Une feuille de route commune pour le développement des Cévennes

 Avec un « contrat territorial » nouvelle génération et la labellisation des Cévennes Grand Site Occitanie Sud de France, la Région propose un accompagnement sur-mesure aux projets cévenols. Attractivité, aides économiques et qualité de vie sont au cœur de la démarche.

Ville d'Alès dans le Gard © Laurent Boutonnet - Région Occitanie

 
Ville d’Alès dans le Gard © Laurent Boutonnet - Région Occitanie

À l’office de tourisme d’Alès, porte d’entrée du Grand Site Occitanie/Sud de France - Cévennes, un totem a été dévoilé ce mercredi 3 juillet par la présidente de Région. Les Cévennes, réputées « belles et rebelles » pour leurs paysages somptueux et leurs traditions, font partie de la collection de 40 Grands Sites touristiques mise en place par la Région. Dans la foulée, Carole Delga a signé à l’Atome d’Alès le Contrat territorial qui engage la Région et ses partenaires - Alès Agglomération, Département du Gard, syndicat mixte du Pays des Cévennes et communauté de communes de Cèze Cévennes - de 2018 à 2021 sur une « feuille de route » commune. Celle-ci se focalise sur les sujets prioritaires : l’emploi, l’activité économique, la croissance verte, la qualité de vie et les services de proximité.

Signature du contrat territorial Pays Cévennes-Département du Gard-Région Occitanie
L’action territoriale est une priorité de la Région, qui a un vrai projet collectif, partagé par les territoires, relève Carole Delga. Une région forte, c’est avant tout une région de territoires connectés, aménagés et équipés, proposant des services publics accessibles et de proximité.

Depuis 2018, le Contrat territorial alésien a déjà ciblé 12 opérations pour 14,5 M€ d’investissements en Cévennes, comme la requalification de la station thermale des Fumades, le soutien au Pôle National Cirque Occitanie ou l’aménagement du centre de Branoux-les-Taillades. La Région noue ce type de contrats avec les métropoles, agglomérations, Pays, parcs naturels régionaux et Pôles d’équilibre rural et territorial. En Occitanie, 53 Contrats territoriaux - sur 56 possibles - ont déjà été approuvés, tel celui de la métropole toulousaine mardi 2 juillet. En parallèle, la politique régionale Bourgs-Centres dynamise les petites villes : 3 communes cévenoles (Saint-Ambroix, Barjac et Molières-sur-Cèze) sont déjà engagées et 5 autres sont volontaires.

La Région se mobilise fortement pour les projets du Gard : elle a investi plus de 750 M€ entre 2016 et 2018 dans ce département, dont 95 M€ sur le bassin alésien. Elle engage en particulier 45 M€ pour le futur lycée de Sommières et 20 M€ pour le déploiement du Très Haut Débit par le conseil départemental. Par ailleurs, 30 M€ d’aides directes ont été votées pour 261 entreprises gardoises sur la même période.
En savoir plus

Commission permanente : focus sur les principales aides votées en faveur de l'Hérault

Réunis sous la présidence de Carole Delga, le 7 juin dernier à Montpellier, les élus de la Commission permanente ont adopté un ensemble d'aides pour les 13 départements du territoire.

 Zoom sur les principaux projets héraultais (liste non exhaustive) bénéficiant du soutien de la Région.

 ACTION POUR L'ECONOMIE ET L'EMPLOI  

Cheffe de file en matière de développement économique, la Région a déployé un nouveau panel d'interventions adaptées aux différentes étapes de développement des entreprises. Dans le cadre de son « Contrat Export », qui accompagne sur 24 mois un programme de développement export mis en œuvre par les TPE/PME du territoire, la Région finance la réalisation d'un programme de développement de la société PEPSIA à Pérols, à hauteur de 100 K€.  
 
Via son « Contrat Croissance Entreprise », la Région permet notamment à la société Natixis Lease à Béziers et Star Lease à Poussan, de bénéficier d'une aide de près de 130 K€ et 54K€ pour la réalisation d'un programme de développement. De même, la société Bio Cash Distribution à Vendargues obtient près de 30 000€ pour l'agrandissement de son site et de son activité. 
 
Concernant le « Contrat Innovation », la Région attribue plusieurs aides pour la réalisation de projets d'innovation stratégique, dont près de 100 K€ à la société ACOBIOM à Montpellier ainsi que 84 K€ à la société LEANOVA à Montpellier.
 
Dans le cadre du dispositif « START'OC PROcess » qui a pour objectif de soutenir les startups dans leur lancement commercial, la Région mobilise près de 100K€ pour soutenir 2 projets dans l'Hérault : le lancement commercial de la Sas GC TECH à Villeneuve-lès-Maguelone et EKYNO COMPANY à Castelnau-le-Lez. 
 
Enfin, à travers son « Contrat immobilier d'entreprise », la Région soutient à hauteur de plus de 60 000€ IP SECURITE.COM à Clermont l'Hérault pour la construction d'une unité logistique.
 
Grâce à son « Contrat Croissance de Proximité », la Région soutient les projets d'investissement, matériel et immobilier s'inscrivant dans un projet de développement pour les PME. Près de 180 K€ sont attribués à MGL Béziers pour la modernisation de l'outil de travail et le développement des compétences.

De nouveaux moyens pour le musée Soulages à Rodez

Le 1er juillet 2019, afin de garantir la mise en valeur de l’œuvre de Pierre Soulages, peintre contemporain célébré internationalement, la Région Occitanie, l’Etat, le Département de l’Aveyron et l’Agglomération du Grand Rodez ont approuvé la création d’un Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC).

JPEG - 800.7 ko

Fort d’une collection exceptionnelle de 500 œuvres, le musée Soulages, inauguré le 30 mai 2014 à Rodez, a totalisé depuis cette date près de 900 000 visiteurs. Pour conforter ce développement, un EPCC [1] a été créé le 1er juillet 2019. Cette nouvelle structure officialise le partenariat entre l’Etat, la Région Occitanie, le Département de l’Aveyron et l’Agglomération du Grand Rodez pour offrir au musée les moyens d’un rayonnement national et international.

Moteur pour l’économie touristique et l’emploi de la ville de Rodez, l’EPCC « Musée Soulages Rodez » a plusieurs missions d’importance. Outre, la présentation au public des œuvres de Pierre Soulages, le musée s’attache à organiser des manifestations visant à approfondir la connaissance de l’œuvre de l’artiste et de son courant artistique. Le musée a également pour objectif d’encourager la création artistique contemporaine, les échanges entre créateurs français et étrangers ainsi que l’enrichissement des collections du musée.

La création d’un EPCC c’est la preuve de l’attachement de la Région à l’œuvre d’une vie, à la collection Soulages, affirme Carole Delga

Pierre Soulages, la lumière vibre dans le noir

Pierre Soulages, devant un "outrenoir"
Pierre Soulages, devant un "outrenoir"

Figure majeure de l’abstraction, Pierre Soulages, dont c’est le 100e anniversaire cette année est un des plus grands peintres de la scène française. Né à Rodez en 1919, l’artiste est une des dernières grandes figures de l’art moderne. Son œuvre prolifique, plus de 1 550 toiles, est exposée à travers le monde.

Pierre Soulages, maître incontesté de la peinture au noir qu’il qualifie d’Outrenoir, cherche dans ses œuvres mono-pigmentaires à faire surgir la lumière. Ses créations, parfois proches de la sculpture, utilisent la matière afin de créer des reliefs. Ainsi Soulages va faire ressortir un mouvement et des contrastes au gré des déplacements du spectateur. La lumière, en se réfléchissant sur la surface, joue une place prédominante dans son travail. Adoptant un geste assez expressionniste, la manière de peindre de Soulages, avec vigueur, est inimitable.

Festivals d’Occitanie : une saison à prix réduit !

 Il y en aura pour tous les goûts… De Figeac à Port Barcarès, plus de 300 festivals irriguent tout le territoire cet été ! Entre jazz, danse contemporaine et musiques actuelles, ils proposent au public une programmation des plus éclectiques. Et parce que la culture doit rester accessible au plus grand nombre, nous vous avons sélectionné quelques idées de rendez-vous à prix réduit, à ne pas manquer cet été. 

FESTIVAL MONTPELLIER DANSE

Du 22 juin au 6 juillet à Montpellier (Hérault)
Spectacles et ateliers danse

JPEG - 58.2 ko

Le festival montpelliérain de danse contemporaine n’est plus à présenter. Il attire depuis 1981 des milliers de spectateurs. Cette année encore, le festival réunira les plus grands chorégraphes (William Forsythe, Anne Teresa de Keersmaeker…), dans une édition hommage au chorégraphe américain Merce Cunningham.

Plus de 300 compagnies de danse venues du monde entier offriront au public une dizaine de spectacles par jour : cours de danse en plein air, apéro-débats, documentaires… Durant le festival, de nombreuses représentations gratuites seront proposées aux familles dans la ville de Montpellier et sa métropole.

En savoir plus

NATURAL GAMES

Du 27 au 30 juin à Millau (Aveyron)
Sports et pleine nature

Faites le plein de sensations au festival Natural Games ! Les meilleurs grimpeurs, kayakistes, et riders seront au rendez-vous pour des compétitions internationales en journées et assureront le show en soirée. Des ateliers d’initiation seront proposés gratuitement au public pour découvrir les activités de bien-être et des sports d’extérieur. La musique sera également au programme du festival aveyronnais. Les 27 et 28 juin, les concerts seront gratuits. Pour cette 11e édition, l’écologie sera au centre de l’événement : promotion du zéro déchet, développement durable, ateliers, débats… La « Green Zone » sera ouverte à tous de 9h à 23h, durant tout le festival.

Budget participatif « Montagnes d'Occitanie, terres de vie et d'innovation » :

- Assemblée plénière - 

Les citoyens appelés à proposer leurs projets 

Les élus régionaux réunis en Assemblée plénière sous la présidence de Carole Delga, ce jeudi 27 juin à Montpellier, ont adopté la création de budgets participatifs. Le budget participatif « Montagnes d'Occitanie, terres de vie et d'innovation » est sur le point d'être lancé, pour accompagner des solutions nouvelles pour le développement des territoires de montagne imaginées par leurs habitants à partir du 1er juillet, et sélectionnées par les citoyens d'Occitanie. Le budget participatif « Ma solution pour le Climat », quant à lui, débutera en septembre prochain.

La Région Occitanie, résolument engagée dans un nouveau contrat démocratique avec les citoyens, souhaite accorder une place importante à l'intervention citoyenne dans les processus de conception, de décision et d'évaluation des actions de la collectivité régionale. En mars 2018, avec le vote de la Charte Régionale de la Citoyenneté Active, la Région a pris l'engagement d'étendre les démarches de budgets participatifs à l'ensemble des citoyens d'Occitanie et à l'ensemble des compétences régionales. Si les budgets participatifs sont un des exercices les plus développés par les communes, la démarche est une première à l'échelle d'une Région française.

Le budget participatif « Montagnes d'Occitanie, terres de vie et d'innovation », doté de 1,2M€ sur 2 ans (2019-2020), vise à faire participer les citoyens d'Occitanie et à les mobiliser autour de projets innovants pour les territoires de montagne. Ils sont ainsi appelés à imaginer et à proposer des projets d'intérêt collectif qui répondent aux problématiques des massifs montagnards, qu'il s'agisse de la préservation de l'environnement, de l'alimentation, de la valorisation des filières locales, du lien social, de la mobilité ou encore de la valorisation des ressources locales.

« La montagne est omniprésente en Occitanie, Elle couvre plus de la moitié de notre territoire et plus de 1,2 millions d'habitants y vivent. La montagne forge l'identité de ses habitants qui ne la considèrent pas comme un handicap mais bien comme une force. Ensemble, nous pouvons relever tous les défis que constituent l'accès aux services publics, à l'emploi ou encore la sauvegarde de la biodiversité. C'est pourquoi, après une année d'échanges et de co-construction au sein du Parlement de la Montagne, nous avons choisi de confier l'initiative aux citoyens qui souhaitent concevoir des projets innovants et qui répondent à leurs besoins du quotidien » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Un budget participatif qui place l'innovation et le citoyen au cœur du Plan Montagne

Carole Delga : « l'Occitanie est LA région des transports du futur »

Du 17 au 23 juin, l'Occitanie expose ses savoir-faire, ses innovations et ses pépites industrielles sur le 53e Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace Paris-Le Bourget. Pour l'occasion, 85 entreprises régionales sont accompagnées par la Région et son agence de développement AD'OCC sur toute la durée du salon. Accueillies sur le pavillon « Aerospace Valley Occitanie - Nouvelle Aquitaine », le plus grand des pavillons régionaux cette année, elles témoignent de la vitalité de la filière aéronautique et spatiale en Occitanie. Au total, plus de 250 entreprises régionales sont présentes cette année, illustrant ainsi la position leader de l'Occitanie sur la scène internationale.

