Galette des rois à l'anis

 Galette des rois à l'anis

 
  • Ingrédients
    • Oeufs  : 6  Sucre glace
    • Farine  : 250  g
    • Sucre en poudre  : 250  g
    • Crème liquide  : 20  cl
    • Beurre(+ 15 g pour le moule)  : 50  g
    • Levure chimique  : 1  sachet
    • Grains d'anis  : 2  cuil. à café
    • Eau de fleur d'oranger  : 1  cuil. à soupe
    • Sel  : 1  pincéeGalette Des Rois, Couronne, Galette
  • Recette

Faire fondre le beurre sur feu doux et laissez tiédir.
Dans un saladier, fouettez les œufs avec le sucre et le sel jusqu'à ce que le mélange devienne mousseux. Incorporez la farine et la levure, la crème et les grains d'anis. Mélangez le tout en fouettant. Quand la pâte est bien lisse, ajoutez le beurre fondu, l'eau de fleur d'oranger.Préchauffez le four à th. 5/6 (170°C). Beurrez un moule à tarte. Versez la pâte et enfournez environ 25 min.Laissez tiédir puis démoulez sur une grille. Saupoudrez de sucre glace.Laissez refroidir.

  • Bon appétit

Tout savoir sur le titre de maître restaurateur

La certification de maître restaurateur garantit une cuisine entièrement faite maison ainsi que d'autres critères de qualité. Comment obtenir ce titre ? Quel intérêt ont les professionnels à le décrocher ? Tour d'horizon de tout ce qu'il faut savoir sur ce précieux sésame.

Qu'est-ce que le titre de maître restaurateur ?

Créé en 2007 avec la participation des principales organisations professionnelles, le titre de maître restaurateur est le seul titre délivré par l'État pour les restaurateurs français. Il est accordé par le préfet de département, après un audit de contrôle réalisé par un organisme indépendant, pour une durée de quatre ans renouvelables.

Ce label, s'appuie sur un cahier des charges qui mêle professionnalisme et qualifications du chef, traçabilité et saisonnalité des produits ou encore exigence d'une cuisine entièrement faite maison. Ce titre, qui garantit les compétences professionnelles du restaurateur entend récompenser des établissements d'excellence, aussi bien des petits bistrots que des tables gastronomiques, mais tous garants d'une cuisine authentique. Basé sur une démarche volontaire des restaurateurs, le label est aussi une garantie pour les consommateurs.

Pus de 3 800 professionnels en sont titulaires, dans toute la France.

Comment obtenir le titre de maître restaurateur ?

Tout restaurateur indépendant peut demander à bénéficier du titre.

Il doit être propriétaire, dirigeant ou salarié qualifié d'une entreprise de restauration traditionnelle et doit répondre à des critères en termes de qualification professionnelle (être titulaire d'un diplôme, certificat ou titre inscrit au répertoire des certifications professionnelles) et/ou d'expérience professionnelle.

C'est au total un cahier des charges de plus de 30 critères auquel le candidat doit satisfaire : cuisine faite maison, à partir d'un minimum de produits locaux, de saison majoritairement frais, mais aussi en termes de qualité d'accueil du client, de qualité de la vaisselle, d'hygiène, etc.

Le restaurateur peut - s'il estime remplir ces critères - contacter un organisme certificateur afin de réaliser l'audit de son établissement et vérifier que ce dernier répond bien aux critères du cahier des charges.

Il présente ensuite son dossier de candidature à la préfecture du département dans lequel l'entreprise est immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS), avec les pièces suivantes  :

  • l'identité du demandeur
  • l'adresse et l'enseigne de l'établissement
  • l'extrait Kbis
  • le justificatifs relatifs aux qualifications professionnelles
  • le rapport d'audit

C'est le préfet du département qui est chargé d'attribuer le titre de maître restaurateur, sur la base du rapport d'audit et de l'ensemble des pièces du dossier de candidature. Ce titre est valable quatre ans renouvelables.

À savoir

L'Association française des maîtres restaurateurs (AFMR), qui regroupe les établissements tenants du titre, peut venir en aide aux professionnels intéressés dans les différentes démarches d'obtention du label.

Quel intérêt pour les restaurateurs ?

