L'agenda de la LPO Hérault

Les observations de novembre 2017


- Vendredi 1er "Les Grues cendrées", présentation dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO "Grand Montpellier"

- Samedi 2 :
 "Les crêtes des Avants-Monts", sortie réservée aux adhérents du Groupe Jeunes Naturalistes de la LPO Hérault, à Pardailhan
 "Formation bénévoles rapatrieurs", au Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage à Villeveyrac - COMPLET

- Samedi 9 :
 "Entretien du jardin pédagogique", chantier bénévole à Villeveyrac
 "Formation bénévoles rapatrieurs", au Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage à Villeveyrac - COMPLET

- Samedi 16 :
 "Les outils d'inventaires participatifs de la faune", formation des bénévoles à l'utilisation des sites faune-lr, faune-France, et application mobile Naturalist à Villeveyrac
 "Opération caddie" collecte de produits pour le fonctionnement du Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage au magasin Trufaut à Mauguio

- Jeudi 21 : "Mieux comprendre la classification des oiseaux"
, présentation dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO "Haute Vallée de l'Orb", à Bédarieux


Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur :  herault.lpo.fr/agenda

Inauguration de la station Aqua Domitia

Inauguration de la station Aqua Domitia le mercredi 6 décembre 2017

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée inaugurera mercredi la station de pompage Aqua Domitia, pièce maîtresse du Réseau Hydraulique Régional pour la sécurisation de l'alimentation en eau du pourtour méditerranéen.

 La station Aqua Domitia, réalisée par BRL concessionnaire du Réseau Hydraulique Régional, est un équipement innovant, adapté aux enjeux liés au changement climatique. D'une capacité de pompage de 2,5 m3/s, cette station répond à une triple transition écologique, énergétique et numérique. Les 4 pompes de la station, d'une puissance de 1500 kVA chacune, sont dotées de régulateurs de vitesse, afin d'adapter la vitesse de rotation de ces machines en fonction de l'évolution des besoins en eau (débit, vitesse, etc..).

Ce système génère d'importantes économies d'énergie, estimées à 30%.

brlCapture

Propriété de la Région depuis 2008, le Réseau Hydraulique Régional a été conçu et réalisé par BRL, qui le gère dans le cadre d’une concession. Il s’étend sur 250 communes de l’Aude, du Gard et de l’Hérault et mobilise, pour l’essentiel, des ressources en eau superficielles renouvelables, issues du Rhône ou de réservoirs de stockages.

Il accompagne, depuis 60 ans, le développement économique de la région et a permis de limiter les prélèvements sur certains milieux naturels fragiles, contribuant ainsi à leur préservation. Le Réseau Hydraulique Régional permet l’irrigation de zones de vignes, de cultures maraîchères, de vergers, de semences et de cultures industrielles.

Il a aussi accompagné la croissance des activités touristiques du littoral, en offrant aux nouvelles stations balnéaires une ressource en eau suffisante pour faire face aux besoins de leur clientèle estivale. Il sécurise l’alimentation en eau potable d’agglomérations telles que Nîmes, Montpellier ou Narbonne et durant la période de pointe estivale, alimente en eau potable près d’un million personnes. Enfin, il dessert en eau brute (non potabilisée) plus de 5 000 clients individuels et industriels, pour l’arrosage des espaces verts, les process industriels ou le lavage de matériel ou de bâtiments.

L’ensemble du patrimoine qui s’étend sur les départements du Gard, de l’Hérault et de l’Aude représente 2 Mds€. Aqua Domitia vise à compléter ce dispositif en reliant les réseaux alimentés par le Rhône avec ceux alimentés par l’Orb, l’Hérault, le Canal du Midi et l’Aude.

Il permet d’apporter une réponse durable aux grands enjeux de l’eau des territoires qu’il traverse en :

• sécurisant les ressources en eau potable par l’apport d’une deuxième ressource,

• préservant les milieux aquatiques, en soulageant les prélèvements sur les ressources classées en déficit quantitatif,

• optimisant la capacité d’adaptation de l’agriculture languedocienne (ex : les premières tranches des maillons Aqua Domitia ont permis d’irriguer plus de 3500 ha de terres agricoles dans le cadre du programme FEADER).

