Les nouveaux ambassadeurs des Grés de Montpellier

Facétie du temps, la pluie s'est invitée le 26 juin au Château de Flaugergues lors de la dégustation des AOP Languedoc Grés de Montpellier 2015, comme elle avait compliqué l’élaboration d’un millésime très arrosé. Olivier Durand, président du syndicat, l’a rappelé en préambule. « Fraîcheur, élégance et harmonie dominent un millésime à l’opulence moins marquée qu’en 2014, tirant plus sur des vins plaisir », avec un air de famille malgré des écarts de pluviométrie entre l’est et l’ouest montpelliérain donnant plus ou moins de sucrosité et de structure aux vins. L’homogénéité à laquelle les vignerons travaillent de concert poursuit néanmoins sa progression. Depuis quinze ans, date du premier millésime ayant obtenu la dénomination, des caractéristiques communes se dessinent, reconnaissables à la robe pourpre, soutenue, des vins, à leurs arômes de fruits rouges, à leur pointe épicée. Le cheminement qualitatif montre l’évolution vers de la finesse, de la gourmandise, que recherchent les consommateurs, évalue Olivier Durand.
Avec Pierre de Colbert, fils des actuels propriétaires, en hôte des lieux, c’est la folie montpelliéraine édifiée fin XVIIe siècle par Etienne de Flaugergues qui accueille cette année la dégustation, toujours liée, dans les actions du syndicat, au patrimoine architectural et culturel de la métropole, que ce soit lors de la balade phare dans la ville en mai, ou lors du tout nouveau salon des vins en décembre, dans l’Hôtel Saint-Côme.

La soirée fournit aux vignerons l’occasion de travailler sur l’homogénéité d’une vaste dénomination, couvrant quarante-six communes autour de Montpellier. Philippe d’Allaines, à l’Abbaye de Valmagne, le met en avant: « Chacun d’entre nous se restitue par rapport à l’ensemble. C’est très intéressant, cette dégustation nous étalonne ». Dans une ambiance studieuse, la dégustation se déroule à l’aveugle pour tous, vignerons, puis journalistes, cavistes et restaurateurs. L’anonymat ne sera levé que le lendemain, découvrant un palmarès de treize vins, qui feront office d’ambassadeur du cru dans toutes les manifestations où l’AOC sera présente. Le millésime 2015, bientôt commercialisé, se découvre chaleureux et gourmand. La sélection rassemble des fleurons de l’appellation, Abbaye de Valmagne, Mas de Novi, Château Saint-Martin de la Garrigue, rejoints par la jeune garde, Clos de l’Amandaie, Domaine de Roquemale. Deux communes, Montagnac, avec trois domaines, et Villeveyrac, avec deux, y figurent en force. La pluie y a été  bénéfique, à l’inverse de l’est montpelliérain, représenté par trois vins seulement, du Chai d’Emilien à Sussargues, des Vignerons du Pic à Assas et du Chemin des rêves à Saint-Gély-du-Fesc. Une mention spéciale au Domaine de Roquemale, présent dans la sélection pour trois cuvées différentes, dont un Grés au nez de truffe, et de champignon, à la bouche finement épicée, et une cuvée Male archétype de la dénomination, à la robe intense, aux arômes de fruits rouges et notes poivrées.
A la suite de la découverte du millésime 2015, les Grés de Montpellier proposaient une remontée dans le temps, avec la dégustation de vieux millésimes, de 2001 (juste avant l’obtention de la dénomination) jusqu’en 2011. Dix ans de travail, et une surprenante capacité à vieillir pour quelques cuvées magnifiques: le 2001 de Château Haut-Blanville à Saint-Pargoire, à la robe tuilée, aux arômes de cacao, griotte, à l’élégance soyeuse en bouche. Dans la même veine, le Clos de l’Amandaie 2006, l’Abbaye de Valmagne 2007, le Mas de Novi 2008  confirment la pertinence des choix de cette jeune appellation. Une surprise clôt ce vaste survol: un 2011 de Cours Saint-Vincent,  tout en maturité déjà.
A la nuit tombante, Flaugergues dresse sa silhouette, impassible sous la pluie, enserrée de jardins et de vignobles historiques tournés aujourd’hui vers la lointaine Chine et l’export. Un glorieux passé transmet le flambeau à une poignée de jeunes vignerons, déterminés à porter la renommée de leurs vins, de leurs terroirs de cailloux, ces grés dont ils familiarisent le nom, occitan, en France comme à l’étranger.

Florence Monferran

Les ambassadeurs de l’année
  • Abbaye de Valmagne Cuvée de Turenne 2015
  • Mas du Novi Chemin de Novi 2015
  • Château Saint Martin la Garrigue
  • Chemin des Rêves Éxubérant 2015
  • Clos de l'Amandaie Huis Clos 2015
  • Domaine de Roquemale Lema 2015
  • Mas du Novi O de Novi 2015
  • Chai d'Émilien Épopée 2015
  • Vignerons du Pic Château d'Assas 2015
  • Domaine de Roquemale Male 2015
  • Domaine de Roquemale Grés 2015
  • Château Paul Mas Clos de Savignac 2015
  • Château l'Engarran Château 2015
Dégustation de vieux millésimes
  • Abbaye de Valmagne Cardinal de Bonzi 2007
  • Château Bas d'Aumelas Égérie 2010
  • Château l'Engarran Château Magnum 2001
  • Château Haut Blanville Haut Blanville 2001
  • Clos de l'Amandaie Huis Clos 2006
  • Clos Sorian Grès 2008
  • Cours Saint Vincent Clos du Prieur 2011
  • Château Paul Mas Clos de Savignac 2009
  • Domaine de la Triballe Capitelle 2010
  • Mas du Novi 2008

Et pour rafraîchir l'atmosphère lourde et orageuse, quelques vins blancs et rosés étaient proposés, pour compléter la dégustation de l'AOP Languedoc- Grés de Montpellier, uniquement composée de vins rouges.