 La présidente de Région Carole Delga conduit, aujourd'hui et demain, la délégation régionale aux côtés notamment d'Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, et Yann Barbaux, président du Pôle Aerospace Valley (programme détaillé à retrouver dans le dossier de presse ci-joint). Focus sur principaux temps forts du mardi 18 juin.

Une convention dédiée aux applications et technologies spatiales

La présidente de Région a officialisé avec le CNES (Centre national d'études spatiales) une convention sur les applications et les technologies spatiales faisant suite à la déclaration d'intention des « Territoires précurseurs pour les applications et les technologies spatiales » signée en 2017. Afin d'accompagner les mutations de la filière (nouveaux entrants, nouvelles applications, « New Space »...), la Région a notamment intégré un volet « Espace » au Plan ADER 4, doté au total de 200 M€. Aujourd'hui, avec cette convention, Région et CNES définissent conjointement les objectifs et ambitions nécessaires pour mettre les solutions et technologies spatiales au service du développement économique sur le territoire par des actions de coopérations ciblées autour de 3 grands axes : développer les usages des solutions et technologies spatiales au service du développement et de l'attractivité économique du territoire régional ; mettre les solutions et technologies spatiales au service des politiques publiques régionales et des enjeux sociétaux ; préparer et former les générations futures au spatial.

 « Cette convention nous permet d'aller plus loin pour structurer une nouvelle dynamique économique de la donnée, capable d'exploiter les données massives au profit des domaines du spatial, de l'aéronautique, de l'internet des objets, des véhicules autonomes et connectés, du climat et de l'environnement ou encore de l'agriculture... En cohérence avec notre Plan ADER, et son volet dédié au spatial, elle contribuera à l'accompagnement de la filière régionale en lien notamment avec l'apparition de nouveaux acteurs, l'émergence nouveaux usages et le développement du New Space » a notamment déclaré Carole Delga à l'occasion de la signature de la convention avec Jean-Yves Le Gall, président du CNES. 

Des milliers d’opportunités d’emplois dans l’aéronautique et le spatial

Bonne nouvelle pour un secteur économique majeur d’Occitanie : le groupement des industries aéronautiques françaises Gifas envisage 15 000 embauches parmi ses membres en 2019. Au Salon du Bourget, sur l’espace « L’Avion des métiers » entreprises et écoles - dont plusieurs d’Occitanie - présentent jusqu’au 23 juin l’éventail des professions, ouvertes aux jeunes, à l’alternance, et qui se conjuguent aussi au féminin.

Au Salon du Bourget, 70 entreprises et organismes de formation présentent la panoplie des métiers de l'aéronautique et du spatial

Au Salon du Bourget, 70 entreprises et organismes de formation présentent la panoplie des métiers de l’aéronautique et du spatial

 Mécanicien avionique, peintre aéronautique, technicien usinage, ingénieur d’études intelligence artificielle… Toute la panoplie des métiers de l’aéronautique et du spatial se présente du 17 au 23 juin sur l’espace « L’Avion des métiers » au Salon du Bourget 2019, occupé par 70 entreprises et organismes de formation. Tels Airbus, Latécoère, Liebherr Aerospace, Thales ou Sabena Technics, autant d’opérateurs bien présents en Occitanie, comme les écoles Enac, ISAE SupAéro de Toulouse et la Fondation Van Allen de Montpellier. L’Insee recense en Occitanie 654 sociétés travaillant pour cet univers emploient 107 350 salariés, dont 89 400 dédiés à l’activité aérospatiale. 70 % des emplois salariés se trouvent chez les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services.  

Bonne nouvelle : l’effectif régional de l’activité aérospatiale est en pleine ascension : il a gagné 3,1% fin 2017. Seconde bonne nouvelle : les membres du Gifas (groupement des industries aéronautiques françaises) envisagent 15 000 recrutements en 2019, réalisés à 70 % en CDI. Parmi les entreprises recrutant en Occitanie, le sous-traitant Ratier Figeac, qui fait travailler 1 300 personnes dans le Lot sur les hélices pour les ATR, bombardiers et avions militaires, prévoit d’embaucher 50 personnes. Employeur de 1 400 salariés à Toulouse et à Campsas en Tarn-et-Garonne, Liebherr-Aerospace Toulouse, qui fabrique et maintient les systèmes d’air installés dans les avions, a 70 postes à pourvoir d’ici à la fin 2019.

