Banquise arctique : minimum d'extension le plus haut depuis 2014

 

Selon Météo France :

Selon les dernières Analyses du NSIDC sur lesquelles se base cet article, jeudi 16 septembre, la banquise arctique a atteint son minimum d’extension annuelle avec 4,72 millions de kilomètres carrés. Il s’agit de la douzième valeur la plus basse depuis 1979. Les quinze étendues annuelles les plus basses se sont toutes produites les 15 dernières années (de 2007 à 2021).

Un répit qui ne reflète pas les signes évidents de déclin

Mais si l'étendue actuelle de la glace arctique est meilleure qu'elle ne l'a été les années 2015 à 2020, ce n’est un répit relatif que par rapport au passé très récent. D’autres indicateurs comme l'épaisseur de la glace et la quantité de glace pluriannuelle, continuent de montrer des signes évidents et inquiétants de déclin...En effet, la quantité de glace pluri-annuelle (glace qui a déjà survécu à au moins une saison de fonte) est à un des niveaux les plus bas depuis le début des mesures (Figure 1). Cette perte de la glace plus vieille et épaisse est une des raisons selon laquelle l’étendue de la banquise ne s’est jamais remise, même lorsque les conditions météo sont propices à la conservation de la glace de mer..............

 

Poursuivre et voir infographies sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/banquise-arctique-minimum-dextension-le-plus-haut-depuis-2014

BIODIVERSITE : QUELLES SONT LES DERNIERES NOUVELLES ?

Peut être une image de plein air et texte qui dit ’Departement serault AGRO POLIS INTERNATIONAL PRÉSENTENT LES ÉCHOS DURABLES QUELLES NOUVELLES DE LA BIODIVERSITÉ JEUDI 23 SEPTEMBRE À 19H EN VISIO ETDANSLES LOCAUX D'AGROPOLIS ITERNATIONA’ 
 Le Domaine du Département Restinclières propose un nouveau cycle « Les Echos Durables », rencontres et moments d’échanges entre des chercheurs héraultais, experts et citoyens, en partenariat avec l’association Agropolis International.
 
 Ce jeudi 23 septembre à 19h, il sera question des dernières nouvelles de la biodiversité qui fera échos du congrès mondial de la nature, qui s’est déroulé à Marseille dernièrement.
Rendez-vous à l’amphithéâtre Louis Malassis, Agropolis International, à Montpellier ou en distanciel en s’inscrivant ici : https://bit.ly/3knlcjS
 Plus d’info https://bit.ly/3hR1efL

Avec la LPO : c'est la saison où le hérisson d'Europe .......

 

L' automne arrive demain et c'est la saison où le hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus) recherche un endroit où il passera son hibernation en toute tranquillité. Il confectionne son nid le plus souvent dans une haie, un tas de branches et de feuilles mêlées, un boisement ou sous un roncier. Au jardin, vous pouvez aider le hérisson en lui fabriquant un gîte en bois sur mesure. Retrouvez le tuto ci-dessous sur Sikana TV ainsi que de nombreux conseils dans le guide de la LPO "Aider et accueillir le hérisson d'Europe". 

Les gestes simples pour consommer plus responsable

 

Savez-vous que vous pouvez apporter votre pierre à l'édifice d'une consommation plus responsable ? Par vos décisions d'achats, votre utilisation et votre revalorisation des produits, vous pouvez agir au quotidien pour préserver l'environnement. Quels réflexes adopter dans vos achats ? Quels logos privilégier ? Comment offrir une seconde vie à vos produits ? Toutes les astuces pour consommer utile.

Les gestes écologiques au moment de l'achat des produits

Quels produits privilégier ?

Comme l'indique l'ADEME, choisissez des produits durables, robustes et réparables, dont les pièces détachées sont facilement trouvables. Évitez les produits trop perfectionnés. Vous risquez de payer pour une sur-performance inutile : un ordinateur très puissant n'est pas systématiquement nécessaire pour un usage familial.

Dans tous les cas, jetez un œil aux garanties disponibles. En plus de la garantie légale obligatoire, les constructeurs proposent parfois un délai supplémentaire de réparation.

Privilégiez les appareils économes, à faible consommation d'énergie ou d'eau. Les étiquettes énergie, qui précisent la consommation des appareils électroménagers, sont obligatoires pour de nombreux équipements : lave-linge, fours électriques ou au gaz, réfrigérateurs, téléviseurs...