Une Collection 2017 des Pays d’Oc IGP à la saveur particulière

Syndicats du cru et instances interprofessionnelles du Languedoc sélectionnent depuis le printemps leurs meilleures cuvées, qui porteront le flambeau des vins de la région dans les différentes manifestations viticoles, tant  en France qu’à l’étranger. Avec ses Vignerons ambassadeurs, c’est une sélection particulière, une Collection « haute couture » qui marque le trentième anniversaire des Vins de Pays d’Oc. A la saveur de la célébration, s’ajoute celle du travail accompli, occasion d’un retour sur le chemin parcouru. Florence Barthès, directrice générale, évoque ces années passées à créer une force économique, une qualité et une  renommée : « Créé en 1987, notre label a consacré vingt ans à la résurrection du vignoble via un travail de ré-encépagement, pour construire une offre de vins de cépages de qualité, au process de traçabilité unique, en alternative aux surfaces non classées en AOC ».  Une fois le défi relevé, il a fallu « segmenter cet immense navire de 6 millions d’hectolitres et mettre en place un événement capable de promouvoir ses vins d’exception. (…) Collection  proclame l’identité et l’origine Pays d’Oc IGP, atteste de son savoir-faire et de sa créativité. En un mot, une liberté d’expression dans l’excellence. »
Douze experts internationaux, représentant 7 nationalités différentes ont composé  le Grand jury 2017 réuni le 29 juin à Béziers. A sa tête, Samuel Masse, Président des Jeunes Agriculteurs de l’Hérault, incarne la génération Pays d’Oc. « Je suis né et j’ai grandi avec ce label qui pour moi, a toujours été un moteur ».
Le palmarès célèbre 28 cuvées, dont 14 blancs, 2 rosés, 12 rouges et 4 vins biologiques, choisies parmi 67 vins présélectionnés, alors qu’un record de participation a vu 83 entreprises s’inscrire cette année.
La saveur des cépages s'offre dans sa diversité, son renouvellement. A côté des cépages mondialisés, cabernet sauvignon, chardonnay, syrah, et des cépages ancrés dans les terroirs du sud, grenache, carignan ou terret, les Pays d’Oc IGP innovent depuis plusieurs années par l’introduction dans leur cahier des charges, à l’instar de l’insolite portan, de nouvelles variétés,  qui enthousiasment la journaliste et écrivaine, Master of Wine, Rosemary George : « le label a eu raison de s’ouvrir à de nouveaux cépages, lesquels offrent ici des résultats excitants, inattendus… Un albarinho à l’expression délicate, différente du profil espagnol… Un pinot noir frais en bouche, élégant… Un petit verdot merveilleusement allié à une syrah qui estompe sa richesse tannique. L’avenir est là ! ».
La Collection 2017 a la saveur de cet avenir, avec la volonté appuyée des Vins de Pays d’Oc IGP de passer le témoin à la jeune génération, incarnée par la présence de Samuel Masse. Il en va du renouvellement et de la pérennité des exploitations, confrontées au vieillissement des propriétaires, au prix « exorbitant » des terres, aux difficultés de plantation. Une aide de 1000 €/ha est allouée pour les bénéficiaires de l’aide régionale à la plantation dès lors qu‘ils déclarent leur plantation nouvelle en IGP Pays d’Oc. « Une façon d’accompagner ceux qui feront le Pays d’Oc de demain » assure Florence Barthès.
30 ans, « l’âge de raisin » conclue avec humour le label. Un bel âge et 28 cuvées porteuses de cet espoir pour le Languedoc viticole, un espoir aux saveurs méditerranéennes, dans une vision internationale.

Florence Monferran

 

Vins de Pays d'Oc IGP, un label leader

1 200 vignerons indépendants et 230 caves coopératives
1ère IG française en volume
1ère IG française à l’export
1ère IG française productrice de rosé
1 bouteille de vin bio sur 4 vendue en GD française
120 000 hectares de vignes, soit la moitié du vignoble du Languedoc-Roussillon
743 millions d’éq. cols commercialisées dont 48 % à l’export
3,6 Milliards d’euros de chiffre d’affaires 

 

 

 

Ambassadeurs Collection 2017 

Blancs

Blanville, cuvée Chardonnay Roussanne 2015
Calmel & Joseph, cuvée Villa Blanche chardonnay 2016
Domaine Gayda, cuvée Figure Libre chenin blanc 2015, Vin biologique
Domaine La Fadèze, cuvée Terret 2016
Domaine Rives-Blanques, cuvée Chardonnay-Chenin 2016
Maison Ventenac, Cuvée de Marie 2016
Famille Guilhem, cuvée Famile Guilhem, Sauvignon 2016
Laurent Miquel, cuvée Solas 2016
Domaines Paul Mas, cuvée Astélia Chardonnay 2016
Les Jamelles, cuvée Les Jamelles Gewurztraminer 2016
Les Vignerons de Puimisson, cuvée Le Pas du Centurion 2016
Les Vignerons du Sommièrois, cuvée Viognier 2016
Les Vignobles Foncalieu, cuvée Le Versant 2016
Domaine d’Aigues Belles, cuvée Permier Rolle 2016

Rosés

Domaine de L’Engarran, cuvée Terres de L’Engarran 2016
Gens et Pierres, cuvée Sud-Sud Rosé 2016, Vin biologique

Rouges

Anne de Joyeuse, cuvée Loriu Rouge 2016
Anne de Joyeuse, cuvée Gargantuavis 2016, Vin biologique
Domaine de Gourgazaud, cuvée Quintus 2014
Domaine Gayda, cuvée Figure Libre Cabernet Franc 2015
Domaine les Yeuses, cuvée Ô d’Yeuses 2015
Domaine les Yeuses, cuvée Syrah Les Epices 2015
Laurent Miquel, cuvée Solas 2016
Les Jamelles, cuvée Les Jamelles Mourvèdre 2015
Valensac – le Domaine, cuvée Entre Nous selon Valensac 2015
Domaine de la Baume, cuvée Saint Geniès 2016
Domaine du Grand Chemin, cuvée Clos Rogé 2014
Domaine de la Jasse, cuvée Réserve d’Excellence 2014


 

La vinification biologique ouverte à tous les vignerons

 
photo: Sudvinbio

L’association régionale Sudvinbio rassemble les producteurs en culture biologique. Connue pour l’organisation du salon viticole Millésime Bio, elle oeuvre également à la diffusion de savoirs techniques, à la vigne comme en cave, où son ingénieur-conseil Valérie Pladeau prodigue informations et conseils. Depuis plusieurs mois, les dirigeants de l’association manifestent le désir d’ouvrir au plus grand nombre la connaissance de la pratique biologique, invitant les vignerons en culture conventionnelle à se renseigner, partager avec les producteurs labellisés.
C’est le sens des réunions organisées début Juillet dans toute l’Occitanie, auxquelles Sudvinbio convie tous ceux « qui s'interrogent sur l'œnologie bio, qu'ils soient déjà adhérents à notre association ou pas. » La thématique commune, à Montpellier, Carcassonne, Nîmes/Rodilhan et Lisle sur Tarn, aura trait à la vinification. Au programme : un point sur les réglementations et les cahiers des charges en vinification bio, des interventions sur des alternatives au SO2 en vinification bio, avec le point de vue d’œnologues et des échanges sur l’intérêt des nouvelles pratiques œnologiques en bio.
Cette initiative régionale conforte l’avancée des vins biologiques, étendue du Languedoc-Roussillon à l’Occitanie.

Florence Monferran

Programme complet : 

  

Dates :

  • à Montpellier : le jeudi 6 juillet 2017, Mas de Saporta Lattes (Salle Terroir), Réunion de 15H à 18H
  • à Carcassonne : le lundi 10 juillet 2017, Chambre de Commerce et de l’Industrie 3 bd Camille Pelletan, (Salle Génie), de 14H à 17H
  • à Nîmes/Rodilhan : le mardi 11 juillet 2017, Lycée agricole Marie Durand Chemin des canaux, Rodilhan, de 15H à 18H
  • à Lisle sur Tarn : le mercredi 12 juillet 2017, au Vinnopôle Sud Ouest, de 15H à 18H

Infos pratiques:
Bulletin d’inscription à renvoyer avant le 1er juillet
Sudvinbio
ZAC Tournezy 2, Bâtiment A8
Rue Simone Signoret
34070 Montpellier
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – 06 68 71 40 05

Domaine de Belle Dame : Premier label "Tourisme et handicap"


 

Le lundi 12 Juin, à 10 heures, Jean-Luc et Béatrice MAZAS, propriétaires du domaine de « Belle Dame » à Mireval, recevaient le label « Tourisme et Handicap ».

C'est dans le cadre des journées « Innov'Action » conduites par les Chambres d'Agriculture d'Occitanie, en présence de J. DESPÉ, Président de la Chambre d'Agriculture de l'Hérault, de M. FERRIER, Maire de Vic-la-Gardiole, et de nombeux invités que les époux MAZAS ont expliqué à l'assistance comment, avec des moyens financiers réduits, ils ont mis leur caveau de vente aux normes d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

Jean-Luc MAZAS, producteur vigneron, exploite un domaine d'une vingtaine d'hectares en muscat petits grains à Mireval. Il cultive, récolte, vinifie et commercialise avec son épouse, Béatrice, la totalité de sa production.
En 1996, Ambulancier, il décide de se reconvertir et de reprendre l'activité de son père et de ses grand-parents. Fort de l'expérience qu'il a acquise à leurs côtés, il remet en état les terres familiales et achète les quelques hectares supplémentaires qu'il lui faut pour rendre son exploitation viable. Quelques dix années plus tard, il décide d'acquérir un point de vente de raisins et de muscat appartenant à la famille AYMES dont l'activité vient de s'arrêter.

C'est dans ce point de vente, totalement rénové et désormais mis aux normes « Tourisme et Handicap », installé en bordure de la route départementale n°116, reliant Vic-la-Gardiole à Villeneuve-les-Maguelone, qu'il va créer le caveau de vente du « Domaine de Belle Dame » que l'on connaît aujourd'hui, où il commercialise sa production et celles d'autres agriculteurs bios.

C'est en prenant conscience que les personnes à mobilité réduite sont souvent confrontées à de nombreuses difficultés pour accéder aux commerces de proximité, que va germer l'idée de rendre accessible son Domaine. Le caveau est donc maintenant équipé d'un plan incliné, de portes élargies, de rampes d'accès, de bandes d'éveil de vigilance, de bandes signalitiques sur les baies vitrées, de nez de marche de couleur contrastée aux couleurs adaptées aux malvoyants, d'une banque surbaissée et de sanitaires aménagés pour accueillir les personnes en fauteuil roulant.

Le Domaine de Belle Dame est également labellisé « Vendanges manuelles », « Bienvenue à la Ferme » « Sud de France », « Vignoble et découvertes », et maintenant « Tourisme et handicap » pour les quatre déficiences (moteur, mental, auditif et visuel).

Robert ANDRÉ

 

JeanLuc Mazas et son épouse Béatrice

La viticulture au cœur des récentes découvertes archéologiques

Tête de silène en bronze, Ier s. de notre ère, Lattes

Les fouilles archéologiques préventives occasionnées par les grands chantiers de travaux entre Nîmes et Montpellier (dédoublement de l’autoroute A9 et contournement ferroviaire des deux villes) ont une fois de plus mis à jour des vestiges viticoles, parfois sur de longues durées . Vignobles, établissements ruraux, et leurs chais, terroirs surgissent de terre à Lattes, Mudaison ou Aimargues, dans cette province Narbonnaise berceau de la viticulture française.

