De nouvelles rencontres sur le thème de la biodiversité de proximité en Hérault

Après cette période de confinement, retrouvons nous pour échanger, observer, protéger la biodiversité de proximité !

COMPTAGE NATIONAL DES OISEAUX DES JARDINS

Pendant cette période où vous êtes restés à la maison vous avez été 289 à nous transmettre vos observations dans l'Hérault via le site www.oiseauxdesjardins.fr. 5058 données d'oiseaux des jardins fréquentant des parcs ou vos jardins ont pu être transmises aux ornithologues de la LPO et du MNHN. Il est important de maintenir ce comptage "de printemps", même si nous avons déjà collecté de nombreuses données en ce début d’année afin de ne pas créer de « trou » dans les années de collecte et pouvoir ainsi réaliser des suivis identiques chaque année. Alors nous comptons sur vous !
 
A cette occasion la LPO Hérault a organisé un comptage au parc Georges Charpak à Montpellier samedi 30/05 de 10h à 11h30, pour y participer veuillez envoyer un mail à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (faites vite les places sont limitées à 9 personnes "masquées" afin de respecter les règles liées à l'état d'urgence sanitaires !)
 
 

RENCONTRES REFUGES LPO DE PRINTEMPS

La LPO anime le premier réseau de jardins écologiques de la région avec plus de 2900 Refuges LPO créés, représentants environ 6800 hectares. En cette période de déconfinement, participez à des rencontres Refuges LPO dans l'Hérault :
Samedi 13/06 : Visite du Refuge de la Sylve à Vacquières à la frontière avec le département du Gard. Rendez-vous à 9h30 pour profiter de la fraîcheur matinale de ce coin de nature. N’hésitez pas à faire un tour vers la Page Facebook du Refuge : https://www.facebook.com/Refuge-LPO-de-la-Sylve-3427
 - Dimanche 14/06 : Visite d'un refuge au Causse-de-la-Selle. Rendez-vous à 10h pour profiter de ce moment où seront présentés les différents aménagements réalisés et sera prodigué des conseils pour ouvrir vous-même votre propre Refuge.
Pour plus d’informations quant à ces deux sorties, veuillez nous contacter à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Les inscriptions seront aussi prises en compte via cette adresse mail. Nous vous rappelons qu'un respect des gestes barrières est attendu de la part des participants lors de ces activités et qu’en accord avec le protocole sanitaire demandé par l'état l’association ne prêtera pas de matériel d'observation. Pensez à vous munir de chapeau, eau, crème solaire en cas de forte chaleur et bien évidement d'un masque et du gel hydroalcoolique tout en conservant une distance de 2m avec les autres participants (9 maximum).

POUR RAPPEL L’ÉDITION 2020 DE LA FÊTE DE LA NATURE A ÉTÉ DÉPLACÉE AUX DATES DU 7 AU 11 OCTOBRE, VOUS POURREZ PROPOSER UNE VISITE DE VOTRE REFUGE À CETTE OCCASION : HTTPS://REFUGES.LPO.FR/PARTICIPER/FETE-DE-LA-NATURE-2020

Prudence dans les plaines agricoles, il n’y a pas que sur le littoral où les oiseaux nichent au sol.

Prudence dans les plaines agricoles, il n’y a pas que sur le littoral où les oiseaux nichent au sol.

Ce drôle de « chant » est celui d’un mâle d’Outarde canepetière observé au sein de la Zone de Protection Spéciale du site Natura2000 de la plaine de Fabrègue-Poussan (20 mâles chanteurs dénombrés cette année au sein d’un des « lecks » historiques).
Comme pour les plages, il est important de rester sur les chemins, garder les chiens en laisse, ne pas y tolérer d’engins motorisés,… susceptibles de déranger en période de reproduction ces oiseaux des champs comme les Perdrix rouges, Œdicnèmes criards, Alouettes des champs,…
https://herault.lpo.fr/sensibilisons-au-derangement-des-ois…

Les Masques jetables, une nouvelle pollution!

Sachant que plus de 2 milliards de masques jetables ont été commandés, bientôt il risque d'y avoir plus de masques que de méduses dans les eaux de la Méditerranée...!

 

Il en va de la responsabilité de chacun afin d'éviter cette nouvelle pollution.

Le ministère de la transition écologique et solidaire réagit !

Depuis plusieurs semaines, la crise sanitaire du COVID-19 entraîne la recrudescence d’une pollution liée à des déchets d’un nouveau type : les lingettes, gants et masques usagés jetés sur la voie publique ou en pleine nature. Ces déchets potentiellement contaminés peuvent contribuer à la propagation du virus tout en affectant durablement notre environnement.

« Je tiens à alerter sur une importante pollution notamment marine à venir due aux masques, gants et lingettes jetés aujourd’hui dans la nature. Avec le vent et les cours d’eau qui charrient nos déchets, d’une certaine manière, la mer commence sur nos trottoirs. C'est pour cela que nous avons mis des moyens pour informer chacun des bons comportements à adopter en pleine crise sanitaire. Il existe des consignes précises pour se débarrasser de ces déchets d’autant qu’à la pollution qu’ils génèrent s’ajoute un risque sanitaire accru pour les agents chargés de la collecte des déchets et du nettoyage des rues. », précise Brune Poirson.

L'abandon des objets en plastique, comme les masques dits chirurgicaux en polypropylène, conduit à des impacts visibles (paysagers, touristiques et donc économiques) et invisibles. En effet, la très lente dégradation de ces déchets passe par de multiples phases de fragmentation pouvant entraîner la libération dans l'environnement de microparticules qui s'avèrent très mobiles et peuvent être transportées par l'air, par l'eau et sur de longues distances. Pour prévenir ce risque sanitaire et environnemental, le ministère de la Transition écologique et solidaire a communiqué depuis plusieurs semaines les consignes à suivre impérativement pour jeter les masques, lingettes et gants, à savoir :

  • Ces déchets doivent être jetés dans un sac poubelle dédié, résistant et disposant d'un système de fermeture fonctionnelle. En aucun cas dans les toilettes.
  • Lorsqu'il est rempli, ce sac doit être soigneusement refermé, puis conservé 24h.
  • Après 24h, ce sac doit être jeté dans le sac poubelle à ordures ménagères.
  • Ces déchets ne doivent en aucun cas être mis dans la poubelle des déchets recyclables ou poubelle "jaune" (emballages, papiers, cartons, plastiques).
 

Par ailleurs, des produits à usage unique comme les lingettes peuvent tout à fait être remplacées par des lingettes réutilisables.

Les consignes pour les masques en tissu, dits "masques grand public", qui ne sont plus utilisables (troués, déchirés...) sont les mêmes que pour les autres masques : les gestes à accomplir sont donc identiques. Quant aux lingettes, elles ne doivent pas être jetées dans les toilettes, afin d’éviter toute obstruction des réseaux publics d'assainissement.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire rappelle également la législation en vigueur : jeter les lingettes, gants et masques usagés sur la voie publique fait actuellement encourir au fautif une amende de 68 euros, qui peut être majorée de 180 euros (décret du 27 mars 2015).

Coupdepoucevelo.fr : une aide de 50 euros pour la réparation et la reprise en main de votre vélo

Vous avez décidé de ressortir votre vieux vélo du garage pour aller travailler, faire vos courses ou bien faire de l'exercice ? Pour vous aider à le remettre en marche et à reprendre confiance en vous, le site coupdepoucevelo.fr vous met en lien avec des réparateurs agréés et vous propose une aide financière de 50 € pour sa réparation ainsi que des conseils pour votre remise en selle.

Cette mesure fait partie du programme Coup de Pouce Vélo lancé par le ministère de la Transition écologique et solidaire, en partenariat avec la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), afin d'encourager l'usage du vélo comme moyen de transport, notamment dans le cadre du déconfinement.

Comment ça marche ?

La réparation

Vous cliquez sur « Je suis un particulier » puis « Je souhaite faire réparer mon vélo » sur la page d'accueil du site coupdepoucevelo.fr .

Vous contactez le réparateur choisi sur la carte interactive des professionnels agréés (réparateurs ou ateliers d'auto-réparation) par mail ou par téléphone afin de convenir d'un rendez-vous, en indiquant vos nom, prénom, date de naissance et numéro de téléphone. https://www.coupdepoucevelo.fr/auth/particulier/faire-reparer

Un code SMS vous sera envoyé pour valider l'opération.

Vous pouvez ensuite vous rendre chez le réparateur avec votre téléphone portable ainsi qu'un justificatif d'identité.

Une prime pouvant aller jusqu'à 50 € par vélo sera directement appliquée sur votre facture pour toutes les prestations qui concernent la remise en état de votre vélo (changement de pneus, remise en état des freins, changement du câble de dérailleur...).

Les pièces et la main d'œuvre sont prises en charge, mais pas les accessoires de sécurité (antivol, gilet réfléchissant, casque, lampes amovibles...).

Vous ne payez que le reste à charge.

La remise en selle

Une séance d'une heure trente à deux heures dispensée par un moniteur agréé est prise en charge par le programme si vous avez besoin d'un accompagnement à l'usage de votre vélo : prise en main, circulation en ville, choix d'un antivol adapté, notions d'auto-réparation...

La procédure est identique : il vous suffit de cliquer sur « Je suis un particulier » puis « Je souhaite me remettre en selle » sur la page d'accueil du site.

Toutes les fonctionnalités de cette plateforme seront progressivement activées dans les prochains jours.

  À noter : La plateforme offre également la prise en charge de 60 % des coûts d'installation de places de stationnement temporaire vélo pour les collectivités, les pôles d'échanges multimodaux, les établissements d'enseignement, les bailleurs sociaux et les résidences étudiantes.

Nids et oeufs d’oiseaux : il est interdit de les détruire, de les enlever ou de les endommager.

IL EXISTE DEUX CATÉGORIES D’INTERDICTIONS ET DE SANCTIONS :

 Bird, Exotic, Seated, The Nest, Eggs

- UNE INTERDICTION DE BASE

figurant à l’ article L424-10 du code l’environnement, dont les infractions sont sanctionnées par le 7° de l’article R428-11 :

" Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait de : .... 7° Détruire, enlever ou endommager intentionnellement les nids et les œufs des oiseaux dont la chasse est autorisée, ramasser leurs œufs dans la nature et les détenir sous réserve des dispositions de l’alinéa 2 de l’article L. 424-10, ainsi que détruire, enlever, vendre, acheter et transporter les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée, sous réserve des dispositions relatives aux animaux nuisibles ;..."

(Lien vers l’intégralité de l’article R428-11 du code de l’environnement. ).

- UNE INTERDICTION ET DES SANCTIONS RENFORCÉES POUR LES ESPÈCES PROTÉGÉES

( Listées par arrêté ministériel ou visées dans les arrêtés d’APPB) :

Swallows, Bird'S Nest, Animal, Bird

L’interdiction figure à l’article L411-1 du code de l’environnement :

" I. - Lorsqu’un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine naturel justifient la conservation de sites d’intérêt géologique, d’habitats naturels, d’espèces animales non domestiques ou végétales non cultivées et de leurs habitats, sont interdits :

1° La destruction ou l’enlèvement des œufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle, la naturalisation d’animaux de ces espèces ou, qu’ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur détention, leur mise en vente, leur vente ou leur achat ; 2° ......"

Les infractions constituent des délits sanctionné par le L415-3 du code de l’environnement :

"Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende :

1° Le fait, en violation des interdictions ou des prescriptions prévues par les dispositions de l’article L. 411-1 et par les règlements ou les décisions individuelles pris en application de l’article L. 411-2 : ..............

L’amende est doublée lorsque les infractions visées aux 1° et 2° sont commises dans le cœur d’un parc national ou dans une réserve naturelle".

(Lien vers l’intégralité de l’article L415-3 du code de l’environnement. ).

Tout savoir sur : https://www.cpepesc.org/Nids-et-oeufs-d-oiseaux-il-est.html

Pensez à jeter un œil à la carte de la Météo des Oiseaux si vous prévoyez de vous rendre sur les plages

En ce long week-end de l'Ascension, pensez à jeter un œil à la carte de la Météo des Oiseaux si vous prévoyez de vous rendre sur les plages. https://meteodesoiseaux.sicen.fr/…/lizmap/www/in…/view/map/…

L’image contient peut-être : plein air

et à respecter le balisage en place à l’approche des secteurs de nidification des colonies de laro-limicoles (vous trouverez des panneaux et des filets sur les secteurs de mise en défense).

De nombreux ilots sont occupés dans les lagunes et des oiseaux continuent à visiter les sites en quête d'une place idéale pour leur couvée. Diffusion de la mise à jour de la carte MDO ce vendredi suite aux retours du réseau de suiveurs.

La lagune de Thau : dernier réservoir pour la grande nacre ?

Les temps sont durs pour ce bivalve emblématique de la Méditerranée qu'est la Grande nacre. Alors que l'on se réjouissait de son retour dans les canaux sétois et dans la lagune de Thau depuis sa protection dans les années 90, l'espèce est à nouveau menacée de disparition. Un parasite, l'haplosporidium, décime les populations de Méditerranée occidentale.

Les lagunes méditerranéennes qui abritent des dizaines de milliers d'individus semblent épargnées par le virus mais les premiers signes d'infection ont déjà été observés sur Leucate. Un nouveau suivi sera lancé cet été pour suivre les populations sur Thau.

Le CRIOBE (Université de Perpignan) qui a réalisé l’étude des populations régionales en 2018 et 2019,  prévoit de suivre la population de Thau en 2020 afin de surveiller les signes d’infection. Le SMBT participera à ce suivi et constituera un réseau d’observateurs désireux de participer à l’étude ce coquillage menacé. Les professionnels de la lagune seront sollicités. La participation citoyenne s’appuiera sur les réseaux déjà en place, avec l’appui des Sentinelles de la Mer et de la Commision Bio 34 de la FFESSM, et s’ouvrira à tous les amoureux de la lagune souhaitant d’apporter son aide.

Ces données seront centralisées dans le nouveau Réseau d’Observation Lagunaire (ROL) en cours de construction par le SMBT. Avec 50 000 individus recensés lors du suivi du Criobe en 2017, Thau pourrait abriter les derniers stocks de l’espèce en Méditerranée, d’où une vigilance redoublée.

Les personnes intéressées pour participer au suivi peuvent contacter Camille Pfleger Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CiTIQUE : le programme qui fait la chasse aux tiques !

Le programme CiTIQUE fait appel aux citoyens, jardiniers, randonneurs, forestiers, agriculteurs, vétérinaires... pour participer à l’effort de recherche dans la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent. Les résultats montrent que la répartition des piqûres de tiques est très inégale en France et que 28 % des piqûres ont lieu dans les jardins privés.

Comment vous protéger ? Que faire en cas de piqûre ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) rappelle les précautions qui permettent de limiter le risque de piqûres de tiques responsables notamment de la maladie de Lyme.

Principal vecteur en Europe d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses affectant les animaux et les hommes, les tiques sont particulièrement actives au printemps et à l’automne. En se nourrissant du sang des animaux et des humains sur lesquels elles se fixent, elles peuvent s’infecter en prélevant des agents pathogènes (bactéries – notamment celle responsable de la maladie de Lyme -, virus, parasites) qu’elles transmettent ensuite en se fixant sur d’autres hôtes.

 Observer, surveiller et prévenir tous ensemble

Initié en 2017 dans le cadre du plan national contre la maladie de Lyme (1), le projet de recherche participative CiTIQUE vise à accumuler les informations sur la répartition géographique des piqûres de tiques et des pathogènes qu’elles transportent, en fonction des milieux, de la météorologie et des saisons. Ces données précieuses provenant du terrain, que les chercheurs ne pourraient acquérir seuls, doivent permettre de mieux évaluer, modéliser, et finalement prévenir les risques auxquels les citoyens et les animaux domestiques ou d’élevage sont exposés.

En pratique, CiTIQUE, c’est :

Une application smartphone « Signalement TIQUE »

Carte piqûres de tiques

Chaque point représente un signalement de piqûre d’être humain. Grâce à Signalement TIQUE, on peut récolter des informations sur les piqûres de tiques sur tout le territoire français en temps réel, et les utiliser pour améliorer la prévention.

L’application « Signalement TIQUE » (2) est téléchargeable gratuitement sur les smartphones iOS et Android. Elle est aussi disponible sur le site. Pour toute personne ou animal piqué, on peut y enregistrer la date, le lieu et les conditions de la piqûre. Par ailleurs, l’application donne aux utilisateurs une information sur les bons réflexes en cas de piqûre et offre un dispositif de suivi. Une nouvelle application est en préparation pour sortir au mois de mai 2020.

Une collecte de tiques

La vélelle sur nos plages héraultaises,cette voyageuse du large

Le saviez-vous ? Au rythme des vents, la vélelle échoue sur le littoral.

Bientôt la plage. En attendant de pouvoir s’y promener sachez que les mystérieuses voiles bleues qui s’échouent sur le sable au printemps et en été sont de la famille des cnidaires (méduses et coraux). Cet animal vit en pleine mer et dérive au gré des vents grâce à sa voile (on l’appelle aussi barque de Saint Jean). 

L’image contient peut-être : ciel, nuage, chaussures, plage, plein air et nature

Chaque vélelle est en réalité une colonie de petits individus rassemblés sous le flotteur ovale qui soutient la voile. Animal du plancton, elle se nourrit d’œufs de poissons, de larves et de minuscules crustacés qu’elle capture avec ses tentacules bleutés. Sur celles-ci, des cellules armées de harpons, montés sur ressort, injectent un liquide urticant qui paralyse la proie. Gare à ceux qui la menace ! Heureusement, elle n’est pas urticante pour l’homme et donc inoffensive.

Les échouages semblent de plus en plus courants alors qu’ils étaient rares au XIXe siècle.


C’est pourquoi vos observations sont précieuses ! Participez au programme national de sciences participatives ‘’BioLit’’ créé par l’association marseillaise Planète mer en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). BioLit fait partie du réseau Sentinelles de la mer Occitanie coordonné par le CPIE Bassin de Thau.


Pour partager vos observations, rien de plus simple ! Rejoignez la communauté des sentinelles de la mer en vous connectant sur le site : chttps://www.sentinellesdelamer-occitanie.fr/
Ou sur le site du programme BioLit coordonné par Planète mer : https://www.biolit.fr/
Plus d’infos sur les pages Facebook CPIE Bassin de ThauLes Sentinelles de la Mer Occitanie et BioLit

Copyright :
Vélelle gros plan : (c)BioLit_CPIE Cote provençale
Echouage sur plage : (c)BioLit – Fleur

Le 22 mai ce sera la Journée Mondiale de la biodiversité

Alors que plus personne aujourd'hui ne songe à remettre en cause l'importance de la diversité biologique pour le présent et pour les générations futures, certaines activités humaines continuent pourtant à réduire le nombre  d’espèces vivantes : agriculture intensive et épandages massifs de produits phytosanitaires, pêche intensive et élevage industriel, chasse d'espèces protégées, déforestation...

Journée Mondiale de la biodiversité

S'engager pour défendre la biodiversité

Entrée en vigueur en 1993, la Convention sur la diversité biologique (CBD) a été ratifiée jusqu’à présent par 196 états. Cette convention internationale vise à défendre la diversité biologique, l’utilisation durable des ressources naturelles et la protection des ressources génétiques. Nous serions incomplets si nous omettions l'absolue nécessité d'un partage juste et équitable des avantages permis par le maintien de la biodiversité.

Étant donné l’importance de l’éducation du public et de la sensibilisation à la mise en œuvre de la Convention à tous les niveaux, l'Assemblée générale des Nations Unies a choisi la date du 22 mai, anniversaire de l’adoption de la convention, comme Journée internationale de la diversité biologique. [résolution 55/201 du 20 décembre 2000].

27 ans d'engagement autour de la diversité biologique

L’année 2020 marque le 27ème anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention sur la diversité biologique. Appliquée par un certain nombre d'états signataires, elle a également été mise à mal par nombre d'autres semblent-ils peu préoccupés par toutes ces questions ou soucieux d'abord de leur développement économique unilatéral.

Autant dire que la mobilisation de tous est plus que jamais nécessaire...

Combien d'espèces connaît-on aujourd'hui dans le Monde ?

La biodiversité englobe l'ensemble des espèces animales et végétales vivantes sur terre (et dans les mers). La biosphère abriterait entre 5 et 30 millions d’espèces (estimation).

Environ 1,7 million d’espèces animales sont répertoriées, et chaque année de nouvelles espèces sont répertoriées. Malheureusement, de nombreuses espèces disparaissent également, souvent à cause des actions irresponsables de la société humaine.

De nombreux sites internet sont consacrés à ce sujet et on pourra utilement visiter le site des Nations Unies sur la Convention sur la diversité biologique.

Il sera peut-être plus facile de vous documenter en visitant le site proposé par le ministère (français) de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire.


» dossier biodiversité - 
» livre pour en savoir plus
» site à visiter :
unenvironment.org -