Rapport IPBES : pour la LPO la France n'a plus d'excuse

Four Patch, Dragonfly

Le rapport de l’IPBES confirme les alertes d’études scientifiques depuis plus de 150 ans, et qui se multiplient depuis 20 ans. 

 Ici le constat d’un effondrement des populations d’insectes de 80% jusque dans le cœur des espaces naturels*, là celui des oiseaux des champs de 30% en quinze ans seulement**. Avec la diversité biologique métropolitaine et ultramarine dont elle est responsable, avec sa présence sur les océans mondiaux, la France doit se donner les moyens d’une politique ambitieuse. Elle ne peut plus laisser grignoter les acquis de 70 ans de protection par des régressions successives sous prétexte d’économie ou de simplification.

La pression humaine croissante sur la biodiversité a en effet de graves conséquences, de plus en plus importantes, sur la qualité de vie des citoyens et sur l’économie. L'absence de prise en compte de la biodiversité coûte aux Françaises et aux Français, et en premier lieu aux plus vulnérables, beaucoup plus cher que l’action. La France a bien quelques raisons de satisfaction comparativement à d’autres pays : pourcentage d’aires protégées terrestres et marins, adoption de la loi puis du plan biodiversité, stratégie contre la déforestation importée… Mais elle doit désormais changer de paradigme, car nous savons d’ores et déjà que les objectifs d’Aïchi seront loin d’être atteints.

*https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0006320718313636

**https://lejournal.cnrs.fr/articles/ou-sont-passes-les-oiseaux-des-champs

"Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier", décrit Robert Watson, président de l'IPBES.

Déforestation, agriculture intensive, surpêche, urbanisation galopante, mines: 75% de l'environnement terrestre a été "gravement altéré" par les activités humaines et 66% de l'environnement marin est également touché.

Résultat : environ un million d'espèces animales et végétales sur les quelque 8 millions estimées sur Terre, sont menacées d'extinction, dont "beaucoup dans les prochaines décennies".

Linnet, Bird, Songbird, Garden Bird

La LPO (associations) préconisent donc cinq types d’actions.

Bienvenue dans mon jardin au naturel se greffe au Festival de la Biodiversité

Cette année, l’événement Bienvenue dans mon jardin au naturel (coordonné par le CPIE BT depuis 2015 sur le territoire) se joint au Festival de la biodiversité !

De la Maison des Salines de Villeneuve-lès-Maguelone à Sète et Bouzigues, les jardiniers amateurs vous accueilleront le samedi 25 et le dimanche 26 mai pour partager avec vous leurs trucs & astuces pour un jardin au naturel !

Retrouvez la liste des jardins sur la programmation du Festival de la biodiversité.

Pour découvrir la Maison des Salines

CPIE : le Festival de la Biodiversité, ouverture des inscriptions

L’image contient peut-être : texte

Vous l'attendiez avec impatience ? Voici la programmation de la 3ème édition du festival !

Du 21 au 26 mai 2019, 40 animations auront lieu près de chez vous. Ateliers, sorties nature, expos, rencontres... Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !

Programmation et inscriptions : www.bit.ly/2ZZrFVZ

Événement organisé dans le cadre de la Fête de la nature, en partenariat avec le service Espaces naturels de Sète Agglopôle et le service Patrimoine (Jardin antique méditerranéenMusée de site Villa-Loupian, le Musée ethnographique étang de Thau).

www.cpiebassindethau.fr/festival-de-la-biodiversite/

Le « moustique tigre » Aedes albopictus en Occitanie

Le « moustique tigre » Aedes albopictus, après avoir été souvent identifié ponctuellement sur des aires d’autoroute, a commencé à s’installer sur des territoires agglomérés de la région Occitanie à partir de la fin de l’été 2011, en provenance de PACA, dont il a colonisé tout ou partie de 5 des 6 départements depuis 2004.

* DANS LE DÉPARTEMENT DU GARD, une identification du « moustique tigre » Aedes albopictus a d’abord été faite par les services de l’EID Méditerranée, comme suite à des « plaintes » pour nuisance de la part de résidents locaux, au nord du département, dans des communes proches de l’Ardèche : Saint-Ambroix, Saint Brès, Saint-Victor-de-Malcap, Saint-Julien-de-Cassagnas, ainsi que, mais dans une moindre mesure, à Alès. Même constat (positif puis négatif) pour un seul des 14 pièges alors installés à Nîmes. Mais, entre-temps, des captures de « moustiques tigres » adultes ont laissé penser à une installation en cours d’Aedes albopictus. De la sorte, le département du Gard a été classé par le ministère de la Santé en niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, le 6 septembre 2011. En 2012, 2013 et 2014, cette installation a progressé géographiquement, concernant désormais 128 communes (voir carte Gard).

* DANS LE DÉPARTEMENT DE L’HÉRAULT est lui aussi classé par le ministère de la Santé en niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue depuis le 20 novembre 2011. Le « moustique tigre » Aedes albopictus y a été identifié, pour la première fois, entre août et septembre 2011 : au nord de la ville de Montpellier, dans un quartier proche du secteur hospitalier, sur une étendue de plus d’un kilomètre, traduisant une colonisation commençante. Antérieurement, depuis trois ans, il avait fait des apparitions itératives, dans un secteur d’habitats dispersés de la commune de Fabrègues, en tampon entre l’aire autoroutière et les quartiers agglomérés. Enfin, trois pièges ont été recensés positifs au Grau-d’Agde, négativés par des traitements contre les moustiques à l’état adulte, ainsi que quelques pièges sur la commune de Lespignan, situés, un peu comme à Fabrègues, en tampon entre l’aire d’autoroute et une zone pavillonnaire, mais très proches de cette dernière, laissant présager une implantation. Comme dans le Gard, le « moustique tigre » a progressé territorialement en 2012, 2013 et 2014, concernant désormais 118 communes (voir carte Hérault).

Le rucher des sapeurs-pompiers opérationnel

L’image contient peut-être : fleur, plante, nature et plein air

Dans le cadre de sa politique de développement durable, le sdis 34 met en place des ruches afin de participer à la protection de ces pollinisateurs si important pour nos écosystèmes. Tout une équipe se mobilise pour que ce projet voit le jour sur le site de Vailhauquès mais aussi dans les casernes de Montpellier, Sète, Agde, Lunel... Les ruches seront entretenues par des pompiers/apiculteurs bénévoles et passionnés.

Ce projet est aussi un exemple de la dynamique participative en place au sein du sdis puisque c'est d une idée partie des casernes que la direction a décidé de s'impliquer.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises, plein air et nourriture

Ateliers de jardinage biologique en mai

A Montpellier, le 1er rendez-vous est fixé au samedi 4 mai, venez retrouver les animateurs du CPIE APIEU - Territoires de Montpellier pour deux ateliers de jardinage biologique organisés dans le cadre de Montpellier Main Verte, dispositif créé par la Ville de Montpellier. 

La Ville de Montpellier, consciente de l'engouement des citoyens pour la nature et le jardinage, propose des activités gratuites autour des jardins et espaces naturels de la ville.

Avec l’association des cultures"pour jardiner sans pesticides". Pourquoi et comment associer les plantes dans un potager ?

- De 10h à 12h aux jardins familiaux du Grand Grès.
Accès au bout de la rue de la Plauchude, au bord de l’autoroute (Bus 9 - Arrêt Zénith + 15 min à pied). 
Cliquez-ici pour vous inscrire

- De 14h à 16h au jardin de la Reine dans le Jardin des Plantes.
Accès à l’angle de la rue du Jardin de la Reine et de la rue du Carré du Roi (Bus 7 /arrêt St Jaumes, ou Tram 1 ou Tram 4 / station Peyrou).

