Nouveauté : Aurore

De Blandine Lenoir
Avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot

Synopsis :
Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse, elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?

Aurore : Photo Agnès Jaoui

L'avis du cinéphile
Elle s’appelle Aurore et pourtant si on en croit la société et les premières bouffées de chaleur qui l’assaillent, elle serait plutôt au crépuscule de sa vie. Le premier film de Blandine Lenoir (qui, si ce n’est un pseudo, a des parents avec un certain sens de l’humour) est une agréable comédie, aux accents féministes revendiqués, avec sans doute quelques poncifs sur la ménopause mais qui ne desservent pas l’ensemble. Agnès Jaoui incarne de façon décomplexée cette quinquagénaire, ménopausée certes, bientôt grand-mère et dans une situation professionnelle et donc financière précaire mais qui n’est pas près à renoncer à vivre pour autant. Le film met en exergue une solidarité féminine bon enfant et la maison d’Aurore prend à un moment des allures de gynécée lorsque toutes se retrouvent allongées côte à côte. Les hommes n’ont pas toujours la part belle mais ils sont loin d’être mis au pilori non plus et c’est pour mieux mettre en valeur l’amour de jeunesse, Totoche, toujours égal à lui-même. Thibault de Montalembert, avantagé par la barbe, le joue avec beaucoup d’élégance et de charme et on comprend l’engouement d’Aurore à vouloir raviver la flamme. Le film est parsemé de petites scènes savoureuses et on rit ou sourit souvent. Bon, le happy end n’était peut-être pas indispensable mais il va de pair avec la légèreté de ton du film. - Mon ciné à moi