L’alimentation : grande cause régionale 2018 en Occitanie

L’alimentation est un sujet de la vie quotidienne pour nos concitoyens. Ils attendent de la puissance publique des actions en matière de santé publique, de qualité des produits, mais ils se questionnent également en termes d’impacts sociétaux, économiques, agricoles, environnementaux, de lien social, d’éthique, et de sauvegarde de notre territoire.

Participez à la phase de consultation en répondant au questionnaire en ligne (cliquer ici) 

En Occitanie, le domaine de l’alimentation représente un secteur économique essentiel, avec près de 2000 entreprises agro-alimentaires et exploitations agricoles qui emploient 164 000 personnes, soit le premier employeur régional.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a donc décidé de faire de l’alimentation la grande cause régionale de l’année 2018 et proposera prochainement un grand plan régional destiné à accompagner tous les acteurs du secteur alimentaire, lequel sera concerté avec les citoyens. 
Ce plan proposera des actions à finalités économiques, environnementales, sociales, sanitaires et culturelles.

Une politique régionale concertée avec les habitants de l’Occitanie

La construction d’une politique régionale de l’alimentation s’appuie d’abord sur une grande concertation : celle-ci a commencé dès la fin de l’année 2017, avec des débats et des rencontres avec les professionnels des filières agricole et agro-alimentaire, des organismes représentant les consommateurs et des experts.

Cette démarche entend faire émerger les enjeux du futur plan alimentation et a pour objectifs de :

  • favoriser la mise en place progressive d’un cercle vertueux de reconquête de la relation entre consommateurs et producteurs locaux ;
  • permettre au plus grand nombre, notamment les personnes vivant avec un revenu faible et étant en situation d’insécurité alimentaire, de disposer d’une alimentation de qualité, saine et équilibrée, à des prix socialement acceptables ;
  • structurer et développer les filières économiques de proximité, en adaptant la production locale à la demande régionale et en favorisant des prix plus rémunérateurs pour les producteurs ;
  • renforcer les achats effectués par les lycées en matière de restauration collective en faveur de l’achat local et bio ;
  • préserver l’environnement et favoriser la transition énergétique.

Parallèlement, il s’agit aussi de sensibiliser les consommateurs, les jeunes notamment, pour manger mieux et d’accompagner leur prise de conscience quant à leur rôle de citoyens-acteurs économiques susceptibles d’orienter l’évolution des modes de production et de distribution.

Le Plan Alimentation sera finalisé fin 2018-début 2019. La Région y proposera des actions concrètes, touchant à l’économie et à l’environnement, au social, à la santé et la culture.

Déjà, elle a contribué aux États Généraux de l’Alimentation lancés par le gouvernement en juillet 2017. En novembre, elle a voté le « Plan Bi’o 2018-2020 », pour introduire 40% de produits locaux et bio dans les cantines des lycées d’ici 2021.

Elle a adopté des outils d’aides à l’installationla transmission et la compétitivité des entreprises agricoles.

Dossier « Le meilleur de l’agriculture régionale »

Les étapes de cette démarche

JPEG - 9.5 ko

  • De décembre 2017 à février 2018, les thèmes et objectifs de cette concertation régionale ont été abordés et décidés par les élus régionaux en lien avec les acteurs du domaine alimentaire et des experts (associations de consommateurs, etc…).
  • De mai à octobre, une vingtaine de réunions territoriales seront organisées dans plusieurs communes de tous les départements d’Occitanie.

VOIR LES DATES

  • A l’automne, seront présentés différents axes de politiques régionales en matière d’alimentation qui seront soumis à la votation des habitants d’Occitanie.

Par la suite, la Région Occitanie fixera le Plan régional de l’alimentation et déterminera ainsi les actions concrètes de la Région en la matière.

Aerospace Valley s'étend à l'Est de l'Occitanie

Antenne montpelliéraine du pôle de compétitivité Aerospace Valley

Carole Delga : « L'extension de ce pôle d'excellence va contribuer avec le soutien de la Région à mettre le dynamisme de la filière au profit des entreprises de l'ensemble du territoire régional »

OCCICapture

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée participait ce lundi 16 avril 2018 à l'inauguration officielle de l'antenne montpelliéraine du pôle de compétitivité Aerospace Valley en présence de Yann Barbaux, président du Pôle et de Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole et maire de la ville de Montpellier. L'ouverture de cette nouvelle antenne marque l'extension du pôle à l'Est de l'Occitanie.

Le pôle de compétitivité Aerospace Valley rassemble dans les Régions Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Nouvelle Aquitaine plus de 800 adhérents issus des grandes entreprises, des PME, laboratoires de recherche, universités et Grandes Ecoles, collectivités et structures de développement économique dans les filières aéronautique, espace, et systèmes embarqués.

 Classé en tête des pôles mondiaux pour la performance de ses projets coopératifs de R&D, le territoire du pôle était historiquement composé des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine. Suite à la fusion des régions, l'Etat a validé à l'automne 2017 l'extension du pôle aux 2 nouvelles régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. L'ouverture de cette antenne montpelliéraine marque l'extension du pôle à la partie Est d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a accompagné Aerospace Valley pour soutenir l'installation de cette antenne basée à Montpellier.

 « Avec plus de 86 000 emplois dédié et un tissu industriel de 1100 entreprises représentant près de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires, le secteur de l'aéronautique et du spatial est pour notre territoire un formidable moteur en termes d'innovation, d'attractivité et d'emploi. Notre potentiel est immense. Depuis 2005, Aerospace Valley a contribué à structurer et renforcer cette dynamique, et est devenu sans conteste un pôle de compétitivité majeur dans le paysage industriel national comme international. L'extension de ce pôle d'excellence à l'Est du territoire, avec le soutien de la Région, va contribuer à mettre le dynamisme de la filière au profit des entreprises de l'ensemble du territoire régional, que ce soit dans la mécanique autour de Béziers et la mécatronique à Alès, dans la sécurité civile et la maintenance à Nîmes, dans le spatial et les systèmes embarqués à Montpellier ou encore dans la maintenance à  Perpignan » a déclaré la présidente Carole Delga à cette occasion.

Sète, « Grand Site Occitanie »

 Attractivité touristique et dynamisme économique : la Région dévoile 22 nouveaux « Grands Sites Occitanie »

Sète devient Grand Site Occitanie.

seteCapture

 La Commission permanente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, réunie sous la présidence de Carole Delga ce vendredi 13 avril à Montpellier, a validé la deuxième sélection des « Grands Sites Occitanie », complétant les 17 sites sélectionnés en décembre 2017.

 Afin de promouvoir ses sites patrimoniaux, culturels, historiques et favoriser le développement économique des territoires, la Région a engagé la création de la collection « Grands Sites Occitanie ». Cette démarche de promotion touristique et territoriale s'appuie notamment sur l'expérience et la réussite des « Grands Sites Midi-Pyrénées » : entre 2008 et 2015, la notoriété des sites labellisés a ainsi nettement progressé, passant de 43% à 86%, en s'appuyant sur une stratégie forte alliant plan qualité, animation du réseau et promotion.

 « La collection Grands Sites Occitanie est riche et diversifiée, elle est à l'image de notre région. Habitants et touristes pourront ainsi découvrir l'Occitanie par le prisme de ces lieux exceptionnels qui reflètent les richesses de notre territoire régional, des Pyrénées à la Méditerranée. Ils sont autant de portes d'entrée sur notre patrimoine culturel et naturel. A travers l'initiative « Grands Sites Occitanie », nous complétons notre stratégie régionale pour le développement du tourisme et des loisirs, avec pour ambition d'intégrer le top 10 des destinations européennes » a notamment souligné la présidente de Région Carole Delga.

