La Région lance le réseau des « Grands Sites Occitanie / Sud de France »

Ce mardi 9 octobre à Toulouse, Jean-Louis Guilhaumon, vice-président de la Région en charge du tourisme et du thermalisme, réunissait plus de 200 acteurs du réseau « Grands Sites Occitanie / Sud de France ».

Après le déploiement du programme à l'échelle de la région, la mise en place des conventions et le lancement d'une campagne de promotion des 40 sites labellisés, ce temps d'échange et de travail collectif engage une nouvelle étape pour le développement du réseau des acteurs de la dynamique touristique en Occitanie.

tiseCapture

 © Romain Saada - Région Occitanie

«  Aujourd'hui, il s'agit avant tout d'échanger sur l'avancement de cette politique phare et de construire ensemble les plans d'actions pour 2019 et 2020. Je tiens à exprimer la force collective que constitue cette collection des Grands Sites Occitanie / Sud de France. Ils ne sont pas une simple addition de sites individuels, ce sont les notions de solidarité et de rayonnement qui font la pertinence et la cohérence de ce dispositif de promotion touristique et territoriale. Le rôle des acteurs de terrain est primordial pour la réussite de ce programme, et c'est ensemble que nous parviendrons à faire entrer l'Occitanie dans le Top 10 des destinations européennes » a notamment déclaré Jean-Louis Guilhaumon en ouverture de la rencontre.

 Les travaux se sont poursuivis durant la matinée au cours d'ateliers thématiques portant notamment sur la promotion, la médiation culturelle du patrimoine ou encore le concept de « smart destination ».

 Les Grands Sites Occitanie / Sud de France

 Afin de promouvoir ses sites patrimoniaux, culturels, historiques et favoriser le développement économique des territoires, la Région a créé la collection Grands Sites Occitanie / Sud de France. Cette démarche de structuration touristique de destinations d'excellence est accompagnée d'une stratégie de promotion et de communication d'envergure.

 Chaque Grand Site est une destination touristique à part entière, basée sur un ou plusieurs cœurs emblématiques, et une aire d'influence, qui dynamise l'ensemble du territoire. Il s'agit d'une politique d'aménagement du territoire et d'économie touristique qui considère que le premier touriste est d'abord l'habitant, qui fait la part belle à l'innovation et à la qualité.

 Avec 8 Grands Sites aux abords de la Méditerranée, 9 dans les Pyrénées et 23 en cœur d'Occitanie, cette démarche patrimoniale intègre une véritable dimension territoriale en irriguant l'ensemble de la région.

 + d'infos sur les Grands Sites Occitanie / Sud de France : www.grands-sites-occitanie.fr

Gouvernance de l'aéroport Béziers Cap d'Agde

Présentation de la nouvelle gouvernance de l'aéroport Béziers Cap d'Agde

Jeudi 4 octobre 2018 à l'aéroport.

L’aéroport est détenu et géré depuis avril 2009 par le Syndicat mixte ''Pôle aéroportuaire Béziers Cap d’Agde en Languedoc'' qui rassemble plusieurs Collectivités locales (, partenaires historiques de la plate-forme) : les Communautés d’agglomération Béziers Méditerranée, Hérault Méditerranée, Thau Agglo, la CCI Hérault, le Département de l’Hérault, la Communauté de communes La Domitienne. L’Aéroport Béziers Cap d’Agde est également soutenu depuis 2013 par la Région Occitanie.


 Sunny Airport

Le Président du Syndicat mixte est Frédéric LACAS, Président de la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée, Maire de Sérignan.
 
Le 1er Vice-président délégué est Gilles d’ETTORE, Président de la Communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, Maire d’Agde.
 
Le 2ème Vice-président délégué est André DELJARRY, Président de la CCI Hérault.
 
Les autres Vice-présidents sont : Alain CARALP (Président de la Communauté de communes La Domitienne), Claude PATIN (Béziers Méditerranée), Gérard MILLAT (Hérault Méditerranée), Matthieu OURLIAC (CCI Hérault).

 
Le Directeur général du Syndicat mixte et de l’Aéroport est Pascal PINTRE.
 
Avec la création du Syndicat mixte, l’aéroport Béziers Cap d’Agde en Languedoc a mis en œuvre un important plan de développement aboutissant à une croissance forte et continue du trafic, passant de 31 824 passagers transportés en 2007 à 243 589 passagers en 2016.
 
Acteur majeur du tourisme local et régional, l’aéroport Béziers Cap d’Agde génère chaque année des retombées économiques évaluées à plus de 65 millions d'euros sur sa zone de chalandise et compte une centaine d'emplois.

AEROCapture


LE TRAFIC 

  2007

  2008  2009  2010  2011  2012  2013  2014  2015  2016

  31 824

 75 180  86 781  130 588 194 196 223 890  228 293  244 471  245 202  243 589

 

 

LES MOUVEMENTS AÉRIENS

 

   2007  2008  2009  2010

 2011

 2012  2013  2014
Aviation          générale  22 210  22 540  23 584  28 647

 28 507

 25 463   21 625  26 178
Aviation commerciale 1 357  1 731  953  1 109

 1 631

 1 832   1 858  1 859
Total  23 567  24 271  24 537  29 756

 30 138 

 27 295   23 483  28 037

Carole Delga présente la future cité de l'économie et des métiers de demain

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Marie-Thérèse Mercier, conseillère régionale missionnée par la présidente pour conduire le projet, présenteront mercredi 3 octobre 2018 à la presse la future cité de l'économie et des métiers de demain, aux côtés d'une vingtaine d'entreprises membres du comité stratégique.

OCCICapture

 A vocation internationale, la cité de l'économie et des métiers de demain sera un lieu d'expérimentation qui rassemblera à Montpellier un écosystème composé de TPE & PME régionales, de laboratoires, d'universités et de grands groupes autour d'une ambition partagée, « pour une économie de demain performante, responsable et inclusive. »

 « Avec deux clusters du numérique, l'IoT Valley, deux métropoles labellisées French Tech, 13 réseaux thématiques French Tech, l'I-SITE MUSE, des laboratoires de recherche et des acteurs internationaux de premier plan, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est résolument la région de l'innovation, portée par un écosystème riche et innovant. Pour entretenir et renforcer cette dynamique, faciliter la création de synergies et soutenir l'emploi, j'ai souhaité la création d'un lieu consacré à la nouvelle économie, à Montpellier. La cité de l'économie et des métiers de demain sera un espace de prospective, d'innovation et d'expérimentation visant à accompagner les mutations économiques pour aider les entreprises à gagner en compétitivité, en imaginant et créant ici les emplois de demain », souligne la présidente Carole Delga.

L'Apprentissage en Région Occitanie

Logo Apprentissage en région Occitanie

L’apprentissage permet d’obtenir un diplôme et une expérience professionnelle reconnue pour mieux s’insérer sur le marché du travail ! L’apprentissage en Occitanie ouvre les portes à plus de 300 métiers qui embauchent dans des secteurs très différents : l’artisanat, le commerce, l’industrie, le bâtiment, les services, mais aussi le numérique, l’aéronautique et les énergies renouvelables.

Les 134 Centres de formation d’apprentis (CFA), répartis sur les 13 départements de notre région, préparent à des formations allant du CAP au diplôme d’ingénieur.

Pour favoriser cette voie de formation, la Région Occitanie a mis également à disposition des candidats et des recruteurs une application de mise en relation directe, Anie.

Pour la découvrir, connectez-vous à anie.laregion.fr
ou téléchargez-la  !

Le contrat d’apprentissage s’adresse à tout jeune âgé de 16 à 30 ans. Celui-ci a pour objectif de donner, pour les personnes ayant satisfait à l’obligation scolaire, une formation alternée pour aboutir à une qualification professionnelle :

  • une partie théorique et générale se déroule en CFA (Centre de Formation par Apprentissage).
  • une partie pratique se déroule en entreprise.

Cette formation est validée par l’obtention d’un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique.

Les dérogations à la limite d’âge

Plusieurs dérogations permettent d’effectuer une formation en apprentissage lorsque l’on sort du cadre classique :

  • Dans les deux cas suivants, l’âge de l’apprenti.e ne peut être supérieur à 30 ans au moment de la conclusion du nouveau contrat et dans un délai d’un an maximum après l’expiration du précédent contrat :
    • Signature d’un nouveau contrat dans la continuité d’un précédent contrat d’apprentissage et permet d’acquérir un diplôme de niveau supérieur.
    • En cas de rupture de contrat pour des causes indépendantes de la volonté de l’apprenti.e (cessation de l’activité de l’employeur, faute de l’employeur ou manquements répétés à ses obligations…) ou suite à une inaptitude physique et temporaire (article R. 6222-38 du Code du travail).
  • Les personnes en situation de handicap bénéficient de la levée de la limite d’âge.
  • En cas de création ou de reprise d’entreprise, celle-ci étant liée à l’obtention du diplôme sanctionnant la formation.

L’apprentissage avant 16 ans, le Dima

A partir de 15 ans, un jeune peut accéder à une formation appelée « Dispositif d’initiation aux métiers en alternance » (Dima).

Cette formation permet de commencer une activité professionnelle tout en demeurant sous statut scolaire. La formation est gratuite, en revanche, celle-ci n’ouvre pas droit à une rémunération.

En savoir + sur le DIMA

Quels diplômes peut-on préparer en apprentissage ?

Il est possible d’accéder à des formations allant du CAP au diplôme d’ingénieur par la voie de l’apprentissage.

Il est ainsi possible de préparer :

  • un diplôme professionnel de l’enseignement secondaire : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), baccalauréat professionnel, brevet professionnel, mention complémentaire.
  • un diplôme de l’enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme universitaire de technologie (DUT), licences professionnelles, diplômes d’ingénieur, d’école supérieure de commerce, etc.
  • un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles, (RNCP). 

En savoir + sur l’apprentissage

Revenir au parcours

Lancement du CFA-Sport Occitanie

Emmanuelle Gazel, vice-présidente en charge de l'emploi, de la formation professionnelle et de l'apprentissage, représentant la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée Carole Delga, participera vendredi 21 septembre au lancement du CFA Sport-Occitanie.

 Fruit de la fusion du CFA Sport de Toulouse, créé en 1999 et porté par le CREPS de Toulouse, et du CFA Sport Méditerranée, créé en 2008 à l'initiative du CREPS de Montpellier et du monde sportif, le CFA-Sport Occitanie a pour mission de piloter et de rendre plus lisible les plus de 60 formations ouvertes à l'apprentissage pour former aux métiers du sport et de l'animation en Occitanie.

 "Avec près de 140 000 heures de formation dispensées à 450 apprentis, ce nouveau CFA régional se positionne comme le 3ème CFA des métiers du sport et de l'animation de France, qui en compte 19. Proposant plus de 50 cursus sur 20 sites différents, le CFA-Occitanie permettra chaque année de former aux métiers d'animateur, de moniteur, d'entraîneur, de coach sportif..."

cfaCapture

La création de ce CFA s'inscrit dans la politique ambitieuse de développement de l'apprentissage portée par la Région qui vise un double objectif : 

porter à 40 000 le nombre d'apprenti.es en Occitanie d'ici 2021, et renforcer l'excellence de l'apprentissage sur le territoire.

Elle s'inscrit également dans la politique sportive volontariste portée par la Région, qui consacre près de 23 M€ au sport en 2018 afin de permettre à tou.te.s les habitant.e.s de pratiquer un sport sur l'ensemble du territoire, et assurer le rayonnement de l'Occitanie aux niveaux national et international.

« Grâce à la création de ce CFA régional, nous rappelons une nouvelle fois que l'apprentissage est LA voie d'excellence vers l'emploi et vers des métiers d'avenir. Le secteur du sport, qui pèse aujourd'hui 38 milliards d'euros et représente plus de 300 000 postes public-privé confondu, garantit à nos jeunes de nombreux débouchés sur le long terme.

C'est pourquoi j'ai souhaité donner à nos CFA du sport une dimension nouvelle qui permettra de faire rayonner nos savoir-faire au niveau national et développer l'apprentissage dans ce domaine porteur. Grâce à son réseau étendu, cette nouvelle institution permettra également un maillage territorial équilibré, garantissant à chaque jeune un égal accès à la formation, où qu'il se trouve sur le territoire. 

L'Occitanie est plus que jamais une terre de sport et ce CFA le souligne de la meilleur des façons », a déclaré Carole Delga. 

Occitanie Ambition 2024

La Présidente de Région a lancé, lors des rencontres régionales du sport en février 2018, la grande démarche régionale « Occitanie Ambition 2024 », visant à positionner l'Occitanie en tant que pourvoyeuse d'athlètes aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2022 et 2024, mais également comme pilote pour l'entrainement olympique et paralympique et l'accueil de grandes compétitions internationales.

Dans une logique d' « héritage », la dynamique amorcée vise à impliquer et fédérer durablement le mouvement sportif en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée bien au-delà des Jeux Olympiques de 2024. La Région envisage cette démarche en lien étroit avec les athlètes, le monde sportif associatif et les territoires.

Cette dynamique collaborative a été présentée le 12 juillet dernier devant 600 acteurs du mouvement sportif régional et national lors des 50 ans du CNEA de Font-Romeu. Le « Cercle des ambassadeurs Occitanie ambition 2024 » rassemblant les « stars » régionales y a notamment été lancé (avec pour marraine et parrains Martin Fourcade, Maxime Valet et Lucie Gautier). Sa mission sera de confirmer le rayonnement national et international de l'Occitanie. Une communauté « Occitanie Ambition 2024 » sera créée courant 2019, rassemblant l'ensemble des acteurs des territoires et du monde sportif régional partageant les valeurs de l'olympisme et désireux de s'engager dans la démarche aux côtés de la Région.

Une démarche de labellisation des bases de préparation olympique et sites de compétitions internationales sera par ailleurs engagée par la Région, en lien avec la démarche qui sera lancée à l'automne par le Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024. La jeunesse sportive d'Occitanie sera prochainement mise en lumière avec les 16 athlètes régionaux participant aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires en octobre.

L'apprentissage en Occitanie en quelques chiffres clés

- En 2018, la Région consacre 143 M€ pour le développement de l'apprentissage
- Près de 36 500 apprenti.es au 1er janvier 2018 
- Près de de 8% d'apprenti.es supplémentaires en un an, soit la plus forte hausse depuis 10 ans 
- 98 CFA ou sections d'apprentissage 
- Près de 1 800 formations du niveau CAP à Ingénieur proposées, préparant à 720 diplômes différents
- Plus de 150 nouvelles formations pour la rentrée 2018 En 2017, le taux de réussite aux examens des CFA du sport de Toulouse et Montpellier était de 77% et 88% des jeunes diplômés étaient en activité 6 mois après la fin de leur formation.

« loto du patrimoine » en Occitanie

Les projets qui vont bénéficier de la Mission Patrimoine en Occitanie :

L'Hôtel de Polignac à Condom, le Château de Termes (11), Temple protestant de Gallargues-le-Montueux (30), Ancienne tuilerie de Blajan (31) Château de la Salvetat-Saint-Gilles (31) Domaine de Bonrepos-Riquet (31) Église de Saint-Béat (31) Pigeonnier de Grubel à Fourquevaux (31) Platanes du Canal du Midi à Toulouse (31), Chapelle des Pénitents à Mèze (34) Abbaye de Marcilhac à Marcilhac-sur-Célé (46) Château de Castelnau-Bretenoux à Prudhomat (46) Grange-étable de Saint-Michel de Cours à Bellefont-La Rauze (46) Église Saint-Calixte de Cazaux (65) Casino de Vernet-les-Bains (66) Caves Byrrh à Thuir (66).

