Vendanges en Languedoc et Roussillon: quand l'exception devient la norme

Après un début de vendanges accéléré, une période  de calme transitoire règne, à mi-parcours des vendanges en Languedoc et en Roussillon. « Les degrés se sont enflammés, avant de se stabiliser » observe Jean-Philippe Granier, directeur technique des AOC Languedoc. Les entrées maritimes augurent la fin des fortes chaleurs et l’espoir de pluies bienfaitrices pour la récolte des rouges. Les blancs, rentrés en majorité, donnent un très beau vermentino, un muscat puissant, de jolis équilibres. Terret-bourret et grenache blanc tirent leur épingle du jeu. Les cépages destinés aux vins rosés, syrah, merlot et grenache rouge, entrent partout en cave.
Bien sûr, comme une stupeur, la faiblesse de la récolte frappe les esprits. Peu de sorties de grappes, des raisins mal développés, voire des coulures sur tout le pourtour méditerranéen, ont eu raison des rendements. Les estimations du Ministère de l’Agriculture, revues à la baisse, placent les vendanges 2017, en France comme en Italie, comme la plus petite récolte depuis l’après-guerre. Avec 11,4 millions d’hectolitres estimés, il manquerait en Languedoc un million d’hl par rapport à 2016. Sur les vignobles déjà vendangés, la perte affole les compteurs : - 30 %, - 40%, avec des pics à – 50%, -60 % sur de vieilles vignes. En culture biologique, « comme en conventionnel et peut-être de façon plus violente », les volumes oscillent entre – 30 et – 50 %, estime Patrick Giraud,  président de Sudvinbio.
Bien sûr, la précocité des maturités, qui avance chaque année la date des vendanges,  a été d’autant plus rapide que les grappes étaient peu nombreuses. Il n’est pas rare en Languedoc comme en Roussillon, que les vendanges soient terminées au 31 août. La vigne elle-même, épousant ce calendrier inhabituel, prend des airs d’automne anticipé.
Bien sûr, comme une litanie reviennent les aléas climatiques qui ont régi le travail vigneron, le gel printanier sur une vigne en végétation, dans l’Aude et dans l’Hérault surtout, les épisodes de grêle en début d’été. Les réserves en eau hivernales, les nuits fraîches d’été ont préservé d’un stress hydrique, à l’exception de zones de forte production. Le temps sec et chaud a présenté l’avantage, au moins, de favoriser un bon état sanitaire des raisins, contenant les maladies. Mais des maturités hétérogènes entre parcelles d’un même terroir, voire à l’intérieur d’une même parcelle, compliquent la récolte. « Il faut aller sur le terrain, voir comment se comporte la vigne, goûter les grains » explique Jean-Philippe Granier.
Bien sûr, comme chaque année, fleurissent les superlatifs, échos de l’anormalité, d’un exceptionnel qui se répète. Bien sûr, la qualité, appelée au rendez-vous, sera d’autant plus belle que les rendements seront faibles. Patrick Guiraud constate « une très belle qualité, de bons équilibres entre l’acidité et l’alcool en vins biologiques ». Jean-Philippe Granier attend « un très grand millésime, proche de 2010 »
Bien sûr, les stocks en cave feront face à la demande, compte tenu du déficit de production annoncé. Un retard de commercialisation sera absorbé, sans lever l’inquiétude sur le chiffre d’affaires et la trésorerie des exploitations. Dans un marché des vins biologiques exponentiel, à flux tendus, le faible stock rendra la pénurie d’autant plus forte.  « La culture biologique fonctionne avec la nature, qui a des impacts plus ou moins forts. Nous n’aurons pas les volumes escomptés pour nous développer, en particulier à l’export» analyse Patrick Guiraud. 
Le revenu des vignerons, plombé par ses frais fixes quelle que soit la récolte, et par ricochet celui  de toute une filière supportée par la viticulture seront lourdement impacté par le manque de raisins. Aux Etats Généraux de l’alimentation, lancés cet été par le nouveau président Emmanuel Macron, la nécessité d’assurer des revenus plus décents aux producteurs, déjà mise sur le tapis par les représentants agricoles, prendra une acuité particulière en viticulture.
Une nouvelle ère s’impose-t-elle au Languedoc et au Roussillon, qui auraient pu espérer voir fructifiés trente ans d’efforts et de sacrifices, vers la reconnaissance de la qualité de leurs vins et de leur leadership en bio[1] ? Les AOC Languedoc y réfléchissent sérieusement. Leur conseil d’administration s’est réuni pour un élaborer un plan d’action en vue de s’adapter aux nouvelles conditions de production. Il trace des pistes vers l’utilisation de cépages résistants à la sécheresse mais avec une forte acidité pour conserver de la fraîcheur, pense à de nouvelles variétés venant d’Italie, (Pouilles ou Sicile) et de Grèce, pour lesquelles des essais sont prévus.  Il s’intéresse aux vieux cépages languedociens et aux cépages tardifs, qui s’expriment de mieux en mieux dans ce nouveau contexte. Le cinsault, « une pure merveille », ou « de très beaux mourvèdres », selon Jean-Philippe Granier, promettent le meilleur. « Nous devons nous remettre en question. Faire du vin partout a été une erreur. Il y a des endroits où nous ne pourrons plus mettre de vigne, on ne peut pas irriguer partout» affirme-t-il.
Bien sûr, comme une urgence, reprendre sans répit son bâton de pèlerin, dans une vision pour les trente prochaines années, tel est le défi de cette rentrée viticole, défi accéléré par les caprices de la météo, grande ordonnatrice du labeur vigneron. Lorsque, à l’autre bout de la chaîne, vous dégusterez, dans quelques mois ou dans quelques années, ce millésime 2017, vous songerez à la complexité de son élaboration, en Languedoc et en Roussillon, à l’âpreté et l’incertitude du temps qui ont concouru à sa maturation, aux mutations nécessaires qu’il enclenche. Bien sûr.
Florence Monferran


[1] Dernier en date, le magazine Vogue célèbre notre région dans un article de Lane Nieset: "Skip Bordeaux—This Is the New Wine Region to Visit in France", 23 aout 2017