Cliquez-ici pour vous inscrire

Montpellier : 1 000 arbres par an

Avec l'association "'1 million d'arbres", Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, soutient le projet "Plantons un million d'arbres en France" qui à l'échelle de la ville de Montpellier a permis ces derniers jours de revégétaliser les quartiers de Montpellier et notamment le parc Montcalm, ancien EAI.

Le parc Montcalm et ses 700 arbres préservés en déviant la ligne 5 du tram

1.4 ha de plus vont être ouverts au public au sein du Parc Montcalm dès cet été. Au total, ce sont 5 hectares supplémentaires pour une superficie totale de 21 ha. De par son histoire, le parc dispose d’une identité paysagère forte, caractérisée principalement par des alignements de platanes en périphérie, de cèdres en son cœur, puis des ensembles de pins, d’érables et de mûriers. Le projet paysager du parc se base sur la conservation des arbres existants et la plantation de nouveaux sujets. Elle reprend le principe de composition « à la française » en formant des « chambres ».

200 arbres plantés dans les parcs de l'Hôtel de ville, de la Grande Lironde et de Montcalm

Ces jardins rectangulaires sont entourés de rangées d’arbres, comme la chambre du jardin des Tuileries. 200 arbres ont été plantés lors de la première tranche de plantation ce printemps 2019, avec des pins, des amandiers, des ormes, des chênes et des érables, avant une seconde tranche, à l’automne.

« Montpellier Cité Jardins »  un plan de végétalisation de la ville

Le permis de végétaliser est un dispositif ayant pour but de laisser plus de place à la nature en ville en invitant les citoyens à investir l’espace public pour y planter des végétaux. Sur les 750 demandes reçues au total, ce sont 500 permis de végétaliser qui ont été finalement remis le 23 mars à l’Hôtel de Ville, contre les 100 prévus initialement, afin de répondre à l’engouement des habitants pour ce projet. 250 permis sont actuellement encore à l’étude et de nouvelles demandes arrivent chaque jour. De nouveaux permis seront attribués dans les mois à venir.

Montpellier, première ville à répondre à l'appel de l'association

Philippe Saurel invite par courrier tous les Présidents et Présidentes de Région, Département et Métropole de France ainsi que tous les Maires de Montpellier Méditerranée Métropole à promouvoir la plantation d'arbres afin d'arriver jusqu'à 1 million d'arbres plantés.

A la demande de Jean-Paul Wabotaï, Président de l'association 1 million d'arbres, Philippe Saurel a également adressé un courrier au Président de la République Emmanuel Macron, au Ministre de la Transition Ecologique, François de Rugy et au Ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, pour les inviter à soutenir l’association "1 million d'arbres".

Objectif : 1 000 arbres par an

La Ville de Montpellier, première grande ville à avoir répondu avec la plantation participative, travaille d'ores et déjà avec l'association en plantant chaque année 1 000 arbres au printemps avec les habitants de tous les quartiers et les écoles dans un but pédagogique. Les arbres sont adaptés au climat méditerranéen et en grande partie fruitiers, afin que leurs fleurs assurent le maintien de la biodiversité.

Pour en savoir plus : https://www.festival1milliondarbres.com/ville-de-montpellier/

L'agenda de la LPO Hérault pour le mois de mai 2019

Voici un rappel des informations qui figurent sur l'agenda en ligne sur le site internet :

LPO Hérault

- du lundi 23/04 au vendredi 4/05 : "Ailes de garrigues", exposition de photographies, à Béziers

- Dimanche 28/04 : "La LPO de ferme en ferme", stand LPO à la ferme des saveurs, à Villeveyrac

- du mardi 30/04 au dimanche 5/05 : "Entre art et nature", réalisation d'une fresque d'oiseaux sur notre siège départemental, à Villeveyrac

- Mercredi 1/05 : "Repas des bénévoles", rencontre conviviale proposée à tous les bénévoles de la LPO Hérault, à Villeveyrac

- Samedi 4 : "Assemblée Générale"
, sortie dans les salins puis AG des adhérents, à Frontignan

- Dimanche 5 :
-  
"Initiation à la reconnaissance des chants d'oiseaux"
sortie de terrain, à Dio et Valquières
"Foire des animaux et des fleurs"
stand LPO, à Pignan

- Vendredi 10 : "Les surprises de la photographie animalière"
, rencontre du Groupe Local LPO Grand Montpellier

- Samedi 11 :
"Initiation à la reconnaissance des chants d'oiseaux"
sortie de terrain proposée par le Groupe Local LPO Pic saint Loup, au Causse de la Selle
"Rando LPO : oiseaux migrateurs du lido des Aresquiers"
, randonnée à Vic-la-Gardiole

- Dimanche 12 : "Printemps des colibris"
, stand du Groupe Local LPO Biterrois, à Agde

- du lundi 13 au vendredi 17 : "les oiseaux méditerranéen", séjour nature, dans l'Hérault

- Jeudi 16 : "Le Busard cendré"
, rencontre du Groupe Local LPO Haute Vallée de l'Orb, à Bédarieux

- Samedi 18 :
-  
"
Fête du Lez", stand LPO, à Clapiers
"La fête de la nature à la maison de la nature",
 
stand et sortie de terrain, à Lattes

- Dimanche 19 : "
Entre garrigues et vignobles"sortie de terrain, à Murviel-lès-Montpellier

- Lundi 20 : "Reconnaître les chants d'oiseaux"
, rencontre du Groupe Local LPO Pic Saint Loup, au Mas de Londres

Police de l’Environnement : Bilan 2018 et orientations 2019

Bilan 2018 et orientations 2019 des polices de l’eau, de la nature, des paysages et des sites naturels 

 

Le Préfet de l’Hérault a réuni le 9 avril 2019 le comité stratégique de la MISEN1, associant les services et les établissements publics de l’État et les procureurs de la République de Béziers et Montpellier.

Cette rencontre a permis de dresser un bilan de l’action de l’État en 2018 de la police l’eau, de la nature, des paysages et des sites : 2211 contrôles ont été menés par les 47 agents des services de l’État, des établissements publics spécialisés et des réserves naturelles.

Ce qui représente 3167 jours/hommes.  30 procès-verbaux ont été dressés de la simple contravention au délit, 13 à Béziers et 17 à Montpellier, 86% concernant la nature et 14% l'eau.

Les actions sont menées en collaboration avec les gestionnaires d’espaces naturels protégés et sensibles et les collectivités territoriales, avec l’appui sur le terrain des 15 gardes du littoral et les 20 gardes champêtres du département.

L'écovolontariat : étude de la faune marine en mer Méditerranée !

L'écovolontariat : étude de la faune marine en mer Méditerranée !

 

De juin à septembre, l’association Cybelle Planète propose des missions d’écovolontariat, « Expéditions dans le sanctuaire Pelagos : étude des cétacés et de la biodiversité » à bord d’un voilier en mer Méditerranée, afin d’étudier la biodiversité marine du large. L’équipage composé de 6 à 7 écovolontaires, un chef de bord et un éco-guide qualifié  recense et note les observations des espèces marines rencontrées lors des expéditions : rorquals, cachalots, dauphins, tortues marines, raies, requins, poissons …

Les données collectées en mer contribuent à différentes études, toutes ayant pour objectif principal la conservation de la biodiversité de la faune du large en mer Méditerranée.

Ces missions sont organisées dans le cadre du programme de sciences participatives Cybelle Méditerranée

Toutes les missions commencent et finissent au port de Hyères. Le projet accepte les stagiaires et les mineurs à partir de 16 ans accompagnés d’un parent.

 

© Cybelle Planète

Ecovolontariat en Méditerranée 

Cet été  partez observer la faune marine dans le sanctuaire Pélagos avec Cybelle Planète !

Téléphone : 04 67 64 25 60

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retrouvez toutes les informations utiles ici