L’Etat, à la demande du Président de la République, avait confié à Stéphane Bern une mission appelée « Patrimoine en péril ».
Son but : sauvegarder des sites emblématiques du patrimoine français. Près de 2000 sites ont ainsi pu être identifiés : châteaux, églises, moulins, théâtres, fontaines...

FDJ a été choisie pour contribuer au financement de cette mission, et devient ainsi mécène de la Fondation du patrimoine pour 3 ans, et la Fondation d’entreprise FDJ mécène majeur du programme Patrimoine-Emploi.

En plus de ce mécénat, FDJ finance le fonds « Patrimoine en péril » grâce aux mises sur ses jeux "MISSION PATRIMOINE", qui permettront à la Mission Bern de sauvegarder et de rénover 269 projets partout en France.

En savoir plus sur : https://www.missionbern.fr/projets/

Banderoles au lycée Joffre : Carole Delga s'exprime

La Présidente de la Région condamne les agissements  d'un groupuscule d'extrême droite.

OCCICapture

Montpellier/Lycée Joffre

« En recouvrant les grilles du lycée Joffre de banderoles choquantes ce matin, un groupuscule d'extrême droite a souhaité jouer comme à son habitude sur les peurs et stigmatiser les personnes d'origine ou de nationalité étrangère qui vivent sur notre territoire. Je condamne fermement ces agissements qui sont en totale opposition avec les valeurs humanistes que je défends et auxquelles je crois profondément. Les violences intolérables perpétrées sur l'Esplanade Charles de Gaulle vendredi 7 septembre sont de purs actes de délinquance et devront être jugés comme tels.

 La question de la sécurité de nos élèves est primordiale. C'est la raison pour laquelle la Région s'est engagée dès 2015 dans une vaste opération de sécurisation des lycées, répondant aux spécificités de chaque établissement. Au lycée Joffre, une caméra a par exemple été installée afin de surveiller l'entrée de l'établissement.

 Aux actions de communications stériles je préfère l'action concrète : j'ai alerté le Directeur départemental de la sécurité publique ainsi que le Préfet de l'Hérault de la nécessité de mettre fin au climat d'insécurité qui pèse sur les élèves, les équipes pédagogiques et les agents régionaux du lycée. Je ne doute pas que tout sera mis en œuvre pour ramener le calme et la sérénité aux abords du lycée Joffre ».

A propos des annonces d'Elisabeth Borne sur les LGV

Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan

Carole Delga : « Notre mobilisation a payé, place maintenant à un calendrier réaliste »

OCCICapture

Mardi 11 septembre, Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, annonçait la programmation des investissements pour la future loi Mobilités qui sera présentée au mois d'octobre à l'Assemblée. Dans la continuité du Rapport Duron rendu en février dernier, la Ministre des Transports a confirmé l'intérêt et la priorité qui sera donnée aux 2 projets de lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan.

La présidente de Région se félicite de cette annonce qui sera discutée le 25 septembre prochain avec la Ministre pour détailler le calendrier et les modalités de réalisation de ces infrastructures.

 « C'est la première fois que la ministre des Transports Elisabeth Borne annonce officiellement la priorisation de nos 2 LGV alors que, dans le même temps, des dizaines de grands projets en France sont reportées sine die. Aujourd'hui, le Gouvernement reconnaît enfin leur intérêt, leur pertinence et leur faisabilité. C'est donc une très bonne nouvelle pour l'avenir de la région et la dynamique de nos territoires. Notre mobilisation avec l'ensemble des élus et acteurs d'Occitanie a payé !

 Au-delà des engagements, l'augmentation du budget alloué aux infrastructures de transports figure également parmi les orientations présentées par la Ministre. Je rappelle à ce titre que le rapport Duron reprenait pour partie les solutions de financements innovants que nous avions formulées. C'est donc la preuve que c'est la bonne piste ! Il faut maintenant poursuivre le travail pour que la question des financements ne soit plus un frein à la réalisation de ces LGV. A ce titre, j'attends notamment de la future loi Mobilités qu'elle reprenne notre proposition de créer des sociétés de financement regroupant les collectivités locales et l'Etat, condition déterminante pour le montage d'un plan de financement cohérent, partagé et réaliste.

