Les députés au secours du journal "La Marseillaise"

Christian Assaf, député de la 8ème circonscription :

Nous avons le devoir de soutenir La Marseillaise

"Mardi soir à Montpellier avait lieu le lancement du Comité de Soutien languedocien au journal La Marseillaise qui connaît une période difficile et dont l’existence est menacée si la mobilisation pour son avenir n’est pas à la hauteur de son exigence éditoriale.
Retenu à l’Assemblée nationale, je n’ai pas pu être aux côtés des journalistes et des salariés de ce journal. Dans la journée, par l’intermédiaire des réseaux sociaux, j’ai tenu à leur adresser un message de soutien et à signer la pétition en ligne pour témoigner de mon attachement à ce quotidien.
Né sous l’Occupation nazie en France, La Marseillaise n’est assurément pas un journal du passé mais représente un combat d’avenir. Pour mener les batailles qui l’attendent et résister aux menaces qui pèsent sur elle, la démocratie a besoin du pluralisme de la presse, de médias de qualité et de journaux indépendants.
Ce sont ces qualités que La Marseillaise met à sa une chaque matin. Elle y ajoute des valeurs pour lesquelles elle n’est pas prête à renoncer, des engagements qui doivent rejoindre les nôtres pour une humanité qui ait du sens et de l’avenir." - Christian Assaf

Sébastien Denaja député de la 7ème circonscription :

Soutien à La Marseillaise

"Fondé par des Résistants pendant l’Occupation et ancré à gauche, le journal La Marseillaise, qui avait déjà été placé en redressement judiciaire en novembre 2014, jusqu’à son rachat en avril 2015, traverse à nouveau une période difficile.
Malheureusement je n’ai pu être aux côtés des salariés du journal lors de la soirée de soutien qui s’est tenue le 17 janvier au Club de la Presse à Montpellier mais je réitère aujourd’hui mon attachement à ce quotidien régional au nom de la pluralité de la presse car par-delà les clivages, le pluralisme est un enjeu démocratique auquel je suis particulièrement attaché.
Je crois à la presse écrite, libre, indépendante ainsi qu’à la confrontation d’idées" - Sébastien Denaja.

Un ministre pour soutenir l'innovation à Montpellier

PACTE ETAT-MÉTROPOLES - MONTPELLIER CAPITAL SANTÉ

PHILIPPE SAUREL ET JEAN-MICHEL BAYLET ONT SIGNÉ LE PACTE MÉTROPOLITAIN D'INNOVATION

Jeudi 5 janvier 2017, Jean-Michel BAYLET, Ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales et Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, en présence de Pierre POUËSSEL, Préfet de l'Hérault, ont signé le pacte métropolitain d’innovation.

 

 

Ce pacte vise à soutenir les stratégies d’innovation des métropoles et accompagner leur développement. Montpellier est la seule des 15 métropoles à avoir retenu la santé comme thématique du Pacte. Grâce aux 7,1 millions d’euros fléchés par l’Etat, Montpellier Méditerranée Métropole souhaite rayonner et être un véritable moteur du développement territorial dans le domaine de la santé, notamment avec son projet « Montpellier Capital Santé ».

Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole souligne :

« J’ai décidé de faire de la Santé un des enjeux prioritaires de la Métropole de Montpellier. Cet engagement s’est notamment traduit par le lancement de notre projet d’envergure ‘Montpellier Capital Santé’ en novembre dernier afin de stimuler le développement et la croissance des entreprises, donner une visibilité européenne à Montpellier en mettant en valeur son potentiel et le dynamisme de son économie locale tout en attirant les meilleurs investisseurs et talents étrangers dans le domaine de la santé. Aujourd’hui, le Pacte Métropolitain d’Innovation se positionne comme un véritable accélérateur de notre démarche pour lequel 6 projets seront développés. Au-delà des 7,1 millions d’euros apportés par l’Etat, la Métropole cofinance à hauteur de 3,59 millions d’euros. »

Sécurisation d'un carrefour à Saint-Geniès-desMourgues

Retour sur l’Inauguration très attendue de l’aménagement d’un tourne à gauche à Saint-Génies-des-Mourgues

Ce 3 janvier 2017, le Président du Département, Député de l’Hérault inaugurait un tourne à gauche destiné à sécuriser l’accès à la commune de Beaulieu depuis la RD610, à Saint-Génies-des-Mourgues.

