Nocturne étudiante au musée Fabre

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole organise une nocturne étudiante "françois-xavier n'est pas couché"

La nocturne étudiante annuelle au musée Fabre, intitulée "François-Xavier n'est pas couché", a lieu ce jeudi 23 février 2017. Le musée Fabre ouvre exceptionnellement ses portes de 20h à minuit pour une soirée spéciale, créée par et pour les étudiants, sur le thème "Révolutionnez le musée".

Depuis le mois de septembre 2016, des étudiants se retrouvent pour préparer les projets présentés jeudi soir lors de la nocturne éudiante. Un projet participatif, et un exercice de forme et de fond grandeur nature pour les étudiants, qui offre un nouveau regard sur les collections en mêlant l’œuvre à son public, avec singularité.

Cette année, le musée fête ses dix ans de réouverture et  de nocturnes étudiantes. L’occasion de célébrer et de revisiter le musée Fabre à travers une programmation originale et diversifiée. Les jeunes de moins de 26 ans et les étudiants sont conviés au musée pour se laisser aller à l’interprétation des œuvres selon leur sensibilité autour de la thématique « Révolutionnez le musée ».

Ils sont invités à imaginer le musée du futur en découvrant et en participant aux dispositifs conçus autour de la métamorphose, de l’innovation et du regard critique. Ils pourront aussi apprécier les œuvres à travers des concerts, des danses et des performances.

Actualité des Archives Départementales de l’Hérault

DU CANAL A LA MER _Exposition
Du 1er au 28 février 2017
Domaine départemental Pierresvives
Atelier de l’Histoire - Entrée libre

En ce début d’année 2017, les Archives départementales de l’Hérault font le choix de montrer régulièrement au public des fonds récemment classés, avec la volonté d’attirer la curiosité de tous sur la richesse et la diversité des documents conservés.

Ce mois de février est donc consacré à la présentation d’un fonds iconographique -référencé 40Fi- complété par quelques documents issus d’autres sources archivistiques sur le même thème : DU CANAL A LA MER.
Vous pouvez consulter l’inventaire de ce fonds et découvrir la totalité des images qu’il rassemble sur le site internet de Pierresvives.
Cet ensemble de photographies représente Agde et ses environs entre 1905 et 1930. Il comprend toute une documentation technique.
Ces photographies auraient pu appartenir à un ingénieur des Ponts et chaussées mais leur origine n’est pas certaine, puisqu’elles ont été acquises par les Archives départementales en 2014 auprès d’un brocanteur.

En Atelier de l’histoire est ainsi présentée au public, du 1er au 28 février, une sélection de ces photographies, plaques de verre toutes numérisées en interne. Une première partie est consacrée à l'embouchure de l'Hérault et au littoral environnant; une deuxième partie évoque le Canal du Midi et les travaux effectués sur ses ouvrages d'art entre Agde et Colombiers. Enfin, une dernière partie donne à voir quelques vues des salins aux alentours d'Agde et du port de Sète ainsi que des images des inondations de 1907.

   
Crédit photo : Le port d’Agde gelé /Archives départementales de l’Hérault/FRAD34_40FI12/

Lieu : Atelier de l’histoire
Public : Tout public
Accès : Entrée libre et gratuite du mardi au samedi de 10h à 18h
Transport : Tram Ligne 1 Arrêt Les Halles OU Tram Ligne 3 Arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 arrêt Léonard de Vinci.

Culture geek à l'Arena de Montpellier

Ce sera la première édition du Montpellier Esport Show qui se déroulera à l'Arena de Montpellier les 25 et 26 février 2017, le nouveau rendez-vous annuel des passionnés de jeux vidéo.

Plus qu’une simple compétition, le Montpellier Esport Show propose au public de jouer pour le plaisir, de participer à des tournois, de se déguiser au travers d'un concours de Cosplay et de débattre du gaming lors de conférences. pour les plus passionnés, ce sera l'occasion de se mesurer à d'autres joueurs, de rencontrer les éditeurs de jeux et de découvrir les dernières nouveautés technologiques au fil des stands.

Le Jeu vidéo est un des loisirs préféré des Français. Montpellier est une ville très active et selon les études du Syndicat National du Jeu Vidéo, la première région de France en nombre de studios indépendants. Ce dynamisme régional, derrière la locomotive UBISOFT et les écoles de formation en Game Design, méritait bien le plus gros évènement Gaming du Grand Sud.

Pour en savoir plus : Programme des deux journées

De nombreux écrans sur un espace de 30 000 m2

Sauramps bientôt racheté par un libraire normand

 

A propos de Sauramps

L’histoire de Sauramps commence en 1946 avec la création par Henri Sauramps, un imprimeur d’Angoulême réfugié à Montpellier, d’une petite papeterie-imprimerie au 34 rue Saint-Guilhem pas très loin de la place de la Comédie.
Quelque 70 ans plus tard Sauramps est devenue la Sixième librairie indépendante de France, avec 131 salariés, 26 millions d'euros de chiffre d'affaires,  un entrepôt logistique de 2000m2, un site de vente en ligne et 5 magasins (4 à Montpellier et 1 à Alès) soit 400.000 références disponibles en magasin et plus de 2 millions sur le site sauramps.com.

Sauramps s’est également ouverte depuis plusieurs années à de nouvelles activités comme les loisirs créatifs, la musique, la vidéo, la presse, les jouets, les jeux, offrant ainsi une large palette de loisirs culturels, autant destinés à un public familial qu’à un public d’avertis.

Jean-Marie Sevestre en est le PDG depuis la reprise de l’entreprise au début des années 1990 par un directoire de trois personnes issues du personnel, Marie-Christine Wodiczko, Jean-Luc Bonnet et Jean-Marie Sevestre .

En déficit depuis 8 ans, le groupe est en proie à une grave crise financière et n'a guère d'autre choix que de trouver un repreneur.

   

Après des mois d'incertitude, l'avenir du groupe Sauramps et de ses 5 librairies se précise. Ce vendredi 27 janvier, Mathieu de Montchalin, le patron de la librairie l'Armitière de Rouen  a présenté son offre de reprise au comité d'entreprise du groupe montpelliérain.

Bien que plus grande libraire de Normandie, avec ses 38 salariés et ses 8 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'Armitière pèse bien moins que Sauramps (131 salariés et 26 millions d'euros de chiffre d'affaires). De quoi inquiéter une partie des salariés dont certains manifestaient encore la semaine dernière pour soutenir un autre repreneur potentiel, La Maison du Livre (Rodez) qui depuis a jeté l'éponge

Mathieu de Montchalin qui aussi le président du Syndicat de la librairie française  après avoir analysé la situation et étudié le dossier depuis des mois est convaincu que l'entreprise est viable à condition de revoir sa stratégie et son organisation. Il entend également renégocier les loyers d'un certain nombre de magasins comme celui actuellement très élevé à Odysséum.

Sa proposition  garantit  le maintien du personnel et l'intégrité du groupe et elle a reçu un accueil favorable, de la majorité des actionnaires et des salariés. La reprise du groupe Sauramps par l'Armitière devrait donc se confirmer rapidement et le détail du plan de reprise devraient pouvoir être également rapidement dévoilé.

 

 

 

Culture et loi du marché

La transmission de la culture est une ardente obligation. Mais la culture, qu’on estime totalement disponible, surtout depuis la généralisation des outils numériques, est-elle vraiment accessible à tous, et à quelles conditions ? Actuellement, toute la question est dans le « comment » : quelles dispositions peuvent-elles assurer la transmission de la culture « Cette vague nébuleuse, incertaine et fragile, qui charrie à la fois tant de sottises et tant de grandeur » comme le dit Jean d’Ormesson ? La culture doit être considérée comme un bien commun : c’est ce que pensent le philosophe Pierre Dardot et le sociologue Christian Laval qui estiment que ce qui est impossible de s’approprier physiquement (l’air, l’eau, la santé, l’éducation, la connaissance…la culture) devrait relever d’une gestion commune.
Le livre, quelle que soit sa forme, actuelle ou future, est un des moyens de transmission de la culture dont littérature et poésie sont à la fois la chair, l’esprit et la langue.
Il est dommage que les lois du marché interviennent brutalement pour contrarier cette vocation, et que des lieux de culture, comme une librairie, y soient soumis car ils participent au développement de la lecture qui doit être l’affaire de tous. Car « le commun se définit par l’égalité, non seulement dans l’accès, mais aussi dans l’élaboration des buts de l’activité : le commun, c’est ce dont nous nous occupons à plusieurs, ce qui fait l’objet d’une décision collective qui nous engage et nous oblige. […] Il n’appartient pas à la nature de la connaissance d’être partagée : pendant des siècles, la connaissance est restée l’apanage de de quelques-uns. C’est un choix collectif qui en a fait un objet de partage. Cela dépend entièrement d’un acte politique, d’une décision de mise en commun. Retenons cette leçon : le commun est le vrai principe de la démocratie ».

Maurice Bouchard

 

4ème édition du festival One Man Band

Un orchestre à eux tout seuls !

C'est au Secret Place, cette salle de concert située dans la zone industrielle de Saint-Jean-de-Védas, que vous pourrez assister à ce festival original, organisé par l'association Tout A Fond.

 

 Tout A Fond

Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette association a été créée en 1996, par des passionnés de musique insatisfaits de l'offre musicale de leur région. Ils ont donc décidé d'organiser eux-mêmes des concerts et de promouvoir l'accessibilité à la culture avec des tarifs plus que raisonnables. Elle permet, en outre, à de jeunes talents de  se produire sur scène.

   

 One Man Band Festival

Ven 17 et Sam 18 février 2017
20h – Secret Place - Montpellier
BOB LOG III - THOMAS SCHOEFFLER - RONAN ONE MAN BAND - SHAKE IT LIKE A CAVEMAN - BANG BANG BAND GIRL - DEAD CAT STIMPY - JACOB WILD - BLUES STREET ONE MAN BAND

Quatrième édition de ce festival original nous plongeant dans un univers Blues Rock. Un seul maître à bord, mais du talent à en revendre, de nombreux «groupes» comptent en fait un seul membre solo : écriture, enregistrement, et prestation scénique. Des frontmen aux multiples facettes qui savent construire autour d’eux un univers à part entière. La TAF a souhaité rassembler tous ces artistes lors d’un week end dédié et logiquement nommé One Man Band festival. Le festival propose une expérience live forte, à la fois musicale et visuelle, la prestation du musicien jonglant avec tout son équipement musical étant un spectacle en soit.                                   

                                  Tarifs : 1 soir 15€ pour les adhérents
                                  Pass 2 jours : 25€ pour les adhérents  (dans tous les points de vente habituels)


Rendez-vous sur le site TAFproduction pour en savoir plus et découvrir les artistes qui seront présents lors du festival.

Agenda culturel de la ville de Montpellier

La culture est à l'honneur des collectivités cette année ! Découvrez l'agenda 2017 des différents équipements culturels de Montpellier.

© AL - Temps

Prochainement à la Panacée :Maria Loboda - Formal garden in the early morning hour

Retour sur Mulholland Drive du 28 janvier au 23 avril 2017.
C'est la 1ère exposition principale de la Panacée, constitue une rêverie librement inspirée de l’oeuvre cinématographique de David Lynch : une traduction dans un espace d’exposition sous la forme d’un essai visuel, à l’heure où le cinéaste revient derrière la caméra pour tourner la suite de la série Twin Peaks.

Tala Madani et Intérims compléteront le premier cycle d’exposition Du 27 janvier au 23 avril 2017
Tala Madani
Il s’agit de la première exposition personnelle en France de l’artiste iranienne née en 1981, Tala Madani, dont les peintures et les films d’animation explorent, avec un humour ravageur et un style unique, les rapports de pouvoir : un théâtre de la cruauté teinté de Moyen-Orient, qui met en scène la masculinité d’une manière burlesque, tout en explorant l’espace pictural contemporain.
Intérims
L’exposition Intérims met en avant les artistes qui prennent le monde du travail comme matériau. Cette miniexposition rassemble des artistes qui utilisent les armes de l’humour et de l’ironie pour décrire le salariat, voire intervenir directement à l’intérieur de l’entreprise.

François Rouan, Trotteuses X, 2011-2013, peinture à l’huile sur toiles tressées, 175 x 292 cm, Atelier de l’artiste, © photo Laurent Lecat, ADAGP, Paris, 2016

 Du côté du Musée Fabre :

5x10, François Rouan, Tressages 1966-2016 du 4 février au 30 avril 2017
La première exposition consacrée à François Rouan à Montpellier – où il est né en 1943 – se concentrera sur son travail de peinture. Mené depuis le milieu des années 60, ce travail exigeant, jouant tantôt d’une monochromie presque austère (série des Portes, 1971-1976), tantôt d’une exubérance colorée et baroque (Constellations tabouées 1992-1993), déploie les différentes modalités d’une technique inventée dès 1965 : le tressage. Pas  seulement une manière de « peindre sur bandes » comme disait Jacques Lacan en 1978, mais aussi et surtout un mode de pensée, le principe du tressage gouverne l’oeuvre de Rouan. L’exposition retracera ces quelques cinquante années de peinture avec une sélection très serrée : une cinquantaine de tableaux seulement, choisis parmi les plus importants, pour jalonner ces cinq dizaines d’années, de 1966 à 2016, et pour signifier l’ampleur d’une oeuvre certes largement exposée, mais encore à découvrir dans la continuité de son parcours.

  Sans oublier le Pavillon Populaire:

Notes sur l’asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-1990 du 8 février au 16 avril 2017
L’exposition Notes sur l’asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-1990 révèle les travaux de six chercheurs : Donald Appleyard, John Brinckerhoff Jackson, Allan Jacobs, Chester Liebs, Richard Longstreth et David Lowenthal.
Une exposition documentaire
216 photographies des six chercheurs seront exposées au Pavillon Populaire. Elles n’ont jusqu’alors été Donald Appleyard - Fresque murale, monuments sculpturaux, décembre 1978montrées que dans le cadre de publications scientifiques ou de cours universitaires. Il s’agit de photographies documentaires, de travaux de recherche, qui interrogent sur la manière d’apprécier le paysage. L’esthétique n’est pas une priorité pour leurs auteurs. Ces photographies, des diapositives pouvant accueillir notamment des annotations, ont fait office de carnet de notes et ont été pour leurs auteurs un moyen d’enregistrement très précis. Si les six chercheurs de l’exposition portent leur attention sur les paysages du quotidien, les thèmes abordés sont pluriels : précarité des habitats dans le monde rural, fragilité des constructions des quartiers ouvriers ou encore profusion des messages publicitaires vues depuis des habitacles d’automobiles.
Grâce à une scénographie ingénieuse, les visiteurs de l’exposition Notes sur l’asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-1990 au Pavillon Populaire, seront amenés à faire un road-trip captivant à travers les États-Unis.

En passant par le Carré Sainte-Anne :

Dr. Merlin de Large, Marquis Zed de Baby-excalibur - Jonathan Meese du 15 février au 30 avril 2017
Dès février, la Ville de Montpellier expose Jonathan Meese, l’enfant terrible de la scène artistique berlinoise. C’est l’un des artistes contemporains les plus reconnus au niveau international, mais aussi l’un des plus dérangeants. La monumentalité des oeuvres de Jonathan Meese, l’expressionnisme débridé et la liberté de son travail – joints à la violence ludique, apparemment destructrice mais toujours joyeuse dont témoignent ses vidéos et ses performances – trouveront un écho complice dans les espaces monumentaux du Carré Sainte-Anne.

Visualisez la programmation complète pour découvrir les autres événemenst de l'année 2017.

 

« La culture fait partie de l’ADN de Montpellier. Cette année encore, les structures culturelles à Montpellier ont fait preuve de beaucoup de créativité pour offrir aux habitants et aux visiteurs une programmation d’expositions très novatrice. Montpellier et sa Métropole montreront une nouvelle fois toute leur liberté d’expression avec la venue de nombreux artistes reconnus internationalement. En 2017, Montpellier rayonnera comme véritable destination culturelle ! ».
Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole.

 

Hommage au dessinateur Tignous

A l'occasion du deuxième anniversaire de sa disparition, Pierresvives expose les dessins de Tignous les 25 et 26 janvier 2017.

En 2014, quelques mois avant d’être assassiné dans les locaux de Charlie Hebdo, le dessinateur était venu à Pierresvives à Montpellier participer au festival L’Hérault Trait Libre, festival international du dessin de presse. Pendant une semaine, il a marqué de son humanité et de son talent tous ceux qui l’ont rencontré. 

Le dessin de presse politique

Epouse de Tignous et à l’origine de ce projet, Chloé Verlhac a décidé de consacrer son quotidien à l’oeuvre de son mari. Elle travaille à l’édition d’ouvrages, propose des expositions, et accepte de témoigner auprès de toutes sortes de public. 

L’exposition présente 42 dessins les plus célèbres de Tignous, publiés dans Charlie Hebdo ou Marianne. Un school bus qui sera itinérant dans différentes villes de la région Occitanie a été aménagé en lieu d’exposition.

Il sera sur le parvis du domaine départemental pierresvives les 25 et 26 janvier et présent la veille sur le campus Triolet de l’Université de Montpellier mardi 24 janvier 2017 de 10h à 18h.

Le Prix Tignous

Le "Prix Tignous Concours de dessin de presse politique" en hommage au dessinateur disparu le 7 janvier 2015 est ouvert à tous les dessinateurs professionnels de plus de 18 ans ayant publié dans la presse francophone au cours de l'année 2016. Pour concourir, les artistes doivent envoyer leur dessin entre le 1er février et le 30 avril 2017 à la mairie de Montreuil, ville où il résidait.

Le Musée Fabre interroge ses publics pour ses 10 ans

Pour fêter les 10 ans de sa rénovation et après quatre ans de travaux, le musée Fabre totalement repensé et métamorphosé fut inauguré officiellement le 3 février 2007, son ouverture au public eut lieu le 4 février 2007. À l'occasion de cet anniversaire, vendredi 27 janvier 2017, de 10h à 17h, il s'associe avec illusion & macadam, coopérative d’accompagnement pour le secteur culturel, afin de réunir autour de la table ses publics et des professionnels.

Musée Albert Dubout jusqu'au 30 mars 2017

Le bâtiment la Redoute de Ballestras construite pierre par pierre par les compagnons du Devoir au XVIIe abrite le musée construit sur une presqu'île dès 1992.


Durant plusieurs décennies, Albert Dubout, le dessinateur humoriste et caricaturiste amoureux des chats a mis en scène sous ses traits de crayon incisifs la vie des Palavasiens dont il faisait partie. Fort d'avoir immortalisé la vie quotidienne des gens qui fréquentaient la station balnéaire de Palavas les Flots, ses affiches et autres supports qui placent les gens du sud dans des situations cocasses, le petit train à vapeur, les allées et venues à la plage, tout est prétexte à sourire, et c'est tellement vrai !

La boutique souvenirs permettra à certains de repartir avec des objets à l'effigie des personnages croqués par Dubout et autres objets dérivés. Celui qui a fini ses jours à Saint-Aunès près de Montpellier est mis à l'honneur. Son travail dans l'atelier, ses petits bonshommes à chapeau et ses bonnes femmes grassouillettes en robe sont visibles dans une nouvelle exposition « Locomobiles » jusqu'au 30 mars 2017.

Le Musée Albert Dubout est ouvert tous les jours sauf le lundi, de 14h à 18h.

Musée Albert Dubout
Redoute de Ballestras, rue de l'Abbé Brocardi, près de l'étang du Levant
34250 Palavas-les-flots - Tél. : 04 67 68 56 41

Compagnons du Devoir à la MJC de Castelnau-le-Lez

Exposition "Le compagnonnage, des métiers et des hommes"
Du 4 au 19 janvier 2017

C'est le grand thème organisé par la MJC André Malraux de Castelnau-le-Lez et les Compagnons du Tour de France du Devois. Les Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis installent de véritables chefs d’œuvres des compagnons de la Cayenne de Pézenas dans les halls de la MJC. Ces pièces uniques représentent une partie des métiers d’art et de ces hommes qui possèdent un savoir-faire d’exception. A travers l'exposition, les compagnons expliquent l’importance primordiale de la transmission du savoir. Le perfectionnement des jeunes ouvriers constitue la base de l’union compagnonnique.

Evénements à venir autour de l'exposition :

- Rencontre avec François Icher lundi 9 janvier à 19h30.
Inspecteur d'académie, docteur en histoire, chercheur associé au CNRS, François ICHER est un historien spécialiste du Moyen Age et du compagnonnage en particulier. Il intervient régulièrement dans des revues spécialisées (Sciences et Avenir, Historia) des émissions de radio (France Culture, RFI) et de télévision (Arte, France télévision) pour évoquer les questions liées à la transmission des savoirs à travers le modèle du compagnonnage. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont plusieurs ont fait l’objet de traductions dans plusieurs pays tels que « Les compagnons du tour de France » à La Martinière et « Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage » chez Gallimard. Suivie d’une dédicace et vente de livres sur place. Entrée libre.

- Visites de l’exposition en présence des compagnons qui vous livrent les secrets des chefs-d’oeuvres exposés !
Vendredi 13 janvier entre 18h et 19h30 - Mardi 17 janvier entre 18h et 19h30. L'entrée est libre.

Exposition en entrée libre du lundi au vendredi : 9h-12h / 14h-19h
MJC Centre André Malraux 10 av de la Moutte - 34170 Castelnau-le-Lez

Tram : ligne 2 - arrêt La Galine

Exposition Gaston Baissette à Emile Zola

Fonds Gaston Baissette
Du 29 novembre au 27 février 2017

Gaston Baissette (1901-1977) était un médecin renommé et un grand écrivain, auteur sur notre région de L’Etang de l’or, Ces grappes de ma vigne ou encore du Soleil de Maguelone.

L'enfant du pays polygraphe

Du fait de son attachement particulier à la ville de Montpellier, ses archives personnelles ont d'abord été léguées en 1983 à la médiathèque municipale de Montpellier, avant d'être déposées à la médiathèque centrale Emile Zola en 2012.


Au travers d'une exposition réunissant 160 lettres personnelles,  manuscrits,  photographies, livres et journaux, dont plusieurs pièces inédites, la bibliothèque vous invite à en découvrir davantage sur la vie de cet homme aux multiples facettes et sur son oeuvre.

 

Gaston Baissette

Né à Albi en 1901, Gaston Baissette passe toutes ses vacances à Fabrègues et à Montaud dans la maison familiale. Son père est issu d'une famille de viticulteurs du village de Fabrègues et sa mère descend d'une lignée de viticulteurs de Mauguio. Jusqu'à la fin de sa vie, il témoigne d'ailleurs de son attachement pour la commune de Montaud.

La période du devoir

À partir de 1912, il suit ses études secondaires d'abord au Lycée d'Albi, puis au Lycée de Toulouse. En juillet 1915, après la mort de son père, il abandonne le droit pour se diriger à la Faculté de médecine.

En 1932, Gaston Baissette est nommé médecin phyisiologue des dispensaires d'hygiène sociale de l'Eure. En 1937, il devient inspecteur départemental d'hygiène, spécialisé dans la lutte contre la tuberculose. Cette même année, il est l'auteur des chapitres consacrés à La Médecine grecque dans l'Histoire générale de la médecine dirigée par le professeur Maxime Laignel-Lavastine. Suite à son courageux engagement dans La Résistance en tant que médecin et écrivain, il est nommé, en novembre 1944, au Cabinet du ministre de la santé publique, chargé de la lutte contre la tuberculose. En janvier 1946, il occupe les fonctions de médecin-chef du Service d'hygiène sociale du Département de la Seine.

Auteur sur des sujets multiples

Dès 1923 et jusqu'en  1974, il écrit des poèmes, des romans dès 1926. En 1977, il fait paraître un second livre de vulgarisation intitulé Aux Confins de la Médecine, avec une très belle préface de Bernard Clavel et il étudie L'Évolution des idées médicales depuis la Préhistoire et s'éteint la même année le 5 novembre à Quissac dans le Gard.

 

Médiathèque centrale Emile Zola
50 place Zeus à Montpellier
Tél : 06 67 13 60 00