Du narcissisme de l'art contemporain

Alain Troyas et Valérie Arrault sont tous deux, au sein de l’université Paul Valéry Montpellier III, agrégés en arts plastiques, maître de conférences et professeur. Ils signent tous les deux un ouvrage à charge : « Du narcissisme de l’Art Contemporain ». Les contempteurs de cet art dit « contemporain » sont souvent traités d’arrière-garde, de réactionnaires et de bien d’autres amabilités. Les deux auteurs, peu soupçonnables de tels maux de par leurs activités et leurs engagements, inscrivent leur ouvrage aux Editions L’Echappée dans la collection si bien nommée « Pour en finir avec », c’est dire leur peu de sensibilité aux arguments de modernité, d’audace et de liberté mis en avant pour qualifier cet art. Ils en dénoncent au contraire l’insignifiance et la redondance à travers plusieurs chapitres qui examinent successivement le vide, le banal, l’absurde, le déchet, le pornographique, la scatologie et le morbide qui constituent les caractéristiques de ses expressions, et ils en citent de nombreux exemples.

Ils posent l’Art Contemporain comme ensemble de pratiques en accord avec l’idéologie dominante, le libéralisme-libertaire et le « marché du désir » tel que les avait définis Michel Clouscard. L’art contemporain se veut en rupture dans l’histoire avec l’héritage culturel et dans l’éthique avec la tradition humaniste, mais dans sa recherche obsessionnnelle de la subversion et de la transgression, « il éclaire crûment l’exaltation de la libération du désir comme but et moyen que se donne le capitalisme pour maintenir son règne ». Si tout est art et rien n’est art, selon la déclaration de Yves Michaud, « l’artiste devient alors celui qui détient la vérité contre un monde extérieur, en l’occcurrence le grand public en retrait, et qu’il se donne pour mission d’éclairer ». Le libéralisme libertaire comme l’art contemporain prétendent que la liberté est dans le marché du désir, et donc « un individu libre est un individu supérieur et qui, par conséquent, n’a pas d’autre loi que son moi ».

M. P.

 

Du narcissique de l’art contemporain 
de Alain Troyas et Valérie Arrault aux Editions L’Echappée