Kléber Mesquida aux côtés de la député Fanny Dombre-Costes, Jean-Luc Bergeon, Arnaud Moynier, Jean-Luc Messonnier, Yvon Pellet, maires de Saint Christol, Beaulieu, de Baillargues, de Saint-Geniès des Mourgues

Le carrefour entre la RD610 et la RD 118E2, situé sur la commune de St-Génies-des-Mourgues, constitue l’accès principal à Beaulieu depuis Castries. Près de 9600 véhicules transitent chaque jour sur cet axe. Afin de sécuriser les mouvements d’échanges de la RD610 avec les communes de Beaulieu et de St Génies des Mourgues, un tourne à gauche a été aménagé par le Département. Objectifs : sécuriser le carrefour, diminuer la vitesse d’approche, favoriser la visibilité. 

A compter du 1er janvier 2017, la RD610 (jusqu’à la limite entre les communes de Restinclières et Boisseron) et la RD118E2 feront partie du réseau transféré à Montpellier Méditerranée Métropole. Pour autant, le Département continuera à en assurer la gestion jusqu’au 30 juin 2017 en application de la convention de transfert.

Coût de l’opération : 237 840 € TTC financés à 100% par le Département.

Travaux réalisés par l’entreprise TPSO.

Grippe : les bons gestes pour se protéger

Face à l’épidémie de grippe précoce, la Direction générale de la santé rappelle les bons gestes pour se protéger et limiter la transmission du virus.

Afficher l'image d'origine

  Depuis le démarrage de l’épidémie au début du mois de décembre, la grippe progresse dans toutes les régions de France. Les virus détectés sont essentiellement de type A(H3N2), qui peuvent être particulièrement sévères chez les personnes à risque, en particulier les personnes âgées. Cette semaine, une augmentation notable des passages aux urgences, particulièrement chez les personnes âgées de 65 ans et plus, a été constatée.Cette catégorie de personne, particulièrement vulnérable, représente 2/3 des hospitalisations pour grippe. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a immédiatement sensibilisé les établissements de santé afin qu’ils puissent activer, si nécessaire, leur dispositif « hôpital en tension ».

 

Dans ce contexte, la Direction générale de la santé appelle à une vigilance toute particulière face à la progression de ce virus. Si la vaccination reste la meilleure protection, il existe des gestes simples qui contribuent à limiter la transmission de la maladie de personne à personne.

Dès le début des symptômes grippaux, il est recommandé de : 

  • Limiter ses contacts avec d’autres personnes, en particulier à risque1, ou porter un masque chirurgical en leur présence.
  •  Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou avec une solution hydroalcoolique. 
  • Se couvrir la bouche et le nez avec le coude ou un mouchoir en cas de toux et d’éternuement.
  • Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique et les jeter.

Pour l’entourage des personnes grippées, il est recommandé :

  • D’éviter les contacts rapprochés avec la personne grippée et en particulier si l’on est soi-même à risque. 
  • De se laver régulièrement les mains, notamment après tout contact avec le malade.
  • Enfin, les proches de personnes âgées doivent être vigilants concernant leur état de santé.

Il est recommandé de prendre des nouvelles des personnes les plus vulnérables et les plus isolées dans votre entourage. Plus d’informations – Ministère des affaires sociales et de la santé http://social-sante.gouv.fr/

Arnaud Julien, officiellement investi sur la 8ème circonscription

Depuis plusieurs mois, les instances du parti Les Républicains travaillent pour désigner les candidats les plus à même de défendre les valeurs de la droite et du centre lors des élections législatives de juin prochain. Dès le 7 juin 2016, la Commission National d’Investiture avait attribué les investitures dans les neuf circonscriptions de l’Hérault. Cependant, suite à la Primaire de la droite et du centre qui a vu François FILLON être désigné comme candidat légitime, l’organisation du parti a été revue, imposant la confirmation des décisions prises par l’équipe antérieure. C’est désormais chose faite. Ce samedi 14 janvier 2017, le Conseil National les Républicains a entériné les choix de la CNI présentés par son Président Jean-François LAMOUR.
Arnaud JULIEN, Secrétaire départemental de la Fédération les Républicains de l’Hérault, a été confirmé comme le  Candidat des Républicains sur la 8e circonscription : "C’est un honneur pour moi de représenter ma famille politique sur ce territoire auquel je suis particulièrement attaché. Je ne doute pas une seconde que nous parviendrons à faire basculer cette circonscription qui a trop longtemps souffert de l’immobilisme et des fausses promesses de la gauche. Je serai un Député à plein temps et 100% présent et investi pour notre territoire. Les Français ne veulent plus d'élus absents, candidats à tout, présents pour rien. Je vais continuer la  campagne pour faire gagner notre candidat François Fillon et nos valeurs sur la huitième circonscription."

Le titre de Miss France 2017 échappe de peu à Aurore Kichenin

Ce samedi 17 décembre 2016, pas moins de 8500 personnes étaient présentes à l'Arena de Montpellier pour la soirée Miss France 2017.

La soirée placée sous le signe des paillettes et des strass a tenu toutes ses promesses. Le suspense s'est prolongé fort tard. Résultat, Alicia Aylies, Miss Guyane âgée de 18 ans, 1,78m, a été choisie parmi les 30 prétendantes au titre. Aurore Kitchenin, magnifique Miss Languedoc-Roussillon, est la première dauphine.

Des étoiles et des femmes : La gastronomie au service de l'insertion

Après Paris et Marseille, le projet "Des Etoiles et des Femmes" s'implante à Montpellier. Lancé par Alain Ducasse, le dispositif vise à proposer à des femmes un parcours d'insertion professionnelle complété des stages pratiques auprès de chefs renommés. Avec l'association La Table de Cana, 13 Montpelliéraines bénéficient de cet accompagnement en vue d'obtenir leur CAP cuisine.

source : TV Sud, partenaire de Montpellier-infos

Flux migratoires exceptionnels

L’EUROPE FACE A SES RESPONSABILITÉS
Le rapport présenté par Christian ASSAF, député de la 8ème circonscription de l'Hérault, adopté à l’unanimité

Ce mercredi 26 octobre 2016, Christian ASSAF, Député de l’Hérault, a présenté devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le rapport résultant des travaux de la Mission d’information tendant à évaluer l’efficacité des mécanismes européens pour prendre en charge des flux migratoires exceptionnels. Créée en novembre 2015 et présidée par Christian ASSAF, cette Mission d’information, composée de quinze membres, aura travaillé pendant plus de 9 mois en conduisant treize auditions, en animant cinq tables rondes et en effectuant quatre déplacements à l’étranger (deux à Bruxelles, un en Grèce et un en Turquie).
Dans ce rapport, adopté à l’unanimité par la Mission d’information et par la Commission des lois, Christian ASSAF dresse un diagnostic précis et sans concession de la situation actuelle et de l’inefficience des mécanismes d’accueil des migrants en Europe. Loin de privilégier le statut quo et de rester impassible face aux drames humains qui défrayent l’actualité, il formule une vingtaine de préconisations à courts, moyens et longs termes et en appelle à la responsabilité de l’Union européenne et de ses Etats membres.
Préalablement à ces constats et aux propositions émises, les premières pages du rapport rappellent que ces types de mouvements migratoires ont déjà existé dans l’Histoire européenne et française, que le continent européen n’accueille qu’une faible partie des réfugiés dans le monde et que ces flux migratoires sont majoritairement composés de réfugiés fuyant les bombes, la guerre et la mort qui dévastent leur pays.
Parmi les suggestions émises dans ce rapport figurent :
la nécessité d’une politique commune de l’asile, de l’immigration et des frontières dans l’Union européenne avec, notamment, le développement de voies légales d’accès à l’Europe et la redynamisation de la « carte bleue » européenne, l’importance de réformer le règlement Dublin III et de progresser vers un système d’asile uniforme avec l’introduction de nouveaux critères (comme le taux de chômage) et d’un mécanisme correcteur de nature à mieux anticiper les situations d’afflux, un contrôle approfondi du respect par les Etats membres de leurs obligations dans le domaine de l’asile, une meilleure gestion des flux et un contrôle renforcé aux frontières extérieures de l’Union pour garantir la sécurité de l’espace Schengen,
une incitation à placer les migrations au cœur de partenariats avec les pays tiers par, notamment, la conclusion d’accords de réadmission avec des pays d’origine et de transit ainsi qu’une intensification de la lutte contre les trafiquants de migrants.
Dans ce rapport et dans les réflexions qui ont pu naître autour de ces neuf mois de travail, Christian ASSAF a tenu à souligner sa très grande inquiétude quant à la situation des enfants. En France, la protection des mineurs isolés relavant des Départements, Il préconise que l’État accroisse fortement l’aide financière qu’il leur apporte au titre de l’accueil des mineurs non accompagnés et que les Départements soient davantage impliqués dans leur accueil.

» télécharger le document de synthèse ici  
» détails, vidéo de la séance et rapport complet sur le site de l'assemblée nationale

Les réactions locales à l'élection de Donald Trump

En visite ce mercredi 9 novembre 2016 à Perpignan, la présidente de la région Occitanie-Pyrénées Méditerranée, la socialiste Carole Delga a réagi à l’élection du nouveau président des Etats-Unis Donald Trump.
Après l'épisode du Brexit, l'élection de Donald Trump est "un signal que nous devons vraiment prendre en compte" a-t-elle déclarée, ajoutant qu'il faut "savoir entendre et comprendre la colère des citoyens". La présidente de la région estime cependant que son programme est avant-tout "nuisible pour les Etats-unis. Evoquant les déclarations du candidat à la Maison blanche, "toutes plus excessives les unes que les autres", elle estime que "son programme ne sera pas tenable..."

