« La Salle d’à Côté » : la Région Occitanie redonne goût au cinéma

 

 

 

Lancée par la Région Occitanie, l’opération « La salle d’à côté » vise à inciter les habitants àretourner dans les cinémas. Piloté par l’agence Occitanie films, ce projet est mis en place aux côtés des partenaires suivants : réseaux de salles ACREAMP et ACCILR, Gindou Cinéma, L’Yre Cinéma, les universités Paul Valéry à Montpellier et Jean Jaurès à Toulouse.A ce jour, plus de 40 étudiants se sont impliqués dans ce projet, ayant accompagné des séances dans plus de 30 salles de cinéma

 

L’Occitanie compte 216 cinémas, dont 70% sont classés « Arts et Essai ». La crise sanitaire est venue fragiliser leur fréquentation, notamment chez les jeunes âgés de 15 à 25 ans. Pour relancer le dynamisme des salles de cinéma, des actions de médiations (tournées de films, projections en plein air, rencontres avec des professionnels, ateliers d’écritures, formations en montage…) animées par des professionnels et des étudiants sont organisées sur l’ensemble du territoire régional.Parces événements, la Région souhaite mieux faire connaître l’offre culturelle des territoires et favoriser le retour du public dans les cinémas, encourager la rencontre entre le monde culturel et les habitants, ainsi qu’accompagner les étudiants participants à leur formation.

 

Pour financer ces actions, la Région a attribué un budget de 130 000€ pour l’année 2022.

 

« Suite à la crise sanitaire, où la culture dans les lieux ouverts au public était à l’arrêt, il est temps aujourd’hui de favoriser la rencontre, l’échange entre le monde de la culture et les habitants. A travers cette opération nous voulons redonner goût aux différents publics de revenir au cinéma. Nous avons également souhaité associer les étudiants en études de cinéma et de communication pour leur permettre d’acquérir de l’expérience sur le terrain, et de prendre part activement à l’animation de la vie culturelle régionale. Je suis très attachée à garantir une offre culturelle de proximité sur l’ensemble du territoire, la culture éveille nos consciences, nous permet d’échanger, de se rencontrer»a notamment indiqué Carole Delga.

 

 

Prochains événements : 

 

- Le 07/04 au cinéma l'ABC de Toulouse (31) : soirée L'AFFICHE en partenariat avec l’université Jean Jaurès (étudiants en master Art&Com), avec au programme projection des films Papicha de Mounia Meddour et Bliss de Drew Barrymore ainsi que des animations, des courts métrages ;

 

- Dès le 12/04, au cinéma Le Puigmal d’Osséja (66) : projection du court métrage « Partir » de Mathieu Robin et Mathieu Robin ;

 

- Le 20/04, au cinéma de Sète (34) à 18h : projection de « Macadam Pop-Corn » de Jean-Pierre Pozzi avec Mathieu Sapin ;

 

- Le 28/04, aucinéma L'Astrolabe - Grand-Figeac (46) : projection de « Serre moi fort » de Mathieu Amalric et exposition en présence du photographe de plateau Roger Arpajou.

 

- Le 12/05 au cinéma Le Régent de Saint-Gaudens (31) : projection de« Serre moi fort » de Mathieu Amalric, en présence de Claudine Galéa, autrice du livre « Je reviens de loin », dont le scénario du film est une adaptation.

 

Egalement seront organisées cet été en plein air, des projections des films« Fragile » d'Emma Benestan, « Pil » Julien Fournet, et« ZaïZaïZaïZaï » de François Desagnat, dans le Gard, l'Hérault et l'Aude.

La Région Occitanie investit 116 M€ pour l’hôpital et la formation des professionnels de la santé

 

 

 

Mardi 29 mars à 14h30, en présentiel et en visioconférence depuis l’Hôtel de Région de Toulouse,

Bd du Maréchal Juin

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et Vincent Bounes,vice-président régional en charge de la santé, détailleront, lors d’une conférence, l’investissement inédit de 116 M€ déployé en faveur de l’hôpital et de la formation des professionnels de la santé. Carole Delga reviendra également sur l’action globale de la Région en matière d’accès aux soins, et présentera ses propositions pour une réorganisation du système de santé français.

