Montpellier, nominee aux "Leading Culture Destinations Awards "

  Montpellier, France

 2017 Leading Culture Destinations Awards
(category : Best emerging culture city of the year)

Drapeau du Royaume-UniMontpellier, a few minutes from the big blue,. Montpellier, an unmissable stay,  Montpellier street art, Montpellier a city of festivals... Montpellier nominee !

Montpellier has been selected with other cities to be the place for the Leading Culture Destinations Awards in 2017. Results to be announced on september 29th in London.

Montpellier is famous for its festivals. Printemps des comédiens, Montpellier Danse, festival radio France Montpellier Occitanie, Festival du Cinéma méditerranéen, Festival du cinéma en plein air... it's probably why this city has been selected for the Leading Culture Destinations Awards 2017 with Athens in Greece and Tong-Li in China.

The Awards will take place on September 29th at the newly opened Trafalgar St. James Hotel, right across the National Gallery on London's Trafalgar Square.

Economic benefits have been evaluated in Montreal, where economists have calculated that 1 invested dollar generated 4 in local economy (taxes, etc). A cultural image is to help Montpellier'development, claims its mayor, Philippe Saurel. As an example, the next opening of the film studio in Baillargues will create 160 jobs...

Florence de Martino

   

Montpellier vient d'être officiellement nominée aux "Leading Culture Destinations Awards 2017" dans la catégorie « Best Emerging Culture City of the Year 2017 » (Meilleure Ville Culturelle Emergente de l'Année 2017). Les deux autres villes nominées pour le prix sont Athènes en Grèce et Tong-Li en Chine.
Leading Culture Destinations (LCD) est une organisation spécialisée dans la promotion culturelle internationale, les voyages culturels et la découverte de pôles d'attractivité. Un des plus grands évènements annuels organisés par LCD sont les « Leading Culture Destinations Awards », prix reconnaissant et célébrant la nouvelle variété de musées, de galeries, d'institutions culturelles, ainsi que les villes ayant une offre culturelle reconnue dans le monde entier.
Pour cette édition 2017, les membres du jury (leaders, innovateurs culturels, grands voyageurs et avant-gardistes dans le secteur culturel) voteront dans les semaines à venir et les résultats seront connus mi-août. La remise de prix pour les gagnants, avec 16 catégories en tout, aura lieu le 29 septembre à Londres.
Philippe Saurel, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole souligne : "Je suis très fier que Montpellier soit nominée pour les prix Leading Cultural destinations 2017 dans la catégorie meilleure Ville Culturelle Emergente ! Montpellier est une ville jeune qui ne cesse de grandir. Cette nomination est une reconnaissance pour Montpellier en tant que véritable Destination Culture".

Ateliers pendant les vacances d'été au musée des arts décoratifs

Ateliers artistiques Les Formes Savantes
Du 8 au 11 août 2017

Dans le cadre de l'exposition en cours qui se tient à l'Hôtel  Cabrières-Sabatier d'Espeyran jusqu'au 17 septembre 2017, les formes savantes, au croisement des objets des XVIIIème et XIXème siècles pensionnaires permanents de l'hôtel particulier et des objets contemporains de Constance Guisset, constituent un dialogue des objets et réinterrogent le passé.

Cet atelier permettra au public de se familiariser aux formes les plus contemporaines de la designer française au travers des collections installées dans le département des arts décoratifs du musée Fabre de Montpellier.

Tarifs : Pour les 7-17 ans : 24€ ou 20€ avec le Pass’Métropole, adultes : 32€ ou 28€ avec le Pass’Métropole. Déconseillé aux personnes présentant des allergies alimentaires. Les enfants de 7 à 11 ans doivent être obligatoirement être accompagnés d’un adulte. A partir de 7 ans.

Musée des Arts décoratifs Hôtel de Cabrières-Sabatier d'Espeyran, 6 Rue Montpelliéret, 34000 Montpellier.
Enfants de 7 à 11 ans de 10h à 12h - Adolescents et adultes de 14h à 16h.

La Mirondela dels Arts à Pézenas : cinquante et unième édition !

Dans un salon du magnifique Hôtel Molière récemment rénové, Mr Christian Sempéré président de La Mirondela s'est prêté au jeu d'un questions-réponses et est revenu sur cette belle aventure qui a fêté ses 50 ans l'an dernier et si précieuse pour les piscénois et bien au-delà pour les touristes et la région...autour de spectacles, expositions proposés tout le long de la période estivale . A découvrir pour certains, tant attendue par d'autres, le départ sera donné dimanche 2 Juillet.

Bonjour Christian Sempéré, comment vous sentez-vous à 15 jours de l'ouverture La Mirondela ?

C.S : Bonjour Nathalie, merci à Agde-Infos de m'inviter à échanger sur tout le travail accompli depuis de nombreuses années et pour cette nouvelle édition. L'engagement des bénévoles, le renforcement de l'équipe par de nouvelles adhésions, la confiance et le soutien de la mairie, de la communauté d'agglomération Hérault-Méditerranée et la fidélité des partenaires rendent possible de présenter chaque année un large éventail artistique. Pour ma part je suis heureux d'être encore celui qui va ouvrir les portes de cette 51 ème édition.

Si vous permettez, revenons sur le long parcours de La Mirondela et sur sa création...

C.S : Trois visionnaires sont à l'initiative de La Mirondela : Henri Domens, Gabriel Lanet, Gérard Vogel-Singer. Dès 1966 l'idée était de créer un lien entre le patrimoine, les artisans et les artistes pour que la cité piscénoise brille économiquement. Ils souhaitaient promouvoir leur ville, réveiller le riche passé architectural et culturel de la ville, ainsi va naitre l'esprit " mirondélien ". 1966 est l'année de la 1 ère expérience et l'idée est d'accueillir des artisans, artistes dans des " garages " privés. Seul François Capus répond présent et reçoit en Juillet le peintre Bruno Beith. Puis ce nouveau concept prend corps en 1967 au sein des Amis de Pézenas et un comité de pilotage est créé pour travailler à la réalisation du projet. Concerts d'orgues, expositions de peintures, de sculpteurs, théâtre font de ce projet un succès immédiat. Ce festival devient une association à part entière en 2005 en se séparant des Amis de Pézenas. Puis grâce à tous ceux qui ont oeuvré pour en assurer le cheminement depuis le début, la ville a continué à s'illuminer culturellement grâce aux bénévoles sous la responsabilité de leurs présidents successifs : Gabriel Lanet, Gérard Vogel-Singer, Philippe Bot, Jacques Mathieu, Michel Vigroux et René Loubet. Une culture à la portée de tous est notre concept. Elle permet à chacun de partager des moments conviviaux, riches en émotions : théâtre, musique, artisanat, expositions. A l'occasion du 50 ème anniversaire, nous avons édité un livre dans lequel vous retrouverez toute l'histoire de La Mirondela dels Arts. Vous le trouverez en vente à l'office de tourisme de Pézenas ainsi que dans la rubrique " contact " de notre site officiel.

Pourquoi ce festival porte le nom de " Mirondela " , que signifie-t-il ?

C.S : Il a fallu trouver un nom à cet évènement...En occitan, ce mot signifie "enseigne " dans le sens de vouloir montrer, exposer. C'est un dérivé du mot " miranda " qui signifie " belvédère " , un lieu élevé qui offre une belle perspective, " faire miranda " cela veut dire " faire merveille " . D'où ce choix, ce festival ne peut que " faire miranda " dans ce bel écrin qu'est Pézenas.

On remarque une grande présence de Michel Galabru dans La Mirondela, qu'en est-il ?

C.S : Il était l'artiste fétiche de La Mirondela, son porte-bonheur, un compagnon fidèle et qui rassurait dès qu'il faisait partie du programme. Il excellait autant dans les rôles comiques, ridicules que dans les rôles sérieux, émouvants. Il est décédé l'année du 50 ème anniversaire...

De très grands artistes ont déjà répondu présents ces dernières années : Michel Galabru, Michel Bouquet, Juliette Carré, Francis Perrin, Francis Huster, Les Chevaliers du Fiel, Gérard Jugnot, Alexandra Vandernoot, Roland Magdane, Chantal Ladesou, Patrick Bosso, Daniel Villanova, Noëlle Perna, Christelle Cholet, Michel Leeb, Dee Dee Bridgewater...mais aussi des compagnies prestigieuses même internationales de danse, chants..., que proposez vous cette année ?

C.S : Cette année le théâtre sera moins présent, par difficultés de remplissage les années précédentes, de coût et de disponibilités des troupes en été. Nous répondons à une demande populaire d'une programmation plus festive. Le dimanche d'ouverture, nous offrons un spectacle gratuit comme chaque année, au Parc Sans Souci, à 21h30, le répertoire de Francis Cabrel de 1997 à 2017 sera repris par " D'une ombre à l'autre " . Puis suivront Olivier De Benoist ( humour ) le jeudi 13 Juillet, Louisian's Jazz Band ( musique) le 27 Juillet, Abracadabrunch ( théâtre / comédie ) le 02 Août, Les Stentors ( musique, chant ) le 10 Août.

propos recueillis par Nathalie Gusmaroli

 

Rendez-vous dimanche 2 Juillet Place Gambetta pour l'ouverture de la 51ème édition de La Mirondela dels Arts qui s'annonce magnifique avec la parade du Poulain et du Chevalet.
Toute la journée, les peintres dans les rues, concours ouvert à tous, contacter Clément Capus 06 23 52 35 51 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Retrouvez l'intégralité du programme sur www.mirondela.com et réservez dès à présent vos spectacles, par internet (paiement sécurisé) ou à l'office du tourisme 04 67 11 53 90.

 

 

Musée Fabre gratuit et dansant

Dimanche 7 mai, le musée Fabre de Montpellier ouvre ses portes à tous les étages. Pour fêter tout au long de l’année les 10 ans de sa réouverture, le musée Fabre donne la parole aux étudiants à l’occasion des dimanches de gratuité.

Chaque premier dimanche du mois donc, les étudiants animent les salles du musée en proposant des rencontres inédites.

Ce dimanche 7 mai, de 14h30 à 18h00, les danseurs de l'Epsedanse vont investir les différents lieux du musée au gré de leurs envies et proposer une déambulation originale intitulée Polyptiques. 

Polyptiques, une pièce inspirée des oeuvres de Pierre Soulages

Du regard au mouvement, le public pourra vivre une rencontre haute en couleurs avec les étudiants de l’école Epsedanse d’Anne Marie Porras. De 14h30 à 18h, ces derniers proposeront aux visiteurs la pièce Polyptiques, composée par le chorégraphe Virgile Dagneaux, inspirée des œuvres de Pierre Soulages. Proposée en février dernier lors de la nocturne étudiante annuelle, François Xavier n'est pas couché, la pièce avait rencontré un vif succès.

Les autres animations de la journée

Les Amis du musée Fabre proposent :

- de 10h30 à 12h, dans le hall du musée, une distribution de jeux libres et gratuits pour les jeunes visiteurs et leurs familles avec Art musons nous

- à 11h, une visite guidée pour adultes, Christian Vidal, Mouvements impressionnistes des origines à nos jours.

Le Musée Fabre propose :

- à 14h, une visite guidée gratuite par les médiateurs du musée : Quoi de neuf au musée ? Poétique des Ruines.

Informations pratiques

Entrée libre et gratuite sous réserve des places disponibles.

39, boulevard Bonne Nouvelle
34000 Montpellier

Actualité des Archives Départementales de l’Hérault

DU CANAL A LA MER _Exposition
Du 1er au 28 février 2017
Domaine départemental Pierresvives
Atelier de l’Histoire - Entrée libre

En ce début d’année 2017, les Archives départementales de l’Hérault font le choix de montrer régulièrement au public des fonds récemment classés, avec la volonté d’attirer la curiosité de tous sur la richesse et la diversité des documents conservés.

Ce mois de février est donc consacré à la présentation d’un fonds iconographique -référencé 40Fi- complété par quelques documents issus d’autres sources archivistiques sur le même thème : DU CANAL A LA MER.
Vous pouvez consulter l’inventaire de ce fonds et découvrir la totalité des images qu’il rassemble sur le site internet de Pierresvives.
Cet ensemble de photographies représente Agde et ses environs entre 1905 et 1930. Il comprend toute une documentation technique.
Ces photographies auraient pu appartenir à un ingénieur des Ponts et chaussées mais leur origine n’est pas certaine, puisqu’elles ont été acquises par les Archives départementales en 2014 auprès d’un brocanteur.

En Atelier de l’histoire est ainsi présentée au public, du 1er au 28 février, une sélection de ces photographies, plaques de verre toutes numérisées en interne. Une première partie est consacrée à l'embouchure de l'Hérault et au littoral environnant; une deuxième partie évoque le Canal du Midi et les travaux effectués sur ses ouvrages d'art entre Agde et Colombiers. Enfin, une dernière partie donne à voir quelques vues des salins aux alentours d'Agde et du port de Sète ainsi que des images des inondations de 1907.

   
Crédit photo : Le port d’Agde gelé /Archives départementales de l’Hérault/FRAD34_40FI12/

Lieu : Atelier de l’histoire
Public : Tout public
Accès : Entrée libre et gratuite du mardi au samedi de 10h à 18h
Transport : Tram Ligne 1 Arrêt Les Halles OU Tram Ligne 3 Arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 arrêt Léonard de Vinci.

Culture geek à l'Arena de Montpellier

Ce sera la première édition du Montpellier Esport Show qui se déroulera à l'Arena de Montpellier les 25 et 26 février 2017, le nouveau rendez-vous annuel des passionnés de jeux vidéo.

Plus qu’une simple compétition, le Montpellier Esport Show propose au public de jouer pour le plaisir, de participer à des tournois, de se déguiser au travers d'un concours de Cosplay et de débattre du gaming lors de conférences. pour les plus passionnés, ce sera l'occasion de se mesurer à d'autres joueurs, de rencontrer les éditeurs de jeux et de découvrir les dernières nouveautés technologiques au fil des stands.

Le Jeu vidéo est un des loisirs préféré des Français. Montpellier est une ville très active et selon les études du Syndicat National du Jeu Vidéo, la première région de France en nombre de studios indépendants. Ce dynamisme régional, derrière la locomotive UBISOFT et les écoles de formation en Game Design, méritait bien le plus gros évènement Gaming du Grand Sud.

Pour en savoir plus : Programme des deux journées

De nombreux écrans sur un espace de 30 000 m2

Le Musée Fabre interroge ses publics pour ses 10 ans

Pour fêter les 10 ans de sa rénovation et après quatre ans de travaux, le musée Fabre totalement repensé et métamorphosé fut inauguré officiellement le 3 février 2007, son ouverture au public eut lieu le 4 février 2007. À l'occasion de cet anniversaire, vendredi 27 janvier 2017, de 10h à 17h, il s'associe avec illusion & macadam, coopérative d’accompagnement pour le secteur culturel, afin de réunir autour de la table ses publics et des professionnels.

Un musée saharien exceptionnel

Visite au musée saharien du Crès dans l'Hérault

La petite entrée sympathique de ce musée privé ne laisse en rien présager les richesses qu'il contient.

Bernard ADELL, sympathique propriétaire de ce lieu hors du commun, nous accueille chaleureusement et va nous guider dans un voyage extraordinaire.
Au rez-de-chaussée, à l'entrée, une grande vitrine consacrée au Général Laperrine et à Theodore Monod donne déjà le ton de ce musée où des pièces authentiques sont exposées.

Une mise en scène réussie

Nous avançons de quelques pas et passons, impressionnés entre deux rangées de bédouins, spahis, dignitaires divers d'une beauté et d'un réalisme qui forcent le respect. Les costumes sont somptueux, recherchés tandis que les armes et fanions confèrent à ce décor militaire un respect saisissant.

Au fond de cette salle, un superbe dromadaire et son cavalier sont fins prêts pour le départ tandis que nous nous assiérions volontiers sous la splendide et grande tente berbère gardée par un touareg et reconstituée dans les moindres détails pour savouver un succulent thé à la menthe.


L'invitation au voyage est bien réelle et ce, d'autant plus que chaque détail est expliqué avec passion par le maître des lieux qui, en excellent pédagogue, arrive par quelques phrases sympathiques à nous transmettre sa passion du désert et nous donne envie d'en savoir encore plus...

Une collection rare 

Nous descendons quelques marches et découvrons d'autres merveilles au niveau inférieur. Nous sommes entourés de peintures et photographies signées des plus grands noms : Alain Sèbe, Jean-Marc Durou... Au centre de cette salle, trône, grandeur nature, un magnifique char des Garamantes (berbères lybiens). Bijoux, armes, takoubas du XVIIème siècle, poteries diverses et très anciennes (dont une de Mauritanie datant de 4000 ans ). La liste est immense de ces superbes objets que Bernard Adell a acquis au fil des ans à travers ses nombreus voyages qui l'ont conduit du Niger à la Mauritanie, de la Lybie à l'Algérie, dans cet immense désert saharien qu'il nous décrit si bien et qu'il aime tant. L'exposition de Maximilien Bruggmann est splendide. Ses portraits sont saisissants, ses photographies riches et variées et l'on quitte à regret ce lieu empli d'une beauté infinie. Ce musée est un véritable joyau à voir absolument, à revoir car il est si riche qu'on ne peut tout enregistrer en une seule visite. Cet espace muséal mérite le détour, tant il est riche d'une histoire authentique et passionnante. Il est à la portée de tous et est une merveilleuse occasion de sortie, seul, en famille ou pour les scolaires.

MUSEE SAHARIEN - BERNARD ADELL
1, avenue de castelnau - 34920 LE CRES
Tél : 06 67 29 94 42
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


MT NEGRE

Du nouveau sur l'état civil

La dernière campagne de numérisation des Archives départementales de l’Hérault a porté sur les registres d'actes d'état civil à partir de 1903, ce qui représente plus de 1700 registres ou cahiers et 300 000 nouvelles images.

Vous venez de commencer vos recherches généalogiques et après avoir écrit aux mairies et découvert vos arrières grands-parents, vous désirez commencer à fouiller dans les documents fournis par les archives départementales ? Les tables décennales vont vous faciliter la tâche.

Ces tables décennales résument le contenu des registres d’état- civil (naissances, mariages et décès, divorces, reconnaissances d’enfants). Elles sont établies par tranches de dix ans, en fusionnant toutes les années. Vous pouvez désormais consulter en ligne, via un formulaire dédié :

• Les tables décennales jusqu'en 1912 (nombreuses lacunes)
• Les naissances jusqu'en 1915 (pour Montpellier jusqu'en 1903)
• Les mariages jusqu'en 1940 (pour Montpellier jusqu'en 1902)
• Les publications de mariages jusqu'en 1926 ou 1927, selon les communes (pour Montpellier, jusqu'en 1902)
• Les décès jusqu'en 1953 (pour Montpellier jusqu'en 1904)

Pour les mariages, les publications de mariages et les décès, s'il s'agit de registres ne comportant qu'un seul type d'actes. L’article L213-2 du code du Patrimoine fixe un délai de communicabilité de 75 ans à compter de leur clôture, pour les registres de naissances et de mariages. La CNIL, dans sa délibération du 12 avril 2012, prévoit de porter ce délai à 100 ans pour la mise en ligne des actes de naissances. Leur consultation en intégralité s’effectue sur les postes informatiques de la salle de lecture des Archives. Il s'agit des :


• Registres uniques de naissances, mariages et décès jusqu'en 1940 (sauf Montpellier)
• Tables décennales à partir de 1913
Les actes de la commune de Montpellier postérieurs à 1903 font l’objet d’une campagne de numérisation par les services de la ville. Les registres jusqu'en 1940 sont consultables sous forme d'originaux directement en salle de lecture des archives.
• L’inventaire de la sous-série 3 E : état civil de 1792 à 1970 est à jour des derniers versements effectués par les greffes des tribunaux de grande instance de Béziers et de Montpellier.

Informations :
Horaires d’ouverture du mardi au vendredi de 10h à 18h. La salle de lecture permet la consultation des documents originaux.
Accès : Libre et gratuit
Transport : Tram Ligne 1 Arrêt Les Halles OU Tram Ligne 3 Arrêt Hôtel du département, puis bus n°19 arrêt Léonard de Vinci.

La Maison de la Poésie baptisée Jean Joubert

Né en 1928, Jean Joubert, Prix Renaudot en 1975, avait découvert Montpellier lorsqu'il était étudiant au début des années 50. Un an presque après sa disparition, la ville de Montpellier rebaptise la Maison de la Poésie Jean Joubert afin de lui rendre hommage à titre posthume.

Jean Joubert, figure emblématique de la Maison de la Poésie

Souvent invité dans les écoles et les collèges de l'Hérault pour ses livres de jeunesse à fort tirage, Jean Joubert qui fut un temps professeur en charge de la littérature américaine à la faculté Paul Valéry de Montpellier, avait fait de la Maison de la Poésie un lieu d’amitié et de fidélité : de très grands noms de la littérature contemporaine y ont été accueillis, d’Yves Bonnefoy à Michel Butor, des maisons d’édition et des revues ont l’occasion d’y présenter leur catalogue (La rumeur libre, Bruno Doucey, Faï Fioc), les grandes figures de la poésie mondiale s’y voient consacrer des soirées (Pablo Neruda, Rimbaud lors d’un cycle très apprécié par le public, Notre besoin de Rimbaud…). Lorsque disparaît Jean Joubert, en 2015, le poète Claude Adelen lui succède en tant que président de la Maison de la Poésie.

Un lieu pour faire connaître la poésie et les poètes de la région

La Maison de la Poésie a été créée en 2005 par le poète et romancier Jean Joubert, sa directrice Annie Estèves et Fanette Debernard, une ancienne libraire. Soutenus dès sa naissance par la Ville de Montpellier, la Maison de la Poésie a pour mission de réunir et fédérer l’ensemble des poètes de Montpellier et sa région, de faire connaître au public la création poétique contemporaine, de sensibiliser le public à la poésie d’hier et d’aujourd’hui. Elle organise depuis quelques années l’édition montpelliéraine du Printemps des Poètes, avec l’aide de la Ville de Montpellier et du Centre National du Livre. C’est en 2010 que la Ville de Montpellier met à la disposition de cette association un lieu, situé 78 avenue du Pirée. 

Violence, littérature et poésie !

par Maurice Bouchard, en charge de la rubrique Littérature et poésie.

L’homme est-il un loup pour l’homme, intrinsèquement agressif envers son semblable ou le bon sauvage poussé au mal par une société corruptrice ?

Une étude très sérieuse, extrêmement documentée (menée par des scientifiques espagnols et publiée récemment par la revue Nature), montre que la violence humaine est enracinée dans nos origines, les primates étant le groupe d’espèces chez qui le poids de la violence létale est le plus important parmi toutes les autres. Cette étude montre aussi que les espèces où la place des femelles est prépondérante présentent des mœurs plus pacifiques.

Mais il apparaît, et c’est le plus important, que plus une espèce est sociale et territorialisée, plus la violence s’y exprime. En ce qui concerne Homo Sapiens, (c’est-à-dire nous !), les organisations tribales ou claniques affichent un degré de violence nettement plus élevé que les sociétés étatiques.

Heureusement, cette violence semble diminuer avec le temps depuis la fin du Moyen-Age, l’agressivité humaine étant flexible en fonction des organisations sociales.

« S’il doit y avoir un message philosophique dans ces résultats, c’est que peu importe notre violence à l’origine, nous avons la capacité de la moduler en changeant notre environnement social. Nous pouvons construire une société plus pacifique si nous en avons le désir » José Maria Gomez, directeur de l’étude.

On peut raisonnablement penser que le langage joue un rôle particulièrement important lors de l’élaboration des structures sociales et dans leur maintien, au plan matériel, technique, et plus encore au plan symbolique.

Par conséquent, littérature et poésie, deux formes du langage des cultures, contribuent puissamment à rapprocher les humains les uns des autres en tentant d’élucider les mystères de ce qui gouverne intimement chacun d’entre nous ainsi que, socialement, les groupes que nous formons.

Comme l’écrit Eric Chevillard (dans Le Monde des Livres), la littérature peut être définie « paradoxalement comme l’art ou la science des hypothèses. Paradoxalement puisque, à la rigueur et à la maîtrise technique requises par l’art et la science, s’oppose le caprice de l’imagination spéculative et de ses songes. Ecrire, c’est pourtant bien cela, non pas créer un monde par le verbe - naïve illusion du romancier idéaliste -, mais combiner les données brutes qui constituent le nôtre, profiter du jeu entre les strates du réel pour provoquer de féeriques tremblements de terre, proposer aussi des solutions aux énigmes qui pétrifient notre logique et notre raison, quitte à sublimer quelquefois le rébus le plus plat. C’est alors la pénétration de l’écrivain qui fera la profondeur du mystère ».

C’est donc à l’éducation à l’écriture et à la lecture, au sens le plus élevé de ces deux termes (et pas seulement au simple déchiffrage et à la simple calligraphie) que, tous, nous devons consacrer nos efforts auprès des générations qui nous succèderont, et ce, dès leur plus jeune âge.

Maurice Bouchard