ESMA Aviation Academy

L’ESMA Aviation Academy est l’un des fleurons des écoles Montpelliéraines. Elle est la seule école aéronautique multidisciplinaire en Europe depuis 1988. 

Son but est de préparer les étudiants qui souhaitent faire carrière au sein des différents métiers de l’air.

Aujourd’hui, nous rencontrons Mr Sébastien CAZI, manager MTO, qui va nous en dire un peu plus concernant cette école.

Notre journaliste : Quels sont les métiers que vous préparez dans cette école ?

Sebastien CAZI : L’ESMA est une école pluridisciplinaire qui forme a l’ensemble des métiers de l’aéronautique. Il y a 4 secteurs d’activité :  CCTO (hôtesses et stewards), GTO (Métiers de l’aéroport), ATO (Pilotes) et MTO (Techniciens Maintenance).

 En ce qui concerne le MTO nous formons au BAC PRO ; BTS ; Mention complémentaire et licence PART 66 (B1.1 et B2)

 Notre journaliste : Quelle est la Définition de MTO, la section que vous managez ?

Sebastien CAZI : MTO (Maintenance Training Operation

 Notre journaliste : Quel est votre poste et depuis combien de temps travaillez vous à l’ESMA ?

Sebastien CAZI : Responsable des formations maintenance et j’y travaille depuis 4 ans. 

Notre journaliste : Quelles sont les qualités et les diplômes nécessaires pour assurer votre fonction ? 

Sebastien CAZI : Pour exercer ce métier, il faut de la rigueur, de la discipline, de la pédagogie, aimer le travail en équipe, prendre les bonnes décisions. Les diplômes nécessaires sont avant tout d’avoir de l’expérience significative dans le domaine de la maintenance aéronautique, et de l’expérience pédagogique (enseignement). Avoir à minima un Bac +2, parler anglais. 

Notre journaliste : Quel chemin avez vous suivi pour arriver à cette fonction ? 

Sebastien CAZI : J’ai tout d’abord étais militaire (Aéronaval) en tant que technicien Électro-mécanicien pendant 10 ans, puis j’ai intégré l’ESMA en tant qu’instructeur avionique.

Deux années plus tard, j’obtenais le poste de responsable pédagogique adjoint. Depuis, j’exerce en tant que responsable des formations maintenance Aéronautique. 

Notre journaliste : Combien d’étudiants se trouvent à l’Esma Toutes sections confondues ? En MTO ?

Sebastien CAZI : Le chiffre exact du nombre d’élèves, étudiants, apprentis, stagiaire se trouvant à l’ESMA est difficilement chiffrable car les formations n’ont pas les mêmes durées en fonction des secteurs. Actuellement nous avons, au MTO, 104 étudiants dont 38 apprentis. 

Notre journaliste : Vous avez certainement donné des cours dans d’autres établissements, citez en quelques uns …

Sebastien CAZI : En effet, j’ai commencé l’instruction comme militaire, je formé les nouvelles recrues sur la sécurité des vols et enseigné ma spécialité d’électricien avion à tous les militaires de mon service. 

Notre journaliste : Que pensez vous de la région dans laquelle est implantée l’ESMA ?

Sebastien CAZI : La région est superbe, ensoleillée presque toute l’année. Le secteur d’activité aéronautique est croissant dans son développement. 

Notre journaliste : Quelles sont les nouveautés cette année et quel avenir pour la section MTO ? Nouvelles classes etc ?

Sebastien CAZI : Cette année, la nouveauté a été de permettre aux BTS ESMA sortants, de leur faire passer la licence PART 66 dans notre établissement.

Autre nouveauté, le passage du Brevet d’Initiation à l’Aéronautique (BIA) en partenariat avec l’éducation nationale.

L’avenir pour le MTO est très fleurissant, car nous allons tout d’abord, continuer sur nos formations existantes, puis créer de nouvelles perspectives de carrière à nos jeunes élèves/étudiants, avec des accès privilégiés dans les entreprises (VALLAIR, SABENA TECHNICS, les Ateliers Industriels des Armées (AIA), la Direction Générale de l’Armement (DGA),….) soit pour un poste d’apprenti, soit pour une embauche directe après les études.

Nous allons créer, pour la rentrée 2018, une licence Professionnelle Avionique (BAC +3) avec le partenariat de l’IUT de Montpellier, qui se fera uniquement par la voie de l’apprentissage.

Nous devrions aussi, voir fleurir, un partenariat avec l’Institut BELLEVUE à Alès, afin de mettre en place une seconde générale option Aéronautique qui donnera accès aux élèves passionnés et motivés par l’aviation et qui souhaiterons intégrer l’ESMA pour la suite de leurs études. 

Notre journaliste : Qu’avez vous à dire aux étudiants qui voudraient se tourner vers l’Aéro ? 

Sebastien CAZI : Pour tous les passionnés d’aéronautique, j’aimerais, tout d’abord, leur dire que le monde aéronautique est quelque chose de passionnant et enrichissant dans toute sa carrière.

Si l’on veut intégrer l’aviation dans la maintenance ou pour une autre spécialité, il vous faudra, de la curiosité, de la disponibilité et une envie de faire de son rêve « un métier » avec beaucoup de responsabilité dès le début de son apprentissage. 

L’aéronautique est un domaine dans lequel, les technologies évoluent à très grande vitesse, c’est pour cela que je dirais que l’on doit s’adapter à toutes les nouveautés industrielles et électroniques embarquées. 

Notre journaliste : Que conseilleriez vous aux jeunes de façon à ce qu’ils puissent aborder ces métiers dans les meilleures conditions ?

Sebastien CAZI : Le conseil que je peux donner est qu’il faut de la persévérance et avoir le sens du travail en équipe.

Les futurs techniciens en aéronautique doivent savoir que durant toute leur carrière, ils devront alliés « le cerveau» et « les mains » car ils seront toujours en quête d’apprentissage par les manuels et autres formations, ainsi que la technicité manuelle pour effectuer certaines opérations délicates.

L’assiduité et la discipline vont de pairs pour nos métiers. 

Notre journaliste : Pour quelles raisons a - t - on mis en place les baptêmes de promotion, d’où est venue cette idée, et quel en est l’intérêt ?

Sebastien CAZI : Les baptêmes de promotion ont été mis en place depuis 2015 pour faire ressentir aux élèves MTO de l’ESMA l’importance d’appartenir au domaine aéronautique ayant une histoire fabuleuse (de la naissance de l’aviation à nos jours). Cette idée est l’œuvre de M. BRAVO, Vice président à ce jour qui souhaitait voir les jeunes techniciens fraichement diplômés recevoir un nom de baptême propre à un célèbre personnage dévoué à l’aéronautique. 

L’intérêt pour les élèves est qu’il puisse mesurer l’importance d’appartenir à une famille aéronautique. 

Notre journaliste : Pour enseigner aux Bac et BTS il faut disposer du même diplôme . Quel est le votre ?

Sebastien CAZI : Pour enseigner il faut avoir le diplôme correspond à l’enseignement.

J’ai commencé mon école d’ingénieur en Opto-électronique que je n’ai malheureusement pas pu finir car j’ai intégré mes classes militaires l’année de mon diplôme.

J’ai beaucoup voyagé et apprécié tous les pays que j’ai pu découvrir (Sénégal, Tchad, Côte d’Ivoire, Chypre, Mexique, Maroc, Italie, …). 

Notre journaliste : Vous avez voyagé très certainement autours de la terre , quel est le pays qui vous a le plus plu et pourquoi ?

Sebastien CAZI : J’ai beaucoup voyagé et apprécié tous les pays que j’ai pu découvrir (Sénégal, Tchad, Côte d’Ivoire, Chypre, Mexique, Maroc, Italie, …). 

Notre journaliste : Un petit mot pour la fin pour nos lecteurs ?

Sebastien CAZI : Pour finir, je dirai à tous de ne pas se décourager et qu’il faut aller au bout de ses projets. L’aviation est un métier de passion, fait de nombreux voyages.

La maintenance est en plein essor et recherche des futurs jeunes techniciens pour acquérir des responsabilités et évoluer au sein de celle-ci.

L'orchestre Démos pendant trois ans

Ils sont âgés de 7 à 12 ans et ont trois ans pour apprendre à jouer ensemble dans l'orchestre Dispositif d'Education Musicale et Orchestrale à vocation Social. 105 enfants habitants dans la métropole de Montpellier et issus de quartiers populaires, de Castries à Cournonterral, ont reçu leur instrument de musique pour constituer un orchestre symphonique, au Corum de Montpellier le 10 juin 2017. Au programme, quatre heures de cours par smaine et des répétitions générales touters les six semaines. 

Ce projet à dimension nationale, initié en 2010 et coordonné par la Cité de la musique - Philharmonie de Paris, est destiné à des enfants habitant des quartiers relevant de la Politique de la Ville ainsi que des zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles.  Il agit là où l'accès à l'éducation artistique et culturelle est rendu difficile en raison de facteurs économiques et sociaux, ou de l'éloignement géographique des structures d'enseignement.

Démos défend ainsi l’idée que la musique doit jouer un rôle essentiel dans la vie sociale. Dynamique territoriale, intégration sociale, éducation artistique, accès à la culture, pédagogie de l’enseignement musical, action citoyenne, les enjeux de ce dispositif sont multiples.

« Grâce au projet Démos, de nombreux enfants issus des quartiers populaires partout en France se familiarisent avec la musique classique et la pratique d’un instrument en orchestre. Aujourd’hui, ce sont de jeunes habitants de Montpellier Méditerranée Métropole qui vont bénéficier de cet ambitieux dispositif. La métropole de Montpellier, destination culture et terre de diversité, se félicite de l’arrivée de ce programme qui fait se rencontrer et travailler ensemble enfants, intervenants artistiques, chefs d’orchestre mais aussi  professionnels du champ social à travers le CCAS de Montpellier. Que chacun s’épanouisse à travers cet apprentissage musical de qualité. » Philippe SAUREL, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Maire de la Ville de Montpellier.

L'écolothèque au plus près des enfants

Installée sur la commune de Saint-Jean-de-Védas, au sud de Montpellier, l'écolothèque et son centre de loisirs met  à la disposition des enfants de 4 à 12 ans de la Métropole de Montpellier, un domaine agricole à vocation pédagogique de 4 ha - partagé entre le verger, les serres, les jardins et les animaux de la ferme - une médiathèque, des salles équipées d'un matériel pédagogique scientifique (astronomie, géologie, météorologie, biologie...) toute l'année.

L'équipe d'encadrement est constituée de 17 animateurs diplômés d'Etat. Parents, prévoir de constituer un dossier auprès du service de territorialité de la métropole pour inscrire votre enfant dès le début de chaque année civile. 

Inscriptions et réservations : Ecolothèque
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.