Chambre des Métiers de l'Hérault, une cellule de soutien psychologique pour les artisans

Confinement - La Chambre des Métiers  et de l'artisanat de l'Hérault a pris part à l’élaboration d’une cellule psychologique pour aider les hommes et les femmes de l’artisanat en souffrance.


11 200 appels et 121 530 mails
Depuis le dimanche 1er mars, soit depuis 50 jours, votre CMA se mobilise pour répondre aux questions des artisans et pour les guider pour obtenir des aides.
Une cellule de crise est en place du lundi au vendredi de 9 h à 18 h. 04 67 72 72 03 - 04 67 72 72 27 - 04 67 72 72 29 - 04 67 72 72 31

Un numéro Vert  0 805 65 505 0 est mis en place dès le 4 mai 2020
Le bilan est impressionnant.
Au 27 avril, les agents CMA 34 ont réalisé 11 200 appels téléphoniques et généré 121 530 email. Au 4 mai, le chiffre de 12 000 appels téléphoniques montre que le besoin d’un interlocuteur, certes compétent, mais aussi ouvert au dialogue, est un besoin vital.

L’impact psychologique sur les artisans 

"Le contact humain nous paraît indispensable en ce temps de crise. " CMA 34

Ceux qui continuent de travailler mais dans des conditions difficiles, comme ceux qui doivent faire face à l’absence de trésorerie compte tenu de l’impossibilité de travailler. Nombreux se posent la question : comment vais-je m’en sortir ? A cela s’ajoutent des inquiétudes sur l’accès aux aides, ou encore des démarches anxiogènes auprès de banques pas toujours aidantes.

 "Mais, cela ne nous a pas paru suffisant car la période est d’une violence inouïe pour les chefs d’entreprise." souligne Christian Poujol, président de la CMA 34. 

Les principaux sujets abordés sont : l'accès au fond de solidarité, obtention de crédit auprès des banques, difficultés de trésorerie en raison des charges sociales et demandes sur les autorisations d’activité.

Retrouvez toutes les informations sur les mesures covid19 mises à jour tous les jours sur www.cma34-covid19.fr

L'Aipals Montpellier aide à la reprise de l'activité

En vue du déconfinement, l'Aipals - service de santé au travail sur le Grand Montpellier -  propose d'aider les entreprises en mettant en place 2 séminaires en ligne gratuits ce mardi 5 et jeudi 7 mai 2020.

Feeling tired and stressed.

Après un arrêt complet, la reprise d’activité pose question. Organisation, étapes, accompagnement des salariés, mesures de protection…

Des webinaires pour passer en revue toutes les questions de santé et  de sécurité en vue du déconfinement

Comment faire revenir ses salariés en activité ? Comment les accompagner de l’inactivité vers le travail, dans un contexte encore bien éloigné de ce qu’ils ont connu « avant » ? Comment envisager la protection de la santé de effectifs, que ce soit en présentiel ou en télétravail ? Ces questions se posent aujourd’hui dans les entreprises et les réponses doivent se construire face à l’inconnu de cette situation nouvelle.

Pour répondre à toutes ces questions, l’AIPALS vous invite à un Webinaire, et vous propose gratuitement 2 dates :

Point de situation au dimanche 3 mai 2020

L’image contient peut-être : texte
24 895 décès liés au COVID19
25 815 personnes hospitalisées
3 819 patients graves en réanimation
50 784 personnes sont rentrées à domicile

 Visualiser la carte des indicateurs de l’activité épidémique : https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/

Revoir les points de situation : https://solidarites-sante.gouv.fr/…/points-de-situation-cor…
En savoir plus : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/

 Open-data : télécharger les données sur le statut de chaque département (vert/orange/rouge) : https://www.data.gouv.fr/…/indicateurs-dactivite-epidemiqu…/

En France, SOS médecins a réalisé 431 interventions pour suspicion de COVID (soit 5% de l’activité totale). Les services d’urgences ont noté 744 passages, soit 3% de l’activité. Ces données nous permettent d’évaluer la circulation active du virus sur le territoire et de faire évoluer la première carte. On constate une diminution de la circulation du virus dans 3 départements (Gers, Loire Atlantique et Mayenne) avec une proportion de passage aux urgences pour suspicion de COVID-19 < à 6%, ce qui permet donc le passage du « orange » au « vert » sur la carte.

25 815 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 345 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures. 6 816 patients sont hospitalisés en réanimation (135% de taux d’occupation par rapport à la capacité initiale de 5 065 lits), dont 3 819 atteints d’infection COVID-19. 80 nouveaux cas graves ont été admis, le solde reste négatif en réanimation grâce aux sorties avec 8 patients atteints de COVID-19 en moins. 4 régions (Île-de-France, Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts de France) regroupent 72% des cas hospitalisés.

En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 81 hospitalisations, dont 22 en réanimation. Ces indicateurs de tension hospitalière en réanimation permettent de construire la deuxième carte.

Depuis le début de l’épidémie, 92 799 personnes ont été hospitalisées, 50 784 personnes sont rentrées à domicile, sans compter les dizaines de milliers de personnes guéries en ville. Depuis le 1er mars, nous déplorons 24 895 décès liés au COVID-19, 15 583 décès dans les hôpitaux et 9 312 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

Sur la carte de synthèse des indicateurs, on constate une amélioration avec le passage du « orange » au « vert » du Gers, de la Loire-Atlantique et de la Mayenne, grâce à une diminution de la circulation active du virus.

Il ne faut pas relâcher les efforts collectifs qui portent leurs fruits et freinent efficacement l’épidémie. Pour réussir la levée progressive du confinement, il faut plus que jamais appliquer scrupuleusement tous les gestes barrières, respecter la distanciation physique minimale d’un mètre et réduire le nombre de nos contacts. Tous ensemble, nous avons lutté contre la propagation de l’épidémie, tous ensemble, nous devons lutter pour éviter la diffusion du virus, tous ensemble, nous lutterons contre le risque de reprise épidémique.

Numéro d’information national offrant un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000
Contact presse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – 01 40 56 84 00


Point de situation Coronavirus - 3 mai 2020

Tests salivaires : la ministre Frédérique Vidal en déplacement à Montpellier

Jeudi 30 avril, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a rendu visite aux équipes de recherche du laboratoire montpelliérain Sys2Diag, une unité mixte CNRS-ALCEDIAG.

Spécialisé dans les recherches de pointe innovantes et créé par la CNRS en alliance avec  ALCEDIAG, une filiale du groupe ALCEN, le laboratoire de recherche Sys2Diag travaille dans les méthodes diagnostiques. Il est dirigé par  Franck Molina, membre du CARE - Comité Analyse Recherche Expertise - composé de 12 chercheurs et médecins qui conseillent l'Elysée et a pour rôle de « regarder ce qui est possible techniquement, ce qui est prêt dans les laboratoires ».

« ... la recherche française mobilisée sur tous les fronts et dans tous les territoires comme ici à Montpellier où la communauté scientifique dans son ensemble travaille au développement de nouvelles méthodes de dépistage », a expliqué la ministre sur son compte Twiter.


la ministre devant le laboratoire de génétique humaine à Montpellier dirigé par Monsef Benkirane

De nouvelles méthodes de dépistage viral à venir à Montpellier

Elle s'est rendue ensuite auprès de plusieurs entreprises qui ont annoncé leur participation au développement, à la production et à la distribution d’un test salivaire de dépistage rapide, notamment à l’Institut de Génétique Humaine, l’un des laboratoires les plus importants en matière de génétique humaine et de virologie moléculaire - Unité mixte CNRS-Université de Montpellier - et a échangé enfin avec des représentants de la start-up SeqOne, qui travaille sur une méthode de dépistage du Covid-19 par séquençage haut débit.

