A Montpellier, sur l'espace public, une fresque pour sensibiliser à la pollution des mers

En moins de douze jours, l'artiste Hien a réalisé l’habillage du parvis de la médiathèque Jean-Jacques Rousseau située en quartier politique à Montpellier.

Sur une initiative de l'association Line-up, l'œuvre de l'artiste Hien qui a déjà exposé à l'espace Saint-Ravy en 2018 dans son exposition montpelliéraine  « Terrains de jeux » ©Maison Papakunu

Un projet qui s’inscrit dans le renouvellement urbain du quartier Mosson

Inaugurée le 8 février 2020, la réalisation extérieure de la fresque au sol livre un message de sensibilisation autour de la pollution des mers, sans toutefois se vouloir « moralisateur et austère » pour citer l’artiste. Le bleu méditerranéen domine parsemé de déchets flottants figurés par des taches. Un message fort du concept pictural "Archipel Trash Surfer " imaginé par l'artiste laissant les passants du moment s'installer sur des surfs et des planches de paddle et à devenir acteurs.

Hien, jeune artiste plasticien nantais repéré en 2019 par la Galerie Nicolas Xavier - 2 bis rue Glaize, quartier rue de l'Aiguillerie dans l'Ecusson à Montpellier -  spécialisée dans la valorisation de l’Art Urbain Contemporain, s'est installé dans la capitale héraultaise il y a quelques années.

Issu des cultures urbaines et des arts graphiques, Hien opère dans son œuvre à une synthèse parfaite entre sculpture et peinture, graphisme et narratif. Il apprivoise et maîtrise de nombreuses techniques : Résines, polyuréthane, peinture, impression 3D, qui successivement rythment ses mises en scène. C’est avec poésie et harmonie qu’il dépeint, ou plutôt construit, une image qui traduit la fragilité de l’humanité et l’état d’urgence de notre planète : la pollution des mers, l’extinction des espèces, la fonte des glaces, les manipulations génétiques, les guerres, migrations et le transhumanisme -, des créations tristement magnifiques." Galerie Nicolas Xavier.

Pour découvrir Hien : Hien_artwork

Dans le cadre du renouvellement urbain du quartier de La Mosson engagé par la Métropole et la Ville de Montpellier, cette fresque artistique est née avec l’association Line-up et la contribution de  l’Atelier Coloco spécialisé dans le réaménagement de l’espace urbain.

Seta Mer, ces bénévoles qui répondent à l'urgence écologique

En quelques mois, l’association Seta Mer,  fondée par un duo de jeunes citoyens sensibles à la protection de  l’environnement, a extrait  plusieurs tonnes de déchets des eaux sétoises. Elle entend poursuivre son travail exemplaire avec de nouveaux événements cette année.

L’association est encore toute jeune mais compte déjà une quarantaine de membres et attire de plus en plus de bénévoles : on parle ici de Seta Mer, créée par Antoine Brives, jeune Sétois de 21 ans et Clément Remiens, acteur qui joue le rôle de Maxime Delcourt dans la série Demain nous appartient. Après une opération de nettoyage des fonds marins à la Pointe Courte en 2018, un constat s’imposait :

A chaque fois que je plongeais, j’étais choqué par l’état des fonds marins. Après avoir organisé un événement de ramassage des déchets, on s’est dit avec Clément qu’il fallait créer une association pour en organiser d’autres”, explique Antoine Brives depuis Saint-Etienne où il poursuit des études d’ingénieur. Une page Facebook est alors créée. Pneus, mobilier, batteries, radiateurs, objets en tout genre, en quelques mois, l’association extrait plusieurs tonnes de déchets des fonds marins. Preuve qu’elle fait là un travail essentiel. Les bénévoles affluent pour atteindre 60 personnes au dernier événement en septembre 2019.

