La société Vaonis primée à Las Végas

Zoom sur Vaonis, pépite régionale récompensée par un CES Innovation Award :

Basée à Clapiers dans l'Hérault, l'entreprise Vaonis a reçu un prestigieux CES Innovation Award pour son télescope nouvelle génération. Léger, facile à transporter et doté d'une application mobile, l'instrument, qui peut être contrôlé à distance par un smartphone ou une tablette, permet de photographier l'espace, et de recevoir directement les clichés sur appareil mobile. Avant même sa commercialisation en avril 2018, le télescope innovant baptisé « Stellina » a déjà enregistré des dizaines de pré-ventes à des particuliers.

« Pour nous, c'est un énorme signal. Grâce à ce prix, on a eu de nombreux contacts et déjà des opportunités pour vendre notre produit, que ce soit à des distributeurs, à des musées... », commente Cyril Dupuy, fondateur de la société Vaonis.

Le télescope Stellina a reçu la récompense Innovation CES 2018 dans la catégorie  Imagerie numérique. Annoncé lors du CES Unveiled Paris devant un parterre d’entrepreneurs, journalistes et influenceurs tech, ce prix récompense les meilleures innovations technologiques de l’année.

Une innovaton primée aux Awards du  CES de Las Végas - Consumer Electronics Show -  le plus grand salon international de produits électroniques grand public qui s'est tenu du 9 au 12 janvier 2018 au sein de l’Eureka Park.

Avant même sa commercialisation en avril 2018, le télescope innovant baptisé « Stellina » a déjà enregistré des dizaines de pré-ventes à des particuliers. Award en poche, le CES de Las Vegas sera sans doute pour l’entreprise une rampe de lancement vers d’autres marchés, français et internationaux.

Société Vaonis

Prêt à taux zéro : quoi de neuf en 2018 ?

Vous projetez d'acheter un logement ? Vous connaissez peut-être déjà le prêt à taux zéro (PTZ) mais connaissez-vous les conditions à remplir pour en bénéficier en 2018 ? Réponses avec Service-public.fr.

Le PTZ est un prêt aidé permettant d'acheter un logement dès lors que vous n'avez pas été propriétaire de votre résidence principale au cours des deux dernières années. Cet achat peut concerner tout aussi bien une acquisition dans le neuf ou dans l'ancien (avec travaux).

La fiche de Service-public.fr sur le prêt à taux zéro (PTZ) revient sur :

  • les conditions à remplir pour en bénéficier (notamment les conditions de ressources, le nombre de personnes devant occuper le logement, la commune de votre futur logement) ;
  • le type d'achat immobilier concerné (neuf ou ancien, le logement étant destiné à devenir la résidence principale) ;
  • les montants (montant maximum de l'opération immobilière et montant maximum du PTZ, établis en fonction du nombre de personnes devant occuper le logement et de la commune où se situe votre futur logement) ;
  • la durée de remboursement (qui dépend de vos revenus, de la composition du foyer et de la zone géographique où se situe le logement que vous voulez acheter) ;
  • les établissements de crédit proposant le PTZ (qui doivent avoir passé une convention avec l'État).

Pour en savoir plus

Le Préfet de l'Hérault visite l'entreprise ITK

Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault a visité le 9 janvier 2018, l’entreprise montpelliéraine ITK.

Le Préfet de l'Hérault visite l'entreprise ITK

Spécialisée dans le développement d’outils innovants d’aide à la décision pour l’agriculture dans les secteurs de la production végétale et de l’élevage, la start-up ITK a pour mission d’accompagner et de conseiller les agriculteurs dans cette transition vers l’agro-écologie. Trois principales solutions innovantes ont été présentées au préfet concernant la viticulture, les grandes cultures et l’élevage.

Spécialisé dans les outils d’aide à la décision pour l’agriculture, le savoir-faire unique d’ITK correspond à un besoin fort du secteur agricole pour des outils de plus en plus pointus. ITK basée à Clapiers, près de Montpellier, est ainsi sollicitée par des entreprises leaders du monde agricole en Europe mais également aux USA, pour le développement d’outils experts avec un carnet de commandes s’étalant sur plusieurs années.

«ITK  joue un rôle majeur, car elle répond très précisément au besoin du secteur agricole pour une production plus qualitative et plus propre ; notre besoin en compétences pointues est très fort et prouve notre capacité à valoriser la recherche française ».

Le fonctionnement de l’impôt de solidarité sur la fortune

Jusqu’à fin 2017, l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) concerne les patrimoines nets taxables supérieurs à 1,3 million d'euros. Pour 2018, le projet de loi de finances prévoit une suppression de l’ISF et la création de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Explications sur le fonctionnement de l’ISF et sur les changements attendus en 2018, sous réserve de publication des textes législatifs.

NOUVELLES MESURES ANNONCÉES POUR 2018 SUR : HTTPS://WWW.ECONOMIE.GOUV.FR/PARTICULIERS/

Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit la suppression de l’ISF dès 2018, et son remplacement par un impôt sur la fortune immobilière (IFI), assis sur la valeur du patrimoine immobilier et excluant le patrimoine financier. L’IFI reposera sur le même seuil d’assujettissement (1,3 million d’euros) que l’ISF, le même barème, et les mêmes règles (par exemple, l’abattement de 30 % sur la résidence principale). La réduction d’impôt en faveur des dons aux organismes d’intérêt général sera transposée dans l’IFI.

Ces mesures, détaillées dans le projet de loi de finances pour 2018, sont actuellement en discussion et ne sont pas en vigueur.

Télécharger le dossier de presse sur le projet de loi de finances pour 2018 [PDF – 5,32 Mo]

Lancement du fonds Occitanie-Transmission

 

Le réseau Initiative

Trois grands axes d’intervention :

  • Le prêt d’honneur à 0% et sans garanties personnelles, qui permet le renforcement des fonds propres des futurs entrepreneurs pour faciliter l’accès à un financement bancaire.
  • Une expertise financière du projet : Construire ensemble un plan de financement réaliste et ambitieux en adéquation avec les besoins du projet au démarrage, en évaluant les risques, et identifiant les aides complémentaires potentiellement mobilisables .
  • L’accompagnement des nouveaux entrepreneurs par des pairs, marraines et parrains issus du monde de l’entreprise. Associations loi de 1901, les réseaux régionaux fédèrent des acteurs publics (collectivités locales en tête) et privés (entreprises et banques), des représentants des assemblées consulaires et des réseaux d'experts. Ils s'appuient sur des équipes permanentes et sur des bénévoles qui apportent à la fois leurs compétences et leur engagement.
   

Soutenu par la Région Occitanie, la Caisse des Dépôts et le Crédit Mutuel, le réseau Initiative Occitanie vient de lancer le fonds Occitanie – Transmission, fonds régional de prêts d’honneur destiné à faciliter les reprises d’entreprises à potentiel.

Premier réseau associatif de financement des créateurs, repreneurs, et développeurs d’entreprises, le réseau Initiative Occitanie qui regroupe 21 plateformes en région, initie ainsi sa première mesure depuis la fusion en 2016 des réseaux Initiative Midi-Pyrénées et Initiative Languedoc Roussillon à l’occasion de la réforme territoriale.
L’expérimentation d’un fonds dédié à la reprise d’entreprises ayant été testé avec succès pendant 5 ans par Initiative Languedoc Roussillon, il a été décidé d’étendre le dispositif à la nouvelle grande région et de le faire monter en puissance.

Ensemble pour faciliter la transmission d’entreprises

C’est à l’Hôtel de Région de Toulouse en présence de Madame Nadia Pellefigue pour la Région, Mme David pour la CDC, Mr Bontoux pour le Crédit Mutuel, Mr Worms, Mr Morange et Mr Rouch pour le réseau Initiative, que le fonds Occitanie-Transmission a été officiellement lancé ce 28 novembre. Ce fonds régional de prêts d’honneur a pour vocation de renforcer les fonds propres des repreneurs, facilitant ainsi la transmission d'entreprises "clés" génératrices de richesse, emploi et activité sur l'ensemble de la région Occitanie.

Le Réseau Initiative Occitanie en quelques chiffres clés (2016) :

  • 21 plateformes couvrant 100 % du territoire
  • 57 salariés permanents,1206 bénévoles
  • 1 226 projets financés (dont 35% correspondant à des reprises d’entreprises)
  • Près de 13 millions d’euros de montant de prêts d’honneur
  • 3 561 emplois créés ou sauvegardés

Coopération du Grand Pic Saint-Loup et de la métropole de Montpellier

Ce jeudi 14 décembre 2017, Philippe Saurel, maire de  Montpellier, président de la métropole et Alain Barbe, président de la communauté des Communes du Grand Pic Saint-Loup ont signé un contrat partenarial historique. Ce premier contrat de coopération répond aux défis économiques, sociaux et environnementaux que soulève la grande aire urbaine métropolitaine montpelliéraine et permet de développer une véritable coopération en terme d’aménagement du nord du territoire.

« Dans la lignée du projet de territoire innovant « Montpellier Territoires, une Métropole productive » ce partenariat avec le Pic Saint-Loup réaffirme notre complémentarité interterritoriale en apportant des bénéfices concrets aux habitants des villes et des villages, bien au-delà de nos frontières administratives. L’économie, le tourisme, la viticulture, les circuits-courts, la culture, le sport, la gestion du cycle de l’eau et des transports sont les domaines clés de cette coopération, porteuse d’avenir pour nos deux territoires », estime Philippe Saurel.

Parmi les projets : celui d'une piste cyclable réalisée par le CD34 entre Saint-Gély-du-Fesc et Montpellier, via la RD986, nécessitant cette collaboration afin d'assurer sa continuité jusqu’au pôle d’échanges d’Occitanie, l' étude des besoins en matière d’eau brute sur leurs territoires, le renforcement de l’économie agricole rurale locale, le développement des circuits courts sous le label "BoCal, du bon et du local", la préservation du foncier agricole, le soutien de l'activité viticole  avec la présence des vignerons du Pic Saint Loup à la "Fête des vignes"...

« Le Pic Saint-Loup partage de nombreux enjeux avec la Métropole de Montpellier : maîtrise de la ressource en eau, gestion des déplacements domiciles-travail, œnotourisme, activités de pleine nature... Les partenariats sont des outils essentiels pour prospérer dans la complémentarité, valoriser et protéger la qualité de vie au sein de nos collectivités.», soutient Alain Barbe.

Les CCI d’Occitanie soutiennent la réalisation des LGV régionales

Les CCI d’Occitanie votent une motion de soutien en faveur de la réalisation des LGV d’Occitanie
Face à la récente mise en cause par l’Etat de la réalisation des projets LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan, les élus des CCI d’Occitanie soutiennent sans réserve la démarche régionale pour la défense de ces équipements ferroviaires structurants. Une motion de soutien a été votée le 23 novembre dernier au cours de l’Assemblée Générale de la CCI d’Occitanie.
Ces nouvelles lignes à grande vitesse s’avèrent indispensables au développement économique et territorial de la région,

  • pour faciliter l’implantation, le développement et la croissance des entreprises, en équipant les territoires des moyens de transport modernes et adaptés.  pour soutenir la compétitivité de nos territoires à l’échelle européenne - pour renforcer l’activité économique régionale et la croissance
  • pour répondre à l’exceptionnelle croissance démographique de l’Occitanie Pyrénées-Méditerranée, région la plus attractive de France, accueillant plus de 52000 habitants supplémentaires chaque année. - pour connecter les métropoles régionales de Toulouse et Montpellier, et ainsi consolider les coopérations opérationnelles et les dynamiques territoriales nécessaires à la construction de l’avenir régional
  • pour respecter l’équité territoriale, la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée restant la dernière grande région tenue à l’écart des aménagements LGV alors que la croissance économique s’y avère la plus forte du territoire national. Les CCI d’Occitanie réaffirment la nécessité des investissements ferroviaires intra-régionaux pour contribuer au désenclavement de l’ensemble du territoire régional.

« L’Occitanie a la première balance commerciale des régions françaises, la deuxième croissance en termes de PIB, la deuxième croissance démographique… Nous sommes, en termes de dynamisme et de performance, un TGV (Territoire à Grande Vitesse) ! Aujourd’hui, l’annonce faite sur la suspension de ce projet revient à nous dire que sur les 66 millions d’habitants que compte notre pays, seuls les 6 millions d’Occitans seront à plus de 4 heures de train de Paris. Ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de l’égalité des chances pour les territoires et c’est la raison pour laquelle nous encourageons tous les habitants d’Occitanie à se rassembler le 29 novembre prochain à Perpignan pour une nouvelle journée de mobilisation.» - Alain Di Crescenzo, Président de la CCI Occitanie Pyrénées-Méditerranée.

La Nuit des Territoires : la transition numérique

Découvrez comment les entreprises et les collectivités s’approprient les nouveaux usages numériques et intègrent ces technologies sur les territoires de l’Hérault et de l’Occitanie.

E-SignLes enjeux de l’e-tourisme, l’e-commerce et l’e-santé... sont abordés avec les témoignages de chefs d’entreprise et de collectivités qui misent sur cette transition numérique.


Quelles infrastructures sont nécessaires pour optimiser les usages numériques dans les entreprises et les collectivités ? Haut débit, très haut débit ou simplement l'accès à internet et au réseau mobile ? Quelles sont les opportunités du numérique pour les territoires ruraux ?

Le tourisme, la santé, le commerce ... des secteurs clés sur notre territoire dont le numérique est aujourd'hui totalement intégré dans leur développement.
La CCI Hérault organise la 4éme Nuit des Territoires en partenariat avec le Conseil départemental de l’Hérault, l'Agglomération Béziers Méditerranée et l'Agglomération Hérault Méditerranée

La Nuit des Territoires 2017

Mardi 05 décembre 2017 de 18h00 à 20h00 - Moulin des Evêques, avenue du 8 Mai 1945, 34300 Agde 
La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire.  Cliquez ici pour vous inscrire !

LA FRENCH TECH MONTPELLIER FÊTAIT SES TROIS ANS !!!

Mardi 7 Novembre, dans une ambiance électrique au sein du très bel hôtel Frech Tech Montpellier, élus locaux, chefs d’entreprises du numérique et montpelliérains curieux ou tout simplement intéressés, étaient, dans la joie et la bonne humeur, invités pour célébrer les trois  ans de la FRENCH TECH MONTPELLIER.

French Tech Montpellier,
la croissance attitude
livre blanc distribué aux participants

 

Dès 18 heures, une table ronde étaient proposée  avec les trois Starts Up lauréates du pass French Tech (Qualtera - Richard Mousties, Médincell - Christophe Douat, Isotropix - Sam Assadian). En quelques mots ces jeunes entrepreneurs ont su expliquer ce que tout créateur de "jeune pousse" souhaite : être soutenu, compris et aidé financièrement.
Karim Messeghem (responsable de l’équipe MRM-Entrepreneuriat, dirigeant de LabEx Entreprendre, formateur, accompagnateur dans le management de Start Up. ), Philippe Herbert (cofondateur du Pass French Tech au niveau national), et Chantal Marion (vice - présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, Déléguée au développement économique, enseignement supérieur et recherche, innovation et artisanat) ont pour leur part expliqué leurs rôles dans l’obtention du fameux Pass French Tech et ils ont souligné l'intérêt du label : un tremplin pour aider les nouvelles entreprises à se lancer. Outre les possibilités de mieux financer leurs développements ces start-up ont ainsi accès à un vaste réseau pour ne pas  être seules face aux grands groupes géants avec lesquelles elles comptent travailler.

Ce pass répond à des critères très sévères pour l’obtenir car l'objectif est ambitieux : fédérer et obtenir les synergies nécessaires pour générer l’hyper croissance qui permettra de créer des leaders mondiaux.

La French Tech travaille avec le BIC (Business Innovation Center) qui a accompagné plus de   600 startups en trente ans (incubateurs : Cap Oméga et Alpha), l’INPI, et d’autres partenaires, et à la fin de la « chaîne d’innovation » : Le Pass French Tech. Celui ci permet un déploiement de l’entreprise à l’international en lui donnant les moyens financiers et humains nécessaires. 

En trois ans Montpellier a vu plusieurs lauréats, la Région est la seconde de de France en nombre de lauréats Pass French Tech : Awox, Clic Emotion, Isotropix, Matooma (triple lauréat pass french tech), Net Acheteur, privatesportshop.com, Pradeo, Scimob, Seclab, Sens Digital, Tabmo, Tageos, Web GEO Services, Outremer Yachting, Qualtera, Advicenne, Dedienne Santé, I2A, Medincell, Sensorion.

 

Quelques citations, notées au cours de la soirée :

  • "Je ne suis plus seulement le créateur mais le manager, et je dois déléguer … Être en capacité de piloter mon entrerpise" -Karim Messeghem
  • "Quand on a une Start Up, l’hyper croissance s'impose à nous…" - Matooma (triple lauréat Pass French Tech)
  • "passer sa vie avec des gens visionnaires, quelle chance !" -  Chantal Marion
  • "Montpellier ne se qualifie que par sa place à l’international !" - Philippe Saurel, parlant de la visibilité en Chine de Montpellier.
  • « Ce ne sont pas les espèces les plus fortes et les plus intelligentes qui survivent, mais les plus adaptées. » - Charles Darwin
 

Étudiants-entrepreneurs : créateurs d’innovation

À 22 et 25 ans, ils ont déjà la fibre entrepreneuriale chevillée au corps. Et une idée bien précise en tête : créer leur startup dans les 2 années qui viennent. Heureux lauréats du Prix PEPITE, concours d’aide à la création d’entreprises innovantes pour les étudiants-entrepreneurs, Jospin et Sébastien ont chacun défendu un projet novateur et écolo.

Produire de l’énergie propre même au volant de votre voiture, transformer votre vélo en véhicule électrique en un tour de main, avec les projets de Jospin et Sébastien ça sera peut-être possible demain. Leur point commun ? Sans nul doute, un sens aigu de l’innovation. Ces deux étudiants-entrepreneurs de la région ont été récompensés par le Prix PEPITE 2017, qui sélectionne les meilleurs projets d’entreprise innovante portés par des étudiants ou de jeunes diplômés de la France entière. Autre point commun, ils ont tous deux décidé de s’attaquer à la mobilité en ville. Avec une même question : comment être utile à la société ?

Deux projets pour une mobilité durable

Bumpie Bop, le projet porté par Jospin Jiotsa et 5 camarades d’école, prévoit l’installation de plateaux de 12 m de long et 6 m de large sur les routes, en zone de ralentissement. Facile et rapide à poser, ce dispositif permettrait de générer de l’air comprimé au passage des véhicules. Cet air comprimé serait ensuite stocké dans des réservoirs, ou directement réutilisé, pour rendre par exemple les stations de péage d’autoroute autonomes en énergie.

Avec le projet eVo, porté par Sébastien Roques et 2 de ses amis, il est question de vélos convertibles en véhicule électrique. Imaginez que vous partiez à bicyclette de votre domicile, mais que vous ayez besoin en chemin de faire des courses, de vous déplacer sur des dizaines de kilomètres, ou tout simplement qu’il pleuve… Pas besoin de récupérer votre voiture : avec eVo vous pourrez « clipser » votre deux roues dans une capsule couverte à assistance électrique, protégée des intempéries et dotée d’une place assise à l’arrière. Autonomie : 300 kilomètres !

Des projets d’utilité sociale

Mais ce qui unit aussi ces deux jeunes de 22 et 25 ans, c’est bien leur souci de créer un produit d’utilité sociale dans une entreprise guidée par des valeurs, et non par le seul profit.

« Je me suis demandé : qu’est-ce que je peux faire pour aider ? Tout le monde se pose cette question », raconte Jospin du projet Bumpie Bop. « Ma vision, ce n’est pas être chef ou travailler pour ma rémunération. C’est travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise et pour ceux qui sont à l’action pour la faire vivre », insiste-t-il. Cette vision, c’est celle de l’économie sociale et solidaire, l’ESS, qui représente 14% de l’emploi privé en France et qui connaît une belle croissance depuis une dizaine d’années. Une forme d’humanisme que partage Sébastien : « notre modèle, ce sont des valeurs. Avec notre projet eVo, nous proposons un service pour le bien commun, une solution peu coûteuse accessible au plus grand nombre, et notamment à ceux qui n’auront pas les moyens de se payer une voiture électrique. »>

En phase, les deux étudiants-entrepreneurs espèrent monter leur startup d’ici 1 à 2 ans. Le Prix PEPITE va leur permettre d’engager une étude de marché auprès de la population pour tester la perception de leur invention par les utilisateurs. Une avancée qui pourrait s’avérer décisive dans la création de leur petite entreprise.

Étudiant-entrepreneur, un statut qui séduit

Ils sont sept fois plus nombreux aujourd’hui qu’en 2014 : dans la région, le nombre de jeunes à avoir le statut d’Étudiant-Entrepreneur est en plein boom. Un engouement stimulé, entre autres, par le Prix PEPITE, qui récompense chaque année des porteurs de projets ou des jeunes entrepreneurs innovants.

Un statut qui séduit de plus en plus de jeunes

Les jeunes ne se contentent plus d’étudier pour espérer trouver un emploi salarié, ils aspirent à créer leur propre entreprise. Preuve de leur soif d’entreprendre, en France 60% des 18 -29 ans se disent prêts à créer une entreprise ou à en reprendre une*. En Occitanie, le nombre de candidatures au statut d’étudiant-entrepreneur augmente chaque année de 170 %. Tous ne l’obtiennent pas, mais ils sont nombreux à y accéder. Depuis la création du statut en 2014 par le Ministère de l’enseignement supérieur, le nombre d’étudiants-entrepreneurs a presque été multiplié par 7 dans la région. Ils sont désormais 200 sur l’ensemble de l’Occitanie. Pour beaucoup, devenir entrepreneur donne un supplément d’âme à l’image qu’ils se font de leur métier.

« Entreprendre c’est surtout une aventure, un challenge fort, confie Sébastien Roques, étudiant-entrepreneur à Montpellier, lauréat régional du Prix PEPITE. On sort de sa zone de confort pour explorer de nouvelles perspectives, sans toujours savoir où ça va mener ». Pour Jospin Jiotsa, également lauréat régional du Prix PEPITE, entreprendre c’est imprimer sa propre conception de l’entreprise : « ma vision ce n’est pas être chef, c’est travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise. »

Si la création d’un statut dédié à l’entrepreneuriat étudiant a véritablement lancé le phénomène, le Prix PEPITE booste chaque année l’émulation et l’émergence de projets innovants partout en France. Ce concours d’aide à la création d’entreprises innovantes permet de recevoir un financement de 5 000, 10 000 ou 20 000 euros, et de bénéficier d’un accompagnement pour son projet. Cet accompagnement, ce sont les 29 PEPITE –pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat qui l’assurent un peu partout en France. En Occitanie, deux sont implantés, l’un à Montpellier, l’autre à Toulouse. Par le biais d’ateliers, de coaching personnalisé et des mises en réseau, les PEPITE forment les jeunes à l’entrepreneuriat et s’attachent à rendre leurs projets réalisables.

Pour Jospin et Sébastien, lauréats régionaux du Prix PEPITE 2017, cette récompense a permis de financer des études de marché et ainsi d’avancer dans la viabilité de leur projet. Dans le cadre de l’accompagnement dont ils bénéficient, ils se retrouveront à Toulouse les 23 et 24 novembre prochains pour un séminaire d’accélération de projets. Ils espèrent créer leur startup entre 2018 et 2019.

(*) Selon un sondage OpinionWay réalisé pour l’Union des autoentrepreneurs en début d’année 2017.

En savoir plus :

- Le site du PEPITE LR : https://pepite.languedoc-roussillon-universites.fr/ -

Le site du PEPITE ECRIN : https://www.pepite-france.fr/pole-ecrin -

Le statut d’étudiant-entrepreneur sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid79926/statut-national-etudiant-entrepreneur.html