Les produits à base de matières renouvelables, ou - à défaut - à base de matières recyclées ou recyclables, s'avèrent des choix pertinents pour préserver l'environnement. Vous pouvez aussi opter pour des produits rechargeables (piles, stylos, cartouches d'imprimante, flacons de savon...).

Au rayon alimentation, préférez les fruits et légumes de saison, moins chers, plus goûteux et dont la production est moins énergivore. Pensez également aux circuits courts : ventes directes, producteurs locaux, AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), etc.

Afin de trouver facilement des produits agricoles en vente directe autour de vous, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a développé la plateforme Frais et local. Son objectif ? Favoriser les produits locaux et aider les agriculteurs à vivre de leur métier !

 

Enfin, vous pouvez aussi accéder à l'annuaire des plateformes de l'économie sociale et solidaire afin de faire des achats directement récupérables auprès des producteurs et choisir ainsi des produits issus du circuit court.

 

Zoom sur les logos environnementaux

Il existe de nombreux logos qui vantent l'impact écologique moindre de certains produits. Ces logos doivent se baser sur de vrais cahiers des charges ou être élaborés par des institutions publiques. En voici quelques-uns.

Pour les produits alimentaires
AB Agriculture biologique
Agriculture biologique AB
(logo public - France)
Agriculture biologique
Agriculture biologique
(logo public - Europe)
Issus d'une exploitation à haute valeur environnementale
Issus d'une exploitation à haute valeurenvironnementale (HVE)
(logo public)
Bio équitable
Bio équitable
(logo privé)
Fairtrade Max Havelaar
Fairtrade Max Havelaar
(logo privé)
Pour les produits non alimentaires
Ecolabel européen
Ecolabel européen
(logo public)
Ecolabel nordique
Ecolabel nordique
(logo public)
Ange bleu
Ange bleu
(logo public)
Energy Star
Energy Star
(logo public)
PEFC
PEFC
(logo privé)

 

Quels transports utiliser pour faire vos courses ?

Les trajets des consommateurs pour faire leurs courses produit des impacts notables. Pour éviter de trop polluer, vous pouvez grouper vos achats et faire les « grandes courses » en une seule fois. Vous pouvez aussi utiliser les transports en commun ou tout simplement vous rendre dans des commerces de proximité.

Privilégiez le transport à vélo pour les petites courses.

Enfin, lors d'une commande à distance, vous pouvez aussi renoncer aux envois express et privilégier les délais de livraison un peu plus longs permettant aux distributeurs d'optimiser la logistique et le remplissage de leurs camions. Et qui dit moins de camions, dit moins de pollution.

Lire aussi : Bonus vélo : une aide pour l'achat d'un vélo électrique

Les gestes écologiques au moment de l'utilisation des produits

Une fois à la maison, il est encore possible d'agir pour l'environnement.

En premier lieu en évitant le gaspillage. En France, selon l'ADEME, chaque année, 30 kilos d'aliments par personne partent à la poubelle dont 7 kilos encore emballés. Des mesures simples permettent de réduire ce gâchis.

Pensez à bien organiser votre réfrigérateur en plaçant à l'avant les aliments à consommer en premier. Indiquez les dates d'ouverture des produits sur les emballages. Rangez la nourriture dans des placards secs et ventilés.

Au niveau des dates de conservation, seule la date limite de consommation (DLC) concerne les denrées périssables. Elle est indiquée par la mention « À consommer jusqu'au ». Au-delà, les aliments peuvent présenter un risque pour la santé.

Pour les conserves, l'épicerie ou encore les surgelés, la mention « À consommer de préférence avant » signale une date de durabilité minimale (DDM). Ces denrées peuvent être consommées après la DDM, si elles n'ont pas été ouvertes et qu'elles ne sont pas altérées.

Hors alimentation, vous pouvez prolonger la durée de vie de vos produits, en respectant bien leurs conditions d'utilisation, en les entretenant régulièrement et en les faisant réparer en cas de panne.

Lire aussi : Alimentation  : comment lire les étiquettes nutritionnelles

Les gestes écologiques après l'utilisation des produits

Objectif : le moins de déchets possible. Après utilisation, la question de la valorisation des produits est importante. S'agissant des denrées alimentaires, vous pouvez faire attention à bien vider les contenants, comme les pots ou les boîtes. Les déchets organiques (épluchures, coquilles d'oeufs, pain...), entièrement biodégradables, peuvent servir de compost.

Pour le reste, essayez de réutiliser ou donner une seconde vie à vos produits en bon état. Vous pouvez les offrir, les échanger ou les vendre. Des applications mobiles, comme Réflexe ECO ou Smart Cycle, vous permettent de donner facilement les objets que vous n'utilisez plus, à des particuliers ou des associations.

Enfin, pour ceux qui doivent vraiment être jetés, respectez les consignes de tri [PDF - 1079 Ko]. Certains matériaux peuvent être recyclés : verre, métaux, plastique, papier... D'autres peuvent être incinérés et produire de l'énergie.

Lire aussi : Sécurité des consommateurs : comment signaler un produit à risque ?

Avec le CNRS : Quel est l'impact du changement climatique sur les daurades royales des lagunes

 

Quel est l'impact du changement climatique sur les daurades royales des lagunes méditerranéennes, notamment celle de Thau?
 
Grâce à des émetteurs acoustiques posés sur des poissons sauvages, des chercheurs du CNRS et de l'Ifremer étudient le seuil de tolérance et les stratégies d'évitement développées par cette espèce côtière. Une expérience passionnante relatée dans un film du CNRS.
Visionner le reportage https://urlz.fr/gtQ6
 
Leurs études combinent à la fois l’écologie du mouvement avec un système d'émetteurs acoustiques posés sur des poissons sauvages, mais également des études en captivité pour déterminer finement l’impact des températures sur la physiologie des daurades. Abonnez-vous à la chaîne CNRS : https://bit.ly/CNRSsurYT

Moustiques : « Zéro éclosion, zéro invasion »

 

EID_CAMPAGNE_2021_AFFICHE-GENERIQUEUne nouvelle campagne préventive de lutte contre la prolifération du moustique-tigre.

Si le moustique-tigre (Aedes albopictus) relève d’une préoccupation de « santé publique », du fait de sa capacité à transmettre potentiellement des maladies telles que le chikungunya, la dengue ou le Zika – volet pris en charge par les ARS via la mise en œuvre de traitements de lutte antivectorielle (LAV) –, il suscite surtout un sentiment de gêne prégnant dû à son caractère très nuisant et, pour ce motif, une forte demande sociale.

L’EID Méditerranée est directement concernée par ce volet « nuisance », en raison à la fois de ses compétences entomologiques, de son expérience dans la lutte contre les moustiques et du parasitage provoqué par le moustique-tigre de la perception de l’efficacité des traitements qu’elle effectue régulièrement, depuis plus de 60 ans, contre les espèces nuisantes traditionnelles issues des zones humides littorales.EID_55CAMPAGNE_2021_CHECK-LIST

Le moustique-tigre, lui, se développe en milieu urbain, au plus proche des habitants, pondant sur les parois de tous récipients, souvent de petite taille, pouvant recueillir de l’eau. Situations que l’on trouve principalement au sein des domiciles, en extérieur : cours, terrasses, balcons, jardins… Leur multitude et leur caractère aléatoire dans l’espace et dans le temps rendent inopérante une stratégie de lutte antilarvaire comparable à celle appliquée aux espèces nuisantes traditionnelles issues des zones humides, faisant de la mobilisation sociale des mêmes habitants la méthode centrale de lutte contre la prolifération du moustique-tigre.

C’est pourquoi, depuis son installation dans notre région, en 2011, l’EID-Med a développé et mis en œuvre plusieurs campagnes de sensibilisation visant à mobiliser les citoyens autour de cette problématique. Cette année, cette ligne communicationnelle fait peau neuve : nouvelle accroche, nouvelle identité visuelle. Des supports informatifs revisités seront mis à la disposition des populations, via les communes, sur les territoires relevant de la zone d’action de l’EID-Med.

La lutte contre sa nuisance et son risque sanitaire  est un défi collectif  fait de bons réflexes individuels.        

Cliquez sur les images pour les agrandir… Merci…

 

eid22Captureeid333Capture

 

Ne ratez pas lrs animations du CPIde mercredi prochain !

 
 Pour les amoureux des plantes, une sortie nature spéciale flore littorale vous est proposée le matin !
 L'après-midi venez nous aider à créer une mare  chez Claude Housti, maraîchère bio.  C'est l'occasion d'aider nos producteurs locaux et de les soutenir tout en profitant d'un moment convivial et de partage !
 Pour les adeptes de balades à vélo, venez prendre l'air et admirer l'étang de Méjean  seul, entre amis ou en famille. Départ depuis l'Office de Tourisme de Palavas-les-Flots à 14h.
 Réservations obligatoires au 06 95 53 78 81
Peut être une image de plein air et texte qui dit ’BASSIN ETHAU vOS ANIMATIONS CET AUTOMNE, PRENEZ L'AIR SEPTEMBRE- DÉCEMBRE2021 Mercredi 15 septembre 10h 12h Frontignan Gratuit. Sortie nature. Mission flore littoral- 14h découvrir les plantes -donnez littoral. 8h Montagnac: Chantier participatif une maraîchère bio. Création d'une mare coup main aux producteurs locaux!. Gratuit. 14hà 6hà Palavas Sortie vélo. L'étang du méjean vélo. 5€ adulte/3€ enfant. K CET AUTOMNE, PRENEZ L'AIR SEPTEMBRE-DECEMBRE2020 Infos au 06.95.53.78.81 SyBLE สลช์ CinéMistral’

Comment éviter les pénuries d’eau ?

 

Avec le changement climatique et les phénomènes de sécheresse qui s’accentuent, les collectivités cherchent et mettent en place des solutions pour économiser, partager et mieux protéger l’eau.
 
En écho à la publication du Guide national sur la gestion de la sécheresse, la Direction de l’eau et de la biodiversité (DEB) animera une émission en direct sur Radio Territoria ce jeudi 1er juillet de 15h30 à 16h15. Centré sur la sécheresse en ville, le magazine évoquera les mesures déployées pour sécuriser l’approvisionnement des populations et assurer la résilience des territoires. Suite à cet exposé, les auditeurs pourront poser des questions.
 
Ecouter en direct ou retrouver les podcasts de Radio Territoria sur : : https://radioterritoria.fr/
 
Fleur, La Vie, Fleur Jaune, Crack

Avec Météo France : 4 systèmes tropicaux simultanés

18/08/2021

Depuis quelques jours 4 systèmes tropicaux sont présents autour du Mexique et des Caraïbes, 3 dans le bassin Atlantique nord et 1 dans le bassin Pacifique nord-est.

Atlantique nord

Dépression tropicale Fred 

Le mercredi 18 août à 09 h 00 UTC, la dépression tropicale Fred se trouvait par 28,6° N-81,8° O sur l’est des États-Unis (à proximité de Charleston, capitale de Virginie occidentale). Elle se déplaçait vers le nord-est à 30 km/h.

Le système s’est formé sur l’Atlantique le 9 août, à proximité immédiate de l’arc des Petites Antilles. Entre le 11 et le 12 août, il a traversé la République dominicaine et Haïti, le 14 il a longé les côtes nord-ouest de Cuba, puis il a atterri le 16 sur l’ouest de la Floride avant de remonter à l’intérieur des terres. C’est maintenant un système extra-tropical mais il donne encore des précipitations significatives.

Tempête tropicale Grace 

Le mercredi 18 août à 12 h 00 UTC, la tempête tropicale Grace se trouvait par 19,1° N-81,4° O dans la mer des Caraïbes . Elle se dirigeait vers l’ouest à une vitesse de 25 km/h. Les rafales de vent près du centre atteignaient 120 km/h. Elle devrait atteindre, jeudi matin, l’est du Yucatán en ayant atteint le stade cyclonique (rafales attendues à plus de 160 km/h).

Après avoir traversé le Yucatán en s’affaiblissant, elle devrait à nouveau reprendre de la vigueur vendredi en mer des Caraïbes puis atterrir définitivement samedi sur l’est du Mexique.

Tempête tropicale Henri............................. Poursuivre sur https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/planete/4-systemes-tropicaux-en-simultanee

Météo : une vague d'air brûlant sur le sud de l'Europe

 

Après plusieurs jours de météo maussade, les températures vont grimper jusqu'à 45 degrés sur le pourtour méditerranéen, à compter de ce mardi, indique Le Matin.


Terre, Planet, Continents, La Lumière
Il va faire chaud sur le sud de l'Europe. La vague de chaleur va reprendre ces prochains jours, jusqu'au 16 août, comme le rapporte Le Matin.

Une situation qui fait craindre de nouveaux incendies. En effet, le début du mois d'août a été catastrophique à ce niveau pour certains pays du sud de l'Europe, touchés par cette chaleur extrême. Le 2 août, il a notamment fait 46,3 degrés à Argos en Grèce, proche du record absolu pour le pays (47,5 degrés en juin 2007), 43 degrés à Athènes ou encore 45,5 degrés en Turquie.



"Une anomalie de forte chaleur" à lire sur : https://actu.orange.fr/monde/meteo-une-vague-d-air-brulant-sur-le-sud

Pic de chaleur : la Grèce subit sa pire canicule depuis 30 anspar franceinfo

Pesticides : le gouvernement communique sur les données provisoires d’utilisation des pesticides en 2020. Générations Futures réagit !

 

Pesticides : le gouvernement communique sur les données provisoires d’utilisation des pesticides en 2020. 

Communiqué de l'association GENERATONS FUTURES :

Des données provisoires qui marquent une nette augmentation par rapport à 2019 !

 

Pesticide, Le Glyphosate

"Le Ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, avait beaucoup communiqué sur la baisse de 36% des ventes de pesticides en 2019 par rapport à 2018. Générations Futures avait à l’époque alerté sur le fait que ces chiffres représentaient une baisse en trompe l’œil car des stocks avaient été faits par des agriculteurs fin 2018 pour éviter une hausse de la redevance sur les pollutions diffuses début 2019. Les chiffres publiés ce jour confirment que nous avions raison. En effet, le gouvernement vient de publier ce jour les chiffres de vente provisoires des pesticides pour 2020 et…comme nous l’avions prédit la consommation des pesticides est repartie à la hausse par rapport à 2019 : + 19%.

La présentation des chiffres par le gouvernement appelle cependant de nombreuses remarques de la part de Générations Futures :

  • Il s’agit de chiffres provisoires et par définition un bilan global ne peut pas être sérieusement fait à partir de tels chiffres. Générations Futures déplore ce coup de com’ estival aux bases fragiles, comme on le verra plus bas.
  • Le gouvernement ne communique ainsi que sur des quantités de substances actives (QSA) alors que l’indicateur de référence du plan Ecophyto est le NODU, qui prend en compte le nombre de doses utilisées…ce qui peut donner des résultats assez différents parfois par rapport à l’indicateur QSA. Les chiffres du NODU ne seront connus que dans quelques mois…mais seront indispensables pour avoir une vision précise de la situation !
  • Le gouvernement ne communique cette fois que sur les chiffres annuels des quantités de pesticides hors produits de biocontrôle et produits autorisés en agriculture biologique. Les chiffres de vente annuels de l’ensemble des produits ne sont même pas indiqués (il faut faire l’addition soi-même) !! Cela pose un problème car, si ce distinguo est intéressant, le plan Ecophyto prévoit de suivre l’évolution de l’utilisation de l’ensemble des pesticides. Le chiffre global est caché : 65341 tonnes pour 2020…soit quasiment le même chiffre qu’en 2012 (65246t) ! Tous les chiffres donnés par le gouvernement sont donc incomplets et peu utilisables.
  • Sur les pesticides cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR) : le vente des CMR1 diminue (-101 t entre 2019 et 2020, chiffre calculé d’après les données d’un graphique) et c’est logique car ces substances sont heureusement en cours de retrait d’homologation au niveau européen (ce que le gouvernement ne rappelle pas). Par contre la présentation de la part des CMR dans les ventes totales est un tour de passe-passe qui occulte 2 chiffres : l’augmentation de la vente globale des CMR 1 + CMR2 pris ensemble entre 2019 et 2020 (+ 136 t , chiffre calculé d’après les données d’un graphique) et la vente des CMR2 (non indiquée mais qu’on peut retrouver par le calcul : + 237 t entre 2019 et 2020). Ce n’est pas une bonne nouvelle.
  • Le glyphosate : la consommation est remontée à 8644 tonnes en 2020, une quantité similaire à celles utilisées dans les années 2015, 2016,2017…La sortie du glyphosate n’était donc pas entamée en2020 !"