Carole Delga : « Avec notre démarche H20 2030, la Région s'engage pour une gestion durable et solidaire de l'eau »

Ce mercredi, au Parc des Expositions de Montpellier, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a ouvert la 2ème édition des Assises régionales de l'eau en soulignant « l'importance de l'eau, patrimoine essentiel aux territoires de l'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, à la qualité de son environnement, à son développement économique et à son attractivité au plan local, national et international».

Le temps fort de ces Assises a été la présentation des résultats de la démarche sur l'eau «H20 2030 » lancée par la Région, en vue d'une gestion durable et solidaire de ses ressources et milieux aquatiques. Cet état des lieux de la ressource en eau et des besoins nécessaires en Occitanie fait apparaître le poids de l'eau dans les activités régionales à travers un certain nombre de constats :

- des ressources en eau superficielles et souterraines qui ne sont pas disponibles de la même manière sur l'ensemble du territoire,
- une hétérogénéité des activités et des modes de gestion de la ressource en eau selon les bassins versants, les départements, les sols, les climats...,
- des niveaux de pollutions diffuses et préoccupants dans les eaux superficielles et souterraines,
- des territoires soumis à des déséquilibres importants entre ressource disponible et usages préleveurs,
- un changement climatique qui a déjà un impact sur les besoins en eau et sur les milieux naturels,
- l'amélioration de la connaissance notamment sur les eaux souterraines, le calcul des déséquilibres quantitatifs et l'origine des pollutions,
- une région riche de milieux naturels spécifiques (lagunes, zones humides, têtes de bassin...) et potentiellement vulnérables aux évolutions climatiques.

«Mon objectif est de garantir une eau de qualité pour tous les citoyens, sécuriser les besoins sur l'ensemble de nos territoires et préserver les milieux aquatiques. H20 2030 fixe les défis que nous devons relever. Ils sont nombreux, mais Occitanie / Pyrénées-Méditerranée se distingue par l'excellence de ses entreprises et de ses laboratoires qui travaillent en vue d'une meilleure gestion et de l'amélioration de la qualité de l'eau. Notre région, soumise à la fois à la sécheresse et aux inondations violentes, est également à la pointe pour faire face au changement climatique et lutter contre les risques hydrologiques. C'est pourquoi j'ai lancé cette démarche prospective pour bâtir une véritable stratégie régionale afin de répondre aux enjeux quantitatifs et qualitatifs de la ressource en eau et préserver les écosystèmes et les milieux aquatiques », a indiqué Carole Delga, avant de visiter le salon international HydroGaïa qui contribue à valoriser l'eau comme domaine d'excellence de la région.

Retrouvez la synthèse de l'état des lieux sur la ressource eau

Pour la réussite et l'emploi des jeunes, la Région lance une grande campagne de promotion de l'apprentissage

Faire connaître l'apprentissage pour ce qu'il est : une voie de formation d'avenir et d'excellence. C'était une des priorités du plan de développement de l'apprentissage annoncé par la présidente de Région Carole Delga, en mars dernier. A partir de demain, la Région passe à l'action et lance une campagne de communication inédite pour valoriser et promouvoir l'apprentissage : « Apprenti.es, ça change la vie ! ».

Du mercredi 3 mai et jusqu'à la fin du mois, cette campagne sera déployée au cinéma et sur les chaînes TV régionales (France 3 et TV Sud), sur les stations radios locales, dans la presse régionale, ainsi que sur internet et les réseaux sociaux (Youtube, Facebook, Instagram...). Dans un clip vidéo de 30s, Léo, 17 ans, cherche sa voie : il devient tour à tour technicien en aéronautique, ingénieur informatique, chocolatier confiseur, exploitant agricole, éducateur sportif et ambulancier, preuve de la diversité des formations en apprentissage en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« Il est temps d'en finir avec les idées reçues sur l'apprentissage. Ce n'est ni une voie de garage, qui serait synonyme d'échec, ni des formations uniquement manuelles. Pour cela, il faut parler vrai, positif, et agir. L'apprentissage est avant tout un accélérateur d'emploi pour nos jeunes. La preuve : 7 apprenti.es sur 10 sont embauchés dans les 6 mois suivant leur formation ! Il permet aux jeunes d'apprendre un métier tout en étant rémunérés, de s'émanciper, et à nos entreprises de trouver une réponse adaptée à leur besoin en main d'œuvre qualifiée. Oui, il y a des belles valeurs et connaissances à apprendre et à transmettre, des rencontres à faire avec l'apprentissage. Il peut vraiment changer des vies », a notamment déclaré Carole Delga, à la veille du lancement de cette campagne.

Le 27 mars dernier, la présidente de Région a lancé un plan régional offensif pour booster l'apprentissage et l'accès à l'emploi des jeunes. Doté d'un budget spécifique de 9M€, il fixe un objectif majeur : atteindre le cap des 40 000 apprenti.es d'ici 5 ans. Il comprend un ensemble de nouvelles mesures pour les jeunes et leur famille, pour les centres de formation et les entreprises qui font le choix de l'apprentissage.
L'ensemble des aides régionales, des formations accessibles dans la région ainsi que toutes les informations sur l'apprentissage sont à retrouver sur le site : www.apprentis.laregion.fr.

Carole Delga : « La Région à l'offensive pour installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes »

(crédit : Frédéric Scheiber)

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a annoncé ce lundi 26 juin à Toulouse plusieurs nouvelles mesures phares en faveur de l'économie touristique, lors des premières Assises régionales du tourisme et des loisirs. Elle a en effet présenté les grandes lignes de sa nouvelle politique régionale, devant près de 1 000 acteurs, et en présence notamment de Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région en charge du tourisme, Virginie Rozière, présidente du CRT, et Sébastien Pla, conseiller régional, président de la Commission Tourisme :

« Notre stratégie vise à installer Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dans le top 10 des destinations touristiques européennes à l'horizon 2021. Il nous faut pour cela gagner > 4 millions de nuitées touristiques en 5 ans. Nous allons ainsi accompagner fortement les acteurs du secteur et mettre le cap sur l'innovation touristique, pour atteindre cet objectif », a annoncé Carole Delga, avant de détailler les mesures.

« La première priorité consiste à développer la qualité des territoires et des entreprises, enjeu d'innovation et d'internationalisation. Je veux ainsi structurer les destinations touristiques majeures en Occitanie en étendant le dispositif Grands Sites Midi-Pyrénées à l'ensemble de la région. Un appel à projet va être lancé sur l'ensemble du territoire.
Pour les entreprises du tourisme et de l'hôtellerie, nous allons créer un Pass'Tourisme, qui permettra de répondre à leurs besoins ponctuels de modernisation et de mises aux normes, et un Contrat d'innovation et de développement touristique, pour les besoins de financement intégrés dans un projet global de développement.
L'effort de la Région sera considérable : nous engageons ainsi sur 5 ans de près de 200 M€ auxquels pourraient se rajouter plus 100 M€ dans le cadre de la création d'un Fonds Financier Tourisme, en cours de réflexion, en lien avec la Banque européenne d'investissement.
Par ailleurs, une autre de nos priorités sera de promouvoir une destination « Occitanie » connectée et à l'écoute des évolutions, de la demande et de la concurrence. Dans ce cadre la Région a confié à Atout France un travail de réflexion sur une nouvelle politique de marque de destination cohérente avec les attentes des différents marchés et clientèles cibles. La réussite de notre démarche de marketing de destination repose sur notre identité, nos savoirs faires et l'âme de nos territoires. Ainsi, nous allons travailler à une nouvelle marque.
Enfin, comme pour tous les autres secteurs de l'économie, innover est devenu impératif pour continuer à compter parmi les premières destinations. Je vous annonce la création, en décembre 2017, du 1er campus de l'innovation touristique : un rendez-vous où les professionnels trouveront conseils, informations pratiques et des rendez-vous B to B. Par ailleurs, la Région travaille à l'implantation d'un parc de loisirs. Il s'agirait d'un projet ambitieux pour capter une nouvelle clientèle, notamment étrangère.

Avec l'ensemble de ces mesures, la Région passe à l'offensive pour booster l'économie touristique et les emplois du secteur, et faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée une destination qui compte en Europe et à l'international », a conclu Carole Delga.

Retrouvez le dossier de presse.

L'Assemblée des territoires à Frontignan

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a créé fin 2016 un outil inédit de démocratie locale : l'Assemblée des territoires. Elle tenait sa seconde session plénière ce vendredi 31 mars à Frontignan.

 

 

Pierre Bouldoire : Frontignan est une ville profondément occitane. Nous sommes fiers et heureux d'être dans cette Occitanie.

Carole Delga : se mettre en mode innovation pour plus d'efficacité et de proximité avec nos territoires

Catherine Pinol, Sylvie Pinel et Carole Delga

Ce qu'est l’Assemblée des Territoires,

L’Assemblée des Territoires est un ambitieux dispositif de démocratie territoriale, unique en France, un espace de dialogue entre les territoires et le Conseil régional et entre les territoires entre eux.
Cet organe consultatif a pour vocation d’inscrire l’action régionale dans la proximité et de faciliter la mutualisation des expériences entre les territoires et la diffusion de l’innovation.

Composition

L’Assemblée des Territoires est constituée de 158 élus locaux ne siégeant pas au Conseil régional, désignés de façon paritaire par les "territoires de projets" : Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux, Pays, Parcs naturels régionaux, Métropoles, ....

Objectifs

  • prendre en compte la diversité régionale et faire vivre l'équité territoriale,
  • inscrire l’action régionale dans la proximité,
  • co-construire un nouveau cadre de dialogue entre collectivités.

Missions

  • être un espace de concertation et de proposition pour la Région, dans le cadre de ses compétences : l’Assemblée des territoires sera consultée, par exemple, sur les chantiers structurants, les grandes politiques et dispositifs régionaux (Schéma Régional du Tourisme et des Loisirs, dispositif Bourgs- Centres, future politique numérique...). La Région y sera à l’écoute en permanence.
  • constituer un lieu de capitalisation, d’échange de bonnes pratiques, de mutualisation et de mise en réseau des territoires : l’Assemblée des territoires sera un espace de mise en réseau, entre les territoires et la Région, un lieu source et ressources pour les territoires et pour la Région.
  • favoriser le développement des expérimentations et des pratiques innovantes dans la mise en œuvre des politiques publiques : identification de sites pilotes, accompagnement d'initiatives innovantes, mise en réseau et capitalisation... Cette instance doit être un vrai laboratoire d’innovation publique territoriale.
   

Après l'accueil par Pierre Bouldoire, maire de Frontignan, des élus venus en nombre, Sylvie Pinel, vice-présidente de la Région et Catherine Pinol ont officiellement saisi l’Assemblée des territoires sur 4 sujets majeurs : la politique des bourgs centre, le tourisme "expérientiel", les circuits alimentaires de proximité en restauration collective et les usages numériques et collaboratifs au service du développement territorial.

La politique des bourgs-centres

Dans une région où 61 % des communes comptent moins de 500 habitants, le Conseil Régional a décidé de soutenir les investissements publics locaux visant à renforcer l’attractivité et le développement des bourgs-centres qui jouent un rôle pivot ou de centralité vis-à-vis de leur territoire environnant. Cette stratégie devra s’appuyer sur des projets concernant : la qualification du cadre de vie, la valorisation du patrimoine architectural et historique, le développement économique y compris le tourisme, le logement, l’offre de services à la population, la mobilité, l’offre culturelle ou encore l’environnement. Les contributions de l’Assemblée des territoires sont attendues sur les questions suivantes :

  • Comment renforcer l’attractivité de ces Bourgs-Centres dans le domaine du développement économique et de l’emploi ?
  • Quelles fonctions doivent-ils assurer vis-à-vis de leur territoire de proximité ?
  • Par quels moyens peut-on renforcer la qualité du cadre de vie des populations, notamment en ce qui concerne l’habitat et les services ? • Quelle place peuvent-ils prendre dans le domaine de la transition écologique et énergétique ?
  • Quelles méthodes d’approche pour bâtir un projet global de valorisation et de développement ?

Le tourisme expérientiel

Le tourisme "expérientiel" ou tourisme "créatif" se définit comme une forme de tourisme impliquant l’apprentissage de la culture du territoire visité. Le touriste "créatif" recherche une forme d’interactivité avec le territoire, il désire connaître les façons de vivre de ses habitants et accéder à des endroits inédits et peu visités dans les circuits touristiques classiques. Cette nouvelle pratique, en plein développement, a vocation à enrichir le Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs, qui sera présenté à l’Assemblée Plénière de juin 2017.
L'Assemblée des territoires devra alimenter et enrichir la réflexion régionale en abordant les questions suivantes :

  • Qui sont les acteurs publics et privés, à mobiliser pour faire émerger, consolider et développer des expériences touristiques « créatives » ?
  • Quels sont leurs rôles respectifs et leurs complémentarités ?
  • Quelles sont les collaborations possibles entre ces acteurs et comment les encourager ?

Les circuits alimentaires de proximité en restauration collective

: La Région accompagne le développement des circuits courts et de proximité dans le cadre d’une politique plus large en faveur d’une agriculture durable et d’une alimentation de qualité. A partir de l’état de l’existant en matière d’alimentation locale, une contribution de l’Assemblée des Territoires est ainsi attendue à partir du premier trimestre 2018, afin de préciser :

  • l’état de l’existant (outils, méthode, projets, formation,...) en matière d’alimentation locale en région ;
  • les outils (guide, plate-forme, logistique, etc...) et moyens (humains, organisationnels,...) nécessaires / attendus pour démultiplier les initiatives réussies ;
  • des propositions pour mettre en réseau les initiatives locales (partage d’expériences, gain d’efficacité, changement d’échelle...).

Usages numériques et collaboratifs et développement territorial

La Région mène une politique active dans le domaine du numérique, tant sur les infrastructures que sur le développement des usages, le soutien à la filière numérique, la diffusion du numérique dans l’économie, la formation, la recherche, l’éducation... Le Plan régional Très Haut Débit et les dispositifs définis dans son « Initiative numérique » en sont les meilleures illustrations. Confortée par les attentes exprimées lors de l’Assemblée des territoires du 4 novembre dernier dans le cadre de l'atelier « Nouveaux modes de travail » , la Région a déjà lancé un Appel à manifestation d’intérêt sur les tiers lieux (voir encadré ci-dessous). Sur ce sujet, il est demandé à l’Assemblée des territoires de faire des préconisations sur les conditions de réussite de lieux favorisant l’économie collaborative. Celles-ci, attendues pour septembre 2017, permettront d’éclairer les termes d’une future intervention régionale.

 

« tiers lieux ».

Depuis plusieurs années, de nouveaux espaces de travail collaboratif ont fait leur apparition : les tiers lieux. Ils offrent ainsi aux « travailleurs mobiles » des locaux et des infrastructures de communication. La Région souhaite accompagner cette dynamique. Et suite aux préconisations de l’Assemblée des territoires, elle a ainsi lancé, en décembre dernier, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) qui vise à collecter les projets de création ou d’extension de tiers lieux ainsi que les besoins des porteurs de projet Cet AMI a pour objectif de recenser les besoins des territoires et porteurs de projets des tiers lieux, afin de définir de futures aides de la Région en faveur de leur développement. Un appel à projet pourrait par exemple être envisagé. Il a été clôturé le 17 mars dernier. Une centaine de dossiers a été reçue, pour 140 propositions de création ou d'extension de tiers lieux.

 

En clôturant la matinée et en s'adressant aux élus présents, Carole Delga, présidente de la Région a souhaité "du pragmatisme et de l'efficacité" pour conduire les politiques territoriales. "Cela passe notamment par de l'écoute et par une réponse « sur mesure », la plus ajustée à chaque territoire." a-t-elle ajouté.
Son objectif est de couvrir, dès 2018, l'intégralité du territoire régional par des contrats. "Ils feront la synthèse entre un projet de territoire défini à la bonne échelle et porté par ses acteurs, d'une part, et la stratégie régionale, d'autre part."
Elle propose également de créer une dotation pluriannuelle pour l'innovation et l'expérimentation dans les territoires ruraux, déclarant pour conclure : "Se mettre en mode innovation est essentiel aujourd'hui pour tous les territoires, y compris les territoires ruraux. Cela permettra de renforcer notre attractivité et l'ancrage de nos emplois. Je souhaite faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée une Région pionnière et exemplaire en termes d'efficacité de ses politiques et de démocratie locale. »

L'agriculture au féminin, un appel à projet pour les agricultrices d'Occitanie

Blue Bees a lancé avec Midi-Pyrénées Actives et l'Ardear Midi-Pyrénées un appel à projets, "l'Agriculture au féminin"  dédié aux agricultrices d'Occitanie afin de :
   • soutenir et mettre en avant des modèles de femmes dans un métier majoritairement masculin,
   • dynamiser le secteur agricole paysan biologique dans la région Occitanie,

Cinq candidates seront choisies selon la qualité de leur projet, l'originalité de leur démarche ainsi que leur motivation, et bénéficieront ainsi d’un prêt garanti, d'une intermédiation bancaire gratuite, d’un accompagnement et d’un suivi opérationnel de leur projet, d’une mise en réseau sur le territoire, ainsi que d'une campagne de financement participatif en don contre don sur Blue Bees, qui permettra non seulement un apport de fonds propres mais aussi une forte visibilité du projet.

Pour en savoir plus, appelez nous au 06 61 71 60 37 et consultez  : https://bluebees.fr/fr/agricultureaufeminin

Pascal Mailhos et Carole Delga ont co-présidé le 1er Comité de suivi des programmes européens pour l'Occitanie

Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie et Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée ont co-présidé ce jeudi 23 février, le premier Comité de suivi inter-fonds des programmes européens 2014-2020, commun à l'ensemble du territoire d'Occitanie.
Plusieurs représentant-e-s de la Commission européenne étaient présent-e-s : Agnès Lindemans, cheffe d'unité DG REGIO, Charlie Grant, chef d'unité DG REGIO, Jiri Plecity, chef d'unité DG EMPLOI et Barbara Luecke, cheffe d'unité DG AGRI.

Pascal Mailhos et Carole Delga ont rappelé dans leurs interventions la symbolique forte de ce tout premier Comité de suivi qui concerne les programmes européens de toute la région Occitanie. Ils ont également salué les très bon taux de programmation des fonds pour ce début de période, malgré les retards observés au lancement du programme et un transfert de l'Autorité de gestion à la Région qui s'est effectué en même temps que la préparation des programmes 2014-2020 et la clôture de ceux de 2007-2013.
Le très bon bilan de la période écoulée avec une utilisation optimale des fonds au bénéfice de projets structurants et de qualité a également été salué. Un panel de bénéficiaires a été convié à présenter les résultats concrets de leurs actions aux représentants de la Commission européenne à l'occasion de cette journée.

 

« Notre Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a su être au rendez-vous des programmes européens pour faire face aux grands enjeux territoriaux, a indiqué Carole Delga. Sur près de 3 milliards d'€ de fonds programmés par l'Europe en Occitanie sur la période 2014-2020, 2,8 milliards d'€ sont gérés directement par la Région. Les projets accompagnés répondent parfaitement à la Stratégie pour l'emploi et la croissance que nous avons définie et aux défis que nous nous sommes donnés, notamment en matière de transition énergétique et cohésion territoriale.
Pour aller encore plus loin, je souhaite d'ailleurs que la simplification annoncée par la Commission Européenne soit rapide pour que nous puissions répondre efficacement aux besoins de nos territoires, a ajouté Carole Delga.
L'Europe n'est pas une idée morte, non. Elle est bel et bien une idée d'avenir et elle se réinvente au quotidien, avec les Régions », a-t-elle conclu.

« La gestion des programmes européens par les régions est un signe de confiance de l'État vis des vis des collectivités territoriales qui s'inscrit dans la continuité de l'esprit partenarial qui doit guider l'action publique dans la grande région Occitanie » a indiqué Pascal Mailhos. « Les fonds communautaires sont un levier exceptionnel pour faire converger les stratégies de financement vers de grands projets d'avenir, moteurs de l'équilibre des territoires »

 

Pour un aménagement du territoire respectueux de l'environnement

En partenariat avec l'Etat, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a organisé début février, à Gruissan, une journée d'échanges autour de la démarche « éviter, réduire, compenser » (ERC), qui vise à réduire au maximum les impacts engendrés par les projets d'aménagement sur l'environnement et à compenser les impacts résiduels pour éviter toute perte nette de biodiversité.

Ce séminaire, ouvert par Agnès Langevine, vice-présidente de la Région en charge de la transition écologique et énergétique, représentant la présidente Carole Delga, a réuni environ 200 acteurs : représentants de l'Etat, des collectivités locales, aménageurs privés, bureaux d'études, associations environnementales ou encore communauté scientifique.

L'objectif de cette journée était de réunir et créer une véritable communauté régionale autour des problématiques « éviter, réduire, compenser » (méthodologies, anticipation et enjeux fonciers, compensations écologiques) et de co-construire un cadre de travail en commun.

Agnès Langevine a rappelé, lors du séminaire, que : « La Loi Reconquête de la Biodiversité, votée l'été dernier, a renforcé le dispositif 'éviter, réduire, compenser' en imposant un objectif d'absence de perte nette, voire un gain de biodiversité avec une obligation de résultat. Je m'en réjouis, nos travaux et réflexions doivent s'inscrire dans ce cadre. »
Et de poursuivre : « A mon sens, notre réussite repose sur notre capacité à intégrer les enjeux de connaissance, d'information et de concertation de l'ensemble des publics (professionnels, grand public). Je souhaite qu'un réel dialogue environnemental soit instauré au plus près des territoires. »

Pour Carole Delga, « La démarche 'éviter, réduire, compenser' est pleinement inscrite dans nos pratiques, dans le cadre des travaux que nous menons en tant que maître d'ouvrage : pour nos constructions de lycées ou aménagements de nos ports, par exemple.
En tant que chef de file en matière d'aménagement, de transition écologique et énergétique, et de développement économique, nous devons impulser cette dynamique et sensibiliser l'ensemble des acteurs pour définir ensemble des bonnes pratiques à respecter sur notre territoire. »
« Avec plus de 50 000 nouveaux habitants chaque année en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, nous devons anticiper les projets d'aménagement afin d'évaluer et réguler leurs impacts sur l'environnement. Lorsqu'elle s'avère inévitable, nous devons organiser la compensation pour qu'elle s'inscrive dans les stratégies régionales et locales.
Les travaux menés à Gruissan nous ont permis de poser le cadre général de notre ambition collective. Avec les services de l'Etat, nous définirons dans les semaines à venir une feuille de route qui fixera un programme d'actions. Nous assurerons ainsi la mise en place de solutions pour un développement équilibré de notre territoire, qui permet à la fois l'installation des nouveaux habitants, de services et d'activités économiques, et la préservation indispensable de notre environnement », a ajouté la présidente de Région.

Le député Christian Assaf solidaire de Carole Delga

Christian Assaf, député de l'Hérault communique :

"En insultant et en menaçant Carole DELGA, c’est d’abord à une femme d’honneur, de valeurs et de convictions que l’on s’en prend.

Carole DELGA, Présidente de la Région Occitanie Pyrénées/Méditerranée, vient de recevoir un message mêlant insultes et menaces de mort. Avant tout, je veux lui exprimer mon soutien plein et entier. Rien, même lorsque l’on est un responsable public, ne justifie que l’on soit insulté ou menacé.
Les lignes ordurières qui lui ont été adressées font suite à un incident de séance qui a eu lieu avec les élus du Front National lors de la dernière réunion du Conseil régional à Montpellier le 3 février 2017. Sans qu’aucun responsable ne puisse être désigné pour ces menaces, cela démontre tout de même que la stratégie de gesticulation et d’agressivité déployée par certains, dans un seul but médiatique, lors des assemblées plénières ont des conséquences au-delà de l’enceinte régionale.
Plus que jamais, un esprit constructif doit guider notre action régionale car il en va tant de l’avenir de notre Région que de la sérénité du débat public.
Je tiens à dénoncer cet écrit nauséabond reçu par Carole DELGA pour ce qu’il est: insultant, menaçant et, probablement, misogyne. Car c’est d’abord à une femme d’honneur, de valeurs et de convictions qu’il s’en prend. Une femme qui assume pleinement la responsabilité que lui ont confiée les citoyennes et les citoyens : bâtir et faire réussir une Région forte, juste et solidaire. Une région dont l’Histoire et l’humanité sont à des années lumières de quelques lignes méprisables."

Carole Delga : « La mobilisation de tous est engagée pour faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée la 1ère Région à énergie positive »

« Je souhaite engager une trajectoire sur le long terme pour faire d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, la première Région d'Europe à énergie positive ».
C'est par ces mots que Carole Delga, présidente de la Région, a lancé officiellement la démarche 'Région à énergie positive', ce lundi 6 février, à l'Hôtel de Région de Toulouse, aux côtés notamment d'Agnès Langevine, vice-présidente de la Région en charge de la transition écologique et énergétique, et d'un grand témoin, Philippe Martin, ancien Ministre de l'Ecologie et de l'Energie, président du Conseil général du Gers.

Devant 250 acteurs et experts nationaux de l'énergie, Carole Delga a rappelé les ambitions de la Région :
« Limiter le réchauffement climatique, relever le défi des énergies renouvelables, c'est d'abord un choix politique, qui répond à 3 enjeux majeurs : climatique, social et économique.
Notre potentiel est énorme - je pense notamment à l'éolien, au photovoltaïque, à l'hydro-électricité - et nos gisements sont de qualité, mais ils sont encore sous exploités. Par ailleurs, nos émissions de gaz à effet de serre ont diminué de près de 20% en 10 ans, malgré notre forte croissance démographique.
Nous devons donc poursuivre et amplifier nos efforts pour devenir une Région pilote et innovante en la matière, a indiqué Carole Delga.

« Pour cela, la Région a souhaité mobiliser des experts pour l'accompagner dans l'élaboration de la trajectoire 'Région à énergie positive'. Il s'agira d'élaborer un scénario régional, déclinant des objectifs par secteurs et par filière, en termes de réduction des consommations d'énergie et de production d'énergie renouvelable.
Ces experts seront réunis dans le cadre de 6 groupes de travail, pour travailler, en février et mars, autour des thèmes des bâtiments, des transports, de l'industrie, de l'agriculture, des territoires, de l'économie et du financement de la transition énergétique. L'innovation sera traitée de manière transversale. Entre 15 et 20 experts seront mobilisés par groupe, a détaillé la présidente de Région.