 Le 25 septembre prochain, j'aurai l'occasion de dire une nouvelle fois à la Ministre notre détermination à faire aboutir ces projets dans les meilleurs délais. Nos concitoyens attendent plus que des promesses à l'horizon 2030. Je ne lâcherai pas et me battrai pour un calendrier réaliste, indispensable au développement et à l'attractivité de notre territoire » a notamment déclaré Carole Delga.

La présidente de Région a également souhaité réagir sur le volet « transports du quotidien » :

« L'Etat ne doit pas oublier les territoires, et avec eux, l'ensemble du réseau ferroviaire aujourd'hui en souffrance. Je pense notamment aux lignes d'aménagement du territoire et à nos trains du quotidien. Je retiens l'engagement de la Ministre qui va dans le sens d'un maillage territorial équilibré, et reste vigilante quant au devenir de nos petites lignes.

C'est mon combat depuis 3 ans : agir pour des transports plus propres, plus surs et plus accessibles, avec des investissements sans précédent (1,5 milliard d'euros d'ici 2021) pour une politique de mobilité qui irrigue l'ensemble de notre territoire. »

Montpellier : Lancement du CFA-Sport Occitanie

Au Creps de montpellier, Emmanuelle Gazel, vice-présidente en charge de l'emploi, de la formation professionnelle et de l'apprentissage, représentant la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée Carole Delga, participera vendredi 21 septembre au lancement du CFA Sport-Occitanie.

 Fruit de la fusion du CFA Sport de Toulouse, créé en 1999 et porté par le CREPS de Toulouse, et du CFA Sport Méditerranée, créé en 2008 à l'initiative du CREPS de Montpellier et du monde sportif, le CFA-Sport Occitanie a pour mission de piloter et de rendre plus lisible les plus de 60 formations ouvertes à l'apprentissage pour former aux métiers du sport et de l'animation en Occitanie.

 "Avec près de 140 000 heures de formation dispensées à 450 apprentis, ce nouveau CFA régional se positionne comme le 3ème CFA des métiers du sport et de l'animation de France, qui en compte 19. Proposant plus de 50 cursus sur 20 sites différents, le CFA-Occitanie permettra chaque année de former aux métiers d'animateur, de moniteur, d'entraîneur, de coach sportif, etc."

cfaCapture

 La création de ce CFA s'inscrit dans la politique ambitieuse de développement de l'apprentissage portée par la Région qui vise un double objectif : 

porter à 40 000 le nombre d'apprenti.es en Occitanie d'ici 2021, et renforcer l'excellence de l'apprentissage sur le territoire.

Elle s'inscrit également dans la politique sportive volontariste portée par la Région, qui consacre près de 23 M€ au sport en 2018 afin de permettre à tou.te.s les habitant.e.s de pratiquer un sport sur l'ensemble du territoire, et assurer le rayonnement de l'Occitanie aux niveaux national et international.

« Grâce à la création de ce CFA régional, nous rappelons une nouvelle fois que l'apprentissage est LA voie d'excellence vers l'emploi et vers des métiers d'avenir. Le secteur du sport, qui pèse aujourd'hui 38 milliards d'euros et représente plus de 300 000 postes public-privé confondu, garantit à nos jeunes de nombreux débouchés sur le long terme.

C'est pourquoi j'ai souhaité donner à nos CFA du sport une dimension nouvelle qui permettra de faire rayonner nos savoir-faire au niveau national et développer l'apprentissage dans ce domaine porteur. Grâce à son réseau étendu, cette nouvelle institution permettra également un maillage territorial équilibré, garantissant à chaque jeune un égal accès à la formation, où qu'il se trouve sur le territoire.

 

L'Occitanie est plus que jamais une terre de sport et ce CFA le souligne de la meilleur des façons », a déclaré Carole Delga.

