Montpellier : l'obélisque de la place Chaptal

Il est un monument curieux qui peut intriguer le promeneur peu pressé. Il est situé place Chaptal et cet obélisque est en fait un hommage à certains cheminots disparus.

 

La place Chaptal est située en bordure du boulevard Renouvier, non loin du Centre des Finances publiques.

D'ailleurs, une brasserie, au carrefour du boulevard et de la place Chaptal, porte une enseigne dédiée "aux finances".

Si vous traversez le boulevard et allez vers le Centre des Contributions, vous trouverez, en bordure de la place, un square. Une partie a été aménagée en espace canin. Sur l'autre partie, se dresse un obélisque tronqué d'un peu plus de deux mètres de haut. Il a été érigé après le premier conflit mondial à la mémoire "des employés et ouvriers des chemins de fer de l'Hérault morts pour la France".

Sur trois de ses côtés, sont gravés dans le marbre les noms des disparus.

Beaucoup de ces noms sont probablement des Héraultais : ainsi pour Costesèque, Dussol, Guayraud ou Garrigou. D'autres sont plus répandus ailleurs que dans le département : Pichon, Servel ou même Vidal. Et le très courant Durand qui revient trois fois : Durand P., Durand A., Durand M.

La camarde a fauché trois fois la famille cheminote. Au total, près de 50 noms sont cités. Ce qui est intriguant, c'est cet hommage rendu aux victimes de la Grande Guerre de la Compagnie des chemins de fer de l'Hérault. C'était l'époque où la nationalisation n'avait pas unifié le réseau ferroviaire français. D'autre part, cette société n'appartient pas à une ligne importante comme la "Paris-Lyon-Méditerranée" qui desservait Montpellier vers Sète. 

Et sa localisation peut s'expliquer par la proximité du site de l'ancienne gare Chaptal sur une ligne d'intérêt local. La compagnie propre à l'Hérault a peut-être voulu marquer, pour les voyageurs venus de l'est du département, le sacrifice des cheminots.

Hervé Le Blanche 

Patrimoine de Montpellier : Aux origines de l'église Saint Denis

Consacrée en 1707, l'église Saint Denis est un des monuments remarquables de Montpellier. Elle est située dans l'axe de la rue de la Saunerie, un peu en retrait du carrefour entre avenue Clemenceau et rue du Grand Saint Jean. Elle s'impose au regard par sa façade toute d'élévation et d'élégance. Sa construction fut le fruit de la collaboration de deux personnages de Montpellier, l'évêque Mgr Colbert et l'architecte Augustin Charles Daviler.

Augustin Charles Daviler, architecte de la province du Languedoc (Paris 1653-Montpellier 1701)

Celui-ci était né à Paris en 1653 dans une famille de petite noblesse de robe. Il poursuivit des études classiques et suivit les cours de l'Académie d'architecture. Elève prometteur, il fut envoyé parfaire sa formation à Rome. Mais son voyage maritime, via Gênes, lui valut d'être captif des Barbaresques de 1674 à 1676. A Rome, au palais Cafarelli, il fut en contact avec peintres, sculpteurs, architectes, inspirés des chefs d’œuvres de la capitale et des auteurs anciens. Deuxième prix au concours d'architecture, il regagna Paris, attirant l'attention du plus influent membre de l'Académie, Jules Hardouin Mansard. Mais c'est à Montpellier qu'il fera carrière.

Comment Daviler répondit-il à l'attente de "M. de Montpellier" ,  appellation des évêques ?

On ne sait pourquoi, les Etats du Languedoc lui confient la réalisation de l'arc de triomphe. Ce dont il s'acquitte avec brio. Proche de l'Intendant Lamoignon de Basville, maîtrisant toutes les arcanes de l'architecture, il construisit la chapelle de l'Hôpital général, place Albert Ier et le pont reliant le Peyrou à la ville. Et il couvrit le Languedoc de palais, couvents, églises, plans de cathédrales, hôtels particuliers. Formé auprès des meilleurs, homme de goût, il était apprécié des élites.

 
Il a publié un Cours d'architecture, avec dictionnaire des termes.

Du Clapas au Languedoc

Parmi elles, l'évêque du diocèse de Montpellier, neveu du grand Colbert, Monseigneur Joaquim Colbert. T. Verdier dans Saint Denis de Montpellier, genèse et évolution d'une paroisse (ed. L'Espérou, 2008), signale bien qu'il fut intronisé avec une pompe toute cardinalice, mais ne reprend pas les notations des Doms Devic et Vaissette dans une "Histoire générale du Languedoc" qui précisent qu'il était fort imbu de son rang. Il est vrai que le prélat fut un évêque lettré, réformateur "et par bien des aspects janséniste et puritain". Il agit à une époque où l'édit de Nantes a été révoqué (1688) et durant laquelle clergé et laïcs doivent exalter la vraie religion soutenue par le pouvoir royal.

Du côté de Mgr Colbert, il faut aussi compter avec une réelle piété. Il multiplia les visites pastorales, rédigea un Catéchisme "dont la lecture se répandit bien au delà des limites du Clapas ou même du Languedoc". L'ouvrage sera condamné pour Jansénisme. Mais le chrétien fervent voulut laisser "un témoignage de foi aux limites de la cité". 

Il fit appel à Daviler, qui paraissait si bien comprendre les intentions des commanditaires de ses ouvrages, pour édifier un monument pieux, sous l'égide de Saint Denis, évangélisateur des Gaules, premier évêque de Paris, mort en martyr au IIIe siècle après J.C.

 

Hervé Le Blanche 

À Montpellier, la Faculté de Médecine souffle 800 bougies

La Faculté de Médecine de Montpellier, qui fête officiellement ses 800 ans ce lundi 17 août, réussit à conjuguer patrimoine et modernité. La Région a investi pour la médecine du futur en finançant la nouvelle faculté, inaugurée fin 2017. 

La médecine en patrimoine depuis 800 ans

Montpellier possède la plus ancienne Faculté de Médecine en activité dans le monde occidental. Ce lundi 17 août, le conseiller régional Christian Assaf participe pour la Région à la cérémonie officielle des 800 ans de cette université au patrimoine scientifique, architectural et artistique inestimable. Elle a formé des médecins illustres comme Arnaud de Villeneuve, Gui de Chauliac, François Lapeyronie et François Rabelais, et a contribué au rayonnement de Montpellier et de sa région depuis sa création en 1220.

Des événements labellisés « 800e anniversaire » vont mettre en valeur la Faculté de Médecine jusqu’à l’été 2021. En juin, un timbre a été émis à 600 000 exemplaires. L’exposition « Art et anatomie - dessins croisés » est toujours visible aux musées Fabre et Atger. Une exposition en plein air, « Les grandes figures de la médecine », retraçant l’histoire de la médecine à Montpellier, est inaugurée mardi 18 août sur l’Esplanade Charles de Gaulle.

Une nouvelle Faculté de Médecine à la pointe de l’innovation

L’histoire nous oblige à entrer avec succès dans le 3e millénaire, commente Carole Delga. La Région l’a permis en investissant pour bâtir l’université d’excellence capable de répondre aux grands défis de santé.

Robot chirugical, Campus Santé Arnaud de Villeneuve.
Robot chirugical, Campus Santé Arnaud de Villeneuve.

L’esprit de la Faculté a parcouru les siècles : aujourd’hui la formation, la recherche médicale et les soins sont à la pointe de l’innovation… dans de nouveaux locaux. La Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes, installée depuis 1795 près de la cathédrale Saint-Pierre, a quitté ses murs historiques du centre-ville pour ouvrir à la rentrée 2017 sur le campus Arnaud de Villeneuve, à côté du Centre Hospitalier Universitaire (CHU). Ce campus « 3.0 » peut accueillir près de 4 000 étudiants qui y bénéficient des techniques pédagogiques les plus modernes. La Région a financé quasiment à 100% la construction de la nouvelle faculté de 11 000 m2, la plus récente de France. Elle a engagé 45 M€ dans cette opération majeure du Plan Campus Université Sud de France, inscrit dans le Contrat de projets État-Région (CPER) 2015-2020.

l'entrée du bâtiment historique de la faculté encadrée par les statues de Paul-Joseph Barthez,  médecin personnel de Louis XVI et de Bonaparte, fondateur de la biologie et Lapeyronie,  premier chirurgien du roi Louis XV

En savoir plus

L’abbaye de moniales Bénédictines de Saint Félix de Montceau magnifié par Explore

L’abbaye de moniales Bénédictines de Saint Félix de Montceau des XI° et XIII° siècles surplombant le village de Gigean, a été fondée en 1092. Dépendante de l’évêché de Maguelone, elle a rapidement prospéré grâce aux legs, terres, vignes, granges… et surtout à l’appui des divers Papes qui la protégèrent au vu de leur grande piété. La peste et les passages des grandes compagnies des bandes de Routiers, pillant, tuant et incendiant l’abbaye, furent la cause de son abandon en 1514, pour aller s’abriter derrière les remparts du village.