Viendra enfin le temps de la concertation : elle sera lancée au second semestre 2017, avec des outils innovants, afin d'identifier le scénario et les actions concrètes à mettre en œuvre. Les territoires, urbains ou ruraux, auront un rôle central dans la réussite de notre projet. C'est grâce à la mobilisation de tous, aux petits et grands projets engagés sur notre territoire, que notre Région répondra aux défis de la transition énergique et s'imposera comme la plus ambitieuse au niveau européen », a conclu Carole Delga.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dévoile sa nouvelle identité visuelle

La présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, a présenté la nouvelle identité visuelle du territoire aux élu-es régionaux réunis en Assemblée plénière le vendredi 3 février, à Montpellier.

Le 24 juin 2016, la nouvelle Région, issue de l'union de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées s'était donné un nom. Après une vaste consultation citoyenne, unique en France et exemplaire, l'Assemblée plénière adoptait le nom Occitanie, enrichi de la signature Pyrénées-Méditerranée.

Pour construire son identité visuelle, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a opté pour une démarche participative. Les élus régionaux avaient décidé en commission permanente du 25 octobre, sur proposition de Carole Delga, de l'organisation d'un concours ouvert aux étudiants et diplômés des écoles d'art, de graphisme et de design, ou qui suivent des formations qualifiantes dans ces domaines, ainsi qu'aux personnes inscrites à la Maison des artistes.

Ce concours s'est déroulé du 28 octobre au 28 novembre 2016. Il a rencontré un réel succès puisque la Région a reçu 362 propositions, soumises par 209 candidats. Un jury composé d'élus de tous les groupes politiques du Conseil régional a délibéré le 20 janvier. Remerciant  « les très nombreux participants à ce concours, qui nous ont adressé des projets de grande qualité », Carole Delga a souligné « le très large consensus recueilli par la proposition retenue, qui, avec force et évidence, part de nos racines pour nous projeter vers l'avenir que nous construisons ensemble ».

L'identité visuelle retenue a été créée par une jeune graphiste d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Léa Filipowicz. Née dans le Gers, âgée de 22 ans, titulaire d'un diplôme de « conceptrice designer graphique » délivré en juin dernier par l'école toulousaine Axe Sud, Léa Filipowicz est aujourd'hui free-lance. Le visuel allie la croix occitane d'or aux pals catalans de gueule et d'or. Selon la lauréate du concours, « portés par leur propre force graphique, ces symboles font aussi bien écho à une histoire et des cultures riches qu'à une dynamique régionale moderne. Image de l'union réussie de cultures sœurs, ce logo se veut l'étendard pérenne de toutes les générations de la nouvelle région ».

Le jury a par ailleurs attribué le 2ème prix à Monsieur Franciscus Vriens, artiste et graphiste free-lance installé à Nîmes, et le 3ème prix à Monsieur Alex Lasserre, étudiant en 2ème année de BTS graphisme, à Labège.

La Région adopte un budget 2017 « offensif, innovant et solidaire"

Les élus régionaux d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée réunis en Assemblée Plénière sous la présidence de Carole Delga, ce jeudi 2 février, à Montpellier, ont adopté le budget 2017 de la Région, pour un montant de 3,44 milliards d'euros. Détail des votes : 87 « pour », 65 « contre » et 6 abstentions. La Région veut faire d’Occitanie/Pyrénées-Méditerranée une « terre accueillante, une terre des possibles », mariant équité territoriale, développement économique, soutien à la jeunesse et à l’emploi.

 


Carole Delga
Présidente de la Région


Christian Assaf
Député de l'Hérault, conseiller régional


Les grandes politiques
du budget 2017

Assurer l’égalité des chances
et l’accès à l’emploi : 1.080 millions €

  • Emploi, formation professionnelle et apprentissage : 532,06 M€.
  • Education et jeunesse : 440,52 M€
  • Enseignement supérieur, recherche et innovation : 107,80 M€

Promouvoir un développement économique partagé : 768,1 M €

  • Agriculture FEADER : 450,73 M€
  • Industrie, grands groupes et services aux entreprises : 151,52 M€
  • Agriculture, agroalimentaire et viticulture : 55,09 M€
  • Méditerranée : la « croissance bleue » : 52,05 M €
  • Economie touristique et thermalisme : 37, 31 M€
  • Economie de proximité : 21,40 M€

Garantir l’égalité des territoires et la préservation de l’environnement : 860,09 M€

  • Transports et infrastructures : 694,03 M€
  • Aménagement du territoire, TIC et politiques contractuelles : 59,89 M €
  • Transition écologique et énergétique, biodiversité, économie circulaire et déchets : 53,40 M€
  • Eau et prévention des risques : 29,48 M€
  • Montagne et ruralité : 12,15 M€
  • International, Europe, coopération, évaluation, prospective : 5,69 M€
  • Politique urbaine, Politique de la ville : 5,45 M€

Renforcer le lien social et les solidarités : 127,17 M€

  • Culture, communication, patrimoine, langues catalane et occitane : 85,64 M€
  • Sports : 21,03 M€
  • Solidarités, services publics, vie associative et logement : 19,97 M€
  • Egalité Femme / Homme : 530 000 €
   

Les élus régionaux, réunis en assemblée plénière au Parc des Expositions de Montpellier, ont approuvé un budget primitif 2017 de 3,44 milliards d’euros, en croissance de 19 % par rapport à 2016. Ce budget traduit les choix stratégiques offensifs de la Région - comme celui d’investir plus de 1 milliard d'euros en 2017 -, mais aussi les nouvelles compétences transports transférées des départements (transports interurbains par autocars et gares routières depuis le 1er janvier, transports scolaires au 1er septembre) et l’intégration de 560 M€ de fonds européens (au lieu de 140 M€ en 2016).

Cliquez sur une image pour l'agrandir

 

 

"Assurer l’égalité des chances et l’accès à l’emploi, promouvoir un développement économique partagé, garantir l’égalité des territoires et préserver l’environnement, renforcer le lien social et les solidarités constituent les 4 axes prioritaires de notre politique"

Carole Delga.

 

La Région met l’accent sur une nouvelle politique éducative régionale, en investissant fortement pour la jeunesse : 436 M€ iront à la construction et la rénovation des lycées. Deux établissements ouvriront à Castelnaudary et à Pibrac à la rentrée 2017. La Région augmente de plus de 23 % son effort pour adapter la formation professionnelle aux besoins des jeunes, des salariés et des entreprises.

Les politiques régionales pour le développement économique, l’innovation et l’internationalisation sont renforcées : la Région accroît de 26,6 % son engagement pour l’agriculture, de 20 % pour les entreprises et de 5,5 % pour la recherche et l’enseignement supérieur. Elle met le cap sur l’économie du futur avec les énergies renouvelables, le numérique et la « croissance bleue », qui bénéficiera du Plan Littoral 21.

Sur tous les fronts, la Région agit pour l’aménagement équilibré du territoire, via sa politique des transports, son action dans les réseaux numériques, le développement des bourgs-centres et en programmant la création du Parlement de la montagne, « cousin » du Parlement de la Mer. La Région, qui veut devenir demain la 1re Région à énergie positive d’Europe, mène de nombreux programmes pour la transition écologique et énergétique.

Enfin, la Région pratique une solidarité active, en mettant les moyens pour soutenir la culture et la pratique sportive. Elle investit aussi pour le logement social et étudiant et l’accès aux soins en zones rurales et s’engage pour l’affirmation de l’égalité hommes/femmes.

 

Le discours de Carole Delga
Présidente de la Région Occitanie - Pyrénée - Méditerranée

(placez le curseur de la souris sur le texte pour arrêter le défilement,
placez le sur "l'ascenseur" du coté droit du texte pour le régler)

ASSEMBLEE PLENIERE - Jeudi 2 février 2017 – Montpellier

Ce budget a deux ambitions fortes : créer de l’emploi, de la dynamique économique et sociale sur tous les territoires et dans le même temps, il trace des perspectives fortes de la voie de l’innovation pour notre Région.

Vous connaissez ma vision de la Région : une région forte, créative et solidaire.

Avec et pour nos concitoyens. Une région positive face à un monde en pleine mutation. Nous devons être en capacité d’innover, de privilégier notre qualité de vie, notre identité multiple et fraternelle. Ce budget exprime cette volonté forte de mettre au cœur de notre action publique un objectif qui m’est cher : le progrès.

Il s’appuie sur le travail de fond mis en œuvre depuis un an avec notamment l’harmonisation de nos politiques publiques. A ce jour, 80% de nos politiques sont harmonisées. 2016 fut une année pleine avec la pose de fondations solides. 2017 sera plus intense encore car il s’agit d’accélérer et d’amplifier l’effort avec un niveau d’investissement inégalé.

C’est un budget offensif pour répondre aux défis du territoire et aux attentes des habitants.

C'est un budget qui assume le choix d’un avenir en grand, par l’investissement et l’innovation. C’est le budget d’une région positive.

____________

 

1/ Ce budget offensif a pour ambition de répondre aux défis du territoire et aux attentes des habitants.

Dans une région aussi peuplée et attractive que la nôtre, qui connaît encore un taux de chômage élevé, notre Région a la responsabilité et le devoir d’accompagner les mutations. Il faut équiper, éduquer, former, stimuler l’emploi, loger, transporter, protéger... Avec un cap : préserver la qualité de vie et garantir l’équité sociale et territoriale.

Ce budget porte la vision d'un développement partagé, pour tous et sur tous les territoires.

Il confirme, s’il le fallait encore, que notre région est à la bonne échelle pour investir

massivement.

 

Le contexte économique dans lequel nous abordons cette année est plutôt favorable. Les signes d’une reprise se confirment en France et dans notre région, notammentdans le secteur industriel et les services.

La Région y a pris sa part avec notamment notre plan de soutien au BTP de 880 millions d’euros, engagé au 31 décembre 2016, à plus de 82%.

Ce plan confirme ce que nous savons : dans la bataille pour l’emploi et la croissance, l’investissement public reste déterminant, notamment dans notre région.
Je vous propose, avec ce budget 2017 de 3,437 milliards d’euros, d’être encore plus à l’offensive avec une hausse de nos investissements de 4%.

C’est un choix politique fort. C’est une volonté exprimée en actes dans toutes nos compétences.

Cette force régionale pour muscler l’économie, nous pouvons le résumer en un chiffre : 192 euro investi par habitant, ce qui fait de l’Occitanie, la Région qui a investi le plus en France !

Ce pari de l’investissement, nous le faisons en responsabilité. Grâce à un sérieux

budgétaire que nous ont légué nos prédécesseurs. Grâce, aussi, à notre réorganisation interne et le contrôle de nos dépenses de fonctionnement.

Je tiens à remercier l’ensemble des agents de la Région pour leur implication et la qualité de leur travail.

Je veux le redire ici : je ne fais pas partie de celles et ceux qui cassent du fonctionnaire matin, midi et soir depuis des plateaux de télé parisiens. Le service public est et sera efficace, avec des agents qui connaissent parfaitement le sens de leur mission dans le cadre du projet régional. D

e plus, nos nouveaux dispositifs sont adaptés aux réalités territoriales, que ce soit en nature de formation, de soutien aux collectivités locales. Soucieux que chaque euro public soit utile à nos habitants, à nos territoires, la Région doit être réactive, agile et innovante.

L’ambition de notre région est bien réelle. Notre responsabilité grande, car nous sommes de toutes les collectivités, celle qui doit préparer l’avenir et porter les grands investissements de long terme.

C’est pourquoi je vous proposerai de voter un rapport spécifique après le budget pour porter auprès du gouvernement et du législateur une révision complète des ressources et de la fiscalité régionales, afin d’être en phase avec le dynamisme économique attendu.

 

2/ La Région fait le choix d’un avenir en grand, en investissant dans 4 politiques qui démontrent la cohérence de notre projet

  • La jeunesse d’abord, c’est le choix de l’égalité des chances et de l’accès à l’emploi;
  • L’emploi et la croissance ensuite, c’est le choix de l’entreprise et de l’innovation ;
  • Nos territoires et notre environnement, c’est le choix de la qualité et de
  • l’équilibre ;
  • Le lien social enfin, c’est le choix de la solidarité et de l’ouverture .

Investir pour la jeunesse est notre priorité.

Avec près de 30% de notre population qui a moins de25 ans et 4.000 lycéens et apprentis supplémentaires chaque année, je veux relever le défi de l’égalité des chances et de l’intelligence. Oui, cette région fait le pari de la jeunesse. Oui, cette Région a confiance en la jeunesse et doit offrir les moyens à toutes les intelligences de s’exprimer.

Nous le faisons en conscience. Les conservatismes de tout poil édictent trop souvent une vision du monde et de notre pays où la jeunesse n’a aucune place, aucun avenir. Je ne me situe pas dans cette vision qui ferait que les prochaines générations vivent moins bien que les précédentes.

Soutenir la jeunesse, c’est penser à demain. Voilà pourquoi notre objectif est clair :

Chaque jeune doit accéder au savoir, à la formation et à l’emploi.
Chaque jeune doit devenir un citoyen responsable, un citoyen ayant son libre arbitre et acteur de la dynamique régionale.

Je propose un grand plan pour la jeunesse sans précédent par son ampleur.

Nous investirons 1 milliard € sur 6 ans pour rénover ou construire lycées, CFA et établissements de formation sanitaire. C’est un des plus forts investissements en France.
2 lycées neufs seront livrés à la rentrée prochaine(Pibrac et Castelnaudary) et nous débuterons la construction d’autres établissements,avec l’objectif de 10 nouveaux lycées durant notre mandat.

730 M€ sont programmés pour une « nouvelle politique éducative » inédite et innovante, adaptée au savoir d’aujourd’hui.

Chaque dispositif de cette « nouvelle politique éducative » est marqué du sceau de de la justice sociale.

Après une concertation exemplaire, les aides aux familles seront harmonisées à la rentrée prochaine dans un esprit d’équité entre lycéens et apprentis. Nous pensons que l’apprentissage est pour nous, aussi, une voix d’excellence.

La Carte jeune sera déployée pour permettre à tous l’égalité d’accès aux supports pédagogiques, l’accès aux manuels scolaires gratuits, l’aide à un premier équipement pédagogique, la licence sportive, l’aideà la restauration scolaire, une aide à la lecture ou au permis de conduire (500€ pour les apprentis modestes niveau bac et infra).

Cette carte permettra également l’accès aux aides «Transport-Hébergement-Restauration » pour tous les apprentis.

La Région fournira un ordinateur à tous les lycéens et aux apprentis. En tant qu’outil pédagogique, il sera fourni, sans participation, par la Région, dans les Lycées labellisés numériques. Pour réduire la fracture numérique, il sera gratuit pour les familles modestes et une participation sera demandée pour les familles plus aisées.

Viendront compléter ces mesures, la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle et les bourses des étudiants en formation sanitaires et sociales.
Ce sont autant d’aides directes et concrètes au pouvoir d’achat des familles.

 

Nous lançons également en 2017 un ambitieux plan de développement de l’apprentissage pour les jeunes de 15 à 26 ans.

C’est une voie d’excellence qu’il faut rendre plus attractive. Trop de jeunes (8.000 par an), sortent du système sans qualification. Alors que certains secteurs expriment leurs difficultés à recruter les profils dont ils ont besoin (15 000 emplois non pourvus). Nous devons changer de logiciel concernant l’apprentissage et la formation professionnelle, changer notre regard, celui des parents et des jeunes.

Nous visons ainsi le chiffre de 40.000 apprentis d’ici 5 ans (1200 apprentis supplémentaires chaque année). Plus d’aides pour les apprentis et u plan à destination des entreprises que nous allons concerter d’ici le mois d’avril.

J’ai confirmé par ailleurs, il y a quelques jours au Préfet, la poursuite du plan national d’urgence pour la formation des demandeurs d’emplois dans notre région. (92.000 entrées en formation enregistrées en 2016.) . Près de 55 millions € y seront consacrés.

Il y a des secteurs porteurs : le tourisme, l’agriculture et l’agroalimentaire, les services à la personne et l’hôtellerie restauration. Mais également des secteurs en plein essor comme le numérique ou les énergies nouvelles.

Pour cela, nous continuons de déployer l’Ecole régionale du Numérique, afin d’atteindre cette année 16 sites bien répartis.

Dans ce dispositif, les Maisons de la Région permettront un ancrage de proximité dans les territoires en devenant les guichets uniques de l’orientation, de la formation de l’emploi et du développement économique.

● Enfin, notre ambition pour la jeunesse ne sera complète qu’avec une politique de l’enseignement supérieur et de la recherche repensée selon le double principe de l’excellence et de la proximité.

L’élévation générale du niveau de qualification est un enjeu majeur, notamment dans un contexte de crise économique. C’est l’objetdu SRESRI.

Ma deuxième priorité, c’est investir pour l’emploi et la croissance : en assumant le choix de l’entreprise et de l’innovation.

Notre Stratégie régionale pour l’emploi et la croissance combine économie, innovation et internationalisation, enseignement supérieur et recherche, formation professionnelle enfin, pour créer de l’emploi durable dans la région la plus attractive de France.

Oui, la question du travail est centrale dans notre projet régional. Il ne s’agit pas de dire et répéter « l’emploi, l’emploi, l’emploi », mais de créer les conditions de celui-ci.

La diversité de notre région est une chance. De la culturelle industrielle à Toulouse, Figeac, Béziers, ou dans le Gard, à la révolution des start-up en cours à Montpellier ou Nîmes, de l’éclosion des énergies renouvelables à Perpignan, sans oublier l’économie de proximité dans le monde rural et bien sur notre potentiel agro-alimentaire, cette Région possède d’incontestables atouts.

Mais je le dis avec force ce matin : au sein d’une concurrence exacerbée, notre économie doit se mettre en « mode innovation ». Et l’innovation, c’est d’abord un état d’esprit, une mentalité, pas simplement une question de technologie réservée à une petite élite.

C’est cet état d’esprit que je veux insuffler en soutenant bien entendu nos piliers économiques actuels, en garantissant le soutien à des filières naissantes et aussi en permettant aux salariés, aux jeunes d’obtenir les formations et qualifications nécessaires.

Pour moi, l’économie n’est pas désincarnée. Elle se crée tous les jours devant nos yeux, et d’abord, grâce à nos concitoyens, qu’ils soient entrepreneurs ou salariés. Elle doit permettre la prospérité et le partage, avec un impact environnemental et social positif. Au cœur des mutations en cours, j’ai la conviction que nous pouvons ici bâtir un modèle de développement spécifique, respectant notre identité et notre qualité de vie.

Au cœur de notre stratégie, le Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDE2I) met l’entreprise et l'innovation au cœur de nos priorités.

C’est aussi de nouvelles aides pour nos entreprises de proximité. Avec de nouveaux outils, nous ferons du sur-mesure.

Dans ce cadre, est mis au vote aujourd’hui un véritable « Small Business Act » en faveur de nos PME et TPE car 98% des sociétés de la région ont moins de 20 salariés.

Pour les aider à accéder à la commande publique, nous sécurisons cette dernière en améliorant l’information et la formation, en réduisant les délais de paiement, en

généralisant les avances sans garantie, en simplifiant les formalités et en prévoyant des lots plus petits.

Dans le prolongement, je vous propose d’acter deux contrats de filière pour le Bâtiment et pour les Travaux publics.

Il s’agit de consolider ces filières qui représentent 20% des entreprises de larégion et 137.000 salariés.

 

Toujours en faveur des PME et TPE, la concertation nous a incités à proposer une gamme d’outils d’ingénierie financière innovante pour permettre la croissance et l'accès au crédit bancaire.

Des fonds ou des fonds de fonds sont calibrés pour tous les stades de l’entreprise : création, développement, innovation ou transmission,

Les aides individuelles aux TPE et aux artisans sont simplifiées et plus lisibles.

La preuve en chiffres : notre budget en faveur de cette économie de proximité doublera cette année.

 

Concernant l’industrie, les grands groupes et les PME de service en général, notre pari est de miser fort sur l’innovation et l’international.

Etre sur le terrain n’empêche pas d’avoir une ambition internationale. Tokyo ou Las Vegas, ce sont autant de destinations où les entreprises de la région se sont distinguées récemment.

Le budget consacré à l’innovation augmentera de 30%cette année.

Avec pour priorité, l’innovation collaborative et l’innovation croisée, favoriser les démonstrateurs territoriaux ou encore favoriser l’accès des PME innovantes aux marchés publics. L'implantation d'Hyperloop sur la base de Toulouse Francazal et le succès de l'usine du futur Figeac Aéro démontrent que nous avons une forte attractivité et un écosystème favorable à la R&D. Nous accompagnerons ces projets ambitieux et les emplois qu’ils permettront de créer

● Parmi les filières émergentes, quatre filières seront prioritairement structurées cette année : le numérique, la e.santé et les biotechs, la croissance bleue, et les énergies renouvelables.

● Le numérique est la filière d’avenir et l’avenir de toutes les filières, je le dis souvent. Notre région a tous les atouts pour devenir une « Silicon Valley » européenne.
Nous allons densifier le réseau des Fablab sur les territoires, créer deux 2 cités des start-up, accélérer le plan très haut débit dans chaque département et faciliter la digitalisation des PME.

● Pour la croissance bleue, nous présenterons début mars, en présence du Premier ministre B.Cazeneuve, le plan littoral 21qui intègrera une trentaine d’actions en faveur des ports, de la réhabilitation du trait de côte et de l’hébergement touristique. Je veux arrêter la politique de guichet sans cohérence actuelle.

Les résultats des travaux massifs dans les ports sont aujourd’hui concrets. Nous allons bien sûr continuer à investir. 50 millions € cette année et des autorisations de programme qui afficheront + 141 %.

La reconquête de la Méditerranée est à ce prix.

● Quant aux énergies renouvelables, nous avons franchi la première étape de notre route vers une région à énergie positive lors de notre dernière séance.

La création de l’Agence Régionale de l’Energie d’ici un an nous dotera d’un outil opérationnel au service de cette ambition. Nous continuerons à favoriser une moindre consommation énergétique et à développer de nouvelles énergies.

 

C’est la troisième grande orientation de notre budget : investir dans les territoires et l’environnement en faisant le choix de la qualité et de l’équilibre. Cela représente près d’1 milliard € en AP et 860 millions € en CP.

L’équité territoriale et la qualité environnementale sont au cœur de mes ambitions.

Je veux lutter contre l’isolement des territoires et des hommes. Je pense au très haut débit, au développement des Bourgs centres ruraux ou à la politique de la ville, au futur Parlement de la Montagne, à l’Assemblée des territoires, mais aussi à la préservation de la biodiversité et de notre patrimoine naturel (et la future Agence Française de la biodiversité), à la gestion des ressources en eau, au bio encore

● Nous relierons les hommes et les territoires de cette vaste région en augmentant de 67 % notre investissement pour le rail sur ce mandat. Soit 4 milliards €, dont 1,5 milliard € en investissement.Aucune autre Région française ne fera cet effort. Suite aux EGRIM, nous lançons dès cette année 10 chantiers majeurs pour un service public régional des transports plus performant et accessible à tous et partout. En nous concentrant sur les trains du quotidien pour cette année.
Parmi ces chantiers, il en est un urgent, c’est l’amélioration de la qualité de service des TER. Il y a trop de retards sur nos TER, les derniers résultats ne sont pas acceptables. La nouvelle convention avec la SNCF en cours de négociation en tiendra compte. La grande vitesse est évidemment un chantier majeur. J’ai vu A.Vidalies la semaine dernière qui avalise notre proposition de réaliser la liaison Montpellier Béziers en priorité. (Avec un PEM à Béziers qui économisera 55 M€ par rapport à une gare.)

Nous avons inscrit avec l'Etat plus de 350 M€ en faveur des infrastructures de transports dans le cadre du CPER 2015-2020 pour poursuivre l’indispensable équipement de notre région.

● Désormais chef de file de l’aménagement du territoire, la Région doit lancer la démarche d’élaboration du SRADDET,le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires.

Je ne veux pas un schéma de plus, mais un outil efficace au service des territoires et de leurs diversités, un cadre stratégique et opérationnel portant une forte ambition commune pour les 20 à 30 ans à venir. Je vous proposerai donc de construire une stratégie d’avenir partagée :

« Occitanie 2040 », afin de consolider une identité commune et répondre à 3 grands défis fédérateurs de notre région : celui dela promotion sociale, de la réciprocité territoriale et de notre rayonnement à l’externe.

 

Enfin pour terminer sur les grandes orientations de notre budget 2017, il nous faut renforcer le lien social : c’est le choix de la solidarité et de l’ouverture.

Forte de son histoire, de ses racines et de ses valeurs d’ouverture, de tolérance et de partage, notre région entend être solidaire car notre responsabilité est aussi de renforcer les liens qui nous unissent. La solidarité, ce n’est pas une valeur refuge. C’est le ciment essentiel de toute société, c’est la condition du vivre ensemble et de la participation à un destin partagé.

A ce titre, le soutien à la culture (plus de 3,3% du budget ), à la pratique sportive (+ 50 % aide à l'équipement des petits clubs), au développement du logement social et étudiant, à l’accès aux soins en zones rurales, à la lutte contre les discriminations, à l’affirmation de l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’aide aux familles modestes constituent les actions indispensables à la préservation de la cohésion sociale. C’est un choix, je veux le dire, qui nous distingue de ces régions qui préfèrent les coupes sombres, voir la suppression des aides à la culture, l’environnement, ou à de nombreuses associations de terrain. Nous avons au contraire choisi, avec ma majorité, d’être plus que jamais aux côtés de ces femmes et ces hommes qui créent, qui impulsent, qui rassemblent, et ce, dans tous les territoires.

 

Conclusion

Dans tout budget, il y a des choix. J’imagine que cela va être l’objet de notre débat que je souhaite respectueux et de qualité, sur le fond et sans posture politicienne.

Les nôtres sont clairement exprimés et assumés avec ces 4 priorités, ces 4 piliers de notre action régionale. Ils correspondent à nos engagements pris devant celles et ceux qui ont souhaité que cette majorité dirige notre région. Ils prennent appui sur un dialogue permanent et novateur avec les acteurs et les territoires concernés.

Oui, nous refusons le choix du laisser-faire ou du repli sur soi. Oui, nous refusons le choix d’une vision comptable étriquée qui laisse la place aux plus forts et met sur le bas du chemin les plus faibles.

Nous faisons le choix en conscience et en responsabilité d’une région positive. Une région riche de sa diversité et ouverte sur le monde. Une région des possibles pour tous quel que soit son milieu social, son origine ou son lieu de vie.

C’est le choix résolu de l’égalité des chances, de l’égalité territoriale, seule génératrice de progrès.

C’est le choix affirmé de l’innovation et de l’intelligence collective et citoyenne.

C’est grâce à cette innovation, à cet état d’esprit, positif et tourné vers demain, que nous donnerons la bonne trajectoire et une réelle ambition à l'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Carole Delga