La Région assure le portage public du projet et la SEM BRL en est l’opérateur technique. La Région a jusqu’à présent engagé plus de 57 M€ soit 52% des investissements déjà réalisés ou à venir pour la construction de ce projet. Les grands travaux de liaison Rhône-Orb seront engagés en 2020. Les territoires situés entre Montpellier et le Littoral Audois seront parmi les premiers sécurisés et serviront d’exemples pour les futures réalisations de la région. La démarche prospective eau « H2O 2030 » La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée s’est engagée dans une démarche ambitieuse pour définir une stratégie visant à contribuer activement, sur le territoire, à une gestion de l’eau durable, solidaire et économe, afin de sécuriser les besoins et garantir à tous une eau de qualité, tout en préservant les milieux aquatiques. Les premiers résultats de la démarche régionale sur l’eau « H2O 2030 » ont été présentés en mai dernier à l’occasion des 2 e Assises Régionales de l’Eau.

L’état des lieux ainsi réalisé sur la ressource en eau, les milieux aquatiques et les besoins en 2017 en Occitanie met notamment en évidence que :

• de nombreux usages et activités économiques phares de la région dépendent de la ressource en eau, en quantité et en qualité,

• les ressources en eau superficielles et souterraines ne sont pas disponibles de la même manière sur l’ensemble du territoire ni dans le temps,

• certains territoires sont déjà soumis à des déséquilibres importants entre la ressource disponible et les usages préleveurs,

• le changement climatique se fait déjà sentir sur les besoins en eau et sur les milieux naturels,• les pollutions diffuses dans les eaux superficielles et souterraines se maintiennent à des niveaux préoccupants.

Une large phase de concertation associant les acteurs régionaux est en cours, pour définir les grands enjeux régionaux de l’eau et les solutions qui peuvent être collectivement envisagées pour atteindre un équilibre durable entre les besoins et les ressources à l’horizon 2030. La contribution de la Région à cette gestion de la ressource en eau sera définie dans le cadre de sa nouvelle stratégie régionale de l’eau, dont la mise en œuvre est prévue en 2018.

brl4Capture

Eléments Clés du programme Aqua Domitia

• 6 Maillons - 220 M€ d’investissement • Prés de 150 km de canalisations

• Des conduites d’un diamètre compris en 600 et 1 200 mm • Un débit maximum de 2,5 m3/s Rappel La Région Occitanie / Pyrénées –Méditerranée est propriétaire du grand Réseau Hydraulique Régional qui est une pièce maîtresse du Service Public Régional de l’Eau (la valeur à neuf de ce Réseau est estimée à 2 milliards d’euros). BRL , concessionnaire de ce Réseau , a été chargé par la Région de la réalisation du programme Aqua Domitia , qui étend le Réseau Régional sur 90 km pour mailler la partie alimentée par le Rhône avec celle alimentée par l’Orb via le barrage des Monts d’Orb.

 

 L’extension du Réseau Hydraulique Régional (RHR) via le programme Aqua Domitia vise à apporter une ressource complémentaire , issue du Rhône, pour assurer une s écurisation durable des besoins en eau entre Montpellier et Narbonne. Cette nouvelle ressource, d’une capacité volontairement limitée (2,5m3/s au maximum) s’inscrit dans une logique d’économie d’eau , intégrant une réduction des consommations individuelles et une amélioration de l’efficience des réseaux.

Il s’agit d’un aménagement progressif , composé de 6 Maillons, mis en œuvre au rythme des besoins des territoires. Sa 1 ère phase s’est achevée en 2016 avec la réalisation des Maillons Sud Montpellier et Littoral Audois et des 1 ères tranches des Maillons Nord Gardiole et Biterrois .

Sa 2 ème phase va permettre la jonction des Maillons centraux ( Nord Gardiole et Biterrois ) et le lancement du Maillon Minervois (avec un 1 er périmètre hydroagricole d’environ 1 200 ha ).