Aujourd’hui l’association de sauvegarde (depuis 1970) en partenariat avec la commune de Gigean d’aujourd’hui, s’efforce de sauvegarder le monument. L’abbatiale gothique, la chapelle romane et les bâtiments claus­traux en ruine ainsi que les jardins monastiques recréés apportent aux visiteurs un charme indéniable au site, dont la vue sur l’étang de Thau et la plaine de Montpellier est époustouflante. Les animations diverses et de qualité de l’abbaye contribuent à son renouveau et à sa notoriété.

Explore @ Abbaye Saint Felix de Montceau

Le 21 mai, réouverture de l'Abbaye de Valmagne

Au fil des années, l’Abbaye de Valmagne a su s’adapter à de nombreux changements, c’est ce qui lui a permis de traverser les siècles et les époques. Nous avons profité de cette période de fermeture pour apporter à ce lieu toute l’attention qu’il mérite.  L’organisation et les processus ont été revus, de manière à accueillir les visiteurs dans le respect le plus strict des règles sanitaires.

livaCaptureliva2Capture

Le port du masque est désormais obligatoire, ils seront disponibles à la vente pour les visiteurs n’en ayant pas. Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition. Un fléchage et des indications claires sur le respect des distanciation seront mis en place afin d’orienter nos visiteurs ( entre autres mesures).

Au-delà de ces gestes barrières, nous souhaitons profiter de ce contexte pour innover, en proposant des audio-guides via une application smartphone gratuite (Izi.travel), des billets à acheter en ligne ou la possibilité pour le visiteur de venir en dégustation avec son propre verre.

Les équipes de l’Abbaye de Valmagne restent mobilisées afin d’adapter la programmation estivale qui séduit chaque année un grand nombre de visiteurs. Une réflexion est menée pour adapter nos événements à la protection de chacun, une communication sera faite prochainement au sujet de la programmation événementielle.LIVA33Capture

 

Les Salins : Adieu au poste de douane

Vestige de l’activité salinière, le site des anciens salins niché entre le vignoble et l’étang d’Ingril fait l’objet d’un programme de mise en valeur et de préservation. Malheureusement, le bâtiment dit ‘ des douaniers ‘ ne pouvait être préservé...

 La maison des douaniers disparaît, la Gabelle ne sera plus perçue.

Les travaux de démolition du bâtiment dit ‘des douaniers’ ont commencé ce lundi 18 novembre pour une durée de 3 semaines. Cet ancien poste de douane en partie effondré, abritait les douaniers qui collectaient la Gabelle, (l’impôt sur le sel) instaurée au 14e siècle et restée en vigueur jusqu’en 1946.

Dangereux, il n’a pu être conservé en l’état dans le cadre de ce vaste projet démarré en 2018 de restauration du bâti et de mise en valeur des 3 entrées du site, ainsi que des carrefours intérieurs des principaux sentiers, par des aménagements respectueux de l'esprit du lieu. Ces travaux s'inscrivent dans un objectif de reconquête paysagère, de valorisation des salins et d'amélioration des conditions d'accueil de tous les publics. Seule la citerne d’eau en pierre située à proximité du bâtiment ‘des douaniers’ sera conservée, ainsi que le ‘Château’ restauré partiellement avec l’existant et certains morceaux de mur du ‘Moulin’ qui seront utilisés pour baliser les chemins de promenade, et d’autres, aménagés en un point de vue panoramique.

Situé à l’est du centre-ville de Frontignan La Peyrade, cet espace naturel protégé, classé Natura 2000, est doté d’une biodiversité exceptionnelle qui s’étend sur 230 hectares. Il est également un lieu de mémoire d’une activité salinière de plusieurs siècles (1334 à 1968). Vendu par la Ville à la fin des années 90, après une première restauration et pour mieux le protéger, au Conservatoire du littoral, il appartient toujours à ce dernier et est géré par l’EID Méditerranée et Sète Agglo.

