Conférence au JAM "l'Intelligence Artificielle et l'Humain"

Alain FOUCARAN – Directeur de l'Institut d’Electronique et des Systèmes – unité Mixte de Recherche du CNRS et de l'Université de Montpellier forte de plus de 220 collaborateurs, a présenté le 17 décembre 2018 au Jardin Antique Méditerranéen à Balaruc-les-Bains et invité par le Conseil de développement de l'agglo - instance de démocratie participative, une conférence sur la nécessité de la mutation des usages numériques avec un « bon dosage » d''Intelligence Artificielle et d'humain.

C’est un spécialiste des capteurs et micro-systèmes et c’est à ce titre qu’il est l’auteur ou co-auteur de plus de 75 publications dans des revues internationales et de plus de 100 communications en conférences internationales et nationales. Il a dirigé plus de 22 thèses de doctorat et dirige encore aujourd’hui 2 thèses de 2 doctorat. En janvier 2013, la qualité de ses travaux de recherche sont reconnus par l’obtention de l’IBM Faculty Award et en 2015 il est nommé au grade le plus élevé de l’enseignement supérieur « Professeur des Universités de Classe Exceptionnelle ».

Pour essayer de construire une prospective à 20 ans, il s'appuiera sur un constat et deux affirmations : le constat est lié au fait que le vecteur majeur et incontournable de l'évolution et du rayonnement de l'humanité sera l'électricité : mobilité, technologies de l'information et de la communication etc... Ce constat étant posé, il donnera sa vision prospective de la prochaine décennie en formulant deux affirmations très personnelles : 1°) l'électronique, l'informatique et la robotique sont devenues indispensables à toute avancée scientifique et ce, toutes disciplines confondues. 2°) Si le XXème siècle a été le siècle des sauts technologiques - nous sommes passés de la marche à pieds à l'Espace - le XXIème sera le siècle des sauts d'usages et si l'on parle d'usage, il faut que les Sciences Humaines et Sociales soient repositionnées au centre des évolutions scientifiques – exemple du « clonage », technologie du XXème qui trouvera ses pleines applications et usages au XXIème, une fois les aspects éthiques et déontologiques traités par les Sciences Humaines et Sociales... Le questionnement associé à ces deux affirmations est le positionnement du curseur entre le « tout Intelligence Artificielle » et la part d'Humain – intégrant, lui, l'aléa, l'émotion, … et les Sciences Humaines et Sociales.

Marche pour le climat du 8 décembre 2018, des propositions de Christian Puech

Parmi les milliers de personnes réunies pour le climat le 08 décembre dernier à Montpellier, Christian Puech brandissait une grande photographie d’un indien avec qui il a vécu un certain temps en Amazonie. Il nous a à nouveau invités par des slogans au porte-voix à la prise de conscience et à l’action face à l’urgence climatique et à la disparition de la biodiversité.

 ptr

Anthropologue autodidacte, photographe et président de l’association « Témoins au bout du monde », il a exploré la diversité des modes de vie dans plus de 40 pays du monde. Je vous partage l’intervention qu’il a adressée à la foule sur le parcours et à l’arrivée de la marche sur la place Comédie, du positionnement et de la proposition de cet homme de terrain « militant de la diversité » chaleureusement applaudi.

« Cet indien, défenseur de la forêt, a plus de facilité à communiquer avec les oiseaux de la canopée qu’avec les blancs pétroliers ou forestiers. Protéger leur territoire de la déforestation, de l’exploitation pétrolière, minière et du pillage biologique peut coûter très cher aux autochtones jusqu’à leur extermination. Les scientifiques mesurent une accélération du rythme d’extinction de la biodiversité et la course à la croissance sans fin et les dommages collatéraux risquent de nous être fatal ! La science et la technologie ne nous sauveront pas! Déjà 500.000 personnes meurent prématurément dans le monde des suites du changement climatique et 50.000 en France. Et il reste moins de 3 % d’animaux sauvages.

Au rythme actuel on s’oriente vers 6 degrés de plus à la fin du siècle. Tout doit être fait pour ne pas dépasser 1 degré ! Cet été, dans les rues ensoleillées de Montpellier, on avait l’impression de passer sous un grill. Demain, on sera sur le grill. Et à la fin du siècle au plus tard ,Montpellier pourrait être engloutie selon une étude du Ministère de la transition énergétique, et nos villes n’ont pas de plan B de survie.
Changeons d’urgence de modes de vie globalisée, de transport, d’énergie, de développement, de dépenses publiques pour moins de services, et de consommation à tout va !. Faudrait être fou pour continuer comme avant. C’est un bouleversement à faire. Le chantier n’est pas commencé. Nous ne changerons pas de système avec de petites mesures. Nous devons nous préparer à une situation de survie »Applaudissements

. « L’ingénuité c’est fini. Demain ne sera jamais plus comme avant. La transition ne se fera pas sans la participation et la solidarité de tous pour la sauvegarde de la planète. N’ayons pas peur du changement, prenons conscience de notre force et de l’ingéniosité des milliards d’hommes qui veulent survivre ». 
« Commençons tous personnellement à agir. Aimer la vie impose de la défendre sans désemparer. Le vivre ensemble sur la planète nécessite moins d’égoïsme et une certaine ouverture d’esprit. Pour ré enchanter le réel, il suffirait souvent d’ouvrir les yeux sur la beauté inénarrable de notre planète ».

« Pour traiter de toutes ses urgentes questions, je propose à Monsieur le Maire de Montpellier, l’organisation d’une conférence de deux jours au Corum que je me propose d’animer entre les politiques, les scientifiques et la société civile". Applaudissements.
Christian Puech, 2018

Contact : Christian Puech
Blog: http://christianpuech.wordpress.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« Il est plus tard qu’on ne le pense ».

Témoin d'une pollution ?

Une odeur suspecte ? Un nuage de poussières, un panache anormal ?

at rest

Pensez aux "signalements pollution", le dispositif mis en place par AIR Languedoc-Roussillon : un formulaire spécial est disponible sur le site de cet organisme sans but lucratif agréé par l'état : www.air-lr.org

 

Air Languedoc-Roussillon

Pour répondre aux multiples besoins de surveillance de l’air, l’État a choisi un fonctionnement associatif, décentralisé et indépendant. Créé en 1973, AIR Languedoc-Roussillon est l’organisme agréé par l’État pour la mise en oeuvre de la surveillance de la qualité de l’air et la diffusion de l’information sur les cinq départements de la région Languedoc-Roussillon. 
Cette mission d’intérêt général s’inscrit dans le cadre de la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996, intégrée depuis au Code de l’Environnement qui fixe comme objectif « le droit à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé » et fonde les conditions de la surveillance de la qualité de l’air et de l’information du public en France.

Le crabe bleu, une espèce invasive sur les côtes héraultaises

Le crabe bleu (Callinectes sapidus) est originaire des côtes atlantiques américaines et a été introduit en Méditerranée. Déjà bien implanté en Méditerranée Orientale, c'est récemment que l'on a découvert sa présence sur la façade maritime d'Occitanie.

Ce crustacé est reconnaissable à la couleur bleutée de ses pattes et ses pinces, excepté pour la femelle qui a des pinces de couleur rouge. C'est un crabe de grande taille, sa carapace pouvant atteindre 23 centimètres de large. On le retrouve notamment dans les lagunes, les estuaires et les milieux paraliques (zone de transition entre le milieu marin et le milieu continental). 

Le crabe bleu est connu pour sa reproduction efficace, ce qui peut accentuer son caractère invasif. C'est pourquoi le Parc naturel marin du golfe du Lion cherche à collecter le maximum d'observations afin de mesurer l'impact potentiel de l'espèce sur l'écosystème et les activités halieutiques de la façade maritime d'Occitanie. 

 

  • En cas d'observation : 

- prendre une photo de l'animal

- remplir la fiche alerte crabe bleu et l'envoyer à l'adresse suivante : parcmarin.golfe-lion@afbiodiversité.fr 

  • En cas de capture :

- veillez à ne pas relâcher l'individu afin de na pas étendre sa zone de peuplement 

- enregistrer les coordonnées GPS du lieu de capture 

-conserver l'individu entier au congélateur, ou à défaut uniquement un bout de pattes

- transmettre les échantillons à Nicolas Bierne, référent scientifique de l'étude, basé sur le campus de l'Université de Montpellier : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'objectif de cette étude est double : initier une collection d'échantillons pour la recherche génétique à un stade initial de l'invasion; et dans un second temps étudier le contenu stomacal de ces crabes qui semblent aimer les hippocampes. 

14 conférences des Sentinelles de la mer Occitanie

Les Sentinelles de la mer Occitanie porteront haut et fort les sciences participatives !


14 conférences seront proposées en espace scénique et salle de projection avec 5 conférences spéciales Hippocampes (avec Peau-Bleue).

Consultez la programmation des conférences Sentinelles 

 

Découvrez la programmation du Salon international de la plongée sous-marine 2019
Réservez vos places dès maintenant ! 

Parc des Expositions - Pavillons 5/2 et 5/3
1 place de la Porte de Versailles - 75015 Paris (France) 

Un nouveau gîte pour les chauves-souris à Aumelas

Vieux mas et pelouses du site Natura 2000 « Montagne de la Moure et causse d’Aumelas », offrent gîte et couvert aux chauves-souris dans l'Hérault.

Chauve-Souris, Géant, Nuit, Chiroptères

Parmi les principaux risques qui les concernent, la rénovation de bâtis qui peuvent devenir inaccessibles... En 2016, des travaux de rénovation du mas de Terrus à Aumelas avaient rendu le site inutilisable par les chiroptères, usuellement les chauves-souris. Afin de favoriser la recolonisation des petits mammifères nocturnes dans ce lieu qui leur est favorable, avec des points d’eau à proximité, un contrat Natura 2000 a été mobilisé en 2017 par la commune d’Aumelas, avec le soutien technique de la Communauté de communes Vallée de l’Hérault.

Au programme, la restauration de la toiture, la création d’un plancher et de cloisons. Trois compartiments permettront aux chauves-souris de trouver sur un même lieu différentes conditions (température, taux d’humidité, etc.) en fonction de la météo. À l’étage, sous la toiture, la chaleur sera appréciée par les chauves-souris lors de la mise bas. À l’inverse, les deux pièces plus fraiches du rez-de-chaussée constitueront un véritable refuge en cas de canicule. Utilisation de bois non traité, création d’une meurtrière en hauteur empêchant le passage de prédateurs, tout a été pensé pour maxi - miser les chances d’une recolonisation rapide. Trois espèces de chauves-souris sont particulièrement concernées par ce chantier, car elles affectionnent les bâtiments, les combles ou les caves de mas. Il s’agit d’espèces d’intérêt communautaire, à la fois rares et fragiles : petit et grand rhinolophes et murin à oreilles échancrées. Coût et calendrier Subventionnés à 80 % par l’Union européenne et l’ État dans le cadre de Natura 2000, les travaux représentent un coût global de 17 000 euros TTC, dont 20 % reste à la charge de la commune. Ils ont démarré mi-octobre 2018 et se sont achevés en novembre.

En savoir plus sur : https://www.cc-vallee-herault.fr/fileadmin/documents/Kiosque/Lettres_Natura_2000/Lettre_N2000_CMA_-_n__4.pdf

Journée Mondiale du Climat le 8 décembre

Aux côtés de l'Agence Locale de l'Énergie et du Climat Montpellier Métropole, du CEFE CNRS - Observatoire des Saisons - de l'Écolothèque de Montpellier Méditerranée Métropole,... les bénévoles du Groupe Local LPO Grand Montpellier proposeront un stand d'informations sur l'impact des changements climatiques sur la faune le samedi 8 décembre 2018.


https://www.lpo.fr/images/dev-durable/expo_climat.pdf

 et l'oiseau comme indicateur de ces changements par le biais des sciences participatives

https://www.eurobirdportal.org.
Zoo Lunaret de Montpellier

Un Traquet du désert en visite dans l’Hérault

C’est le 10 Novembre qu'un Traquet du désert (Oenanthe deserti) a été observé dans l’Hérault sur la commune de Montarnaud, par Stéphan Tillo, alors que celui-ci était à la recherche de Moineaux soulcies bagués (Petronia petronia).

A quinze minutes à l'ouest de Montpellier, il a ainsi pu observer ce Traquet du désert mâle peu farouche en train de se nourrir. Pour parler un peu biologie, ce traquet se nourrit majoritairement d’insectes comme les fourmis ou encore des coléoptères. C’est un oiseau solitaire ne se regroupant que lors des périodes de reproduction, il est aussi migrateur, hivernant au Sahara et au Sahel (zone de transition entre le désert du Sahara et les plaines).

Le Traquet du désert est donc un oiseau originaire des zones arides/désertiques d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie centrale, son apparition est donc très occasionnelle. [Traquet du désert ©Gérard Picotin] [Traquet du désert ©Gérard Picotin] En France, sur les 10 dernières années, l’oiseau est apparu en moyenne trois fois par an, majoritairement sur le pourtour Méditerranéen et en Bretagne.

Quant à l’Europe son apparition se concentre sur les îles Canaries et aux Pays-Bas. Ces oiseaux ayant souvent été vus dans des zones rappelant leur milieu d’origine telles que des zones sablonneuses ou caillouteuses. La probabilité de le voir dans le sud de la France est rendue plus favorable du fait de sa progression vers le nord-ouest de l’Afrique due aux sécheresses.

La photo a été prise par Gérard Picotin le 13 novembre à Saint-Paul-et-Valmalle. Certains passionnés comme Gérard ont pu observer le traquet pendant ces quelques jours de présence dans l’Hérault et ont transmis leurs observations via l'application mobile Naturalist ou site d'inventaire participatif www.faune-lr.org.

LPO : le tournesol est arrivé

Le tournesol est arrivé !

A l'entrée de l'hiver, préparez vos mangeoires. La Ligue pour la Protection des Oiseaux de l'Hérault vous propose des sacs de tournesol (du Tarn et Garonne, issu de l'agriculture raisonnée) de 5kg ou 15kg au prix de 2€/kg au profit du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage de la LPO Hérault.

Points relais à Villeveyrac, Montpellier, Bédarieux, Sète, Frontignan. Renseignements au 04.67.78.76.24 (choix 1 au standard)

Retrouvez nos conseils pour nourrir les oiseaux en hiver.

Pour du tournesol certifié BIO, pas de points de ventes locaux, possibilité de commandes en ligne (3,10€/kg, 8€ de frais de port, au profit de la LPO France).

 

Agenda de la LPO : décembre 2018

Voici un rappel des informations qui figurent sur l'agenda en ligne du site internet pour le mois à venir :

- Samedi 1 : "Relâcher d'un Aigle botté", au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage, à Villeveyrac

- Dimanche 2 :
> "Initiation à la reconnaissance des chants d'oiseaux", sortie de terrain à Saint-André-de-Sangonis
> "A la recherche de la Loutre d'Europe", prospection du groupe jeunes naturalistes à Brissac

- Vendredi 7 :
> "Restauration des populations des vautours en France", conférence dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO "Grand Montpellier" - Maison Pour Tous Frédéric Chopin - , 1 rue Marché aux Bestiaux

- Samedi 8 :
> "Les oiseaux rupestres", sortie de terrain réservée aux adhérents, à Saint-Félix-de-l'Héras
> "Les enquêtes participatives de la LPO", formation, à Villeveyrac
> "Journée Mondiale du Climat"
, stand LPO au zoo de Lunaret à Montpellier

- Jeudi 13 : "Voyage vers les oiseaux d'Equateur", conférence dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO "Haute vallée de l'Orb", à Bédarieux

- Samedi 15 :
> "Avifaune hivernante", inventaire dans le cadre de l'Atlas de la Biodiversité Communale de Cazouls d'Hérault
> "Les oiseaux rupestres", sortie de terrain, à Minerve

 

Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur:  herault.lpo.fr/agenda

Mobilisation pour le climat le 8 décembre à Montpellier

« Témoins au bout du monde »

Appelle à la mobilisation le 8 décembre à Montpellier, suite à ses deux précédents appels à manifestations en 2018.

 Adressé à

Monsieur le président de la Métropole,

Mme la présidente de la Région

"Poursuivant des recherches dans quarante pays sur les modes de vie alternatifs, nous proposons que soient organisées d’urgence au Corum, et sur France télévision, deux journées de débats publics entre la société civile, la Métropole et la Région.

Cela, en vue de l’établissement d’urgence d’un plan climat régional assorti de propositions adaptées à la hauteur des risques et enjeux humains et économiques. Déjà à Montpellier cet été dans la rue de nombreuses personnes m’ont dit avoir l’impression de passer sous un grill !Il y a le feu.

Lors de ces débats tous les sujets seraient abordés : modes de vie, de productions d’énergies, de développements et de consommations alternatifs ; en remplacement des modes responsables du réchauffement climatique souvent destructeurs, polluants, aliénants, parfois mortels, pour les hommes et la nature. Il serait question entre autres, de qualité de vie, et donc de l’eau, de l’alimentation, de la santé mise en danger prématurément ; de l’agriculture industrielle, de l’élevage intensif, des pesticides, déchets et impacts sur la biodiversité, les plantes et de toutes les formes de vie. Face à de pareils risques environnementaux, un pays où les pouvoirs publics feraient preuve de mépris envers les propositions des membres actifs de la société civile serait sans avenir.

Porté par mes investigations sur trois continents, je ne sais plus depuis combien d’années j’alerte les pouvoirs publics, avant même le dernier rapport du GIEC, Midi-libre du 9 septembre 2018 donnait mon point de vue presque « prémonitoire » : « Il est plus tard qu’on ne le pense ». Ce rapport le confirme.

Par avance merci pour votre soutien et votre mobilisation."

Christian Puech, président de l’association « Témoins au bout du monde ».  

Blog et contact : http://christianpuech.wordpress.com