Création d'un observatoire des odeurs autour du bassin de Thau

Avec plusieurs industries classées sur le territoire communal, la Ville de Frontignan la Peyrade interpelle régulièrement les services de l'état et les entreprises concernées pour lutter contre la pollution de l'air, principalement sur le quartier de La Peyrade. Ce vendredi 29 janvier, Pierre Bouldoire, premier Vice-Président du Département de l'Hérault et Maire de Frontignan La Peyrade était donc particulièrement motivé pour accueillir à la mairie annexe de La Peyrade, Yves Pietrasante, le président d'Air Languedoc-Roussillon et Anne Fromage-Mariette, la directrice de cet organisme pour le lancement officiel de l'Observatoire d'Odeurs autour autour du bassin industriel de Thau. François Commeinhes, le Sénateur-Maire de Sète et Président de Thau agglo était également présent. Thau agglo, est en effet adhérente d'Air LR depuis 2004 dans le cadre de sa compétence relative à la lutte contre les pollutions de l'air.

Pierre Bouldoire et yves Pietrasanta - création de l'Observatoire d'Odeurs du Bassin de ThauYves Pietrasanta,  un pionnier de la protection de l'environnement et Président d'Air LR
entouré de François Commeinhes et de Pierre Bouldoire.

 

Frontignan la Peyrade :
supprimons les mauvaises odeurs !

En plus d'incidents importants, comme l'effondrement du toit flottant d'un bac d'essence du dépôt d'hydrocarbure de BP-GDU, en septembre 2014, ou la fuite d'un nuage toxique de mercaptaan (un produit malodorant utilsé comme démasquant du gaz) de l'entreprise de retraitement des déchets industriels SCORI, en décembre 2013 (deux sites classés Seveso seuil haut), les habitants de Frontignan et plus particulièrement du quartier de La Peyrade, sont régulièrement incommodés par des odeurs nauséabondes et inquiétantes.

Depuis plusieurs années, la Ville recense leurs plaintes et alerte systématiquement les services de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du logement (DREAL), Thau agglo et Air Languedo-Roussillon.
Mais les mauvaises odeurs ont empiré ces derniers mois. Le 13 octobre le Maire Pierre Bouldoire a adressé un courrier aux entreprise Hexis et Scori, installées au Mas de Kilé, ainsi qu'à Saipol et Timac Agro (Sud Fertilisants), située à Sète, leur demandant la liste des actions menées pour réduire les nuisances olfactives sur leurs sites respectifs.
De plus il souhaite que Thau agglo mette en place un groupe de travail pour faire un bilan des actions réalisées depuis l'étude menée en 2006 par le bureau EOG (qui regroupait les communes concernées, les services de l'état, Air LR, la chambre de commerce et d'industrie, l'agence de  l'eau et les industriels) et pour en proposer de nouvelles.

Très vigilante sur les questions de pollution et de qualité de l'air, Frontignan la Peyrade collabore étroitement depuis 2 ans avec Air LR . Elle a soutenu activement la création de l'Observatoire des Odeurs du Bassin de Thau.
Dans ce cadre, une réunion publique d'information a été organisé le 18 novembre 2015, suivie, le 30 novembre, d'une formation théorique des habitants inscrits pour devenir "nez", ainsi que des visites de certains des sites industriels adhérents à l'observatoire, pour apprendre à reconnaître, sur le terrain, les différentes odeurs émises par les industries du bassin de Thau.

Le site de la Ville de Frontignan la Peyrade donne une information complète pour la surveilance de la qualité de l'air et mets à disposition des internautes un formulaire d'inscription au réseau de nez Air LR.

Rappelons enfin que dans un souci d'intérêt général, Thau agglo a validé lors du bureau communautaire du 22 décembre 2015, la création et le suivi de l'Observatoire.

   

 

industriels participants

 

   

ARZF

L'association "Action Risque Zero Frontignan" (ARZF) est partie prenante du nouvel observatoire des odeurs du bassin de Thau.
Cette association régie par la loi de 1901, très active et très efficace, a vu le jour le 27 janvier 2011. Elle est née sous l’impulsion de citoyens frontignanais suite à la mise en place d’un Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) rendu obligatoire par un texte de loi issu du Grenelle de l’environnement de 2005.

Elle a a son actif, entre autres, l'action menée avec la Mairie de Frontignan la Peyrade pour amener l'industriel BP- GDH à faire le nécessaire pour réduire l’enveloppe de risque à son périmètre géographique, comme l'y obligeait le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT).
La pollution atmosphérique, due aux établissements industriels se trouvant à la périphérie de Frontignan la Peyrade est également un sujet de préoccupation pour l’association. Francis Herrera, le secrétaire de l'association, s'est dit très satisfait de la création de cet observatoire des odeurs. "C'est une bonne chose" ajoute-t-il en substance, de voir les industriels jouer le jeu mais il faudra que les résultats soient tangibles".

   
 

Ce  nouvel Observatoire d’odeurs a été mis en place en partenariat avec les collectivités locales (Thau Agglomération, Mairie de Frontignan et Mairie de Sète, l’association Action Risque Zéro Frontignan - ARZF) et les industriels (ANGIBAUD et Spécialités, SAIPOL, SCORI, SETOM et TIMAC Agro) qui participent à hauteur de 60%.   La part de Thau agglo pour la création de l'observatoire s'élève à 7040 euros par an.

L'observatoire consiste en un réseau de riverains bénévoles, appelés « Nez », chargés de relever les nuisances olfactives perçues autour du bassin industriel. Ce réseau est complété par des signalements spontanés de nuisances olfactives effectués par les riverains. Un tel observatoire a pour objectif une meilleure identification des odeurs et de leur origine dans un contexte multi-industriel.

 

Une odeur est toujours un signal et la loi reconnaît comme une pollution « toute substance susceptible de provoquer des nuisances olfactives excessives ». Souvent, odeur et pollution toxique ne sont pas liées. Mais respirer certaines odeurs, même à des niveaux de concentration non directement toxiques, peut constituer une vraie gêne.

 

 Les « Nez » d'un observatoire citoyen

Les "nez" constituent un panel de riverains bénévoles qui renseignent en continu la présence ou l’absence d’odeurs à leur domicile, et, en cas de gêne, les caractéristiques de l’odeur ressentie (durée, intensité, ressemblance…). A ce jour 35 riverains se sont portés volontaires pour constituer le nouvel Observatoire. Ils ont suivi des séances de formation sur les odeurs et participé à des visites industrielles afin de découvrir les activités de chacun des sites industriels partenaires et de mieux identifier les odeurs pouvant être assimilées à chacune d’entre elles.

Toute personne intéressée pour intégrer l’Observatoire d’odeurs du Bassin de Thau
peut contacter AIR LR au : 04 67 15 96 60 OU Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les signalements spontanés de nuisances olfactives

Le dispositif des "nez" est complété par la possibilité pour toute personne de signaler une nuisance olfactive via le site internet d’AIR LR : www.air-lr.org/temoin-dune-pollution. Ces signalements permettent notamment une meilleure couverture géographique de la surveillance et une description approfondie des épisodes odorants.
Les informations recueillies sont ensuite traitées statistiquement (fréquence, récurrence, localisation…) et croisées avec des paramètres météorologiques (en particulier force et direction du vent), des émissions de composés olfactifs et éventuellement des mesures dans l’air ambiant. Des synthèses trimestrielles et un bilan annuel seront rendus publics et présentés régulièrement aux différents partenaires locaux.
L'an dernier, AIR LR a ainsi recueilli près de 150 signalements d’odeurs spontanés correspondant à plus de 1 500 heures perçues comme étant odorantes sur l’ensemble de la région. Les nuisances signalées sont ensuite relayées aux organismes concernés (selon les cas : DREAL, ARS, Service hygiène des communes …) afin, si possible, d’en déterminer la cause.


signalements locaux : nombre d’heures odorantes signalées en 2015

L'Observatoire d’odeurs doit permettre une meilleure identification des odeurs et de leurs origines :

  • disposer d’éléments les moins subjectifs possibles,
  • établir une cartographie, un historique et suivre l’évolution des odeurs,
  • déterminer les sources des odeurs ainsi que les liens éventuels entre les nuisances ressenties et les fonctionnement des sites industriels ainsi que les autres sources d'odeurs de la zone d'étude.
  • faciliter le dialogue entre les différents partenaires.

 

 

Air Languedoc-Roussillon l’observatoire régional indépendant de la surveillance de la qualité de l’air

Créé en 1973, AIR LR est l’organisme agréé par l’État pour la mise en oeuvre de la surveillance de la qualité de l’air et la diffusion de l’information sur les cinq départements de la région Languedoc-Roussillon.
Son fonctionnement repose sur l’adhésion et la contribution volontaire des acteurs concernés par la qualité de l'air, garantissant ainsi l’indépendance et la transparence de l’association.
AIR LR est présidé par Mr Yves Piétrasanta et regroupe environ 130 adhérents répartis en 4 collèges équilibrés : Services de l’État, Collectivités, Industriels, Associations et Personnalités.
Dans le cadre de ses missions, AIR LR accompagne les acteurs du territoire, publics et privés (élus, urbanistes, aménageurs, industriels…), afin de favoriser une meilleure prise en compte des aspects « qualité de l’air » dans les prises de décision et travaille au quotidien pour améliorer la connaissance de la qualité de l’air et diffuser largement l’information auprès des citoyens.
Tous les résultats sont publics et disponibles sur www.air-lr.org