Yez, les tracés métalliques

Exposition de Yannick Fernandez  "Les tracés métalliques", du 2 au 30 novembre

Yannick Fernandez -  Yez, son nom d’artiste - est né en 1970 à Montpellier. 

En 1992, il intègre les Cours Bessil à Montpellier où, durant trois ans, il apprend les bases du dessin, de la peinture, du graphisme et de la photographie. Il y obtient le diplôme supérieur d’artiste décorateur.

En 1996, Yez enseigne la photographie argentique dans cette école, avant de se lancer dans la conception et la réalisation de décors et fresques murales, au sein des associations Art Libre et Cyangraphic.

En 2006 et 2007, il retrouve le dessin pur, en réalisant les illustrations de trois ouvrages pour les éditions Pollagoras.

Il y a quatre ans, l’artiste se lance en autodidacte dans la sculpture et s’oriente d’emblée vers le travail du métal.

Aujourd'hui, Yez se sent prêt désormais à présenter son travail au public du Centre Culturel Bérenger de Frédol de Villeneuve-lès-Maguelone.

Vernissage, vendredi 2 novembre 2018 à 18h. 

25 artistes d’ArTeyran 2018

Le Salon d’Art Actuel ARTEYRAN fête sa cinquième édition. Il aura lieu les 16, 17 et 18 novembre 2018.

Depuis 2014, cette manifestation organisée par le Service Culturel de la ville a pour objectif de promouvoir et de partager les expressions contemporaines de la création. Vous êtes invités à découvrir les œuvres de nombreux artistes professionnels du territoire, de la région Occitanie et d’ailleurs. Ces créateurs se distinguent par la grande richesse de leurs travaux (peinture, sculpture, calligraphie, photographie). Ils sont sélectionnés avec soin par un comité de professionnels de l’art.

Au cours du Salon ArTeyran, deux ateliers de calligraphie, à destination des adultes seront proposés. Initiation à la calligraphie japonaise « Tracer avec tout son corps », animé par Akiko Murayama le samedi 17 novembre de 10h à 12h. Initiation à la calligraphie arabe animée par Majid Sagatni le dimanche 18 novembre de 10h à 12h. Tarif 5€, inscriptions 04 67 16 19 13 et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Des ateliers

Pour les enfants de 6 à 12 ans l'association Albaterra proposera un atelier d'initiation à l'encre de Chine avec Gao Shuang le samedi 17 novembre de 10h à 12h et une initiation à la peinture aquarelle le dimanche 18 novembre de 10h à 12h. Inscriptions 04 67 16 19 13 et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Un spectacle de danse « E_QUI ?_LIBRE » présenté par la Compagnie Murielle Bellin, sera donné le samedi 17 novembre à 20h30, salle des Fêtes. Tout public, entrée libre.
Une scène ouverte, « Inside Francesca Woodman », exposition Corps et Lumières, sera présentée par le groupe de danseurs de Marilyne Ferro, à la salle de danse de la MJC le dimanche 18 novembre à 11h. Gratuit, réservation au 06 62 74 08 76.
Pour davantage de précisions, consultez le blog arteyran.wordpress.com.

OLIVIER CHEVALIER

L'artiste peintre Olivier Chevalier sera l'invité d'honneur du Salon ArTeyran. Il sera accueilli plus largement, en avant-première du salon, au cours d'une Rencontre avec des personnes remarquables, le jeudi 15 novembre à 19h, salle de la Bergerie.

Avant le salon, quelques œuvres seront présentées par l'artiste<ui rendra compte de son chemin de création. Simplement, le rencontrer, mieux le connaître.
« J'aborde mon travail en essayant d'échapper constamment à la méthode, à la routine et en laissant les sentiments divers prendre le pas sur l'intellect... « c'est vous qui voyez ! » est ma façon de vous dire de ne pas hésiter à vous accaparer ce que vous voyez en laissant votre inconscient prendre la main, de voir ce qui surgit sans vous poser de questions... »
Réservation nécessaire au 04.67.16.19.13 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pendant le salon ArTeyran, il sera possible aux visiteurs qui le désireront de s'exprimer par l'écriture devant les œuvres de Olivier Chevalier. Les textes écrits pourront être partagés et lus à voix haute en fin de salon.

Montpellier : Parcours d'ateliers d'artistes

Photographie, peinture, sculpture ou encore dessin, calligraphie, Le Parcours d’Ateliers d’Artistes des Briscarts reprend ses quartiers du 9 au 11 novembre 2018. Au fil des éditions, cet évènement a su s’imposer auprès du public de Montpellier et de sa Métropole.

Samedi 10 et dimanche 11, les artistes ouvriront leurs ateliers au public dans les quartiers de Montpellier et de sa Métropole, de 11h à 19h. L’Espace Saint-Ravy dans l'Ecusson à Montpellier sera également ouvert tout le week-end aux mêmes horaires.

l'artiste Sophie Nuncie expose ses dryades dans son atelier au 87 Avenue de Maguelone à Lattes

Grâce à un plan séquencé par quartier et recensant tous les artistes participant au PAAM, les visiteurs pourront s’adonner à une véritable randonnée citadine artistique !
Les 52 artistes de ce 24e PAAM :

Aichelmann Christophe, Akdogan Carole, Auriol Pierre, Bandeira De Melo Corinne, Barondeau Nicole, Bassède Francine, Bassetto Francine, Berconsky Alejandro, Beucher Véronique, Bojidarka, Boubli Carole, Bouët François, Bru Gérard, Cajou Linette, Cazilhac Gisèle, Claudia G, Cougoule Christine, Débit de Beau, Degans Claire, Dupuy Delphine, Farabi Sadik, Fiorile, Galy Corinne, Girard Elisabeth, Haas Isabelle, Heins Rosario, Iordanoff Jérémie, Jean-Joseph Anne, Klod, Labarge, Lecarpentier Isabelle, Le Gall Nathalie, Les Adobes, Mahi, Mima, Nuncie Sophie, Ozzos, Plumelle Marie-Agnès, Patük, Pesez Florence, Rochette Caroline, Salhen, Seguin Chloé, Segura Raphaël, Seigneuret Sylvie, Shanshan, Stefani Erica, Talata Taos, Tisserant Richard, Toquebiol Jean-Claude, Valenzuela Muriel, Yuan Hong.

Le plan pour rencontrer les artistes dans leur atelier

Foire Méditerranéenne des Arts Contemporains

Une exposition de prestige du 8 au 11 novembre 2018 : une belle mise en lumière des arts contemporains en Méditerranée

traCapture

La première édition d’Art Montpellier a été une réussite : 8000 visiteurs, une mise en scène appréciée, une qualité des œuvres exposées ...Cette réussite appelait une installation durable de l’événement .

Ce sera chose faite, du 8 au 11 novembre 2018 à la Sud de France Arena. Collectionneurs et amateurs d’art pourront échanger, se rencontrer autour de leur passion commune, découvrir de nouveaux artistes, trouver conseil auprès des galeristes, se faire plaisir, s’offrir une œuvre d’art, ou encore apprécier les deux expositions de prestige qui seront proposées au public.

Cette année, le nouvel expressionnisme et l’art urbain seront mis à l’honneur :

Nouvel Expressionnisme par la Galerie Art Compulsion.  Difficile de définir ce courant, à la fois école et mouvement, à la fois récent et séculaire : de Vinci à Goya, d’Otto Dix à Bacon, de Rustin à certains artiste s d’aujourd’hui, le nouvel expressionnisme est foisonnant et inspirant pour tant d’artistes : formes déformées, étirées, simplifiées et figuration défigurée sont des constantes dans l’histoire de l’art au travers de toutes ses vanités ! C’est la résurgence de cette tendance à travers le monde que l’exposition souhaite mettre en avant.

Les artistes présentés, Vladimir Vélickovic, Jean - Louis Nehlich, Abraham Hadad, Hans Jorgensen et Jenola, synthétiseront les dernières décennies du mouvement. Contemporain Urbain par la Galerie Nicolas Xavier Des origines du graffiti à l’art contemporain urbain, la Galerie Nicolas Xavier réunit pour cette exposition huit prestigieux artistes français et internationaux.tra22Capture

Les œuvres des précurseurs Bando, Mode 2 et Boris Tellegen (Delta) seront exposées. Aux côtés de ces légendes vivantes, l’exposition accueillera également quatre des plus influents : les Français Bom .K, Pro176, Zest, ainsi que l’artiste allemande MadC .

Les œuvres de Nubian, étoile montante de la scène montpelliéraine, seront présentes : des compositions qui allient objets du quotidien et visons imaginaires du monde.

La Galerie Nicolas Xavier organise un événement exceptionnel au cœur de la foire : une mise en peinture en direct par l’artiste Mode 2, une occasion rare d’entrer dans le processus de création de cet artiste sollicité dans le monde entier. L’engouement des galeries et l’enthousiasme des organisateurs sont à l’œuvre pour proposer au pu blic un programme dense d’animations, de beaux partenariats et une mise en lumière de l’art contemporain méditerranéen.

2 sessions de visites guidées sont proposées gratuitement aux enfants à partir de 5 ans :

 samedi 10 et dimanche 11 novembre à 11h30 - durée : 45 min

Inscription auprès de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(sous réserve de disponibilités).

- Tramway : Ligne 3 : Direction « Pérols -Etang de l’or » Arrêt Parc Expo

- Accès en voiture : parking gratuit au parc des Expositions

www.art - Montpellier

Sarthou parmi nous.

A la galerie Dock Sud jusqu'au 3 décembre 2018
Maurice Elie Sarthou (1911-1999) « Plein Feu sur les couleurs du Sud »

 sart22323P1030873

 "Le port grec"

Ils sont nombreux ceux qui, à Paris, en France ou à l'étranger, peuvent ainsi parler. Et les Sétois à plus d'un titre. Maurice Elie Sarthou (1911-1999) repose au cimetière marin aux côtés de son épouse Dora et il connut très tôt Sète où il se fixera. Mais son rayonnement ne s'arrêtait pas à "l'Ile singulière", car les harmonies colorées de ses toiles parlent un langage universel.

 Après des expositions en 2008 et 2014, la galerie Dock Sud montre, jusqu'au 3 décembre, une brève rétrospective de celui qui traça son sillon sans souci des modes, des écoles, des systèmes. Il "s'est expliqué avec l'univers", s'est colleté avec le réel. Si tant est qu'une "œuvre d'art devrait toujours nous apprendre que nous n'avions pas vu ce que nous voyons", Sarthou a su transmuter les éléments de la nature en rêves aux attirantes clartés.

Tout n'était pas écrit d'avance, orphelin de père à 3 ans et dont les attaches familiales étaient en Cévennes comme l'évoquera pour nous la fille de l'artiste, Francine.  Elevé par sa mère et son grand-père, il les persuada (en 1927 après le lycée) de le laisser entrer aux Beaux-arts de Montpellier.

sart,hjP1040233 (2)

Francine Sarthou, fille de Maurice Elie Sarthou

Il devait faire architecture, abandonnée au bout d'un an. Pupille de la nation, boursier, en 1930 il entre aux Beaux-arts à Paris. Et comme il faut bien vivre, Sarthou devient professeur de dessin. A Bastia d'abord, puis à Bordeaux. Face à la palette de couleur du bassin d'Arcachon, ce fut le déclic, le magister devint peintre. Membre de la Société des Artistes indépendants bordelais en 1943, il est aussi de la sélection régionale du Prix de la Jeune peinture. 

C'est le moment de la relève de l'Ecole de Paris. Résolument non académiques, abstraits, non figuratifs ou tenants de la figuration allusive, arrivent Bazaine, de Staël, Mathieu et l'ami Villon qui sera de tous les vernissages. Appelé par G. Diehl au Salon de mai, il y rencontre Desnoyer et la galeriste G. Guiot chez qui il exposera régulièrement. Avec Desnoyer s'affirmera le pôle sétois. Sarthou sera des agapes des artistes "chez Attila et Germaine". Et peu à peu, il s'enracine à Sète, même s'il passe du temps à Paris. Succès aidant, il aura sa villa sur le mont Saint Clair. Il peindra la Pointe courte, le port et ses rochers noyés d'écume (hors expo) doivent beaucoup aux roches de la Corniche.

Mais il connut aussi la Provence, comme le montre la claire et structurée toile "Carrière en Provence", ou "La plage des Saintes Marie" aux belles couleurs chaudes. Des mises en place très maîtrisées qu'il a dû trouver quelque peu statiques. Lui qui croquait si bien les "biou" de Camargue devint un maître de la ligne et du mouvement comme en témoignent les pins torturés par le mistral ou les frondaisons que rougissent les feux d'un incendie. De la couleur avant toute chose ? Aux grandes œuvres magistrales, certains préfèrent des petits formats tels ceux montrant un "port grec" ou la rue d'une île de l'Egée ou encore un beau coucher de soleil rouge et or.

 Cela fait-il plus rêver ? Quoi qu'il en soit, Sarthou savait voir dans la nature ce qui ferait vibrer des harmoniques dans l'âme. "Impressions", disait Monet.

 Hervé Le Blanche

Rika Deryckere à la Maison de la Gravure

Rika Deryckere expose à la Maison de la Gravure Méditerranée du 5 octobre au 16 novembre 2018.

L'artiste flamande explore la représentation du corps humain dans des mouvements extrêmes comme par exemple les tentions d'un danseur en action.

Dans ses estampes, elle pousse sa curiosité jusqu'au support qu'elle utilise pour réaliser ses impressions.

Maison de la gravure Méditerranée

105, Chemin des Mendrous - 34170 Castelnau-le-Lez
Tél.: 09 80 96 05 51 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ouvert les lundis de 18h à 21h ; les mardis et les mercredis toute la journée jusqu'à 19h ; les jeudis de 14h à 21h ; enfin les vendredis matin jusqu'à midi.

Sarthou exposé à Sète dès le 27 octobre 2018

Les toiles de Maurice-Elie Sarthou aux cimaises de la galerie Dock Sud jusqu'au 3 décembre 2018.

 

 

Maurice Elie Sarthou (1911-1999) « Plein Feu sur les couleurs du Sud »

De vraies merveilles d’étangs, plages, incendies, carrières habillées des couleurs et lumières uniques de Sarthou, élève aux beaux-arts de Montpellier en 1928, figure de la Nouvelle école de Paris, et dont les œuvres ont été exposées au centre Georges Pompidou, les Musées de Genève, de Cincinnati,  Paul Valéry  à Sète, Toulouse-Lautrec  à Albi en 2013, Fabre de Montpellier en 2014.

Vernissage vendredi 26 octobre à partir de 18h


Galerie Dock Sud - 2, quai Aspirant Herber à Sète

Thomas Verny, maître des lumières.

Sète fait le bonheur des artistes. La "ville-port" ne cesse d'inspirer Thomas Verny qui expose pour la deuxième fois à la galerie Dock Sud, 1 quai aspirant Herber.

microP1030271 (2)

Jusqu'au 22 octobre, les amateurs d'art pourront voir de nouveaux et nombreux petits formats, mais aussi des toiles plus grandes, jusqu'à de grands formats. Toutes, œuvres nouvelles, à l'inspiration renouvelée, hommage à la lumière de Sète.

microP1030266

Ce qui ne signifie pas que l'artiste soit indifférent aux formes, aux volumes, ni aux problèmes du traitement de la perspective. Problèmes d'autant plus délicats que T. Verny a brossé de nombreuses œuvres, avec vue en surplomb, "en plongée" comme l'indique le titre de l'exposition. C'est un défi que le peintre a su relever avec brio. Ces vues des toits de quartiers anciens de la ville témoignent d'une vision épurée, d'une façon rigoureuse.

Bien sûr, les ocres et les bruns des tuiles romaines, nuancés par la lumière, participent du spectacle. Ils contribuent à célébrer les toits de Sète, comme d'autres ont célébré les toits de Paris.

Et, en formats moyens, les vues du port à hauteur d'étage n'évacuent pas, dans leur simplicité géométrique, la lumière des façades ni la couleur des canaux et de la mer.

Il est un grand format qui devrait réjouir spectateurs et collectionneurs : se découpent sur le ciel des étages de maisons anciennes, éclairés d'une lumière transparente qui tranche sur le reste des façades plus obscur. Se lit alors sur la toile l'étrange présence des bâtiments dressés, chapeautés de carmin passé. Et la poésie singulière des constructions sétoises interpelle le visiteur.

microP1030268

En petit ou en grand format, nombre d'œuvres sont vues à hauteur d'homme. Couleur et lumière attirent à propos de sujets simples comme les nuances des nuages au-dessus de "la montagne", dominant le quartier du Château Vert ; le blanc cru de la coque d'un ferry ; l'harmonie géométrique que crée l'animation du port.

Et puis, l'artiste nous montre comment couleurs et lumières hantent le spectateur de "l'Ile singulière".

Ici, le jaune des flotteurs de liège des filets dépassant d'une bâche brune, poudroie. Là, vibrent les ocres des falaises autour de la plage de l'Anau.

Certains tableaux peuvent être jugés plus convenus, mais les nuances du filet de mer et de la plage au-delà des ganivelles noires sont peu banales.

Comme les nuages au-dessus du passage vers la plage, en plein ciel.  Et le sens de la lumière du peintre nous montre un sujet connu sous un jour autre : au cimetière marin, la luminosité crue baigne les marches des tombeaux, se reflète en gris clair sur les murs des chapelles, sculpte de géométriques ombres noires. Sans plus rien de funéraire, toute une vue étrange s'offre au visiteur.

Comme avec Chirico, on est au-delà du réel. Ces clartés qui exaltent les teintes,

Phototropia jusqu'au 27 octobre à Montpellier

Montpellier : Exposition du 16 au 27 octobre 2018 à la Maison des relations internationales Nelson Mandela.

Conférence Phototropia : art, médecine et plantes

L'exposition présente des planches botaniques et des livres anciens issus des collections de l’Université, en regard avec les œuvres de neuf artistes contemporains allemands et autrichiens qui questionnent le rapport entre la nature, la culture et le pouvoir de changement au travers des végétaux.

Prochaine conférence à l’occasion de l’exposition : Jeudi 25 octobre 2018 à 14h30.

« Effet des plantes sur la santé, quelles sont les connaissances actuelles ? » par Florence Cousson-Gélie, directrice scientifique d’Epidaure, département prévention de l’Institut du Cancer de Montpellier.

Phototropia s’intéresse au potentiel de croissance, de résilience, à la mémoire des plantes. L’exposition se déroule en deux parties. La première partie a lieu à la Maison des Relations Internationales Nelson Mandela. Les artistes questionnent le rapport entre la nature, la culture et le pouvoir de changement au travers des végétaux. Les œuvres sont proposées ici sous leurs formes pliées, empilées dans deux vitrines. 

A la Maison Heidelberg

Pour la seconde partie de « Phototropia », les œuvres se déploieront dans les espaces d’exposition de la Maison de Heidelberg dans l'Ecusson de Montpellier, 4 rue des Trésoriers de la Bourse, du 9 novembre au 1er février 2019. Vernissage jeudi 8 novembre 2018 à 18H30- Du  lundi au vendredi de 14h à 17h.

Artistes et objets présentés : Antje Engelmann, Anke Lohrer, Emmanuelle Castellan, Giovanna Sarti, Hanako Geierhos, Joseph Beuys, Karin Pliem, Lars Breuer, Nadia Lichtig et des objets de la collection du Droguier de la Faculté de Pharmacie de Montpellier et des collections patrimoniales de la bibliothèque universitaire de Montpellier.


Maison des relations internationales Nelson Mandela
Esplanade Charles-de-Gaulle - 14, Descente en Barrat à Montpellier.

Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. 

Montpellier : Semaine de la peinture européenne en octobre 2018

Evènement culturel annuel : la 14e Édition de la Semaine de la Peinture Européenne en Occitanie !

Du lundi 8 au vendredi 12 octobre 2018, la Maison de l'Europe de Montpellier en partenariat avec la ville de Montpellier organise pour la 14e année consécutive  la Semaine de la Peinture Européenne en Occitanie dans la salle de réception de la Maison des Relations Internationales de Montpellier.

La spécificité de ces artistes réside dans le fait qu'ils habitent tous en région Occitanie et pratiquent leur art, tout en étant inspirés par leurs racines européennes et leur vie quotidienne dans notre région. Le Sétois Jean-Jacques François représentera la France.

L’exposition nous offre la possibilité de saisir les différentes approches du monde et les sensibilités culturelles venant de tous les points cardinaux en y ajoutant l’influence de la région, car tous les artistes vivent, travaillent et s’inspirent également en Occitanie. 
Le vernissage a lieu le mardi 9 octobre à 18h45 en présence des artistes peintres.

Cette Semaine de la peinture européenne en Occitanie est ouverte au grand public et gratuit, n'hésitez pas à inviter tous vos amis et à partager l'événement qui se produira la quinzaine suivante à Sète !

Hôtel de Sully - Esplanade Charles de Gaulle, 14 Descente en Barrat, face au Corum -  du lundi au vendredi 9h-12h et 14h-17h. Entrée libre.