 

Occitanie Ambition 2024

La Présidente de Région a lancé, lors des rencontres régionales du sport en février 2018, la grande démarche régionale « Occitanie Ambition 2024 », visant à positionner l'Occitanie en tant que pourvoyeuse d'athlètes aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2022 et 2024, mais également comme pilote pour l'entrainement olympique et paralympique et l'accueil de grandes compétitions internationales.

Dans une logique d' « héritage », la dynamique amorcée vise à impliquer et fédérer durablement le mouvement sportif en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée bien au-delà des Jeux Olympiques de 2024. La Région envisage cette démarche en lien étroit avec les athlètes, le monde sportif associatif et les territoires.

Cette dynamique collaborative a été présentée le 12 juillet dernier devant 600 acteurs du mouvement sportif régional et national lors des 50 ans du CNEA de Font-Romeu. Le « Cercle des ambassadeurs Occitanie ambition 2024 » rassemblant les « stars » régionales y a notamment été lancé (avec pour marraine et parrains Martin Fourcade, Maxime Valet et Lucie Gautier). Sa mission sera de confirmer le rayonnement national et international de l'Occitanie. Une communauté « Occitanie Ambition 2024 » sera créée courant 2019, rassemblant l'ensemble des acteurs des territoires et du monde sportif régional partageant les valeurs de l'olympisme et désireux de s'engager dans la démarche aux côtés de la Région.

Une démarche de labellisation des bases de préparation olympique et sites de compétitions internationales sera par ailleurs engagée par la Région, en lien avec la démarche qui sera lancée à l'automne par le Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024. La jeunesse sportive d'Occitanie sera prochainement mise en lumière avec les 16 athlètes régionaux participant aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires en octobre.

L'apprentissage en Occitanie en quelques chiffres clés

- En 2018, la Région consacre 143 M€ pour le développement de l'apprentissage
- Près de 36 500 apprenti.es au 1er janvier 2018 
- Près de de 8% d'apprenti.es supplémentaires en un an, soit la plus forte hausse depuis 10 ans 
- 98 CFA ou sections d'apprentissage 
- Près de 1 800 formations du niveau CAP à Ingénieur proposées, préparant à 720 diplômes différents
- Plus de 150 nouvelles formations pour la rentrée 2018 En 2017, le taux de réussite aux examens des CFA du sport de Toulouse et Montpellier était de 77% et 88% des jeunes diplômés étaient en activité 6 mois après la fin de leur formation.

La Rentrée scolaire 2018 - 2019 avec la Région

Carole Delga : « La Région agit pour faire de la rentrée en Occitanie la moins chère de France »

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a présenté ce matin, au lycée Joffre de Montpellier, l'ensemble des actions menées par la Région en faveur des 530 000 lycéen.nes, apprenti.es et étudiant.es d'Occitanie, aux côtés de Kamel Chibli, vice-président de la Région en charge de l'Education et de la Jeunesse.

La présidente de Région s'est ensuite rendue à Bédarieux et Béziers pour inaugurer d'importants travaux de restructuration menés dans les lycées Fernand Léger et Henri IV.  

http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/_ANT6289.JPG

 « Notre objectif est clair : faire en sorte que la rentrée en Occitanie soit la moins chère de France », a réaffirmé ce matin Carole Delga. « Avec l'ensemble des aides rassemblées sur la Carte Jeune Région, nous permettons aux lycéens, apprentis et à leur famille d'économiser 400€ par an. La gratuité des manuels scolaires et du 1er équipement professionnel, l'accès facilité à un ordinateur, les aides spécifiques pour les apprentis, sont autant de mesures concrètes pour alléger le coût de la rentrée. »

 Côté transports scolaires, dont la Région a désormais la compétence, la présidente de Région a souligné les mesures prises par la Région dès cette rentrée pour soutenir là aussi le pouvoir d'achat des familles (plafonnement de l'abonnement à 90€ par an, maintien de la gratuité dans les départements où elle était en vigueur...).

