Conférence : l’abeille, sentinelle de l’environnement

Dimanche 11 novembre à 15h, Maison départementale de l’environnement

Avec Henri Clément, apiculteur, porte-parole et secrétaire général de l'UNAF

Uniquement sur inscription au 04 99 62 09 40

L’ABEILLE, SENTINELLE DE L’ENVIRONNEMENT : Les abeilles nous posent question. Quelle agriculture, quel environnement, quelle alimentation, quel lien entre l'homme et la nature ? Les précieuses butineuses sont victimes d'une dégradation rapide de l'environnement. Or leur sauvegarde constitue pour l'humanité un défi essentiel.

DOMAINE DEPARTEMENTAL DE RESTINCLIERES
34730 Prades-le-Lez

Conférence Phototropia, jeudi 25 octobre à Montpellier

Montpellier : Exposition du 16 au 27 octobre 2018 à la Maison des relations internationales Nelson Mandela.

Conférence Phototropia : art, médecine et plantes

L'exposition présente des planches botaniques et des livres anciens issus des collections de l’Université, en regard avec les œuvres de neuf artistes contemporains allemands et autrichiens qui questionnent le rapport entre la nature, la culture et le pouvoir de changement au travers des végétaux.

Prochaine conférence à l’occasion de l’exposition : Jeudi 25 octobre 2018 à 14h30.

« Effet des plantes sur la santé, quelles sont les connaissances actuelles ? » par Florence Cousson-Gélie, directrice scientifique d’Epidaure, département prévention de l’Institut du Cancer de Montpellier.

Phototropia s’intéresse au potentiel de croissance, de résilience, à la mémoire des plantes. L’exposition se déroule en deux parties. La première partie a lieu à la Maison des Relations Internationales Nelson Mandela. Les artistes questionnent le rapport entre la nature, la culture et le pouvoir de changement au travers des végétaux. Les œuvres sont proposées ici sous leurs formes pliées, empilées dans deux vitrines. 

A la Maison Heidelberg

Pour la seconde partie de « Phototropia », les œuvres se déploieront dans les espaces d’exposition de la Maison de Heidelberg dans l'Ecusson de Montpellier, 4 rue des Trésoriers de la Bourse, du 9 novembre au 1er février 2019. Vernissage jeudi 8 novembre 2018 à 18H30- Du  lundi au vendredi de 14h à 17h.

Artistes et objets présentés : Antje Engelmann, Anke Lohrer, Emmanuelle Castellan, Giovanna Sarti, Hanako Geierhos, Joseph Beuys, Karin Pliem, Lars Breuer, Nadia Lichtig et des objets de la collection du Droguier de la Faculté de Pharmacie de Montpellier et des collections patrimoniales de la bibliothèque universitaire de Montpellier.


Maison des relations internationales Nelson Mandela
Esplanade Charles-de-Gaulle - 14, Descente en Barrat à Montpellier.

Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. 

Un débat sur le thème de la biodiversité

Montpellier, le 5 novembre 2018 : Quel avenir pour le vivant ?

Conférence exceptionnelle en présence d'Allain Bougrain-Dubourg, journaliste et président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, de Denis Cheissoux, journaliste sur France Inter - Co2 mon amour - et de Zoé Mahé, directrice de l'écologie à la DREAL Occitanie.

Aucun texte alternatif disponible.

Un débat sur le thème de la biodiversité avec le président de la LPO France
Ce rendez-vous aura lieu à l'Université de Montpellier, Faculté des sciences - place E. Bataillon
+ d'infos: http://www.facebook.com/events/240649483277363

Conférence : Histoire du quartier de Figuerolles

Mardi 16 octobre 2018 à 14h30, en partenariat avec le Club Luis Mariano : Thierry Arcaix raconte

Passionné par son quartier de naissance, ses ouvrages puisent l’inspiration dans le quartier de Figuerolles, quartier de la ville de Montpellier.

La conférence qui y est consacrée s’articule autour de trois axes : sa dimension historique, car il n’y a de vrai développement qu’à partir d’une bonne connaissance de ce que nous sommes, ensuite tout ce qui a trait aux anecdotes, rappelant ainsi qu’il y a, comme le dirait Edgar Morin, une dialogie, c’est-à-dire un va et vient constant entre les archétypes fondateurs et les stéréotypes vécus dans la vie courante.

Enfin, les descriptions de figures emblématiques, des personnages, véritables totems, autour desquels on s’agrège, et qui ainsi constituent véritablement ce qui est un idéal communautaire. Faits divers, anecdotes depuis le XVIIème siècle où s’y sont joués des évènements et des aventures hors du commun. « Figuerolles à Montpellier », archives sur la « Commune libre de Figuerolles » et autres.

Le conférencier, en bref

Thierry Arcaix excelle aussi dans le roman policier comme « Alerte rouge » paru aux éditions Sutton en 2012, dont l’action se situe bien entendu à Figuerolles ! Ses récits nous aident à mieux appréhender la complexité de ce lieu qui est en fait bien plus qu’un quartier de Montpellier. Ses livres sont une véritable performance, ouvrages sociologiques majeurs.

Ancien instituteur, docteur en sociologie, Thierry Arcaix a été aussi chargé de mission dans le domaine de la culture et du patrimoine. Il est actuellement rédacteur et photographe pour le quotidien la Marseillaise au sein duquel il dirige une chronique consacrée au patrimoine.

Maison pour Tous Albertine Sarrazin - 2 place Agrippa d'Aubigné à proximité du Parc de la Guirlande - Montpellier

Entrée libre.

L'Hérault, terre d'accueil des seniors

Le département de l’Hérault vieillit plus fortement qu’ailleurs. Un quart de sa population a plus de 60 ans. Maximilian Banens, socio-démographe maître de conférence à l’Université Lyon 2 fait un état des lieux.

 L'Hérault, terre d'accueil des Seniors - Fabrègues

L’HÉRAULT EST-IL UN DÉPARTEMENT VIEILLISSANT ?

Le vieillissement de la société est en effet plus appuyé dans l’Hérault qu’ailleurs car les migrations observées dans la région, se font principalement ici, ainsi que dans la Haute-Garonne. Les plus de 75 ans représentent aujourd’hui 9,7 % de la population héraultaise contre 6 % au nouveau national, et les 60-74 ans, 16,8 %.On vieillit peut-être mieux dans le sud mais la majorité des retraités restent attachés à leur région d’origine, quitte à y retourner après avoir passé quelques années ici.

 Comment anticiper ce vieillissement ?

A partir de 75 ans, près de la moitié de ces personnes se retrouvent en maison de retraite ou dans un établissement d’hébergement de personnes  âgées dépendantes (EHPAD). L’autre moitié continue de vivre à son domicile et bénéficie d’une aide familiale. C’est là que les collectivités peuvent agir, notamment dans l’organisation de cette aide,  et de ses financements et dans l’information qui peut être donnée aux familles pour faciliter ce maintien à domicile. Avoir accès à un intervenant, pour manger par exemple ou pour la toilette du matin, permet à ces aînés entrés dans le 4e âge, de rester plus longtemps possible dans sa maison.

 Est-ce une demande des personnes âgées, elles-mêmes ?

Oui, ces personnes sont de plus en plus demandeuses d’un maintien à domicile et elles veulent pouvoir disposer de l’aide matérielle et professionnelle qui va les y aider. Mais en terme d’accès à l’information, toutes ne sont pas logées à la même enseigne et ne savent pas obligatoirement qu’elles peuvent être accompagnés dans leur quotidien. Il faut que les familles puissent se renseigner. Les maisons départementales de l’autonomie ont, dans ce domaine, un rôle clé à jouer, puisque nous ne sommes pas au bout de cette évolution.

Une conférence sur le thème « Innovation au service de la prévention et de l’accompagnement du vieillissement » est organisée au salon Jean Bène situé à l’Hôtel du Département de Montpellier,

le 12 octobre à 10h
, dans le cadre de la Semaine Bleue. En savoir plus : bit.ly/Semainebleue

Musée Henri Prades - Conférence le 11 octobre

Dans le cadre de l'exposition "La navigation lagunaire. 2000 ans de secrets révélés par le musée d'archéologie de Catalogne" présentée jusqu'au 7 janvier 2019, Thibault LACHENAL, chargé de recherche, CNRS, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes, propose le jeudi 11 octobre 2018, à 18h30, une conférence "Un habitat de la fin de l’âge du Bronze entre lagune et fleuve. La fouille subaquatique du site de la Motte à Agde (Hérault)".

Le site de la Motte correspond à un habitat de l’âge du Bronze actuellement ennoyé dans le lit mineur de l’Hérault à Agde.
Découvert en 2002 par l’association Ibis à l’occasion de prospections fluviales, il a fait l’objet d’une première fouille en 2004 ayant notamment mis au jour un dépôt de bronzes correspondant à une riche parure féminine.
Depuis 2013, il fait l’attention de nouvelles campagnes de fouilles subaquatiques, sous la direction de J. Gascó puis de T. Lachenal, visant à qualifier la nature du site.
Ces travaux ont permis de mettre en évidence un établissement installé à l’origine en bordure d’une ancienne lagune aujourd’hui colmatée, correspondant à un habitat pérenne dont l’économie était tournée vers l’agriculture et l’élevage.
Ce dernier se caractérise notamment par plus de 400 pieux de bois organisés en deux files principales, lesquels s’accompagnent d’éléments de clayonnages pouvant correspondre à des aménagements de berge bordant l’occupation.
Les vestiges, extrêmement riches et particulièrement bien conservés, donnent des informations rarement réunies en milieu terrestre sur les modes de vies des populations de la fin de l’âge du Bronze, il y a 2 900 ans.

Accès libre à la conférence, dans la limite des places disponibles

Site archéologique Lattara – Musée Henri Prades : 390, avenue de Pérols, 34970 Lattes

Tél. : 04 67 99 77 20
Tramway Ligne 3 Station Terminus Lattes Centre
Bus 18 Arrêt Lattes Centre

la Grande Guerre au travers de la BD

Montpellier : conférence et diffusion de documentaire

Le jeudi 18 octobre 2018, en salle des colloques Kouros sur le site Saint-Charles 2 à Montpellier, Vincent Marie, professeur en cinéma et docteur en histoire, spécialiste de l’histoire culturelle et médiatique de la bande dessinée, tiendra une conférence sur la Grande Guerre au travers de la BD. 

A la suite de son intervention, le documentaire "Là où poussent les coquelicots" dont il est le réalisateur sera diffusé. 

Cette conférence de 9h à 11h30 est réalisée en partenariat avec le laboratoire CRISES. Elle est ouverte à tous.

A propos de l’ONACVG 

Créé en 1916 dans la tourmente de la Première Guerre mondiale, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre est un établissement public, sous tutelle du ministère des Armées, chargé de préserver les intérêts matériels et moraux de ses ressortissants : anciens combattants, invalides et blessés de guerre, veuves de guerre, pupilles de la Nation, victimes de guerre et plus récemment, d’actes terroristes.

Pour s’adapter au contexte économique et social du pays, l’ONACVG a vu ses missions évoluer au fil du temps. A la reconnaissance et la réparation est venu s’ajouter, depuis les années 80, un travail de mémoire effectué en liaison étroite avec les enseignants et le monde associatif avec comme point d’appui les neuf hauts lieux de mémoire gérés par l’ONACVG depuis 2011.

En 2016, l’ONACVG qui a également en charge l’Œuvre Nationale du Bleuet de France - ONBF - a célébré le centenaire de sa création.

Hélène Carrère d'Encausse en conférence

 Au Kiasma de Castelnau-le-Lez, mardi 16 octobre 2018

Conférence sur "Le Général De Gaulle et la Russie "

Historienne de la Russie et secrétaire perpétuelle de l’Académie française depuis 1999, Hélène Carrère d'Encausse dédicacera son ouvrage « Le général de Gaulle et la Russie » publié aux éditions Fayard en 2017.

L'Union soviétique que l'homme d’État préférait nommer Russie dès 1941 était au centre de son action et de son expérience. Un précieux apport à la réflexion géopolitique actuelle.

La rentrée de Lattes Université pour Tous

Les mardis culturels de Lattes université pour Tous - cycle de conférences 2018-2019 à l'espace Lattara

Cette année, une vingtaine de conférences seront proposées aux adhérents. Elles auront pour thèmes : économie, philosophie, mythologie, sciences, histoire contemporaine, santé… 

Mardi 9 octobre à 18h30, Maurice Vidal, professeur de philosophie, écrivain, s'entretiendra avec le public de "Ai-je le devoir de faire le bonheur des autres ?"

Au premier abord, il semble aller de soi que je doive faire le bonheur des autres, car l'exigence déontologique de bienveillance et de respect à l'égard d'autrui s'impose d'elle-même. L'altruisme prime sur l'égoïsme : toute la morale est là ! Mais les choses se compliquent dès qu'on s'aperçoit qu'il y autant de conceptions du bonheur que d'individus, et qu'il n'est pas dit qu'on sache ce que l'on veut exactement lorsque l'on dit vouloir être heureux. Or, à supposer qu'on le sache, en quoi cela engagerait-il l'humanité entière ? Ne court-on pas ici le risque d'un paternalisme dangereux et despotique ? Au lieu du bonheur, il serait peut-être plus sage d'opter pour le bien, au sens où Voltaire disait: "J'ai fait un peu de bien : c'est mon meilleur ouvrage".

Tout le programme des conférences  en 2018-2019

Pour les non adhérents, l'entrée est fixée à 5€. Gratuit pour les chômeurs et étudiants sur présentation de justificatifs.

Tel: 06 72 76 56 97  ou 06 01 96 22 09

Saussan : Automnales du Livre 2018

Présentation de la Maison d'édition Le Papillon Rouge, vendredi 5 octobre 2018

Alice d'Orques présentera le métier d'éditeur dans un premier temps, puis, dans une  belle conférence, Bernard Bourrié, jeune retraité à la tête de 62 conférences en Occitanie, ancien chercheur passionné d'histoire héraultaise, se penchera sur les portraits de personnalités locales telles que Jules-Emile Planchon, le Montpelliérain Bernard Délicieux qui combattit l'inquisition, Riquet, Guy de Chauliac, Saint Roch ... suite à la parution de son ouvrage ."Mille ans en Languedoc et en Roussillon" aux éditions de cette belle Maison .Papillon rouge.

Le Papillon Rouge publie des ouvrages autour du patrimoine et de l'Histoire de France, destinés au grand public. Un axe privilégié est cependant consacré au Languedoc-Roussillon, avec de nombreux ouvrages liés à cette région.

Salle des Trobars - Centre Culturel à 18h - Entrée libre


L'éditeur héraultais Hubert Delobette, fondateur de la Maison d'édition Le Papillon Rouge créée en 2003 à Villeveyrac, ne raterait pour rien au monde l'événement. « Les gens viennent pour rencontrer les écrivains, échanger avec eux et faire leurs achats en prévision des cadeaux de Noël ». En décembre 2017, Papillon Rouge Editions reçut le Prix lycéen " Lire l'économie" des mains du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer.

Pour visiter le site et découvrir les parutions de la Maison d'édition Le Papillon Rouge Editions.

Conférence Cambacérès à Saint Drézéry

C'est le vendredi 21 septembre, après 19 h, que cette commune à une vingtaine de kilomètres au nord de Montpellier se mettait à l'heure de Jean-Jacques Régis Cambacérès.

 

Thierry Tellier, conférencier

 

Ce Montpelliérain qui tutoya la grande Histoire et dont à Saint Drézéry la place près de l'église et du château qui portent son nom. Le village évoquait un Saint Drézérien honoraire. 

A la bibliothèque municipale, des panneaux rappelaient pour la centaine d'assistants, le Conseil d'Etat, le Consulat, la Restauration, faits ou périodes couvrant la Révolution, le régime napoléonien, le retour des Bourbon, le règne de Louis-Philippe d'Orléans. Et le Code Civil, une de ces "masses de granit" bases de la société française du XIXème siècle.

Dans la présentation que Michel Mercier fit - avec brio - deux points importants de la personnalité de Cambacérès furent mis en valeur. En 1776, à 23 ans, jeune avocat, il se retrouva chargé de famille. Son père, maire de Montpellier, est chassé, ruiné. Régis Cambacérès gardera toujours la peur de "manquer". Aussi, en 1795, resté au Clapas et chargé de la vente des biens nationaux, il acquiert 80 ha à Saint Drézéry autour du "château", en fait un manoir en déshérence. Pâtures, vignes, "grains" rapportaient et étaient une garantie pour des lendemains incertains. Lors du Directoire, il dirigea un cabinet d'affaires à Paris qui traitait avec la compagnie d'Anzin, la famille d'Orléans, tout aussi bien qu'avec des émigrés. L'argent, comme l'on sait, est inodore. Siégeant dans la "Plaine" sous la Convention, il dut son élévation à Bonaparte qui le fascinait. 

Après la prise de pouvoir par Bonaparte en novembre 1799, il est second consul. Devenu empereur, Napoléon le couvrira d'honneurs : la titulature de l'archichancelier d'Empire nécessiterait plusieurs lignes pour l'exposer. Et c'est sous le Consulat et en partie sous l'Empire que Cambacérès connaîtra son heure de gloire. Reprenant les travaux du "Comité de législation" de la Convention, il s'attelle à la demande de Bonaparte à l'unification du droit français avec une équipe de juristes. Comme l'a expliqué M. Jean Hilaire historien du Droit - université Panthéon-Assas, " il s'agissait d'unifier droit coutumier et droit romain, la législation de l'Ancien Régime et l'apport révolutionnaire". Cambacérès, secrétaire du Comité jouera un rôle majeur dans l'édification du nouveau code. L'Empereur le surnommait "le codificateur". Le Montpelliérain dut user de toute sa souplesse d'esprit, de son sens du compromis pour construire cette vaste synthèse juridique. Avec succès, car il n'y eut pas de rupture en France dans l'application des lois. En 1804, Napoléon pourra promulguer ce qu'il appelait "mon Code". A la fin de sa vie, sans illusion sur la gloire militaire, il savait que ce qui lui survivrait, ce serait le Code Civil. 

Il en est un peu de même pour Jean-Jacques Régis de Cambacérès. Il a traversé la tourmente révolutionnaire, servi Napoléon, signé un des premiers pour son abdication, est revenu pour les 100 Jours. Il manquait sans doute de Vertu, au sens révolutionnaire ou non. Mais il avait bien travaillé.

l'historien Jean Hilaire au côté de Philippe Saurel présent à la conférence