée ou le robot était extraite d'internet par l’intermédiaire de l'application.

Les informations personnelles collectées étaient diverses (voix, contenu des conversations échangées avec les jouets et à proximité des jouets, par exemple).

Ces informations pouvaient être collectées par le constructeur de jouets ou par des tiers (personne située à 9 mètres du jouet et utilisant la fonction Bluetooth de son téléphone portable, par exemple).

Pour en savoir plus

Aménagement numérique : 100 millions d'euros en plus

Le Premier ministre a présenté à Cahors, le 14 décembre, le plan du Gouvernement en matière d'aménagement numérique des territoires.

Il a dévoilé ce jeudi le plan du gouvernement pour que tous les Français aient accès à au moins un « bon haut débit », aient accès à Internet d’ici 2020 et un très haut débit en 2022, ce qui inclut une "enveloppe" de 100 millions d’euros pour les foyers les plus isolés.

 

Celle-ci financerait des chèques de 150 euros destinés à près d’1,5 million de ménages, ceux qui le nécessitent, pour qu’ils puissent se payer des technologies de très haut débit autre que la fibre optique (boucles radio, satellite, 4G fixe…).

Pour en savoir plus : https://www.francethd.fr/

Maîtriser le français

À l'occasion de la présentation des résultats de PIRLS 2016 (Progress in International Reading Literacy Study), Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, a tenu une conférence de presse, mardi 5 décembre.

Depuis 2001, l'enquête PIRLS pilotée par l'IEA (International Association for the Evaluation of Education Achievement) évalue les performances en compréhension de l'écrit des élèves à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 pour la France) et permet de comparer les systèmes éducatifs de 50 pays afin d'améliorer l'enseignement et l'apprentissage de la lecture partout dans le monde.

minisCapture

Les résultats de l’enquête internationale PIRLS, qui mesure le niveau en compréhension de l’écrit des élèves de CM1, sont une nouvelle fois insatisfaisants. Non seulement les résultats de nos élèves sont en baisse mais ils sont également en baisse par rapport à ceux des autres pays européens qui ont participé à l’enquête. Contrairement à nous, certains d’entre eux voient leurs résultats progresser fortement. 
  
Pour n’être pas nouvelle, cette tendance n’en est pas moins une préoccupation majeure. Nous ne pouvons pas nous résoudre à ce que, enquête après enquête, la France glisse vers les profondeurs des classements. Aussi, l’acquisition des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) par tous les élèves de notre pays est un impératif au coeur des politiques d’éducation. Plus que jamais, cet impératif doit être l’enjeu d’une mobilisation collective, en agissant au plus tôt, avant que les difficultés ne s’enracinent. Je sais que les professeurs font parfois face à des situations très difficiles. Aussi, je serai à leurs côtés pour les soutenir dans leur tâche, qui est fondamentale pour la Nation. 
  
C’est précisément pour les soutenir, et pour aider les familles qui peuvent se sentir démunies que, dès le mois de mai dernier, j’ai souhaité donner une priorité absolue à l’école primaire et à la maîtrise par tous les élèves des savoirs fondamentaux. 
  
Inscrite au cœur du projet présidentiel, cette priorité s’est traduite très concrètement par le dédoublement des classes de CP en Rep+ dès la rentrée, grâce à l’engagement des maires. Cette politique se poursuivra l’année prochaine avec le dédoublement des classes de CP en Rep et des classes de CE1 en Rep +. 
  
Face à l’ampleur du défi, cette politique se double d’un volontarisme pédagogique au bénéfice de tous les élèves. Cela passe par le déploiement de pédagogies explicites, progressives et structurées fondées sur l’expérience, la recherche et la comparaison internationale. 
  
C’est pour cette raison que j’ai réuni un Conseil scientifique qui regroupe des chercheurs issus de disciplines variées et unanimement reconnus pour la qualité de leurs travaux. Leur réflexion sera précieuse pour éclairer les choix que nous avons à faire et pour guider les inspecteurs et les professeurs dans leurs pratiques. 
  
Ainsi, nous mettrons à disposition un "état des lieux de la recherche" pour permettre d’appuyer l’enseignement de la lecture sur les résultats scientifiques les plus récents. De même, des progressions annuelles claires aideront les professeurs à mieux accompagner les élèves tout au long des différents cycles.
  
Plusieurs recommandations viendront également souligner le caractère quotidien et central de la lecture, ainsi que l’importance d’un apprentissage systématique du vocabulaire, de la grammaire et donc de l’orthographe. Dans ce cadre, et dans le prolongement des instructions données lors de la publication des programmes à la rentrée 2016, la dictée sera quotidienne à l’école primaire. 
  
Pour les élèves dont la scolarité est déjà bien engagée, nous devons également agir. L’heure hebdomadaire que les professeurs des écoles utilisent pour des activités pédagogiques complémentaires (APC) sera entièrement consacrée à la compréhension de l’écrit. Au collège, les élèves dont les évaluations de novembre soulignent des faiblesses en compréhension de l’écrit auront au moins deux heures d’accompagnement personnalisé dédiées à cette compétence indispensable pour continuer leur scolarité dans de bonnes conditions. 
  
Pour faire face à ce défi majeur que constitue la maîtrise par tous les enfants des savoirs fondamentaux, nous devons nous rassembler. C’est dans cet esprit de confiance que nous pourrons faire progresser notre École.

 
Jean-Michel Blanquer

Pour en savoir plus : http://www.education.gouv.fr/cid123875/

L'assurance chômage en question

Dans son projet pour l’assurance chômage, Emmanuel Macron souhaite une extension de l’assurance chômage aux salariés démissionnaires et aux indépendants.