Plus d’alternance, plus de femmes

JPEG - 103.7 ko

Demandeuse de talents, la filière intègre les jeunes, qui font 20 % des embauches. Elle fait aussi de plus en plus appel à l’alternance, avec 7 300 jeunes (+7% sur un an), dont 5 700 en contrats d’apprentissage, début 2019 en France. Thalès à Toulouse et Sabena Technics à Nîmes proposent plusieurs offres en juin sur le portail spécialisé AeroEmploiFormation.
Reste l’enjeu de la féminisation. Selon le Gifas, la proportion des femmes a gagné 5 points en une décennie (2007-2017) pour atteindre presque le quart des effectifs (23%). La mixité commence sur les bancs des écoles : c’est pourquoi l’Enac a lancé en 2018 « Les Elles de l’Enac » pour promouvoir la mixité des formations et l’égalité entre les femmes et les hommes. 

La Région se mobilise pour les entreprises et l’emploi dans la filière aéronautique et spatiale : l’un des 4 axes du Plan « Ader 4 » est la gestion des ressources humaines et l’anticipation des besoins en emplois et compétences. La Région mobilisera 200 M€ entre 2017-2021 pour accompagner les entreprises de la filière.

Aérospatiale : l’Occitanie embarque ses « pépites » au Salon du Bourget

Le Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace a ouvert ses portes lundi 17 juin au Bourget, près de Paris. Terre d’élection d’Airbus, du pôle mondial Aerospace Valley, de grandes écoles et de PME innovantes, l’Occitanie affirmera auprès des 320 000 visiteurs attendus sa position de région leader de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués.

Plus de 250 entreprises régionales sont présentes au Salon du Bourget

Fort de ses 1 550 m2, le pavillon collectif des Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine rassemblées sous la bannière Aerospace Valley formera le plus grand « équipage » régional du salon du Bourget 2019, qui va rassembler le monde de l’aéronautique et de l’espace. Il sera inauguré le premier jour du salon, lundi 17 juin. « Rendez-vous sur Terre des professionnels du Ciel », la 53e édition du salon offrira jusqu’au 23 juin une formidable vitrine des technologies et des métiers. Au total, plus de 250 entreprises régionales investiront l’événement, qui attend 6 jours plus de 320 000 visiteurs, dont au moins 140 000 professionnels, et plus de 3 500 journalistes du monde entier.

« Très riche, l’écosystème régional de l’aéronautique et de l’espace bénéficie d’un savoir-faire d’excellence, de formations reconnues, de groupes mondiaux, de PME innovantes et de laboratoires de recherche de pointe, affirme Carole Delga. C’est en Occitanie que des passionnés imaginent et construisent l’avion du futur. »

Le stand régional accueille 80 exposants d'Occitanie, des start-up prometteuses, de grandes écoles et des centres de recherche.

Le stand régional accueille 80 exposants d’Occitanie, des start-up prometteuses, de grandes écoles et des centres de recherche.

Monté par le pôle Aerospace Valley, la CCI Occitanie, l’agence régionale de développement économique Ad’Occ et son homologue aquitaine ADI, le stand collectif abritera une escadrille d’environ 80 exposants d’Occitanie. Y embarqueront aussi les grandes écoles ISAE SupAero et Enac (trois-quarts des ingénieurs français du secteur sont formés en Occitanie) et les centres de recherche Onera et IRT Saint-Exupéry. Les espaces « Reso + » et « Mecanic Vallée » hébergeront des start-ups prometteuses, dont les innovations en IoT, big data, intelligence artificielle et réalité augmentée, seront au cœur de l’aéronautique du futur. Nouveauté : un « chalet » permettra d’accueillir des chefs de délégations étrangères ou de grands groupes, pour promouvoir le savoir-faire d’Occitanie.
Enfin, la délégation occitane au Salon du Bourget offrira aussi des animations très grand public du vendredi 21 au dimanche 23 juin, grâce aux interventions des hauts lieux de l’aéronautique et de l’espace en Occitanie : la Cité de l’Espace, le musée Aeroscopia, l’Envol des pionniers, la Ferme des Etoiles près de Fleurance dans le Gers et le Pic du Midi.

Plus de 250 entreprises régionales sont présentes au Salon du Bourget

Une filière d’envergure, fortement soutenue par la Région

Selon l’Insee (source : Insee Flash avril 2019), les 654 sociétés d’Occitanie relevant de l’aéronautique et du spatial emploient 107 350 salariés, dont près de 89 400 sont dédiés à l’activité aérospatiale. 70% des salariés travaillent chez les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services. Bonne nouvelle : l’effectif régional dédié à l’activité aérospatiale a gagné 3,1% entre 2016 et 2017. 
Au Salon du Bourget 2017, la Région avait annoncé son Plan « Ader 4 », signé en juillet 2018 avec l’Etat. Elle mobilisera 200 M€ pour son nouveau Plan régional aéronautique et spatial. Les précédentes générations de Plans Ader avaient soutenu la plateforme PAC-Aero sur les piles à hydrogène, la construction du Centre spatial universitaire de Montpellier, la souscription au fonds de capital-investissement Aerofund 3…

En savoir plus
  • L’Occitanie s’envole au Bourget 2019 ! En vidéo

Bourgs-Centres : un contrat sur-mesure, noué avec des centaines de territoires

Pour dynamiser leurs bassins de vie, près de 450 petites villes, bourgs ruraux ou péri-urbains d’Occitanie veulent s’engager avec la Région dans des contrats-cadres Bourgs-Centres. Les premiers ont été signés à Bram et Castelnaudary le 6 mai et à Gignac ce jeudi 13 juin 2019. Sur chaque feuille de route, un panel de projets sur-mesure.

Signature du contrat Bourgs-Centres à Gignac (34), le 13 juin 2019
 Signature du contrat Bourgs-Centres à Gignac (34), le 13 juin 2019

Initié par un appel à candidatures en septembre 2017, le dispositif d’aménagement du territoire « Bourgs-Centres » bascule mi-2019 dans le vif du sujet en enregistrant ses premières signatures, telle celle de Gignac en Hérault ce jeudi 13 juin. L’offre de partenariat de la Région vers les petites villes, bourgs ruraux ou péri-urbains d’Occitanie a récolté des centaines de retours. De l’Ariège au Tarn-et-Garonne, 448 communes ont manifesté leur intention de s’engager avec la Région. À la mi-2019, 101 contrats Bourgs-Centres ont été approuvés, dernière étape avant la signature.

Chaque contrat cadre définit une feuille de route partagée, précise des moyens techniques et financiers jusqu’à la fin 2021 (date limite pour tous les contrats). Pour répondre aux besoins particuliers du territoire, il valide le soutien de la Région à des projets d’attractivité et d’innovation, de développement économique et d’emploi, d’habitat et de services aux publics, de qualité de vie et de cohésion sociale, de transition énergétique.

Nous menons ensemble une politique contractuelle pluriannuelle pour préparer et construire l’avenir, améliorer le quotidien en nous mobilisant sur tous les fronts, affirme Carole Delga. Aucun territoire ne ressemble à un autre, chacun a ses atouts à faire valoir. Cette façon d’agir garantit l’écoute, l’équité territoriale et la proximité. C’est ma vision de la République des Territoires !

Après Bram et Castelnaudary, premières communes d’Occitanie à signer début mai, c’est donc au tour de Gignac, petite ville centrale d’un bassin de 30 000 habitants entre la moyenne vallée de l’Hérault et Montpellier, de signer un contrat Bourg-Centre, auquel s’est associée la communauté de communes Vallée de l’Hérault. La feuille de route se focalise sur la revitalisation du cœur de ville et de son patrimoine, l’ouverture d’une maison des services, la valorisation de la position de carrefour de Gignac, développer les équipements culturels et sportifs à l’échelle du Cœur d’Hérault, les déplacements « doux » et collectifs avec notamment les créations d’une plateforme de télétravail et d’un pôle d’échanges multimodal autour de la gare routière. À ce jour en Hérault, 12 contrats ont été approuvés et 15 supplémentaires seront soumis à la commission permanente de la Région de juillet.

Quand l’innovation technologique fait avancer les traitements du cancer

Révolutionner la radiothérapie en la guidant via la résonance magnétique (IRM), c’est l’innovation de l’équipement de pointe inauguré ce vendredi 14 juin à l’Institut régional du Cancer de Montpellier (ICM). La Région a participé pour plus de 1 M€ à l’achat de cet outil de niveau mondial, qui permettra un bond en avant dans le traitement personnalisé des cancers.

