Département : l'eau, un élément clé

En raison des caractéristiques géologiques et climatologiques du territoire, le Département a fait de l'eau un élément clé de sa politique environnementale. ... aide technique et conseil aux collectivités locales : pour l'assainissement, l'eau potable, la protection des ressources et la gestion des milieux aquatique.

Inestimable source de vie, l’eau doit être protégée et devenir accessible à tous. Le Conseil départemental se donne pour mission de gérer et protéger cette précieuse ressource. En raison des caractéristiques géologiques et climatologiques du territoire, le Département a fait de l’eau un élément clé de sa politique environnementale. Son action dans ce secteur se décline en plusieurs axes :

    • protection et qualité : très présente sur le territoire, l’eau doit être protégée et surveillée, qualitativement et quantitativement ;

    • gestion et partage : il faut maîtriser la demande en eau, fédérer par les acteurs pour optimiser les actions, sensibiliser aux nouvelles techniques et rationaliser les usages ;

    • recherche en eau : dans un contexte d’évolution démographique, tout en luttant contre le gaspillage, il s’avère indispensable de mobiliser de nouvelles ressources pour répondre aux besoins futurs en eau potable et en eau brute ;

    • aide technique et conseil aux collectivités locales : pour l’assainissement, l’eau potable, la protection des ressources et la gestion des milieux aquatiques ;

    • à l’international : le Département s’investit intensément  dans des réseaux internationaux et des programmes de coopération qui participent au rayonnement de l’Hérault, reconnu mondialement pour ses compétences dans ce domaine.

Capture

TOUT SAVOIR SUR L'EAU

Assainissement
Eau potable
Eau à l'International
Gestion par bassin versant
Ouvrages hydrauliques
Qualité 
Télécharger les annales climatologiques et hydrologiques 2010 
Télécharger l'étude prospective des filières d’épuration des petites collectivités 
Télécharger le schéma départemental d'assainissement de l'Hérault 2010-2021

Pour l'eau potable :

Parce qu’elle supporte mal les longs voyages et que les kilomètres de canalisation coûtent cher, il faut aller chercher l’eau au plus près des lieux de distribution. L'essentiel des ressources en eau du département provient des nappes souterraines. Les rivières et les fleuves fournissent moins de 10 % de l'eau disponible.

Le programme départemental de recherche d’eau, à partir de l’étude des ressources existantes pour leur optimisation, intervient sur le territoire afin de garantir aux populations héraultaises l’accès  à une eau  qui satisfasse les besoins en termes de quantité et de qualité.

Le captage des eaux souterraines nécessite la mise en place de périmètres de protection pour écarter toutes sources de pollution potentielles. Dans le cadre de l’assistance technique, le Département aide les collectivités rurales à obtenir les autorisations réglementaires à travers l’élaboration des dossiers préparatoires, ainsi que le pilotage de la procédure aboutissant à l’arrêté de DUP (Déclaration d’utilité publique).

De plus, les réseaux départementaux de suivi des nappes souterraines permettent de dresser un état mensuel quantitatif de la ressource, ainsi que de mesurer et analyser l’évolution de leur qualité.

Captée en milieu naturel, l’eau n'est pas toujours potable. Elle doit ensuite être acheminée par des canalisations jusqu'à une usine de traitement où elle est éventuellement décantée, filtrée (filtres à sable, membranes…), puis désinfectée, généralement par adjonction de chlore, ou au moyen d’ozone ou d’ultraviolets. Une fois ces opérations terminées, et pour préserver sa qualité, l'eau potable sous pression est acheminée, grâce un réseau souterrain de tuyaux, vers les réservoirs, puis les habitations. En fonction du niveau de production et de consommation, elle est stockée dans des réservoirs (châteaux d'eau ou bassins couverts) installés en hauteur sur chaque commune.

La population héraultaise a atteint 1. 111. 891 habitants en 2013 et augmente de près de 1 000 habitants tous les mois. Il est donc essentiel d'éviter tout gaspillage et de rechercher de nouvelles sources d'approvisionnement en eau.

Le Département amplifie ses efforts en faveur des économies d’eau et du recours aux ressources de substitution.

 Télécharger le guide sur les ressources de substitution 

Le territoire héraultais est  par des structures de gestion de l'eau par bassins versants. Ceci est largement dû au travail de structuration des acteurs publics de l'eau mené par le Département depuis 25 ans. De l'Ouest vers l'Est, ont été successivement créés :

le syndicat mixte de la basse vallée de l'Aude (1985) ; 

le syndicat mixte du Delta de l'Aude (2006) ; 

le syndicat intercommunal d'aménagement du Minervois (2005) ; 

le syndicat mixte du bassin de l'Agout (2008) ; 

le syndicat mixte des vallées de l'Orb et du Libron (1997) ; 

le syndicat mixte d'étude et de travaux de l'Astien (1990) ; 

le syndicat mixte de gestion du Salagou (2005) ; 

le syndicat mixte du bassin du fleuve Hérault (2009) ; 

le syndicat mixte du bassin de Thau (2005) ; 

le syndicat du bassin du Lez (2005) ; 

le syndicat mixte du bassin de l'Or (2009) ; 

le syndicat mixte du Vidourle (1989).

Ces structures, dont 4 sont interdépartementales, regroupent les collectivités locales et, pour 9 d'entre elles, le Département. Souvent créées d’abord pour une mission spécifique, comme la lutte contre les inondations, elles sont désormais chargées de plusieurs actions relevant de l'intérêt général : élaboration et mise à jour d'outils de gestion tels des contrats de rivière, de nappe, des programmes d'aménagement et de prévention des inondations ou des schémas d'aménagement et de gestion de l'eau. Elles participent au suivi qualitatif et quantitatif des ressources en eau, à la gestion des zones humides et au maintien de la biodiversité.

Engagées également dans la sensibilisation de la population aux questions de bonne gestion de l'eau, elles animent études et concertations entre acteurs publics et privés. Le Département met en réseau au quotidien ces structures pour les aider à mutualiser leurs moyens et méthodes d'action dans une logique d'amélioration continue.