 

Eléments clés de la station et des Maillons qu’elle permet de mettre en pression

• Station Aqua Domitia : montant de l’investissement = 10, 40 M€ HT

• Maillon Sud Montpellier = 54 M€ HT (Station Aqua Domitia + 16 km de canalisations)

• Maillons Nord Gardiole et Biterrois = coût total = 110,5 M€ HT (73,5 km : tranches 1 achevées, tranches 2 en cours, tranche 3 en négociation)

 

La station de pompage Aqua Domitia, dispose d’une capacité de pompage de 2,5 m3/s.

Elle va mettre en pression les trois Maillons de l’artère centrale du réseau Aqua Domitia (Maillons Sud Montpellier, Nord Gardiole et Biterrois ), pour transférer, sur près de 90 km, l’eau du Rhône depuis Mauguio jusqu’aux portes de Béziers , permettant un maillage des territoires alimentés, via ce grand Réseau, par le Rhône avec ceux alimentés par l’Orb.

Ces trois Maillons représentent près de 75 % du montant total du programme Aqua Domitia (220 M€). Le Maillon Sud Montpellier sécurise l’alimentation en eau potable des communes desservies par le Syndicat du Bas Languedoc (depuis Sète jusqu’à Agde et au pourtour du Bassin de Thau), soutenant les activités touristiques de ce territoire.

Les tranches 1 des Maillons Nord Gardiole et Biterrois ont permis d’irriguer plus de 2 000 ha dès 2015 . Les tranches 2 de ces deux Maillons centraux, dont les travaux viennent d’être lancés, vont desservir 1 100 nouveaux ha supplémentaires. Près de 6 000 ha devraient au total pouvoir être irrigués avec l’achèvement de ces deux Maillons centraux (3 ème tranche en négociation)

brl2Capture

« Les enjeux à venir de la ressource en eau »

L’état des lieux réalisé dans le cadre de la démarche « H2O 2030 », a en particulier mis en évidence d’importants déséquilibres quantitatifs sur un grand nombre de territoires régionaux, ainsi que des problématiques qualitatives aussi bien sur les eaux superficielles que souterraines :

• de nombreux usages et activités économiques phares de la région dépendent de la ressource en eau, en quantité et en qualité ;

• la région est riche de milieux naturels spécifiques (lagunes, zones humides, têtes de bassin...) mais potentiellement vulnérables aux évolutions climatiques et aux pressions anthropiques ; cela rend d’autant plus essentiel son rôle de chef de file en matière de biodiversité ;

• les ressources en eau superficielles et souterraines ne sont pas disponibles de la même manière sur l’ensemble du territoire ni dans le temps ; • certains territoires sont déjà soumis à des déséquilibres importants entre ressource disponible et usages préleveurs ;

• le changement climatique se fait déjà sentir sur les besoins en eau et sur les milieux naturels ; • les pollutions diffuses dans les eaux superficielles et souterraines se maintiennent à des niveaux préoccupants ;

• il existe déjà une multitude d’acteurs et d’outils de la gestion de l’eau , qui interroge sur la place et le rôle de la Région Occitanie.

Les stages des Jardins de Tara

Catherine Garnier  formatrice  à l'association Les Jardins de Tara et maître composteur, diplôme en poche, promeut le Jardiner bio qui s'est imposé naturellement aux propriétaires de jardins.

Accessible à tous, le stage intitulé "Jardiner au naturel" propose de préparer le terrain avec la recette du compost à base de crottin de cheval et de paille, un rendez-vous qui se veut une alternative pour une agriculture naturelle avec le jeu des questions et le partage des idées et des actuces.

Les stages sont prévus en petits groupes de 8 à 10 personnes tout au plus et concernent les jardins d'ornement, d'aromatiques ou potager, en pleine terre ou en hors sol, en pots, en jardinières ou en carrés.

Prochains stages dans l'Hérault : les 16 et 17 décembre 2017

Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les acteurs de l'Hérault entre terre et lagune

Les outils pédagogiques du CPIE de Thau - environnement

MAQUETTE, TOPO GUIDE, LIVRET, OUTILS PÉDAGOGIQUES

Alliant des compétences diverses, le réseau du CPIE Bassin de Thau renouvelle régulièrement ses outils pédagogiques afin de sensibiliser le public de manière ludique. A destination de ses éducateurs environnement, mais disponible également pour les acteurs du territoire, ces outils visent à mettre en valeur le patrimoine local et les Hommes du territoire.

