Kito le Héraultais au départ de la transat

Ce dimanche 4 novembre à 13h30, les 37 bateaux de la 13ème transat Jacques Vabre appelée aussi la "Route du café" ou encore "transat en double" sont en route.

Les 74 skippers ont appareillés du port du Havre pour rallier le plus rapidement possible la ville de Salvador de Bahia au Brésil, soit 4 350 milles, un peu plus de 8000 km. Il leur faudra entre une et trois semaines de navigation pour arriver à bon port. Le record actuel est de 10 jours 38 minutes et 43 secondes, temps réalisé en 2007 par Franck Cammas et Stève Ravussin sur Groupama.

37 bateaux engagés, des monocoques aux multicoques

Dans cette 13ème édition, un bateau attire tous les regards : le Maxi et « Ultime » Edmond de Rothschild de son nom de baptême, « Gitana 17 », un bijou de technologie de plus de 32 mètres de long pour 23 mètres de large avec un tirant d’air (hauteur totale) de 37 m, une grand voile de 250 kg, le poids total du bateau étant de 15 tonnes. C’est le premier bateau océanique capable de « voler » il effectuera ici sa première grande sortie.

Celui qui porte tous nos espoirs, c’est l’Héraultais Kito de Pavant. De son vrai nom Christophe Fourcault de Pavant. 

Le monocoque de 18 mètres skippé par Kito de Pavant

 Il est né à Saint-Pardoux-la-Rivière le 23 février 1961 en Dordogne, et réside à Montferrier sur le lez dans l’Hérault. Son coéquipier Yannick Bestaven, est né en 1972 à Saint Nazaire et vient d'acheter un IMOCA, l'ancien Initiatives-Cœur de Tanguy de Lamotte. Le palmarès de Yannick en ferait pâlir plus d’un ! Entre autre double vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Classe 40 en 2015. Leur bateau rebaptisé le « Bastide-Otio » est un monocoque de 60 pieds, soit 18,28 mètres.

Kito de Pavant est père de 5 enfants. Il a poussé au plus loin sa passion pour la voile, jusqu’à en faire son métier. La voile Kito l’a découvert lorsque ses parents se sont installés en Camargue au bord de la Méditerranée. Sa carrière de skipper commence réellement au début des années 2000. Il participe plusieurs fois à la solitaire du Figaro qu’il gagne en 2002. Mais la chance n’est pas toujours avec lui, lors des trois dernières éditions du Vendée globe, après avoir tour à tour démâté en 2008, il percute un chalutier en 2012 et heurte un cachalot en 2016 ! Mais la course au large c’est aussi ça ! On va croiser les doigts pour cet équipage prestigieux, et puis comme disait Pierre de Coubertin l’important n’est il pas de participer ? Mais dans cette belle aventure humaine on leur souhaite plus que ça… Et surtout bon vent…

Georges Cantin

Site officiel pour suivre la course : https://www.transatjacquesvabre.org/

Photos : Gérard Leménager - Le Havre  http://aplemontphoto.blogspot.fr/