Le coin des conchyliculteurs

La conchyliculture (étymologiquement l'élevage des coquillages) est une activité traditionnelle qui s'exerce sur des parcelles concédées par l'État sur le domaine maritime.

Selon les historiens, l'apparition des premiers coquillages, en l'occurrence les coquilles Saint-Jacques, date de 240 millions d'années. Les huîtres, les bigorneaux et les oursins, font leur introduction il y a 180 millions d'années.

L'huître est très appréciée dans l'Antiquité. En effet, les Grecs lui attribuent des vertus aphrodisiaques tandis que les Romains la mettent systématiquement au menu des banquets importants. C'est d'ailleurs un Romain, CAIUS SERGIUS ORATA, qui met au point le premier parc à huîtres. 
Contre toute attente, la conchyliculture a marqué l'histoire de la démocratie. En effet, à Athènes, dans l'Antiquité, la coquille d'huître servait de bulletin de vote.

Elle concerne les activités suivantes :

• l'ostréiculture (élevage des huîtres) 
• la mytiliculture (élevage des moules)
• la vénériculture (élevage des palourdes) 
• la cérastoculture (élevage des coques) 
• La pectiniculture (élevage des coquilles Saint-Jacques et autres pectinidés) 
• l'halioticulture (culture des ormeaux).

Le bassin de Thau compte 650 exploitations conchylicoles qui se répartissent les quelques 2750 tables occupant 352 hectares de surface concédée.

Description métier

Le conchyliculteur intervient dès la ponte, en captant les naissains ou larves immergés dans des enceintes d’eau de mer ou produites dans des bassins artificiels (écloseries). 
Pour réaliser cette opération, il pose des supports solides, sur lesquels les larves viennent s’agglutiner. En quelques mois, elles se muent en coquillages adultes, que le conchyliculteur recueille. C’est le « détroquage ». Le conchyliculteur place ensuite les coquillages dans un bassin spécial ou dans un parc en pour qu’ils achèvent leur croissance avant de pouvoir être mis sur le marché. 
C’est ensuite l’étape du ramassage, du lavage, du triage et du pesage. Les huîtres sont mises en bourriches pour expédition et commercialisation.

La qualité de l’eau, sa température et sa richesse en plancton (dont se nourrissent tous les coquillages) sont trois facteurs essentiels pour le travail du conchyliculteur, qui a pour outils des barges, des couteaux à détroquer et des véhicules spéciaux de transport.

Les conditions de travail ne sont pas de tout repos : par tous les temps, ce métier s’exerce en partie dans l’eau, les horaires sont irréguliers . Tenue de travail de rigueur : cuissardes, cirés, gants, bonnets…

Hiver comme été, par temps de pluie ou par grand soleil, le conchyliculteur, en véritable fermier de la mer, s'applique à entretenir " ses champs ", au rythme des étapes particulières qui jalonnent cette activité :
- éclosions en bassin artificiel, 
- captage des larves/naissains, 
- élevage sur site, 
- affinage des produits, 
- commercialisation.

Actuellement, la plupart des entreprises de conchyliculture sont des exploitations conchylicoles qui gère la totalité de la production, du captage à la vente. Ce sont traditionnellement des exploitations de petites tailles (un chef d'exploitation et quelques ouvriers conchylicoles). 
Métier de passion, la conchyliculture est aussi un métier d'enjeu ! La demande en fruits de mer n'a jamais été aussi forte qu'actuellement. Cependant, l'activité est fortement liée au milieu naturel, et donc à sa qualité. Les crises sanitaires (pollution humaine ou naturelle, appauvrissement et détérioration du milieu) ont un impact économique dévastateur sur la profession. Il y a donc, pour le conchyliculteur, un intérêt tout particulier à maîtriser les risques sanitaires, et donc à s'investir dans la protection de l'écosystème qu'il exploite, à mieux comprendre le cycle de vie et les risques naturels qui menacent les espèces qu'il " cultive ", et à diversifier sa production en exploitant de nouvelles ressources.

Qualités et compétences nécessaires 
Il s'agit d'un travail très physique. Une bonne santé et le goût pour le travail en plein air sont donc de mise ! Il faut aussi être débrouillard en mécanique, et idéalement posséder les permis adéquats (certificat d'aptitude à la conduite des navires conchylicoles) : navire amphibie, chaland. Enfin, le conchyliculteur qui possède sa propre exploitation doit avoir d'excellentes notions de comptabilité, de gestion humaine, et connaître à la lettre la législation qui s'applique à son type de production.

L'Huître, un bon plan santé

Grâce à tous ses apports en nutriments, l'huître offre des apports bénéfiques sur la santé, pour très peu de calories. L'huître est donc à consommer sans modération !

L'huître est particulièrement riche en vitamine B12, en cuivre, en fer, en zinc, ainsi qu'en plusieurs autres nutriments. Remplie d'Oméga-3, elle offre des effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire.

Restriction de récolte, de commercialisation et de consommation des coquillages

Hérault - restriction de récolte, de commercialisation et de consommation des coquillages des groupes 2 et 3 (palourdes, huîtres, moules ...) de la zone N° 34 - 40  « Eaux blanches Creusot », Etang de Thau.

La surveillance des zones de production de coquillages effectuée selon les protocoles établis par l’Ifremer sur des coquillages en provenance de la zone des eaux blanches a mis en évidence des résultats d’analyses microbiennes non conformes aux normes de consommation humaine.

Préfecture de l'Hérault - C’est la raison pour laquelle le préfet de l’Hérault a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la commercialisation coquillages de pêche en provenance de ce secteur à compter du 09/05/2019.

Cette interdiction concerne uniquement cette zone.

Les coquillages récoltées antérieurement au 09/05/2019 ou provenant d'autres zones de production ne sont pas soumises à cette mesure de restriction. Les professionnels peuvent donc continuer à commercialiser ces coquillages dans la mesure où ils présentent les qualités sanitaires requises pour garantir la sécurité des consommateurs.

Cette mesure temporaire sera levée dès que deux résultats successifs d’analyses seront pleinement satisfaisants. La carte actualisée des interdictions sanitaires de récolte de coquillages se trouve sur le site internet de l’OIEAU : http://www.atlas-sanitaire-coquillages.fr/statuts

Recommandations : Les personnes ayant consommé des coquillages provenant de ces zones et présentant des troubles digestifs (vomissements, diarrhées, nausées...) sont invitées à se rapprocher de leur médecin.

Il est demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente. Contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Conchyliculture : aide d’1 M€ par le Département

Cuisine, Coquille, Huître

Suite à l’épisode de malaïgue sur l’étang de Thau, qui a entraîné une perte de 3 900 tonnes d’huîtres et de moules pour un montant de 3,47M€, le Département a souhaité soutenir les conchyliculteurs en votant une enveloppe d’aide d’1 M€.

Pour accompagner les producteurs, le Département a lancé en décembre une grande campagne de communication qui invite les Héraultais à consommer l’huître de Thau pour les fêtes de fin d’année.

Etang de Thau : récolte et vente des huîtres et des moules interdites

Préfecture de l'Hérault : suspension provisoire de la récolte et de la commercialisation des huîtres et des moules de l'étang de Thau

Montpellier, le jeudi 8 novembre 2018

Conchyliculture : Suspension provisoire de la récolte et de la commercialisation des huîtres et des moules en provenance de la zone conchylicole de l’étang de Thau. La surveillance des zones de production de coquillages effectuée selon les protocoles établis par l’Ifremer - institut français de recherche pour l'exploitation de la mer - sur des coquillages en provenance de l’étang de Thau a mis en évidence des résultats d’analyses microbiennes non conformes aux normes de consommation humaine.

Huître, Coquille, Palourdes, La Baie Dry

C’est la raison pour laquelle le préfet de l’Hérault a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la commercialisation des huîtres et des moules en provenance de ce secteur de production à compter du 07 novembre 2018.

Les huîtres et les moules récoltées antérieurement au 02 novembre 2018, ou provenant d’autres zones de production ne sont pas soumises à cette mesure de restriction.

Les professionnels peuvent donc continuer à commercialiser ces coquillages dans la mesure où ils présentent les qualités sanitaires requises pour garantir la sécurité des consommateurs. De nouveaux contrôles seront réalisés dès la semaine prochaine et cette mesure d’interdiction temporaire sera levée dès que deux résultats d’analyses consécutifs seront conformes.

Triste bilan après la malaïgue

La canicule passée et le manque de vent ont été synonymes d'épisode de "malaïgue" pour la lagune de Thau. Conséquence, le manque d'oxygène et l'importante température de l'eau ont augmenté la mortalité des coquillages et décimé principalement les huîtres et les moules surtout du côté de Marseillan. Les conchyliculteurs de l'étang de Thau sont impactés par la malaïgue.

Le 30 août 2018, le préfet de l’Hérault va donc saisir, sans délai, la commission nationale de gestion des risques agricoles, en vue de la reconnaissance du sinistre par arrêté ministériel. Le ministère tranchera.

teutCapture

la «Malaïgue» sur une partie de la lagune de Thau : 

Elle se caractérise par une coloration blanche de l’eau due à un manque d’oxygène (entre 0,05 et 2 mg/l observés) et une hausse de température de l’eau entre 28 et 30° observés.

le phénomène provoque à ce seuil élevé, une mortalité de certains coquillages notamment les huîtres et les moules, mais aussi des poissons et des algues présents dans l’étang.La dystrophisation est l'état extrême de l'eutrophisation, qui se traduit par la mort des organismes animaux et végétaux supérieurs pour cause d'Anoxie du milieu
Dans le sud de la France (dans la région de l'étang de Thau notamment) ces crises de dystrophisation sont dénommée  malaïgues.

  • Les bactéries aérobies et les algues pullulent à la suite d'un apport excessif de matières organiques biodégradables, lui-même engendré par un excès de nutriment. Les algues s'accumulent naturellement en surface où l'ensoleillement est le plus important.
  • Les bactéries et le zooplancton constitué des organismes animaux, qui dans un premier temps les mangent, appauvrissent rapidement le milieu en oxygène dissous (vases, eau), notamment la nuit quand la photosynthèse est inactive et que les plantes et les autres organismes consomment l'oxygène dissous et expirent du CO2.
  • La hausse du taux de CO2 et de nutriments provoque un développement encore plus important de phytoplancton et/ou d’algues de surface, qui vont faire obstacle à la pénétration du soleil et des UV dans l’eau.
  • Les organismes aérobies meurent dans les couches les plus profondes, en libérant du CO2, du méthane, de l’azote et du phosphore qui vont encore enrichir le milieu et accélérer le processus qui va alors s'autoentretenir (Une partie de l'azote s'évapore, mais le phosphore reste mobilisable dans l'eau et entretient la dystrophisation).
  • Le zooplancton, les organismes mobiles (poissons, amphibiens, invertébrés) ayant disparu, alors que la capacité du vent à oxygéner et brasser les couches d'eau diminue aussi, et une couche chaude s’étant formée en surface, les eaux profondes ne se ré-oxygènent plus (effet thermocline + brassage réduit des eaux).

 euphoCapture

 

  • Selon France3 : "Face à l’ampleur du phénomène, la préfecture de l'Hérault a décidé de mobiliser le dispositif des calamités agricoles, qui fait l’objet  d’une enquête préliminaire pour constater les pertes de productions.
    Le fond national de gestion des risques agricoles est sollicité dans les meilleurs délais. Les producteurs ont été invités à rassembler les éléments nécessaires aux déclarations de pertes de production."
  • La malaïgue est terminée, et si certains ont perdu 100% de leurs productions,  c'est l'heure des expertises et en même temps de se réapprovisionner en naissains.

Montpellier : le congrès mondial de l'aquaculture

Du 26 au 28 août, Montpellier accueille pour la 1ère fois le congrès mondial de l'aquaculture.

Les quatre organismes principaux impliqués dans la recherche aquacole en France - Ifremer, INRA, Cirad et IRD - présents dans l'Hérault et particulièrement à Montpellier, sont entièrement investis dans la réussite de ce congrès exceptionnel en France.

Visite de la station Ifremer de Palavas-les-Flots

Samedi 25 août, une cinquantaine de congressistes sont attendus à la station de Palavas, pour un "Farm Tour" des infrastructures couvertes et extérieure :
- 4 000 m2 d'infrastructures couvertes divisés en 5 halls abritant près de 200 bassins, 300 aquariums et un cheptel de géniteurs de bar composé de différentes lignées expérimentales (600 poissons vivants et 30 000 échantillons de spermes congelés) permettant des recherches sur tous les stades de développement du poisson (larves, juvéniles, adultes) ;
- 2 000 m2 de plateforme extérieure permettant l'expérimentation sur la culture des micro-algues en milieu ouvert pour la bio-remédiation des effluents d'élevage ou le stockage du CO2 et l'alimentation des poissons dans 9 bassins...

Une journée d'échanges sur les maladies des coquillages le 28 août au Corum

Dans le cadre de l'Aqua 2018 à Montpellier, le consortium VIVALDI organisera un atelier ouvert intitulé "Agir ensemble pour mieux prévenir et atténuer les maladies des bivalves d'élevage". À cette occasion, des scientifiques du monde entier partageront leur expertise, leur expérience et leurs points de vue sur les menaces actuelles pour l’industrie européenne des mollusques.

Une perle entre vigne et lagune

Domaine Tarbouriech à découvrir

 D’une famille à une aventure humaine

Partie d’une petite ferme ostréicole sur la Lagune de Thau dans les années 60, la Maison Tarbouriech diversifie désormais ses activités et vous invite à découvrir un lieu unique au cœur de l’Occitanie.

Au travers de ses produits et en vous accueillant dans des lieux qui lui sont chers, son ambition est de vous faire partager sa passion et son goût de l’innovation.

Afin de donner vie au Domaine Tarbouriech, « l’ostréi-créateur » Florent Tarbouriech et sa femme Sabine, ont réuni une équipe multidisciplinaire chevronnée de concepteurs, d’artisans et d’artistes.

Domaine large

Pour en savoir plus : https://www.domaine-tarbouriech.fr/

L’infini de la mer, l’infinie tranquillité de la lagune où l’œil se pose sur le paisible Mont Saint Clair. La terre, le ciel et l’eau se confondent, troublés seulement par le vol des flamants roses. Notre région, Languedoc-Roussillon, bénéficie de villes d’art et d’histoire, de villages et de ports authentiques.

Au 18e siècle, entre Montpellier et Béziers, une folie désigne une maison de maître en pleine nature, à l’abri dans les feuillages. Séjourner, au domaine c’est partager notre « folie ». Quatre chambres et suites dans la maison de maître, neuf lodges dans la grange au toit de sagne du 13e siècle, 2 résidences et un spa abrité dans les cuves du chaix de cet ancien domaine viticole.

"Nous voulons préserver cette chaleur familiale et garantir à vos temps de détente une intimité sereine."

" Le temps partagé.

"Des millénaires ont façonné ce paysage, entre vignes et lagune. Des siècles ont donné à cette demeure familiale, son harmonie protectrice. Des années auront été nécessaires à la famille Tarbouriech pour faire de ce lieu « le Domaine », les murs séculaires laissant place à une architecture actuelle. Héritiers de ce temps long, nous vous invitons à profiter de l’instant, de ralentir, d’écouter votre rythme, de lâcher prise en apesanteur."

Les activités du Domaine Tarbouriechhttps://www.domaine-tarbouriech.fr/activites

Rendez-vous à Aqua 2018, le forum mondial de l'aquaculture

Du 25 au 29 août se tiendra à Montpellier le Forum mondial de l'aquaculture 2018.

Pesticide

Ce grand rendez-vous de tous les producteurs, investisseurs, fournisseurs, vendeurs, scientifiques... du monde de l'élevage aquatique se tient tous les six ans et  pour la première fois au Corum à Montpellier.

Le SMBT participera à l'événement à travers un stand sur la gestion environnementale du territoire de Thau au regard des enjeux conchylicoles et l'animation de deux conférences dans le cadre du forum de la conchyliculture française.

Cet événement sera l'occasion de présenter Vigithau, cet outil de management environnemental unique en France qui permet de visualiser les risques sanitaires sur la lagune et d'avertir les professionnels pour qu'ils mettent à l'abri leur production.

Voir le programme

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation aux Assises de la pêche

Stéphane Travert, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation aux Assises de la pêche et des produits de la mer qui se sont déroulées à Sète le 14 et 15 juin 2018.

C'est au pied de la vigne pédagogique de Montpellier SupAgro, que le Ministre a débuté sa visite, par un temps de démonstration et d'échanges avec des enseignants-chercheurs et des étudiants.

Puis, accompagné du préfet, il s'est rendu à Sète pour les Assises de la mer et des produits de la pêche, afin de rencontrer, tout d'abord, les représentants des professionnels de la filière. Il a ensuite prononcé son discours sur la grande scène du théâtre Molière de Sète.

L'après-midi, il a pu découvrir trois sites où l'on vit et travaille des produits de la mer :

- Le premier : l’entreprise "Poissons du soleil, est une écloserie pour espèces marines (bar et daurade) situé à Frontignan.

- Au mas de "la Catonière", à Bouzigues, les conchyliculteurs utilisent la technique d'élevage des huîtres sur fil avec collage ; ensuite ils vont coller ces lignes sur des tables en mer pour que les huîtres finissent leur croissance.

- Pour finir, il a suivi le circuit du poisson depuis son débarquement jusqu’à son expédition après sa vente à la criée animée de Sète.

Lancement de l'étude du schéma d'aménagement des zones conchylicoles du Bassin de Thau

Ce vendredi 25 mai 2018, au mas conchylicole "L'atelier & co" - Zone Conchylicole Ouest à Loupian, Yves Michel, président du Syndicat mixte du bassin de Thau accompagné par André Lubrano, conseiller régional délégué à la pêche et à l'aquaculture, Audrey Imbert, conseillère départementale déléguée à la conchyliculture et à la pêche, Alain Vidal, maire de Loupian et vice-président de Sète agglopôle Méditerranée et Patrice Lafont, président du Comité Régional de la Conchyliculture en Méditerranée présentaient le Lancement de l'étude sur le schéma d'aménagement des zones conchylicoles du bassin de Thau afin de les  moderniser sans les dénaturer. 
 
PILOTEE PAR LE SYNDICAT MIXTE DU BASSIN DE THAU AVEC LE SOUTIEN DE NOMBREUX PARTENAIRES, L’ETUDE SUR LE SCHEMA D’AMENAGEMENT DES ZONES CONCHYLICOLES DU BASSIN DE THAU VISE A SOUTENIR ET PERENNISER CETTE ACTIVITE PRIORITAIRE DE LA LAGUNE DE THAU.  
 
Yves Michel précisait en introduction : "Depuis la moitié du XIXème siècle, le bassin de Thau est le berceau d’une activité conchylicole qui est devenu au fil du temps un élément structurant du présent et de l’avenir de la lagune. Les collectivités ont fait de cette vocation conchylicole et de pêche une priorité au sein des stratégies d’aménagement du territoire.  Pour autant, la gestion des zones conchylicoles reste complexe car soumise à un enchevêtrement de textes législatifs et à une multiplicité de compétences. Le secteur  est également confronté à un ensemble d’évolutions, d’opportunités et de menaces. " .

covP1050668
 

"Inscrite au Schéma de Cohérence Territoriale, le schéma d’aménagement des zones conchylicoles a pour objectif d’améliorer l’aménagement de ces zones pour garantir un développement pérenne de ces activités. Il vise aussi à renforcer l’identité conchylicole propre au bassin de Thau tout en offrant de nouvelles opportunités de diversification d’activités attendues par une partie des professionnels."  
 
Financée dans le cadre du DLAL FEAMP Thau et sa bande côtière (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche), cette étude va permettre, à la suite d’un long travail de diagnostic, d’élaborer un schéma d’aménagement général pour l’ensemble de la lagune ainsi qu’un schéma pour chaque port. Cette étude permettra de définir un cadre de développement pour les zones conchylicoles de Thau (général et par zone) et d’apporter les bases d’une programmation de travaux phasée et chiffrée.  
 
Stationnement, voiries, déchets, réseaux, desserte, éclairage… feront l’objet d’un diagnostic poussé ainsi que l’ensemble des préoccupations fonctionnelles, urbaines, paysagères et environnementales de chaque zone.  
 
L’objectif est de donner plus d’ambition, d’innovation et de cohérence à ces zones d’activité tout en veillant à préserver leur vocation prioritaire et leur identité paysagère. 
 
D’un montant de 100 000 euros HT, l’étude est financée par l’Europe (40%), l’Etat, la Région (20%), le Département(20%) et le SMBT (20%). Lancée en janvier, elle devrait s’achever au 1er trimestre 2019.

covP1050666

Neuf zones conchylicoles sont concernées et le schéma d’aménagement des zones conchylicoles porte sur le périmètre du volet littoral du SCOT du bassin de Thau.  Outre le schéma d’aménagement global, un à deux scénarios d’aménagement seront proposés par zones.  
 
Le Barrou Sète, entreprises concernées : 27,  Gestionnaire : Département 
 
 Les Mazets Marseillan, entreprises concernées : 65  Gestionnaire : Département 
 
 Montpenèdre Marseillan, entreprises concernées : 13 Gestionnaire : aucun 
 
 Le Mourre blanc Mèze,entreprises concernées : 127  Gestionnaire : Département 
 
 St Felix la Coquille, Loupian, entreprises concernées : 32  Gestionnaire : aucun 
 
 Port de Loupian, entreprises concernées : 92 Gestionnaire : aucun

Le Mourre rouge Loupian Nb d’entreprises concernées : 35  Gestionnaire : aucun 
Amoutous Campagne Mèze Nb d’entreprises concernées : 22  Gestionnaire : aucun

Bouzigues, entreprises concernées : 40  Gestionnaire : aucun

L’étude sur le schéma d’aménagement des zones conchylicoles du bassin de Thau comprend une large phase de consultation.

Celle-ci s’est déroulée de février à mai 2018. Durant cette période, six réunions ont été organisées avec les professionnels des zones conchylicoles. 45 professionnels ont assisté à ces rendez-vous et ont pu faire état de leurs attentes et échanger sur les projets à réaliser. Accessibilité, voiries, sécurité, stationnement mais aussi complexité législative… ont fait l’objet d’échanges fournis.

cov69Capture

 Cette étape a été complétée par 40 entretiens individuels. De nombreuses réunions de travail ont également eu lieu avec l’ensemble des parties prenantes du projet : Région, Département, Sète Agglopôle mais aussi les communes.

Mais il faut tenir compte de la domanialité des mas conchylicoles et chaque secteur doit être étudié spécifiquement pour apporter la meilleure réponse : 
 
Mas conchylicole intégralement sur le DPM : bâtiment concédé par l’Etat ou le Département 
Mas conchylicole intégralement sur le domaine privé (propriété privée) 
Mas conchylicole à la fois sur le domaine public et sur le domaine privé 
Exploitation comprenant à la fois un mas conchylicole sur le DPM et sur le domaine privé