Un week-end 100% culture au château de Castries

Les Journées Européennes du Patrimoine - JEP - des 15 et 16 Septembre prochains auront cette année à Castries une saveur particulière.
Le château, point de mire de ce genre d'activité culturelle et festive, va en effet entrer dès le 17 Septembre dans une phase de profondes modifications intérieures et extérieures destinées à lui redonner un éclat digne de son passé.

Les trois prochaines années vont donc voir se fermer temporairement les salles les plus chargées d'histoire du château, pour restauration et rénovation.

Cette année 2018 est donc l'occasion d'une dernière visite du grand escalier, de la salle des États et de la salle à manger dans leur état actuel.

Lors de ces deux journées, pour ces visites ainsi que pour les visites du parc et de l'aqueduc, vous serez orientés et guidés par des personnages en costumes représentatifs des diverses périodes glorieuses du château. Une bonne occasion de discuter un peu d'histoire et d'apprécier les rôles que les membres de la famille de La Croix de Castries ont pu jouer par le passé.

Une exposition sur Castries installée sur la terrasse des bassins, simple et ludique, ainsi qu'une exposition dans l'Orangerie qui portera sur l'Aqueduc, son histoire et sa restauration en cours grâce aux nombreux débroussailleurs actifs depuis 15 ans, permettront de compléter votre connaissance de ce riche patrimoine historique. 

Ces journées seront aussi l'occasion de visiter le troisième salon du livre et des illustrateurs se déroulant au château de Castries.

Organisé par l'Espace Culturel des établissements Leclerc et l'Association des Amis du Château de Castries - AACC - sur le thème national de "l'Art du Partage", il permettra à 36 auteurs de dédicacer leurs livres, sous un chapiteau installé dans la cour d'honneur.
Une dizaine d'illustrateurs et illustratrices, regroupé(e)s autour de l'artiste Castriote Sophie Griotto, présenteront leurs œuvres et trois illustratrices animeront des ateliers thématiques pour les jeunes (6 à 12 ans). Pour cette dernière activité une inscription sera nécessaire via l'adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

JEP18 au château de Castries, 15 et 16 Septembre 2018.
Ouverture de 10h à 18h.
Visites guidées gratuites : parc et château toutes les 1/2 heures, aqueduc toutes les heures, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Visite libre de l'église.
Plus de renseignements sur le site de l'AACC : https://www.amischateaudecastries.fr

Ces trésors de Villemagne…l'argentière

Villemagne l'Argentière  peu connue mais très intéressante, est au cœur des Hauts cantons, ces "Hautes terres" de l'Hérault : les Avant-monts, entre  Montagne Noire et Cévennes et le massif du Caroux-Espinouse. De très beaux paysages, dont les fameuses gorges d'Héric qui révèlent un patrimoine historique discret mais passionnant.

Les trésors de Villemagne ne sont pas d'or et ne sont plus d'argent. Ils seraient plutôt dans la pierre – non pas celle qui apporte un revenu – celle qui témoigne d'un riche patrimoine qu'évoque, jusqu'à la fin septembre, une exposition dans l'église Saint Grégoire, siège de la société Archéologique et Historique des Hauts cantons. Patrimoine médiéval, témoignage d'un passé prestigieux. 

L'approche de l'actuel village, quand on vient d'Hérépian, route de Bédarieux et que l'on va à Saint Gervais sur Mare, se signale par l'autorité ecclésiastique. Car c'est vers 780 que fut fondée, sous le vocable de Saint Martin, une abbaye dans la mouvance de Saint Benoît d'Aniane. Dédiée, après 819, à Saint Majan, elle étendit ensuite son emprise vers le nord direction Saint Gervais et surtout vers le sud où sa juridiction allait de Saint Pierre de Rhèdes à Puissalicon et Alignan du Vent.

Au XIIème siècle, l'abbé Béranger II fut à la tête de l'abbaye pendant 40 ans et poussa ses possessions jusqu'à Faugères. Puis l'ensemble monastique connut le déclin. Dès le XVème siècle par la pratique des abbés "commandataires" qui touchaient les revenus sans résider. Puis en 1522, ce fut la destruction par les Protestants et un abandon de près de 100 ans. Restaurée en 1661 par les moines de Saint Maur, elle fut occupée jusqu'en 1791.

Une belle maquette, au centre de l'exposition, évoque l'importance et la beauté austère du bâtiment tel qu'il était alors. Le plus visible aujourd'hui est l'imposante tour qui dominait l'ensemble conventuel. 

Le reste des bâtiments constitue maintenant des habitations privées. Un examen attentif des façades décèle çà et là des traces médiévales. Menues marques en regard de certaines découvertes. Au sud-ouest du bourg abbatial subsiste un îlot "fossilisé" d'un habitat du XIIIème. Et a été mis à jour le 1er étage - actuellement au rez-de-chaussée - d'une maison marchande éclairée par une fenêtre géminée avec un remarquable chapiteau.

Et la maison Oustry-Alauzet, à la richesse due au minerai argentifère, montre un des rares exemples en France d'architecture civile peinte du XIIème siècle. Et puis, l'exposition évoque l'Hôtel des Monnaies", en fait un îlot soigneusement bâti à destination marchande. Chaque lot comprenait un rez-de-chaussée pour le commerce, l'habitation à l'étage. Dans le lot n°2 a été mis à jour un décor peint exceptionnel.

Les minerais de plomb et de cuivre souvent argentifères ont suscité l'exploitation minière de Villemagne

L'importance des échanges est confirmée par la trouvaille d'un "fiorino" d'or en provenance de Florence. Car Villemagne se situait sur une route commerciale qui, par les vallées de l'Orb et de la Mare, gagnait les hauteurs de l'Espinouse et conduisait vers le Tarn actuel. Avec l'Argent, elle faisait la prospérité de Villemagne. 

Le minerai de plomb argentifère dont on peut admirer un morceau et les quartzites voisins était exploité par les Romains dès le second siècle av. J.C. Ils ont apporté leur "vaisselle", amphores, vases, plats à la réalisation remarquable. Minerai peut-être à l'origine de la présence d'un atelier monétaire au IXème siècle. Mais ceci est une autre histoire. 

H. Le Blanche 

LE MUSEE ARCHEOLOGIQUE DES HAUTS-CANTONS :

Jusqu'au 15 octobre 2018 : mercredi, samedi et dimanche 15h-18h - Groupes : sur demande toute l'année -

Tél : 04.67.95.64.17 - 06.73.75.29.83 

Journées européennes du Patrimoine au Musée Fabre

L’image contient peut-être : texteA l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, les collections permanentes du musée sont accessibles gratuitement.

Profitez-en pour découvrir le nouvel accrochage au fil des collections :

un dialogue poétique entre 3 collections : celles du musée, du FRAC Occitanie Montpellier et de "A catalogue of stepes" de DD Dorvillier, chorégraphe américaine installée en France. 

Pour plus d'informations concernant les visites et activités, consulter le site du musée :
 http://museefabre.montpellier3m.fr/

Journées européennes du Patrimoine DRAC Occitanie/Site de Montpellier

Du 15 septembre au 16 septembre 18 h 00 

Musée Fabre 13 rue Montpelliéret, 34000 Montpellier

Le château de Cassan enfin réouvert

 

Château-Abbaye de Cassan
is now open to the public again.

After one year of work on the main roof, Cassan Castle finally re opens on june 15th. At the Château-Abbaye de Cassan, there is a 12th century Romanesque church, the last vestige of the Royal Priory, and a conventual palace which earned the name of a small Versailles in Languedoc.
The origin of the Priory dates back to the 11th century, when in 1066, the Alquier family donated the church to some Augustinian canons. Then they founded an independant priory. After the French revolution, Cassan took on the title of Castle.
Through the centuries, Cassan was constructed, razed, reconstructed, burnt down and is still being rebuilt.
From 1953, various decrees were issued with the result that almost the entire site, and certain interiors, came under the classification of Historical Monument.
Today, the monument allows us to understand the importance and the radiance that the monastery may have had in the past.
Entering in Cassan's courtyard is like traceling back to the 12th century. And as the storm reaches Roujan, the sun lights up the top of the chapel. That's when music started playing in my ears. Magic reached its peak when I got in the medieval kitchen. I could feel a real activity in there with chefs and kitchen boys running around, smells reaching my nostrils from the cooking but also the large fireplace.
I even can fell the large and heavy crinoline surrounding me with a slight rustle whenever I walk.
Walking down the hallway under the gothic arches, my eyes are attracted by the medieval virgin holding her child. She seems happy and relieved to have been discovered during one of the numerous renovations of the Abbaye.

Adress:
D13 ( between the villages of Roujan and Gabian)
34320 Roujan
Occitanie, France.

Phone:
+33 (0)4 67 245 245

Email :

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Visiting hours

  • From june 15th : 2pm to 7pm,
  • july and august : 11am to 7pm,
  • september: 2 to 7pm,
  • october : on week ends from 2pm to 7pm.
   

Après un an de travaux de réfection de la toiture, un des sites d'exception d'Occitanie va enfin ré ouvrir ses portes le 15 juin. Surnommé à juste titre le petit Versailles d'Occitanie, le Château-Abbaye de Cassan fut tout d'abord une humble retraite monastique devenue puissant prieuré royal puis fastueuse demeure princière.

  

Lorsqu'on arrive dans la cour, les émotions vous submergent. Pour peu que le temps soit à l'orage, le haut de la chapelle scintille de mille feux sous les rayons du soleil. Vous voilà transporté au XIIe siècle. Le château abrite une vaste église romane (XIIe s.) et un palais abbatial (XVIIIe s.). L’édifice fut inscrit partiellement à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques dès 1953 et son église classée au titre des Monuments Historiques; puis plus récemment en 1998, une grande partie fut classée au titre des Monuments Historiques.

Dans la cuisine médiévale, il est aisé de voir s'activer le chef et ses marmitons. Les musiques des casseroles de cuivre résonnent sur les pierres de taille, les senteurs vous gagnent, la cheminée crépite.
Les soieries du salon s'animent sous la lumière diffuse du lustre de cristal. On perçoit encore les rires, les conversations, les intonations.
Au détour d'un couloir mes yeux sont attirés par une icône de la vierge et l'enfant découverte par miracle lors d'une des nombreuses restaurations du château. Celle-ci sourit comme si elle était heureuse et soulagée enfin d'être redécouverte.

Ce voyage ne pouvant être complet sans musique, ce sera chose faite avec l'arrivée de l'orchestre philharmonique de Montpellier cet été.

Ce château est habité, c'est sûr.

Florence de Martino

 

 

Château-Abbaye de Cassan

Adresse:
D13 ( entre les villages de Roujan et Gabian)
34320 Roujan
Occitanie, France.

Téléphone:

  • +33 (0)4 67 245 245

Courriel :

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaire des visites

  • à partir du 15 juin de 14h à 19h.,
  • Juillet et août de 11h à 19h,
  • septembre 14h à 19h,
  • octobre les week ends de 14h à 19h.
 

http://www.sitesdexception.fr/wp-content/uploads/2013/03/CartePrivil%C3%A8ge-2017-HD-003-page-001-2-1.jpg

A la découverte des grangeots des vignes

Qui se soucie de ces vieilles cabanes de pierre perdues au milieu des vignes ? Les grangeots font pourtant partie de l’identité bessanaise. Ces constructions modestes, parfois minuscules, ont joué un rôle fondamental dans le développement du vignoble.

 

A l’origine, servant d’abri au travailleur voire parfois même de logement temporaire, elles ont été construites loin du village, permettant de ranger quelques outils, de mettre à l’abri le cheval, de stocker le fourrage, et de s’abriter par mauvais temps ou pour une pause. Parfois équipées d’une cheminée, il était possible d’y faire du feu pour se réchauffer en hiver ou encore de réchauffer le repas de midi. 
Il est difficile de dire à quelle date ces constructions ont été réalisées, car on ne trouve nulle trace d’elles sur l’ancien cadastre ou dans les actes notariés. Le mouvement de construction aurait commencé avant l’arrivée du phylloxéra pour se poursuivre jusqu’à la grande guerre. 
Bon nombre de ces cabanes sont encore visibles. Elles incarnent un temps ancien bien qu’elles aient perdu peu à peu leur utilité. Très rares sont celles qui n’ont d’ailleurs pas été abandonnées. Elles sont toutefois des points de repère dans le paysage de la plaine ou des garrigues. Si on les enlevait, les vignes n’auraient plus le même attrait...
Mais la mécanisation, le remplacement du cheval par le tracteur, les trajets plus rapides entre la maison et la vigne grâce aux véhicules, ont rendu ces constructions moins utiles, d’où cet abandon progressif. 
Plus de 95 grangeots ont été recensés sur le territoire de Bessan, simple abri de 5 m² comportant trois murs et un toit, grangette de 50 m² avec son portail pour le passage de la charrette, ou  maisonnette à un étage servant d’habitation. 
La plus forte concentration, près de 31 %, se trouve dans la plaine des Mègeries Nouvelles (les Arens, le Lévrier) ; viennent ensuite les Garrigues à l’ouest du territoire (22 %), la plaine du Nord-Est bordant l’Hérault, le Moulin, la Chaussée (18 %), les Mègeries Hautes (17 %) et le Causse et les Monts (13 %).
Véritables éléments du patrimoine rural local, certains artistes locaux, tel Yvon Brunet, les ont même croqués sur leurs toile.

D’après Francis Delmas.

Montferrand la vigie du Pic Saint Loup

Le château de Montferrand totem du territoire du Pic Saint Loup au nord de Montpellier et inscrit sur le site classé Natura 2000 - protection des espaces naturels - fait l'objet de toutes les attentions en septembre 2017. En effet, cette forteresse médiévale du XIIème siècle, implantée sur la commune de Saint-Mathieu-de-Tréviers suscite l'intérêt des habitants et des élus de la communauté des 32 communes du grand Pic Saint-Loup afin de préserver le symbole du territoire.

Des Conférences et une exposition aux Matelles à la Maison des Consuls du 13 septembre au 17 décembre 2017, la création de l'association "Sauver le château de Montferrand", les prochaines journées du Patrimoine les 16 et 17 septembre aux Matelles lui seront consacrés.

Afin de valoriser et d'entretenir la silhouette emblématique du massif du Pic Saint-Loup, l’Association pour la Sauvegarde et la Valorisation du Patrimoine du Grand Pic-Saint-Loup ASVP-GPSL, créée  l’été 2017, se donne pour missions l’étude, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel, archéologique et architectural.
Ses objectifs sont multiples :
• réaliser un recensement du patrimoine de notre territoire,
• collecter tous les écrits sur son histoire (chroniques, monographies, ouvrages, témoignages),
• mener des fouilles archéologiques afin de mieux connaître notre passé,
• procéder à la restauration de certains sites,
• faire connaître notre histoire (visites commentées, participation à des fouilles, conférences).
Une de ses priorités consiste dans la préservation du château de Montferrand à Saint-Mathieu-de-Tréviers, un projet spécifique de sauvegarde pensé et mis en œuvre pour les dix ans à venir.

Pour adhérer à l'association, se rapprocher de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Coût de la cotisation à l'année : 20€

Conférence « La forteresse de Montferrand » - Jeudi 14 septembre 2017 - à 18h00 dans la salle du conseil de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup à Saint Mathieu de Tréviers.

Les Journées Européennes du Patrimoine - les 16 et 17 septembre 2017 - De 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 - Entrée libre.

 

 

Le projet Montferrand

Symbole du comté de Melgueil, le château a joué un rôle clef dans l’histoire. Centre administratif, judiciaire et militaire, il est la représentation du pouvoir et commande l’ensemble des terres, châteaux et villages environnants : de lui dépend la fameuse communauté de villages du Val de Montferrand, unique en son genre !
Assiégé sans succès par les troupes protestantes du Duc de Rohan au XVIIème siècle, il perd peu à peu son utilité stratégique et est démantelé en 1709.
Aujourd’hui, la forteresse est en ruine. Ses pans de murs menacent chaque jour de tomber et d’emporter avec eux l’empreinte du comté de Melgueil.
L'association veut faire revivre l’époque flamboyante du château de Montferrand et sauver ce symbole de notre territoire. Sources ASVP GPSL

 

L'abbaye de Valmagne, cathédrale des vignes



 

En  août les propriétaires de l'Abbaye de Valmagne proposent des "Son et lumière" pour que les visiteurs puissent découvrir ce merveilleux monument historique en nocturne et mieux s'imprégner des siècles qui ont permis à ce site de perdurer, en ressentant la sérénité du lieu ainsi qu'en percevant le côté hors du commun de cette Cathédrale des Vignes, dédiée à "Marie", de son cloître et de sa cour d'honneur.
Une bien belle découverte architecturale tout d'abord : Un édifice dont les surfaces bâties (avec les étages) sont de l'ordre de 2 Ha avec plusieurs milliers de M2 de toit. Des pierres qui proviennent des anciennes carrières de villages voisins (Loupian-Mèze), des clefs de voûte à 25 m de haut...
Et que dire de l'histoire de cet édifice de plus de 900 ans qui a su tenir debout malgré les guerres,  les brigands et aussi la Révolution Française.
Jusqu'à 200 moines ont séjourné à Valmagne tandis que ses vignes et ses terres atteignaient presque Béziers. Des campagnes et des édifices encore "debout" dépendaient de son autorité.
Si l'abbaye fut édifiée au XIIème siècle sur les fondations d'une église romane, précédée certainement par une grande villa romaine, c'est une majestueuse abbatiale de style gothique. C'est en 1138 que Raymond Trencavel, Vicomte de Béziers, fonda l'Abbaye de Valmagne sur la commune de Villeveyrac, prés de Mèze et de l'étang de Thau dans le Languedoc Roussillon. Du 12ème siècle au début du 14ème elle fut l'une des Abbayes cistercienne les plus riches du sud de la France.

Abbaye bénédictine lors de sa fondation, Valmagne se rattachera, dès 1159, à l'ordre de Cîteaux, deuxième réforme des Bénédictins, et dès lors observera la règle morale, mais aussi architecturale qui avait été définie par St Bernard.
Après une période d'expansion et de richesse, l'Abbaye fut confrontée à la Guerre de Cent ans et aux Guerres de Religions.
Très endommagée, l'Abbaye n'eût pas trop des deux siècles suivants pour retrouver sa splendeur primitive. Mais la révolution vint fondre sur une Abbaye où la décadence s'était déjà installée. Les derniers moines s'enfuirent en 1789 et Valmagne fut saccagée.
 Confisquée comme bien national, l'Etat ne garda pas cet édifice et M. Granier-Joyeuse en fera l'acquisition en 1791. Après sa mort, ses héritiers s'en débarrassèrent. L'Abbaye fut rachetée le 29 juillet 1838 par le Comte de Turenne et ne fut jamais revendue. Les propriétaires actuels sont les descendants du Comte de Turenne. L'abbaye fut classée Monument Historique en 1947 et n’a cessé de faire l’objet de travaux de restauration, elle est ouverte aux visites depuis 1975. Actuellement le vignoble représente 58 hectares de vignes. 

L'église actuelle, de style gothique classique, reconstruite en 1257, 24.5m de haut et 83m de long, fut convertie en chai après la Révolution.
Le charme de la fontaine du cloître, la pureté de la salle capitulaire avec sa voûte d'arête surbaissée d'ogives, la taille de cet édifice majestueux font de Valmagne un des monument historiques prestigieux du Languedoc Roussillon, siège de nombreuses animations culturelles.

Entre le charme florentin du cloître, la salle capitulaire avec sa voûte en anse de panier, et sa fontaine vraiment unique, la majestuosité de l'abbatiale s'imposera à vous.
Pour en savoir plus :  http://beta.valmagne.com/ 

et  wikipedia.org/wiki/Abbaye_Sainte-Marie_de_Valmagne

Une cité gallo-romaine à Murviel-lès-Montpellier

Les chantiers de fouilles se poursuivent sur la zone monumentale de la cité gauloise, place bordée de portiques et de monuments publics, centre de la vie religieuse, commerciale et politique de la cité gallo-romaine des Samnagenses. Aujourd'hui, sur le site archéologique du Castellas à Murviel-lès-Montpellier, pour partie propriété de Montpellier Méditerranée Métropole, la métropole de Montpellier participe au financement de ces campagnes de fouilles menées par les archéologues du laboratoire ASM (UMR 5140 - Archéologie des sociétés méditerranéennes) via une subvention annuelle.

Plongée dans l'Histoire à  l'est de Montpellier

Le secteur monumental, dont l’exploration méthodique a commencé en 2001, est désormais presque entièrement dégagé. Les deux dernières travées du portique nord ont été entièrement fouillées. L’avant-dernière salle, dont les murs étaient revêtus d’enduits peints, comporte un sol orné d’une mosaïque parfaitement conservée. La dernière salle est, quant à elle, particulière. À la différence des autres, elle ne communique pas avec le portique sur toute sa largeur mais seulement par un passage réduit dans l’angle sud-ouest, et ne comporte aucun aménagement construit, juste le rocher nu sur lequel une partie des murs est construite. L’hypothèse d’un lieu de culte naturel est actuellement la plus vraisemblable.

L'agglomération antique du Castellas, chef-lieu des Samnagenses (peuple gaulois)

L’agglomération antique du Castellas, identifiée récemment comme le chef-lieu des Samnagenses (peuple gaulois mentionné par Pline l’Ancien), naît au début du IIe siècle av. J.-C. Cette période correspond à un développement important des sociétés gauloises du Midi ainsi qu’à une présence de plus en plus sensible de Rome, qui se concrétise par la conquête de toute la région à la fin du IIe siècle av. J.-C. Cette communauté prospère ne résiste toutefois pas à la croissance des grands centres urbains. Elle perd son indépendance vers la fin du Ier s. apr. J.-C. et est intégrée dans la cité de Nîmes. Au milieu du IIIe s., la plus grande partie de la ville semble désertée.

Dotée d’un système de fortifications en grande partie conservé, qui englobe une surface de plus de 20 ha, l’agglomération du Castellas est l’un des établissements anciens les plus vastes du Midi languedocien, et peut être considéré comme l’établissement principal entre les cités de Nîmes et de Béziers.

Les fouilles archéologiques qui y sont conduites depuis les années 1970, et plus particulièrement celles menées depuis 2001 par l’université Paul-Valéry dans le cadre du laboratoire de recherches Archéologie des sociétés méditerranéennes, révèlent un site de prédilection pour étudier la question de la romanisation d’une cité gauloise.

Sur le Canal du Midi : Port Cassafières

 

Port Cassafières en 1974

En 1970, M. Roger Sicard, propriétaire du domaine de Cassafières qui s’étend du Canal du Midi à la Méditerranée, à Portiragnes, se rend compte que cette voie d’eau est en train de changer de vocation. Les péniches de céréales, de carburants, les pinardiers, se font de plus en plus rare. Par contre la navigation de plaisance se développe rapidement grâce aux anglais qui implantent des sociétés de location un peu partout. La principale, la Blue Line, filiale du groupe Guiness, se trouve à Castelnaudary, ils ont un savoir faire et des bateaux adaptés. M. Sicard va rencontrer l’homme providentiel, Robert Linon, ingénieur subdivisionnaire du Canal du Midi à Béziers. Il va obtenir l’autorisation de ce dernier de creuser une darse au bord du canal, puis le port.

En 1971, il embauche le fils de son régisseur, Bernard Bals, mécanicien de formation et conducteur d’engins dans l’entreprise Bec. Il crée la Compagnie de Navigation de Plaisance et va acquérir 2 bateaux pour la location. Auparavant il s’est fait livrer un chalet exposé au salon de la navigation de plaisance au CNIT à Paris, qui va être utilisé pour la réception, le stockage du matériel, et qui existe toujours. Son fils Gilles vient travailler sur le port. On fait de la location mais aussi des promenades jusqu’à Agde et certains jours sur Marseillan. Durant l’automne 1971 il fait l’acquisition d’une pelle mécanique Poclain et un camion. La terre est transportée sur le bord du chemin d’accès au port pour l’agrandir, et faire un parking surélevé au Sud du restaurant. Ainsi le tiers du port sera creusé hors saison par l’employé permanent. Au printemps 1972, l’entreprise Brault creusera un passage du Canal du Midi à la partie du port déjà aménagée. En mai 1972, le Tour de France Nautique partis de Chalons sur Marne fait escale à Port Cassafières à peine baptisé du nom de jeune fille de sa mère. C’était Edmond James, secrétaire général des comités directeurs des groupes plaisance, croisière, et motonautisme au Touring Club de France qui avait mûri ce projet. Il se faisait appeler le Commodore ! Des constructeurs comme la SICOPAL filiale des Charbonnages de France amène ses coches d’eau, Jo Inskip de la Burgundy line amène ses deux bateaux Le Saint Bris et l’Irancy, ainsi que la société Pierre de Meulan. Une fois cette manifestation terminée, la plupart des house-boats seront intégrés dans la flotte de Port Cassafières. Comme il faut aller très vite pour les recevoir, c’est l’entreprise Brault qui viendra terminer ce chantier.

 Jonction des deux bassins  La darse en 1971 Jonction des deux bassins
                                     Mise à sec peu conventionnelle                                                      Darse

En 1973, un groupe d’investisseurs anglais veut reprendre le port, la Summerway cruisers et la Med cruisers proposent d’amener 50 bateaux. Il s’agissait de ce qu’on appelle aujourd’hui un fond de pension. Les bateaux viennent d’Angleterre et sont fabriqués par un français le baron de Tourtelon, personnage atypique, d’ailleurs les modèles de bateaux sont des « Barons ». Le chef de base est M. Cairns. Le directeur est un nommé Garry Lowe et son associé P.S Horner. L’affaire va tourner court, M. Lowe se retrouvera en prison outre Manche et une vente aux enchères aura lieu le 20 juin 1974. Des anglais avaient également construit un restaurant, qui a brûlé et a été reconstruit en dur. La Compagnie de Navigation de plaisance reprend la main, il faut se développer, construire des infrastructures, faire face à la concurrence, et cette entreprise familiale ne peut y prétendre. C’est la Beaver Fleet basée à Agen qui va venir s’implanter et poursuivre le développement de ce port. Ainsi se tournait une page de cette saga familiale où Mme Sicard était la gérante, Gilles l’homme de toutes les situations, François et Catherine venaient lors des vacances scolaires à la réception ou piloter le bateau de promenade. Aujourd’hui c’est l’entreprise Le Boat qui gère ce port.

Bernard Bals

Quand grands travaux riment avec archéologie

Les chantiers du CNM et du déplacement de l’autoroute A9. © Yannick Brossard, Oc’Via 

Menés de front, le chantier de dédoublement de l’autoroute A9 et le contournement ferroviaire de Nîmes et de Montpellier, n’ont pas été l’occasion que d’aménagements d’envergure et de prouesses techniques. En parallèle aux travaux étaient organisées, selon la législation en vigueur depuis 2001, des fouilles archéologiques préventives tout au long des tracés, impactant environ 1 200 ha. Des diagnostics posés par l’Institut National de Recherche et d’Archéologie Préventive (Inrap) entre 2008 et 2012 ont révélé une centaine de sites, du Paléolithique ancien à la fin du Moyen-Age, sur des zones explorées depuis trente ans (près de Nîmes, dans la plaine littorale entre Montpellier et Lattes ou sur les coteaux du Lunellois) mais aussi sur des secteurs méconnus, dans les Costières, la plaine de la Petite Camargue et de Mauguio. A la suite de ces diagnostics, balayant 300 000 ans d’histoire humaine du Languedoc oriental, 28 sites archéologiques ont fait l’objet d’une fouille préventive extensive entre septembre 2012 et juillet 2014. Ces chantiers d’ampleur et d’urgence – le temps était compté avant de redonner place aux travaux – ont mobilisé 170 archéologues sur plus de 32 ha, dans 14 communes du Gard et de l’Hérault.
Les vestiges qu’ils livrent sont à la hauteur du défi relevé. L’humain y apparaît, central, dans sa présence la plus reculée, près de Nîmes, sur un site du paléolithique inférieur sans équivalent régional, dans son habitat, ses modes de vie, ses activités quotidiennes tournées vers l’agriculture et l’élevage, ses rites funéraires. Eclairées sous de nouveaux jours par  ces fouilles, nos connaissances s’enrichissent, nos visions se renouvellent, à l‘exemple de celle, transversale, d’un habitat intercalaire peu connu en plaine, entre collines et lagunes. Une quinzaine de sites du néolithique illustrent « la précocité de l’impact anthropique ainsi que la densité des occupations humaines » selon la synthèse de l’Inrap, comme ces vestiges du néolithique final étudiés sur une grande surface et sur six siècles à La Cavalade près de Montpellier.

Aimargues, maison à pièce unique ©M.Couval, Inrap 

Une dizaine de fouilles mettant à jour chemins, cultures, parcellaires et établissements ruraux, « renseignent sur la construction et l’évolution du paysage antique », La Voie domitienne, grand axe de communication entre Rome et l’Espagne y apparaît à des chronologies différentes, avec ses relais, ses ateliers de potiers, ses ramifications, à Codognan ou Vergèze, ses survivances dans les cadastres et la campagne, près de Castries. On y envisage l’homme antique vivant, travaillant, priant. Un des plus anciens fours à chaux observés dans le Sud de la France (30 à 140 de notre ère) a été ainsi retrouvé à Baillargues. Les découvertes liées à l’activité viticole se sont multipliées, témoignant du poids de la viticulture dans notre région depuis l’Antiquité[1] : parcelles de vignes, chais, dolia, outils agricoles se dévoilent à Lattes, à Mudaison ou Aimargues.
Quant à la période médiévale, l’exploitation des vestiges renouvelle l’histoire d’un habitat rural méconnu et peu documenté, alors que plus de 90 % de la population vit à l’époque en campagne. Une villa suivie du Ve au XIIIe siècle près d’Aimargues, une manse, exploitation agricole à l’origine de nos mas, transformée peu à peu en village fortifié à Castries, fournissent autant d’exemples de la transition, observée sur plusieurs siècles, entre villa antique et village médiéval. De même, les archéologues ont pu suivre l’exploitation du terroir –le mot apparaît au Moyen-Age- sur de longues durées, à Mauguio (site de Lallemand) ou à Vergèze.
Les fouilles rigoureuses, presque austères, restituent parfois quelques objets nous emplissant d’émotion. Ici, un autel à Jupiter, là une tête de Silène, une serpette, une enseigne de pèlerinage font ressurgir la main de l’homme, ses croyances, sa pensée, ses outils.

     
           Autel figurant Jupiter, Lattes                                                                                     Serpette, Mauguio


Enseigne de pèlerinage, Castries

Ces fouilles préventives extensives de grande ampleur ne restent pas lettre morte auprès des publics, puisque l‘INRAP a décidé de partager ses découvertes avec le plus grand nombre. Appuyés par des conférences et des expositions, les chantiers archéologiques ont été ouverts à la visite, accueillant près de 3 500 visiteurs. Depuis le mois de mai, l’Inrap met en ligne, à la disposition du public, un atlas archéologique[2] très fourni, rassemblant synthèses, données précises sur chaque site fouillé et iconographie. Une exposition  au Musée Henri-Prades à Lattes, « Circulez, y a tout à voir ! » retrace les découvertes, reconstitue la vie quotidienne aux époques préhistoriques, antiques et médiévales. Ces temps, du plus lointain passé comme plus proches, resurgis … grâce à des travaux autoroutiers et ferroviaires du XXIe siècle.
Florence Monferran

Exposition du 17 mai 2017 au 5 février 2018
Infos pratiques : 
Site archéologique Lattara - Musée Henri Prades
390, avenue de Pérols
34970 Lattes
04 67 99 77 20
Sur réservation au 04 67 99 77 24 ou 04 67 99 77 26: Visites guidées, Tarif : 5 € par personne et Ateliers pour enfants (à partir du cycle 3) : Le labo du petit archéo, Tarifs : 3 € par enfant et par séance / 2,30 € par enfant et par séance, sur présentation de la carte Pass’Métropole
www.museearcheo.montpellier3m.fr

Photos: INRAP


[1] Voir l'article « La viticulture au cœur des découvertes archéologiques de l’Inrap » en rubrique Terroirs/vigne
[2] http://www.inrap.fr/atlas-archeologique-entre-nimes-et-montpellier-contournement-ferroviaire-et-12694

Les chimères du marquis de Castries

Charles Eugène Gabriel de la Croix, marquis de Castries (1726-1801), compte tenu de sa carrière, n'était sans doute pas un rêveur. Celui qui valut à l'armée française un de ses rares succès lors de la guerre de 7 ans (1756-1763), qui accéda au maréchalat et au ministère de la Marine ne devait pas se complaire dans le domaine de l'imaginaire. Pourtant, son souvenir est associé à un curieux monument à Montpellier : l'ex "fontaine des licornes", place de la Canourgue.



C'est une des plus anciennes de Montpellier. Elle doit son nom (en occitan canorga) à un bâtiment, habitation de chanoines (sens du mot occitan) chassés de Maguelone à une époque troublée et s'installant à Montpellier. La maison des chanoines fut détruite au XVIème siècle et au XVIIème, fut élevé l'hôtel de Belleval qui, en 1816, devint l'Hôtel de ville. Le "plan" (agrandi en 1860) ne comportait pas de monument au XVIIIème siècle. Or, lorsque l'aqueduc des Arceaux amena à Montpellier l'eau en abondance, il alimenta trois fontaines : une place de la Comédie, une place Chabanneau où une sculpture commémore toujours l'arrivée du précieux liquide et une "place des Etats du Languedoc". Qu'est-ce à dire ? Selon Barral (Les noms de rues à Montpellier, Espace éditions 1989), dans le renfoncement de la rue de la Loge face à la place Jean Jaurès, se situait l'église Notre Dame des Tables dont il ne reste plus que la crypte. L'église, si importante pour la vie du clapas, fut démolie en 1652 et, sur son emplacement devenu "place des Etats du Languedoc", s'éleva la troisième fontaine, "la fontaine aux licornes" ou "des chevaux marins" (sic).

Bien. Mais le marquis ? Cet homme d'épée entra dans l'armée à 13 ans. Il apprend son métier dans un régiment prestigieux, régiment du "Roi Infanterie". Il est lieutenant en 1742. Et lorsqu'éclate la guerre de 7 ans en 1756, il se guerroie aux Caraïbes, en Allemagne. Le marquis échappe à l'opprobre du désastre de Rossbach (1757). Car les puissances européennes s'affrontent en Allemagne. Face à une puissance prussienne menaçante (celle de Frédéric II) soutenue par l'Angleterre, sont liguées la Russie, l'Autriche et la France. En 1760, les anglo-prussiens visent le contrôle de la province de Hesse. Leur généralissime, Ferdinand de Brunswick, prend Kassel, Göttingen en bousculant les forces du maréchal de Broglie. Or, le 16 octobre 1760, à Klosterkamp (au nord de Düsseldorf), il se heurte aux 16 000 Français du "jeune marquis de Castries" (Voltaire, Précis du règne de Louis XV). Et Brunswick recule. L'exploit du marquis de Castries sera immortalisé par un bas relief évoquant ce combat et sculpté sur le socle de la "fontaine des licornes". On peut penser que fut alors ajouté le "putto" arborant une couronne de lauriers. Curieusement, l'inscription n'évoque pas le marquis de Castries.

Il était pourtant gouverneur de Montpellier et de Cette, baron des Etats du Languedoc, maréchal de camp (officier général). Menait-il une existence trop parisienne ? Et la fontaine, aux chimères (issues d'un monde idéal) ? Il faudra plus de place pour donner suite à l'histoire...

Hervé Le Blanche