Feu vert pour la candidature du Géoparc Terres d'Hérault

 
 
Thématiques Aménagement du territoire Tourisme

Fin juin, deux représentants du Comité National des Géoparc français ont visité le Géoparc Terres d’Hérault afin d’évaluer la solidité de son dossier de candidature pour l'obtention du label « Géoparc mondial UNESCO ». Et le verdict est tombé : les évaluateurs ont donné leur feu vert pour candidater officiellement cet automne !

Géoparc Terres d’Hérault : feu vert pour le dépôt de candidature au label « Géoparc mondial UNESCO » !

Jeudi 27 et vendredi 28 juin, deux représentants du Comité National des Géoparc français (CNGF) ont visité le Géoparc Terres d’Hérault afin d’évaluer le niveau de maturité du projet et de son dossier de candidature au regard des critères du label « Géoparc mondial UNESCO ». Et le verdict est tombé : les évaluateurs ont donné leur feu vert pour candidater officiellement cet automne !

 

 

Une première étape réussie !

« Notre comité sera fier de transmettre votre candidature à l’UNESCO ».

C’est par cette phrase que Jean-Simon Pages, Président du Comité National des Géoparcs de France (CNGF) et Directeur du Géoparc mondial UNESCO de Haute-Provence, a clôturé deux jours de visites très intenses. Une excellente nouvelle pour la candidature du Géoparc terres d’Hérault qui sera le seul parmi les 3 candidats français à pouvoir concourir pour l’obtention de ce prestigieux label.

« La réussite de cette démarche est une victoire collective, qui repose autant sur la qualité de notre patrimoine géologique, que sur l’engagement de l’ensemble des partenaires mobilisés au côté de l’équipe du Géoparc » déclare Kléber Mesquida, Président du Département de l’Hérault.

Le Président Kléber Mesquida, accompagné des maires, conseillers départementaux, membres d’associations, membres du Conseil scientifique et de prospective, responsables d’offices de tourisme, soit près de 50 personnes du territoire héraultais, se sont mobilisés pour présenter quelques-unes des pépites du Géoparc.

Plusieurs sites ont été présentés parmi lesquels :

  • Le Grand Site de France Gorges de l’Hérault et Pont du Diable ainsi que la maison du Grand Site de France
  • Le belvédère du Mont Saint-Baudille
  • La maison du Grand Site de France Cirque de Navacelles située sur le belvédère de la Baume Auriol
  • Le Musée de Lodève
  • Les géosites de la Mine Simon et de la Falaise de la Padène à Graissessac
  • Le géosite du Belvédère de Carlencas-et-Levas
  • La Dalle de la Lieude
  • Le Neck de la Roque et Salagou
  • Le départ du sentier pour la baie des Vailhès

 

Le Géoparc Terres d’Hérault, candidat au label UNESCO en 2024

Engagé dans la démarche de labellisation UNESCO depuis 2022, le Département de l’Hérault prévoit de déposer sa candidature en novembre 2024.

C'est au travers des 112 communes héraultaises et un patrimoine géologique riche - sur un périmètre de 2046 km² - que le Géoparc Terres d'Hérault nous raconte 540 millions d'années d'histoire géologique de notre planète.

Une ambition collective portée par le Département qui prévoit de déployer de nombreuses actions pour à la fois éduquer et sensibiliser le public à la transmission des sciences de la Terre et des enjeux futurs, mais aussi développer le « géotourisme », un tourisme durable qui préserve et valorise le caractère géologique et géographique du territoire et prenant également en compte les éléments sociaux et écologiques de la région.

Plus d’informations : geoparc.herault.fr

Surveillance du phytoplancton : devenez chasseurs de blooms !


Le programme de science participative Phenomer, dédié à l'observation d’eaux colorées dues aux proliférations de microalgues, évolue et déploie son action à l'échelle nationale pour devenir Phenomer 2.0.

Corps De L'Eau, Panoramique

Grâce à une nouvelle application et à l’appui de 9 laboratoires de l’Ifremer, les citoyens pourront participer à l’effort scientifique sur l’ensemble du littoral métropolitain.

Dès 2025, les utilisateurs de l’application seront également alertés de l’apparition d’une efflorescence grâce à l’imagerie satellite et pourront se rendre sur place pour effectuer des prélèvements. Dans des conditions favorables de lumière et chaleur suffisantes, le phytoplancton se multiplie très rapidement et ces organismes microscopiques peuvent avoir des effets visibles à l’œil nu, changer la couleur de l’eau ou la rendre bioluminescente.

Ces proliférations massives sont appelées blooms de phytoplancton.

Bien que naturels, ces blooms sont surveillés de près par les scientifiques. Certains sont en effet nuisibles pour l’environnement, ou peuvent impacter l’aquaculture et les activités de loisir. S’ils sont très fréquents, ils peuvent aussi indiquer un déséquilibre de l’écosystème.

"Ce sont ces efflorescences que l’application Phenomer 2.0 propose aux utilisateurs de recenser en fournissant une photo et la localisation de l’observation. Elle donne également les bons conseils pour effectuer un prélèvement d'eau et le déposer dans le relais local le plus proche (clubs de sports et loisirs nautiques, associations d’éducation à l’environnement, professionnels de la mer, capitaineries, plaisanciers…). Ces derniers achemineront l’échantillon jusqu’à l’un des laboratoires de l’Ifremer pour vérifier qu’il s’agit bien d’une efflorescence de phytoplancton et identifier l’espèce responsable. Accroître la surveillance du littoral pour mieux le protéger Grâce à ses observations participatives, Phenomer 2.0 permet de compléter la surveillance traditionnelle basée sur des prélèvements réguliers réalisés par le REPHY (Réseau de Surveillance du Phytoplancton et des Phycotoxines), et d’améliorer très efficacement le recensement des blooms sur le littoral."

 

Une étude de 2020 a montré que 60 % des efflorescences signalées par Phenomer n’auraient pas été détectées autrement. Pour une surveillance encore plus efficace, Phenomer 2.0 utilisera d’ici quelques mois les observations des satellites européens Sentinel-2 et 3 pour détecter les efflorescences de phytoplancton. Ce nouvel outil s’appuiera notamment sur l’expertise en optique marine et télédétection de la couleur de l'océan des chercheurs du laboratoire ISOMer de Nantes Université.

Les utilisateurs seront alertés et pourront alors se rendre sur place pour confirmer la présence d’eaux colorées et effectuer un prélèvement. Pour certaines efflorescences, les scientifiques de l’Ifremer prélèveront des échantillons d’eau au cœur du bloom pour mieux comprendre l’apparition et l’évolution de ces phénomènes. Ils analyseront, grâce à des techniques comme le séquençage d’ADN environnemental, l’ensemble des communautés phytoplanctoniques et bactériologiques présentes.

La composition pigmentaire des eaux colorées sera aussi déterminée pour améliorer les techniques de détection par satellite. « L’originalité de Phenomer 2.0 réside dans le couplage d’approches pour l’observation des eaux colorées à différentes échelles : sciences participatives, imagerie satellite et séquençage d’ADN environnemental. Combinées, elles permettent d’améliorer grandement la surveillance des efflorescences algales », explique Jean-Côme Piquet pilote du programme de sciences participatives Phenomer 2.0.

Le projet bénéficie du soutien de la SNSM, les Sauveteurs en Mer, qui s’engage à sensibiliser les usagers de la mer sur ces phénomènes et leurs impacts et à inciter les sauveteurs bénévoles à contribuer à l’observation des eaux colorées. Nous invitons tous les citoyens et professionnels de la mer à rejoindre Phenomer 2.0 et à contribuer à la connaissance de nos écosystèmes marins.

Pour plus d’informations, téléchargez l’application (pour Android ou IOS)  (pour Android ou IOS) ou rendez-vous sur le site web du programme.

Retrouvez l'intégralité du communiqué sur le site Ifremer

La campagne "Ecogestes Méditerranée"

 

Ecogestes Méditerranée est une campagne de sensibilisation des plaisanciers (bateaux à voile, à moteur, pénichettes) pour les inciter à des changements de pratiques, à la fois en terme de comportements et d’équipement, dans l’objectif de réduire les impacts de leurs usages sur les milieux naturels marins et fluviaux.

Une campagne collective à l'échelle de la Méditerranée française

La campagne Ecogestes Méditerranée est issue de l’unification des campagnes menées depuis 2002 en Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la campagne Echo-Gestes menée entre 2004 et 2014 en Languedoc-Roussillon par l’association Voile de Neptune.

 

Sous l’impulsion du Plan d’Action pour le Milieu Marin (outil de mise en œuvre en France de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin), la campagne a été harmonisée en 2017 à l’échelle des 3 régions françaises de Méditerranée (Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie) permettant ainsi de donner une identité forte aux actions régionales déjà menées et une cohérence à l’échelle de la Méditerranée.

En Occitanie, le collectif est constitué de 8 structures ambassadrices, sous la coordination régionale du CPIE Bassin de Thau. A ce jours ce sont 3515 navires engagés et plus de 14 000 personnes sensibilisées depuis 2017.

Pour le déploiement sur la façade Méditerranée, il travaille en concertation avec le CPIE Iles de Lérins – Pays d’Azur coordinateur régional en région Sud-PACA et le CPIE Bastia Golo Méditerranée en Corse.

Un réseau d’acteurs investis dans cette campagne

De nombreuses structures d’éducation à l’environnement et gestionnaires de milieu sont ainsi mobilisés, sur l’ensemble de la façade Méditerranée, pour aller à la rencontre des plaisanciers et des professionnels du nautisme, et relayer cette campagne sur leurs territoires.

Écogestes Méditerranée vise également à dynamiser un réseau de partenaires publics et privés qui participent techniquement et financièrement à l’opération. Les gestionnaires des espaces protégés du littoral, ainsi que les gestionnaires des ports de plaisance sont partenaires de la campagne et s’impliquent dans son déploiement.

La campagne contribue ainsi à la diffusion des messages liés à la gestion du milieu et de ses usages, et des enjeux locaux. En outre, la collecte de données sur les habitudes des plaisanciers, réalisée directement sur le terrain par les ambassadeurs, permet d’enrichir la connaissance des usages nécessaire à l’élaboration de plans de gestion efficaces.

Quels sont les objectifs ?

• Accompagner les plaisanciers vers des pratiques éco-responsables

La plaisance tient une place importante dans les activités du littoral. Elle représente une source d’emploi non négligeable ainsi qu’une source de revenus liés au tourisme. Cette activité provoque néanmoins des pollutions et les plaisanciers peu ou mal avertis peuvent affecter l’environnement marin. A travers la campagne Écogestes Méditerranée, il s’agit de les sensibiliser aux impacts de leurs usages et les accompagner vers des comportements plus respectueux des écosystèmes marins.

 

• Accompagner les ports de plaisance et les professionnels du nautisme vers une gestion environnementale de leurs infrastructures

Il s’agit également d’accompagner les ports de plaisance et les professionnels du nautisme dans une meilleure gestion environnementale de leurs infrastructures, et dans leurs liens avec les usagers. Des actions de sensibilisation des usagers peuvent ainsi faire partie des actions proposées dans le cadre des certifications Ports Propres et Ports Propres Actifs en Biodiversité.

Comment interviennent les ambassadeurs Ecogestes Méditerranée sur le terrain ?

LogoPendant la saison estivale, les ambassadeurs Ecogestes Méditerranée vont directement à la rencontre des plaisanciers, sur le site de mouillage en mer ou à quai dans les ports, pour échanger avec eux sur leurs pratiques et les informer des impacts que peuvent avoir ces usages sur le milieu.

Gestion des eaux usées, ancrage, produits d’entretien… sont autant de thématiques qui sont abordées avec le plaisancier. Les entretiens, d’une durée moyenne de 20 minutes, font naître un véritable dialogue entre le plaisancier et l’ambassadeur pour échanger, informer et conseiller sur les pratiques les plus respectueuses du milieu marin.

Pour mener ce dialogue, l’ambassadeur utilise le guide pratique Ecogestes Méditerranée et le bulletin d’engagement.

A l’issue de cet échange, et en tenant compte du bilan des pratiques individuelles de chaque plaisancier, l’animateur propose au plaisancier de s’engager à adopter un [éco]geste, soit en termes d’équipement (utiliser des feuilles absorbantes, des produits écolabellisés, etc.), soit en termes de comportement (choisir des zones sableuses pour l’ancrage du bateau, relever l’ancre sans dommage pour les fonds marins, trier des déchets, utiliser des sanitaires du port, etc.).

L’ambassadeur remet le guide pratique Ecogestes Méditerranée au plaisancier et lui propose de hisser le fanion Ecogestes Méditerranée pour rendre son acte d’engagement public. Le plaisancier peut également consentir à communiquer ses coordonnées pour un affichage sur la carte des [éco]plaisanciers du site internet Ecogestes Méditerranée.

Mettant en œuvre la communication engageante dans son approche des plaisanciers, la campagne Ecogestes Méditerranée place le plaisancier en tant qu’acteur de la préservation de l’environnement marin et vise un changement de comportement sur le long terme.

L'été avec Météo France

 

Pour les météorologues, l'été a commencé le 1er juin ! En effet, en météorologie, l'été couvre les mois de juin, juillet et août, c'est-à-dire la période la plus chaude et la plus ensoleillée de l'année dans l'hémisphère Nord.

 

Casquette, Chapeau De Paille, L'Été

La saison de la chaleur et des orages

C'est la saison des vagues de chaleur mais aussi des orages. Avec le soleil, il faut se méfier des ultraviolets. Et lors des épisodes caniculaires, les excès de chaleur nocturne observés dans les zones urbanisées peuvent avoir des conséquences sur la santé.

Sur les calendriers, cette année l'été a débuté le 20 juin, jour du solstice. Pour les météorologues, l'été commence … le 1er juin et s'achève le 31 août. En météorologie, l'été est la période la plus chaude et la plus ensoleillée de l'année.

Petit tour d'horizon des « normales » et des « extrêmes » de l’été

En moyenne, sur l'Hexagone, la température normale* de la saison est de 20,4 °C. Depuis 1900, c'est l'été 2003 qui a été de loin le plus chaud, avec une température moyenne de 23,1 °C, soit 2,7 degrés au-dessus la normale. L'été 1956 a été le plus froid avec 17,3 °C seulement, soit 3,1 degrés sous la normale.

Les étés les plus chauds

Les cinq étés les plus chauds depuis 1900 se sont tous produits au XXIe siècle :  2003, 2022, 2018, 2023, 2019. 6 des 7 étés les plus chauds se sont produits depuis 2015. L’été 2003 est de loin l’été le plus exceptionnel avec plus de 1 degré au dessus de 2018 et 0,4 degré au dessus de 2022.

Il tombe en moyenne** sur l'Hexagone environ 195 mm*** de précipitations par été. Depuis 1959, l'été 1963 a été le plus pluvieux avec près de 305 mm, soit une anomalie de près de 64 % par rapport à la normale**. L'été le plus sec a été celui de 1962 avec moins de 94 mm (-48 % environ par rapport à la normale).

 

 

*Moyenne saisonnière de référence 1991-2020 de l'indicateur de température moyenne. Cet indicateur thermique est constitué de la moyenne de la température saisonnière de 30 stations métropolitaines représentatives................. Voir infographies :https://meteofrance.com/comprendre-la-meteo/saisons/ete

METEO prévisions sur les 3 prochains jours

 

Infographies : https://meteofrance.com/previsions-meteo-france/sete/34200

2024-06-21 Des Lunettes De Soleil, Bassin

Pour ce matin. A 2 heures, la pression atmosphérique au niveau de la mer sur la commune, est de 1015 hectopascals. Beau temps ensoleillé. La température se situe aux alentours de 19 degrés vers 8 heures. Vent d'Ouest-Nord-Ouest assez faible. Pour cet après-midi. Nuages bourgeonnants ; éclaircies plus larges à la tombée du jour. Les températures sont proches de 25 degrés vers 14 heures. Vent faible à modéré de Nord-Ouest. Pour ce soir. Temps largement ensoleillé. Les températures avoisinent 24 degrés vers 20 heures. Vent de Nord-Ouest faible à modéré. Pour la nuit prochaine. Nuit étoilée. Le thermomètre indique 17 degrés vers 2 heures. Vent faible d'Ouest-Nord-Ouest.
 
 
Pour samedi matin. Temps souvent ensoleillé, puis les nuages deviennent plus nombreux en début d'après-midi. Température : 18 degrés vers 8 heures. Vent d'Ouest-Nord-Ouest faible à modéré. Pour samedi après-midi. Pluie ou averses. Il est prévu 1 millimètres de cumul de précipitations. Température : 25 degrés vers 14 heures. Vent faible à modéré d'Ouest-Nord-Ouest.
 
 
 
Pour dimanche matin. Temps généralement ensoleillé. Températures minimales : 15 degrés. En milieu de journée, établissement d'un vent de Nord-Ouest, assez fort. Rafales atteignant 55 km/h localement, en début d'après-midi. Pour dimanche après-midi. Le soleil brille généreusement. Températures maximales : 25 degrés. Vent de Nord-Ouest, assez fort, en seconde partie de journée ; puis atténuation. Rafales atteignant 55 km/h localement.
 
 
Pour lundi matin. Beau temps sec et bien ensoleillé. Températures minimales : 17 degrés. Petit vent de Nord-Ouest généralement faible. Pour lundi après-midi. Le soleil brille sans partage. Températures maximales : 31 degrés. Vent de Sud assez faible.

Alimentation : un produit phare du petit déjeuner menacé par une crise mondiale


Selon Orange..frJus D'Orange Frais, Pressé

Le jus d’orange, boisson emblématique du petit déjeuner, est menacé par une crise mondiale à cause du changement climatique et de "la maladie du dragon jaune" qui touche les arbres fruitiers.

Le jus d’orange, le compagnon du petit déjeuner, fait face à une crise mondiale. Comme l’indiquent d’abord Les Échos, samedi 1er juin, le prix du jus d’orange flambe sur les marchés mondiaux. Le prix de la livre de jus concentré a pris 50 % depuis janvier 2024 et environ 300 % depuis fin 2021. "Un nouveau record historique" qui s’explique en partie par les mauvaises prédictions de récoltes du fruit au Brésil, premier exportateur au monde d’oranges.

Selon Fundecitrus, l’association de producteurs brésiliens, la collecte d’oranges va baisser cette année de près de 25 %, ce qui représente 232,38 millions de cageots d'oranges de 40,8 kilos. "Si ces prévisions de productions se confirment, il s’agira de la deuxième plus petite récolte depuis 1988-1989", analyse l’association dans son rapport...

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/monde/alimentation-un-produit-phare-du-petit-dejeuner-menace-par-une-crise-mondiale-magic-CNT000002e3jaV.html

Trop de pesticides dans les melons, Leclerc demande aux consommateurs de les rapporter

 

Selon Orange.frMelon, Aliments, Fruit, Orange, Graines

Des melons charentais verts en provenance du Maroc ont été rappelés par l’enseigne de grande distribution, Leclerc. En cause ? La présence de pesticides au-delà du seuil réglementaire, rapporte Midi Libre.

L’alerte a été donnée le jeudi 30 mai sur le site du gouvernement, Rappel Conso, qui répertorie les produits dangereux. C’est l’enseigne française, Leclerc, qui a détecté la présence de pesticides au-delà du seuil réglementaire dans un lot de melons verts charentais en provenance du Maroc, indique Midi Libre. Pour ne pas prendre de risques, les melons, vendus fin mai, font donc l’objet d’un rappel dans une dizaine de départements du sud de la France.

Dans le détail, les fruits en question sont des melons charentais verts, de catégorie 1, en provenance du Maroc, qui ont été commercialisés en vrac entre le 14 et le 28 mai dans des grandes surfaces Leclerc situées dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, les Bouches-du-Rhône, la Drôme, la Corse-du-Sud, la Haute-Corse, le Gard, le Var et le Vaucluse. Les consommateurs ont jusqu’au 12 juin pour rapporter les fruits concernés et obtenir le remboursement (les consommateurs peuvent contacter ce numéro 0623961258). Le lot concerné par ce rappel est le 219245510P9, de la marque Terragaia.

Des pastèques rappelées par Lidl pour la même raison en mai.. Lire sur : https://actu.orange.fr/societe/sante/trop-de-pesticides-dans-les-melons-leclerc-demande-aux-consommateurs-de-les-rapporter-magic-CNT000002e35oN.html

Islande: nouvelle éruption volcanique sur la péninsule de Reykjanes

 

Selon Orange EnvironnementVolcan, Lave, Islande, Nature, Éruption

Une nouvelle éruption volcanique s'est déclenchée mercredi sur la péninsule de Reykjanes, dans le sud-ouest de l'Islande, la lave rouge-orangée surgissant d'une faille près de la ville de Grindavik qui a dû être évacuée.

Un énorme nuage de fumée blanche se détachait dans le ciel bleu, et la lave orange incandescente jaillissait abondamment du sol, à travers une faille près de Sundhnúkgígar, au nord de la ville portuaire.

Il s'agit de la cinquième éruption dans la région depuis décembre.

Deux heures après le début de l'éruption, la lave s'écoulait à moins d'un kilomètre d'un barrage protégeant la ville de Grindavik.

La plupart des 4.000 habitants de cette ville avaient été évacués en novembre déjà, peu avant la première éruption volcanique dans la région.

Poursuivre : https://actu.orange.fr/societe/environnement/islande-nouvelle-eruption-volcanique-sur-la-peninsule-de-reykjanes-CNT000002e0AVk.html

Interdiction des rave-party jusqu'au 30 septembre inclus dans l'Hérault


Les rassemblements festifs non déclarés à caractère musical, type rave-party ou teknival, se multiplient sur le territoire national non sans occasionner d’importants troubles à l’ordre public.

Public, Bande, Concert, Fête, Foule

L’Hérault n’échappe au phénomène avec 47 rave-party recensées en 2023, dont 16 comprenant plus de 500 personnes, et 3 rave-party déjà constatées depuis le début de l’année 2024.

Pour prévenir les risques troubles à la sécurité, tranquillité et salubrité publiques, le préfet de l’Hérault a par conséquent décidé d’interdire par arrêté la tenue des rassemblements festifs à caractère musical, type rave-party et teknival, dans l’ensemble du département jusqu’au 30 septembre 2024 inclus.

Le transport du matériel de sons de type 3 sound system 4 destiné aux rassemblements visés est également interdit sur l’ensemble des réseaux routiers (réseau routier national et réseau secondaire) du département de l’Hérault pendant la même période.

Cette interdiction ne concerne pas les évènements légalement déclarés ou autorisés. Le non-respect de ces interdictions préfectorales est passible des sanctions prévues par l’article R. 211-27 du Code de la sécurité intérieure et peut donner lieu à la saisie du matériel en vue de sa confiscation par le tribunal.

L’arrêté préfectoral est consultable sur le site internet des services de l’Etat dans l’Hérault : https://www.herault.gouv.fr/contenu/telechargement/49714/370849/file/2024-01-03- 01_Recueil%20sp%C3%A9cial%20n%C2%B0114%20du%2030%20mai%202024.pdf

La loi contre les PFAS est adoptée au Sénat

 

Communiqué de l'association "Générations Futures" :  La loi contre les PFAS est adoptée au Sénat

 

Pollution, Icône, Ville, Contaminés

 

La proposition de loi visant à interdire les "polluants éternels" (PFAS) a été adoptée au Sénat ce jeudi 30 mai 2024.

Contre la position du gouvernement, les sénateurs et sénatrices ont voté à l'unanimité en faveur du texte. C'est une victoire législative collective de plus ! Merci à vous pour votre mobilisation à nos côtés dans ce combat pour la santé et l'environnement. Nous nous battons depuis des mois avec des élus, des organisations de la société civile, des scientifiques, des activistes, pour faire adopter au Parlement la proposition de loi qui vise à lutter contre les risques liés aux PFAS. Cette initiative est fondamentale. Les PFAS sont omniprésents dans notre quotidien et dangereux pour notre santé. Lundi dernier, dans un rapport, Générations Futures dévoilait une nouvelle contamination de l'eau en France par un PFAS (le TFA). 

Face à l'ampleur de la contamination de nos ressources par les polluants éternels, l'adoption de cette loi PFAS est un progrès dans la bataille contre ces substances. Mais le combat n'est pas terminé ! Retrouvez notre analyse du vote sur generations-futures.fr.

Invasion de moustiques : L’EID en charge de la démoustication sur le territoire facebook sharing button twitter sharing button pinterest sharing button email sharing button


La lutte contre les moustiques est un sujet prégnant pour la municipalité.

La commune de Marseillan, comme toutes les communes du littoral méditerranéen, a décidé de déléguer la compétence de la gestion et de la lutte contre les moustiques à un organisme spécialisé  l’EID Méditerranée (Entente Interdépartementale pour la Démoustication).

Qu’est-ce que l’EID Méditerranée ?

L’EID Méditerranée est un organisme public qui a pour mission de contrôler et réduire les populations de moustiques dans les régions méditerranéennes de la France. Ils disposent de l’expertise et des moyens techniques nécessaires pour mener à bien cette mission de manière efficace et respectueuse de l’environnement.

Pourquoi la Municipalité n’intervient-elle pas directement ?

1. Compétence spécialisée : La lutte contre les moustiques requiert des connaissances spécifiques et des techniques adaptées que seule l’EID Méditerranée possède. Les techniciens sont formés pour identifier les types de moustiques, surveiller les populations et appliquer les traitements nécessaires.

2. Coordination régionale : Les moustiques ne respectent pas les frontières administratives. Une coordination à plus grande échelle est nécessaire pour assurer une lutte cohérente et efficace. L’EID Méditerranée coordonne ses actions sur l’ensemble des départements concernés, ce qui permet une gestion harmonisée et optimisée.

Que fait l’EID Méditerranée ?

– Surveillance : Ils surveillent les zones à risque et suivent l’évolution des populations de moustiques.
– Intervention : Ils traitent les larves de moustiques dans les eaux stagnantes et, si nécessaire, interviennent contre les moustiques adultes.
– Prévention et sensibilisation : Ils informent le public sur les bonnes pratiques pour éviter la prolifération des moustiques.

Que pouvez-vous faire ?

Même si la démoustication est la compétence de l’EID Méditerranée, chacun de nous peut contribuer à réduire la présence des moustiques en adoptant des gestes simples :
– Éliminer les eaux stagnantes autour de votre domicile (soucoupes de pots de fleurs, récipients abandonnés, etc.).

– Installer des moustiquaires aux fenêtres et utiliser des répulsifs.

Si vous souhaitez une intervention ciblée merci de remplir le formulaire ci-après :                                           https://www.eid-med.org/sdc/

 

Dernier bulletin sur les risques de nuisances :

Les intempéries des semaines et des jours derniers, caractérisées par des entrées marines et des cumuls de pluie significatifs (jusqu’à 100 mm par endroits), ont concerné toutes les zones humides contrôlées par l’EID Méditerranée, entre les Pyrénées-Orientales et les Bouches-du-Rhône.

Les éclosions d’œufs pondus au sein de ces zones humides à submersions temporaires par les espèces de moustiques nuisantes, c’est-à-dire qui ont la faculté de parcourir dix à vingt kilomètres couramment voire davantage vers l’intérieur des terres en fonction de l’orientation des vents, sont très nombreuses. En cette saison, la durée du développement larvaire (phase aquatique), avant l’émergence des moustiques à l’état adulte, volants et piqueurs, est d’une dizaine de jours.

La fenêtre temporelle des traitements, qui ciblent les larves, est donc courte, d’autant qu’il convient d’agir sur les premiers jours de vie des larves pour tendre vers la meilleure efficacité.

Compte tenu de la très vaste étendue, d’est en ouest, des zones humides concernées dans le même temps, la grande majorité des interventions doit être exécutée par voie aérienne.

Or pour pouvoir agir depuis les airs avec la précision et l’efficacité requises, les conditions météorologiques doivent être adéquates : vent nul ou très modéré, cessation des chutes de pluie, visibilité correcte.

Malgré l’importance des moyens mobilisés, la somme des difficultés et aléas de tous ordres à l’issue de cette succession de mises en eau a eu un impact sur la réalisation des traitements antilarvaires. Ceux-ci ont été effectués, y compris le dernier week-end, avec 3 avions et 46 agents de l’EID mobilisés, partout et chaque fois que possible, et seront poursuivis en tant que de besoin et avec l’intensité nécessaire durant toute cette semaine, à la faveur d’une amélioration sensible de la météo.

Chaque année, les opérations de traitement concernent entre 25 000 et 40 000 hectares de zones humides. L’ampleur des superficies cumulées traitées  varie en fonction des conditions météorologiques.