La BPCO, dépistage gratuit

Hôpital Arnaud de Villeneuve au CHU de Montpellier
Mercredi 15 novembre 2017
Se dépister au niveau du souffle

Un dépistage gratuit

Dans le cadre de la 16e journée mondiale contre les Broncho-Pneumopathies Chroniques Obstructives, le public est invité à s'informer sur la BPCO, l'occasion de connaître l'état de notre souffle, de vérifier la façon dont on respire. 

Une maladie ignorée ?

Encore trop souvent méconnue des médecins et ignorée du grand public, cette pathologie tue plus de 15 000 personnes chaque année.

Un fléau qui en veut à vos bronches

La bronchopneumopathie chronique obstructive est caractérisée par une obstruction des bronches et une destruction du tissu pulmonaire aussi appelée emphysème.

Dans plus de trois cas sur quatre, le tabagisme est en cause, bien avant les expositions professionnelles ou une cause héréditaire.

Les premiers symptômes sont caractérisés par une toux grasse quotidienne qui précède de quelques années l’essoufflement à l’effort. Autant de signes qui vont en s’aggravant tant que le tabagisme persiste...

Quelques chiffres permettent de mieux prendre conscience des conséquences de la BPCO : Elle touche entre 5 et 10 % de la population adulte des pays industrialisés. En France se trouvent entre 2,5 et 4,5 millions de personnes qui soufrent de BPCO, mais le diagnostic n’est établi que chez un tiers environ des malades.

Le nombre de morts par BPCO dans l’hexagone excède largement celui des accidents de la route : 16 000 par an et 60 000 personnes souffrent déjà d’une insuffisance respiratoire chronique...

Retour des 49 artistes Briscarts

Espace Saint-Ravy dans l'Ecusson de Montpellier
Et dans les ateliers des artistes
Du 10 au 12 novembre 2017

Ne ratez pas le vernissage de l'exposition des BRISCARTS le vendredi 10 novembre à 18h30, l'occasion de connaître les artistes et l'adresse de leur atelier.

Les travaux plastiques de 49 artistes sur le thème « partir », à découvrir à l’Espace Saint-Ravy de Montpellier !

Du 10 au 12 novembre 2017, la Ville de Montpellier accueille à l’Espace Saint-Ravy, la 22ème édition du PARCOURS D'ATELIERS D'ARTISTES

L’occasion pour le public de participer à des temps de rencontres, de découvertes et de partage avec 49 artistes.

Les 49 artistes participant au 22ème Parcours d'Ateliers d'Artistes de Montpellier présenteront une œuvre sur le thème « partir », à l'Espace Saint-Ravy du 10 au 12 novembre 2017, de 10h00 à 19h00, pour donner un aperçu de leurs travaux.
Ils ouvriront sur la même période leurs ateliers au public.

Des photographes, sculpteurs, peintres, designers… dans tous les quartiers de Montpellier.
L’Association « Les Briscarts » propose une fois de plus une véritable randonnée artistique aux habitants de Montpellier et de sa Métropole.

Liste des 49 artistes :

ADRA Camille, AICHELMANN Christophe, AKDOGAN Carole, BANDEIRA DE MELLO Corinne, BASSEDE Francine, BASSETTO Francine, BEUCHER Véronique, BOJIDARKA, BOUBLI Carole, BOUCHACOURT Marc, BOUËT François, BRU Gérard, CAJOU Linette, CAZILHAC Gisèle, CHATALIN Eric, CIURANA Denise, CLAUDHIA G., COUGOULE Christine, DE BLANCHARD Jean, DEBIT DE BEAU, EVE-MARIE, FARABI Sadik, FIORILE, GIRARD Elisabeth, HAAS Isabelle, HEINS Rosario, HIL Jean, JEAN-JOSEPH Anne, KLOD Claude, LE GALL Nathalie, LECARPENTIER Isabelle, MAHAUD Pascal, MAHI, MIMA, NUNCIE Sophie, OZZOS, PLUMELLE Marie-Agnès, POULAIN Éric, RIMOUX Thomas, ROCHETTE Caroline, SALHEN William, SEB.M, SEGUIN Chloë, SEIGNEURET Sylvie, SHANSHAN, STEFANI Erica, TALATA Taos, TOQUEBIOL Jean-Claude, VALENZUELA Muriel.

Montpellier se mobilise pour l'opération Mois sans tabac

Un collectif pour accompagner les fumeurs
Vendredi 3, samedi 4 novembre 2017
Esplanade Charles de Gaulle de 10h à 19h

C'est une première à Montpellier. Ce jeudi, le tramway portait les couleurs de la campagne de sensibilisation "Un Mois Sans Tabac".
Partis du Cours Gambetta, tous les acteurs arborant le tee-shirt et son slogan ont embarqué pour rejoindre l'hôtel de ville de Montpellier. Au côté de l'Agence Régionale de santé Occitanie, de la Ville de Montpellier, du CHU Montpellier, de l'Assurance Maladie de l'Hérault, les associations Souffle LR et Avenir Santé ont scellé par leur présence le caractère collectif de cette initiative montpelliéraine. Ce 2 novembre 2017, tous les partenaires ont donné rendez-vous aux Montpelliérains qui souhaitent arrêter de fumer les 3 et 4 novembre afin de bénéficier  des conseils d’acteurs de prévention et de santé publique.

Un stand du village Mois sans Tabac en présence des sportifs du MHR et du MHB

Devant l'Office du tourisme, seront présents les tabacologues du département prévention de l’Institut du Cancer de Montpellier - Epidaure - et de l’association Souffle LR, un diététicien de la Mutualité française, animateurs de prévention de la Ligue contre le cancer 34, la CPAM de l’Hérault, l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), l’association Souffle LR, l’Agence régionale de santé. Ainsi, pour aider les fumeurs à se libérer de cette emprise, un accompagnement personnalisé et des informations sur les substituts nicotiniques dont la prise en charge par la CPAM s'élève à hauteur de 150 euros par an seront proposés par le personnel de santé engagé.

De droite à gauche, Julie Durand, Caroline Navarre
représentant le Maire Philippe Saurel, Isabelle Redini, Claude Humbert

Le caractère collectif de cette initiative montpelliéraine

"L'addiction au tabac est la première cause de mortalité évitable, notre action ne stigmatise pas les fumeurs mais les accompagne tout au long de l'année au CHU de Montpellier", rappelle Julie Durand, Directrice des Affaires Générales, 1 200 personnes ont été suivies dans leur démarche l'an passé par nos équipes de  liaison en addictologie. Le CHU soutient ceux qui désirent arrêter en les conseillant ce mois-ci, les jeudis 9, 23 et 30 novembre dans le hall d'Arnaud de Villeneuve, et le 16 novembre dans celui de Lapeyronie.
Dans l'Hérault, 65 projets sont soutenus par l'Assurance Maladie et 200 projets sont financés dans la cadre du Mois Sans Tabac. Les plus fragiles sont les femmes enceintes, les malades chroniques et les jeunes. "Pour la CPAM, cela implique des maladies lourdes. A l'aspect santé se rajoute un aspect économique non négligeable puisqu'une prévention bien menée à moyen terme ce sont des dépenses en moins", précise Claude Humbert, Directeur de la CPAM Hérault. Dans un monde de communication, il faut toucher le plus grand nombre et la CPAM est contente de s'associer à cette démarche.

Les jeunes en première ligne

 

Sur la Région Occitanie, 30% de la population générale représente un enjeu de santé publique. Les jeunes de moins de 17 ans fument tous les jours, ils représentent 37% des fumeurs. Des actions de communication de prévention à destination des adolescents leur sont destinées comme dans les cinémas par exemple, déclare Isabelle Rédini, Directrice des treize délégations auprès de L'ARS.

La première campagne française de marketing social en 2016 a fortement mobilisé les participants et a connu un large succès. 180 000 personnes se sont inscrites à la première édition et ont tenté d’arrêter de fumer. Plus de 630 000 kits d’aide à l’arrêt ont été distribués et le site tabac-info-service.fr a reçu 3 fois plus de visiteurs uniques qu’en 2015 soit 1,58 million.

L'action de communications se poursuivra tout au long du mois de novembre.

 

Les futures halles Laissac

Ce mardi 31 octobre 2017, Philippe Saurel a posé la première pierre des futures halles Laissac au cœur de Montpellier.

Face à la tour de la Babote, sur la place Alexandre Laissac, l'édile a lancé les travaux du chantier de construction des halles Laissac, travaux qui devraient s'achever avant les fêtes de fin d'année en 2018. Ainsi, 24 commerçants actuellement installés sur le Cours Gambetta devraient prendre place au sein d'une structure polygonale de  1110 m2 après une concertation exemplaire.

"La « verrue de Montpellier » va laisser place à de nouvelles halles plus modernes et conviviales, contribuant ainsi à l’attractivité du cœur de ville dans l’axe marchand du Boulevard du Jeu de Paume", annonce Philippe Saurel. "Pour un montant de 8,6 millions d'euros, inférieur au projet initial, ce nouveau lieu de vie sera agrémenté d’une œuvre méditerranéenne de Mona Kim, étudiante des Beaux-Arts de Montpellier et ouvert au public avant les fêtes de fin d’année 2018, conformément à nos engagements". 

Un prototype unique

La halle de 7 mètres de hauteur, d'inspiration Baltard, sera  pourvue de panneaux photovoltaïques sur le toit, de structures en verre et de métal, et dégagera le ciel et les façades. "C'est un concept novateur pour lequel nous allons déposer le modèle en termes de propriété industrielle et intellectuelle, car aucune halle en France ne sera conçue de cette manière", précise le maire.

Un lieu de rencontres

Jean-Pierre Touchat, Président des Halles et des marchés de Montpellier, prend la parole : "A l'instar des halles attractives de Barcelone et de Narbonne, ou de ce qui se fait à Narbonne et à Sète, des marchés aux accents méditerranéens, nous allons convier les commerçants à en faire un lieu convivial. On pourra y venir à midi, peut être aussi le soir et consommer sur place".

A proximité, des problèmes de ciculation 

Depuis le 27 octobre dernier,  en raison des travaux du chantier de construction des halles Laissac, la rue Anatole France  réduite à une seule voie de circulation pour les véhicules pose problème aux usagers. Venus de l'avenue de Toulouse et de l'avenue Clémenceau déjà engorgée en dehors des vacances scolaires, les résidents ont reçu la promesse du maire que l'axe à deux voies serait remis sous peu.

La signalétique fut mise en place pour faciliter et sécuriser les itinéraires piétons. Les itinéraires des bus et leurs arrêts n'ont pas été modifiés.

Rappel du calendrier des travaux :

31 octobre 2017 : pose de la première pierre.

Début novembre : montage de la grue.

De décembre 2017 à février 2018 : réalisation de la structure métallique de la halle.

Février 2018 : démontage de la grue.

De mars à septembre 2018 : pose des panneaux photovoltaïques.

Eté 2018 : réalisation de l’œuvre d’art à l’intérieur du bâtiment des Halles.

Fin de l’été 2018 : finitions et nettoyage du bâtiment.

Dernier trimestre 2018 : livraison du bâtiment.

Premier trimestre 2019 : travaux sur les espaces publics.

Le mois de novembre, sans tabac !

Tenir un mois sans tabac, c'est cinq fois plus de chance de s'arrêter. Pour cette deuxième édition, l'opération nationale, qui incite de manière positive les fumeurs volontaires à arrêter le tabac pendant 30 jours, se déroule durant tout le mois de novembre.

Montpellier se mobilise pour le mois sans tabac

A Montpellier, territoire de santé, riche d'une forte tradition médicale, la Ville, en partenariat avec l’Assurance Maladie de l’Hérault, l’Agence Régionale de santé et de nombreux acteurs associatifs, a décidé de s’engager et de soutenir cette campagne nationale à travers l'opération "Les Montpelliérains soutiennent #MoisSansTabac". De nombreuses actions de sensibilisation sont ainsi organisées à Montpellier tout au long du mois.

L'opération commence jeudi 2 novembre 2017

Pour la première fois en France, un tramway de la TAM Montpellier Méditerranée Métropole sera « habillé » aux couleurs de l’opération afin de soutenir et motiver les participants, les supporters et les partenaires mobilisés dans cette campagne. 

 Une première grande journée de mobilisation est prévue le jeudi 2 novembre 2017, à 10h45, arrivée à l'arrêt "Moularès – Hôtel de Ville" du premier trajet du tramway ligne 3 habillé aux couleurs de l'opération, transportant les ambassadeurs mobilisés pour sensibiliser les voyageurs.

Un geste symbolique sera effectué à son arrivée devant le parvis de l'Hôtel de Ville, à 11h, dans le hall de l’Hôtel de Ville, une prise de parole sera organisée en présence de Caroline Navarre, adjointe au maire de Montpellier, déléguée à la Prévention Santé et aux Droits des femmes et de représentants de l'Assurance maladie de l’Hérault, du CHU de Montpellier et de l'Agence Régionale de Santé Occitanie, suivi d'un vin d'honneur.

De 8h30 à 17h, dans le hall de l’Hôtel de Ville, une journée de sensibilisation à destination du grand public et des employés municipaux sera animée par l’association Souffle L-R, en présence de trois tabacologues et d'animateurs santé.

Des conseils pratiques, de la documentation et des objets promotionnels seront distribués à cette occasion.

Clap de fin du jumping international

L'épreuve  internationale de saut d’obstacles, la seule dans le Sud de la France, s'est refermée dimanche 29 octobre 2017, après 4 jours de compétitions lors du Concours de Saut d'obstacles International - CSI - niveaux 1 et 3 étoiles.

Un "trois étoiles"  une montée en gamme dans la Région Occitanie

Après six ans d'absence, le concours hippique, le Jumping International de Montpellier Occitanie qui s'est tenu à l'Arena de Montpellier, a rassemblé 300 chevaux et 250 cavaliers français et étrangers. Parmi les nationalités, la France fut majoritairement représentée au côté de l'italie, la Norvège, la Suisse, l'Espagne, l'Allemagne, la Russie, les Etats-Unis, Madagascar et l'irlande... Parmi les seize épreuves, quatre d'entre elles comptent pour le  Longines Ranking – le classement mondial permanent des cavaliers de saut d’obstacle.

Des performances sportives pour les chevaux et leurs cavaliers avec un carton plein pour Julien Gonin le cavalier rhônalpin de 35 ans.

Les résultats du Jumping International de Montpellier

Victorieuse des deux phases : Vanessa Norblin sur Nebula devançant le Russe Egor Shchibtik, et les Italiens Simone Coata et Matteo Del Prette.

Dimanche 29 octobre:

Le Grand Prix Nicollin, niveau 3 étoiles fut remporté par Kenny Darragh sur Go Easy de Muze.

Le prix Aby Print, niveau 1 étoile, fut remporté par Patricia Bardon Planchat sur Quadrille de La Cour

Samedi 28 octobre:

Le Prix Esthederm, niveau 1 étoile, fut remporté par Lucas Fournier sur Spiderman du Brayon

Le grand Prix Emile Noël, niveau 1 étoile, fut remporté par Elise Aaserud Mdl sur Radfieuse du Landey

Le prix FDI Groupe, niveau trois étoiles, fut remporté par  Kenny Darragh sur Charming Fellow Z

Le prix Montpellier Méditerranée Métropole, niveau trois étoiles, fut remporté par  Kenny Darragh sur Team de Coquerie

Vendredi 27 octobre:

Le Prix Région Occitanie fut remporté par Julien Epaillard sur Instit de Jucaso

Jeudi 26 octobre:

le Prix du Conseil général de l'Hérault, niveau trois étoiles, fut remporté par Julien Gonin sur Well Done

Le Prix de la Ville de Montpellier, niveau trois étoiles, fut remporté par Julien Gonin sur Soleil de Cornu CH.