 

Pour garantir à tousun accès à des soins de qualité, la Région Occitanie participera, pour la première fois, à la reconstruction de trois centres hospitaliers.De plus, dans le cadre du plan de relance européen, elle soutiendra l’équipement des services d’urgences et de réanimation d’Occitanie.En parallèle, la Région rénovera plusieurs internats et instituts de formation du territoire.

 

« Mises en lumière par la crise liée au Covid-19, les trop lourdes et répétitives difficultés rencontrées par nos hôpitaux et leur personnel soignant les mènent au point de rupture. Pourquoi dès lors, ne pas repenser un système à bout de souffle en misant sur une gestion de proximité comme ce fût le cas dans les années 80 avec les lycées ?La Région Occitanie prouve aujourd’hui son volontarisme et sa capacité à mettre en œuvre ses propositions en annonçant, pour la première fois sur son territoire et en dehors de ses champs de compétence, un investissement de 116 M€ pour les soins hospitaliers et la formation des professionnels de la santé. C’est un acte fort, qui incarne une fois de plus notre volonté à participer à la construction d’un système de santé solide, partout et pour tous, et faire de l’Occitanie un territoire de pointe en matière de santé, attractif et performant.» a déclaré Carole Delga

 

Trains régionaux liO : la Région renouvelle la prime fidélité pour les abonnés annuels

 

 

 

Dans le cadre de la convention adoptée en 2018 avec SNCF Voyageurs pour l’exploitation des trains régionaux liO, la Région Occitanie a fixé un haut niveau d’exigence en termes de ponctualité. Elle a également renforcé le système de pénalités financières payées par la SNCF lorsque les objectifs qui lui sont fixés par la Région ne sont pas totalement atteints. Cette année, comme depuis 2019, la Région a décidé d’en faire bénéficier les usagers abonnés du réseau liO via une prime fidélité.

 

S’il progresse régulièrement depuis plusieurs années, le niveau de ponctualité enregistré en 2021, à savoir 91%, reste légèrement en deçà de l’objectif fixé à 91,2% par la convention avec SNCF Voyageurs.

 

À ce titre, comme les années précédentes, la Région reversera aux abonnés une partie des pénalités payées par la SNCF. Sont concernés les abonnés annuels FréquenciO’ et Kartatoo actifs entre septembre et décembre 2021. En avril 2022, ils bénéficieront ainsi d’une remise équivalente à 50 %du coût d’une mensualité. Cette prime représentera une économie moyenne de 30 € pour les 10 000 usagers concernés (informations pratiques et modalités ci-dessous).

 

« La qualité de service est une priorité si nous voulons attirer toujours plus d’usagers dans nos trains régionaux et réduire ainsi collectivement l’empreinte carbone de nos déplacements. Les objectifs de notre convention avec la SNCF sont donc particulièrement exigeants et les résultats sont au rendez-vous puisque les indicateurs progressent, même s’ils ne sont pas encore à la hauteur de nos ambitions. C’est ce que sont en droit d’attendre nos usagers et notamment les abonnés annuels qui nous font confiance. Pour les remercier de leur fidélité, j’ai souhaité renouveler la prime fidélité afin qu’ils soient les premiers bénéficiaires des pénalités payées par la SNCF. C’est une mesure de pouvoir d’achat juste et légitime qui contribue à notre palette de dispositifs pour rendre le train toujours plus attractif en Occitanie » a notamment souligné la présidente de Région Carole Delga.

 

Comment bénéficier de la prime fidélité ?

 

- Pour les abonnés annuels réglant leur abonnement par prélèvement, aucune démarche n’est à réaliser, la moitié de la mensualité du mois d’avril 2022 ne sera pas prélevée.

 

- Pour les abonnés annuels ayant réglé leur abonnement comptant, il convient de prendre contact avec leCentre de relation clientèle liO au 0 800 31 31 31 (service et appel gratuits du lundi au vendredi de 7h à 20h et le samedi de 9h à 14h).

Un milliard d’euros d’investissement pour les établissements d’enseignement

 

Conception De L'École, Imeuble

La Région décide de renouveler son Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI), sur la période 2021-2027. Il consacre 1 milliard d’euros d’investissement pour les lycées publics, les centres de formations d’apprentis (CFA), les instituts de formation de soins infirmiers (IFSI), les centres de ressources, d’expertise et de performance sportives (CREPS) ainsi que les bâtiments universitaires.


La Région assure la maintenance et la construction des établissements d’enseignement, dans le cadre de son Plan Pluriannuel d’Investissement

Retenez « PPI », pour Plan Pluriannuel d’Investissement, que les élus régionaux renouvellent pour la période 2021-2027. Il concernera notamment les 225 lycées publics accueillant 183 000 lycéens, dont la Région se doit d’assurer la qualité et la pérennité. Pour ce faire, 800 millions d’euros vont être investis d’ici à 2022

Premier axe : la construction ou l’extension de 8 lycées, pour un montant de 175 millions d’euros. Concrètement, il s’agira de la construction de deux nouveaux lycées, l’un au nord de Toulouse, d’une capacité de 1 500 élèves, l’autre à l’est de Montpellier, de la même capacité.
Le PPI permettra également le financement de restructuration de lycées, la poursuite des opérations de mise en accessibilité, l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments, matérialisant l’ambition énergétique de la Régio

Menés dans le cadre du Plan de soutien au BTP et selon les préconisations du rapport Gardinal, les chantiers mobiliseront les professionnels de la construction ou de la rénovation autour de techniques locales. « Notre objectif est d’améliorer le savoir-faire et baisser les coûts pour favoriser massivement la rénovation énergétique des bâtiments de la région », indique Carole Delga, présidente de la Région.
Rappelons que sur la période 2016-2020, la Région a investi 893 M€ dans les lycées, permettant la construction de cinq nouveaux établissements, dont celui de Sommières (Gard) en 2021, et de Gragnague (Haute-Garonne), dont l’ouverture est prévue en septembre 2022.

200 M€ investis dans les établissements de compétence régionale

Deuxième axe, 200 millions d’euros du PPI seront consacrés au financement des établissement d’enseignement de compétence régionale que sont les CFA, IFSI, Creps et enseignement supérieur. Le tiers de l’enveloppe financera des travaux de construction, de réhabilitation et de mise aux normes dans les CFA, pour répondre aux ambitions régionales en matière de transition écologique et énergétique.
 


La patinoire du CREPS de Font Romeu, un équipement prochainement rénové

La Région poursuit par ailleurs la modernisation des infrastructures des CREPS de Montpellier (Montpellier et Font-Romeu), et de Toulouse. Un investissement qui comprend la modernisation de la patinoire, des gymnases, des salles d’arme, d’haltérophilie et d’escalade ainsi que des piscines, les espaces de restauration et autres espaces de formation du site de Montpellier et Font Romeu. La rénovation des espaces de formation, de l’amphithéâtre, des espaces d’escalade, de la cafétéria et des ateliers techniques du CREPS de Toulouse est également prévue.
Plus du quart des investissements sont, par ailleurs, fléchés pour accompagner l’amélioration et l’adaptation des écoles et instituts qui le nécessitent, notamment par la modernisation de l’IFMS de Montpellier et les relocalisations des IFSI-IFAS de Mende et Carcassonne.

Enfin, 88 millions d’euros seront investis dans la construction de bâtiments en phase avec les orientations stratégiques du Pacte vert. Parmi les projets, la construction du Technocampus Hydrogène sur le site de Francazal de Toulouse, «  un des plus grands centres de recherche, d’essais et d’innovation technologique consacré à l’hydrogène vert d’Europe », précise Carole Delga, pour 35 millions d’euros. Nous trouvons aussi la Fabrique des Humanités Numériques, centre d’innovation pédagogique et de formation sur les transitions numériques pour les étudiants de l’Université Paul-Valéry, ou encore, la reconstruction du Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive à Montpellier, centre de recherche à visibilité mondiale sur l’écologie et la biodiversité.

Solidarité avec l’Ukraine : des aides face à l’urgence

La Région Occitanie vient de débloquer des aides financières exceptionnelles en solidarité à l’Ukraine, lors de son assemblée plénière du 24 mars 2022. Des dispositifs spécifiques ont également été votés pour accompagner les déplacés ukrainiens et les jeunes étudiants en Ukraine et en Russie.

Ukraine, Drapeau, Ciel, Colombe, Oiseau

« La situation humanitaire se fait d’heure en heure plus dramatique et désespérée. Une aide massive et urgente est nécessaire pour faire face à la montée en flèche des besoins en Ukraine ». C’est le cri d’alarme poussé par le Comité Régional de la Croix-Rouge (CICR). Pour répondre à cet appel, la Région Occitanie vient de voter une enveloppe de 300 000 €, un mois tout juste à peine après le début de la guerre (24 février 2022).

C’est un combat pour nos valeurs et une façon d’exprimer notre entière solidarité avec le peuple ukrainien

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie.

Soutenir les initiatives locales

L’aide passe par une première contribution de 100 000 € au fonds d’action extérieure des collectivités territoriales (FACECO), activé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, qui permet de financer des opérations humanitaires d’urgence. Une autre enveloppe, également de 200 000 €, viendra soutenir des initiatives de solidarité locale, portées par des collectifs citoyens, des associations, des Universités et d’autres collectivités d’Occitanie (mairies). Enfin, le fonds régional de solidarité à destination des réfugiés et demandeurs d’asile sera renforcé d’un million d’euros pour faciliter l’accueil des personnes ayant fui la guerre en Ukraine.

Transport gratuit et logements vacants pour les réfugiés

Par ailleurs, lors de l’assemblée plénière, les élus ont voté la gratuité du réseau TER d’Occitanie et du réseau national pour les personnes déplacées d’Ukraine. Une solidarité toute particulière est aussi mise en place pour les étudiants bénéficiaires des aides régionales à la mobilité internationale (partis en Russie et en Ukraine et en cours de rapatriement ou de retour en France) avec le versement de leur bourse ou de son solde. Dans les lycées, établissements appartenant à la Région, des places d’internats non occupées ainsi que des logements de fonction vacants pourront enfin être proposés aux familles déplacées suite au conflit.

Formidable élan de solidarité

L’ensemble de ces dispositions viennent renforcer les premières actions déjà mises en place par la Région Occitanie : accueil des dons de particuliers et d’associations locales dans les 18 Maisons de la Région et les deux Hôtels de Région, ouverture d’un numéro vert (0800 70 39 00) pour les personnes souhaitant faire un don ou héberger des familles ukrainiennes, création d’unepage internet d’information dédiée aux actions conduites, etc. Cette mobilisation se veut à la hauteur du formidable élan de solidarité porté par l’ensemble du territoire régional, les habitants, les collectivités, les associations, les entreprises, les hôpitaux ou encore les universités.

Après trois jours de trajet, du 12 au 15 mars 2022, seize véhicules transportant 400m3 de dons (l’équivalent de15 palettes) sont bien arrivés en Pologne. Tous ces biens de première nécessité (logistique, hygiène, alimentaire, santé et secours) ont ensuite pris la route pour l’Ukraine dans un bus ayant évacué des réfugiés la veille. Ce convoi humanitaire est le fruit de la mobilisation collective de 80 organisations (Région Occitanie, Départements, communes, la Ville et Métropole de Montpellier, CHU, associations et entreprises). 44 personnes y ont participé (lycéens, agents, agents, bénévoles associatifs, journalistes, chauffeurs) pour acheminer tous ces dons vers les populations prisonnières du conflit.

La Région Occitanie réaffirme toute sa solidarité au peuple ukrainien

 

Lors de l’Assemblée plénière de ce jour, jeudi 24 mars 2022, la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, a soumis au vote des élus, adopté à l’unanimité,un ensemble de mesures pour venir en aide aux ukrainiens et soutenir l’action des collectivités et associations qui œuvrent pour l’accueil des réfugiés.

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/IMG_8450.jpg

A cette occasion, M. Maksym Kozytsky, gouverneur de l’Oblast de Lviv, est intervenu devant les élus régionaux par visio-conférence pour témoigner de la situation dans sa région et en Ukraine :

« Cela fait un mois que nos soldats tiennent tête à l’une des plus grandes armées du monde, un mois que nous ne comptons plus les dates, ni les jours. Ce décompte a débuté le 24 février dernier, date de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes. Il est clair pour le monde entier que le but de cette guerre est d’empêcher l’existence de l’Etat ukrainien en tant que tel. C’est pour cela que nous menons cette guerre pour la sauvegarde de notre indépendance et je remercie les Français pour leur solidarité. Rien ne nous donne autant de force que de voir le monde libre avec nous. Merci de nous aider à surmonter les ténèbres.Nos vrais frères sont les Européens. Nous sommes une nation européenne éprise de liberté et dans notre lutte cet esprit ne fait que se renforcer » a notamment déclaré Maksym Kozytsky devant l’Assemblée régionale.

