Gaston Baissette

Gaston Baissette (1901-1977) était un médecin renommé et un grand écrivain, auteur sur notre région de L’Etang de l’or, Ces grappes de ma vigne ou encore du Soleil de Maguelone.

L'enfant du pays polygraphe

Du fait de son attachement particulier à la ville de Montpellier, ses archives personnelles ont d'abord été léguées en 1983 à la médiathèque municipale de Montpellier, avant d'être déposées à la médiathèque centrale Emile Zola en 2012.


C’est un homme aux multiples facettes  : le poète, ami des Surréalistes, l’homme des revues, le grand médecin, l’homme engagé dans la Résistance, le pacifiste, le fin connaisseur de Denis Diderot qui aimait plus que tout sa région, les étangs de Mauguio, rejoignant volontiers sa famille à Fabrègues et à Montaud.

 

Gaston Baissette

Né à Albi en 1901, Gaston Baissette passe toutes ses vacances à Fabrègues et à Montaud dans la maison familiale. Son père est issu d'une famille de viticulteurs du village de Fabrègues et sa mère descend d'une lignée de viticulteurs de Mauguio. Jusqu'à la fin de sa vie, il témoigne d'ailleurs de son attachement pour la commune de Montaud.

La période du devoir

À partir de 1912, il suit ses études secondaires d'abord au Lycée d'Albi, puis au Lycée de Toulouse. En juillet 1915, après la mort de son père, il abandonne le droit pour se diriger à la Faculté de médecine.

Le scientifique

En 1932, Gaston Baissette est nommé médecin phyisiologue des dispensaires d'hygiène sociale de l'Eure. En 1937, il devient inspecteur départemental d'hygiène, spécialisé dans la lutte contre la tuberculose. Cette même année, il est l'auteur des chapitres consacrés à La Médecine grecque dans l'Histoire générale de la médecine dirigée par le professeur Maxime Laignel-Lavastine. Suite à son courageux engagement dans La Résistance en tant que médecin et écrivain, il est nommé, en novembre 1944, au Cabinet du ministre de la santé publique, chargé de la lutte contre la tuberculose. En janvier 1946, il occupe les fonctions de médecin-chef du Service d'hygiène sociale du Département de la Seine.

Auteur sur des sujets multiples

Dès 1923 et jusqu'en  1974, il écrit des poèmes, des romans dès 1926. En 1977, il fait paraître un second livre de vulgarisation intitulé Aux Confins de la Médecine, avec une très belle préface de Bernard Clavel et il étudie L'Évolution des idées médicales depuis la Préhistoire et s'éteint la même année le 5 novembre à Quissac dans le Gard.