Fosses de plantation de vigne du Haut-Empire, Lattes

Des parcelles du Haut-Empire (Ier et IIe siècles de notre ère) sont repérées sur cinq sites différents à Lattes, près d’axes routiers secondaires. Elle se signalent par une série de fosses organisées en rangées, qui accueillent un cep de vigne à chaque extrémité du creusement. Le provignage (marcottage)[1] destiné au renouvellement des plants est attesté par des creusements perpendiculaires. Les seules traces livrées par le petit établissement rural de Fromigue, sur près de 600 m2, ont trait à une activité viticole entre le Ier s. et le IIIe s. de notre ère. Elles reconstituent sous nos yeux un chai (présence de 10 fosses à dolia), un bassin de réception du jus de presse, un pressoir, matérialisé par deux fosses. Quelques amphores contiennent encore de l’enduit de poix, utilisé pour conserver le vin. Une tête de Silène en bronze, sur l’extrémité d’un manche de patère, objet rare et remarquable, démontre un « commerce d’objets luxueux entre la province de Narbonnaise et la Campanie » et l’adoption de modes de vin romains en lien avec une culture du vin : Silène était le père adoptif de Dionysos, dieu grec du vin, devenu Bacchus à Rome.

Fosses d'implantation d'un pressoir du haut-Empire, Lattes

Plus étrange, et plus ancien, le site de Saint-Pierre, daté des Ve et IV s. avant notre ère dévoile une vigne associée à un « jardin funéraire », sans doute de personnes d’un statut social élevé. Le site viticole perdure jusqu’au IIIe s. de notre ère.
Aux Aubettes, à Mudaison, une exploitation viticole gallo-romaine entourée de ses vignes nous raconte son histoire depuis le tout début de notre ère jusqu’au Ve siècle. Les archéologues décrivent deux chais, construits l’un près de l’autre, dans un remarquable état de conservation. « Chacun contenait une batterie de dolia (matérialisées par des fosses d’installation au sol). De puissants massifs de mécanique de pressoirs sont implantés à proximité, ainsi que des cuves qui servaient à recueillir les jus pressés. » On imagine une cour autour de laquelle prenaient place les chais et les pressoirs, l’ensemble devant couvrir une superficie d’environ 3 500 m². La proximité d’un habitat des vignerons, peut-être à l’étage au-dessus des chais, est  envisagée.

Vue d'ensemble des cuves d'un chai, Ier-IIe s. de notre ère, Mudaison

L’archéologie s’intéresse, à l’occasion de ces vastes chantiers, à la notion de terroir et à sa valorisation à différentes époques. Le site de Missignac, près d’Aimargues, connu depuis 1995, nourrit ces recherches. Le terroir est occupé dès l’Age de fer. Puis une villa, hors du cadre des fouilles présentes, s’installe au Ier s. de notre ère. Vignes, enclos pour le bétail et champs cultivés bordent le domaine. Son maintien, entre le Ve et le XIIIe siècle, témoigne de la transformation de la villa en village, renouvelant les connaissances sur l’habitat rural dans le Languedoc oriental.
Les vestiges recomposent le puzzle de ce vignoble, le plus grand d’un seul tenant au monde créé par les Romains. Trois lieux, trois illustrations de la richesse des sites fouillés pour l’avancée de nos connaissances sur la vigne et le vin, contemplent désormais notre vie moderne et ses ouvrages.
Florence Monferran

Voir également l'article général "Quand grands travaux riment avec archéologie" en rubrique patrimoine
Photos: INRAP


[1] Marcottage : Technique de reproduction de la vigne consistant à enterrer un sarment qui prend racine et reproduit un plant ayant les mêmes caractéristiques que le pied de vigne auquel il est rattaché (dictionnaire du vin)

Grain de raisin, IIe s. de notre ère, Lattes

Coup d’envoi des Estivales à Saporta

A la fin du Printemps, les domaines viticoles s’animent, ajoutant à l’agitation liée au travail en vigne et en cave l’effervescence des beaux jours et des douces soirées à la rencontre des consommateurs. Journées Portes ouvertes, balades vigneronnes se succèdent. Les propositions se multiplient à travers tous les terroirs, rassemblant autour du vin de la musique, des arts, des patrimoines naturels ou historiques. L’été, quant à lui, sera officiellement lancé, avec quelques jours d’avance sur le calendrier, le jeudi 16 juin au Mas de Saporta, où les AOC Languedoc donnent le coup d’envoi des Estivales, en présence de soixante vignerons, représentant les 36 appellations régionales. Au menu : dégustation de vins en AOC, avec près de 150 cuvées à découvrir, accompagnée d’assiettes de produits régionaux, barbecue géant au son d’une fanfare et concert. Pour les plus studieux, une master class est même proposée avec l’École des Vins du Languedoc.
La recette des Estivales de Saporta a fait ses preuves, qualitatives, conviviales avec ses tables communes, festives avec ses animations variées. Devenues un rendez-vous traditionnel, au cœur du berceau des AOC à Saporta, elles se déclinent désormais à travers le Languedoc.

Toutes les Estivales des AOC
Du 20 juin au 5 septembre : Mas de Saporta
Du 23 juin au 1er septembre : Pézenas
Du 26 juin au 28 août : Sommières
Du 7 juillet au 25 août : Montpellier
Du 7 juillet au 18 août : Narbonne
Nouvelle venue : du 5 juillet au 30 août : Villeneuve-lès-Maguelone

Vendredi 16 juin, de 18h à minuit
Tarif adulte : 1 verre sérigraphie et deux dégustations : 5 €, sans verre et sans dégustation : 2 €
Enfants - 12 ans accompagné d’un adulte : gratuit
Accès à l’ensemble des espaces du festival pour la soirée

Réserver en ligne :
https://reservations.languedoc-aoc.com/la-nuit-des-estivales

En pratique :
Maison des Vins du Languedoc
Mas de Saporta – 34973 Lattes cedex
A9, Sortie 30 Montpellier-Sud direction Palavas, sortie Mas de Saporta.
Tramway ligne 4, arrêt Station Garcia Lorca.
Bus N° 11, arrêt Saporta puis passerelle au-dessus A9.

Contact:
04 67 06 04 44/42
06 74 98 05 56
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Collections, ambassadeurs des Pays d’Oc IGP, célébrées à Verchant

Pays d’Oc IGP et Terre de Vins présentaient, le 18 avril, les Collections 2016, ces domaines sélectionnés par un jury de dégustateurs, chargés de porter la notoriété des vins de pays d’Oc à travers le monde. C’est le Domaine de Verchant, à Castelnau-le-Lez, ancien manoir du XVIe siècle transformé en hôtel de luxe, qui accueillait la cérémonie de remise des prix, comme un écrin au cœur des vignes.
21 domaines, élus pour leurs cuvées haut de gamme en rouge et en blanc, se sont vus récompensés cette année. Véritables ambassadeurs, présents dans tous les salons et manifestations organisées par les Pays d’Oc IGP, ils mettent en avant la qualité des vins régionaux, comme la plus belle des cartes de visite. « Cette qualité a permis de partir d’abord à la conquête du monde, puis du marché français »rappelle le président de l’interprofession, Olivier Simonou.
La proposition de distinguer des cuvées, née il y a dix ans de l’impératif de travailler sur la notoriété de ces vins, de cette qualité, a germé dans l’esprit de Florence Barthes, directrice générale des Pays d’Oc IGP. Le nom de Collection célèbre, pour elle, « la beauté et l’élégance de vins qui nous communiquent une émotion ». Une émotion partagée à l’international, et jusque dans le choix des dégustateurs, français et du monde entier, notamment asiatiques et nord-américains. Leur dixième anniversaire fournit l’occasion au président des Pays d’Oc IGP, Jacques Gravegeal, de distinguer parmi les lauréats ceux qui ont été régulièrement récompensés. Ainsi, le Domaine du Grand Chemin (7 fois), le Domaine d’Aigues-Belles (8 fois), le Domaine Gayda et les Domaines Pau Mas (9 fois) se voient-ils remettre un trophée spécial en un instant à la fois solennel et amical.
Partageant cet élan enthousiaste vers les vins de pays, Sylvie Tonnaire, rédactrice en chef de Terre de Vins, conclut :« Vos vins sont magnifiques. Ils permettent au plus grand nombre d’aborder le monde du vin. Tous les départements sont représentés. Toute une région est engagée dans la voie de l’excellence. »

Florence Monferran

 

Les Collections 2016

Blanc

  • Collines du Bourdic, « Le Prestige », Chardonnay 2015
  • Domaine Gayda, « Figure libre », Chenin blanc 2014
  • Domaine La Provenquière, « P sémillon Vermentino » 2015
  • Les Costières de Pomerols, « Beauvignac Chardonnay » 2015
  • Les Hauts de Janeil, Grenache-Viognier 2015
  • Domaine Mas de Madame, Muscat sec 2015
  • Mas La Chevalière, « Vignoble Peyroli », Chardonnay 2013
 

Rouge

  • Domaine Aigues-Belles, « Cuvée Nicole » 2013
  • Alma Cersius, « Terra Patres » 2012
  • Calmel et Joseph, « Villa blanche Marselan » 2014
  • Domaine Condamine Bertrand, « Elixir » 2014
  • Domaine de Brau, « Pure Pinot noir » 2015
  • Domaine de la Baune, « Syrah La Jeunesse » 2015
  • Valensac, « Entre nous selon Valensac » Petit verdot 2014
  • Domaine du Grand Chemin, « JMF » cinsault, pinot noir, 2014
  • Domaine du Grand Chemin, « Clos Rogé » 2013
  • Domaine Picaro’s, « Amano », syrah-grenache 2013
  • Domaine Gayda, « chemin de Moscou » 2013
  • Les Vignobles Foncalieu, « Le versant Syrah » 2015
  • Mas de Salagou, « Cinérite » 2013

Coups de cœur pour le Chardonnay des Costières de Pomerols, en blanc, frais et complexe, au nez de fleurs blanches, à la bouche riche et ample. En rouge, la syrah-grenache-cabernet sauvignon du Domaine Condamine Bertrand séduit par sa robe profonde aux reflets violets, son nez fin de fruits rouges et réglisse, son élégance et sa douceur en bouche.
Le palmarès des Pays d’Oc IGP a mis en valeur quelques cuvées en monocépages, sa marque de fabrique. Le Mas de Madame a été récompensé pour son muscat à petits grains sec, aux arômes de fleurs blanches. Des cépages inaccoutumés s’installent dans le paysage languedocien, tels le chenin blanc, le bourguignon Pinot noir et le petit Verdot, venu de Bordeaux, ou le Marselan, créé par l’INRA à Marseillan.
A noter encore, la belle vitalité viticole de Montagnac, présente par l’entremise des Domaines Paul Mas, mais aussi du Domaine Saint-Hilaire et du Mas de Novi, distingués cinq fois en dix ans.

Florence Monferran

Le plus grand vignoble du monde, un futur à inventer


Photo: CIVL

Dans une actualité pesante, entre gelée noire sur les vignobles et désespérance de jeunes viticulteurs, et entre deux tours d’élection présidentielle, la question de l'avenir de notre vignoble, le plus grand au monde, prend une acuité particulière. Sous la présidence de Marie-France Marchand-Baylet, le groupe de presse La Dépêche, l’a posée au cours des 4e Rencontres d’Occitanie, réunissant tant acteurs économiques qu’administratifs à Montpellier. Gérard Bertrand, président de la société des vins éponyme, et Florence Cathiard, présidente du Conseil Supérieur de l’Oenotourisme ont lancé le débat, entraînant les vins de la région à la conquête du monde et de l’oenotourisme, deux versants à explorer, à déployer pour la filière vin.
Gérard Bertrand propose de « porter sur les fonds baptismaux une nouvelle vision de la vigne », grâce à « un nouveau paradigme », qui passe du savoir-faire,  « la qualité n’est plus une option, il faut viser l’excellence », au faire-savoir, une communication à l’échelle mondiale. Il convoque l’imagination, identifie les impératifs, mobilise des points forts. Au premier chef, deux piliers porteurs d’avenir : la naturalité, « Notre ADN, c’est le bio, la biodiversité, les rivages méditerranéens, l’histoire, qui nous donnent une dimension œnotouristique formidable », et la premiumisation, une montée en gamme basée sur la segmentation et la hiérarchisation des vins. Une pyramide fournit sa vision à dix ans d’une nouvelle organisation de la filière. Ancrés dans la diversité des terroirs et des cépages,  confortés par des IGP de zone liées au patrimoine (IGP du Pont du Gard, Cité de Carcassonne) nourris par un potentiel de production  et de qualité en rosé, les axes de développement s’enrichissent d’une exigence sur l’accueil et le service auprès des touristes, attirés par les valeurs de bien d’être, d’art de vivre méditerranéen. Sur ces bases, une communication puissante autour des vins pourra conquérir l’international, à l’instar de la voie qu’il a tracée avec sa société, présente dans 160 pays, avec 100% de vins issus de la région. Le faire-savoir passe, selon Gérard Bertrand, par la marque Sud de France, « connue et géographiquement localisable mondialement », et des moyens financiers à hauteur de 25 millions d’euros. A nouvelle construction, nouvelle gouvernance. Le négociant appelle tous les présidents des interprofessions à se rassembler pour former un bras armé afin de propulser la région sur la scène internationale. Fédérer Toulouse et Montpellier, fédérer les salons importants que sont Vinisud et Millésime Bio, s’appuyer sur la gastronomie du Sud-Ouest, tout fait lien.

Florence Cathiard, propriétaire du Château Smith Haut Lafitte, grand cru classé bordelais, exprime les potentialités de l’oenotourisme, « réelle piste d’avenir » qu’elle a exploré avec le concept de vinothérapie. 10 millions d’oenotouristes en France en 2016, dont 42 % d’étrangers, une progression constante, un poids économique (5,2 milliards d’€ dépensés en 2016) font monter la filière en puissance. L’oenotourisme qui en est à ses balbutiements dans la région,  peut générer des bénéfices supplémentaires, quel que soit la taille de la structure ». La chef d’entreprise pointe atouts et travers de la région avec la même franchise : « Le soleil, les vents forts qui sèchent les maladies et se font les alliés du bio, (…) partage, authenticité, grands chefs en cuisine, beauté de vos paysages, vous avez tout, il faut juste foncer ! », être plus solidaires, pour être plus attractifs, pousser plus les marques fortes dans une promotion offensive. Elle recommande de travailler sur l’image, entretenir le lien avec ses visiteurs sur les réseaux sociaux. Elle repère dans l’existence du plus grand vignoble BIO du monde un atout différentiel pour la région. Pour finir, Florence Cathiard lance quelques pistes, comme organiser une Union des grands crus, prendre une capitale du vin, Montpellier ou Carcassonne …
En réponse à ces interventions, le Crédit Agricole se pose en candidat pour intervenir et booster la montée en gamme. La Région peut fédérer autour d’un projet qui sera présenté à l’exécutif le plus tôt possible, à condition de présenter un visage uni. Les questions pointent freins et menaces qui pèsent sur cet élan économique fédérateur. « Pourquoi est-ce si difficile de se rassembler dans cette région ?» observe un acheteur anglais. Une montée en gamme est-elle possible dans l’état de pauvreté de l’Occitanie, vice-championne de France du taux de chômage et de pauvreté, décrit par un conseiller économique de la région ? A la menace d’une crise viticole imminente,  Jacques Gravegeal, président des IGP d’Oc estime que « un nouveau coup serait fatal », tandis que Gérard  Bertrand y voit « une crise de puberté » d’un mouvement enclenché il y a dix-quinze ans, inexorable, même s’il connaît des hauts et des bas. « La planète est devenue notre jardin. Il faut rester enthousiastes »
Les 4e Rencontres d’Occitanie ont montré par l’exemple, à travers la réussite brillante de deux pionniers, qu’une voie existe, ouverte à l’international. Ces mots porteurs d’espoir, qui insufflent innovation et dynamisme, réchaufferont-ils le cœur des vignerons gelés dans toute la région ? Eclaireront-ils les temps brumeux et les ciels chargés de nuage pour partir à la conquête du monde avant qu’il ne nous conquière ? Marie-France Marchand-Baylet donne rendez-vous à tous dans un an pour y répondre.
Florence Monferran

Dégâts causés par le gel dans les cultures d’Occitanie

Carole Delga saisit Bernard Cazeneuve

Dans un courrier adressé aujourd'hui à Bernard Cazeneuve, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a alerté le Premier ministre sur les dégâts importants causés par la vague de froid dans les vignes et les vergers de la région ces derniers jours.

« Les premières informations dont nous disposons font apparaitre que plus de 50 000 hectares ont été touchés à des degrés divers. Ponctuellement, les récoltes à venir sont entièrement détruites. Certains opérateurs coopératifs se trouvent aujourd'hui confrontés à des prévisions de récoltes sur leur bassin de collecte inférieure de 80% à une année normale. C'est particulièrement le cas dans l'Hérault, dans l'Aude, dans le Tarn et dans le Lot en viticulture et dans les Pyrénées-Orientales à la fois en viticulture et en arboriculture » écrit notamment la présidente de Région.

Face à cette situation, Carole Delga redoute que l'ensemble des filières concernées soient fortement déstabilisées : « la viticulture, déjà confrontée à des problèmes de marchés, se trouve à nouveau pénalisée par ces accidents climatiques. Les producteurs mais aussi les caves coopératives seront, dans certains cas, contraints de mettre en œuvre des mesures d'activité partielle voire de suspension d'activité. Il en va de même pour certains opérateurs de la filière fruits et légumes ».

Elle propose donc au Premier ministre que les services de l'Etat puissent procéder, conjointement avec les partenaires locaux et les collectivités territoriales à un diagnostic précis à l'échelle régionale de la situation afin d'évaluer l'impact de cet accident climatique. Cette évaluation permettrait alors de mettre en œuvre les dispositifs et mesures adaptées à la situation dans un cadre partenarial.

Rappelant enfin que le gel est un risque assurable, au même titre que la grêle, et que trop peu d'agriculteurs souscrivent à ces garanties d'assurances du fait du coût élevé des cotisations, Carole Delga demande à ce qu'une réflexion collective soit lancée avec les professionnels. L'objectif étant d'étudier « les mesures qui permettraient de développer la couverture assurancielle des risques climatiques et ce afin de garantir une protection à long terme des filières mais aussi d'assurer une protection adaptée face aux risques accrus du fait de l'évolution climatique ».
Retrouvez l'intégralité du courrier en suivant le lien.

Avec le printemps, pousse une culture du vin


Photo: AOC Languedoc Grés de Montpellier

Travaux à la vigne, où la nature affiche sa vigueur verdoyante, mises en bouteille, ouverture des caveaux de vente, le calendrier vigneron s’accélère. Le Languedoc, les beaux jours venus, fleurit d’initiatives. Les portes ouvertes dans les domaines succèdent aux salons, le vin s’associe à l’art au Musée Fabre, à la musique. Les vignes, à la végétation grandissante, tendent leurs ceps en une invitation à la balade. A pied, en vélo, en mode sportif ou vignes buissonnières, qu’importe la formule pour rendre le moment unique. Soirées-guinguettes, Bacchanales, les manifestations rivalisent d’imagination, surfant sur la vague touristique en littoral, trailant en Pic Saint-Loup, ou célébrant la nature dans les hauts cantons. En attendant festivals et estivales qui rythmeront la pleine saison, retrouvez ces propositions pour découvrir des vins de qualité et des vignerons dans leurs terroirs, dans les Carnets qui leur sont dédiés. D'ores et déjà, quelques événements notables:

Le 21 avril: lancement de l’édition limitée des dix ans de la gamme gourmande au Domaine de la Croix-Gatiot à Montagnac
Les 22 et 23 avril : Portes ouvertes au Château de Flaugergues
Le 23 avril : Fête de la biodiversité et du développement durable à Saint-Georges d’Orques, en lien avec le patrimoine et les vins du renommé terroir
Le 14 mai : Balade des Grés de Montpellier, vin, patrimoine et gastronomie à travers le centre historique de Montpellier. Inscriptions ouvertes
Du 19 au 21 Mai : Festa Trail Pic Saint-Loup, aventure humaine, sportive et gourmande
Les 20 et 21 mai : Vins, vignes, terroirs, sous le signe de la gourmandise et de la découverte. Cinq randonnées sont proposées parmi les plus beaux terroirs : Cabrières, Picpoul de Pinet (le 20), Pézenas, Saint-Saturnin et Sommières (le 21) Inscriptions ouvertes
Le 20 mai : L’AOC Faugères fête de la Nature avec quinze vignerons : balade, rallye exposition, ateliers ludiques, échanges autour des écopratiques … et dégustations
Le 21 mai : Sentiers Gourmands en Clape Vigneronne, Au Château de Vires à Narbonne pour cette 14e Edition. Vins de l’AOC La Clape et chef de renom
Le 4 juin : 4e balade gourmande en Saint-Jean de Minervois
Le 9 juin : Bacchanale d’Ensérune. Vin et patrimoine sur le port : Croisières en péniche, visite de cave et dégustations sont au programme
Le 24 juin : Camins de Boutenac. Balades vigneronnes, vins et gastronomie ponctuées de haltes dans les caves, dégustations, découvertes du patrimoine naturel et historique & soirée festive au château de Boutenac

Florence Monferran

Le muscat à Frontignan, un vignoble qui ne veut pas mourir

Photo: ©Alain Marquina

A l’heure où le langage administratif parle de consommation d’espaces agricoles pour en signifier l’urbanisation, quelques voix s’élèvent , à Frontignan, pour rappeler l’ancienneté et la renommée de la production de muscat, la singularité de vignobles délimités pour cela parmi les premières Appellations d’Origine Protégée en France, en 1936. L’Association de Protection de l’Aire du Muscat (APAM), crée en 2002 sous la présidence de Denise Arnal, puis de M. Ferrières, a souhaité porter à la connaissance du public l’état des menaces qui pèsent sur l’aire géographique du muscat, et les actions qu’elle a entreprises pour la préserver de constructions. Dans un contexte d’afflux démographique galopant, le Schéma de Cohérence et d’Organisation Territoriale (SCOT) du 4 février 2014, modifié en 2016, crée un triangle de grande urbanisation Sète-Frontignan-Balaruc, déclarant la zone Horizon sud cœur de la nouvelle Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau (CABT). Le document d’orientation générale, qui fixe les cadres d’un développement jusqu’en 2030, soulève la crainte que les vignobles historiques de Frontignan ne soient emportés dans une vague de construction. Cette crainte est confortée par le zonage du SCOT déclassifiant une partie du terroir en AOC, de vignoble patrimonial en espace agricole péri-urbain, de moindre valeur.


Source: SCOT du bassin de Thau

Face aux prévisions chiffrant l’apport de population à Sète et Frontignan à 9 600 arrivants chacun jusqu’en 2030, le SCOT vise à la concentration d’habitat en le densifiant. Comment développer ce cœur d’agglomération sans toucher aux vignobles ? La pression s’est accrue depuis l’instauration de zones inconstructibles à moins de 2 m au-dessus du niveau de la mer, ajoutées aux zones humides sanctuarisées et au classement de la Gardiole. L’urbanisation se tourne vers les seules terres constructibles restantes, des terres viticoles de qualité. Comme partout, le dilemme fait jaillir des conflits d’intérêts, sur lesquels se greffent des difficultés de reprise des vignobles par les jeunes générations, des questions économiques de mévente des muscats AOC. Le conflit va jusqu’aux tribunaux, où l’APAM mène plusieurs procédures.


Source: SMBT: projet d'aménagement et de développement durable

En cause, une large bande compacte au nord de Frontignan vers la Gardiole s’étendant sur 162 ha, soit 20 % du vignoble actuel. L’APAM défend les qualités intrinsèques de ce vignoble. Jean Lapasset, coopérateur, décrit « une AOC homogène, sans coupure » sur cette zone de bonnes terres agricoles, exploitées sans grand mitage ou délaissement. Les parcelles y souffrent moins de la chaleur que celles plus proches de la Gardiole. A l’ouest, les sols, plus profonds, offrent un plateau calcaire à l’épanouissement de la vigne.
 
Denise Arnal conteste le déclassement en zone agricole ordinaire sans expertise ni justification. L’APAM rejoint les critères de l’INAO, qui veille sur l’origine et sur la qualité des productions françaises, quand elle énonce comme principe que « toutes les parcelles classées en AOC ont valeur égale et sont nécessaires les unes aux autres ». Jacques Laffont, en charge du dossier, rappelle qu’il ne peut exister des parcelles moins disantes, qualifiées ici d’ordinaires. D’autre part, « l’aire est petite, elle n’est pas transposable, on ne peut pas la repousser ailleurs ».
Une certaine incompréhension règne au sein de l’APAM, car jusqu’ici les techniciens du SCOT ont contenu les velléités d’urbanisation, selon Frédéric Nodet, vigneron au Château Stony. Le SCOT parle de « pérenniser une agriculture fragilisée par la pression foncière (...) mais encore identitaire », et se veut rassurant en déclarant : « Dans tous les cas, il est aujourd’hui essentiel de reconnaître la valeur de ces espaces et de n’envisager leur artificialisation qu’avec une très grande parcimonie ». Interrogé, le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, en charge du SCOT, confirme : « Nous essayons d’avoir le moindre impact possible sur les terres agricoles. Il ne reste de nombreuses friches, des dents creuses, des sites à réhabiliter (ex Mobil) sur Frontignan pour ne pas consommer ces espaces. Le SCOT a réduit de 76 à 66 ha la consommation d’espaces agricoles potentiellement constructibles entre 2014 et 2016 » explique David Cottalorda. Des chiffres que conteste l’APAM, ses calculs produisant des évaluations beaucoup plus hautes des terres compromises.
Les divergences de vues font tout autant jour sur l’économie. La logique du marché ne joue pas en faveur des vignobles.
 La Cave coopérative, qui représente 85 % de l’appellation, fait un bilan actuellement sur la vie et l’avenir des coopérateurs. Deux jeunes s’installent, d’autres cherchent des terres. Mais le prix à l’hectare décourage. Comment enrayer la spéculation ? Face à la mévente des Vins Doux Naturels, une partie du vignoble en AOC ne produit plus actuellement. La Cave coopérative ne voit pas d’un mauvais œil le départ d’une partie des terres, les parcelles restantes assurant le maintien de la production. Un vignoble en crise, fausse question? Le SCOT lie la pérennité du muscat à l’évolution de ses ventes, alors que Jacques Laffont, pour l’INAO, rappelle que l’aire AOC en question s’inscrit dans la durée. Elle était déjà citée par Arnaud de Villeneuve au XIIIe siècle, puis par Rabelais et Voltaire. Que sont quelques années de mauvaise conjoncture économique au regard de ces 7 ou 8 siècles d’histoire ?
Le débat est entré dans une voie judiciaire. L’urbanisation existante et l’extension de la zone à Horizon Sud prévue dans le PLU de Frontignan de 2011 est annulé en 2013 par les recours en justice de l’APAM, qui obtient le maintien de la coupure d’urbanisation à Horizon Sud, mais perd sur la zone des Hierles. Depuis, l’APAM a attaqué le SCOT de 2014 au Tribunal administratif pour violation de la loi littorale, qui n’autorise pas, selon elle, autant de constructions dans la zone proche des rivages que le SCOT n’en accorde. Ayant perdu en appel fin 2016 à Marseille, l’association se pourvoit en cour de cassation. Frédéric Nodet alerte : « Si on lâche ce vignoble en péri-urbain, c’est le cœur de l’AOC qui sera touché ».
 L’Organisme De Gestion du syndicat du cru (ODG), réuni en conseil d’administration extraordinaire, n’a pas souhaité soutenir financièrement la démarche judiciaire, bien que conscient de l’importance de cette zone déclassée.
L’INAO ne s’oppose pas à tous les projets, acceptant « un accroissement modéré de l’urbanisation ». Mais il a rendu des avis défavorables successifs, au SCOT et à sa révision, « en raison de la consommation foncière prévue en zone AOC », et un avis défavorable « sur la considération en zone ordinaire périurbaine », réaffirmant « l’unicité de ce territoire », qui ne saurait être coupé en plusieurs parties. L’INAO s’était déjà opposé au PLU de Frontignan, sur les Hierles, contre l’idée d’une zone moins disante où la nappe saline remonterait, et au Mas de Chave, pour un aspect paysager (maintenir une coupure d’urbanisme entre Frontignan et La Peyrade qui soit agréable aux habitants).
Le SMBT souligne le rôle déterminant des élus, le SCOT ne fixant que des grandes lignes dans rapport de présentation: la pérennité du muscat dépendra de la volonté des communes (Frontignan, VLG et Mireval) « de sécuriser le foncier agricole pur permettre un maintien des terroirs et une traversée de crise en résistant à la pression foncière ». Avant toute urbanisation, un diagnostic agricole poussé doit être établi. S’il met en valeur une identité paysagère, patrimoniale, la commune peut décider, dans son PLU, de ne pas urbaniser.


Photo: ©Alain Marquina
 

La procédure judicaire, action forte, met et en lumière les conceptions divergentes en présence, la valeur que chacun, administratif, politique, acteur économique, accorde à la terre agricole dans notre société urbaine. Dans une vision plus globale, Frédéric Nodet cherche « une voie entre les techniciens et les politiques pour que les particuliers aient le droit de s’exprimer ».
 Denise Arnal prône une révision du code de l’urbanisme lui-même qui, dans un article très simple, déclarerait que les bonnes terres agricoles, en particulier les terres en AOC, ne doivent pas être urbanisées. Ainsi, les différends actuels ne seraient plus soumis à différentes pressions ou pouvoirs locaux. Le muscat à Frontignan, patrimoine matériel et porteur d’une culture, ne se réduit pas à l’air du temps. Un vignoble qui ne veut pas mourir, qui ne peut pas mourir, a trouvé ses porte-voix.
Florence Monferran


Photo: ©cornflake