En 2020, l’aménagement des 3 entrées est programmé : le plan du Bassin avec notamment l’aménagement d’une rampe d’accès au pont, les Pielles, et le Bois des Aresquiers.

A terme, sera proposée aux amoureux de cet espace naturel et de sa faune et sa flore, une muséographie ludique et interactive du site .

A.S

Ciné archi, place Sainte-Anne le 26 septembre

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée vous invite à la projection du film-documentaire "Bali Construire l'harmonie" à Montpellier le jeudi 26 septembre 2019 à l'occasion d'une projection en plein air en centre-ville.

Un événement réalisé avec le soutien de la Direction Régionale des affaires culturelles, l'Ordre des architectes Occitanie et la ville de Montpellier.

Jeudi 26 septembre à 20h00 - Cinéma plein air - Place Sainte Anne à Montpellier

20h00: présentation & échange avec l'équipe du film
20h30: projection du film Bali Building Harmony

"Ce documentaire s’intéresse à la relation qu’entretiennent les Balinais avec leur habitat.

Celui-ci est traditionnellement le fondement de l’équilibre de la vie sur terre.

À l’heure où Bali se fait grignoter du terrain par les promoteurs immobiliers et se proclame destination touristique numéro un sur Trip Advisor, y a-t-il un espoir pour que son patrimoine architectural survive ?"

Un documentaire produit par Artcam Production et réalisé par Baptiste Mallet, ancien étudiant en architecture de l'Ensa Montpellier. 

Entrée libre et gratuite.

Montpellier, découvrez le futur quartier de l'EAI

Balade commentée par l'architecte François Percheron, samedi 28 septembre 2019

Participez à une balade urbaine au cœur du futur quartier du site de l'EAI et découvrez la nouvelle Zac qui sera présentée par l'architecte montpelliérain François Percheron.

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée, en partenariat avec la Halle Tropisme dans le cadre du festival "Métropolisme - la ville de demain" proposent de découvrir le samedi 28 septembre à 14h, le futur quartier de l'EAI.

Un véritable lieu de vie

Situé à 1,5 km du centre-ville et de la gare de Montpellier Saint- Roch, le quartier EAI offrira un second souffle à l’ancienne École d’Application de l’Infanterie et au Parc Montcalm.
Ce sera non seulement un quartier mixte alliant logements, commerces, bureaux et équipements publics tels qu’un groupe scolaire, crèche et parc, mais également le cœur des industries culturelles et créatives de la métropole de Montpellier. Entre patrimoine et nouveau bâti, entre structures pérennes et architecture éphémère, le quartier donnera une nouvelle vie au site afin de l’ériger au rang de véritable Cité créative.
Au-delà d’une ambiance urbaine de faubourg, c’est un quartier où il fera bon vivre, travailler, étudier, flâner, s’activer dans un lieu chargé d’histoire et de renouveau à 10 minutes à pied du centre-ville. Le site sera desservi à terme par la 5e ligne de tramway et par plusieurs lignes de bus urbains aux stations de tramway Saint-Denis et Mas Drevon.

Un projet réalisé par Marteen Van de Voorde Architecte Paysagiste.

A 14h, point de départ à la Halle Tropisme 121 rue Foncouverte 34070 Montpellier 

Association au 04 67 73 18 18 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou M'aOM au 07 81 67 40 97

La M'aOM est une association qui vise à sensibiliser et à diffuser la culture architecturale auprès du grand public.
 
5€/personne - 8€/couple

Site Saint-Pierre la renaissance d’un lieu emblématique à Sète

Un balcon sur la Méditerranée très attendu par les Sétois

riepjoopi

Situé entre le Môle et le théâtre de la Mer et fermé depuis plusieurs années, le site Saint-Pierre vient d’être complètement rénové. Après d’importants travaux de mise en valeur, ce balcon sur la Méditerranée a été rouvert aux Sétois. Un aménagement qui s’inscrit dans la volonté de la Municipalité de développer les espaces de vie propices aux échanges, à l’image de la promenade de la Corniche de Neuburg et bientôt d’un jardin au pied du Fort Richelieu et d’une voie verte au nord de la Ville.

riephgjhklInaugurationSiteSaintPierre0024

Jusqu'aux années 60, le lieu abritait un stand créé par les frères Marty, champions de gymnastique. Il fut le rendez-vous incontournable des sportifs sétois et des scolaires. Le vaste hangar fut abandonné à la mort des Marty avant d'être démoli. A partir de 2000, le site est devenu jusqu'en 2012 un lieu de restauration et de fête prisé par les Sétois et les visiteurs.

A nouveau, ce balcon sur la Méditerranée va permettre au public de profiter d’un point de vue exceptionnel. Classé et protégé, cet espace de 1,2ha a été repensé et aménagé dans le respect de sa configuration d’origine. Un chantier respectueux des origines Le chantier, piloté par la Ville, a débuté fin mars. Le site a été réhabilité dans des tons clairs avec des terrasses et belvédères. Les murs de soutènement abîmés par le temps et les coups de mer ont été restaurés sans rien dénaturer.

Pour correspondre à l'esthétique d'origine, beaucoup de pierres ont été récupérées sur place, d'autres ont été amenées de carrières locales. Sur la partie haute, un panoramique a été réalisé. Un cheminement piétonnier en pente douce et des escaliers ont été créés pour rétablir un accès au front de mer qui existait dans l'ancienne configuration. Les espaces sont sécurisés par des ganivelles en bois et en métal.

Des creux dans la roche, vestiges d'anciennes activités, accueillent deux exploitants saisonniers, un glacier et un écailler, afin de créer un endroit propice à la détente. Le site Saint-Pierre est intégralement réservé aux piétons. Des WC publics avec accès pour les personnes à mobilité réduite seront opérationnels dès septembre. En attendant, des WC provisoires ont été installés sur la terrasse haute.

200m² végétalisés

Le parti pris de cette réhabilitation a été à l'évidence de conserver l’aspect minéral du site. En attendant qu'une végétation s'implante là d'une manière naturelle, la ville a décidé de végétaliser 200m² en pied de falaise. La palette végétale pressentie se compose de Limoniastrum monopetalum 'Carnaval', plus communément appelé ''lavande de mer'', dont le feuillage persistant de teinte gris bleuté est un remarquable couvre-sol et qui développe en été une floraison abondante de Halimione portulacoides ou ''Obione faux-pourpier'' aux fleurs jaunes en forme d’épis, et de Limonium latifolium appelée ''Statice bleu'' qui fleurit aussi en été.

Toutes ces essences résistent très bien aux embruns, aux sols pauvres et à la sécheresse. Comme il n'est pas possible de planter en plein été, ces végétaux seront mis en terre au mois de septembre/octobre. Les tranchées ont été creusées et le terrain préparé par le Service jardins et paysages de la ville.

Sachant que l’architecte des bâtiments de France préconise expressément de procéder à des plantations non pérennes pour permettre au site de se régénérer naturellement, et de revenir progressivement à sa flore d'origine. 

Historique du déroulement de l’opération

  • • Fin 2012 - début 2013 : projet dessiné par l’architecte FAYEL présenté en commission des sites le 11/12/2012, le site Saint-Pierre étant situé dans le périmètre du théâtre de la Mer
  • • Début 2013 : démolition des équipements en place
  • • Mars 2014 : attribution d’une autorisation d’urbanisme établie sur le projet présenté à la commission des sites qui l’a validé, prorogée jusqu’au 4 mars 2019
  • • Second semestre 2014 : investigations et recherches structurelles de confortement des murs
  • • Automne 2018 : sondages et investigations géotechniques
  • • 1er août 2018 : lancement de la consultation en vue de réaliser les travaux de réhabilitation du site Saint-Pierre sous forme de marché de conception/réalisation du fait des difficultés d’accès au site et de la complexité technique de confortement des murs de soutènement.
  • • 28 décembre 2018 : attribution après négociation du marché au groupement BUESA - INTERVIA (Groupe MERLIN) - Agence//K//architectes - STRAS
  • • Mars 2019 : démarrage effectif des travaux après les mois d’études et de préparation.
  • • 27 juillet 2019 : ouverture au public. 

Données techniques

  • • Une terrasse haute dédiée aux besoins d’accès techniques et à la promenade de 1150m2, et un cheminement stabilisé d’aspect sable naturel.
  • • Une terrasse intermédiaire et promenade dédiées exclusivement aux piétons et aux commerces installés dans les alcôves, toujours d’aspect naturel pour respecter les prescriptions de la commission des sites.
  • • 80 ml de murs reconstruits en béton et parement pierre jusqu’à 5m de haut
  • • 175 ml de murs conservés et rénovés
  • • 110 ml de garde-corps déposés, nettoyés, protégés et reposés côté boulevard, équipés d’une nouvelle lisse en bois de Robinier
  • • 215 ml de garde-corps métal reprenant l’esthétique des ganivelles
  • • 50 ml de barrière mixte bois/métal haute de 1,10m reprenant l’esthétique des ganivelles.
  • • Aménagement de 2 surfaces commerciales pour un glacier (13,50 m²) et un écailler (27 m²)
  • • Création de sanitaires automatiques Coût de l'opération TTC : 1 325 398,39 € Subventions : Etat (DSIL) : 118 587 € - Région : 116 000 €

Restitution d'un habitat gaulois à Lattes le 19 juin

Archéologie expérimentale : visite d’un chantier en cours le mercredi 19 juin 2019 à 10h et à 14h

Visites guidées du chantier de restitution d'un habitat gaulois
Dans la continuité des Journées nationales de l'archéologie, venez visiter le chantier de restitution de la maison gauloise, et découvrez les différentes techniques de construction d’un habitat en terre crue.

Ce projet est mené par l'équipe du musée et les étudiants de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Montpellier.

              

Tout publicdans la limite de 30 personnes. Entrée libre

Pour en savoir plus :  04 67 99 77 20

Bus Ligne 18  Lattes Centre
Tramway Ligne 3 Lattes Centre.

Le château de Mauguio reprend vie !

A Mauguio, à 15 km à l'Est de Montpellier, le château des comtes de Melgueil a retrouvé son prestige originel et fait la fierté des habitants de la ville.


Avec le savoir-faire de nombreux corps de métiers - maçons, tailleurs, mosaïstes, menuisiers - le château inauguré le 15 mars 2019 se dévoile et vous invite à découvrir ces précieux vestiges lors de visites guidées sur inscription.

Après un an de réhabilitation, la demeure des Comtes de Melgueil, située au pied du Jardin de la Motte, cachée entre le plan Izard, les rues Diderot et de la Monnaie révèle de précieux vestiges. Voûtes exceptionnelles, cheminée monumentale, décor peint, plafond à la française... dans l'intimité de ce château se raconte l'histoire de Mauguio.

Par son histoire et son architecture ce bâtiment en plein cœur de Mauguio représente un site patrimonial exceptionnel. Pendant plusieurs siècles les Comtes de Melgueil ont eu une grande importance économique et politique sur tout le Languedoc. « Au cours du temps le château a connu beaucoup de transformations. La partie que la ville a restaurée va permettre de présenter l’histoire exceptionnelle de cette seigneurie qui fut très puissante et à l’origine de la naissance de Montpellier » explique Laetitia Dalbègue, responsable culturelle de la ville.

Le destin de cette famille très influente de Septimanie trouve ses origines dans l’aristocratie wisigothe. Cette dynastie est à l’origine de la création de la ville de Mauguio avec l’édification de la Motte castrale, symbole du pouvoir local. Surplombée d’un donjon de bois, elle faisait alors office de tour de guet et d’habitation pour les Comtes. Le village s’est ensuite développé autour de cette butte.

Avec une vue s’étendant jusqu’à la mer, elle est aujourd’hui devenue jardin public. « La ville souhaite que ce site patrimonial soit un lieu culturel de proximité avec des visites libres et guidées, des concerts, expositions, ateliers et spectacles qui viendront ouvrir  à un large public cet espace unique » poursuit Laetitia.  

La restauration a été l’occasion de valoriser le travail remarquable et exemplaire de tous les corps de métier qui sont intervenus sous la coordination de Renzo Wieder, architecte très investi qui a su fédérer toutes les équipes : de la ferronnerie à la taille des pierres parfaitement intégrées au bâti ancien, en passant par le travail des vitraillistes, ou celui des restauratrices des décors peints, ce sont autant de spécialistes du patrimoine ancien qui ont oeuvré dans un souci de minutie et de restitution fidèle. « Le chantier a été aussi une véritable aventure humaine, car tous se sont investis avec passion. Par exemple, pour remettre au jour les décors peints d’origine, les restauratrices ont dû enlever au scalpel jusqu’à neuf couches d’enduits superposées et réaliser un véritable travail archéologique pour retrouver les pigments d’origine. Nous avons d’ailleurs axé un aspect de nos visite sur la thématique de ces métiers d’art qui ont ici donné toute la mesure de leur savoir-faire.» 

Infos : 04 67 29 65 35 et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.