 

Yves Marchand ancien maire de Sète s'est également exprimé sur le sujet :

Le jour d'après

L’espoir peut conduire soit à mettre en accord ses convictions avec un projet de vie en société, soit à renoncer à ses convictions avec un projet d’isolement. Pour sortir de son mal-être, on peut s’affirmer ou se renier. A la démocratie d’en décider.
Les Etats-Unis ont fait le choix de l’exclusion.
Comme toujours, lorsque le pouvoir ne suscite ni envie, ni enthousiasme, le peuple se tourne vers celui qui flatte ses ressentiments, épouse ses aversions et lui offre des solutions simples. Celui ou celle que le peuple choisit fait preuve de tous les excès possibles de vocabulaire et de comportement. C’est ainsi qu’on le veut.
Se montrer vulgaire, outrancier, cynique, calomnieux ou injurieux n’a plus rien de choquant ou d’inapproprié. Promettre l’impossible devient possible. Flirter avec la bassesse devient de la franchise. Railler les imperfections de l’autre devient de l’humour. Le mal devient le bien. Les valeurs sont inversées. Le peuple en a ainsi décidé.
L’homme providentiel – il en est de même pour la femme – Messie sorti du caniveau, est intouchable.
Le phénomène qui lui permet d’être « celui qui doit être là au bon moment » n’est pas un phénomène spontané. C’est un phénomène à évolution lente dont les prémices se révèlent dans l’expression des humoristes et des cinéastes. Lorsqu’est écartée la finesse de la suggestion au profit de la vulgarité et de la description obscène, le peuple, libre des entraves que lui imposaient la vie en société, est prêt à faire confiance à celui ou à celle qui parle un langage sans fard, décrété être celui de la vérité.
Au tréfonds de chacun de nous existe ce sentiment qu’il faut, à un moment donné, laisser se manifester nos tendances profondes. On est alors prêt de confondre franchise et brutalité.
Lorsque l’évolution de la société en est à ce point, le peuple est mûr pour s’offrir le veau d’or qu’il convoite secrètement. Et puisque la démocratie lui en donne une superbe occasion, il ne s’en prive pas.
Malheur à celui ou à celle qui, dans ce maelstrom des moeurs, s’en tient à la sagesse, à la raison, au tact, à l’urbanité, à la politesse et au respect de l’autre. Il n’y a apparemment pas de place pour lui.
Sauf que tout cela n’est qu’un rêve pour les uns, un cauchemar pour les autres, le fruit d’une imagination sans autre fondement que les fantasmes provoqués par la déception.
Même s’il est bien réel, le résultat de ces fantasmes, n’a aucune chance d’offrir le résultat escompté. Sous prétexte de déception, on ne saurait adopter la brutalité, le rejet, l’exclusion comme modèles de vie en société et renoncer au progrès majeur de civilisation que l’humanité a mis des siècles à accomplir : la tolérance, l’humanisme, le respect des autres.
C’est une tentation courante, depuis la nuit des temps.
Certains régimes ont proposé cette alternative vicieuse. Avec l’assentiment du peuple, ils ont fait illusion puis se sont effondrés en ne laissant derrière eux que des ruines.
La France est confrontée à ce choix. Elle peut céder au pire. Elle doit savoir ce qui l’attend. Celui qui accepte de jeter à bas tout ce qui a fait sa culture, son éducation, sa tradition, ses principes et ses valeurs, s’expose à un avenir pire que celui qu’il voulait éviter. Il n’y a pas d’exception.
Encore faut-il que l’on offre au peuple rongé par le ressentiment, l’aigreur et la vindicte, un discours d’espoir dans le respect à la place du discours d’espoir dans le mépris.
Pour l’instant c’est le discours de mépris qui crée l’espoir. Et s’il n’y a pas d’alternative au mépris pour susciter l’espoir, ce sera la négation de notre idéal.
Il ne nous restera alors que les regrets de l’abstention ou le remords de la mauvaise action.

Yves Marchand
Avocat Honoraire
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Sénateur François Commeinhes fait sa rentrée

 

 

Accompagné de Marie-Thérèse Bruguière, maire de Saint-Aunès, conseillère départementale et suivante de la liste conduite aux élections sénatoriales de 2014 (et donc appelée à remplacer François Commeinhes au Sénat l'année prochaine si le futur gouvernement ne revient pas sur la loi interdisant de conduire un exécutif local en siégeant au Sénat, pourtant chambre représentant les collectivités locales), le sénateur François Commeinhes a réuni la presse mardi 11 octobre au club de la presse de Montpellier, pour un tour d'horizon à l'occasion de la rentrée parlementaire.
Si, reprenant le trait d'humour d'un autre parlementaire, il a noté qu'à quelques mois d'échéances électorales majeures pour le pays, le gouvernement avait pour cette session parlementaire mis à l'ordre du jour des textes souvent d'importance mineurs revenant pour les députés et sénateurs à "peigner la girafe", il a néanmoins détaillé son action, aussi bien à la rencontre des acteurs en circonscription qu'au Sénat pour se mettre au service du territoire où il a été élu.
Dressant le bilan d'un mandat Hollande "calamiteux pour le pays et les collectivités locales", le sénateur-maire est revenu sur plusieurs des lois récentes ou actuellement en discussion où il s'est particulièrement investi, à l'image de la loi Création et patrimoine où, sensibilisé par des acteurs locaux, il a pu obtenir des garanties pour la pérennité des services d'archéologie préventive des collectivités locales, ou du Projet égalité et citoyenneté actuellement en discussion où, au-delà de toute polémique stérile, il a œuvré en commission et en interpellant le gouvernement pour favoriser le logement pour tous à travers des adaptations des règles sur les constructions de logement social qui ne soient pas totalement coupées des réalités de terrain, comme il a pu être observé localement suite à la situation inédite dans laquelle se retrouvent plusieurs communes suite une fusion d'intercommunalités imposée par l'Etat autour du bassin de Thau dès 2017 malgré l'opposition des communes concernées.
Se voulant avant tout pragmatique (ce qui peut le conduire à accepter des amendements du gouvernement comme celui visant à protéger la loi de 1881 sur la liberté de la presse déposé cette semaine car il souhaite avant toute révision favoriser une concertation plus large avec la profession et les éditeurs), le sénateur a évoqué son écoute de tous les élus et acteurs qui reflètent la richesse et diversité du territoire héraultais.
Avant de répondre aux questions sur l'actualité politique et législative, François Commeinhes est enfin revenu sur le cercle "Innovation et tourisme" qu'il a lancé au Sénat pour favoriser le dialogue entre élus, acteurs traditionnels et nouveau opérateurs d'un tourisme bouleversé par les développements du numérique, ainsi que sur son travail au sein des organismes où il représente le Sénat comme l'Office public pour l'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Modification importante du code de la route

A partir du 1er décembre 2016, les forces de l'ordre exigeront le permis de conduire et l’attestation d'assurance pour autoriser la sortie d'un véhicule d'une fourrière. Avec cette mesure, le gouvernement entend lutter contre les comportements dangereux sur les routes et tout particulièrement contre la contre la conduite sans permis et sans assurance.

Modification du code de la route

Le décret 2016-1289 paru au Journal officiel du 1er octobre 2016 modifie le code de la route et instaure l'obligation, pour le propriétaire ou le conducteur, à compter du 1er décembre 2016, de présenter aux forces de l'ordre une attestation d'assurance et un permis de conduire pour obtenir l'autorisation définitive de sortie du véhicule de la fourrière. Cette modification du code de la route concerne également le propriétaire ou le conducteur qui fera remorquer son véhicule mis en fourrière par un professionnel qualifié vers un lieu de son choix. Dans ce cas, la décision de mainlevée sera prononcée après la présentation de la seule attestation d'assurance.


Pour récupérer son véhicule en fourrière, l'usager devra alors, comme auparavant, régler les frais de fourrière au gardien de fourrière et lui présenter l'autorisation définitive de sortie de la fourrière délivrée par les forces de l'ordre. L'application de ce décret permettra la réalisation de près de 500 000 contrôles supplémentaires de la possession du permis de conduire et de l'attestation d'assurance par les forces de l'ordre. Selon, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), en 2015, 206 personnes ont été tuées dans des accidents impliquant un véhicule non assuré et 237 ont été tuées dans des accidents impliquant des conducteurs circulant sans permis valide. En 2015, 132 309 défauts de permis de conduire, en hausse de 2,8 % par rapport à 2014 et 106 753 défauts d'assurance, en hausse de 2,0 %, ont été constatés par les forces de l'ordre.
La conduite sans assurance est passible d'une amende pouvant s'élever jusqu'à 3 750 euros. La conduite sans permis est réprimée par 1 an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon