Les acteurs de la filière du maritime s’unissent pour une coalition « Transition écologique et énergétique du maritime »

Venu à la rencontre des acteurs du maritime à l’occasion des Assises de l’Économie de la Mer à Montpellier, le Président de la République Emmanuel Macron a accepté de présider la coalition pour la « TRANSITION éCOLOGIQUE ET éNERGETIQUE DU MARITIME », initiée par le Cluster Maritime Français en partenariat avec l’ADEME. 

Le président de la République, accompagné de trois ministres, Elisabeth Borne (Transition écologique et solidaire), Didier Guillaume (Agriculture et Alimentation) et Annick Girardin (Outre-Mer),  a ouvert la 15e édition des Assises de l’économie de la mer organisée à Montpellier, les 3 et 4 décembre 2019.  

Pendant une heure, Emmanuel Macron a présenté aux acteurs du maritime sa vision de la France maritime dans tous les domaines, de l’environnement à la pêche, des énergies marines renouvelables à l’économie portuaire et au transport maritime. Il a ensuite répondu longuement aux questions de six acteurs de l’économie maritime: de grands capitaines d’industrie comme le PDG de Naval Groupe Hervé Guillou, le PDG de CMA CGM Rodolphe Saadé ou encore le président du conseil de surveillance de Louis Dreyfus Armateurs, Philippe Louis Dreyfus, à celles de la coordinatrice scientifique de la plateforme Océans et Climats Françoise Gail, mais aussi à deux jeunes espoirs de l’économie maritime, entrepreneurs, la fondatrice de Lisaqua Charlotte Schoelinck et le fondateur de Sinay Yanis Souami.

Après le départ du Président, la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne s’est également exprimée sur scène, rappelant l’engagement de son ministère pour la défense de la biodiversité, le développement des énergies marines renouvelables, et la transition écologique du transport maritime. 

 
Les Assises de l’économie de la mer est un événement organisé par Le marin, pour le pôle mer du groupe Ouest-France, en partenariat avec le Cluster maritime français. 1 600 acteurs des filières maritimes ont participé à cette première journée des Assises. 

 Le discours du président bientôt consultable sur le site de l’élysée 

UMMACapture

Venu à la rencontre des acteurs du maritime à l’occasion des Assises de l’Économie de la Mer1 à Montpellier, le Président de la République Emmanuel Macron a salué la création de la Coalition pour la « TRANSITION ECOLOGIQUE ET ENERGETIQUE DU MARITIME », initiée par le Cluster Maritime Français en partenariat avec l’ADEME.

3Un constat : l’urgence climatique 2050 est le rendez-vous fixé notamment dans la Stratégie nationale Bas carbone, la Loi d’Orientation pour les mobilités ainsi que dans la Stratégie de l’Organisation maritime internationale adoptée en avril 2018 pour une réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre. Ces mesures emblématiques pour respecter la trajectoire 1,5° de l’Accord de Paris, impactent non seulement le transport maritime mais aussi l’ensemble des activités en mer et sur les littoraux ainsi que les connexions avec les territoires, et ce, dans une dimension européenne et internationale. Le secteur maritime doit donc « passer des paroles aux actes [...] même si beaucoup sont déjà en cours » insiste Frédéric Moncany de Saint-Aignan et s’organiser pour répondre, avec les autres industries – notamment aéronautique, automobile, ferroviaire ou encore l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique – et les pouvoirs publics, aux enjeux de transition écologique et énergétique. « Nous avons tous les atouts si nous savons être ensemble » insuffle le Président dans son discours. Trois convictions rendent en effet une telle démarche impérative :

• Il faut investir dès aujourd’hui dans des solutions conformes à ces objectifs. Outre les solutions disponibles immédiatement et parfois pour d’autres usages que le maritime, des ruptures sont nécessaires et vont impacter l’ensemble des activités.

UMMAGHCapture

• Il faut connecter les démarches sectorielles et travailler dans une vision systémique car les enjeux sociétaux, climatiques et de biodiversité sont partagés par tous.

• Il faut un système numérique qui permette de partager des informations et piloter des projets communs afin d’éclairer les acteurs dans leurs choix. Une Coalition pour rassembler et agir Le CMF en partenariat avec l’ADEME, rejoints par des Fédérations, Entreprises, Centres de recherche et Pôles de Compétitivité Mer, ont décidé de travailler en Coalition pour entraîner l’ensemble des acteurs, accélérer les travaux engagés et réussir la transition écologique et énergétique.

« Notre pays aujourd’hui a besoin de cet esprit d’équipage, de regarder l’horizon », souligne le Président de la République. Cette première coalition de partenaires co-fondateurs est appelée à s’étoffer et à embarquer au-delà du maritime et de l’énergie, l’ensemble de l’économie, de l’industrie aux services, de la recherche aux écosystèmes d’innovation.

La Coalition permettra « [...] l’accélération et le déploiement en mode collaboratif de chemins de solutions [...] », explique le président du Cluster, une véritable « Vision à 2050 de la transition écologique et énergétique du maritime » pour mettre en œuvre dès aujourd’hui les premiers leviers de transition. Cette Vision à 2050 sera opérée grâce à une plateforme numérique dotée de moyens pour animer l’innovation ainsi que des outils d’aides à la décision. « Il est absolument nécessaire de mettre en commun [les] données, leur collecte, et leur stockage ainsi que leur analyse pour répondre à cet enjeu planétaire qu’est la protection de l’Océan » insiste le président de la République. Les travaux auront vocation à alimenter la future stratégie de décarbonation pour que la France, pays maritime de premier rang, dans une collaboration entre l’Etat et le secteur privé, dispose d’une stratégie ambitieuse qui alimente ses engagements internationaux dans la lignée du One Planet Summit et du G7 à Biarritz et encourage le positionnement de ses entreprises sur les marchés de la transition écologique et énergétique. Une démarche qui encourage et anime l’écosystème d’innovation de la FrenchSeaTech."

 

"La démarche reposera également sur la création de la FrenchSeaTech voulue par le Président de la République dans son programme présidentiel, afin de se connecter aux écosystèmes du maritime et d’ailleurs, pour identifier les meilleurs projets d’innovation qui répondront aux multiples défis de la transition écologique et énergétique. Dans la session de questions-réponses, le Président de la République a ainsi proposé de travailler avec le Cluster autour de deux axes : la création d’un répertoire de l’offre et un code de bonne conduite : « [...] comment par l’achat, le partenariat d’innovation, on favorise les acteurs français. [Une] bonne manière, si vous en êtes d’accord, et on peut faire ça avec le Cluster, c’est de créer de la transparence [...], et qu’on mette en valeur les bons acheteurs[...].

La deuxième chose c’est que l’on puisse répertorier de manière très transparente [...] l’ensemble de l’offre ». En complément, il faut donner une visibilité accrue aux starts up afin de répondre à l’ambition : « pourquoi l’écosystème start up french tech du maritime ne se structurerait pas de manière un peu plus spécifique pour être présent en force en juin [...] et se donner des objectifs. »

Un premier rendez-vous en juin 2020 au Congrès de l’UICN Date a donc été prise pour présenter de premiers travaux de la Coalition au Congrès de l’UICN en juin 2020 à Marseille, autour des chemins de solutions et de cette FrenchSeaTech structurée pour répondre aux besoins des acteurs qui travaillent en équipages aux ruptures à la fois technologiques, d’organisation de nos chaînes et des modèles d’affaire."