Un nouvel équipement de pointe pour le traitement des cancers, inauguré ce matin à l’Institut régional du Cancer de Montpellier

Sun-Fair, c’est le nom de code du projet de santé publique inauguré ce 14 juin à l’Institut du Cancer de Montpellier (ICM). C’est surtout une grande avancée dans le traitement des cancers : utiliser l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour guider les rayons permet de réaliser des irradiations plus ciblées, plus efficaces sur les tumeurs tout en étant moins dangereuses pour les organes sains. Seulement déployé à une dizaine d’exemplaires dans le monde et trois en France, l’équipement MRIdian Linac de la société ViewRay permettra de traiter plus de tumeurs, notamment du foie et du pancréas, difficiles à traiter avec la radiothérapie classique. Dès septembre, neuf patients seront traités chaque jour à l’ICM de Montpellier. La Région a apporté une aide à l’investissement de 1,05 M€ sur un budget de près de 9,9 M€. Sa contribution s’inscrira dans le contrat territorial qui sera conclu avec la métropole de Montpellier.

Ce nouvel équipement de pointe de l’ICM Montpellier représente un saut scientifique et médical majeur, commente Carole Delga. Il fédère médecins, chercheurs et industriels, permet la synergie des questions de santé avec les sciences dures et technologiques. C’est une illustration de la médecine du futur.

Cet équipement montpelliérain est une illustration de la médecine du futur

Portée par l’ICM avec le soutien du Site de recherche intégrée Montpellier Cancer, l’innovation implique de nombreux chercheurs et sociétés montpelliéraines : les centres hospitaliers universitaires de l’ICM et du CHU de Montpellier, sept instituts de recherche biomédicale, deux centres de recherches en sciences humaines et sociales, mais aussi l’Institut d’Electronique et des Systèmes et le laboratoire d’informatique, robotique et microélectronique de l’université de Montpellier, la Fédération universitaire d’oncologie radiothérapie et la start-up montpelliéraine NovaGray. 
Plusieurs projets de recherche clinique devraient démarrer en 2019-2020, parmi lesquels 8 projets portés par l’ICM. L’équipement sera également à la base d’un programme d’intelligence artificielle appliqué à la radiothérapie, baptisé Suni-ART. À noter aussi que l’équipement montpelliérain sera très complémentaire du Gammaknife du CHU de Toulouse pour le traitement neurochirurgical localisé, ce qui constitue une opportunité d’échanges entre les sites d’Occitanie.

En savoir plus

La 1ère signature en France d’une convention CARSAT/ARS

L’ARS Occitanie, la Carsat Languedoc-Roussillon et la Carsat Midi-Pyrénées s’engagent à renforcer leur coopération et leur coordination pour l’amélioration des conditions de travail des personnels des structures sanitaires et médico-sociales.

Pour ce faire, les partenaires se proposent de signer une convention, ce qui représente une première en France. Les signataires s’accordent à agir sur les domaines de coopération suivants :

- concertation technique et examen des dossiers devant l’instance « Comité de concertation des contrats locaux d’amélioration des conditions de travail (CLACT) » ;

- coordination des actions lors du lancement de projets de restructurations lourdes impactant les conditions de travail dans les établissements sanitaires et médico-sociaux ;

- partage d’études ou d’informations relatives aux conditions de travail dans les établissements ;

- coopération entre agents autour d’un comité de suivi de cette convention ;

- enrichissement mutuel des offres de services auprès des publics communs.

La convention a été signée ce mercredi 12 juin par Pierre RICORDEAU, Directeur Général de l’ARS Occitanie, Madeleine MEDOLAGO, Directrice de la Carsat L-R et Joëlle SERVAUD-TRANIELLO, Directrice de la Carsat M-P.

Un besoin confirmé par les statistiques accidents du travail/maladies professionnelles : avec un indice de fréquence moyen national de 94,3 dans les établissements d’hébergement médicalisé pour personnes âgées (106,8 en L-R, 92,3 en M-P) et un indice de fréquence moyen national de 31,2 dans les établissements d’activités hospitalières (40,5 en L-R, 33,6 en M-P), il est clair que le secteur sanitaire et médico-social est une priorité d’investigation afin d’améliorer les conditions de travail des personnels soignants.

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie