Enigme à Cournonterral

Cournonterral, ville étrange en proie à de mystérieux événements. Les passants ont pu découvrir dans le centre ville quelques singuliers hiéroglyphes mêlant symboles et paroles poétiques dans un langage choisi et une orthographe parfaite. Un double tracé en pointillé parcourt la Grand-Rue, tracé sinueux mais faussement éthylique et semblant signifier plus un propos précis qu’une errance alcoolisée. Message subliminal à plus d’un titre, cette manifestation digne d’un happening d’art contemporain laisse dubitatif le passant interloqué, déjà passablement inquiet par les temps qui courent entre virus et terrorisme.
Une mystérieuse pollution avait déjà frappé la rivière qui traverse la commune, le Coulazou, laissant désolation et pestilence pendant que s’éternise une hypothétique enquête. Le mystère serait lié aux arcanes des réseaux pluviaux dont personne finalement depuis des décennies n’arrive à en percer les dispositions. A présent nous découvrons un mystère au grand jour, la poésie est dans la rue. Jean Pierre Siméon, poète et dramaturge, déclarait dans son dernier ouvrage : «la poésie sauvera le monde si rien ne le sauve, du reste, elle le sauve chaque jour de son indignité.»
Michel Puech