 Ce nouveau dispositif étendu à l'ensemble de l'Occitanie, des Pyrénées à la Méditerranée, est aujourd'hui renforcé et fait la part belle à l'innovation. Il fait de chaque « Grand Site Occitanie » une destination touristique à part entière, basée sur un ou plusieurs cœurs emblématiques, et un territoire d'influence, arrimant tout un bassin autour des pépites régionales afin de dynamiser l'ensemble du territoire. Il s'agit d'une politique d'aménagement du territoire et d'économie touristique qui considère que le premier touriste est d'abord l'habitant.

Pour être retenus, les sites candidats étaient invités à présenter une stratégie de développement du territoire en formalisant un projet transversal sur 5 ans. Dès juin prochain, les « Grands Sites Occitanie » bénéficieront d'un plan de communication et de promotion visant à développer leur notoriété auprès des habitants d'Occtianie ainsi que des marchés touristiques nationaux et internationaux.

 Une collection « Grands Sites Occitanie » qui irrigue l'ensemble du territoire régional

 Avec 7 Grands Sites sur le littoral, 15 en montagne, 9 en zone rurale et 8 en secteur ville et métropole, cette démarche patrimoniale intègre une véritable dimension territoriale en irriguant l'ensemble des territoires de la région. Le Canal du Midi compte quant à lui 7 Grands Sites tout au long de son itinéraire.

 Sélection adoptée lors de la Commission permanente du 13 avril 2018

 -          Toulouse

-          Albi

-          Cordes et cités médiévales

-          Narbonne

-          Carcassonne et les Citadelles du vertige

-          Perpignan

-          Moissac

-          Mende coeur de Lozère

-          Saint-Bertrand de Comminges, Valcabrère

-          Massif du Néouvielle-Vallée d'Aure et du Louron

-          Bastides et Gorges de l'Aveyron (Villefranche de Rouergue, Najac, St Antonin, Caylus, Villeneuve d'Aveyron)

-          Aigues-Mortes, Camargue Gardoise, Saint Gilles

-          Lourdes

-          Pic du Midi

-          Sète

-          Canal du Midi - Béziers

-          Agde-Pézenas

-          Luchon

-          La Grande-Motte

-          Millau-Roquefort (regroupement de deux candidatures)

-          Aux sources du Canal du Midi (Sorèze, Revel, Saint Ferréol)

-          Cirque de Navacelles, Lodève

 

Sélection adoptée lors de la Commission permanente du 15 décembre 2017

 -          Auch

-          Conques

-          Gorges du Tarn, Gorges de la Jontes, Causse & Vallées Cévenoles

-          Marciac

-          Massif du Canigò

-          Le Grand Montauban

-          Rocamadour Vallée de la Dordogne

-          Rodez

-          Vallée du Lot, Cahors, Saint Cirq-Lapopie, Puy-l'Evêque

-          Ariège médiévale : Foix, Mirepoix, Montsegur

-          Ariège préhistorique : Niaux, Tarascon, Mas d'Azil

-          Armagnac, Abbaye et Cités

-          Grand Figeac, vallée du Lot et du Célé

-          Gorges de l'Hérault

-          Collioure en Côte Vermeille

-          Nîmes - Pont du Gard *

-          Cirque de Gavarnie - Cauterêts - Pont d'Espagne

 Le projet de Grand Site Cévennes (Gard - Lozère) est en cours de finalisation et fera l'objet d'une labellisation prochainement.

 *Le périmètre de la candidature du Pont du Gard - Gorges du Gardon - Uzès retenue en décembre 2017 s'élargit au territoire de Nîmes et devient le Grand Site Nîmes - Pont du Gard.

Fiscalité locale

Le Conseil économique, social et environnemental « pour une réforme globale de la fiscalité locale »

Le CESE appelle à engager rapidement une réforme ambitieuse de la fiscalité locale, pour sauvegarder l’intérêt général Souvent remanié, parfois contesté mais jamais repensé, le système de fiscalité locale est aujourd’hui très majoritairement jugé obsolète. L’ensemble des acteurs s’accorde en effet pour critiquer la complexité de la fiscalité locale et invoquer la nécessité de la réformer.