Avec un conflit qui s’étend et un nombre de ressortissants ukrainiens chaque jour plus important (environ 3,6 millions), les besoins humanitaires se font de plus en plus pressants. C’est pour répondre à cette urgence que la Région Occitanie a dès le début du conflit déployé plusieurs dispositifs :

-          La mobilisation des 18Maisons de Région, des deux Hôtels de Région et du CREPS de Toulouse, pour recueillir des dons de particuliers, auxquels s’ajoutent les dons transmis notamment par les communes, les associations, les universités...

-          L’acheminement le 12 mars dernier d’un convoi humanitaire près de la frontière ukrainienne dans le cadre d’une mobilisation collective -Région, Départements, communes, Ville et et Métropole de Montpellier, CHU de Toulouse et Montpellier, associations, entreprises- qui a permis de délivrer 400m3 de produits de première nécessité à un collectif d’associations liées à l’Ambassade de France en Pologne, à Caritas et à la Protection Civile ;

-          La mise en place, dès le 2 mars, d’un numéro vert, le 0800 70 39 00, pour permettre aux habitants, collectivités ou acteurs associatifs de la région qui souhaitent héberger des Ukrainiens ou faire des dons de se manifester. Près de 3000 appels ont d’ores et déjà été enregistrés ;

-          La création d’unepage internethttps://www.laregion.fr/solidarite-occitanie-ukraine, mise à disposition des habitants et acteurs d’Occitanie pour les informer des actions menées par la Région ainsi que par ses partenaires locaux ;

 

« Il y a un mois, alors que Vladimir Poutine lançait sa campagne militaire contre l’Ukraine, j’ai tout de suite fait part, au nom de l’Assemblée régionale, de notre soutien entier à la résistance et au peuple ukrainien. Depuis, la solidarité s’est organisée avec l’envoi d’un grand convoi humanitaire à destination de la Pologne avec à son bord 400m3 de dons. Aujourd’hui, la Région amplifie son action avec le vote d’un nouvel ensemble de mesures destinées à venir en aide aux citoyens ukrainiens et soutenir les initiatives locales qui émergent partout en Occitanie. Aide financière, collecte de dons, transport de réfugiés, amélioration des conditions d’accueil et d’intégration, dispositif pour nos étudiants en mobilité internationale… Je souhaite que la Région puisse répondre à toutes les urgences et soit aux côtés du peuple ukrainien ici en Occitanie mais également à l’est de l’Europe. Je veux également redire ici toute mon admiration pour la résistance ukrainienne, politique, militaire et civile, et pour tous ceux qui à l’image de M. Maksym Kozytsky qui nous a fait l’honneur de sa présence aujourd’hui, font preuve d’un courage et d’une détermination qui forcent le plus grand respect », a déclaré la présidente de Région.

 

A l’occasion de cette assemblée plénière, la Région intensifie ainsi son action et vote un nouveau pack de mesures, avec :

-          L’adoption d’un fonds de 300 000 , dont 100 000€ pour abonder le fonds d’action extérieure des collectivités territoriales (FACECO) géré par le ministère des affaires étrangères qui finance les opérations humanitaires d’urgence répondant aux besoins prioritaires des victimes du conflit. 200 000€ sont mobilisés pour soutenir les associations, partenaires et porteurs de projets locaux qui déploient des actions de solidarité en Occitanie, notamment en faveur de l’accueil de déplacés ukrainiens ;

-          Le renforcement du Fonds régional de solidarité d’1M€ à destination des réfugiés et demandeurs d’asile, afin de faciliter l’accueil des citoyens ukrainiens en Occitanie ;

-          La mise à disposition, en lien avec le Rectorat de Toulouse et de Montpellier,de places d’internats et de logements de fonction vacants de lycées, représentant une offre d’hébergement de 500 places. Les lycées Simone Veil de Gignac et Lucie Aubrac de Sommières seront notamment mis à contribution ;

-          La gratuité du réseau TER et des autocars liO pour les citoyens ukrainiens.

Après consultation des 52 établissements d’enseignement supérieur d’Occitanie, la Région a également décidé de mettre en œuvre des mesures spécifiques pour accompagner les étudiants bénéficiaires d’aides régionales à la mobilité internationale contraints d’écourter ou d’annuler leur mobilité vers l’Ukraine, la Russie ou des pays limitrophes. A titre d’exemple, les étudiants dont le séjour a été annulé avant leur départ et qui ont déjà engagé des dépenses, percevront la totalité de leur bourse.

La Région mène par ailleurs un travail conjoint avec l’Etat pour prévenir l’impact économique de la guerre en Ukraine pour les entreprises et filières régionales les plus concernées, notamment l’aéronautique, le spatial et le secteur agro-alimentaire. Une task-force Etat-Région, qui associera les représentants locaux des filières et branches, les consulaires et les intercommunalités, permettra de suivre au plus près les risques et les difficultés rencontrés pour les entreprises exposées et de limiter l’impact de cette crise pour l'économie et l'emploi.

 

Le discours complet de M. Maksym Kozytsky, gouverneur de l’Oblast de Lviv, et le lien vidéo de son intervention ci-après : https://webcastor.fromsmash.com/Occitanie-AP20220324-v01

Rejoignez la programmation du Printemps Citoyen en proposant votre évènement.

 

Rejoignez la programmation du Printemps Citoyen en proposant votre évènement.

 

Le Printemps citoyen 2022 en région Occitanie

Pour être labellisé (consultez la charte de labellisation), tout événement, doit se dérouler en région Occitanie entre le 1er mai et le 5 juin 2022.

Pour être labellisés les événements proposés doivent, notamment, favoriser l’engagement des citoyens, sensibiliser aux problématiques de la démocratie et de la citoyenneté, permettre les développements de réseaux d’échanges et d’expérimentation de la participation citoyenne, développer la coopération et l’entraide entre les acteurs locaux dans un but d’intérêt général, agir sur l’émancipation citoyenne et sociale des individus…

Exemples de formats

Conférence, table-ronde, débat, rencontres, concours, action collaborative, chantier participatif, action de sensibilisation, retour d’expérience, formation-action, performance, démarche de concertation, etc.

Exemples de thématiques

Alimentation, agriculture, aménagement du territoire, citoyenneté et démocratie, culture, sport, Economie, recherche, formation, environnement, climat, Europe, international, jeunesse, éducation, solidarité, santé, égalité.

 

Une attention particulière sera portée sur les événements ciblant les 15-30 ans ou portant sur la thématique de la jeunesse.

Si la labellisation est accordée, l’événement apparaîtra dans le programme du festival et bénéficiera de la communication globale du « Printemps citoyen en Occitanie » portée par la Région et les maisons de la Région. L’organisateur recevra un kit de communication avec des éléments matériels (affiches, badges, goodies) et des éléments numériques (déclinaisons multi-réseaux sociaux de visuels, document-type à personnaliser, etc.).

 

Proposer un événement

5ème édition du prix Occitanie-Médicis : l’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 15 avril

 

 

Pour la cinquième année consécutive, la Région Occitanie organise le prix Occitanie-Médicis afin de promouvoir les talents régionaux de l’art contemporain sur la scène nationale et internationale. Les artistes plasticiens et visuels ont jusqu’au 15avril pour présenter leurs projets et déposer leur candidature

 

Fondé en 2018 en collaboration avec la prestigieuse Académie de France à Rome, le prix Occitanie - Médicis s’inscrit dans le cadre de la politique culturelle ambitieuse élaborée par la Région pour l’attractivité et le rayonnement à l’international de ses artistes.

 

« Pour la 5èmeannée consécutive, le prix Occitanie - Médicis donne l’opportunité à de nombreux artistes régionaux de l’art contemporain, de faire rayonner leur talent sur la scène nationale et internationale. Le renouvellement de ce prix témoigne des liens solides tissés avec l’Académie de France à Rome-Villa Médicis et confirme notre volonté commune de valoriser la création française en arts visuels et plastiques »a déclaré Carole Delga présidente de la Région Occitanie-Pyrénées Méditerranée.

 

À l’issue des délibérations, le lauréat bénéficiera :

 

-          D’une résidence de trois mois à la Villa Médicis d’octobre à décembre 2022 ;

-          D’une bourse de la Région Occitanie. Le montant est fixé à 10 500pour les 3 mois de résidence ;

-          De la prise en charge par la Région Occitanie de son hébergement à la Villa Médicis ;

-          L’année suivant la résidence, la Région pourra proposer à l’artiste l’organisation d’une exposition au Musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan (MRAC), ou au Centre Régional d’Art Contemporain de Sète (CRAC) ou la publication d’un catalogue.

 

 

Modalités de candidature :

-Justifier d’un statut d’artiste-auteur professionnel relevant des arts plastiques ou être titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur en arts plastiques ou visuels.

-Résider en Occitanie ou avoir un lien avec le territoire (lieu de naissance, formation diplômante).

+ d’informations sur :https://www.laregion.fr/prix-occitanie-medicis

Du sur-mesure pour l’emploi avec le Pacte pour l’embauche

 

En Occitanie, le taux de chômage reste élevé alors que des offres ne trouvent pas de candidats. Afin de lever les freins à l’emploi, la Région et plus de 50 partenaires se mobilisent avec le Pacte pour l’embauche, un pack de mesures concrètes et adaptées aux besoins de chaque territoire.Avatar, Entreprise

Dans un contexte marqué par deux ans de pandémie et renforcé par l’incertitude autour de la guerre en Ukraine, l’Occitanie vit une situation économique paradoxale : la reprise se fait sentir, mais son taux de chômage reste élevé [1]. Il coexiste des entreprises qui ne parviennent pas à recruter et des candidats qui ne trouvent pas leur place sur le marché du travail. Pour lever les freins à l’emploi, la Région est à l’initiative du Pacte pour l’embauche en Occitanie, une démarche partenariale inédite qui mobilise collectivités, organismes professionnels et acteurs de terrain. Concrètement, ce Pacte comprend 40 premières actions, dont 15 mesures phares adaptées aux besoins des entreprises, demandeurs d’emploi, et salariés en reconversion.

Dans le contexte social et économique que nous traversons, les entreprises, les jeunes, les demandeurs d’emploi et salariés en reconversion ont plus que jamais besoin de solutions opérationnelles, accessibles, pour recruter et accéder à l’emploi.

Carole Delga, présidente de Région

Un Pacte adapté aux besoins de chacun

Accéder à un logement, faire garder son enfant, se déplacer vers son lieu de travail… Autant de difficultés qui empêchent les demandeurs d’emploi de trouver facilement un travail. Il est primordial de lever ces freins pour ne laisser personne au bord du chemin. Et pour atteindre cet objectif, la Région va s’appuyer sur l’offre de ses partenaires. Le Pacte pour l’embauche propose ainsi aux candidats des aides concrètes et opérationnelles, qui fonctionneront dès qu’on les sollicitera.
 Femme, Bureau, Entreprise

En Occitanie, près d’une entreprise sur deux ne parvient pas à trouver de candidat

Les employeurs font également face à des difficultés de recrutement. Là encore, le Pacte pour l’embauche va proposer des solutions. Ils pourront en effet compter sur un service d’accompagnement en amont et en aval de l’embauche, comme la rédaction d’une offre plus attractive. Ces propositions d’emploi seront ensuite mises en avant via la mention « Pacte pour l’embauche en Occitanie ». Elle indiquera aux candidats la possibilité d’être accompagnés par la Région ou ses partenaires en renvoyant vers un numéro vert.

[1Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, le taux de chômage en Occitanie s’élève à 9,4% au second trimestre 2021, alors qu’il a baissé de 12%, notamment en raison de son attractivité démographique

[2Un établissement public de coopération intercommunale est un regroupement de communes, à l’image des communautés de communes ou des agglomérations, pour élaborer des projets en commun, dans un périmètre défini

Soudeur, Soudage, Travailler
 

Appelez le 0800 00 70 70 (numéro gratuit) pour vous informer et être mis en relation avec un partenaire du Pacte pour l’embauche

15 mesures phares pour booster l’emploi

Des solutions pour l’emploi et les freins du quotidien
Plusieurs leviers sont identifiés, notamment en direction des personnes les plus éloignées de l’emploi. Dès avril 2022, une vaste campagne de recrutement va être lancée avec la SNCF, dans le cadre de l’opération « Un emploi en bas de chez soi », pour faciliter l’insertion des publics issus des quartiers prioritaires. Des séances de coaching individuel seront également proposées dans les bassins d’emploi prioritaires comme celui de la Mecanic Valley, et une aide régionale pourra être sollicitée pour la garde d’enfant. Par ailleurs, la Région encourage les vocations. Elle expérimente le revenu régional écologique jeunes pour inciter les 18-29 ans à se tourner vers les métiers verts, et organise des opérations de découverte des métiers agricoles.