"Rouge" ou vert", en France, 9 départements changent de couleur

Santé publique France publie de nouvelles cartes sur l'épidémie vendredi 1er mai, ce qui change la donne pour l'Aisne, le Calvados, le Cher, la Dordogne, la Haute-Corse, le Lot, la Nièvre, l'Oise et le Tarn. Le virus a fait 218 décès en 24 heures, 25.594 au total. Le nombre de patients en réanimation p0 sous la barre des 4.000 (3.878, - 141). 
Dans un monde confiné, les cérémonies du 1er mai se sont tenues dans des conditions inédites. 

Covid, Corona, Coronavirus, Virus

 

BILAN QUOTIDIEN DU CORONAVIRUS EN FRANCE : 218 morts en 24 heures, 15.369 morts à l'hôpital, 9.225 en Ehpad, 24.594 décès au total. 3.878 patients en réanimation, 141 en moins depuis jeudi. 25.887 personnes hospitalisées (-396). plus de 50.200 patients guéris.

Situation au vendredi 1 mai 2020

Tension hospitalière sur les capacités en réanimation
Point de situation -  Ministère des Solidarités et de la Santé

Sur les cartes de suivi épidémique : 9 départements changent de couleur. Aisne : du rouge à l'orange; Calvados : orange au vert; Cher : rouge au vert; Dordogne : orange au vert; Haute-Corse, Lot et Nièvre : rouge au vert; Oise : du vert à l'orange; Tarn : orange au vert.

Coronavirus en France : un 1er-Mai confiné, des cartes du déconfinement rectifiées

Quelques rassemblements fugaces, des manifestations en ligne et du muguet, les Français ont passé leur 1er-Mai confinés, coronavirus oblige, tandis que les autorités ont rectifié les cartes élaborées en vue du déconfinement.

Pour célébrer la journée internationale des travailleurs, quelques rassemblements rapides ont eu lieu à Paris, Orléans, Toulouse, Grenoble, mais les initiatives des syndicats et associations se sont concentrées sur les réseaux sociaux

Le président Emmanuel Macron a salué "l'esprit du 1er mai". "C'est grâce au travail, célébré ce jour, que la Nation tient", a-t-il déclaré, en assurant que les Français retrouveront des "1er mai heureux".Un discours accueilli fraîchement par les syndicats, le numéro un de la CFDT Laurent Berger, dénonçant la "seule logique budgétaire" et son homologue de la CGT Philippe Martinez appelant l'exécutif à "passer aux actes".

En ligne de mire, les personnels de santé, les salariés du commerce, de l'agroalimentaire, du paramédical, du social, de l'entretien, les agents du service public, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus.

Masquée devant la statue de Jeanne d'Arc pour le 1er mai du RN, Marine Le Pen a estimé quant à elle que "dès aujourd'hui tout le monde devrait porter un masque dans l'espace public".

Des masques dont le prix sera plafonné à 95 centimes d'euro l'unité pour la version chirurgicale en papier et à usage unique mais pas pour la version en tissu, a annoncé la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher.

A partir de lundi, les masques seront disponibles dans la grande distribution et l'importance de leurs stocks a indigné les professionnels de santé qui ont déploré "une surenchère de l'indécence" dans un texte cinglant.

AlloCovid : un nouvel assistant vocal pour diagnostiquer le Covid-19

<p" style="text-align: center;">Illustration 1

Lancé le 27 avril par des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Université de Paris, le numéro de téléphone 0 806 800 540 permet de dialoguer avec un robot doté d'intelligence artificielle et de savoir, en fonction des symptômes décrits, si l'on est susceptible d'être porteur du virus Covid-19. Une orientation médicale adaptée est alors proposée. La plateforme téléphonique permet également d'identifier les foyers de propagation de l'épidémie en se basant sur le code postal de l'appelant.

Comment ça marche ?

Vous composez le 0 806 800 540 (prix d'un appel local), c'est un robot qui vous répond et vous pose des questions comme « Avez-vous de la fièvre ? »« Avez-vous des difficultés à manger ou à boire ? »« Avez-vous une toux persistante ? »« Avez-vous des problèmes respiratoires ? » auxquelles vous répondez par « oui » ou par « non ».

En fonction de la réponse, le robot peut demander des relevés de température ou des compléments d'information.

En analysant les réponses données, le robot doté d'intelligence artificielle va vous orienter, en trois minutes en moyenne, vers la solution médicale appropriée aux symptômes décrits : appeler le 15 sans tarder, contacter votre médecin traitant ou rester confiné chez vous en protégeant vos proches.

Des appels anonymes mais localisés

Les appels sont anonymes et les numéros de téléphone ne sont pas stockés. Seul le code postal de l'interlocuteur doit être renseigné. La localisation de l'appel permet à la plateforme téléphonique d'identifier les communes de France où les cas augmentent visiblement et de pouvoir cartographier les foyers de propagation de l'épidémie du Coronavirus.

Pour l'instant, mille robots peuvent répondre à mille appels simultanés. Si c'est nécessaire, l'Inserm pourrait doubler ou tripler le nombre de robots en capacité de répondre à plus d'appels.

Coronavirus : dernier point de situation en Occitanie

L’Agence régionale de santé recense ce jeudi 30 avril au soir un total de 6 814 tests positifs Covid-19 dans notre région, 636 hospitalisations en cours, (dont 139 en réanimation). A ce jour 401 personnes sont décédées dans un établissement de santé et 2 156 personnes ont pu regagner leur domicile.

Bulletin d'information COVID-19 en Occitanie : jeudi 30/04/2020 à 17h

Déconfinement : la première carte catégorisant les départements dévoilée

BFMTV relaie la première carte du déconfinement en France. Les départements y sont classés en vert, rouge, ou orange en fonction de leurs situations sanitaires.

Le déconfinement commence progressivement à prendre forme en France. BFMTV donne plus d'information sur les mesures prises par le ministère de la santé. La chaîne d'information en continu publie une première carte décrivant comment va se passer cette sortie du confinement en fonction de chaque département.


Les départements sont classés selon trois catégories. S'il est en vert, le département est jugé éligible au déconfinement selon le protocole prévu. Cela signifie notamment la possible réouverture des collèges ou même de certains lieux publics comme les parcs. Cela concerne notamment la Bretagne ainsi qu'une grande partie de la côte sud-ouest du pays.

Un déconfinement retardé dans l'Est du pays

Si le département est classé en rouge, cela signifie que les mesures de déconfinement ne devraient pas être tout de suite appliquées. En raison d'un taux d'infection trop haut ou d'un nombre de personnes hospitalisées trop élevés, les habitants devront prendre leur mal en patience et attendre avant de pouvoir retrouver un quotidien normal.

Enfin, la dernière catégorie, représentée en orange sur la carte, concerne les départements qui sont toujours dans une situation considérée comme intermédiaire.

L'évolution de l'épidémie dans chaque département va être présentée

A partir de jeudi 30 avril, le point quotidien de la direction générale de la Santé sur le coronavirus en France dévoilera la situation dans chaque département. A partir du 7 mai, la différenciation entre départements "rouges" (mortalité excessive) et "verts" sera dévoilée.


DECONFINEMENT - Le gouvernement a placé 35 départements en "rouge" - dont l'ensemble de l'Ile-de-France et le quart nord-est du pays - selon une carte provisoire correspondant ce jeudi à la circulation du coronavirus et aux tensions sur les capacités en réanimation, avant le déconfinement prévu à partir du 11 mai. Cette carte a été dévoilée par le ministre de la Santé Olivier Véran lors du point quotidien sur l'épidémie.

Les départements métropolitains doivent être départagés le 7 mai entre "rouges" et "verts". Dans ces derniers, une moindre présence du virus permettra d'organiser un déconfinement plus large.

BILAN FRANCE - 24.376 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l'épidémie, 289 en plus lors des dernières 24 heures, annonce le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Le nombre de patient hospitalisés (26.283) est de nouveau en baisse (- 551), de même que celui des patients en réanimation (- 188 à 7.166).

MUGUET - Les ventes de muguet chez les fleuristes ne seront possibles demain que "sur livraison et en retrait de commande", indique le gouvernement, soulignant que les règles "qui ont conduit à l'interdiction d'activité de la plupart des commerces" ne "sont pas levées, y compris pour le 1er mai". 

La Fédération française des artisans fleuristes avait initialement indiqué dans l'après-midi avoir obtenu auprès du Premier ministre l'autorisation de vendre le traditionnel brin porte-bonheur devant les boutiques de fleurs, fermées au public depuis le 17 mars comme la plupart des autres commerces.Les Etats-Unis et la Chine bloquent au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution réclamant une "coordination renforcée" face à la pandémie. "C'est un blocage majeur, personne ne bouge", résume un diplomate sous couvert d'anonymat. "On fait du sur-place", confirme un autre. En discussion depuis des semaines, le texte franco-tunisien prévoit de soutenir un appel datant du 23 mars du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à un cessez-le-feu dans le monde pour faciliter la lutte contre la pandémie.

"Le plus dur est devant nous", déclare le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, soulignant que la contraction de 5,8% du produit intérieur brut au premier trimestre constitue "une véritable alerte" sur "la violence du choc économique" que connaît la France et sur "la nécessité de reprendre l'activité". Il avertit à l'Assemblée qu'à partir du déconfinement le 11 mai, une période s'ouvrira de "faillites" et de "destructions d'emplois".

Plan de déconfinement progressif à partir du 11 mai 2020

Plan de déconfinement départemental dévoilé le 30 avril 2020

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté, mardi 28 avril à l'Assemblée nationale, le plan de déconfinement progressif à partir du 11 mai 2020, si les indicateurs médicaux sont favorables. Le déconfinement ne sera pas le même dans toutes les régions du pays, il doit être adapté à la réalité sanitaire locale. Le confinement avait été instauré le 17 mars dernier pour lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Un déconfinement progressif par région

La date du 11 mai 2020 marquant le début du déconfinement dépend des indicateurs médicaux dans les différentes régions. La décision sera prise le 7 mai pour maintenir ou non cette date. Si les indicateurs épidémiologiques ne sont pas au rendez-vous le 7 mai, le déconfinement ne sera pas maintenu le 11 mai ou sera plus strict.

Le déconfinement sera progressif. Une première phase durera du 11 mai au 2 juin avec ouverture progressive de certains établissements ou lieux accueillant le public. S'il n'y a pas de retour de l'épidémie, une deuxième phase sera mise en œuvre jusqu'à l'été.

Le plan de déconfinement ne sera pas le même dans tous les départements et régions de France. En fonction du nombre de porteurs du Covid-19 identifiés, du taux d'occupation des services hospitaliers et des capacités de tests, des spécificités territoriales seront mises en place par les élus locaux.

Une carte des départements rouges et verts

Une carte des départements sera prochainement établie et évoluera jour après jour. Sur la base des informations de la carte du 7 mai prochain, certains départements en vert peu touchés par l'épidémie pourront déconfiner à partir du 11 mai. Dans les départements en rouge ayant un taux élevé de circulation du virus, la date de déconfinement sera repoussée ou des mesures plus strictes seront mises en place.

À partir du 7 mai, cette carte sera actualisée quotidiennement avec les données de Santé publique France. Trois critères servent à établir la classification des départements : taux de circulation du virus, capacités hospitalières en réanimation, capacité locale de tests de détection des porteurs du virus. Si un seul de ces critères n'est pas validé, le département restera en rouge.

Tests de dépistage et isolement des porteurs du virus

Afin d'isoler les porteurs du Covid-19 et d'endiguer l'épidémie, des tests massifs (700 000 tests par semaine à partir du 11 mai) seront réalisés sur les personnes présentant les symptômes du coronavirus mais aussi sur tous ceux qui ont été en contact avec des personnes déclarées positives. Ces tests virologiques seront pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie.

Les personnes déclarées positives au test PCR (par prélèvement naso-pharyngé) devront s'isoler afin de casser la chaîne de transmission. Elles pourront choisir entre un confinement strict à domicile ou dans un hôtel mis à leur disposition.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon