Expo du Montpelliérain Frédéric Plumerand au château des Evêques

Exposition en cours jusqu'au 21 avril 2019
Salon de musique et musée Hofer-Bury, château des évêques à Lavérune

Chez Frédéric Plumerand, la sculpture a précédé la peinture. Trente ans plus tard, elle l'accompagne encore, un certain sens de l'espace et de la lumière qui persiste. Le peintre travaille à partir de fragments photographiques piochés à droite à gauche et peint à l'huile sur toile.

Des influences, on lui prête celle de Hopper
Après une période abstraite, il est revenu au classique - pour combien de temps, il ne le sait pas. Grand admirateur de Watteau, Vélasquez, Rembrandt, Delacroix, Klee, Pollock... depuis son plus jeune âge.
« J’essaie avant tout de me faire plaisir. Je ne pense pas à plaire aux autres. Si d’autres que moi ont des émotions devant ma peinture, j’en suis ravi ! »

Exposition du 30 mars au 21 avril 2019 - Ouverte du jeudi au dimanche, de 15h à 18h. Entrée libre.

Les ateliers d'écriture autour des œuvres du peintre

Venez écrire autour des toiles de Frédéric Plumerand dans l'intimité du château, qui nous sera dédié le temps d'une matinée. Et le parc dans sa version printanière pourra accueillir les écrivains inspirés.

Organisé par Papier de Soi - Ateliers d'écriture Montpellier - les 13 et 14 avril 2019 à 10h à 13h
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le catalogue : "Kinshasa Chroniques" est sorti

A l’aube de la troisième décennie du troisième millénaire, Kinshasa compte quelque 13 millions d’habitants. En 2075, selon les démographes, elle en aura 40 millions de plus. De ces chiffres et d’une histoire, coloniale et postcoloniale, souvent marquée par la violence politique et économique, émerge une réalité urbaine extraordinairement complexe. Tout à la fois célébration, affrontement et spéculation, Kinshasa Chroniques dit avec verve cette expérience.

70 créateurs, membres, pour la plupart, d’une très jeune génération, proposent ici une rencontre avec un des centres de créativité les plus dynamiques de la planète. Ils font appel à de nombreux médias : photo et vidéo, installation et performance, peinture, dessin, BD, musique, slam, poésie… Le résultat est explosif : passionné et passionnant.

sinkCapture


Exposition coproduite par le Musée International des Arts modestes à Sète et la Cité de l’architecture & du patrimoine à Paris . A Sète, exposition jusqu’au 2 juin 2019, en mai 2020 à Paris.
 
En raison de son succès, l’exposition 
KINSHASA
Chroniques
est prolongée jusqu'au 2 juin 2019 Cliquer pour télécharger le dossier de presse 
Exposition coproduite par le Musée International des Arts Modestes et la Cité de l’architecture & du patrimoine
  
Pour la première fois, le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

80 dessins du Musée Fabre exposés à Paris

Exposition "Génération en Révolution" : les dessins français du musée Fabre mis à l'honneur au Musée Cognacq-Jay à Paris du 16 mars au 14 juillet 2019.

Le Musée Cognacq-Jay présente une sélection de 80 dessins exceptionnels issus de la collection du musée Fabre et exposés à Paris pour la première fois. Ils témoignent des choix d’une génération d’artistes qui ont eu trente ans pendant la Révolution.

Les 80 dessins issus des fonds du département des Arts graphiques du musée Fabre, composent l’exposition "Génération en Révolution" du 16 mars au 14 Juillet 2019 au Musée Cognacq-Jay à Paris. Cet événement permet de mettre en lumière la richesse des collections du musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole. Exposés pour la première fois à Paris, ces dessins, pour certains inédits et acquis récemment, sont les témoins de l’influence qu’a pu avoir la Révolution Française sur les jeunes artistes. François-Xavier Fabre, alors âgé de 23 ans débute sa carrière à cette période de transformations. Un système politique renversé pour un  système artistique bouleversé.

LE MUSÉE FABRE S’INSCRIT DÉSORMAIS DANS LA LISTE DES MUSÉES LES PLUS IMPORTANTS D’EUROPE

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole, créé en 1828 par le peintre François-Xavier Fabre et entièrement réhabilité en 2007, est un monument culturel incontournable de la région, s’inscrivant désormais dans la liste des musées les plus importants d’Europe. Le musée compte parmi les plus belles collections publiques françaises et se trouve sans cesse enrichi grâce à des dons de collectionneurs et artistes avisés : Fabre, Valedau, Bruyas, Bonnet-Mel, Cabanel, Bazille…
Dans ce même élan, Pierre Soulages a témoigné de son attachement au musée et à la ville de Montpellier par une généreuse donation de sa collection.

FRANÇOIS-XAVIER FABRE A 23 ANS PENDANT LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

Élève préféré de David, François-Xavier Fabre (1766 – 1837) débuta sa carrière à cette époque charnière – dont les bouleversements se traduisent à travers des formes, des sujets, des sensibilités. En collectionnant les œuvres de ses contemporains, il nous permet aujourd’hui d’aborder de plain-pied les choix esthétiques et les ressorts créateurs des artistes français qui eurent trente ans sous la Révolution. Pourtant peu enclin à adhérer aux idées révolutionnaires, Fabre fait le choix de s’établir à Florence, où il peut développer une carrière active de peintre et d’expert en œuvres d’art. Il entretient cependant des liens constants avec la France.

Entretien exclusif avec Claude Viallat

Derniers jours de l'exposition  Estampes originales  qui se tient  à Villeneuve-lès-Maguelone jusqu'au 12 avril 2019 du peintre nîmois, ancien élève des Beaux-arts de Montpellier et de Paris.


D’abord Monsieur Viallat, une première question concernant l’exposition à Villeneuve-lès- Maguelone. Pourquoi cette exposition ? Y a-t-il une actualité Viallat ? De nouvelles peintures… ?

Non pas vraiment. On m’a demandé si je voulais faire cette exposition et j’ai simplement dit oui. C’est une exposition qui a été organisée par l’Artothèque de Montpellier à partir de ses propres collections. Moi je n’ai prêté que deux livres sur la tauromachie auxquels j’ai collaboré…

Pourquoi avoir intitulé cette exposition « estampes originales » ? Quel est le sens que vous donnez au mot « originales » ? Ces estampes auraient-elles quelque chose de différent par rapport à votre travail habituel ? Ont-elles quelque chose de spécifiquement original, ou alors, ne s’agit-il que d’œuvres exposées pour la première fois ?

Ce n’est pas moi qui ai trouvé ou choisi ce titre. C’est toujours l’Artothèque de Montpellier. Ce sont des œuvres qui ont été tirées à Nîmes ou Montpellier, je ne sais plus exactement, en tout cas dans la région, il y a quelques années, et que l’Artothèque a acheté. C’est une exposition entièrement organisée par l’Artothèque.

Vous avez été, comment dirai-je, « l’inventeur » d’une forme particulière qui est devenue ou qui a été longtemps votre signature, une forme particulière, que l’on a dit ressembler à un « osselet » ou à un « haricot ». Cette forme permettait de reconnaître votre travail. Cette forme représentait-elle quelque chose de particulier pour vous ?

Ce n’est pas une signature. C’est une forme quelconque, qui n’est jamais tout à fait la même d’ailleurs. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’une signature au sens propre, dans la mesure où elle varie tout le temps, déclinée sous différentes couleurs, directions, tailles... C’était juste une manière de travailler, un outil de travail. Il aurait pu s’agir tout aussi bien d’une forme complètement différente.

Quel est le regard rétrospectif que vous jetez sur votre parcours depuis Support/surfaces ?

En fait, je me rends compte d’une chose que plus on rétrécit les choses et plus on les ouvre ; plus on va au fond d’une impasse, plus on repousse le fond de l’impasse. Chaque fois on sait très bien ce que l’on ne veut pas faire, on se met devant un mur, et chaque fois le mur recule, et les possibilités progressent. L’impasse est le prétexte, ce qui vous donne l’impulsion. Puis à chaque fois on essaye d’aller plus loin, pour voir s’il y a d’autres solutions, d’autres situations, et on se rend compte que la vie au jour le jour nous offre chaque jour des solutions différentes.

Le thème de la tauromachie est central pour vous pour ne pas dire presque unique. Pourquoi cette importance, cette prégnance, de la tauromachie ?

La tauromachie est une grande partie de ma culture. J’ai une fascination pour le taureau qui est un animal, mythique pour moi ; un animal qui a une démesure. Dans la manière de le voir, de le fréquenter, chaque fois, on se trouve devant une bête qui a une force, une présence, une agressivité. La mise à mort, la corrida est faite en fonction de cette donnée : on sait que c’est l’animal ou le torero qui va finir, qui va mourir, la règle du jeu est nette dès le départ. Toute ma vie, j’ai été professeur de dessin et de peinture, et toute ma vie j’ai fréquenté les taureaux, je les avais dans la tête. La tauromachie appartient à ma vie privée, à ma culture personnelle. La peinture c’est autre chose. Je suis arrivé à un moment donné où on était au « dernier » tableau, la peinture semblait dans une impasse, sclérosée… la peinture était censée être finie… et je me suis posé la question : comment est ce qu’on peut refaire de la peinture à partir du moment où celle-ci est dite « finie », c’est-à- dire à partir d’une situation qui est bloquée, essayer de débloquer les choses et ouvrir des possibilités nouvelles.

Vous travaillez avec toutes sortes de choses. Dans votre atelier on trouve des objets hétéroclites, des cordes, des morceaux de bois, des bouts de ficelle, des morceaux de tissu de toutes sortes…

Oui, Je travaille sur différents supports, du bois, des cordes… des objets de récupération que j’assemble ou désassemble, noue ou dénoue, colorie ou pas.

Quels sont les peintres ou les artistes qui aujourd’hui vous touchent ou vous intéressent ?

Me touche absolument tous ceux qui font de la peinture. Si je vous donne des noms, les autres vont se sentir lésée (rires)…Soulages… !

D’autres exposition de vous sont elles prévues ?

Oui, une exposition en juin à la Fondation Venet - Bernard Venet - au Muy dans le Var. Ce sera une exposition un peu lourde avec de grandes pièces, des pièces qui ont déjà été exposées dans les années 80.  

Au Centre Culturel Bérenger de Frédol à Villeneuve-lès-Maguelone et organisée par L’Artothèque de Montpellier, on peut encore contempler - jusqu’au 12 avril - quelques œuvres plus ou moins anciennes de Viallat de « tauromachie flottante ».

F-Bacha, correspondant de Montpellier infos

Espace d’exposition du centre culturel Bérenger de Frédol 235 boulevard des Moures, 34750 Villeneuve-lès-Maguelone Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 18h.

Expo "Du bleu plein les yeux"

Une exposition d’œuvres d’artistes autistes pour annoncer la Journée mondiale de l'Autisme du 2 avril prochain.

C’est sur la thématique du "bleu" symbole de l’autisme que cette exposition présente sa première édition du 11 au 22 mars 2019 à l’Hôtel du Département à Montpellier. Le Département soutient cet évènement artistique "Tous pareils-tous différents" pour mieux faire connaître les talents et les créations d’artistes autistes.

Le vernissage de l’exposition qui s’est déroulé le 11 mars fut l’occasion pour Gabrielle Henry, vice-présidente  du Département déléguée à la solidarité handicap, de remettre la médaille du Département au jeune et brillant danseur Nathan Cohen (alias Nathan Waye), artiste atteint d’un handicap qui a été sélectionné pour la demi-finale de l’émission « La France a un incroyable talent ». 

artiste autiste.jpg

Avec l’association « Autisme autrement » le conseil départemental propose un soutien humain et matériel aux familles, pour faire avancer la cause des personnes en situation de handicap. 