Des conditions de travail améliorées pour les salariés en reconversion
Afin de favoriser le retour ou le maintien à l’emploi, la Région élargit l’aide régionale à la mobilité des demandeurs d’emploi à de nouveaux publics et aux entreprises. Dans le même temps, le dispositif Passerelles Industries sera boosté pour positionner 5 000 demandeurs d’emploi sur les métiers en tension de l’industrie. Par ailleurs, un nouvel accompagnement sera proposé aux personnes en situation de handicap pour les aider à reconstruire leur projet professionnel.

Des employeurs soutenus dans leurs recrutements
Les entreprises aidées par la Région seront encouragées à accueillir des demandeurs d’emploi, apprentis et stagiaires en immersion. Elles seront également accompagnées dans leurs projets d’embauche, notamment pour mutualiser les compétences des salariés via les groupements d’employeurs. L’objectif : créer 500 emplois d’ici 2025 sur les territoires en tension de recrutement. Des solutions d’hébergement temporaire seront en outre accordées aux salariés saisonniers et aux preneurs d’offres sur les métiers en tension, et des contrats de progrès seront expérimentés pour inviter les entreprises à proposer de meilleures conditions de vie au travail.

Des actions de proximité

Chiffres clés

15 M€
sont mobilisés par la Région pour l’ensemble des actions du Pacte en 2022

Fruit d’un partenariat entre acteurs publics et privés, le Pacte pour l’embauche est une démarche en « pack ». Il s’appuie sur l’offre existante en matière d’accompagnement à l’emploi, tout en renforçant ce qui existe déjà, pour le proposer au plus grand nombre. Cette implication des acteurs publics et privés a pour ambition de lever méthodiquement les freins à l’embauche, pour répondre aux besoins des entreprises et attirer les demandeurs d’emploi vers les métiers les plus en tension, et sur tous les bassins de vie (territoires ruraux, métropolitains, zones touristiques….).

Le Pacte sera décliné dans tous les départements de la Région. Les 13 Départements, les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) [2] et les communes seront fortement associés au développement du Pacte sur tous les territoires dès ce printemps, comme le Conseil Départemental de la Haute-Garonne, et les Métropoles de Toulouse et de Montpellier aujourd’hui.

 
 

En proximité, des équipes dédiées seront présentes pour informer tous les publics sur les aides disponibles et les orienter vers le bon partenaire au sein des Maisons de Région et sur les salons TAF (Travail-Avenir-Formation).

L’Occitanie en première ligne pour l’avenir des jeunes

Avec un budget annuel de plus de 320 M€ , l’Occitanie est la région qui dépense le plus pour la formation professionnelle et la sécurisation des parcours. Du collège à la sortie de l’enseignement supérieur, elle aide les jeunes à bien s’orienter et poursuit le maillage des formations sur le territoire, pour lutter contre le décrochage scolaire. Dans le cadre de sa stratégie « Région à énergie positive » et du Pacte Vert, elle encourage également les nouvelles générations à se former vers les métiers verts (hydrogène, éolien en mer, mobilités du futur…). Son ambition : créer 100 000 nouveaux emplois dans les métiers de demain et les filières d’avenir.

Une formation aux premiers secours gratuite pour tous les lycéens

 

Une formation aux premiers secours gratuite pour tous les lycéens

Docteur, Premiers Secours, Profession

Depuis le 1er février, grâce à une prise en charge totale par la Région Occitanie, tous les bénéficiaires de la Carte Jeune peuvent se former gratuitement aux gestes de premiers secours. Mercredi 16 mars à partir de 15h30, Vincent Bounes, vice-président de la Région Occitanie en charge de la santé et Julie Delalonde, conseillère régionale et présidente de la commission santé, participeront à une formation aux premiers secours donnée par la Croix-Rouge Française, aux côtés de lycéens.

 

« Rendre accessible l’apprentissage des gestes de premiers secours au plus grand nombre est un véritable enjeu de santé publique. Aujourd’hui, seule 20% de la population française est formée à cela. En doublant ce chiffre, 10 000 vies supplémentaires peuvent être sauvées par an.

C’est ce que nous faisons en Occitanie. Nous agissons pour sécuriser et protéger nos concitoyens en formant gratuitement les jeunes aux gestes de premiers secours. L’argent ne doit pas être un frein lorsqu’il s’agit de savoir secourir quelqu’un. A travers l’éducation de nos jeunes, construisons une société responsable et solidaire » a déclaré Carole Delga.