Association Seta Mer

“Des bénévoles de tous âges”

Comment expliquer ce succès ? “Deux jeunes de vingt ans qui s’intéressent à la planète, c’est touchant”, note Olivier Brives, trésorier de l’association et père d’Antoine. A une époque où la pollution en Méditerranée – 600 000 tonnes de déchets plastiques rejetés à l’eau chaque année selon l’association de protection de la nature WWF – provoque l’émoi du grand public, Seta Mer vise dans le mille. L’association attire “des bénévoles de tous âges, de Sète et d’ailleurs. On a même été contacté par une association d’Antibes qui souhaite travailler avec nous”, continue Olivier Brives. A chaque événement, l’équipe de Seta Mer fait en sorte de créer un moment d’échange et de convivialité pour ne pas seulement ramasser. Car si l’on s’arrête aux déchets, tout n’est effectivement pas réjouissant. Comme lorsqu’elle récupère des fonds marins une carcasse de scooter ou encore un sac en plastique quasi-intact de l’hypermarché Mammouth fermé 20 ans plus tôt à Sète.

Plusieurs événements en 2020

En 2020, Seta Mer va continuer à s’investir dans la protection de l’environnement. “A l’initiative de Clément, on va organiser des clean walk en mars et en mai où on va notamment se focaliser sur le ramassage des mégots”, précise Olivier Brives. “Clean walk” du nom de ces actions qui essaiment un peu partout en France pour nettoyer l’espace public. Sète sera donc aussi de la partie. Seta Mer prévoit par ailleurs plusieurs actions de nettoyage marines et terrestres aux abords des berges en juin, juillet et août. Les lieux et dates seront précisés prochainement sur les pages Facebook et Instagram de Seta Mer. Même si l’association fonctionne déjà bien grâce à l’apport des bénévoles et une aide du cercle d’entrepreneurs Mozart, elle bénéficie du soutien de la Ville et reste en attente de bonnes volontés. Le coût de l’adhésion annuelle est de dix euros. Une petite somme mais déjà un grand geste pour sauver la planète.

Envie d’en savoir plus sur la voiture électrique ?

Les sardines de plus de deux ans ont disparu en Méditerranée

L’état de santé des sardines en Méditerranée

Tous les 15 jours, l'Ifremer vous dévoile les secrets des océans en partenariat avec le quotidien Le Télégramme.

Vortex of sardines in an underwater bait ball

Selon l'IFREMER (Sète), "en Méditerranée, la taille des sardines est passée en dix ans de 15 à 11 cm en moyenne. Les sardines de plus de deux ans ont disparu. Les recherches menées par l’Ifremer ont montré que leur alimentation est en cause : le plancton est moins nourrissant. Avec un apport énergétique moindre, les sardines se reproduisent plus vite au détriment de leur croissance, ce qui met en danger leur survie. Un nouveau projet baptisé Monalisa a pris la suite des investigations. L’objectif est de mieux comprendre les facteurs de mortalité naturelle pour élaborer des plans de gestion des stocks prenant en compte des paramètres environnementaux."

Participez à l’Observatoire rapaces 2020 dans l’Hérault

L'enquête rapaces nocturnes s'est terminée en 2018, mais les inventaires participatifs pour recenser les rapaces diurnes se poursuivent en 2020. Vous souhaitez participer à cet observatoire national ? N'hésitez pas à vous manifester !
L’observatoire rapaces diurnes:
De mars à juillet 2020, les suivis consistent à prospecter des surfaces de 25 km² (carrés de 5 km de côté) à la recherche de rapaces diurnes et de noter le nombre d'individus par espèces en relevant les possibles indices de nidification. Ces prospections se font en période de reproduction, généralement entre mars et juillet. Vous trouverez une explication détaillée de cet observatoire ici.

Dans l'Hérault, 5 carrés sont concernés par le suivi 2020. Ils se situent dans les secteurs des communes suivantes :

Clapiers/Montpellier - Alignan-du-Vent - Prades-sur-Vernazobre - Riols - Castanet-le-Haut/Rosis

 

 
Cet observatoire des rapaces est coordonné par la LPO Mission Rapaces, sous la responsabilité scientifique du CNRS de Chizé. Vous pouvez trouver tous les renseignements sur le site de l'observatoire: http://observatoire-rapaces.lpo.fr Les données récoltées par cet inventaire participatif permettront de mettre à jour la répartition des rapaces de France et d'identifier d'éventuelles tendances concernant les populations de certaines espèces. La mobilisation bénévole est donc primordiale pour avoir le maximum de données.
Si vous souhaitez participer à cette enquête en prospectant un carré, contactez la LPO Hérault, coordinateur départemental: Thomas MARCHAL06.42.89.73.65 ou par mail, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Attention, cet observatoire n'est pas destiné uniquement aux ornithologues professionnels, mais une connaissance minimale sur la reconnaissance des rapaces héraultais est tout de même requise. Vous pouvez bien sûr suivre un carré à plusieurs observateurs.

Découvrez la biodiversité des zones humides de l'Hérault et du Gard avec la LPO !

L’image contient peut-être : ciel


- "Où voir les oiseaux des zones humides dans l'Est héraultais", Jeudi 20 février à Bédarieux (34)
- "Prospection des amphibiens du site Natura 2000 Montagne de la moure et Causse d’Aumelas", vendredi 21 février à Saint-Paul-et-Valmalle (34)
https://herault.lpo.fr/agenda/

- "Grues et oiseaux d'eau de la petite Camargue gardoise" , samedi 1er février à Le Caylar (30) (complet)
- "Formation à la reconnaissance des indices de présence de la Loutre d'Europe", samedi 1er février à Cazouls-lès-Béziers (34) (complet)
- "Observation et ateliers en parallèle de La galerie éphémère des salines de Villeneuve", les 1 et 2 février à Villeneuve-lès-Maguelone (34)
- "Découverte des herbiers sous lagunaires", dimanche 2 février à Bouzigues (34)

Avec la Région, l’agriculture bio gagne du terrain

La Région appuie résolument les agriculteurs et viticulteurs d’Occitanie dans leur engagement « bio ». Avec succès : l’Occitanie est la 1ère région Bio de France, en particulier en matière de vins, comme l’illustre le salon professionnel Millésime Bio, du 27 au 29 janvier à Montpellier.

JPEG - 558.9 ko

Plébiscitée par les consommateurs, l’agriculture biologique (AB) gagne du terrain et l’Occitanie est en première ligne. Avec 9 403 exploitations en 2018 (+15% en un an) [1], c’est la première région Bio de France.

Les surfaces cultivées bio (certifiés ou en conversion) couvrent 507 242 hectares, plus du quart de toute la France. Et la progression se poursuit : l’Observatoire Régional de la Bio d’Occitanie estime à 10 200 les exploitations agricoles bio et en conversion fin juin 2019. Côté produits bio, l’Occitanie revendique la 1ère place des régions françaises pour les vins, céréales, ovins lait et bovins viandes, pêches, abricots et miels.

En Occitanie nous croyons au bio, affirme Carole Delga. La politique que nous menons pour cette filière pleine d’avenir le prouve : nous avons augmenté notre budget dédié au bio de plus de 40% depuis 2016. Pour pérenniser les aides au maintien et à la conversion en agriculture bio, la Région réalise un effort exceptionnel, qui pourra s’élever à 18 M€ jusqu’en 2020.

JPEG - 1.3 Mo

Pour soutenir les agriculteurs adoptant l’agriculture biologique, la Région a bâti dès 2017 le « Plan Bi’O 2018-2021 Produire, Consommer et Vivre Bio en Occitanie ». Dans ses outils figurent le « Pass Expertise Bio » d’accompagnement de la conversion, utilisé chaque année par 80 à 100 agriculteurs. La Région mène aussi des appels à projets et accompagne notamment 70 actions de recherche-expérimentation. L’appel à projets de « soutien aux investissements dans les exploitations engagées en agriculture biologique » a été lancé le 6 janvier.

Parallèlement, la marque « Sud de France Le Bio d’Occitanie » met en avant les produits de l’Agriculture Biologique. La Région valorise aussi le bio auprès des jeunes, avec l’opération « L’Occitanie dans mon assiette », qui veut porter à 40% la part des produits de proximité et de qualité, dont la moitié en bio, dans les repas servis par les cantines des lycées.

C’est en Occitanie et nulle part ailleurs : toute la planète vins se retrouvera au salon Millésime Bio du 27 au 29 janvier au Parc des Expositions de Montpellier. Ce « Mondial » du vin biologique et ses 1300 exposants (30% d’Occitanie) attire chaque année des acheteurs professionnels toujours plus nombreux. Il est vrai que la consommation de vin bio a pratiquement doublé dans le monde depuis 2013.
En savoir plus

LPO : l'agenda du mois de Février

- Samedi 1 : Journées Mondiales des Zones Humides
> "Initation à la reconnaissance des indices de présence de la Loutre d'Europe", sortie de terrain, à Cazouls-lès-Béziers
> "Grues et oiseaux de la petite Camargue gardoise", sortie de terrain, à Le Cailar (30)

- Dimanche 2 : 
- "Marche pour le climat"
,
 rassemblement au parc Montcalm, à Montpellier
- "Initiation à l'observatoire des oiseaux des jardins"
comptage, à Montpellier 
"Découverte des herbiers sous lagunaires"
sortie de terrain, à Bouzigues

- Samedi 1 et Dimanche 2 : "La Galerie éphémère"
, oeuvre éphémères aux salines de Villeneuve, stand "sentinelles de la mer et sorties ornithologiques, à Villeneuve-lès-Maguelone

- Lundi 3 : "Rencontre du Groupe Local LPO biterrois", Béziers

- Samedi 8 et Dimanche 9: "Week-end du Groupe Jeunes LPO Hérault"
, prospection naturalistes des jeunes adhérents, à Saint-Maurice-Navacelles

- Jeudi 20 : "Où voir les oiseaux des zones humides dans l'Ouest héraultais"
dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO Haute Vallée de l'Orb, à Bédarieux

- Vendredi 21 : "L'exploration des mares",
 sortie de terrain, à Saint Paul et Valmalle

- Samedi 22 : "Rencontres naturalistes entre Aude et Hérault"
, rencontre et sortie de terrain des contributeurs à l'outil www.faune-occitanie.fr, à Vendres

- Dimanche 23 : "Construction d'abris à chauves-souris"
, chantier bénévole, Villeveyrac

- Vendredi 28 : "Les maladies des oiseaux sauvages"
, conférence dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO Grand Montpellier

- Dimanche 1/03 : "Les oiseaux des Aiguamolls de l'Emporda",
 sortie de terrain au sein de la réserve naturelle à Rosas en Espagne

Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur:  herault.lpo.fr/agenda

La journée dédiée à la protection des insectes pollinisateurs à VILLEVEYRAC

Le mardi 28 janvier 2020. Départ à 10h45 sur le parking de la mairie. 

L’image contient peut-être : texte

Deux groupes :

-              Le 1er   ( composé des plus jeunes) ira pique- niquer sur un terrain abrité juste à côté pendant que le 2nd plantera les arbres et arbustes. Puis , on inversera. 

Départ du terrain vers 14h pour un retour en classe vers 15h – 15h30.

-              Nous avons prévu 300 arbustes ou arbres à planter donc chaque enfant aura « sa » plante à mettre en terre.

-              Des apiculteurs, la LPO et des membres de l’association des chasseurs seront présents.

Aucune description de photo disponible.

 Participation :

- école élémentaire F. BUISSON :  7 classes soit 182 élèves

- écoles Notre Dame De l’Assomption : 2 classes

Soit au total  environ 250 élèves.

La maison de l'environnement du Département expose "Océans plastifiés"

Du 25 janvier au 28 juin, la Maison de l’Environnement du Département au domaine de Restinclières à Prades-le-Lez accueille l’exposition gratuite Océans plastifiés, qui retrace l’invasion des déchets dans les mers du monde entier et propose des solutions pour la stopper. 

Océans exposition MDE

Conçue par l’association Expédition MED, l’exposition met en scène une série de panneaux panoramiques, pédagogiques et scientifiques, des photos et des vidéos, qui présentent les enjeux et l’impact de cette pollution sur la vie marine, sur la planète et ses habitants. Elle incite à faire évoluer notre prise de conscience sur l’urgence d’agir, personnellement, collectivement, politiquement…

Les visiteurs découvrent les origines des déchets, du plastique dans l’environnement, les actions de protection qui peuvent être mises en place et les solutions et alternatives durables qui peuvent être adoptées.

Original : une archéologie à l’envers présente les poubelles du passé et celles du futur !

Des déchets exposés proviennent d’une opération de nettoyage sur 14 plages du littoral Atlantique qui a permis la récolte de 144 997 déchets, dont 96% de plastique.

LA MAISON DE L'ENVIRONNEMENT À RESTINCLIÈRES

Au Domaine de Restinclières, le Département agit pour l’environnement.

Avec la Maison départementale de l’Environnement, il propose expositions, balades, ateliers pour sensibiliser tout au long de l’année le public aux enjeux environnementaux.

Il a mis en place avec différents partenaires (INRA, Chambre d'Agriculture, CRPF...), une des plus grandes expériences européennes d'agroforesterie, mêlant cultures et plantations forestières. Un parcours pédagogique jalonne les différentes parcelles expérimentales. 

La Maison de l’Environnement est logée dans le Château de Restinclières qui s'ouvre sur un parterre à la française qui domine un paysage de forêts et de garrigues. Bordé du Lez et du Lirou, le domaine de Restinclières de 240 ha, classé Espace Naturel Sensible offre aux visiteurs une grande mosaïque de paysages et un patrimoine naturel exceptionnel. De la simple promenade familiale jusqu'à la pratique du VTT ou du cheval (le réseau vert traverse le domaine), toutes les occasions sont bonnes pour fréquenter le domaine, s'y détendre et, pourquoi ne pas, s'y instruire. 

LES EXPOSITIONS 

  • Dans le château 
  • Entrée libre et gratuite – tout public
  • Lundi au vendredi de 14h à 17h / Le week-end jusqu’à 17h30 (18h à partir de mai)
  • Domaine de Restinclières 34730 Prades-le-Lez
  • 04 67 67 82 20

« Comment allier nos compétences pour répondre aux enjeux de changement climatique en zone littorale lagunaire? »

Dans le cadre de la Journée mondiale des zones humides 2020, le Pôle-relais lagunes méditerranéennes vous convie à un atelier participatif sur la résilience et la transition écologique du territoire des étangs palavasiens allant des communes de Frontignan à Villeneuve-lès-Maguelone. L’atelier se déroulera :
Le mercredi 22 janvier de 9h30 à 16h30 dans les locaux des salines de Villeneuve-lès-Maguelone.

ralisCapture

Cet atelier vise à réunir des acteur.rice.s citoyen.ne.s de ce territoire dans l’objectif de co-construire une démarche permettant de faire face à l’enjeu climatique sur le littoral. Les retours d’expérience et témoignages des participant.e.s permettront de mettre en lumière le maillage des initiatives locales en faveur de la résilience territoriale (circuits-courts, pratiques agri-environnementales, initiatives citoyennes pour la transition écologique).
A la fois constitué de milieux naturels littoraux, agricoles, urbains et périurbains, ce territoire lagunaire accueille une biodiversité régionale remarquable et est le siège de nombreuses activités humaines. Cependant l’évolution climatique, des sols et de la ressource en eau doivent conduire chacun.e à se questionner sur le modèle environnementale, économique et social de son territoire de vie.

Avec l’appui de Béatrice le Moël, chercheure en psychologie sociale de l’environnement et facilitatrice de la transition territoriale par le développement de l’intelligence collective, nous vous proposons de partager une vision multifonctionnelle de l’espace foncier et de co-construire une démarche plus adaptée en regard des besoins du territoire et de ses habitant-e-s, allant dans le sens de l’économie des ressources naturelles et du développement d’activités plus adaptées à l’évolution du contexte environnemental.