Ils étaient 3000 écologistes pour crier le 29 septembre à Montpellier : « 1 et 2 et 3 degrés : c’est un crime contre l’humanité »

MARCHE POUR LE CLIMAT DU 29 SEPTEMBRE 2019 A MONTPELLIER 

Par Christian Puech, président de « Témoins au bout du monde ». Accrédité par les Nations Unis pour la 12th session of the HRC/Expert mechanism on the rights of indigenous peoples. 

«  Témoins au bout du monde » n’est pas étranger à ce succès ayant appelé ses soutiens à cette 7ème marche pour le climat, comme aux précédentes, hélas toujours sans résultats notables tant du côté du président Macron que du maire de Montpellier, entre autres. La transition écologique et sociale étant irréalisable sans la participation de tous, nous œuvrons pour la convergence des luttes écologistes appartisanes et non violentes, y compris avec le mouvement gilets jaunes."

"La convergence s’est enfin produite lors de cette marche et sans incident, devant quelques futures têtes de listes qui écoutaient médusées les défenseurs de l’environnement scander avec cœur : «  Pas de lacrymogènes dans l’air, pas de plastique dans nos verres, c’est le système qu’il faut changer pas le climat « ou « Vous mourrez de vieillesse, nous n’aurons pas cette chance », ou encore : » Sauvons les ours polaires, pas les actionnaires » » et les gilets jaunes de renchérir : « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, on veut plus ça pour nos anciens »."

"Ce cortège plus ou moins libertaire, était surveillé de près par les services d’ordre postés à certains angles de rues. Après avoir traversé le centre-ville les marcheurs en première ligne très jeunes arrivèrent à Antigone où ils ont été invités par un meneur à la tête d’une association roulant pour un mouvement politique, à s’assoir puis à se relever, pour symboliser l’avancée progressive d’un vague contestataire qui ferait probablement bien l’affaire de quelques ambitions locales, alors que la question est planétaire."

"Sur la place de l’Hôtel de ville où des banderoles et ma photographie- représentant un indien d’Amazonie en voie de disparition- avaient été suspendues aux grilles, un gilet jaune a pris la parole, comme quelques lanceurs d’alerte, parfois venus du Larzac où l’avenir de 250 hectares de bonne terre serait en péril."

"A notre tour nous avons rappelé l’importance de l’engagement politique lors des municipales : « Former une ola après six marches pour le climat sans effet, reste un beau symbole, mais pensez-vous qu’il est suffisant quand notre vie et celle de la biodiversité sont en jeu, pour obliger le système et les politiques à lutter efficacement contre le réchauffement climatique ? (Il fallait être sourd pour ne pas entendre le tonnerre d’applaudissements des écologistes). La planète et la région brûlent ! ne nous regardez pas, engagez-vous, rejoignez notre liste appartisane aux municipales. Elle est ouverte à tous, seuls critères exigés : ouverture d’esprit, expérience et compétence, détermination à agir dans l’intérêt général sans violence. Luttons ensemble contre l’inaction, l’attentisme, ou la complicité de certains responsables par l’enfumage, les manipulations et la dualité. (Applaudissement)."