Photographie de la place de la Comédie, vers 1840


Sous cette légende anodine, se cache un des plus anciens clichés photographiques de Montpellier. A l’exception d’une photo datée du 18 octobre 1839, prise par un opticien de la ville, M. Philippe, il n’en existe pas de plus vieux. Ainsi, Montpellier rejoint Paris, dont la plus ancienne photographie connue, boulevard du Temple, date de 1839.
Fabrice Bertrand remet le cliché en lumière pour honorer la mémoire de Roland Jolivet, auteur et savoureux conteur de l’histoire locale, disparu il y a un an, qui l’avait présenté dans un de ses ouvrages, "Montpellier Secrète et Dévoilée" . Le brillant érudit montpelliérain en décrit les grandes lignes, en cours d'étude: la statue des Trois Grâces, alors plus proche du théâtre et sans son œuf, les immeubles aux publicités peintes et l’Hôtel du Gouvernement derrière elle, détruits fin 19e siècle. « Avec ses toitures mansardées recouvertes d'écailles vernissées, l'hôtel du Gouvernement apparaissait comme l'un des plus prestigieux de l'Ecusson. Il servait de logement au gouverneur du Roi dans la province du Languedoc. Malheureusement cette belle demeure caractéristique des constructions languedociennes du 17ème siècle, ne coïncidait plus avec les projets d'embellissement d'une société locale qui souhaitait faire de cette place de la Comédie, l'espace ostentatoire et au final assez peu empreint d'une identité méridionale que nous connaissons aujourd'hui » explique Fabrice Bertrand. Détruit fin 1891, l’hôtel est remplacé par un immeuble de type haussmannien, qui abrite au XXe s. un commerce,  la "Grande-Maison". Fabrice Bertrand poursuit : « Derrière les arbres qui ornaient le jardin de l'hôtel du Gouvernement, apparaît la toiture de l'hôtel Nevet, un des plus prestigieux hôtels particuliers de Montpellier. A partir de 1841, un ancien grognard, médaillé de Sainte-Hélène, y aménagea un des plus luxueux hôtels de voyageurs de la ville, qui avec son annexe, connue sous le nom de Villa Sainte-Christine, située rue du Pioch Boutonnet, hébergeait le temps de leur séjour montpelliérain les riches et notables voyageurs européens, qui étaient attirés par le doux climat hivernal de notre région, avant que la Côte d'Azur s'impose ». Détruit en 1897, l'emplacement sert à la construction des Nouvelles Galeries, inaugurées la veille de Noël 1898.
Fabrice Bertrand anime avec Loïc Vannson, guide-conférencier,  le groupe « Patrimoines et souvenirs de Montpellier », très actif sur les réseaux sociaux (près de trois mille deux cents membres sur Facebook), et organisateur de visites « De place en place » tout l’été. Défricheurs de patrimoine, Fabrice et Loïc ouvrent dans une ambiance décontractée les portes sur des lieux inaccessibles, hôtels particuliers ou palais des rois de Majorque, et sur des savoirs partagés. Intarissables, ils fourmillent d’anecdotes sur la vie des personnalités, des rues, des bâtiments. Avec eux, le groupe se prend à observer les plus petits détails architecturaux: consoles, agrafes, pièces de ferronneries n’ont plus de secrets pour les participants. Ravi de regarder la ville sous un autre jour, éclairé, plus savant, le groupe grandit, rassemble montpelliérains de souche et nouveaux arrivants, touristes, dans la bonne humeur et la convivialité. Devant ce succès, les visites se poursuivent cet automne le samedi… en attendant la suite du décryptage de la plus vieille photo de la Place de la Comédie.
Florence Monferran

Photo: avec l'aimable autorisation de Fabrice Bertrand