Les Pénitents à l’honneur avec l’Association Saint Vincent

Ce samedi 28 octobre, à partir de 14h, Fabrice Bertrand organisait avec l’association Saint-Vincent de Poussan une demi-journée consacrée aux Pénitents en Languedoc.

Pour l’association qui est une des plus anciennes de Poussan, cette journée se voulait un événement majeur afin de faire renaître son identité au travers de la Chapelle des Pénitents. Fabrice Bertrand remerciait bon nombre d’acteurs et de personnes qui ont permis la réalisation de cet événement : des intervenants pour les conférences aux nombreux pénitents venus de Montpellier, de la Mairie aux membres de l’association pour leur aide efficace.

fabDSC_0013 (11)

Car les Pénitents blancs de Poussan ont eu un lien étroit avec ceux de Montpellier et il était opportun de montrer que ces confréries sont ouvertes encore à Montpellier, en centre-ville. Grâce à deux conférences et interventions, réalisées par le prieur de la dévote et respectable confrérie des Pénitents Blancs de Montpellier, M. Guilhem Vandenhaute, par une pénitente, membre de la dévote et royale compagnie des Pénitents Bleus de cette même ville, Mme Christine Auche-hedounous nous avons d’abord découvert la riche histoire de ces confréries montpelliéraines et les liens qui les unissaient.

 « En 1160 les premiers pénitents apparaissent et ils vivent alors selon l’ancienne règle imposée aux pénitents publics qui désiraient demander réparation. » Ont alors été définis des œuvres de miséricorde avec donc des engagements sociaux dans les différentes confréries. Une sorte de caisse de secours mutuel a été mise en place dans les celles-ci pour aider ceux qui en avaient besoin. Au cours des siècles, évolutions diverses, certaines vers la spiritualité d’autres vers les Ordres avec même à une époque des « Battuti » où l’on se flagellait pour se rapprocher du Christ et de Dieu. La Cagoule était portée avec des gants, pour que l’on n’identifie pas le Pénitent.

fabDSC_0030 (5)

Tous les Pénitents étaient alors placés sur le même plan, manuels ou intellectuels, riches ou moins fortunés.

A Montpellier, les Pénitents blancs aidaient surtout les pauvres. Il faut savoir qu’à une époque il y eut plus de 170 confréries en Languedoc plus ou moins associées entre-elles pour se maintenir et même coordonnées pour s’entraider. Quant aux Pénitents de la dévote et royale compagnie des Pénitents Bleus, ils ont apparu en 1040 et sont toujours opérationnels à la Rue des Étuves, à Montpellier.

Leur mission principale est d’accompagner dans les œuvres de miséricorde les défunts et leurs familles. Puis Fabrice Bertrand a présenté la Chapelle des Pénitents blancs de Poussan et comment ces derniers étaient liés aux autres confréries.fabDSC_0007 (18)

La chapelle des Pénitents de Poussan est très sobre, pourtant elle fut richement meublée et décorée avec plus de 48 tableaux de grande valeur, les lustres de l’église actuelle, et d’autres éléments qui illustrent les anciennes caractéristiques de ce lieu. Si la chapelle fut inaugurée en 1657, la confrérie existait depuis 1590. Et jusque là les Pénitents se réunissaient dans l’église Saint Pierre, « en chapelle » devant un tableau représentant le « Saint Esprit ».

