Le Festival " Tous sentinelles ! " revient pour sa 2ème édition !

Du 26 au 30 septembre 2018, le festival ” Tous sentinelles ” se déploie sur la façade méditerranéenne d’Occitanie. Une trentaine d’animations en région Occitanie avec des expositions, projections, spectacles, sorties nature, conférences. 

tinellCapture

Une trentaine d’animations vous sont proposées dans le Gard, l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales  pour devenir Sentinelle de la mer pendant 5 jours !

Proposé dans le cadre des Sentinelles de la mer Occitanie, le Festival ” Tous Sentinelles ! ” est l’occasion de découvrir la biodiversité marine et littoral du territoire, de rencontrer les associations porteuses de programmes de sciences participatives et d’apporter votre contribution à la science en collectant des données !

Au programme :

Mercredi 26 et jeudi 27 septembre – Projection et Conférence

Pour se mettre à l’eau, une projection du biopic sur le célèbre Jacques Mayol au Ciné-Mistral de Frontignan et une conférence sur les hippocampes avec Patrick Louisy et Nicolas Bierne le jeudi 27 septembre à PlanetOcéan Odysseum de Montpellier.

Vendredi 28  septembre – Journée institutionnelle, inauguration et spectacle d’impro !

Une journée institutionnelle à l’intention des porteurs de programmes du réseau, des gestionnaires d’espaces naturels et de la communauté scientifique aura lieu à la Maison Régionale de la Mer à Sète afin d’échanger sur les données de sciences participatives et leur intérêt dans la gestion des milieux et des études scientifiques. La journée se terminera par une inauguration du festival en présence de Mme Agnès Langevine, (vice-présidente de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en charge de la Transition Écologique et Énergétique, de la Biodiversité, de l’Économie circulaire et des Déchets), suivie d’un spectacle de la compagnie d’improvisation The Five Wookies, ouvert à tous sur inscription.

Samedi 29  septembre – Village des sentinelles, projections, expositions, rencontres.

Un Village des Sentinelles à Sète, à la Maison Régionale de la Mer. L’occasion de rencontrer différentes associations du réseau (Ailerons, Cybelle Planète, Labelbleu, LPO Hérault et RTMMF), de venir écouter des conférences sur la biodiversité marine (oiseaux, requins, tortues etc.), de participer à un ciné-débat sur les aires marines protégées, d’admirer des expositions, et de regarder la création, en direct, d’une œuvre d’art composée avec les déchets ramassés au bord de la lagune par l’artiste plasticien DH.

Seront aussi proposés des cinés-débat à Port-Leucate et au Grau-du-Roi. Durant toute la durée du festival, l’Institut Marin du Seaquarium sera également aux couleurs des sentinelles et mettra en lumière l’ensemble des programmes du réseau.

Samedi 29 et dimanche 30 septembre – Sorties nature !

De nombreuses sorties nature aussi bien sur le littoral qu’en mer auront lieu : sorties bateau à bord du Laisse Dire, de l’Étoile de Thau et du Sea Explorer, de balades littorales plongée en bouteille. Vous pourrez également participer à la sauvegarde de notre littoral en participant à des ramassages de déchets notamment sur les communes de Gruissan, Sète et Grau du Roi.

De nombreuses associations membres du réseau Sentinelles de la mer Occitanie et partenaires se sont réunies pour vous transmettre leurs connaissances à travers un programme riche et diversifié. 

Suivez toute l’actualité des Sentinelles de la mer sur :

www.facebook.com/SentinellesdelaMerOccitanie 

Et découvrez le réseau sur : www.sentinellesdelamer-occitanie.fr

 

5 jours - 34 animations

Inscrivez-vous dès maintenant !

Infos : 06.95.53.78.81

Télécharger la programmation

L'agenda de la LPO Hérault de septembre

Voici un rappel des informations qui figurent sur l'agenda en ligne de notre site internet pour le mois à venir :

- Samedi 1er
> "Vautours et pastoralisme", 
stand d'animations et point d'observation, à Saint-Maurice-Navacelles
> "Fête des associations"
, stand LPO à Villeveyrac

- Dimanche 2
> "Fête de la tomate", stand LPO à  Clapiers
> "Fête des associations", stand LPO à Frontignan

Lundi 3, "La migration des oiseaux", rencontre de rentrée du Groupe Local LPO "Biterrois" à Béziers

Dimanche 9, "Protégeons le littoral avec l'aucèl", stand d'animations à Carnon

Jeudi 13, "Les outils d'inventaires participatifs de la faune", rencontre de rentrée du Groupe Local LPO "Haute Vallée de l'Orb" à Bédarieux

Vendredi 14
> "Soirée de rentrée des bénévoles LPO", présentations thématiques sur les projets réalisés et à venir, à Villeveyrac
> "Phénologie des populations d'oiseaux", rencontre de rentrée du Groupe Local LPO "Grand Montpellier"
> "Vivre avec les mangeuses de moustiques", sortie nocturne aux chais Noilly Prat dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine à Marseillan

Samedi 15
> "Une abbaye, des animaux et des hommes", animation dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine à Aniane
> "Chantier de nettoyage et de découverte des herbiers de Thau", dans le cadre du World Cleanup Day, à Marseillan
> "Rencontre de rentrée des propriétaires de Refuges LPO" à Montpellier
> "Biodiversité et bâti", conférence dans le cadre de l'Atlas de la Biodiversité Communale de Cazouls d'Hérault
> "Le petit monde de la nuit", 
sortie nocturne dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine à Vic-la-gardiole

Dimanche 16
> "Protégeons le littoral avec l'aucèl", stand d'animations à la cathédrale de Maguelone à Villeneuve-lès-Maguelone
> "Des animaux près des meuses", animation dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine, à Cazilhac
> "Fête du bio", stand LPO à Prades-le-Lez
> "Fête des arts et de l'environnement", stand et sortie LPO dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, à Balaruc-le-vieux

Vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23, "Festival des jardins SEVE", stand LPO à Montpellier

Samedi 22, "Journée de la transition Alternatiba", stand LPO à Montpellier

- Dimanche 23
> "L'Oiseau Mag aux chapiteaux du livre", stand d'animations à Béziers
> "Le jardin aux oiseaux", stand d'animations dans le cadre du spectacle sonore des 8èmes rencontres des cultures en Pic St Loup à Notre Dame de Londres

Jeudi 27, "Protégeons le littoral avec l'Aucèl", stand d'animation à Planet Ocean Montpellier

Vendredi 28, samedi 29, Dimanche 30, "Festival Allo la terre, ici Cazouls", sorties, stands, expo... dans le cadre de l'Atlas de la Biodiversité Communale de Cazouls d'Hérault

Samedi 29
> "Rencontre d'automne des Refuges LPO", au Jardin Potager Partagé du parc Malbosc à Montpellier

- Samedi 29 et dimanche 30, "Festival Tous Sentinelles", stand LPO et conférence à la maison de la mer et sortie en bateau, à Sète et Agde

 

Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur :  herault.lpo.fr/agenda

Journée d’action mondiale pour le climat samedi 8 septembre 2018 à Montpellier

Journée d’action mondiale pour le climat samedi 8 septembre 2018 à Montpellier,

Esplanade de l’Europe à 14 h.

Nouvel appel à mobilisation de la société civile par

L’association : « Témoin au bout du monde ».

Pour un air pur, une eau et une terre non polluées, une alimentation saine, un réchauffement réduit, la survie de la biodiversité et des Indiens l’Amazonie qui en sont les gardiens naturels mais disparaissent victimes d’ethnocides ou de génocide…

Il est plus tard qu’on ne le pense. Des millions d’enfants et d’hommes meurent déjà prématurément. C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu. Agir pour le climat est l’affaire de tous, et dépasse toute idéologie politique ou considération économique.

Christian Puech, président.

Contact association « Témoins au bout du monde »: http://christian puech.wordpress.com

Réglementation du brûlage des végétaux

La DDTM de l'Hérault et son service agriculture forêt a édité une nouvelle plaquette d'information sur le brûlage des végétaux dans l'Hérault.


Cette plaquette précise notamment la réglementation relative à l'emploi du feu dans les zones sensibles aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres, une réglementation relevant du code forestier. Celle-ci étant dérogatoire à l'article 84 du Règlement sanitaire départemental qui interdit le brûlage des déchets verts.


