Séjour d'automne avec Bouillon Cube

Du 30 octobre au 3 novembre 2017
Public ciblé de 3 à 11 ans

Il y a dix ans naissait l'association Bouillon Cube, installée dans une bergerie du petit village médiéval de Causse de la Selle, à 40 km de Montpellier. Conventionnée avec la communauté des communes du grand Pic saint Loup, l'association propose un séjour au centre de loisirs pendant la deuxième semaine des vacances de Toussaint. Un séjour sur mesure pour les jeunes qui se consacreront à la réalisation d'un roman-photos, du dessin au cadrage, de la photographie à la comédie. 

Tour à tour, ils créeront une histoire et un storyboard comme au cinéma, des décors en dessin et en peinture,  un studio photos et enfin prendront la pose.

Cette courte semaine de quatre jours, le premier novembre étant férié, se terminera par une rencontre avec les personnes âgées de la maison de retraite de St Martin de Londres qui viendront partager la dernière journée  autour de portraits photos et d'ateliers cuisine. 

Jour 1 : création d'une histoire collective et du storyboard scène par scène 
Jour 2 : création des décors en dessin et peinture 
Jour 3 : studio photos et mise en scène des poses
Jour 4 : portrait photo et rencontre avec la maison de retraite de St Martin de Londres. 

BOUILLON CUBE
La Grange
34380 Causse de la Selle
T/ 04 67 71 35 42
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tarif : de 28 à 56 euros selon le revenu des parents. Aides CAF acceptées.

Adhésion obligatoire de 5 euros pour les enfants non adhérents.

Guillaume Fabre dénonce une hausse masquée de l'imposition

 Guillaume FABRE Conseiller Départemental de l'Hérault, 1er Adjoint Saint Gély du Fesc et Conseiller Communautaire de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint-Loup communique :

"N'ayant pas pu obtenir de majorité pour augmenter les taux d'imposition en début d'année, le Président use d'un stratagème pour les augmenter indirectement : la suppression de l'abattement général de base
Le Conseil Communautaire s'est réuni mardi 19 septembre, une assemblée de 62 élus communautaires.
Lors du vote de la suppression de l'abattement général de base, sur la partie intercommunale de la Taxe d'Habitation, seulement 22 élus ont voté pour cette suppression, 14 se sont abstenus, 3 ont votés contre.
Une suppression qui est, en réalité, une hausse d'impôts de 2% (pour les propriétaires de grandes maisons) à plus de 30% (pour les propriétaires de petites maisons) sur la partie intercommunale de la Taxe d'Habitation. Une hausse injuste et inéquitable, une hausse d'impôts de plus de 600 000€ !
L'augmentation des impôts est inacceptable dans un contexte économique et social difficile. Tellement inacceptable, que peu d'élus ont fait le déplacement et seulement 22 sur 62 ont decidé d'augmenter vos impôts, la majorité ayant exprimé en début d'année vouloir réaliser au préalable des économies au sein de la collectivité."

Guillaume FABRE
Conseiller Départemental de l'Hérault
1er Adjoint Saint Gély du Fesc
Conseiller Communautaire de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint-Loup

Succès de la journée portes ouvertes du CK2H

2017, synonyme de changement au CK2H.  Après l’ascension en Nationale 3 pour nos poloïstes en juillet dernier, le CK2H fait ses valises et les pose sur un nouveau terrain de la commune d'Agonès bodée par le fleuve Hérault.

Pour se faire connaître et montrer ses différentes activités aux habitants du village, le club a organisé une journée porte ouverte ce samedi 2 septembre 2017 sur ce nouveau plan d'eau vive.

Monsieur le Maire, Patrick Tricou, et son adjoint, Monsieur Emile Bourget nous ont honorés de leur présence. Leur venue a permis aux gens du club de les rencontrer, d’échanger sur leurs ambitions et les remercier de leur accueil, leur confiance et leur enthousiasme à la présence du club dans la vie de leur commune.