Toujours en blanc, par symbole de pureté, à cette époque là, l’on devenait pénitent pour endiguer la progression de l’église réformée. Les principales œuvres étaient mutualistes pour ces Poussannais.

fabDSC_0030 (6)De nombreuses archives et des documents sont conservées aux Archives Départementales et consultables. Au 19ème, il y eut même des Pénitentes. Un rôle surtout social pour elles. Tous, hommes et femmes, assistaient les Poussannais lors des processions et étaient enterrés dans l’église puis dans la chapelle et quand il n’y avait plus de place, pour en libérer une, la dépouille la plus ancienne prenait la direction du cimetière, alors près de l’église.

En 1910, la chapelle fut désaffectée. Elle servit pour la soupe populaire, comme salle de bal et en 1980 elle faillit être achetée mais les opérations cessèrent suite à des doutes au niveau des Monuments historiques.

 « Plus personne n’en voulait, sauf l’Association Saint Vincent qui put l’acheter à bas prix. »

Pour l’association Saint Vincent, cette journée se veut être un autre départ pour la chapelle, avec certainement bientôt, des travaux au niveau de la toiture. Avant de poursuivre en pénétrant dans la chapelle des Pénitents blancs de Poussan, et en visitant ce bel édifice qui, qui depuis sa construction en 1656, est un des fleurons du patrimoine du Bassin de Thau, un moment de convivialité était partagé.

Et pour faire revivre cette chapelle, à 17 h 30, avait lieu sa Bénédiction par le père Bogdan Lesko, accompagné par les Pénitents de Montpellier.

Le Père Bogdan précisait que quelque soient les années ou les époques il fallait retenir que ces lieux avaient d’abord abrités des personnes désirant mutualiser leurs efforts autour de certaines valeurs pour aider ceux qui avaient besoin de soutien. Et dans ce sens; les visiteurs et paroissiens présents priaient lors d’une courte cérémonie pour que ce lieu garde son caractère spirituel en lien avec les valeurs de « l’église » Catholique.

penCapture

Critérium des Cévennes, 59e édition

Au départ de Montpellier, après une interruption en 2016 pour des raisons financières, les 180 pilotes du rallye des Cévennes se sont présentés sur le podium installé sur l'esplanade Charles-de-Gaulle ce vendredi 27 octobre. Dès 15h, le public était au rendez-vous du rallye Critérium des Cévennes 2017 organisé par l’ASA Hérault.

Le grand rendez-vous annuel de la région

131 conducteurs disputeront le rallye moderne et 51 pilotes s'élanceront sur le rallye VHC -  Véhicules historiques de Compétition - une première comptant pour la finale de la Coupe de France des rallyes VHC. Les concurrents vont s'affronter sur 9 spéciales dont deux en nocturne. Ils totaliseront ainsi 180 kilomètres d'épreuves chronométrées sur les routes étroites et sinueuses des Cévennes, dans l'arrière pays héraultais et gardois.

A leur retour, samedi 28 octobre 2017, les pilotes arriveront sur la Comédie de Montpellier dans l'après-midi pour clore cette 59e édition du Rallye des Cévennes. Ainsi, le public en prendra plein les yeux une seconde fois, crissements de pneus et vrombissements garantis. Côté animations, on peut piloter sur les plus grands circuits du monde comme les champions avec le simulateur automobile et acheter le produit phare des Cévennes, les fameux oignons doux.

Pour suivre le classement du Rallye des Cévennes


Des parapluies roses pour favoriser la recherche

Campagne de prévention du cancer du sein et la nécessité de se faire dépister

L'opération du collectif de l'Hérault "Octobre Rose" a mobilisé encore une fois le public venu se procurer un parapluie rose à la salle Pétrarque de Montpellier.

 La vente de parapluies roses a eu lieu au profit de la lutte contre le cancer du sein. Les 200 parapluies ont trouvé preneurs ainsi que le maillot rose du milieu de terrain du MHSC Paul Lasne qui est parti au prix de 200 euros.

Au total, 2 000 euros ont été récoltés et permettront de financer la recherche au profit de la lutte contre le cancer du sein.

Un peu plus d'une cinquantaine de personnes se sont déplacées pour suivre la conférence du professeur Jean-Bernard Dubois qui portait sur les progrès de la cancérologie. 

 

Nicole Brahier de l'association Arcopred fondée par le professeur Jean-Louis Lamarque

 

En révélant les derniers chiffres établis, le cancérologue a rappelé que le cancer du sein touchait une femme sur huit et que le dépistage précoce permettait d'anticiper avant même l'apparition des symptômes. Aujourd'hui, 56% des femmes se font dépistées à l'ICM de Montpellier.

Composition du collectif :

AMHDCS, ARCOPRED, BRCA France, CHU Montpellier, Comité féminin 34, Comité de l’Hérault de la Ligue contre le cancer, Dépistages 34, Association Etincelle, Institut du Cancer de Montpellier, La Montpellier Reine a du Coeur, La Ville de Montpellier, Montpellier Institut du Sein, Vivre comme avant.

Vente des parapluies roses et conférence

La vente solidaire de l'Opération Octobre Rose s'organise ce jeudi 26 octobre 2017 et met un terme au mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. La conférence du Professeur Jean-Bernard Dubois cancérologue, président du Comité 34 de la Ligue contre le cancer portera sur le dépistage.

Les parapluies roses sont mis en vente au prix de 10 euros. L'entrée est libre dès 18h, salle Pétrarque dans l'Ecusson de Montpellier.

Intoxications graves par des champignons

La Direction Générale de la Santé renouvelle sa mise en garde liée à la cueillette des champignons et tire la sonnette d'alarme

Face à la forte augmentation du nombre de cas graves d’intoxication liés à la consommation de champignons signalés aux centres antipoison et de toxicovigilance, l’Anses, la Direction générale de la Santé (DGS) et les Centres antipoison renouvellent leur mise en garde aux amateurs de cueillette et rappellent les bonnes pratiques à respecter.

Depuis le début de la surveillance, début juillet, 32 cas graves d’intoxication par des champignons ont déjà été rapportés aux centres antipoison sur 1 179 cas signalés, alors que la moyenne annuelle observée est d’une vingtaine de cas graves. Sur les 32 cas, 20 correspondent à un « syndrome phalloïdien », caractérisé par des signes digestifs survenant en moyenne 10h à 12h après la consommation de champignons et qui peut être à l’origine d’une atteinte hépatique mortelle en l’absence de traitement1 Ce syndrome peut être causé par des amanites (amanite phalloïde, amanite vireuse…), des petites lépiotes ou des galères2.

Parmi ces 20 cas, deux ont nécessité une greffe hépatique et un troisième cas est décédé. En raison de ce pic d’intoxications et du nombre élevé de cas graves associés, la Direction Générale de la Santé (DGS) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) réitèrent leurs recommandations à respecter impérativement : En priorité, et en cas de doute, il est indispensable de faire identifier sa récolte par un spécialiste (pharmaciens, mycologues des associations ou sociétés savantes de mycologie3 ) avant toute consommation ; certaines intoxications pouvant s’avérer mortelles. Photographier sa cueillette avant cuisson permet au centre antipoison d’identifier le champignon, en cas d’intoxication.

Toutes les régions sont concernées par des intoxications par des champignons et dans les cas signalés, 94% des cas ont été provoqués par les champignons cueillis par des particuliers.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes (notamment diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) à la suite d’une consommation de champignons de cueillette : appelez immédiatement le « 15 » ou le centre antipoison de votre région, et précisez que vous avez consommé des champignons.

En savoir plus :

 DGS - Direction Générale de la santé, Prévention des intoxications par les champignons

Office National des Forêts

ANSES, Cueillette et consommation de champignons

Société Mycologique de France Association des Centres Antipoison et de Toxicovigilance