En outre, la gestion de l’assurance chômage serait profondément réformée : nationalisation de l’Unedic, renforcement du contrôle de la recherche d’emploi, refus d’offre raisonnable d’emploi limité à une seule. Un certain nombre de restrictions seraient également apportées quant aux règles d’indemnisation actuelles : réduction de la filière senior et de l’activité réduite.

Pour tout savoir : http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/

(Recherche : assurance chômage)

Les sites officiels de l'administration française

Le 3939 Allo Service Public a pour mission de simplifier votre accès aux démarches administratives de vous informer sur vos droits et vos obligations.

Ce service vous offre un accès pédagogique et simple à des informations essentielles préservant ainsi une certaine égalité devant la loi. Le 3939 traite chaque année plus d’un million et demi d’appels…

Aucun texte alternatif disponible.

Depuis fin juin 2017, le service de renseignements administratifs par téléphone, 3939 Allo Service Public, a évolué et s’articule désormais avec le site officiel de l’administration française https://www.service-public.fr.

Pour accéder aux renseignements administratifs : le site officiel de l’administration française www.service-public.fr

Pour poser une question via la messagerie : https://www.service-public.fr/particuliers/vos-questions

Pour l’accès au 3939 via un serveur vocal interactif : du lundi au vendredi de 8h30 à 18h15 heures de métropole.

Plus d'infos : http://www.herault.gouv.fr/Demarche…/Vos-droits-et-demarches

Diplôme national du brevet : ce qui va changer en 2018

Student girl studying in the campus.

Contrôle continu et épreuves finales, nombres de points attribués et répartition de ces points...

Qu'est-ce qui va changer pour les élèves de 3e qui passent le diplôme national du brevet (DNB) en 2018 ?

Un arrêté publié au Journal officiel du 29 novembre 2017 apporte un certain nombre de précisions sur les modalités d'attribution du brevet à partir de la session 2018.

Alors que, pour les collégiens, le DNB était noté auparavant sur 700 points, en 2018, le DNB sera noté sur 800 points :

  • 400 points pour le contrôle continu (socle commun de connaissances, de compétences et de culture) ;
  • et 400 points pour les épreuves finales.

L'examen final comportera 5 épreuves obligatoires :

  • une épreuve écrite de français (100 points) ;
  • une épreuve écrite de mathématiques (100 points) ;
  • une épreuve écrite d'histoire et géographie et d'enseignement moral et civique (50 points) ;
  • une épreuve écrite de physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie (50 points) ;
  • une épreuve orale qui porte sur l'enseignement d'histoire des arts ou qui fait suite à un enseignement pratique interdisciplinaire ou à un parcours éducatif (100 points).

Pour la mention « assez bien », le candidat devra obtenir un total de points au moins égal à 480 sur 800, pour la mention « bien », il faudra au moins 560 points et pour la mention « très bien » au moins 640 points.

Pour en savoir plus

Panne et retard de train : quel remboursement ?

Train,train

Suite à la panne qui a touché la gare de Paris-Montparnasse dimanche 3 décembre 2017, vous pouvez faire une réclamation sur le site de la SNCF afin d'obtenir une compensation dès lors que votre TGV ou votre train Intercité a eu plus 30 minutes de retard. Cette compensation intitulée G30 est fixée en fonction de la durée du retard de votre train (de 25 %à 75 % du prix du billet).

Pour cela, vous pouvez déposer votre réclamation en ligne sur g30.sncf.com ou faire votre demande par courrier postal (Service G30 SNCF - CS 69150 - 14949 CAEN Cedex 9) après avoir téléchargé et complété le formulaire G30 de la SNCF .

  À savoir :

Les voyageurs dont le TGV ou le train Intercité a été annulé peuvent également demander le remboursement intégral de leur billet en remplissant en ligne le formulaire de Garantie Réclamation .

  À noter :

Pour sa part, l'Institut national de la consommation (INC) rappelle que vous pouvez aussi obtenir réparation de votre préjudice (correspondance ratée, jour de travail manqué...) suite à l'annulation ou au retard de votre train. Toutefois indique l'INC, si la SNCF ne rembourse aucun frais découlant de l'annulation ou du retard d'un train, un geste commercial à l'amiable est toujours possible.

Et aussi

Prime de Noël 2017 : pour qui et pour quand ?

La prime de Noël est reconduite pour 2017. Elle doit être versée à partir du 18 décembre. C'est ce qu'a annoncé la ministre des Solidarités et de la Santé lundi 4 décembre 2017.

Cette prime concerne certains bénéficiaires de minima sociaux, notamment ceux percevant :

  • le revenu de solidarité active (RSA) ;
  • l'allocation de solidarité spécifique (ASS) ;
  • l'allocation équivalent retraite (AER).

Pour les allocataires des caisses d'allocations familiales et des caisses de mutualité sociale agricole percevant le RSA, le montant de la prime est modulé en fonction de la composition du foyer, une seule prime étant versée par foyer (152,45 € pour une personne seule ou 228,67 € pour une personne seule avec un enfant ou un couple sans enfant par exemple).

Dans les autres cas, le montant de la prime de Noël est fixe : il est égal à 152,45 €, cette aide exceptionnelle de fin d'année étant alors versée par Pôle emploi.

  À savoir :

Il n'y a aucune démarche à faire pour la percevoir. Selon la situation, la prime est versée par la Caf, la CMSA ou Pôle Emploi.