L’exposition est ouverte au public à l’Hôtel du Département, de 9 h à 17 h 30 tous les jours sauf les samedis et dimanches.

Hôtel du Département - Salon d’honneur Jean Bène - 1977 Avenue des Moulins à Montpellier

La 2ème édition de Solid'Art en faveur des enfants

A Montpellier, une rencontre avec l'Art qui se veut solidaire : les dons que les acquéreurs feront lors de cette manifestation. Salle Pagézy les 22, 23 et 24 mars 2019 à Montpellier.

En mars 2019, pendant trois jours, retrouvez la seconde édition du Solid'Art, exposition-vente d'art contemporain au profit du Secours Populaire de l'Hérault qui regroupent 70 artistes avec de prestigieux parrains comme, Hervé Di Rosa, Jef Aérosol, Mist, Charlélie Couture, François Boisrond permettront au Secours populaire de l’Hérault de faire partir un maximum d'enfants en vacances cet été.

A l'occasion de cette exposition-vente solidaire d'art contemporain du Secours populaire français, les artistes solidaires exposeront et vendront leurs dernières créations, l'occasion de faire une bonne action.

 Toutes les disciplines sont représentées : peinture, sculpture, photo, gravure, art urbain, sérigraphie d’art, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

ADEC – Camille Adra – Shena Ajuelos – Anagraphis – Arkane Art – ASTO – Aude Brouiller – Aldo BIASCAMANO – Jean-Paul Bocaj – Gerard BRU – Cahuate Milk – Clara Castagné – Gisèle Cazilhac – CERCLE DES ARTS – Franck Célaire – Julia COLLARO – Christophe COSENTINO – Olivier Costa – Yann Dumoget – Marc DURAN – ENAER – Jean-Jacques FRANCOIS – FAUST – Art Fikas – FREAKS THE FAB – Marc Gaillet – Pierre Gimenez – Franck GUIHAL – Frédéric HOYER – HIEN – Philippe Jacq – JIHEM – KAYITI – Arnaud Labarge Sculpteur – Nathalie LE GALL – NOON – Bertrand LECOINTRE – Line Up Association – Philippe Loubat – Lucas MANCIONE – Monsieur BMX – Mat Momies – NAZU – Frédéric PERIMON – Laurent Peybernes – Jean Marie Picard – SALAMECH – Seb - Tieri Trademark – Van Binh – ZEKLO.

Salle Pagézy - ancienne mairie de Montpellier - place Francis Ponge - entrée libre.
Vernissage vendredi 22 mars à 18h.

Pour en savoir plus : 2ème édition de Solid'Art 

Au programme : 
Vendredi 22 mars : 16h-22h 
Samedi 23 mars : 10h-19h 
Dimanche 24 mars : 10h-19h - Visite du Maire de Montpellier à 10h.

Derniers jours de l'expo "Hommage à Serge Uberti"

Jusqu'au dimanche 31 mars 2019, la ville de Castelnau-le-lez et la Fondation du Pioch-Pelat rendent hommage au plasticien d'origine italienne à l'ARPAC, Association Régionale pour la Promotion de l’Art Contemporain.

Serge Uberti, artiste plasticien à l'ARPAC depuis 1986 et qui vivait à Rome depuis quelques années, nous a quittés au mois de mai dernier.

L'ARPAC  de Castelnau-le-Lez lui rend hommage dans une exposition qui lui est consacrée jusqu'au 31 mars de 15h à 19h (fermé le lundi). L’exposition qui présente près de quarante œuvres de l’artiste est ouverte aux jours et heures habituels.

ARPAC, allée Marie Banégas, 511 route de la Pompignane
04 67 79 41 11 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Expo "Improvisations" de Claude Paulet

Claude Paulet peint à l’huile et au couteau sur des toiles de grandes dimensions. « Improvisations » est le titre que l’artiste attribue à son travail, par analogie au jazz, qui régit la réalisation du tableau, jusqu’à sa touche finale.

Une invitation au voyage à découvrir à travers ses œuvres.

9 au 17 mars 2019- Espace Michèle Goalard - 11h / 19h -

Entrée libre - Capitainerie La grande Motte

Pierresvives : Voyage au cœur de la préhistoire

Il a vécu entre -350 000 et -35 000 ans, avant de disparaître mystérieusement. Et contrairement aux idées reçues, notre lointain cousin n'avait rien d'une brute sans cervelle. C'est ce que démontre “Néandertal l'Expo“, adaptée du Musée de l'Homme, à Paris, qui s'installe à pierresvives du 14 mars au 13 juillet.

Associant discours scientifique et muséographie ludique, cette exposition réunit objets, fossiles, moulages, tableaux, photos, films, jeux… Non sans mettre en valeur le patrimoine archéologique héraultais. Parmi les curiosités ? Des fouilles provenant de l'Hortus, un moulage de crâne néandertalien du Musée de préhistoire régionale de Saint-Pons-de-Thomières et le moulage original de “l’Homme primitif” de Paul Dardé prêté exceptionnellement par le Musée de Lodève, dont l’original se trouve au Musée national de Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac en Dordogne.

Découpé en trois parties - une journée, une vie, une espèce -, le parcours va plonger petits et grands dans le quotidien de Néandertal, les aider à décrypter sa morphologie, son langage, ses pratiques culturelles. Mais aussi leur expliquer comment il a rencontré Homo sapiens et pourquoi il a disparu. En marge de l'événement, de nombreuses activités sont prévues : ateliers, cinéma, conférences prestigieuses et autres surprises. Pour apprendre en s'amusant, nous interroger sur notre perception de la différence, et réhabiliter Néandertal, un être humain à part entière.

Néendertal

NÉANDERTAL | L’EXPO
Du 14 mars au 13 juillet
Entrée libre et gratuite
907, rue du Professeur Blayac à Pierresvives
Montpellier.

Le MIAM accueille des artistes du continent Africain

Pour la première fois, le MIAM accueille des artistes du continent Africain. 

Au Musée International des Arts Modestes, près de 70 créateurs, membres d’une génération nouvelle, dressent un portrait ultra-contemporain de Kinshasa (République Démocratique du Congo) telle qu’ils la vivent, la contestent ou l’espèrent.

Prolongation de l'expo jusqu'au 2 juin 2019 à Sète !

https://miam.org

L'expo collective Résilience jusqu'au 17 mars

Du 8 au 17 mars à l'Espace Saint-Ravy : une exposition complétée par des concerts, des ateliers,  des prises de paroles et des live painting gratuits et ouverts à tous.

A l’occasion des 40 ans du Centre Elisabeth Bouissonnade, la Ville et le CCAS de Montpellier s’associent à Art Station - Le Collectif  afin d’organiser une exposition qui sensibilise le public sur la lutte contre les violences conjugales dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes du 8 mars.

Vernissage le 7 mars 2019 à 18h30 à l'Espace Saint-Ravy à Montpellier

Une vente aux enchères sera organisée le 25 mai 2019 au Centre d'Expérimentations et d'Innovation Sociale (8 rue Jacques Draparnaud). Les fonds collectés seront reversés au Centre Elisabeth Bouissonnade afin de mettre en place des actions culturelles au sein du centre.

Une collaboration entre CCAS et Direction de la Culture pour mettre en lumière le travail du centre d’accueil Elisabeth Bouissonnade auprès des femmes victimes de ces violences et leurs enfants, mission sociale que le Centre, créé par la Ville et le CCAS de Montpellier, a été l'un des tout premiers à remplir en France. Le collectif propose de valoriser des talents féminins locaux qui brillent dans un domaine majoritairement masculin.

Une exposition collective de 8 artistes montpelliéraines, complétée par des ateliers, des concerts, des prises de paroles et des live painting réalisées par le collectif Karbone Co. et quatre couples d’artistes : SWEO 5.7crew & Nikita 5.7crew, Swed Oner & Madame, Sancko & Outofthe.black, Tank & Popek.

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie