Une conférence sur la Ville Intelligente ou "Smart City"

Animée par Mr Alain Foucaran, professeur, directeur de l'IES de Montpellier et chercheur au CNRS,  la conférence sur la Ville Intelligente ou "Smart City" tentera de définir les impacts technologiques sur l'évolution sociétale et d'expliquer la mutation des usages, la place et la part de la technologie au service de l'homme...

Ce jeudi 13 décembre à 18h, au Jardin antique méditerranéen de Balaruc-les-Bains (rue des Pioch).

Aucun texte alternatif disponible.

L'Odyssée des plantes à Teyran

 Vendredi 25 janvier 2019 à 19h à la médiathèque

Serge Hamon, Teyrannais, présentera et dédicacera son livre “L’odyssée des plantes sauvages et cultivées : révolutions d’hier et défis de demain” (IRD Éditions et Quae Éditions).

Généticien à l’IRD de Montpellier, il a dirigé plusieurs unités de recherche traitant de la diversité et de l’adaptation des plantes.

Il a travaillé à l’international sur les ressources génétiques et dans un réseau de chercheurs en biologie végétale. Son livre, accessible à tous, retrace l’histoire au long cours des plantes et de l’homme.

De tout temps, les plantes ont apporté à l’homme des biens essentiels tels que nourriture, boissons, médicaments, matériaux… Leur rôle est crucial dans le fonctionnement de notre planète grâce à leur aptitude à fournir de l’oxygène, à stabiliser les sols et capturer le dioxyde de carbone. Pourtant, que connaissons-nous d’elles ?  

Pour en savoir plus, l’auteur nous guide à travers le périple évolutif des plantes, depuis leur origine jusqu’à nos jours. Une véritable odyssée marquée par les découvertes des premiers navigateurs, des botanistes, biologistes et généticiens qui, au fil des siècles, ont participé aux différentes révolutions scientifiques du monde végétal, jusqu’à celle toute récente de la génomique. Les sociétés elles-mêmes sont partie prenante de cette odyssée à travers l’évolution de leur alimentation et de leurs pratiques agricoles, leur gestion de l’agrobiodiversité et leurs logiques marchandes.  

Accessible à tous, étudiants et enseignants, botanistes ou agriculteurs, jardiniers amateurs, ce livre retrace l’histoire au long cours des plantes et de l’homme, faite d’avancées décisives et de défis à relever sans cesse. Il contribue à une meilleure connaissance du monde végétal, préalable indispensable pour adapter l’agriculture de demain aux contraintes climatiques et répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire mondiale.

Médiathèque de Teyran
Place du ballon
04 67 16 19 13

14 conférences des Sentinelles de la mer Occitanie

Les Sentinelles de la mer Occitanie porteront haut et fort les sciences participatives !


14 conférences seront proposées en espace scénique et salle de projection avec 5 conférences spéciales Hippocampes (avec Peau-Bleue).

Consultez la programmation des conférences Sentinelles 

 

Découvrez la programmation du Salon international de la plongée sous-marine 2019
Réservez vos places dès maintenant ! 

Parc des Expositions - Pavillons 5/2 et 5/3
1 place de la Porte de Versailles - 75015 Paris (France) 

Conférence au JAM "l'Intelligence Artificielle et l'Humain"

Alain FOUCARAN – Directeur de l'Institut d’Electronique et des Systèmes – unité Mixte de Recherche du CNRS et de l'Université de Montpellier forte de plus de 220 collaborateurs, a présenté le 17 décembre 2018 au Jardin Antique Méditerranéen à Balaruc-les-Bains et invité par le Conseil de développement de l'agglo - instance de démocratie participative, une conférence sur la nécessité de la mutation des usages numériques avec un « bon dosage » d''Intelligence Artificielle et d'humain.

C’est un spécialiste des capteurs et micro-systèmes et c’est à ce titre qu’il est l’auteur ou co-auteur de plus de 75 publications dans des revues internationales et de plus de 100 communications en conférences internationales et nationales. Il a dirigé plus de 22 thèses de doctorat et dirige encore aujourd’hui 2 thèses de 2 doctorat. En janvier 2013, la qualité de ses travaux de recherche sont reconnus par l’obtention de l’IBM Faculty Award et en 2015 il est nommé au grade le plus élevé de l’enseignement supérieur « Professeur des Universités de Classe Exceptionnelle ».

Pour essayer de construire une prospective à 20 ans, il s'appuiera sur un constat et deux affirmations : le constat est lié au fait que le vecteur majeur et incontournable de l'évolution et du rayonnement de l'humanité sera l'électricité : mobilité, technologies de l'information et de la communication etc... Ce constat étant posé, il donnera sa vision prospective de la prochaine décennie en formulant deux affirmations très personnelles : 1°) l'électronique, l'informatique et la robotique sont devenues indispensables à toute avancée scientifique et ce, toutes disciplines confondues. 2°) Si le XXème siècle a été le siècle des sauts technologiques - nous sommes passés de la marche à pieds à l'Espace - le XXIème sera le siècle des sauts d'usages et si l'on parle d'usage, il faut que les Sciences Humaines et Sociales soient repositionnées au centre des évolutions scientifiques – exemple du « clonage », technologie du XXème qui trouvera ses pleines applications et usages au XXIème, une fois les aspects éthiques et déontologiques traités par les Sciences Humaines et Sociales... Le questionnement associé à ces deux affirmations est le positionnement du curseur entre le « tout Intelligence Artificielle » et la part d'Humain – intégrant, lui, l'aléa, l'émotion, … et les Sciences Humaines et Sociales.

Lattara : conférence sur les ports antiques

Site archéologique Lattara-musée Henri Prades
jeudi 13 décembre 2018 à 18h30 à Lattes

Dans le cadre de l'exposition "La navigation lagunaire. 2000 ans de secrets révélés par le musée d'archéologie de Catalogne" qui se tient jusqu'au 7 janvier 2018, Ambroise Lassalle, conservateur du musée archéologique de Narbonne et Corinne Sanchez, chargée de recherche, CNRS, Archéologie des sociétés méditerranéennes proposent une conférence "Narbonne : de la fouille au musée. Les recherches sur les ports antiques".

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Salon des Vins des Grés de Montpellier

VENDREDI 14 DÉCEMBRE de 16h00 à 21h00
SAMEDI 15 DÉCEMBRE de 12h00 à 20h00

Conférence "Histoire des Grés de Montpellier" par M. Jean CLAVEL, samedi 15 décembre à 14h

Pour la 3e édition, pendant deux jours, vous pouvez déguster les vins des vignerons des Grés de Montpellier, vous pouvez les acheter et en faire profiter vos amis et votre famille à l'Hôtel Saint-Côme. Un moment unique et spécial porté par le Syndicat des Grés de Montpellier  qui a souhaité pérenniser cet événement en proposant à la CCI Hérault le renouvellement du partenariat initié en 2017 !
Participation de 3€, verre offert.

CETTE ANNÉE PRÉSENTATION du TOP 10 du MILLÉSIME 2016

PROGRAMME

Samedi 15 décembre à 14h00, gratuit : "Histoire des Grés de Montpellier" par M. Jean CLAVEL - fondateur de l’AOC Languedoc et Grés de Montpellier, historien du vin et créateur de l’Appellation d’Origine Contrôlée Coteaux du Languedoc. La conférence se tiendra dans la très belle salle Lapeyronie de l’Hôtel Saint-Côme, 32 Grand rue Jean Moulin.

Samedi 15 décembre à 16h00 - participation de 8€ : visite œnologique au Musée Fabre, comprendre les œuvres autour de la vigne et du vin et dégustation de trois Grés de Montpellier. Redécouvrez des œuvres autour de la vigne et du vin qui racontent notre appellation.
Réservation conseillée auprès du Musée Fabre, 25 places maximum. Participation au Salon offerte sur simple présentation du ticket d'entrée au Musée pour la Visite Oenologique.

Samedi 15 décembre à 16h30 - participation de 20€ : Master Class, déguster et comprendre les Grés de Montpellier au travers de la dégustation du TOP10 des Grés de Montpellier soit 10 vins par
M. Daniel ROCHE, Sommelier-conseil à la Maison des Vins du Languedoc, en salle Aimon JEAN de l’Hôtel Saint- Côme, ancienne salle du cotation du vin au début du siècle.
Réservation fortement conseillée, 12 places maximum.

RESTAURATION SUR PLACE avec CABIRON TRAITEUR

L’image contient peut-être : texte

CONFÉRENCE - Vendredi 30 novembre à La PANACÉE à Montpellier

L’image contient peut-être : bandesCONFÉRENCE - Vendredi 30 novembre 2018 - 18h30

à La PANACÉE à Montpellier

Katrina Burch abordera des questions telles que l’anti-naturalisme, le techno-matérialisme, l’abolitionnisme du genre et le polyamour, autant de notions développées dans l'ouvrage intitulé Xenofeminism publié récemment par la chercheuse Helen Hester.

Avec la participation de Tara Londi, commissaire de l'exposition collective Mademoiselle, et en présence des artistes Florence Peake et Eve Stainton, en amont de leur performance Kneading Paradise qui sera présentée le lendemain au Crac Occitanie à Sète.

LA PANACÉE - MoCo
14 r Ecole de Pharmacie, 34000 MONTPELLIER
Tél : 04 34 88 79 79

Café Psycho " Qu'est-ce qu'être normal ?"

Jeudi 22 novembre 2018 - Les Coulondrines
Saint Gély du Fesc

La normalité, les normes sociales, le pathologique, le différent, où nous situons-nous et où le sommes-nous par les autres ? Est-il intéressant d'être "hors-normes ? Seront évoquées quelques normes sociales qui déterminent nos comportements sans que nous en ayons toujours conscience. 

Les Coulondrines - 4 rue des Erables.

Conférence sur l'Histoire de Montpellier à Villeveyrac

Le Mastroquet, Association très dynamique à Villeveyrac avait, le jeudi 15 novembre 2018, demandé à Jean-Louis Bonnet de présenter l'histoire de Montpellier.


Montpellier est une ville très récente puisque fondée en 985 alors que les villes voisines (Castelnau, Lattes, Mauguio…) sont beaucoup plus anciennes. Le comte de Mauguio donne, en effet, à un certain Guilhem un vaste territoire inoccupé qui se trouve entre Lez et Mosson. Guilhem, puis ses descendants, vont faire littéralement exploser ce territoire en l’amenant en à peine trois siècles au rang de deuxième ville française avec 40 000 habitants.

Guilhem V, parti avec la première croisade à Jérusalem, découvre les épices du Moyen Orient et organise l’arrivée de ces marchandises à Montpellier. Guilhem VI renforce encore ce commerce. Guilhem VII organise la fortification de la ville avec de solides remparts et accueille Placentin fondateur de l’Ecole de Droit de Montpellier. Guilhem VIII a un coup de génie en ouvrant l’enseignement de la médecine aux médecins juifs et musulmans ce qui va véritablement fonder l’Ecole de médecine de Montpellier (1181). Montpellier est ainsi aujourd’hui la plus ancienne école de médecine du monde occidental.

Guilhem VIII se marie avec Eudoxie, petite fille de Jean Comnène empereur de Byzance. Eudoxie donne naissance à Marie de Montpellier. Au décès de Guilhem VIII (qui avait répudié Eudoxie pour épouser une princesse de Castille) les bourgeois et consuls de la ville privilégient Marie au dépens de Guilhem IX fils d’Agnès de Castille – deuxième épouse de Guilhem VIII.

Marie de Montpellier  épouse Pierre II d’Aragon en 1204. Ils donnent naissance à un petit Jacques (1208) que, sans aucun scrupule, Pierre II laisse en otage à Simon de Montfort qui vient d’arriver en Languedoc à la tête de l’armée papale en croisade contre les Albigeois. Pierre II pense se concilier ainsi les grâces de Simon de Montfort en organisant (très à l’avance) une union entre son fils et la fille de Simon. Le Pape, saisi par Marie, catastrophée d’être ainsi séparée de son jeune fils, place Jacques d’Aragon sous la protection des Templiers qui vont l’éduquer, Mais changeant totalement sa politique, Pierre II s’allie avec le Comte de Toulouse et défie Simon de Montfort à la bataille de Muret où il est tué en 1213.

Marie meurt la même année laissant Jacques Ier d’Aragon orphelin. Descendant de trois prestigieux lignages : par son père, il est l'héritier des rois d'Aragon, et par sa mère, il descend des Guilhem et il est apparenté à la famille impériale byzantine des ComnènesJacques le Conquérant va se révéler un très grand Roi. Il  normalise le droit dans les territoires de la couronne d’Aragon, développe le système des parlements, poursuit la reconquête face aux musulmans, reprend Majorque et continue à développer Montpellier. Il dit de Montpellier, sa ville natale, qu’elle est la plus belle de l’Univers ! Les Aragonais créent le quartier de l’Ancien Courrier. C’est l’apogée de Montpellier !

Pour la ville, le temps se gâte ensuite avec les successeurs de Jacques le Conquérant ; Jacques II réside surtout en Catalogne où il crée le palais des rois de Majorque (Perpignan), Sanche fils de Jacques II ne laisse pas de grands souvenirs et Jacques III, neveu de Sanche, violent et détesté, vend Montpellier à Philippe VI de Valois.

Montpellier est désormais dans le royaume de France. Montpellier va, en cette fin de Moyen Age, connaître de terribles événements qui vont quasiment la ruiner. Les conséquences de la guerre de cent ans, des conditions climatiques désastreuses, la grande peste, réduisent de trois quarts la population de la ville. Seules deux petites lumières s’allument dans cette sombre nuit : le dévouement d’un jeune garçon nommé Roch (figure emblématique de Montpellier) et la réussite d’un jeune Lozérien, étudiant en théologie, et devenu Pape sous le nom d’Urbain V. Il dote Montpellier d’un magnifique couvent (siège actuel de la Faculté de Médecine) doté d’une église somptueuse (la future cathédrale Saint Pierre).

Le règne de François 1er propulse Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier, sur le devant de la scène. Erudit, diplomate, ambassadeur du Roi auprès du Pape, Guillaume Pellicier va devoir gérer l’arrivée du protestantisme. La ville devient très vite majoritairement protestante et entre dans de terribles conflits entre les tenants des deux religions. Matée sous les canons de Louis XIII, la ville sortira exsangue de ces funestes guerres de religion.

Résultat de recherche d'images pour "photos sans droit des monuments de montpellier"Le règne de Louis XIV apportera heureusement  de grandes réalisations : esplanade royale du Peyrou, aqueduc des Arceaux, château d’eau, fontaines et superbes « Folies ». Mais très vite la révolution intervient. Même si Montpellier vit une « révolution tranquille », son maire Jean-Jacques Louis Durand est guillotiné, le conventionnel Cambon vit un conflit très dur avec Robespierre – dont il sort d’ailleurs gagnant – et Cambacérès commence à placer ses pions.  Sous Napoléon 1er, c’est en effet Cambacérès qui est en première ligne, Archichancelier de l’empire, il est chargé de la rédaction du Code Civil toujours en vigueur (même si abondamment amendé depuis).

Sous la restauration, Montpellier  bénéficie essentiellement de la création du Musée, François-Xavier FABRE revenant à cette occasion à Montpellier.

L’histoire du second empire est essentiellement marquée par le nouveau développement du musée Fabre avec Bruyas, le passage à Montpellier de Gustave Courbet et l’éclosion puis hélas ! la disparition de Frédéric Bazille. Mais il y a aussi, sous la conduite du Maire Pagézy, quelques grands travaux, notamment la réalisation de la rue Foch et l’érection des églises Sainte Anne et Saint Roch.

Jean-Louis Bonnet passe ensuite très vite sur la période moderne, beaucoup mieux connue de l’auditoire, s’arrêtant seulement sur les réalisations de  François Delmas (Polygone et Zoo du Lunaret) et de Georges Frèche (Antigone, Médiathèque Emile Zola, Tramway, Corum, Opéra Berlioz). Il qualifie Georges Frèche, grand bâtisseur de « Dernier des Guilhem ».

Annick Pratlong

Rendez-vous Recherche à Montpellier

La Fondation ARC, en partenariat avec le journal Midi Libre, propose des Rendez-vous Recherche afin de mettre en relation des chercheurs soutenus par la Fondation ARC et le public.

L’image contient peut-être : texte


Mercredi 7 novembre, à Montpellier, ce Rendez-vous Recherche sera dédié aux avancées de la recherche sur le thème "Le sport face au cancer". 

La Fondation ARC souhaite apporter au public des réponses concrètes sur cet enjeu majeur de la recherche en cancérologie : l’évaluation du bénéfice de la pratique d’une activité physique ou sportive adaptée pour les patients atteints de cancer.

Seront présents : 
- Grégory Ninot, professeur à l’Université de Montpellier, directeur de la Plateforme universitaire CEPS, co-directeur d’une équipe de recherche du laboratoire Epsylon.
- Le Docteur Pierre Senesse, médecin coordonnateur du département de soins de support et responsable de l’unité de nutrition clinique et gastroentérologie de l’Institut régional du cancer de Montpellier (ICM) Val d’Aurelle.
- Le Docteur Arnauld Verschuur du service d’hématologie et oncologie pédiatrique de l’Hôpital de la Timone (AP-HM), à Marseille qui est spécialisé dans la prise en charge des enfants atteints de cancer.

Animé par Olivier Biscaye, Directeur Rédaction de Midi Libre.

Conférence gratuite et ouverte à tous. Inscription obligatoire.

Rue du Mas de Grille à Saint Jean-de-Védas de 18h45 à 20h15.

De la clinique de l’infertilité aux rendez-vous du désir avec le Docteur Reboul

Vendredi 9 novembre 2018 à 18 h 00, rencontre avec Jean Reboul qui présentera son dernier livre, « De la clinique de l’infertilité au rendez-vous du désir » au Editions Erès en collaboration avec les librairies Sauramps.

A l’Auditorium du Musée Fabre – 39, Boulevard Bonne Nouvelle 34000 Montpellier

Entrée libre

Jean Reboul est médecin gynécologue, docteur en psychologie et en biologie humaine, ancien chef de clinique à la Faculté. Il est aussi psychanalyste membre de l’École de la cause freudienne (ECF) et de l’Association mondiale de psychanalyse.

Jean 2

Son dernier livre « De la clinique de l’infertilité aux rendez-vous du désir » est un essai clinique personnel, qui se lit comme un roman, sur le mystère du commencement, l’énigme du féminin, le mystère de l’amour et celui de la vie… 

« A partir de l’histoire clinique d’une femme infertile confrontée au paradoxe de son désir d’enfant et de son désir d’être mère, l’auteur, gynécologue et psychanalyste, témoigne des effets déterminants d’une rencontre. Formé aux biotechnologies les plus avancées, il montre que seule la reconnaissance de l’effet du langage comme extérieur au corps permet de comprendre pourquoi dans l’expérience clinique médicale, il y a un hiatus entre la cause et l’effet qui va à l’encontre d’un déterminisme supposé. »   Jean Reboul

L’écriture de cet essai est dû pour Jean Reboul a une  nécessité de transmission.

L’expérience clinique a été le fondement de sa recherche.

« Il est important de découvrir, chacun de sa place, qu’une élaboration purement objectivante laisse toujours échapper la vie. Dans la rencontre nous pouvons repérer ce que les patients nous enseignent : la question du sujet, celle du corps, la question du désir, du symptôme, du langage et du temps. La clinique nous révèle dans la rencontre un irréductible, un point de réel qui échappe à la science et sur lequel la parole a des effets.

La question: « qu’en est-il du sujet à l’heure des neurosciences » a suscité cette année de passionnants échanges où les neuroscientifiques les plus avertis ont ouvert l’espace incontournable du sujet.

Dans le plus grand respect des découvertes biologiques nous laisserons encore cette année parler la clinique pour mieux entendre notre interrogation : « qu’en est-il du désir à l’heure de la technique ? » Dans laquelle résonne déjà, au fil du temps, un invariant toujours source de vie.

Dans le plus grand respect des découvertes biologiques nous laisserons encore cette année parler la clinique pour mieux entendre notre interrogation : « qu’en est-il du désir à l’heure de la technique ? » Dans laquelle résonne déjà, au fil du temps, un invariant toujours source de vie. »