Outils pédagogique campagne herbier

Affiche campagne herbiers_VF_logo ok

Initiée par le syndicat mixte du Bassin de Thau, cette campagne a pour objectif de sensibiliser le public à la fragilité et la richesse des herbiers de Thau. Le SMBT a fait appel aux compétences du réseau du CPIE Bassin de Thau pour la réalisation des animations, mais également la conception d’outils pédagogique. Voir le livret ludique réalisé dans le cadre de cette campagne.

 

 

Cuisine anti-gaspi

DSCN1760Initiée à la demande de Thau Agglomération dans le cadre de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, cette cuisine pédagogique vise à sensibiliser au gaspillage alimentaire.

La création de cet outil – conçu et réalisé par l’Atelier des recycleuses (association membre du CPIE BT) avec des enfants du territoire de Thau (Marseillan et Frontignan) – a été associée à une formation pour son utilisation auprès des ambassadeurs du tri.

 

Livret Alimentation

g2m livretCréé dans le cadre du projet multipartenarial Goûter le Monde autour de Moi – monté par Génération Terroir, Epicuria, la DAAC du rectorat de l’Académie de Montpellier – ce livret compile des recettes créées par des élèves de primaire, collège et lycée du bassin de Thau (Marseillan et Sète).

Imaginées et testées lors de ce programme pédagogique sur l’alimentation et ses aspects environnementaux, sanitaires, citoyens, culturels et artistiques, ces recettes sont basées sur des produits du terroir, et notamment sur l’huître, la daurade, …
Télécharger le livret de l’édition 2015/2016

 Topo guide

topo guide

Télécharger le topo guide

 

 

 

 

Totem prévention déchets

totemPensés et fabriqués par des collégiens de 3 établissements du bassin de Thau (Mèze, Loupian et Frontignan-La Peyrade), l’Atelier des recycleuses (association membre du CPIE Bassin de Thau) et Dominique Doré, ces sculptures-totems ont été créées à partir de déchets.

L’objectif de ce projet en partenariat avec le Conseil Départemental de l’Hérault était de travailler à l’élaboration d’une création incitant les automobilistes à adopter des comportements éco-responsables. Ces trois totems qui bordent la RD 613 visent à sensibiliser les conducteurs par l’humour et la créativité plutôt que par un message accusateur.

La préservation des espaces marins, lagunaires et littoraux du Languedoc-Roussillon nous concerne tous

Les Sentinelles de la mer est un programme créé et porté par le CPIE BT qui consiste à relayer des programmes en sciences participatives en mer, lagune et littoral autour de la région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées.

Une phase de test a été lancée en 2015 avec 3 programmes :

  • Hippo-THAU qui a pour but d’étudier les hippocampes et syngnathes de la lagune de Thau et leur environnement (voir le site web).
  • BioLit qui recense des déchets échoués sur le littoral et étudie le contenu des laisses de mer (voir le site web).
  • MedObs-Sub basé sur l’observation de la biodiversité, des paysages, des pollutions, des espèces exotiques et des usages subaquatiques (voir le site web).

Le public a montré un grand intérêt pour les Sentinelles de la mer et s’est beaucoup mobilisé lors des sorties.

L’objectif de l’année 2016 est de relayer d’autres programmes sur la façade Méditerranéenne occidentale pour créer et rassembler une véritable communauté d’observateurs régionaux.

Sentinelles de la mer permet la sensibilisation du public à la protection et à la valorisation du patrimoine naturel marin, tout en faisant découvrir leur territoire aux sentinelles. Tous les usagers de la mer qu’ils soient professionnels ou amateurs, de passage ou résidents, peuvent trouver un programme correspondant à leur activité et contribuer à la science.

Qu’est-ce que la science participative ?

La science participative désigne l’ensemble des programmes de collecte de données, d’observations et d’informations impliquant la participation du grand public, pour une finalité scientifique ou de gestion.

Elle sert à alimenter des études en données « de terrain », les observations, pour l’avancée de la science.
Les données récoltées peuvent aussi servir à des collectivités ou des gestionnaires d’espaces naturels pour la mise en place de plans de gestion sur une espèce particulière, sur une pollution, une dégradation du paysage etc.

Des projets marins novateurs

EN CONCERTATION AVEC LES ACTEURS AGATHOIS

  

Que ce soit avec les professionnels ou les amateurs de loisirs en mer, plusieurs projets portés par la ville d’Agde via sa direction du milieu marin et l’Aire marine protégée sont en cours de discussion.

Plusieurs représentants de clubs de plongée sous-marine professionnels ou de loisirs étaient ainsi présents dans les locaux de l'AMP de la côte agathoise pour discuter des actions réalisées et à venir. Une collaboration étroite a déjà permis de mieux protéger le coralligène de Brescou (milieu naturel marin méditerranéen très important) en équipant deux sites de plongée (Le Casier et Les 3 pics) avec des systèmes de repérage sous-marins plus écologiques et durables et en éditant des cartes à partir de données sonar. Un 3ème site sera équipé en 2018, toujours dans le cadre d'un Contrat Natura 2000 signé avec l'Etat.

Deux autres projets majeurs pour le milieu marin agathois ont aussi été abordés : celui de l'installation d'un Récif artificiel paysager dédié à la plongée pour 2020 – ce sera une première en Méditerranée -  et celui de la création d'une Réserve marine au large de Brescou.

Un projet ambitieux pour 2019 qui est parti du souhait des pêcheurs petits métiers et de la prud’homie de mieux préserver et gérer les ressources marines agathoises.

Deux projets très structurants qui vont bénéficier de financements importants, qui ont reçu un accueil favorable des plongeurs et des pêcheurs professionnels et que nous allons continuer de construire en concertation avec les autres usagers de la mer, pêcheurs de loisirs et plaisanciers notamment.

Aire Marine Protégée de la côte agathoise
Direction du milieu marin de la ville d’Agde

Comment produire moins de déchets ?

Éviter les suremballages, choisir des produits alimentaires en vrac ou des produits électroménagers réparables, privilégier les achats d'occasion... Dans le cadre de la semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) qui se déroule du 18 au 26 novembre 2017, retrouvez sur le site de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) les conseils pratiques destinés à limiter vos déchets à la maison, au bureau ou tout simplement en faisant vos courses.

Illustration 1 undefined

L’Ademe recommande notamment :

  • de mieux acheter (choisir les produits sans suremballage, choisir la bonne contenance, choisir des produits durables et réparables...) ;
  • d'éviter le gaspillage alimentaire (être vigilant sur les offres promotionnelles, respecter au mieux la chaîne du froid en effectuant vos achats, être attentif aux dates de péremption, assurer une bonne conservation de vos aliments...) ;
  • de moins jeter (valoriser les déchets organiques par le compostage, donner une seconde vie à certains produits comme les vêtements, les livres, les appareils électriques, utiliser moins de piles, limiter la consommation de papier…).

L'Ademe précise également comment :

  • comprendre les symboles de tri qui donnent des informations importantes pour savoir comment éliminer au mieux vos déchets (Triman, poubelle barrée, anneau de Möbius, Tidy man, point vert...) ;
  • vous débarrasser de vos déchets grâce à un outil de recherche en ligne qui permet de savoir ce qu'il faut faire de tel ou tel déchet, ce qu'il va devenir et comment éviter de le produire.

  À noter :

En France, chaque individu produit environ 590 kg de déchets par an (deux fois plus qu'il y a 40 ans).

Conseil de Rivages Méditerranée du 22 Novembre 2017

Le 22 novembre prochain, se dessineront au Grau du Roi, les futures orientations stratégiques du Conservatoire du Littoral.

Le Conseil de Rivages Méditerranéen qui réunit les élus désignés de sept Conseils départementaux : Alpes-Maritimes, Aude, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault, Pyrénées-Orientales, Var Et de deux Régions, Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et Provence-Alpes-Côte d'Azur se tiendra sous la présidence d'Agnès LANGEVINE, élue vice-présidente du Conseil d'Administration du Conservatoire du Littoral le 16 Novembre 2017 ; vice-présidente à la Transition énergétique et écologique, Biodiversité, Déchets et Economie Circulaire de la Région Occitanie le 22 novembre prochain en mairie de Le Grau-du-Roi.

grauCapture

En effet, la ville a l'honneur d'accueillir le prochain conseil de rivages Méditerranée, instance de gouvernance locale du Conservatoire du Littoral, présidée par Agnès Langevine. Bilans stratégiques des trois dernières années du partenariat avec la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, points d'actualités nationales, retours sur les actualités méditerranéennes (avec notamment un retour sur les incendies de la Région PACA), convention cadre entre la Région Occitanie et le Conservatoire du Littoral, convention avec l'Entente Interdépartementale de Démoustication, orientations stratégiques seront à l'ordre du jour du Conseil de Rivages en matinée.

 Visite du phare de l'Espiguette et zoom sur le projet d'ouverture au public

Parmi les thèmes abordés, les projets d'ouverture au public et de valorisation écotouristique et culturelle du Cap Béar à Port-Vendres et de l'Espiguette au Grau du Roi, après transfert au Conservatoire du Littoral.

Ces projets respectivement portés par la Communauté de Communes Côte vermeille Illibéris et la Commune du Grau du Roi sont inscrits au Plan Littoral 21 et devraient à ce titre être soutenus par la Région, l'Europe, l'Etat et les départements (plan de financement en cours de finalisation).

Pour illustrer de façon plus pragmatique cette dernière intention, une visite du Phare de l'Espiguette et de ses alentours sera organisée dans l'après-midi. L'occasion de présenter à la presse les grandes lignes de ce projet de valorisation environnementale, patrimoniale et touristique au sein du Grand Site de France Camargue Gardoise. L'objectif est de faire émerger un véritable programme de valorisation touristique s'appuyant sur la valeur culturelle et historique du bâtiment pour que l'ouverture au public ne se limite pas à un simple accès au belvédère.

Salon de l'oiseau

L'OISEAU CLUB PALAVAS Hérault organise, avec le soutien de la municipalité de Palavas les Flots, le 16ème SALON DE L'OISEAU ET DE LA NATURE, les 25 et 26 NOVEMBRE 2017 à PALAVAS LES FLOTS, Salle BLEUE.
Ouverture de 9 H à 18H non-stop - Entrée: 4 €, Gratuit pour les moins de 12 ans

L'OISEAU DE CAGE ET DE VOLIÈRE, dans sa riche diversité, en est le thème central.

Ce salon sera le support à un très grand CONCOURS RÉGIONAL ouvert à une vingtaine de départements du Grand Sud. Sont attendons plus de 2000 oiseaux ! La palette des canaris de couleur sera bien présente, avec bien d’autres espèces plus exotiques et colorées comme les diamants de Gould, les mandarins, les moineaux du Japon.
Les grandes et petites perruches seront bien représentées ainsi que des petits et grands perroquets. Cette grande exposition régionale sera aussi l’occasion de mettre un coup de projecteur sur des oiseaux très colorés et divers qui sont regroupés sous la dénomination : "oiseaux exotiques à bec droit"; un stand leurs sera consacré.
C’est aussi une bourse d’échange et de vente d’oiseaux.
Les éleveurs chevronnés seront présents pour distiller conseil et savoir.

Autres participants :

  • Le CLUB D'AQUARIOPHILIE de l’Hérault  pour une présentation aquariophile : là aussi, le conseil sera permanent.
  • La "SOCIÉTÉ D'HISTOIRE NATURELLE DE L'HÉRAULT" pour une présentation pédagogique de CHAMPIGNONS et de notre FLORE LOCALE.

Le public pourra aussi admirer des furets et des reptiles, et autres N.A.C. (Nouveaux Animaux de Compagnie).
Les scolaires de Palavas visiteront l’exposition le vendredi 24 Novembre.

Planète Océan : un constat consternant

Vendredi 17 novembre, l’association des « Gardiens de Thau, ses ports et sa Lagune » présentait le film de Yann Arthus-Bertrand : La Planète Océan.
Nous connaissons tous les photos superbes de Yann ARTHUS BERTRAND, nous savions que nous aurions des images magnifiques. Nous n’avons pas été déçus.
Le commentaire a été nettement moins enchanteur.
C’est simple : "nous avons de l’or dans nos mains et faisons tout pour qu’il nous brûle. En clair, nous faisons en sorte de transformer ce qui est un petit paradis en dépôt d’ordures."

planete-ocean2-4006124

Les images sont là. Le constat est fait. Et il est consternant.
Nous connaissons la « chaîne alimentaire », les prédateurs, un tel mange un tel, etc.etc. C’est normal, c’est un équilibre.


Il y a un inconvénient : l’homme est son propre prédateur. Il est en haut de la chaîne. Et il n’y a pas d’équilibre envisageable.
Deux jeunes chercheurs ont accepté de venir répondre aux questions que pourraient se poser les spectateurs à la suite de la projection.


Mme Sophie Arnaud-Haond, chercheuse à IFREMER au laboratoire Marine Biodiversity, Exploitation and Conservation, et M. Nicolas Bierne, Directeur de Recherche CNRS à l’Institut  des Sciences de l’Evolution de Montpellier.
L’un et l’autre sont particulièrement modestes. Leur modestie n’a d’égale que leur implication dans  la défense de notre planète bleue.
Mme Arnaud-Haond a participé notamment à l’élaboration du film. Nous ne nous en sommes rendus compte qu’à la lecture du générique. 
M. Nicolas Bierne est également membre de l’association Set’expo Sciences, dont le but est d’ouvrir les Sciences aux enfants et adolescents, par la voie du partage.


Il n’est pas simple pour un scientifique de s’exprimer en termes clairs pour les profanes que nous sommes. Ils l’ont fait.
Il peut y avoir toutes les lois, les conférences, les COP numérotées jusqu’à.... l’infini, cela ne changera rien, si nous ne changeons pas nos propres comportements, et si nous n’apprenons pas à nos enfants à changer le leur.

Accroissement des niveaux de polluants qui contribuent au réchauffement planétaire

Dernièrement, un satellite de la NASA a révélé des pics saisonniers d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) autour du globe. Il a également observé un accroissement des niveaux de polluants qui contribuent au réchauffement planétaire, notamment dans les régions tropicales, en raison du courant chaud «El Niño».

Capture

 

Des données satellites haute résolution de l'Observatoire Carbonique Orbital de la NASA 2 révèlent les façons subtiles que le carbone utilise pour lier sur la Terre - l'océan, le terrain (la terre), l'atmosphère, des écosystèmes terrestres et des activités humaines.

Les scientifiques utilisant les 2 premiers années 1/2 de données OCO-2 ont publié des résultats sur cinq articles aujourd'hui dans le journal la Science qui démontre la largeur de cette recherche.

En plus de l'exposition, comment la sécheresse et la chaleur dans des forêts tropicales ont affecté des niveaux de dioxyde de carbone globaux (mondiaux) pendant 2015-16 avec El NiñO, tandis que d'autres résultats de ces relevés se concentrent sur la sortie carbonique océanique et des émissions absorbantes, urbaines et une nouvelle façon d'étudier la photosynthèse. Une conclusion par Scientifique Adjoint OCO-2 de Projet Annmarie Eldering du Laboratoire de Propulsion par réaction de NASA dans Pasadena, la Californie et collègues a été publié.

data graph

Le dioxyde de carbone (le CO2) est une prise au piège de chaleur importante (la serre) du gaz (l'essence), qui est fabriquée par des activités humaines comme le déboisement et des combustibles fossiles brûlants, aussi bien que des processus naturels comme la respiration et des éruptions volcaniques.

Le premier graphique montre des niveaux de CO2 atmosphériques mesurés à Mauna Loa l'Observatoire, d'Hawaii, ces dernières années, avec le cycle saisonnier moyen relevé. Le deuxième graphique montre des niveaux de CO2 pendant les trois derniers cycles glaciaires, avec des analyses de cœurs de glace.

La série de temps  montre la distribution globale (mondiale) et la variation de la concentration de milieu de tropospheric le dioxyde de carbone dans des parties par million (ppm).

Sur le site, la couleur globale de la carte change vers le rouge avec le temps s'avançant, en raison de l'augmentation annuelle de CO2 : https://airs.jpl.nasa.gov/