Carole Delga a également rappelé que l'Occitanie est la Région de France qui investit le plus pour sa jeunesse : « Avec un investissement de 1380€ par lycéen.ne chaque année, nous sommes sur la 1ère marche du podium au niveau national. Nous poursuivons notre politique volontariste de construction et de rénovation de nos lycées pour offrir à nos jeunes des établissements innovants, durables et proches de chez eux. En 2 ans nous avons ouvert 5 nouveaux lycées, dont un à cette rentrée, et engagé la construction de 5 autres établissements qui seront achevés d'ici 2022 notamment à Sommières, Gignac et Cournonterral », a rappelé Carole Delga.

 La présidente de Région a poursuivi son déplacement à Bédarieux, pour inaugurer le nouveau bâtiment génie civil et administratif du lycée Fernand Léger et visiter le chantier de rénovation en cours. Au total, la Région aura investi plus de 28 M€ pour restructurer intégralement l'établissement. A l'occasion de sa visite, Carole Delga a annoncé le soutien financier de la Région pour la construction d'un nouveau cinéma en périphérie de la ville, porté par la commune de Bédarieux.

 A Béziers, Carole Delga a ensuite inauguré la restructuration de l'Hôtel Lagarrigue du lycée Henri IV. La Région a mené cette opération emblématique, d'un coût de 6,5 M€, afin d'harmoniser l'organisation de l'établissement qui était initialement implanté sur deux sites.

 Ces deux établissements font partie des 186 lycées publics labellisés « Lycée numérique » par la Région Occitanie. Ce label permet à tous les élèves entrant en 1ère année d'être équipés gratuitement par la Région d'un ordinateur portable - loRdi - pour un usage pédagogique en classe.

 Cette année, la Région Occitanie / Pyrénées consacre près de 1,3 Mds d'€ pour l'éducation, la formation, l'enseignement supérieur et les transports scolaires.

Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan

Réaction de Carole Delga suite à l'actualisation du projet d'intérêt général par la ministre des transports : 

« Encore une étape franchie grâce à notre mobilisation régionale : une excellente nouvelle pour l'avancée de la LNMP »

OCCICapture

 « Depuis plus de deux ans, la Région est à la tête d'une mobilisation citoyenne, économique et politique sans précédent pour la défense et la réalisation des deux projets de lignes à grande vitesse en Occitanie, Montpellier-Perpignan et Bordeaux-Toulouse.  Aujourd'hui, j'ai été informée de la décision de la ministre des transports, Elisabeth Borne, d'actualiser le projet d'intérêt général (PIG) de la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP), préservant ainsi le foncier nécessaire à la réalisation de la future ligne LGV.

 Le tracé est bel et bien sanctuarisé jusqu'à Perpignan, c'est une excellente nouvelle, le résultat d'un travail collectif et sans relâche, justifié par le caractère vital de la LNMP pour nos territoires et notre attractivité. Pour avancer rapidement et efficacement, j'ai réuni le 12 juillet dernier l'ensemble des élus des collectivités partenaires de la LNMP, et ils m'ont confirmé leur volonté de participer au financement des prochaines études et acquisitions foncières, représentant 20 M€. 50% seraient pris en charge par SNCF Réseau et l'Etat et 50% par les collectivités partenaires. J'ai décidé que la Région financera à elle seule 5 M€. L'objectif est d'enclencher au plus vite l'enquête d'utilité publique.

 Nous saurons également dans les prochaines semaines, à l'occasion de la présentation de la Loi d'Orientation sur les Mobilités par le gouvernement, si la proposition que nous avons faite de créer une société de financement de la ligne, regroupant les collectivités locales et l'Etat, et permettant de lever les financements (ressources fiscales dédiées, subventions de l'Etat et des collectivités locales...) nécessaires pour réaliser le projet, est retenue. Le principe est déjà repris dans l'avant-projet de loi.

 La mobilisation continue et je suis aujourd'hui, encore plus qu'hier, prête pour rassembler toutes les énergies volontaires pour faire aboutir la LNMP ».