Le système de fiscalité locale est aujourd’hui inadapté. De corrections mineures en réformes partielles, aucune action globale ambitieuse n’a été menée depuis 35 ans. Il convient dès lors de réformer en profondeur un système fiscal dont l’objectif reste de financer le fonctionnement des politiques et services publics d’intérêt général (déplacements en bus ou en train, accès à l’école, au lycée, à l’université, eau potable, gymnase, théâtre, bibliothèque, ramassage des déchets ménagers ou encore couverture internet, etc.).

Evaluer – Dialoguer – Réformer, telle est la méthode que propose le CESE dans son avis « Pour une réforme globale de la fiscalité locale » afin de rétablir une fiscalité locale juste, pérenne et efficiente. Pour construire ce nouveau cadre rapidement, le CESE suggère l’organisation d’états généraux de la fiscalité locale et formule plusieurs recommandations parmi lesquelles :

  •  Simplifier et clarifier l’architecture du système
    Le CESE préconise, dans le cadre d’une réforme globale de la fiscalité nationale, de simplifier l’architecture du système de la fiscalité locale, en concentrant les ressources fiscales sur deux des quatre strates de collectivités locales actuelles. À titre d’exemple, le déplacement de la fiscalité du « bloc communal » vers le « bloc intercommunal » renforcerait la cohérence de gestion et la solidarité entre les collectivités d’un même territoire de vie, et donnerait aux élus plus de moyens au service d’une réelle autonomie d’action de leurs collectivités respectives.

  • Financer plus justement l’action des collectivités locales
    Le CESE estime que l’affectation, aux collectivités locales en fonction de leurs principales compétences, d’une part de la collecte d’impôts nationaux dits dynamiques, permettrait de remédier aux disparités de potentiel fiscal qui s’accentuent entre territoires.
    Cette meilleure répartition des recettes fiscales nationales pourrait s’exprimer concrétement par l’affectation d’une part de TVA aux régions, corrélativement à leur compétence de développement économique, ou encore par l’affectation d’une part de CSG aux départements, en lien avec leur compétence sociale.

  • Renforcer la solidarité entre les territoires
    La future loi-cadre sur la fiscalité locale devrait intégrer une réforme complète du système de péréquation. Il conviendrait d’insister sur sa simplification, de privilégier le recours à la péréquation verticale, de prévoir un dispositif d’évaluation permanente de son fonctionnement et de son efficacité, et d’instaurer une gouvernance partagée entre l’Etat et les collectivités locales.

  • Faire évoluer les rapports entre l’Etat et les collectivités locales ainsi que les rapports entre les collectivités locales et les habitants 
    La Conférence nationale des territoires (CNT) pourrait initier un dialogue sur la répartition des recettes fiscales, et aurait la charge d’arrêter un accord triennal révisable annuellement. Le CESE préconise également la signature d’accords triennaux entre l’Etat et toutes les collectivités locales qui auront la responsabilité de lever l’impôt. Ils permettraient aux élus de bénéficier de lisibilité et incluraient un pacte de bonne gestion.
    Enfin, chaque collectivité en charge de lever l’impôt pourrait organiser des «Conférences citoyennes triennales sur le budget ». Y seraient associés habitants, syndicats, entreprises, associations, qui pourraient alors s’informer et s’exprimer sur les grandes hypothèses d’orientation envisagées par la collectivité.


Cet avis, rapporté par Jean-Karl DESCHAMPS (Groupe des Associations) et Didier GARDINAL (Groupe des Entreprises), pour la section de l’économie et des finances du CESE, présidée par Hélène FAUVEL (Groupe CGT- FO), a été présenté lors de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental du 10 avril 2018.
L’avis a été adopté en plénière avec 141 voix pour, 27 abstentions et 3 voix contre.

Alimentation, grande cause régionale 2018

Carole Delga : « Avec la vaste concertation citoyenne que nous lançons, je veux que chaque habitant d'Occitanie s'exprime et s'implique pour le « mieux-vivre » et le « mieux-consommer »

DELGCapture

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Jean-Louis Cazaubon, vice-président en charge de l'agroalimentaire et de la viticulture, ont présenté cet après-midi lors d'une conférence de presse la grande concertation citoyenne sur l'alimentation,  déclarée « grande cause régionale » pour l'année 2018.

 Citoyens, professionnels du secteur agricole et agro-alimentaire et territoires sont invités à bâtir collectivement la démarche « Alimentation Occitanie », de la production à la consommation, en passant par la transformation, les questions culturelles et environnementales, la qualité des produits ou encore les modes de consommation, la santé et les fractures alimentaires.

 Après une première phase d'auditions et de consultations, la Région donne désormais la parole aux habitants d'Occitanie, des Pyrénées à la Méditerranée, afin de mieux connaitre leurs attentes et leur besoins en matière d'alimentation. A partir de cette semaine et jusqu'à fin juin, les consommateurs d'Occitanie ont la possibilité de s'exprimer et de donner leur avis sur les problématiques liées à l'alimentation via un questionnaire en ligne sur le site de la Région : www.laregion.fr/alimentation visant à réaliser un état des lieux des modes et pratiques de consommation en Occitanie.

 Cette concertation sera suivie de rencontres territoriales, organisées de mai à septembre dans les 13 départements de la Région. Les participants ayant manifesté leur intérêt et fait part de leur volonté de participer plus activement à la démarche, seront notamment conviés.

Ces réunions permettront d'approfondir les conclusions de l'enquête afin d'aboutir à une liste d'actions répondant au plus près aux besoins des citoyens, des acteurs économiques et des territoires.

 Les résultats de l'enquête et des réunions territoriales permettront de bâtir le futur Plan Alimentation régional. A l'automne 2018, une votation citoyenne demandera aux habitants de choisir les actions prioritaires ou de pondérer les différentes propositions.

 Destiné à accompagner tous les acteurs de la chaîne alimentaire, le futur Plan Alimentation régional sera présenté au vote des élus régionaux fin 2018.

 « Face aux défis de la croissance démographique mondiale, aux évolutions des modes de consommation mais aussi aux conséquences des changements environnementaux, j'ai décidé de faire de l'alimentation la grande cause régionale 2018. C'est un choix fort qui doit déboucher sur des politiques publiques concrètes et innovantes dans les champs de la production, de la consommation et de l'éducation. Dès mon élection, j'ai souhaité faire de l'Occitanie une région citoyenne singulière et exemplaire, afin d'œuvrer pour et avec les habitants de notre territoire. Jusqu'à l'été prochain, une concertation citoyenne sur l'alimentation sans précédent en France donne ainsi la parole aux consommateurs d'Occitanie, afin d'enrichir le travail mené en amont avec les acteurs du territoire et les collectivités. Cette grande consultation inédite permettra de construire ensemble le futur Plan Alimentation régional » a déclaré la présidente à cette occasion.

Grande concertation citoyenne sur l'alimentation

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Jean-Louis Cazaubon, vice-président en charge de l'agroalimentaire et de la viticulture, présenteront le mardi 3 avril, la grande concertation citoyenne sur l'alimentation,  déclarée « grande cause régionale » pour l'année 2018.

OCCICapture

Citoyens, professionnels du secteur agricole et agro-alimentaire et territoires sont invités à bâtir collectivement tout au long de l'année la démarche « Alimentation Occitanie », de la production à la consommation, en passant par la transformation, les questions culturelles et environnementales, la qualité des produits ou encore les modes de consommation, la santé et les fractures alimentaires.

 A partir de la 1ère semaine d'avril et jusqu'à fin juin, les habitants d'Occitanie auront la possibilité de s'exprimer et donner leur avis sur les problématiques liées à l'alimentation via un questionnaire en ligne. Cette concertation sera suivie de rencontres territoriales, organisées dans les 13 départements d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 Le questionnaire, la campagne de communication et le calendrier de la concertation territoriale seront notamment présentés lors de la conférence de presse.

 « Parce que l'alimentation nous concerne tous, au quotidien, j'ai décidé d'en faire la grande cause régionale 2018. Jusqu'à l'été prochain, une concertation citoyenne sans précédent en France donnera ainsi la parole aux consommateurs d'Occitanie, afin d'enrichir le travail mené en amont avec les acteurs du territoire et les collectivités. Cette grande consultation inédite en France permettra de construire ensemble le futur Plan Alimentation régional », a déclaré la présidente Carole Delga à quelques jours de la conférence.

2èmes Rencontres culture et patrimoine, organisées par la Région

Carole Delga : « Aujourd'hui, plus que jamais, nous défendons la culture comme un des piliers de notre société »

Jeudi 29 mars 2018, la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, est intervenue ce matin à Carcassonne, lors des deuxièmes Rencontres régionales de la culture et du patrimoine. Après un premier temps de concertation organisé fin 2016, la Région a réuni à nouveau les professionnels du secteur, à l'occasion du lancement de sa politique culturelle et patrimoniale, sur la période 2018-2021.

OCCICapture

Aux côtés de Dominique Salomon, vice-présidente en charge de la culture, du patrimoine et des langues régionales, et d'élus régionaux, Carole Delga a rappelé l'engagement et l'ambition portée par la Région.

 « Culture partout et pour tous : voici des principes qui me sont chers. Je souhaite que cette nouvelle politique régionale culturelle et patrimoniale, s'adresse au plus grand nombre et à l'ensemble des générations. Je suis tout particulièrement attentive à réduire les inégalités territoriales et culturelles, à soutenir les acteurs des arts et de la culture, notamment dans leur démarche de création, à conforter la participation et la responsabilité citoyenne par une action publique dédiée. Notre stratégie est bâtie sur des principes forts : la concertation avec les acteurs territoriaux et les professionnels pour aboutir à une démarche ambitieuse favorisant l'innovation et l'expérimentation », a annoncé Carole Delga.

 En 2018, le budget de la Région consacré à la culture et au patrimoine est renforcé et représente plus de 3% du budget régional, en augmentation de 12% par rapport à 2017. La nouvelle politique régionale est le fruit d'un an et demi de concertation, réunissant plus de 2700 acteurs du secteur, pour répondre au mieux aux attentes des professionnels et des publics.

 Axe n°1 : Renforcer l'égalité d'accès à la culture et maintenir un aménagement culturel équilibré du territoire

Une des missions de la Région est d'assurer un maillage culturel équilibré sur l'ensemble du territoire, afin de permettre, à travers des lieux et équipements structurants de proximité, l'accès à toutes les disciplines artistiques. La politique régionale agit en faveur de la réduction des inégalités, y compris culturelles, avec notamment le Pass Train Express Régional, qui permettra au public d'accéder à faible coût à l'ensemble des sites patrimoniaux, musées et manifestation culturelles sur le territoire.

Dans un souci constant de médiation et d'ouverture, l'action régionale se concentre également sur l'éducation artistique et culturelle à travers des programmes de qualité tels que « lycéens et apprentis au cinéma ».

 Axe n°2 : Financer et encourager la création produite en Occitanie et accompagner l'innovation

La Région souhaite créer dès cette année une journée régionale « portes ouvertes des ateliers d'artistes », en vue de donner plus de visibilité aux artistes d'Occitanie et les faire connaître du grand public, des habitants comme des touristes.

Le numérique favorise de nouvelles formes de créations et modifie de manière considérable les pratiques des publics. La Région s'engage auprès des acteurs du domaine culturel afin d'accompagner cette transition. Elle apporte son appui à des expérimentations culturelles innovantes, développant à la fois des pratiques artistiques collectives ainsi que des parcours de visite transversaux alliant plusieurs disciplines.

 Axe n°3 : Fortifier l'économie de la culture et du patrimoine

Le secteur culturel dans son acception la plus large implique de fortes retombées économiques et touristiques pour le territoire régional et ses habitants. La Région souhaite développer son soutien à ces filières en renforçant, entre autres, l'aide à la création audiovisuelle, afin que davantage de fictions, films d'animation et documentaires soient tournés en région et ainsi accroître les retombées économiques, l'emploi mais aussi la visibilité de la région. Le soutien à la filière du livre est de la lecture est également stratégique, avec la nouvelle agence régionale « Occitanie Livre et Lecture ».

L'action régionale favorise également les synergies entre les acteurs et se positionne pour accompagner leur formation et professionnalisation tout au long de leur carrière.

 Axe n°4 : Accroître la visibilité et le rayonnement à l'international de la culture et du patrimoine de l'Occitanie

Afin de développer un tourisme culturel d'excellence, la Région est très impliquée dans la valorisation du patrimoine antique sur son territoire. Elle pilote par exemple la création du Musée régional de la Narbonne Antique, NARBO VIA, financé à hauteur de 50 M€. La Région s'attache également à accroître la mobilité artistique à l'international. Le Prix Occitanie Médicis a vu le jour, en partenariat avec l'académie de France à Rome, afin d'accueillir chaque année un artiste émergent de la région en résidence à Rome durant 3 mois. Ce dernier sera ouvert cette année aux artistes plasticiens.

 « Symbole de l'ouverture à l'autre et au monde, je suis convaincue que la culture joue un rôle essentiel dans notre société. Je soutiens par ailleurs une vision de la culture en partage, riche de ses croisements et de ses mélanges. En ces temps troublés, il est nécessaire de défendre sa place et de soutenir la création, la culture étant l'une des meilleures réponses à la barbarie. Faisons également de nos singularités des forces. En effet, l'Occitanie bénéficie d'un patrimoine et d'une vitalité culturelle exceptionnels. Au-delà de l'attractivité du territoire, ce dynamisme doit renforcer la cohésion et participer à la construction de notre identité commune », a également déclaré Carole Delga.

5ème édition du festival Escale à Sète : fêtez la Méditerranée du 27 mars au 2 avril !

Organisé depuis 2010 par l'association Escale à Sète avec le soutien de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, le festival Escale à Sète revient pour sa 5ème édition du 27 mars au 2 avril 2018.

regiP1020713

 Avec plus de 300 000 visiteurs lors de la dernière édition en 2016, le Festival Escale à Sète fait aujourd'hui partie des grands rendez-vous d'Occitanie et s'impose comme le plus grand festival de traditions maritimes de tout le bassin méditerranéen.

Jusqu'au week-end de Pâques, pendant une semaine, le festival propose une fête conviviale et familiale aux côtés de l'ensemble des professionnels de la mer. Au programme cette année, l'installation d'un village méditerranéen mettant à l'honneur l'Adriatique et les deux pays invités de cette édition, l'Italie et la Croatie, des spectacles nautiques mettant en scène quelques-uns des navires historiques présents lors de l'évènement, de nombreux concerts et spectacles rendant hommage aux cultures insulaires méditerranéennes.

 Pour cette 5ème édition, le festival a été placé sous le haut patronage de la Commission nationale française pour l'Unesco. La manifestation sera également marquée par la première escale de la célèbre réplique de l'Hermione en Méditerranée.

 « La Région est fière d'accueillir et d'accompagner depuis presque 10 ans déjà Escale à Sète : la reconnaissance populaire et institutionnelle dont bénéficie ce festival aujourd'hui est la juste récompense d'un engagement exemplaire en faveur de la préservation et de la promotion de notre patrimoine maritime régional. La Méditerranée fait partie de l'ADN de notre Région et ce festival l'incarne magnifiquement », a déclaré Carole Delga. 

 Partenaires de l'évènement, la Région Occitanie, le Port de Sète-Frontignan et le Parlement de la Mer, se sont fortement impliqués pour proposer une programmation culturelle riche et inédite, avec un maitre-mot essentiel : le partage d'une culture maritime exceptionnelle. Dans ce cadre, la Région a notamment créé un parcours culturel original dans la ville mettant en valeur le patrimoine maritime et les gens de mer. 

 Depuis 2010, la Région accompagne le festival Escale à Sète. Cette année, près de 200 000€ ont ainsi été mobilisés.

Les 2èmes Rencontres culture et patrimoine

Carole Delga ouvre les 2èmes Rencontres culture et patrimoine, organisées par la Région

Jeudi 29 mars 2018 à 9h30, Palais des Congrès de Carcassonne - rue des 3 Couronnes

OCCICapture

 La présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, interviendra lors des deuxièmes Rencontres régionales de la culture et du patrimoine, accompagnée de Dominique Salomon, vice-présidente en charge de la culture, du patrimoine et des langues régionales. Après un premier temps de concertation organisé fin 2016, la Région réunit à nouveau les professionnels du secteur, à l'occasion du lancement de sa politique culturelle et patrimoniale, sur la période 2018-2021.

 « La culture joue un rôle primordial dans l'éveil de la pensée et des consciences mais également dans la réaffirmation des valeurs de la démocratie. Elle forge notre vision et notre compréhension du monde et contribue à bâtir notre identité, ainsi que la cohésion et l'attractivité d'un territoire. Aussi, en 2018, la Région adopte une nouvelle politique culturelle et patrimoniale qui témoigne de notre ambition et de notre engagement. Elle est bâtie sur des principes forts : une élaboration en concertation avec les acteurs territoriaux et les professionnels du secteur, et la nécessité d'aboutir à une politique ambitieuse favorisant l'innovation et l'expérimentation » a notamment déclaré Carole Delga.

 La colonne vertébrale de cette nouvelle stratégie régionale se décline en quatre axes, quinze objectifs opérationnels et quatre-vingt-dix actions. Conformément à ces engagements, le budget de la Région consacré à la culture et au patrimoine représente plus de 3 % du budget régional et est en outre renforcé en 2018 (en augmentation de 12% par rapport à l'année précédente).

 Programme des Rencontres :

 10h - 10h30 : Intervention de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

 10h30 - 10h40 : Intervention de Laurent Roturier, directeur régional des Affaires culturelles.

 10h40 - 12h30 : Table-ronde en présence de Dominique Salomon, vice-présidente, d'Emmanuel Wallon, professeur de sociologie à l'Université Paris-Nanterre et de professionnels du secteur.

Triolet 2, une nouvelle résidence étudiante à Montpellier

Livrée en 2017, la nouvelle résidence, située sur la Campus universitaire du Triolet, est inaugurée ce 27 mars 2018. Ce programme propose 315 logements supplémentaires aux étudiants.

Avec plus de 7 000 m2 de surface habitable - logements compris entre 20 et 40 m² - le nouveau site qui se situe non loin des Universités de Montpellier comprend, outre une supérette, un parking, des locaux pour vélos et  des bureaux administratifs,  mais aussi une cafétéria d’une capacité de 80 places, une salle d’activités de 80 m² et de musculation de 40m².

La Région a financé ce programme étudiant dans le cadre du Contrat de Plan État-Région (CPER) 2015-2020, à hauteur de 472 000 euros.

Cet investissement s’inscrit dans l’action menée par la Région, aux côtés de l’Etat et en partenariat avec le CROUS, pour favoriser la construction de logements étudiants sur son territoire, notamment sur celui de l’Académie de Montpellier sur lequel elle est engagée depuis 2005.

L’objectif : développer une offre de logements accessibles pour tous les jeunes en formation sur le territoire.

Le Nouveau Logis Méridional, maître d'ouvrage 

Les bâtiments sont qualifiés RT 2012 et affichent le label Habitat et Environnement de Cerqual, ce qui signifie qu’ils répondent aux réglementations et recommandations du Grenelle de l’Environnement.
Le coût de cette réalisation est de 17 millions d’euros environ. La Caisse des Dépôts et la Caisse d’Epargne ont octroyé des prêts au Nouveau Logis Méridional. La région Occitanie et le CNOUS ont apporté des subventions. L’Etat a fourni le terrain et Montpellier Méditerranée Métropole la délégation à la pierre.