 

Tout au long de l’après-midi, des jeux autour de la pagaie ont été proposé sur le plan d’eau. Une quarantaine de participants ont répondu présent et ont pu s’initier au kayak-polo, au kayak de rivière et au stand-up paddle, encadrés par plusieurs jeunes du club heureux de partager leur passion dans la bonne humeur et la convivialité. La journée s’est clôturée par un goûter offert par le club.

Pour s'inscrire au club CK2H - Contact : Lucile Marozeau 06.61.77.59.95

Les soupes de Lauret dans le vent

C'était la 8e édition de la fête de la soupe à Lauret, non loin de l'Hortus, à 35 mn de Montpellier. La petite bourgade de 600 habitants a rapidement pris les allures d'une fête familiale au gré des effluves et des rafales de vent.

Ce dimanche 5 février, en période de vacances, les amateurs de soupes sont descendus de leurs cantons, emmitouflés mais réjouis à la vision de toutes ces marmites, le bol de terre cuite suspendu au cou et indispensable pour consommer les délicats nectars. Ils ont rapidement fait monter la fréquentation de l'événement à plus de 1400 participants. Ce jour-là, c'était un des endroits les plus fréquentés du Pic Saint-Loup, comme chaque 1er dimanche de février.

Des saveurs partagées

Au fil des heures, les marmites fumantes se présentaient devant le public dans une frénésie sans pareille. En effet, il fallait attendre 12h30, au lancement de la fête de la soupe par Alain Barbe, président de la commuanuté de Communes du Grand Pic Saint-Loup pour approcher les potages qu'avaient mitonnés depuis plusieurs heures les chefs régionaux de la Trinque Fougasse de Montpellier, le Clos des Oliviers de Saint Gély du Fesc, l'Auberge du Cèdre de Lauret, la brasserie Le Montferrand de Saint-Mathieu de Tréviers, Sous le Chêne, les ambassadeurs de l'éco-tourisme venu de Corconne ou le Pet au Diable des Matelles.
Plus loin, les bénévoles de l'association la Paturèle s'affairaient à remplir les 700 bols vendus à 5€ sur les 1000 conçus par le potier Patrice Poncet de Saint-Laurent-le-Minier, en ajoutant un petit compliment ou en rappelant les ingrédients de chaque velouté. Car en effet, devant tant de variété, les discussions allaient bon train sur le lapin au cresson ou la garbure de Catherine au goût prononcé de cochon. Plus loin, au stand La Cocotte, le potimarron à l'indienne, la soupe portugaise aux haricots ou la soupe thaï faisaient voyager. Au total, trente soupes ont été présentées au public qui ne cessait d'en réclamer tandis que fusaient les accroches des marmitons " Venez goûter ma soupe, c'est la meilleure !", " Par ici! Ma soupe au céleri rave est bien meilleure !". Et dans cette ambiance bon enfant qui prenait des allures de marché médiéval, les files de gourmets s'organisaient.

No images found.

Autour des marmites, l'esprit de la fête

Non loin de là, d'autres stands sous les barnums proposaient aux plus gourmands l'aligot saucisse de Sébastien et sa tome filante qui vendit 300 assiettes pour compléter le menu. Plus loin, six vignerons du Pic Saint-Loup ont servi plus de mille deux cents verres de leur production locale et faisaient monter la température locale fort fraîche, tandis que la chanson française était servie par un duo détonnant, les Mobil'Hommes, qui sillonnaient dans les allées de la place du village, pendant que Brassens et Brel étaient invoqués dans un swing plaisant.

Côté artisanat, pour compléter la kermesse, une dizaine de créateurs de la région dont la costumière Caroline Hagen, le ferronnier d'art de Caama ou le travail raffiné de Chantal Arnould vitrail et Fusing de Montoulieu avait créé un espace accueillant et de temps calme pour les enfants à l'abri des flonflons. Organisée par l'association L'Orée des Arts installée à Lauret, la salle des "jeux d'autrefois" avec des réalisations en bois a séduit parents et enfants aux prises avec le billard Georges ou l'arène et ses toupies qui était un jeu en bois pratiqué dans les années 40. Encore un ingrédient de cette journée qui mettait en avant les souvenirs d'enfance. Une journée hors de son temps ! Le rendez-vous est donc noté pour la prochaine édition le dimanche 4 février 2018 à Lauret.

Notre Dame de Londres

Le village de Notre Dame de Londres, avec ses 490 habitants,appelés les Londrins et les Londrines, est l'une des petites communes qui fait partie "du Grand Pic Saint Loup". A l'intérieur des remparts se serrent frileusement de jolies maisons autour d'une place bien tranquille que nous font découvrir Michel et Valérie Campion.

Valflaunès, Festa de la Vendemia

 Valflaunès doit compter près de 800 habitants. Dimanche 13 novembre, cette commune de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint Loup en a vu défiler bien plus. Car Valflaunès célébrait la 9ème Vendemia (fête des vendanges) de son histoire récente. Ce fut, dans le contexte particulier de cet automne 2016, un moment festif bien propre à égayer un public varié.Valflaunès ? C'est au nord de Montpellier, après les Matelles et Saint Mathieu de Tréviers. C'est une très ancienne communauté attestée dès avant 923, lorsqu'elle faisait partie du "Consulat du val de Montferrand" qui comprenait 9 communes, de Saint Mathieu de Tréviers à Combaillaux. L'appellation latine (figulina, atelier du potier et le suffixe -ensem) a évolué pour donner au XIIème siècle Vallefeneira, puis Valleflaunesia au XVIème siècle et enfin Valflaunès. La communauté, érigée en commune en 1792, est la plus proche du Pic Saint Loup, là où la roche des garrigues se dresse face au ciel. Environné de vignes (AOP ou AOC), le village célèbre la fin des vendanges selon le calendrier révolutionnaire, du 22 septembre au 21 octobre. Mais il pleut souvent en octobre et mieux vaut repousser la fête début novembre. La récolte est rentrée. On estime le degré, la quantité. Et l'on espère l'assistance nombreuse car le bénéfice de la manifestation permettra d'aider les viticulteurs fort éprouvés par "l'alerte rouge" de la fin du mois d'août quand les grêlons ont blanchi la garrigue et dévasté les vignes.Et le public emplissait la place de la mairie et la pente de la rue de l'Eglise, sensible aux sons, couleurs et images. Il y en avait pour tous les goûts. Place de la mairie, au son des guitares électriques, on pouvait être tenté par des pâtisseries, du savon au lait d'ânesse ou la dégustation d'huîtres de Bouzigues. Rue de l'Eglise, au son d'un jazz-band, des stands proposaient des huiles essentielles d'une abbaye de Haute Provence, olives du terroir et tapenades, objets de bois flotté. Et quand le soleil se montrait, il lustrait les tissus des produits "Alouane". Ces textiles issus de fibres d'agave, tissés au Maroc, aux couleurs vives et nettes, propres à illuminer un intérieur ou à figurer sur des scènes de théâtre. Mais l'aire du Pic Saint Loup est célèbre pour son vin. Alors on pouvait évoquer le passé : visiter une ancienne cave avec son pressoir et ses foudres de bois. Une très riche exposition retraçait la grande révolte vigneronne de 1907 : Argeliers, Marcellin Albert, la manifestation monstre à Montpellier, la crosse en l'air des conscrits du 17ème et les victimes de Narbonne. La geste vigneronne est aujourd'hui moins dramatique, même si les temps sont difficiles. Les stands de dégustation ne désemplissaient pas et certains crus plus souples, un peu moins chauds connaissaient un franc succès.On pouvait même faire connaissance avec les cépages, tels cette "roussanne" typiquement languedocienne. La Vendemia était à l'image de toute une culture, vécue autour de la vigne. La vigne qui était, ne l'oublions pas, l'attribut d'un dieu de l'Olympe.Hervé Le Blanchereportage vidéo de Valérie et Michel Campion (studio MCV, partenaire de Montpellier-infos)

» Cliquez ici pour voir le reportage
Vidéo du studio MCV