Vous pouvez télécharger cette plaquette au format pdf en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.herault.gouv.fr/content/download/27314/192199/file/PlaquetteFeu.pdf

Qualité des eaux de baignade

Tout l’été, en temps réel

Les résultats des prélèvements de l’ARS sont réactualisés sur le site baignades.sante.gouv.fr et affichés à proximité des lieux de baignade :

Plage en eau douce de l'Ain

"Connaître la qualité de l’eau de baignade en eau de mer ou en eau douce est un moyen pour prévenir tout risque pour la santé des baigneurs."

"Le suivi régulier de la qualité des eaux de baignade permet de connaître les impacts de divers rejets éventuels situés à l’amont du site et notamment d’apprécier les éventuels dysfonctionnements liés à l’assainissement d'eaux usées, aux rejets d’eaux pluviales souillées, etc, qui influenceraient la qualité de l'eau du site de baignade. Les connaissances ainsi acquises peuvent fournir une aide à la décision aux collectivités locales afin d’améliorer la maîtrise des causes des pollutions engendrées notamment par une mauvaise gestion des eaux usées domestiques.

Le contrôle sanitaire des eaux de baignade est mis en œuvre par les Agences régionales de santé (ARS) et demeure une préoccupation constante du ministère chargé de la santé. Ce ministère élabore la réglementation dans ce domaine sur la base de directives européennes."

Le tour de France à la nage de Rémi Camus

Après Agde et Sète, Rémi Camus poursuit son tour de France à la nage et a fait halte à Palavas-les-Flots avant de rejoindre le Grau du Roi le lendemain. Durant son dernier kilomètre, il fut escorté par la vedette 250 de la station de sauvetage SNSM de Palavas, un départ prévu ce jeudi 23 août à 16h30 depuis le port de plaisance.

Rémi Camus fait le tour de France à la nage, une expédition inédite contre la pollution des eaux commencée depuis juin 2018. Avec 2.650 kilomètres à la nage, le long des côtes françaises, de Dunkerque à Monaco avec une arrivée prévue le 12 septembre 2018, il rencontrera les concitoyens pour échanger sur l’état de nos eaux. Cet aventurier engagé alerte sur l’accès à l’eau potable et sa préservation sur les fleuves, mers et océans.

La Station de Sauvetage S.N.S.M. de Palavas-les-Flots est une association composée uniquement de bénévoles. A Palavas, la Société Nationale de Sauvetage des Naufragés née en 1967 utilise la vedette rapide, la SNS 250 Vice Président ROUILLEAULT depuis 1993.

Rémi et sa mission pédagogique

Le Berichon de 32 ans rencontre et parle depuis plusieurs années aux élèves, collégiens, lycéens pour alerter des dangers et des conséquences de nos comportements. « Les pollutions constatées ici se répercutent là-bas ». Depuis quelques années, un 7ème continent de plastique ne cesse de grossir en Atlantique mais aussi en Antarctique. "Nous élaborons avec le ministère de l’éducation nationale un grand tour de France des établissements primaires et secondaires".

Son témoignage est construit à partir de son expérience du terrain - côtes australiennes en 2011, le Mékong en 2013. Il réalise “live” des expériences de recyclage de déchets plastiques grâce à son transformateur “plastic to oil”. 

Le littoral héraultais vivant mais fragile

Les 100 km de la côte héraultaise sont parmi les mieux sauvegardés de la Méditerranée : les deux tiers sont vierges de toute construction. Ces territoires naturels ont pratiquement tous été acquis par le Conservatoire du Littoral et des Espaces Lacustres.

Outer Banks Beach at Sunrise from the Sand Dunes

Attention fragile !

Le Conservatoire du littoral est un établissement public à caractère administratif dépendant du Ministère chargé de la protection de la nature, créé par la loi du 10 juillet 1975. Sa mission : acheter des terrains pour les sauvegarder et les restaurer en association avec les collectivités locales.

Les sites qu'il acquiert sont ouverts au public et ne peuvent être revendus. L'action du Conservatoire est essentielle pour assurer sur le long terme la sauvegarde de l'espace littoral, le respect des sites naturels et l'équilibre écologique. 

Depuis 30 ans, ce littoral, autrefois peu fréquenté par les hommes à cause des moustiques et des inondations, a été très aménagé. Des villes s'y sont développées rapidement, des voies de communication y ont été tracées, des aménagements touristiques y ont été créés. Malgré cette très forte transformation du paysage, la nature tient encore sa place. Les milieux naturels variés et profondément originaux se maintiennent. Ils font maintenant l'objet de mesures de protection et sont considérés comme des zones de grand intérêt paysager ou biologique, indispensables au développement équilibré de toute cette région.  

Les dunes, un écosystème riche et fragile…

Les dunes côtières font partie des paysages les plus changeants au monde, du fait de la dynamique constante du sable et de l'eau. Jour après jour, de nouvelles petites dunes mobiles se forment, alternant avec des vallées, des lacs, des landes de bruyère, des garrigues et des forêts. Dans l'Hérault, ces dunes protègent souvent une lagune ou un étang. Les systèmes côtiers humides forment des sites naturels très riches, mais également très fragiles.

La très forte érosion d'origine marine constitue le mal principal dont souffrent nos plages. Mais au cours des dernières décennies, l'intensification de la fréquentation humaine a également contribué à la déstabilisation de certains espaces littoraux fragiles. L'intervention de l'homme est donc nécessaire pour préserver cet écosystème particulier.

COMMENT PROTÉGER LES DUNES ?

La réhabilitation des dunes passe par la mise en place de ganivelles, palissades de châtaignier qui font obstacle au vent. Elles permettent de reconstituer rapidement un relief dunaire, que l'on stabilise ensuite en y installant une végétation adéquate.

Ces aménagements ont également pour objectifs la canalisation des promeneurs et la protection du milieu dunaire par la soustraction de la végétation au piétinement.

Les dessertes des plages Petit et Grand Travers - La Grande Motte jusqu'au 2 septembre 2018

ET VOUS, QUE POUVEZ-VOUS FAIRE ?

  • Préservez l'oyat, plante qui fixe les dunes.

L'oyat est une plante herbacée qui se développe essentiellement dans le sable. Ses longues racines s'étendent et s'ancrent à plusieurs mètres de profondeur, permettant ainsi de stabiliser les dunes.

Il faut donc éviter de les piétiner et de les arracher. Ne sortez pas des sentiers. En marchant sur les dunes, vous accentuez leur érosion naturelle. Vous risquez également de piétiner les oyats.

  • Respectez les ganivelles.
  • Laissez la plage propre.

Les déchets - sacs et bouteilles en plastique, canettes, papier aluminium - se dégradent très lentement dans la nature. Ainsi, une canette en métal jetée en une seconde mettra 10 ans à se décomposer.

L'utilisation de ce patrimoine naturel nécessite de sérieuses précautions car le littoral et une zone particulièrement fragile. Nous vous conseillons donc de vous diriger vers les Maisons de la Nature qui proposent des circuits, des sentiers, de nombreuses activités et des visites guidées respectueuses de l'environnement.

Réchauffement climatique : jusqu'où montera le niveau des mers?

 Cet article est reproduit avec l'aimable autorisation de Jacques Carles et de futuroscopie.org

Depuis des millions d’années, la Terre connaît des alternances de périodes glaciaires et de périodes interglaciaires avec des variations considérables du niveau des océans. Ainsi lors de la fin de la dernière période glaciaire, il y a quelque 20.000 ans, la fonte des calottes continentales et la dilatation de l’eau sous l’effet du réchauffement climatique (1) a entraîné une formidable remontée du niveau des mers de l’ordre de 120 mètres. Au plus fort de ce processus, il y a 14.000 ans, la hausse du niveau marin a pu atteindre 4 à 5 mètres par siècle pendant 400 ans selon une étude réalisée par une équipe scientifique française, étudiant les évolutions des récifs coralliens de Polynésie (2).

Après s’être peu ou prou stabilisé pendant quelques millénaires, le niveau des mers est reparti à la hausse au cours du 19ème siècle avec une nouvelle phase de réchauffement climatique. Le phénomène semble même s’accélérer depuis quelques décennies au point que, dans son dernier rapport, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a revu à la hausse ses prévisions. Il estime à présent que le réchauffement en cours pourrait se traduire par une montée des eaux de 0,5 à 1 mètre d’ici 2100.

Plus pessimiste encore, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique, dans sa toute dernière analyse, n’exclue pas une montée du niveau des eaux pouvant atteindre 2,5 mètres en 2100, ce qui n’aurait d’ailleurs rien d’exceptionnel à l’échelle des temps géologiques. Ainsi pendant les précédents âges interglaciaires, le niveau des océans a souvent été supérieur au niveau actuel. Lors de la période interglaciaire de Riss-Würm, il y a 125.000 ans, les scientifiques estiment que le niveau des mers s’élevait à environ 6 mètres au-dessus du niveau actuel. Lors de la période interglaciaire de Mindel-Riss, il y a 400.000 ans, le niveau des mers s’est stabilisé à un niveau proche, à quelque 5 mètres au dessus de la valeur actuelle. A noter que pendant cette période les paramètres de l’orbite terrestre par rapport au Soleil étaient proches de la situation actuelle.

Ces constatations montrent qui si l’activité humaine explique sans doute une part du réchauffement actuel de note planète, d’autres paramètres, liés au système solaire, sont également à l’œuvre. En effet plus de 99% de l’énergie terrestre provient du soleil et toute variation même infime de l’activité solaire a d’énorme répercutions sur le climat. Les fluctuations de l’activité solaire affectent d’ailleurs les autres planètes qui nous entourent. Ainsi les calottes polaires martiennes se réduisent également et les températures moyennes relevées à la surface de Mars montrent qu’elles s'accroissent encore plus rapidement que sur Terre (3).

Quelles que soient les mesures prises pour tenter de contrôler le réchauffement climatique, qu’il faut prendre car elles ont de toute façon des impacts positif pour l’environnement, il faut s’attendre à une modification importante du tracé des côtes marines dans le monde d’ici 2100 et plus encore dans les siècles à venir.

Avec l’hypothèse d’une montée des eaux limitée à un mètre d’ici 2100, ce sont quand même près d’un demi-milliard de terriens qui seront affectés dans les prochaines décennies.
En Asie, les pays très peuplés du sud du continent, entre autres, le Bangladesh, l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam, seront les plus durement touchés. En Chine les zones industrielles de Shanghai ou de Shenzhen devront s’adapter très rapidement ou disparaître. Au Japon, Tokyo et Osaka feront également face aux inondations d’une grande partie de leurs agglomérations.
En Amérique du Nord, si le Canada devrait bénéficier du réchauffement climatique et devenir une puissance arctique majeure, les Etats-Unis par contre en subiront des effets dévastateurs. La façade atlantique dans son ensemble sera d’autant plus remodelée par la montée des eaux que les zones côtières subissent par ailleurs un phénomène de subsidence, c’est-à-dire un affaissement progressif de l'écorce terrestre. New-york, Miami, Cap Canaveral feront partis des zones les plus menacées. A l’ouest, le trait de côte de la Californie, de Los Angeles jusqu’à San Franscisco, pourrait reculer que plusieurs dizaines de kilomètres.
L’Amérique du Sud devra également faire face à l’élévation du niveau de la mer mais dans des proportions moindre que pour d’autres régions. Des zones de pêche et de tourisme seront néanmoins touchés telle que Rio de Janeiro où la plage de Copacabana disparaitra.
En Afrique, le delta du Nil sera submergé et provoquera la migration forcée de millions d’habitants., de grandes métropoles comme Lagos au Nigeria, Abidjan en Côte d’Ivoire, Lomé au Togo, Le Cap en Afrique du sud devront également lutter contre les eaux. Des villages côtiers disparaitrons entièrement et avec eux certaines des plaines côtières les plus fertiles d’Afrique.
En Europe, des terres seront englouties le long de l’Atlantique, aux Pays-Bas, en Angleterre et en France où des villes comme Dunkerque, Saint-Malo ou Bordeaux seront touchées.

A plus long terme, la dernière étude exhaustive, publiée par 59 chercheurs de 17 pays, dans la revue scientifique Nature Géoscience (4) montre que les modèles climatiques actuels pourraient encore sous-estimer les changements climatiques à venir. Selon un communiqué du CEA (5) qui a participé à cette étude, « un réchauffement même limité de 1,5 à 2°C au-dessus du niveau pré-industriel sera suffisant pour causer une fonte substantielle du Groenland et de l’Antarctique à long terme, et engendrer une hausse du niveau de la mer de plus de 6 mètres qui persistera des milliers d’années. Des vitesses de montée du niveau de la mer supérieures à celles de ces dernières décennies sont alors probables » . Une prévision qui rejoint les conclusions des paléoclimatologues qui ont pu mettre en relation, sur longues périodes, les cycles glaciaires et le niveau des océans.
En Méditerranée, Montpellier pourrait devenir un bord de mer comme le souhaitait Georges Frêche. Sète deviendra une vraie île et Agde deviendra à son tour une île singulière. Le delta du Rhône et la Camargue seront noyés.

Montée du niveau de la mer, de Béziers à la Camargue


situation actuelle


Montée des eaux : +1 m (hypothèse GIEC, 2100)


montée des eaux : + 6m (consensus des paléoclimatologues pour le niveau d'équilibre à long terme)

références :

  1. Comme tout corps physique l’eau se dilate avec la température et plus la température s’élève, plus la dilation s’accentue. Le coefficient de dilation passe ainsi de l’ordre de 0,02% à 10° à 0,2% à 20° et 0,8% à 40°.
  2. Lettre n°5 du Changement Global (octobre 1996) : « Le niveau marin depuis 20 000 ans enregistré par les coraux ». La Lettre du Changement global, issue du Programme Mondial de Recherches sur le Climat, émane du Comité national français du changement global, en relation avec l'Académie des sciences.
  3. Lori K. Fenton, Paul E. Geissler & Robert M. Haberle. Global warming and climate forcing by recent albedo changes on Mars. Nature,Vol 446, 5 April 2007
  4. Fischer, H., Meissner, K.J., Mix, A.C., et al.: Palaeoclimate constraints on the impact of 2°C anthropogenic warming and beyond. Nature Geoscience, 25 June 2018.
  5. CEA, communiqué de presse du 26 juin 2018

Les pistes cyclables autour de l'étang de Thau

Deux itinéraires fléchés pour les vélos permettent de circuler dans Sète, l'un permet de contourner la ville par le nord, côté étang de Thau, l'autre par le sud, côté mer et de rejoindre ensuite la Voix Verte du Lido, un itinéraire de liaison entre ces deux parcours est proposé.


La voie verte du lido de Sète à Marseillan-Plage

Une Voie Verte, en enrobé lisse, a été créée entre Sète et Marseillan. Cette voie fait suite à la piste cyclable qui longe la Corniche à Sète, elle démarre du Port des Quilles, longe les plages sur 12 km et aboutit à Hôtel Les Dunes à Marseillan-Plage puis se prolonge par une piste cyclable dans Marseillan.
Avec la Roue Libre, toutes les cartes à télécharger : https://www.larouelibredethau.org/cartes-a-telecharger/

Chantier innovant : le végétal remplace les produits pétroliers

Chantier innovant : le végétal remplace les produits pétroliers sur la RD26

Comment apporter une nouvelle jeunesse à la route entre St Mathieu de Tréviers et Guzargues, tout en respectant l‘environnement ? Le Département réalise actuellement des travaux innovants de retraitement en place des anciennes chaussées de la RD26 en utilisant un liant végétal à la place de produits pétroliers.


En cohérence avec sa démarche « route durable », le Département de l’Hérault se positionne comme un acteur historique de l’innovation, en incitant la profession routière à développer des techniques nouvelles au bénéfice de l’environnement et du cadre de vie. 

Le Département a confié à l’entreprise Eiffage le retraitement à froid de la chaussée avec un produit de la sylviculture et de l’industrie papetière. Ce procédé à base d’huiles végétales issues des pins constitue un substitut potentiel aux produits pétroliers pour les routes du futur. 

Dans une logique d’économie de ressources naturelles et de valorisation des matériaux, l‘ancienne route est rabotée sur 6 cm, recyclée sur places, puis mélangée avec le liant végétal. Cette technique est appliquée à froid, limitant ainsi l’émission de gaz à effet de serres et de substances polluant l’air ambiant.

Ce chantier innovant est réalisé sur la RD 26 entre St Mathieu de Tréviers et Guzargues sur une longueur d’environ 2,5 kilomètres, avec deux parties distinctes :

- une partie retraitée à froid à l’émulsion classique de bitume, en cours de réalisation,

- une partie retraitée à froid au liant végétal, programmée les lundi 30 et mardi 31 juillet 2018.

Les services routiers du Département et les experts des laboratoires pourront ainsi suivre l’évolution des deux techniques pendant trois ans, et comparer leurs performances. Si ce chantier expérimental s’avère concluant, la technique pourrait se généraliser à terme sur l’ensemble des routes françaises.

Ce chantier innovant, d’un montant de 251 000 €, est intégralement financé par le Département.

Les chiffres clés du chantier :
7 000 m² de retraitement de chassée à froid à l’émulsion de bitume
7 000 m² de retraitement de chaussée au liant biosourcé Recytal
6 cm d’épaisseur de rabotage et retraitement
3 % de dosage de liant innovant Recytal
4 000 m² d’enduit de scellement gravillonné provisoire sur les zones retraitées
900 tonnes de bétons bitumineux minces qui seront réalisés ultérieurement en septembre 2018.

Un patrimoine exceptionnel : le Canal du Midi

Patrimoine naturel et architectural exceptionnel, le canal du Midi abrite de nombreux trésors issus de trois siècles d’histoire. 

« Le souci de l’esthétique architecturale et des paysages créés qui anima son concepteur, Pierre-Paul Riquet, en fit non seulement une prouesse technique, mais aussi une œuvre d’art. » UNESCO

Du siècle de Louis XIV à nos jours, le canal du Midi s’est peu à peu constitué un patrimoine végétal inestimable. D’abord composé de terrains mis en culture ou simplement engazonnés, il a fallu attendre le XVIIIème siècle pour que les premières plantations fassent leur apparition. Parmi elles, le platane, dont les voûtes majestueuses participent de son identité, connaît un véritable essor à partir de 1810. 

Aujourd’hui, le canal du Midi est bordé d’environ 190 000 arbres d’essences et de tailles diverses, sous forme d’alignements, de bandes arborées ou boisées. Si l’orme, le frêne, le pin parasol ou le chêne sont présents sur les berges, le platane reste l’essence dominante, en alignement homogène sur 60 % du linéaire. Ce patrimoine végétal structure l’écosystème et constitue un espace de biodiversité précieux. 

Héritage de l’histoire, le canal du Midi est ainsi un des plus anciens canaux d’Europe encore en fonctionnement. Inscrit en 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, il est considéré comme le plus grand ouvrage en génie civil du XVIIème siècle. Long de 240 kilomètres, il ne compte pas moins de 350 ouvrages d’art, dont 63 écluses, 126 ponts, 55 aqueducs, 7 ponts-canaux, 6 barrages, 1 épanchoir et 1 tunnel !  

Plus que jamais patrimoine vivant, le canal du Midi accueille chaque année des millions de visiteurs venus du monde entier, dont 50 000 touristes naviguant sur la voie d’eau. 

Préserver le canal du Midi, c’est préserver son histoire pour demain !

La maladie du chancre coloré :

Le chancre coloré est une maladie provoquée par un champignon microscopique, qui s'attaque exclusivement aux platanes. Il se loge à l'intérieur de l'arbre, bloque ses canaux de sève et le tue, en seulement 6 mois et 5 ans. Sa propagation est principalement due aux activités humaines. Le long du canal, l'épidémie est favorisée par l'eau et les bateaux qui multiplient les blessures aux racines lors des amarrages.

Il n'existe malheureusement aucun traitement préventif ou curatif.

Après de longue recherches l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) a conclu que la maladie ne pouvait être combattue ni chimiquement ni biologiquement. 

VNF protège les usagers du canal du Midi from Voies Navigables de France (VNF) on Vimeo.

Si les protocoles d’expérimentation pour la sauvegarde des platanes sains continuent, il n’existe à ce jour qu’une seule solution pour l’endiguer : abattre et brûler les arbres touchés. Malgré les efforts de prévention, 20 500 platanes ont dû être abattus depuis 2006. L’urgence de la situation exige la mobilisation de chacun d’entre nous !