Comme le souligne l'AFMR : « L'activité de restauration est une activité ouverte qui ne nécessite pas de qualification obligatoire pour l'exercer. Le titre de maître restaurateur, c'est déjà l'opportunité pour les véritables professionnels de se démarquer de tous ceux qui ne cuisinent pas. ». Les restaurateurs labellisés peuvent en effet apposer la plaque officielle de maître restaurateur à l'entrée de leur établissement et utiliser le logo officiel.

Le titre leur permet également de valoriser la qualité de leur carte de manière claire et lisible. Il souligne le contrôle par un organisme indépendant et l'officialisation du titre par l'État.

LE CLUB DES QUALIVORES D’OCCITANIE

 

 

La découverte de l’excellence de l’Occitanie, du champ à l’assiette !

Les Qualivores d’Occitanie, c’est le petit club qui monte et qui rassemble près de 7000 membres autour des 247 produits sous signes officiels de qualité et d’origine de la Région Occitanie.

Lucques du Languedoc AOP, Salaisons de Lacaune IGP, Oignon doux des Cévennes AOP, Miel des Cévennes IGP, Riz de Camargue IGP, Huile d’Olive de Nîmes AOP, Rocamadour AOP, Chasselas de Moissac AOP, Bœuf fermier Aubrac Label Rouge, Haricot Tarbais IGP Label Rouge, Roquefort AOP…tout ces produits vous font rêver ? Vous êtes un qualivore qui s’ignore !

Vous êtes gourmand, épicurien, amoureux des produits de votre région ou militant d’une alimentation de qualité et de proximité, rejoignez les Qualivores d’Occitanie ! 

Tout savoir sur : https://qualivores.fr/le-club

L’adhésion au Club est gratuite. Les Qualivores proposent des événements autour du « bien manger » durant lesquels les producteurs et les professionnels des métiers de bouche partagent leur savoir-faire et leur savoir-être.

  • Bénéficier de bons plans chez les restaurateurs, cavistes, bouchers, fromagers et producteurs, ambassadeurs des produits d’excellence d’Occitanie (AOP, IGP, Label Rouge, Bio…)
  • Découvrir en avant-première l’actualité gastronomique de la région.
 

La gibelotte de daurade

Ingrédients : 
 Pour 2 personnes.
- Deux daurades
(NB: La gibelotte peut se faire avec tous les poissons sauf les poissons bleus).
- Trois tomates
- Une cuillère de tomata (concentré de tomate)
- Thym,laurier
- Deux têtes d'ail
- Deux branches de persil
- Un demi oignon
- 25 cl de vin blanc

Recette : 

- Écailler et vider le poisson
- Faire revenir à la poêle l'oignon, le persil et les tomates taillées en petits morceaux ajouter l'ail vers la fin
- Ajouter le tomata et donner un bon tour
- Lorsque c'est bien revenu, mouiller avec le vin blanc et faites réduire
- Saler, poivrer
- Ajouter un peu d'eau et laisser cuire à feu doux pendant 10 min... Il faut que la sauce devienne un peu épaisse.
- Pendant ce temps, passer les daurades à la poêle et faire bien dorer de chaque coté sans trop les cuire car elles vont encore cuire dans la sauce
- Mettre les daurades dans la sauce et les faire un peu cuire avec la sauce d'un côté et de l'autre.
- Dresser les daurades sur un plat et napper de sauce.

Recette : Jean Brunelin - Chef, auteur, photographe et créateur du groupe Facebook "Défendons la cuisine Sétoise et Méditerranéenne"

La bourride de baudroie de Jean Brunelin

La baudroie désigne le poisson entier et la lotte ce même poisson sans tête. Car avouons-le, cette baudroie est tellement laide qu’on l’appelle aussi « le diable des mers » ou encore « le crapaud des mers ». Mais si savoureuse avec sa chair ferme, qu’elle fait merveille en bourride, servie avec des pommes de terre et encore et toujours un aïoli. On ne s’en lasse pas !

Jean Brunelin nous confie le secret de sa recette.

La saison de la lotte a commencé en mars et dure jusqu’en mai, c’est le moment de mangez local et exiger une pêche locale !

L’image contient peut-être : nourriture

Pour 4 personnes 250 gr de lotte en tranches par personne - si possible la tête pour le fond - 1 carotte, 10 feuilles de céleri, 1 demi côte de blette, 2 blancs de poireau, 1/2 oignon, 4 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 50 cl de vin blanc, Sel, poivre, Laurier, thym, quelques graines de fenouil - si possible dans une gaze ou ficelées pour les récupérer - 2 ou 3 gousses d’ail écrasées pour l'ailloli, 2 jaunes d'œuf, une bonne cuillère de crème, un petit 1/4 de litre d'huile.

Le fricot de petites seiches de Sète au chorizo

Une recette du Sétois Jean Brunelin, c'est bien le soir aussi non ?  Aujourd'hui, le fricot de petites seiches de Sète au chorizo.

 "Le principe de cette recette est de faire la garniture et la seiche à part et de mélanger les deux ensuite".

 INGRÉDIENTS :

- 1 oignon
- Quelques poivrons colorés si vous voulez c'est plus joli, du chorizo, de la seiche... soit 400 gr par personne
- Des pommes de terre grenaille, c'est plus joli... Cependant, les autres types de pomme de terre fonctionnent aussi, mais coupées petit.

Il faut, tailler les poivrons, le chorizo, l’oignon et les pommes de terre... puis saler…
Les faire bien revenir à la poêle et ensuite baisser le feu et couvrir quelques minutes... Quand la garniture est cuite, il faut la mettre de coté.
Puis, faire bien chauffer une autre poêle avec une goutte d’huile et y faire cuire la seiche, bien frire, d’un coté et de l’autre… Au besoin, vous pouvez donner un coup de ciseau de deux centimètres sur les blancs pour qu’ils ne se retournent pas. Un peu avant la fin, il faut ajouter le persil. Saler et poivrer.
Mettre les seiches dans la poêle où vous avez préparé la garniture, mélanger et donner un petit tour pour chauffer l’ensemble et servir avec un petit jus de citron...

Le court-bouillon de poisson : deuxième recette facile proposée par Jean Brunelin

Le court-bouillon de poisson : deuxième recette facile proposée par Jean Brunelin, créateur de Défendons LA CUISINE SETOISE

"Voici une recette extrêmement sétoise qui se perd peu à peu... Le court-bouillon ! A la Pointe courte, c'étaient surtout les court-bouillons d'anguilles... La tradition culinaire de l'étang est essentiellement une cuisine de pêcheur, c'est la vraie cuisine sétoise qui a disparu et dont j'ai connu les derniers frémissements lorsque j'étais petit à la pointe..."

L’image contient peut-être : nourriture

Le court-bouillon de poisson est à faire essentiellement avec du poisson blanc.
Dans une casserole, mettez un peu d'huile et faites revenir oignons, ail, persil.
Ajoutez un peu de tomata et des pommes de terre. Faire bien sauter le tout et mouillez au vin blanc et à l'eau.
Cuire 4 à 5 minutes et ajoutez le poisson, continuez à cuire environ 10 min de plus et servez.

"Voici le véritable court-bouillon que les pêcheurs font à bord avec les poissons endommagés... C'est également l'ancêtre de la bouillabaisse".

Les Oreillettes !! Croquantes, sucrées, légères : la recette

Les Oreillettes !! Croquantes, sucrées, légères, elles sont une des gourmandises de l'hiver et toute l'année dans l'Hérault. Et elles font toujours le régal des Pitchouns.
En voici une recette simple et savoureuse, pour vous faire plaisir.

Ingrédients pour 15 à 20 oreillettes.
500 gr de farine
4 œufs
125 gr de beurre mou
4 zestes de citron
1c. à soupe de rhum ou fleur d’oranger.
1,5 litres d’huile pour la friture
Sucre poudre ou sucre glace

Mettre la farine dans un saladier. Faire un puits au centre, ajouter les œufs, le beurre, les zestes, le rhum ou fleur d’oranger. Mélanger le tout, du centre vers l’extérieur. Ecraser, pétri, jusqu’à ce que la pâte soit souple. Rajouter éventuellement de la farine.
La pâte ne doit pas coller aux mains. Faire une boule et la laisser reposer une bonne heure.

Pour faire les oreillettes :
Sur un plan de travail fariné : prendre de la pâte, l’étaler et l’étirer au rouleau le plus finement possible. Faire des «grosses oreilles».

Pour la cuisson :
Faire chauffer l’huile dans votre bassine à friture, plonger les oreillettes au fur et à mesure, les retourner avec une écumoire plusieurs fois. Elles doivent prendre une couleur dorée.

Égoutter les, saupoudrer de sucre ou sucre glace. 

Et bon appétit, bien sûr